Forum Thailande Info

CULTURE => Culture Thailandaise => Discussion démarrée par: Manu (de Chiang Mai) le août 29, 2009, 09:49:28 am

Titre: Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le août 29, 2009, 09:49:28 am

Sud de la Thaïlande: la folie des hommes...


Loi martiale renforcée, attaques quasi-quotidiennes : dans le sud de la Thaïlande se déroule une drôle de guerre depuis plus de cinq ans. Bangkok y a dépêché plus de la moitié de ses effectifs armés pour y combattre une guérilla islamiste, que certains qualifient de « fantôme ».
 
En effet, aucune revendication claire n’est jamais parvenue aux autorités thaïlandaises. Et ces activistes n’ont pas de représentants bien définis même si, sur place, on les désigne sous l’appellation RKK, soit Runda Kumpulan Kenci ou « Petite unité combattante ».
 

Guérilla.
 
Si certains mettent en doute l’existence même de cette guérilla sans visage, les morts, eux, sont bien réels. En cinq ans, 3 600 victimes ont été recensées, la plupart étant des civils. Et depuis 2007, le sud, musulman, dénonce l’augmentation des assassinats par l’armée thaïlandaise et les recours, de plus en plus fréquents, à la torture. « Nous avons reçu à ce jour au moins 77 plaintes pour torture», affirme ainsi Preeda Tongchumnum, avocate pour le Conseil des avocats musulmans. De son côté, l’armée nie. « Je vous assure qu’il ne s’agit pas d’une stratégie délibérée », lâche le colonel Parinya Chaidulok.
 
Alors que ce conflit entre dans sa sixième année, aucune issue politique ne semble se profiler. Le tout nouveau Premier ministre thaïlandais, Abhisit Vejjajiva a assuré qu’il ferait de la « pacification » de cette région l’une de ses priorités.


Photos: la présence militaire thaie dans le sud de la Thaïlande...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Rugby15 le août 29, 2009, 12:43:45 pm
J'avais trouvé cet article pas mal ya quelque temps. On pige tout !

Citer

THAÏLANDE : INSURRECTIONS ISLAMIQUES AU SUD

http://redtac.org/

Le 8 juin 2009, dans une mosquée du district Cho-ai-rong de la province de Narathiwat en Thaïlande, un homme a ouvert le feu sur des fidèles musulmans. Cet attentat, qui a fait 10 morts et 12 blessés, s’inscrit dans une vague de tensions et d’insurrections qui ont marqué l’histoire récente de la Thaïlande, déchirée entre le pouvoir politique représentant la majorité bouddhiste du pays, et la minorité musulmane du sud. Comptant seulement 2,3 millions d’individus sur une population de plus de 65 millions, la communauté musulmane thaïlandaise se trouve largement exclue du pouvoir institutionnel national et revendique que leur soit reconnu un État propre, séparé de la monarchie Thaïlandaise.

Comme beaucoup de pays d’Asie du Sud-Est, la Thaïlande renferme une grande fragmentation linguistique et religieuse. La Thaïlande compte trois provinces à majorité musulmane et d’ethnie malaise : Yala, Narathiwat, Pattani et Songkhla.

Depuis 5 ans, ces provinces sont le théâtre de revendications séparatistes de groupuscules musulmans. Ces groupes ethniques installés à la frontière de la Malaisie refusent d’abandonner leurs différents culturel, linguistique et religieux. Comme le soulignait Aurélien Clément dans sont billet : « Attachés à leurs cultures et plus particulièrement à leur religion, ils luttent désespérément pour sauvegarder leurs identités face à l’État qui tente de les amalgamer culturellement ». (Aurélien Clément; Les Malais, une minorité ethnique parmi tant d’autres en Thaïlande).

Les troubles associés aux revendications au sud de la Thaïlande, à la frontière de la Malaisie, ont fait depuis 2004, plus de 3600 morts dont la plupart sont des civils. Cette région de la Thaïlande est exclue et mal intégrée au reste du pays. À Bangkok, on retrouve 500 000 musulmans qui eux, semblent mieux intégrés que ceux du sud au moins économiquement étant donné les plus grande opportunités d’emploi que la capitale offre. Cette relative prospérité des musulmans de Bangkok les rend moins susceptibles de succomber à la tentation de la violence.

Ces revendications autonomistes ont été accompagnées, au cours des dernières années, de nombreux actes politiques radicaux par des groupuscules islamiques sécessionnistes. Les objectifs premiers du Pejuang Kemerdekaan Pattani, organisation islamiste de cette région sont de chasser les non musulmans considérés comme des mécréants qui doivent être combattus, et d’empêcher le gouvernement de dominer la région à partir de Bangkok.

Ces groupuscules cherchent à faire fuir la population thaïe du sud de la Thaïlande et discréditent ainsi les autorités thaïes. La plupart des attentats visent les bouddhistes et cherchent à créer un climat de terreur. Selon Human Rights Watch, “Les séparatistes cherchent à libérer par la force le Pattani Darussalam (Terre islamique de Pattani), de ce qu’ils qualifient d’occupation bouddhiste thaï.” Pattani Darussalam débute ses insurrections violentes dans le sud de la Thaïlande en 2001. Ces guérilleros sont soupçonnés d’être affiliés aux organisation clandestined Al-Qaida et Jemaah Islamyah.

Le 4 janvier 2004, un camp militaire de Narathiwat dans le sud du pays est attaqué par des séparatistes : des individus jettent des bombes artisanales sur des marchés, hôtels, distributeurs d’électricité, cinéma. Deux personnes tuées et une vingtaine de personnes blessées. C’est alors que Shinawatra, ancien premier ministre de la Thaïlande déclare l’État d’urgence et ordonne l’application d’un couvre feu qui permet au gouvernement thaïlandais de perquisitionner sans mandat et de contrôler les conversations électroniques et courriels, de censurer des medias etc.

Afin de confronter le problème, le gouvernement thaïlandais prend des mesures répressives au lieu d’ouvrir des négociations avec les musulmans. Le 13 janvier 2009, le Rapport Thailand : Torture in the southern counter-insurgency fait état de personnes frappées violemment, brûlées avec des bougies, enterrées jusqu’au cou dans le sol, soumises à des décharges électriques et exposées à de la chaleur et du froid intenses. (http://www.amnesty.org/fr/library/info/ASA39/001/2009/fr)

Depuis 2004, chaque chef politique thaïlandais a échoué dans sa recherche d’une solution au conflit. Selon Brad Adams, directeur pour l’Asie à Human Rights Watch “Les groupes armés à l’origine de ces attaques ne les revendiquent pas, aucune exigence politique n’est formulée. Il ne semble pas non plus y avoir de volonté quelconque d’engager des pourparlers avec le gouvernement”.

Le gouvernement thaïlandais ne sait toujours pas qui sont les responsables des attentats dans la mosquée de Narathiwat de lundi dernier. Du moins, « Le chef de l’armée thaïlandaise, le général Anupong Paojinda, a accusé mardi les rebelles séparatistes du Sud musulman d’avoir perpétré une attaque sanglante la veille contre une mosquée et de chercher à en rendre responsables les forces de sécurité.” Tandis que des villageois de Narathiwat affirment que des séparatistes de la région n’auraient jamais attaqué une mosquée.

L’attentat du 8 juin dernier, n’est que la continuité de plusieurs assassinats signés par des séparatistes du sud de la Thaïlande. Le 20 mai dernier, deux femmes en motos sont abattues et brulées toujours par des séparatistes de confession musulmane. Le 2 juin dernier, deux femmes bouddhistes sont abattues  à Narathiwat. Selon des statistiques établies par le Bangkok Post,  113 enseignants ont été tués depuis janvier 2004. Les attentats commis par ces militants ont pour cible des civils bouddhistes, même des moines mais aussi des musulmans qui collaborent avec les autorités thaïes ou qui s’opposent aux actions des militants.

Ces événements violents viennent confirmer la présence d’une profonde frustration, d’un sentiment d’exclusion, ressentie par la population du sud de la Thaïlande. La cause islamiste tire évidemment avantage de cette situation pour embrigader les thaïs musulmans dans ses rangs. Tant que Bangkok ne réussira pas à rétablir sa crédibilité comme gouvernement véritablement national, c’est-à-dire dédié au bien-être de tous ses citoyens, il est à craindre que les violences se poursuivront.


Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Bip Bip le août 29, 2009, 06:04:14 pm
Et quand compte-t-on voir la fin de ce conflit ?
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: banedon le août 29, 2009, 06:12:16 pm
C'est bien triste tout ça.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Bip Bip le septembre 02, 2009, 06:59:56 pm
Il n'y a pas l'air d'y avoir de solution possible. A quand le réglement de ce conflit qui me fait penser à la guerre civile irlandaise. il a fallut presque un siècle pour en voir la fin.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le septembre 03, 2009, 06:26:14 pm

Le gros problème est que le gouvernement thaï n'a pas d'interlocuteur à qui s'adresser du coté indépendantiste musulman... La plupart des unités rebelles fonctionnent en électrons libres sans lien entre elles... Du coup, difficile d'entamer des pourparlers avec un ennemi non unifié...

Le mois dernier, de violents combats ont opposés l'Armée et les forces de police aux rebelles dont plusieurs ont été abattus...


Photos des combats:
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le septembre 03, 2009, 06:29:30 pm

Combats dans le Sud (suite)...

L'Armée thaïlandaise a également eu des pertes...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: DocTournesol le septembre 03, 2009, 09:32:09 pm
Comme il est triste de voir un pays aussi fantastique que la Thailande s'enfoncer dans une telle horreur. Heureusement, seule la région du Sud est concernée. En tout cas, des photos dures mais parlantes !
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le septembre 06, 2009, 04:50:04 pm

Les attentats continue dans le grand Sud de la Thaïlande, zone heureusement non touristique...

L'Armée thaïlandaise organise de nombreuses patrouilles afin de protéger les moines, les enseignants, les dignitaires et également pour repérer les rebelles...

Toute la difficulté est de savoir d'où viendra le danger: la voiture d'en face chargé d'explosifs, la lisière ou est embusqué le terroriste, le nid de poule ou est dissimulée la mine...

Photos de patrouilles...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le septembre 08, 2009, 09:00:51 am

Des élections locales se sont déroulées dans le Sud (Région de Pattani) le 6 Septembre. chaque bureau de vote étaient protégé par l'Armée et les forces de Police... Néanmoins des hommes armés ont abattu 3 villageois musulman dont un leader local et sa fille...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le décembre 16, 2009, 12:49:52 pm

Ca a encore shooter hier 15 décembre dans le Grand Sud...  :o

La police et l'armée thaïlandaise ont abattu deux terroristes musulmans dans un affrontement sur la frontière de Malaisie...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le décembre 20, 2009, 10:43:39 am

Une superbe vidéo-photos sur la guerre qui est actuellement menée au sud de la Thailande... Ici:

http://www.youtube.com/watch?v=AFWZUr41xO0


GRANDE EMOTION !
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Malco le décembre 20, 2009, 11:58:05 am
En effet superbe montage vidéo-photos mais bien triste de voir cela encore de nos jours , en espérant que cette guerre s'arrêtera un jour .
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Rugby15 le décembre 20, 2009, 01:48:04 pm
Ouai, c'est poignant !  :'(  Triste de voir ça en Thailande !
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le janvier 08, 2010, 02:58:46 pm
Brève:

Cette semaine, le premier ministre Abhisit Vejjajiva s'est rendu dans le Sud du pays où il a rencontré de nombreux leaders musulmans afin de tenter de trouver une solution au conflit qui dure depuis 9 ans...
Titre: Re : Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Rugby15 le janvier 09, 2010, 12:17:28 pm

Cette semaine, le premier ministre Abhisit Vejjajiva s'est rendu dans le Sud du pays où il a rencontré de nombreux leaders musulmans afin de tenter de trouver une solution au conflit qui dure depuis 9 ans...


Devait y avoir une sacrée sécurité !
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le janvier 16, 2010, 03:32:13 pm

ca ne s'arrêtera donc jamais, quelle tristesse...  :'(
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le janvier 21, 2010, 11:03:00 am

124, c'est le nombre d'enseignant tué depuis le début du conflit dans le Sud en 2004...

Depuis l'armée thaïlandaise a placé des unités de protection dans presque toutes les écoles (photos ci-dessous)...

Indépendantisme ou quelque soit la raison, je trouve inadmissible de s'en prendre aux sources du Savoir...  :(
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Malco le janvier 21, 2010, 11:23:48 am
Citer

Indépendantisme ou quelque soit la raison, je trouve inadmissible de s'en prendre aux sources du Savoir


Cela me fait penser au Cambodge à l'époque , triste réalité .
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le mars 31, 2010, 08:51:09 am

On ne parle plus beaucoup des problèmes dans le sud de la Thaïlande car les événements politiques de Bangkok ont pris le pas sur le reste de la vie sociale du Royaume...

Néanmoins, le conflit continue... Des policiers armés sont maintenant dans les trains afin d'assurer la sécurité des voyageurs...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Rugby15 le avril 22, 2010, 11:51:21 am
LES EXPERTS DU SUD

la merde au passé pré sent futur allez les petits gars faudrait mettre le turbot une bonne fois pour toutes pour l'éradiquer ce mouvement islamique !
 
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le avril 22, 2010, 06:22:19 pm

Nono, on en a déjà discuté, ce n'est pas un mouvement islamiste mais bel et bien un mouvement indépendantiste !...

Une partie des Yawi, originaires du royaume indépendant de Patani, situé dans le passé au sud de la Thaïlande, n'a jamais accepté son annexion forcée par le roi Rama V en 1905, et encore moins le pouvoir centralisé imposé par les Thaïs...

Il se trouve que les Yawi sont essentiellement musulmans (ils ont été islamisés par les Malais à partir de 1450), mais cela n'a pas grand chose à voir avec l'origine de leur lutte. Par contre, on ne peut nier le fait que l'Islam joue aujourd'hui  le rôle de ciment entre les insurgés et donne quelque chose de commun à toute les factions...

Néanmoins, seuls quelques extrémistes revendiquent un combat d'origine véritablement religieuse...

J'ai pu constater que la présence de nombreuses Religions (Bouddhisme, Islamisme, Christianisme, Hindouisme, Sikhisme, Animisme, etc...) n'est pas un problème en Thaïlande. Le gouvernement ne pose pas de barrière laïque à l'exercice des différents cultes et se montre très ouvert vis à vis d'eux.

...

Carte: la population musulmane en Thaïlande.

Les communauté musulmanes du Nord et de Bangkok vivent parfaitement leur religion et n'ont pas de revendications particulières. Elles sont parfaitement intégrées dans le Royaume.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le juin 14, 2010, 03:50:24 am
13 juin 2010 Le Monde


Encore 5 morts dans des violences dans le sud du pays        :'(


Cinq personnes ont été tuées et 24 blessées dans des attentats et fusillades dans le sud de la Thaïlande, en proie à une rébellion séparatiste, a indiqué la police dimanche.

Quatre musulmans ont été tués samedi lors de plusieurs fusillades à travers les provinces du sud de Yala, Narathiwat et Pattani, selon la même source.

Par ailleurs, des insurgés ont lancé tard samedi deux grenades artisanales visant des commerces d'alimentation, tuant un bouddhiste de 35 ans et blessant 24 personnes, selon la police.

La population de la région est très majoritairement d'ethnie malaise et de confession musulmane, contrairement au reste de la Thaïlande, essentiellement bouddhiste.


Depuis janvier 2004, dans cette région rattachée à la Malaisie jusqu'au début du 20e siècle et où des groupes rebelles luttent contre la domination de Bangkok, l'insurrection a fait plus de 4100 morts.    :'(
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le juillet 03, 2010, 09:29:53 am

Hier 2 juillet 2010, des séparatistes insurgés ont tendu une embuscade à une patrouille des forces de sécurité de Thaïlande du sud (région de Yala) et ont tué trois soldats grace à une mine AC placée sur la route... C'est la deuxième attaque en deux jours...

Heureusement que cette région n'est pas touristique... Après le événements politiques du mois dernier, cette guerrilla du "grand sud" qui se poursuit ne fait que noircir encore l'image de la Thaïlande...

Source: Reuters
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Rugby15 le juillet 03, 2010, 11:37:56 am
Dac avec toi pour les indépendantistes Manu mais il y aurait pas l'Islam radical, on en serait pas la. c'est quand même un moteur !
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le juillet 06, 2010, 09:10:43 am

Dans le grand sud du pays (Yala, Pattani), les restaurants tenues par des Thaïs bouddhistes s'équipent depuis quelque temps de grillage anti-grenade... La sécurité avant tout !
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le août 13, 2010, 09:37:46 am

Les combats continuent dans le "Grand Sud"... Avant-hier 11 aout 2010, une patrouille de militaires est tombée dans une embuscade dans la province de Narathiwat... Une bombe avait été placée dans une voiture sur son itinéraire... Heureusement, elle n'a pas fait de victime...

On retrouve ici une technique de guerilla utilisée en Irak ou en Afghanistan...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le août 13, 2010, 10:22:28 am

Quelle tristesse,  ils ne s'arrêteront donc jamais...  :(

Espérons que le Ramadan calme un peu tout le monde pendant un mois...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: banedon le août 13, 2010, 02:19:06 pm
Ou va le monde, entre les catastrophes naturelles, les guerres civiles et religieuses... droit dans le mur!  :hang
Titre: Re : Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Malco le août 13, 2010, 02:37:03 pm

Ou va le monde, entre les catastrophes naturelles, les guerres civiles et religieuses... droit dans le mur!  :hang


Voir ce livre qui vient de sortir .

---------------------------------

Maxime CHATTAM  
 
LA THÉORIE GAÏA
 
Et si le monde n'avait plus besoin de nous ?  

La terre, dans un futur proche...
Les chiffres parlent d'eux-mêmes : multiplication des catastrophes naturelles, instinct de prédation en pleine recrudescence, accroissement exponentiel des tueurs en série... La planète se meurt et nous sommes son cancer.
L'Humanité est son propre virus.
Appelés d'urgence par la Commission européenne, un couple de chercheurs prend conscience du chaos qui s'annonce. Dans un monde livré aux éléments, où toute la violence de l'homme semble éclater soudain, le secret d'État se révèle explosif. Inavouable.
Survivront-ils ?
Survivrons-nous ?
 
Plus d'infos sur ce lien  : http://www.pocket.fr/site/la_theorie_gaia_&104&9782266189422.html
Titre: Re : Re : Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le août 13, 2010, 05:24:39 pm

Maxime CHATTAM 
LA THÉORIE GAÏA

Et si le monde n'avait plus besoin de nous ?  



et oui... assez épouvantable... quand on réfléchit bien...  
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le août 14, 2010, 09:50:25 am

Effectivement Line, le Ramadan a commencé cette semaine en Thaïlande avec la première Tarawih dans la soirée du 12 aout (photo ci-dessous prise à Narathiwat)...

Les tarawih sont les prières quotidiennes du soir, exécutées après celle de la Isha, pendant le mois de jeûne du Ramadan.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le août 30, 2010, 09:36:25 am

Là, j'émets un gros doute...


Une nouvelle unité de policiers à motos !

Une nouvelle unité thaïlandaise de policiers à motos vient d'être créé dans le sud pour lutter contre les terroristes qui mènent des actions dans les région de Pattani, Yala et Narathiwat.

Personnellement, j'émets un gros doute quant à son efficacité... Nous savons tous que la moto a prouvé son utilité pour la reconnaissance et le renseignement... elle s'est montré efficace pour transporter des policiers face à des foules désarmés (comme en Iran l'année dernière) mais contre des combattants équipés d'armes de guerre, je ne vois pas en quoi elle pourra être utile...

En regardant ses photos, on peut voir que:
- Le conducteur et le tireur n'ont aucune protection !
- Le tireur est dans l'incapacité de viser avec précision à cause du mouvement du 2 roues !
- Les motos de type Honda Dream n'ont aucune puissance et aucune capacité tout-terrain, ce qui est pourtant nécessaire dans le cadre du combat !

Bref, du n'importe quoi !...  :o
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le septembre 09, 2010, 11:56:59 am

Un chiffre bien triste !...

Un nouvel enseignant Thaï a été abattu dans le Sud du Royaume par les rebelles alors qu'il se rendait en moto à son école... C'est le 134ème enseignant thaï depuis depuis 2004 dans la région...

Son assassin probable, un militant musulman soupçonné d'avoir tué 4 autres personnes dont un autre enseignant, a été arrêté...

 :'(

Pour moi, les indépendantistes n'ont aucune excuse... Ce genre de lâche assassinat ne peut et ne pourra jamais servir leur cause... Il ne pourra que les faire détester du reste de la population et illégitimer leur combat...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le septembre 14, 2010, 01:41:42 pm

Le conflit vu par les catholiques... Un texte qui résume assez bien les derniers évènements s'étant déroulés dans le "grand sud" du Royaume ces dernières semaines...


Violences dans les provinces musulmanes


Le 7 septembre dernier, un couple d'enseignants, tous deux bouddhistes et instituteurs dans une école publique de la province de Narathiwat, dans le sud du pays, ont été tués alors qu'ils se rendaient à motocyclette, tôt le matin, à leur travail. Le tueur se trouvait sur une autre moto et les a criblés de balles à l'arme automatique en les dépassant. Le lendemain, en signe de protestation, la Fédération des enseignants de Narathiwat a appelé les quelque trois cents établissements scolaires de la province à fermer leurs portes, tandis qu'à Bangkok, le Premier ministre, Abhisit Vejjajiva promettait qu'il se rendrait dans le sud thaïlandais « dès que possible ».

Depuis le 4 janvier 2004, les trois provinces les plus méridionales de la Thaïlande, Pattani, Yala et Narathiwat, sont la proie d'une insurrection larvée, les rebelles demandant le rattachement de cette région majoritairement musulmane à la Malaisie toute proche. Au-delà de la revendication politique, qui s'appuie sur le fait que, juqu'en 1909, les trois provinces faisaient partie d'un sultanat de Malaisie, le conflit, particulièrement meurtrier, a des causes multiples et complexes. Un récent rapport de police recense 4.137 morts et 7.135 blessés en l'espace de six ans. Les attentats, attaques à l'arme automatique ou à la bombe, se succèdent dans ces provinces où les populations majoritairement malaises et de religion musulmane sunnite offrent un contraste marqué avec le reste de la Thaïlande, essentiellement bouddhiste.

Les insurgés prennent généralement pour cibles des personnes qu'ils considèrent comme étant des « collaborateurs » du régime thaïlandais : soldats, policiers, membres de l'administration ou enseignants (on dénombre 135 morts parmi ces derniers). Le mode opératoire est souvent le même : les personnes visées sont abattues alors qu'elles se rendent à leur travail en mobylette. L'insécurité n'est toutefois pas du seul fait des insurgés musulmans, la population locale se plaignant amèrement de l'attitude des forces armées et des nombreuses exactions commises par elles ou les milices qui leur sont liées. De plus, la région est connue pour abriter d'importants réseaux de trafiquants de drogue (2).

Le climat de peur qui pèse sur la vie des populations locales a forcé nombre de non-musulmans à refluer plus au nord. Les catholiques, qui constituent une toute petite minorité, sont 400 fidèles à peine pour l'ensemble des trois provinces. L'Eglise est toutefois relativement présente dans la région, notamment par le biais d'établissements scolaires. Dans la province de Yala, Veerawat Buakaew enseigne à l'école Mana Suksa, une école primaire et secondaire de plus de 800 élèves. L'action meurtrière du 7 septembre l'inquiète, mais il se déclare prêt à rester sur place. « Lorsque j'ai commencé à enseigner ici, il n'y avait pas autant d'attaques. Mais j'ai créé des liens avec mes élèves et c'est aussi pour cela que je ne veux pas les quitter », témoigne-t-il à l'agence Ucanews (3). Lucide, il ne cache pas que chaque jour est vécu dans la crainte d'une action terroriste. Chaque aller-et-retour entre son domicile et l'établissement scolaire peut être le dernier. « Je ne sais pas ce qui va se passer au tournant de la rue. Parfois, on trouve des grenades. J'ai peur », explique-t-il encore.

Pour la directrice de l'école Mana Suksa, Sœur Jenta Rattanasakchaichan, « l'attaque qui vient d'être commise a eu un fort impact sur le moral des enseignants ». Pour prévenir le danger, un réseau de 16 caméras de surveillance a été installé tout autour de l'école il y a deux mois et les enseignants ont pour consigne de retourner chez eux immédiatement après le travail, sans attendre la tombée du jour. Si le conflit oppose les insurgés, issus de la population locale malaise et musulmane, aux représentants du pouvoir central, thaïs et bouddhistes, les chrétiens sont assimilés à ces derniers. Le 1er septembre dernier, la directrice d'une autre école catholique, Sœur Lawan Kokkruo, de l'école Charoensi Suksa, dans la province de Pattani, a échappé de peu à la mort lorsqu'une bombe a explosé à un checkpoint situé juste à l'extérieur de son établissement. Lorsque l'engin a explosé, personne ne se trouvait à proximité et les dégâts n'ont été que matériels.

En dépit de ce contexte tendu, l'Eglise locale veut croire que la cohabitation entre les communautés ethniques et religieuses est possible. En janvier dernier, le diocèse de Surat Thani a ainsi lancé un programme de formation pour 3 500 musulmanes, dont le mari est mort ou handicapé à la suite d'actes de violence. Financé par l'Union européenne, le programme, qui durera trois ans, vise à leur faire acquérir un savoir-faire professionnel leur permettant de nourrir leur foyer. Il vise également à améliorer les relations entre la population locale et les autorités, relations le plus souvent empreintes de défiance. Le P. Suwat Luang-sa-ard, directeur du Centre diocésain de développement social, précise que le gouvernement mène des programmes similaires mais que, contrairement à ceux mis en place par le diocèse, ceux-ci ne touchent pas les villages des zones rurales, notamment en « zone rouge » où les représentants des autorités ne se risquent pas à pénétrer.

Enfin, une autre initiative de l'Eglise catholique a été récemment lancée pour désamorcer la méfiance entre les communautés. Directeur du Centre de recherche pour la paix au sein de la prestigieuse université Mahidol à Bangkok, Kothom Areeya, laïc catholique, a initié avec six de ses pairs une marche pour la paix de 1 100 km pour relier la capitale du royaume aux trois provinces du sud. Les marcheurs sont arrivés début septembre à la Grande Mosquée de Pattani, en ayant passé chaque nuit dans des temples bouddhistes ou des mosquées. En cours de route, ils ont été rejoints par plusieurs centaines de personnes, dont des moines bouddhistes. Les médias nationaux ont rapporté leur initiative, indiquant que, sur la route, les habitants offraient eau et nourriture aux marcheurs, ainsi que des messages écrits en faveur de la paix dans le sud thaïlandais.


http://zenit.org/
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le octobre 09, 2010, 09:15:55 am

Et encore une embuscade hier 8 octobre 2010 et un soldat thaïlandais tué par les séparatistes musulmans, ainsi que 3 civils dans la province de Narathiwat...

Quelle tristesse !... Le conflit est totalement enlisé et une poignée d'insurgés continue à faire régner la terreur...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Rugby15 le novembre 01, 2010, 12:00:23 pm
Article du 17 octobre 2010: On est a 4390 morts depuis le début de la guerre dans le sud. Dur quad même !

L'article en english là:

http://images.google.fr/imgres?imgurl=http://topnews.in/law/files/thi-army11.jpg&imgrefurl=http://www.topnews.in/law/region/thailand&usg=__pBZoYKYdTIqYMGATM9Sa8cy6W_0=&h=1195&w=800&sz=443&hl=fr&start=18&zoom=1&itbs=1&tbnid=x88zXPnFiGGENM:&tbnh=150&tbnw=100&prev=/images%3Fq%3Dthai%2Barmy%2Boctober%2B2010%26hl%3Dfr%26gbv%3D2%26tbs%3Disch:1


Thailand's southern conflict claims 4,390 lives

Bangkok, Oct 17 - Sectarian violence in southern Thailand has claimed 4,390 lives over the past six years and left 7,139 injured, a survey revealed Sunday.

The Deep South Watch of Prince Songkhla University in Pattani, 750 km south of Bangkok, recorded 10,284 acts of violence in the region since January 2004.

It said 60 percent of the 4,390 people killed were Thai-Muslims, The Nation newspaper reported.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le janvier 26, 2011, 11:19:16 am

Une bombe explose en Thaïlande : 9 morts

Neuf personnes ont été tuées et deux autres blessées mardi par l'explosion d'une bombe artisanale dans le sud de la Thaïlande, théâtre d'une insurrection séparatiste islamiste depuis 2004.

Selon le responsable de la police Sawas Tiawirat, la bombe était placée sur le bord de la route et son explosion a frappé une voiture dans la province de Yala. Il s'agit de l'attentat le plus meurtrier dans la région depuis plus d'un an.

La semaine dernière, quatre soldats avaient été tués dans une attaque contre leur poste dans la province voisine de Narathiwat.

L'insurrection dans les trois provinces les plus méridionales de la Thaïlande a fait plus de 4 300 morts depuis janvier 2004.


http://www.cyberpresse.ca/
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le janvier 29, 2011, 10:23:38 am

Photo bien triste...

Dans le sud de la Thaïlande, les indépendantistes musulmans s'en prenant aux écoles, les éléves doivent être escortés par des militaires...

(Reuters)
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: DocTournesol le janvier 29, 2011, 05:40:16 pm
Heureusement que cela ne se passe pas ainsi dans mon école. La cohabitation serait difficile vu le nombre de collègues antimilitaristes. Je me sens parfois bien seul.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le février 19, 2011, 09:24:41 am

La guerre sans fin des islamistes thaïlandais


Dix-huit personnes blessées dans l’explosion d’une voiture piégée, neuf morts lors d’un assaut contre une caserne, des femmes et enfants bouddhistes abattus ou décapités chaque semaine, les enseignants tabassés à mort, ou décapités sur leur moto: bienvenue dans le sud de la Thaïlande à majorité musulmane.

Depuis 2004 et le regain de troubles dans le Sud musulman, les autorités ont dénombré plus de 11 000 actes de violence, dont près de 8 000 imputés aux militants séparatistes, qui ont fait 4 317 morts et 7 135 blessés, selon le Bangkok Post. Depuis le début de l’insurrection, en 2004, les analystes ont cherché à identifier, sans grand succès,  les principales motivations d’une violente rébellion qui vise a terroriser la minorité bouddhiste du sud de la Thaïlande.

La Thaïlande, est un pays bouddhiste à 95%. Environ 2,8 millions de Thaïlandais, soit 4,6% de la population totale de 63 millions, sont musulmans. Les musulmans sont fortement concentrés dans trois provinces de l’extrême sud où ils représentent environ 80% de la population: Pattani, Narathiwat et Yala.

Une étude, réalisée par l’International Crisis Group, permet d’apporter quelques éléments de réponses : elle décrit un mouvement de combattants musulmans d’origine malaise qui cherchent l’indépendance de la Thaïlande. Leur mouvement s’appuie sur un ressentiment de longue date envers la majorité bouddhiste thaïlandaise.


Au moins 108 enseignants massacrés

Les militants islamistes sont suspectés d’avoir tué au moins 108 enseignants employés par le gouvernement et 27 autres membres du personnel éducatif dans les provinces frontalières du sud de la Thaïlande depuis janvier 2004.

Jeudi dernier, un groupe de combattants a pris d’assaut un camp militaire du district de Rangae, dans la province de Narathiwat, faisant quatre morts et sept blessés. Selon le journal The Nation, les assaillants se seraient emparés d’une multitude d’armes et de près de 5000 munitions.

Selon certaines analyses, l’idéologie séparatiste, et le recrutement des insurgés sont entretenus par l’incapacité des autorités à répondre aux doléances locales. A cela s’ajoutent en outre la violence des interventions militaires, les violations des droits de l’homme répétées, les mauvais traitements infligés aux musulmans et l’impunité de leurs auteurs.


Un nouveau cycle de violence

La série d’attaques perpétrées depuis la fin de 2010 montre qu’ un nouveau cycle de violence est en route caractérisé par des attaques à la bombe parfaitement préparées et coordonnées avec des raids contre des casernes militaires. Cette nouvelle vague est menée par des militants endurcis et radicalisés qui semblent peu intéressés par une offre de dialogue avec les autorités.

Les réactions suscitées, il y a cinq ans, par l’idée de créer une zone administrative spéciale pour le Sud à majorité musulmane en disent long sur le problème. La proposition émanait d’un ancien Premier ministre, le général Chavalit Yongchaiyudh, mais elle a été rapidement mise au placard.

Les préjugés d’ordre ethnique et l’ultranationalisme de la société thaïlandaise, conduisent souvent à faire l’amalgame entre décentralisation politique et séparatisme.


Des liens avec le Pakistan et Al Qaida

Selon certaines sources, les musulmans thaïlandais ont tendance à étudier à l’étranger, au Moyen-Orient et au Pakistan. Beaucoup d’entre eux reviennent en Thaïlande pour y enseigner dans les écoles religieuses, transmettant l’extrémisme à une nouvelle génération.

Des musulmans de Pattani auraient reçu une formation dans des centres d’Al-Qaida au Pakistan, et ont forgé des liens avec des groupes tels que le Front de libération islamique Moro aux Philippines et le Mouvement pour l’Aceh libre en Indonésie.

Les musulmans ne voient aucune différence entre le gouvernement d’Abhisit et ceux de ses prédécesseurs.  L’armée est restée silencieuse. Les organisations bouddhistes ont exprimé leur hostilité, invoquant le risque de sécession. Des responsabilités accrues pour la société civile et des droits renforcés pour les collectivités, sont des facteurs d’équilibre indispensables pour rétablir un semblant de paix dans cette région ravagée par sept années de violence continue.


http://thailande-fr.com/
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le mars 02, 2011, 09:33:24 am

Dans le sud de la Thaïlande, des militaires accompagnent maintenant systématiquement les voyageurs des trains afin d'éviter les assassinats de bouddhistes et de musulmans proches du gouvernement par les rebelles...

(Reuters)
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le avril 16, 2011, 09:10:14 am

Triste info mais comment venir à bout des insurgés ?...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: rudy le juin 03, 2011, 12:20:34 pm

Six morts dans le sud en proie à une rébellion séparatiste

vendredi 03 juin 2011

(Belga) Six personnes ont été tuées et huit autres blessées dans des attentats dans l'extrême sud de la Thaïlande en proie à une rébellion séparatiste, a indiqué la police mercredi.

Un responsable du gouvernement local et un bénévole travaillant à la sécurité, tous deux musulmans, ont été tués et quatre autres personnes blessées dans l'explosion d'une bombe sur la route mercredi matin, dans la province de Yala.

Mardi, dans la province de Narathiwat, deux rebelles islamistes présumés sont morts lorsque la bombe qu'ils posaient a explosé accidentellement. Un autre a été blessé mais a pu s'enfuir, a précisé la police. Dans la province de Pattani, une attaque à l'arme à feu a tué mardi une femme bouddhiste de 48 ans et un musulman de 27 ans.

Enfin, à Yala, deux policiers, membres d'une équipe de protection des enseignants, ont été blessés par une bombe. Cinq autres personnes avaient déjà été tuées dimanche et lundi dans le cadre de cette rébellion.

L'insurrection, qui est montée d'un cran ces derniers mois, a fait plus de 4.500 morts depuis janvier 2004 dans cette région rattachée à la Malaisie jusqu'au début du 20e siècle et où des groupes rebelles luttent contre la domination de Bangkok. Le conflit est de nature essentiellement séparatiste, mais s'est alimenté d'une dimension religieuse au sein d'une population majoritairement d'ethnie malaise et de confession musulmane, contrairement au reste de la Thaïlande, essentiellement bouddhiste. (OSN)


jusqu'ou ira la folie des hommes ......
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le juin 17, 2011, 02:35:14 pm
http://www.20minutes.fr/ledirect/742937/thailande-quatre-soldats-meurent-embuscade - 17/06/11


et toujours de bien tristes nouvelles... ne s'arrêtera t-il jamais ce conflit ?


Quatre soldats meurent dans une embuscade


Quatre soldats thaïlandais ont péri ce vendredi dans une embuscade imputée à des séparatistes musulmans, rapporte la police.
 
Les militaires, qui patrouillaient à pied pour assurer la sécurité d'un marché bondé dans la province méridionale de Pattani, ont été tués à bout portant après avoir été suivis par leurs agresseurs.

Ces derniers ont pris les fusils M-16 de leurs victimes avant de s'enfuir à bord d'un 4x4.
 
Les musulmans de souche malaise constituent la majorité de la population des provinces de Pattani, Yala et Narathiwat, en proie à une insurrection séparatiste qui a fait plus de 4.500 morts depuis 2004...

Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: casamui le juillet 05, 2011, 06:13:06 pm
Evoqué, dans le topic sur les drogues, le problème du Sud est bien plus complexe qu'il n'y parait.
Alors qu'une grande majorité des Thais musulmans du Sud vivent leur religion de manière calme et modérée, une infime partie d'entre eux a basculé dans la violence et le terrorisme. Comme toujours dans ce cas, ils s'en prennent aux civils également, moines, femmes et enfants ne sont pas épargnés, et c'est d'ailleurs le propre du terrorisme que de s'attaquer aux innocents. Mais il serait faux de placer tous les musulmans dans cette catégorie de lâches. Tous ceux que je connais sont indignés par les attentats et préfèreraient une cohabitation pacifique.
Il est donc grand temps pour les politiques de prendre ce problème avec réflexion et pertinence, ce qui a cruellement manqué sous l'ère Taksin mais également sous Abhisit. Je suis pourtant convaincu qu'il y a des solutions de rapprochement avec la communauté musulmane, sous réserve que celle ci puisse endiguer elle même ses éléments violents.
Titre: Re : Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le juillet 15, 2011, 12:48:08 pm

Evoqué, dans le topic sur les drogues, le problème du Sud est bien plus complexe qu'il n'y parait.
Alors qu'une grande majorité des Thais musulmans du Sud vivent leur religion de manière calme et modérée, une infime partie d'entre eux a basculé dans la violence et le terrorisme. Comme toujours dans ce cas, ils s'en prennent aux civils également, moines, femmes et enfants ne sont pas épargnés, et c'est d'ailleurs le propre du terrorisme que de s'attaquer aux innocents. Mais il serait faux de placer tous les musulmans dans cette catégorie de lâches. Tous ceux que je connais sont indignés par les attentats et préfèreraient une cohabitation pacifique.
Il est donc grand temps pour les politiques de prendre ce problème avec réflexion et pertinence, ce qui a cruellement manqué sous l'ère Taksin mais également sous Abhisit. Je suis pourtant convaincu qu'il y a des solutions de rapprochement avec la communauté musulmane, sous réserve que celle ci puisse endiguer elle même ses éléments violents.



complètement d'accord, Christophe... mais en attendant, ca continue...  :(



http://www.chretiente.info/201107144053/thailande-massacre-de-bouddhistes-de-la-part-des-rebelles-islamiques-dans-le-sud-premier-defi-pour-le-nouveau-gouvernement/

THAILANDE – Massacre de bouddhistes de la part des rebelles islamiques dans le Sud : premier défi pour le nouveau gouvernement


Alors que la nation est à la recherche d’un « terrain commun » sur lequel reconstruire le tissus d’une société lacérée et cherche des chemins de « réconciliation nationale » au lendemain des élections législatives qui ont vu la victoire de la jeune Yingluck Shinawatra, l’insurrection musulmane présente dans le Sud du pays revient avec force sur le devant de la scène.

Des violences et des massacres se succèdent aux dépens de familles sans défense : les victimes sont en majorité des bouddhistes qui, dans l’extrême sud de la Thaïlande – au sein des trois provinces à majorité musulmane que sont Pattani, Yala et Narathiwat – à la frontière avec la Malaisie constituent une petite minorité et sont pris pour cibles par des groupes de rebelles qui ont recours à des méthodes terroristes.

Ainsi que l’indiquent des sources de Fides dans le sud de la Thaïlande – sources qui demandent à conserver l’anonymat pour raisons de sécurité – récemment, une famille bouddhiste a été massacrée et deux jeunes gens décapités. « Il s’agit de victimes innocentes, dont la seule faute est de ne pas être musulmans » remarque la source de Fides qui fait état du texte d’un pamphlet diffusé par les groupes terroristes qui opèrent dans la zone : « Nous vous tuerons, nous vous brûlerons, nous vous détruirons tous, bouddhistes : vous ne pourrez jamais vivre en paix ici ».

« Les guérilleros islamiques de Pattani annoncent qu’ils ne cesseront jamais le massacre des infidèles du Siam tant que la terre de Pattani ne deviendra pas un Etat islamique » poursuit le texte.

La source de Fides affirme qu’un rôle important dans la diffusion de ces idées subversives est joué par les médersas, les écoles islamiques que les groupes djihadistes instituent afin d’endoctriner les esprits des jeunes et qui, remarque la source, « devraient être contrôlées et fermées par les autorités de l’Etat ».

« Le gouvernement thaïlandais ne peut et ne doit pas demeurer indifférent face à ce conflit qui est également alimenté par des organisations terroristes islamiques étrangères, par le Pakistan et par le Bangladesh et devant une violence inouïe aux dépens de la population innocente.

Le conflit, l’un des plus meurtriers et des plus horribles du Sud-est asiatique – remarque la source de Fides – doit devenir une priorité du nouveau gouvernement ».

En sept ans environ d’insurrection armée et de guérilla, les groupes terroristes islamiques ont fait plus de 4.000 victimes dans le sud de la Thaïlande, victimes qui sont surtout des agents de police, des moines et des enseignants bouddhistes accusés de diffuser un modèle éducatif incompatible avec l’islam. (PA) (Agence Fides 14/07/2011)
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: casamui le juillet 15, 2011, 03:44:58 pm
« Les guérilleros islamiques de Pattani annoncent qu’ils ne cesseront jamais le massacre des infidèles du Siam tant que la terre de Pattani ne deviendra pas un Etat islamique » poursuit le texte.

La source de Fides affirme qu’un rôle important dans la diffusion de ces idées subversives est joué par les médersas, les écoles islamiques que les groupes djihadistes instituent afin d’endoctriner les esprits des jeunes et qui, remarque la source, « devraient être contrôlées et fermées par les autorités de l’Etat ».

« Le gouvernement thaïlandais ne peut et ne doit pas demeurer indifférent face à ce conflit qui est également alimenté par des organisations terroristes islamiques étrangères, par le Pakistan et par le Bangladesh et devant une violence inouïe aux dépens de la population innocente.


La terre de Pattani un état islamique.... manquerait plus que cela. Je persiste à penser que les musulmans du Sud devraient contribuer eux-mêmes à l'éradication de leus extremistes sous peine de voir l'ensemble des bouddhistes se retourner contre leur pratique religieuse, pourtant non violente.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le juillet 18, 2011, 09:25:44 am

Le problème est qu'il est presque impossible de venir à bout de ce genre de guerrilla... D'autant plus que que ces extrémistes sont sont très peu nombreux... La grande majorité des musulmans du Royaume ne souhaitent que vivrent en paix...
Titre: Re : Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Malco le juillet 18, 2011, 11:02:45 am

Le problème est qu'il est presque impossible de venir à bout de ce genre de guerrilla... D'autant plus que que ces extrémistes sont sont très peu nombreux... La grande majorité des musulmans du Royaume ne souhaitent que vivrent en paix...


Encore heureux qu'ils se déplacent pas dans le Royaume .
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le juillet 18, 2011, 03:34:00 pm

Peu de chance qu'ils se déplacent ailleurs...

Ho Chi Minh, en parlant des combattants de son mouvement, disait qu'ils vivaient comme un poisson dans l'eau... Ils voulaient tout simplement dire que ses soldats se fondaient dans la population, y trouvaient leur logistique, leurs cachettes, etc... C'est ainsi que procèdent toutes les guerrillas insurectionnelles qui doivent s'opposer à un ennemi qui leur est militairement supérieur...

Et c'est la même chose dans le sud de la Thaïlande pour les indépendantistes musulmans... Ils trouvent des soutiens dans la population qui est constituée de Yawi musulmans, ce que les membres de la guerrilla sont majoritairement...

Dans le reste du pays, il leur serait très difficile de poursuivre leur combat, et même tout simplement d'exister, au sein d'une population thaïe et bouddhiste qui leur est hostile par définition...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: casamui le juillet 18, 2011, 06:48:34 pm
Merci pour ces explications Manu, elles sont rassurantes d'ailleurs.
A Samui, les retraités ou travailleurs européens illégaux (j'entends par là non officiellement installés, patrons de bar par exemple) alllaient fréquemment refaire leur visa en Malaisie; Depuis 3 ou 4 ans, ils préfèrent la frontière Birmane, bien moins dangeureuse.
Je me souviens de l'arrestation, par les policiers Thais, d'un musulman qui transportait une bombe artisanale depuis Pattani vers Phuket...à mobylette.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: rudy le juillet 19, 2011, 03:13:55 am
n'oublions quand même pas qu'un musulman fanatique est capable de tout ....
Titre: Re : Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le juillet 19, 2011, 08:24:36 am

N'oublions quand même pas qu'un musulman fanatique est capable de tout...


Pas tout à fait Rudy... Je repends donc ta phrase...

N'oublions quand même pas qu'un fanatique est capable de tout...  :What?

Titre: Re : Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: casamui le juillet 19, 2011, 09:39:09 pm

Je me souviens de l'arrestation, par les policiers Thais, d'un musulman qui transportait une bombe artisanale depuis Pattani vers Phuket...à mobylette.


Et j'aurai effectivement dû préciser "un fanatique" et non un musulman.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: rudy le juillet 20, 2011, 03:02:14 am
ce que je veux dire sans être islamophobe c'est qu'un "croyant" musulman est prêt à se faire sauter n'importe ou si il pense que son sacrifice est pour la "bonne"cause et pour la gloire de sa foi  ...on voit rarement un catholique ou un juif ou un bouddhiste se  "sacrifier" pour sa religion d'une telle manière !
les exemples les plus durs sont les grévistes de la faim d'Irlande du nord dans les années 70 .....à ma connaissance .
et je pense qu'il suffit simplement d'un iman plus radical que d'autres pour mettre   dans la tête de certains qu' "exporter" leur lutte est nécessaire et malheureusement il y aura toujours des têtes brulées pour mener des actions suicidaires !
parce que c'est vrai que 90 % des croyants sont gens paisibles qui mènent leurs vies du mieux qu'ils peuvent ...malheureusement les 10% restant peuvent faire énormément de dégâts !!
bon maintenant le sud de la Thaïlande n'est pas l'Afghanistan et je ne pense pas qu'il y ai des talibans .....mais sait on jamais ce que l'avenir nous réserve?
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le juillet 20, 2011, 09:40:00 am

Il y a des fanatiques un peu partout !... Si Bush n'avait pas eu quelques conseillers politiques et militaires protestants très puritains dans son entourage proche, peut être que l'invasion de l'Irak n'aurait pas eu lieu...
Titre: Re : Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: rudy le juillet 20, 2011, 04:52:03 pm

Il y a des fanatiques un peu partout !... Si Bush n'avait pas eu quelques conseillers politiques et militaires protestants très puritains dans son entourage proche, peut être que l'invasion de l'Irak n'aurait pas eu lieu...



et oui malheureusement le fanatisme religieux (ou autre ...) a encore de beaux jours devant lui !!!
Titre: Re : Re : Re : Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Malco le juillet 21, 2011, 02:17:30 am


et oui malheureusement le fanatisme religieux (ou autre ...) a encore de beaux jours devant lui !!!


+ 1


+1 aussi , mais voir cela en 2011 bien triste . Nous sommes plus au moyen âge .  8)
Titre: Re : Re : Re : Re : Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Tango974 le juillet 21, 2011, 12:00:52 pm



et oui malheureusement le fanatisme religieux (ou autre ...) a encore de beaux jours devant lui !!!


+ 1


+1 aussi , mais voir cela en 2011 bien triste . Nous sommes plus au moyen âge .  8)


Nous ... NON ! mais eux sont toujours au moyen age (voir calendrier musulman = 1432)
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le août 12, 2011, 09:32:03 pm
http://www.courrierinternational.com/breve/2011/08/12/les-orphelins-de-l-insurrection


Les orphelins de l'insurrection


Les journaux locaux rapportent chaque jour des faits concernant un nouvel attentat ou un énième assassinat dans une des trois provinces à majorité musulmane de l'extrême sud du pays. Ils rappellent habituellement le nombre de morts – près de 5 000 – que ces violences ont causé depuis 2004.

Mais les quotidiens évoquent rarement ceux dont la vie est brisée par la perte d'un proche.

Ce sont pourtant 4 455 enfants qui se sont retrouvés orphelins et 2 295 femmes veuves, selon des statistiques publiées par le quotidien The Nation.

Un fonds de 7,77 millions de bahts [180 000 euros] finançant 17 projets devant leur venir en aide a été débloqué cette année.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le août 13, 2011, 09:38:59 am

Je ne vois qu'un mot: dramatique !...

Qu'un tel conflit puisse perdurer en Thaïlande est dramatique...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Malco le septembre 08, 2011, 04:18:27 pm
Même dans les prisons la religion est de mise , bien triste de voir ça de nos jours .
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: casamui le septembre 08, 2011, 04:25:43 pm

Même dans les prisons la religion est de mise , bien triste de voir ça de nos jours .


Bien d'accord avec toi. Ce conflit n'en finit pas. Manu disait, juste au dessus: Dramatique. Pas d'autres mots.

On parlait de priorités du gouvernement actuel; En voilà une toute désignée !
Titre: Re : Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le septembre 08, 2011, 10:42:48 pm

Même dans les prisons la religion est de mise , bien triste de voir ça de nos jours .



Comme vous dites tous, vraiment dramatique cette guerre de religions qui n'en finit pas...   :(
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: letirailleur le septembre 16, 2011, 08:24:49 am
Quelques photos chocs datant de 2004-2008.
Attention, certaines photos sont dures à regarder

Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: letirailleur le septembre 16, 2011, 08:26:19 am
La suite...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: letirailleur le septembre 16, 2011, 08:28:59 am
La suite
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: letirailleur le septembre 16, 2011, 08:31:21 am
Suite et fin
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le septembre 16, 2011, 08:33:15 am

Merci Letirailleur pour ces photos, c'est du "lourd"... mais c'est aussi cela la Thaïlande !
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: casamui le septembre 16, 2011, 04:13:59 pm
Oui, elles sont terribles ces photos.
Et elles rappellent ce qu'est une guerre, pas que des entrefilets dans la presse, mais une réalité terrible. Et quand on voit ces images, on se rend bien compte qu'il s'agit d'une guerre, les terroristes étant sans pitié, frappant sans distinction (civils, innocents), je comprends que l'armée réplique avec violence.
Merci pour ces photos Letirailleur.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: stommy le septembre 18, 2011, 10:38:39 pm
à part satisfaire notre voyeurisme et banaliser la violence je ne suis pas convaincu que certaines photos (ex :131313-151515-161616) soient utile à l'information  :o
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le septembre 19, 2011, 03:38:54 am


Et bien personnellement, et ce n'est pas du voyeurisme, loin de là, Thierry, ces photos sont terribles, nous en sommes bien tous conscients , mais c'est la guerre malheureusement...
Elles  ne me choquent pas du tout et Patrick a eu raison de nous les faire partager ne serait-ce pour nous montrer la réalité de ce conflit absurde qui n'en finit pas...
Titre: Re : Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: rudy le septembre 19, 2011, 04:38:08 am

Et bien personnellement, et ce n'est pas du voyeurisme, loin de là, Thierry, ces photos sont terribles, nous en sommes bien tous conscients , mais c'est la guerre malheureusement...
Elles  ne me choquent pas du tout et Patrick a eu raison de nous les faire partager ne serait-ce pour nous montrer la réalité de ce conflit absurde qui n'en finit pas...




moi si Line ..voir un homme baignant dans son sang me choque toujours et pourtant dieu sait si on nous abreuve à longueur de journée de ce genre d'image !
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le septembre 19, 2011, 09:34:34 am

Je me suis toujours demandé quel était l'impact de ce genre de photos choc sur l'opinion des gens... Les marque-il de façon indélébiles ou seulement temporairement, est-il rapidement oublié ?...

Lorsque l'on est au combat, ce genre de vision est plus marquante pour la mémoire car tous nos sens entrent alors en jeu afin de l'appréhender, et en particulier l'odorat qui provoquent souvent des réactions physiques marquées...

Pour le cas d'une photo, seule la vue est sollicité, un peu comme dans un film ou un jeu vidéo... L'image ne fait que passer un très bref instant devant nos yeux... Ce court délais est probablement trop bref pour que la photo soit mémorisée... et parfois même comprise...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: casamui le septembre 19, 2011, 03:33:02 pm
Moi aussi elles me choquent ces images. la vue d'un corps déchiquetté me choque forcément. Pour autant, ces photos ne me paraissent pas banaliser la violence . Elles ont, comme je le disais, le mérite de rappeler que ces affrontements ne sont pas que articles de presse.
D'autre part, Letirailleur avait prévenu que certaines étaient très dures. nulle obligation de les regarder donc, ou de s'y attarder.

J'ai assisté à quelques accidents de la route où le résultat était du même type; Et là, comme le précise Manu, la réalité est bien plus dure à affronter.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Rugby15 le septembre 21, 2011, 11:51:12 am
Chaleur les tofs du tirailleur. C'est sur que le chti touriste français, il imagine pas la Thailande comme ça !
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le septembre 28, 2011, 09:58:30 am

Tiens, voilà Amnesty International...


Thaïlande : les insurgés doivent mettre fin aux crimes de guerre contre les civils !

Les insurgés qui luttent dans le cadre du conflit armé interne qui fait rage depuis longtemps dans le sud de la Thaïlande doivent mettre immédiatement fin à leur campagne de violences ciblant des civils, a exhorté Amnesty International dans un nouveau rapport publié mardi 27 septembre.

Ce rapport intitulé “They took nothing but his life”: Unlawful killings in Thailand’s southern insurgency, relève que les insurgés attaquent de manière délibérée des « cibles vulnérables » : des paysans, des enseignants, des étudiants, des dignitaires religieux et des fonctionnaires. Nombre de ces attaques constituent des crimes de guerre.

Près de 5 000 personnes ont été tuées et des milliers blessées dans les quatre provinces du sud de la Thaïlande au cours des huit dernières années, depuis la reprise de l’insurrection.

« Les insurgés dans le sud de la Thaïlande répandent la terreur au sein de la population civile en prenant délibérément pour cibles des personnes qui ne jouent aucun rôle dans le conflit : personne n’est à l’abri des violences, a expliqué Donna Guest, directrice adjointe du programme Asie-Pacifique d’Amnesty International. Ils doivent s’engager publiquement à mettre immédiatement un terme aux exécution illégales. »

Le rapport d’Amnesty International se fonde sur les témoignages de 154 victimes et témoins, proches et amis des victimes, recueillis entre octobre 2010 et juillet 2011. Ces témoignages apportent des précisions sur 66 attaques menées par les rebelles contre des civils dans trois districts du sud de la Thaïlande : Rangae dans la province de Narathiwat, Yarang dans la province de Pattani et Yaha dans la province de Yala.

Zakariya Wilson, récolteur de caoutchouc de 15 ans, a été tué par les insurgés dans le district de Yaha en septembre 2009. « Je ne sais vraiment pas pourquoi ils l’ont tué, ce n'était qu'un enfant, et un gentil garçon. Ils n’ont rien volé, ils n’ont pris que sa vie », a déclaré son père.

Depuis janvier 2004, les insurgés, pour la plupart des musulmans d’ethnie malaise, remettent violemment en cause l’État thaïlandais à majorité bouddhiste. Depuis cette date jusqu’en juin 2011, les deux tiers des personnes tuées dans le cadre du conflit étaient des civils, pour la plupart des musulmans qui, selon les insurgés, étaient trop proches du gouvernement ou refusaient de coopérer avec eux.

« Il semble que les rebelles attaquent pour une grande part les personnes même au nom desquelles ils sont censés lutter, détruisant leurs vies et leurs moyens de subsistance, a indiqué Donna Guest. Quelles que soient leurs revendications, elles ne sauraient justifier cette violation grave et systématique du droit international. »

Les gouvernements thaïlandais successifs ont tenté de juguler l’insurrection grâce à diverses initiatives politiques, mais aucun n’a réussi à faire réellement évoluer la situation.

« Le nouveau gouvernement thaïlandais doit de toute urgence accorder toute son attention au conflit qui sévit dans le sud du pays, où les habitants ont besoin de protection, a poursuivi Donna Guest. Cette région est toujours caractérisée par une culture de l’impunité des autorités. Il faut mener des enquêtes indépendantes sur toutes les exécutions illégales, notamment celles qui seraient le fait des forces de sécurité, et prendre les mesures qui s’imposent. »

Les actes de torture et autres atteintes aux droits humains imputables aux forces de sécurité thaïlandaises qui mènent des opérations anti-insurrectionnelles se poursuivent également. À la suite d'une attaque menée par les insurgés en janvier 2011 contre une base militaire dans la province de Narathiwat, au moins neuf suspects arrêtés par les forces de sécurité ont déclaré qu’ils avaient subi des tortures.

Pourtant, pas un seul agent de l’État n’a eu à rendre des comptes pour ces agissements ni pour d’autres violations présumées des droits fondamentaux. Par exemple, en octobre 2004, dans le district de Tak Bai, 78 détenus sont morts asphyxiés alors qu’ils étaient transférés par l'armée, entassés dans des camions.

« En définitive, c’est au gouvernement thaïlandais qu’il incombe de garantir le bien-être de tous ses citoyens. Au regard du droit international, et comme l’expérience l’a maintes fois démontré en Thaïlande et dans le monde, toute campagne anti-insurrectionnelle doit comporter une composante solide consacrée aux droits humains », a estimé Donna Guest.

 
http://www.amnesty.fr/AI-en-action/Violences/Armes-et-conflits-armes/Actualites/Thailande-les-insurges-doivent-mettre-fin-aux-crimes-de-guerre-contre-les-civils-3547
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: casamui le septembre 28, 2011, 10:24:58 am
 7 ans que dure cette crise meurtrière. Il est temps qu'Amnesty Int. s'en rende compte.
Bien sûr, tout ce que dit ce reportage est exact, mais que faire. Y a -t il seulement une volonté d'agir ?
J'imagine la détresse de toutes les familles des victimes, des proches.
Dénoncer ces meurtres, tout le monde le fait : les journaux, les tv, les forums sur internet. Et pourtant rien ne se passe, comme si les habitants du Sud étaient les oubliés du pays. Et pourtant, il y a forcément des solutions... :(
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le septembre 28, 2011, 08:35:44 pm

épouvantable cette guerre qui dure depuis 7 ans... C'est + qu'urgent que'Amnesty s'en mêle mais pour de bon !!!!!!
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: casamui le septembre 28, 2011, 09:45:44 pm
Je ne vois pas vraiment comment cette organisation peut agir sur ce conflit. Peut-être en le médiatisant au maximum hors des frontières, poussant ainsi le gouvernement à agir sous la pression internationale; Mais honnêtement, je n'y crois pas trop. Le sud est vraiment la région oubliée de la capitale; Il n'y a pas d'enjeu économique dans cette région, pas de ressources primordiales (que se passerait-il si ce conflit avait lieu en I-ssan ?), et chaque décision constitue un risque politique. Ca explique, en partie, que le conflit s'est enlisé. Très triste vraiment.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le octobre 03, 2011, 08:48:08 am

Les vraies victimes dans le sud de la Thaïlande

Usman Buesa a appris le Coran. Mais répandre la parole de l'Islam ne la pas protéger de ceux qui professent pour défendre l'islam. Usman a été l'une des 5.000 personnes qui ont été tuées depuis 2004 dans ce qu'Amnesty International nomme un «conflit armé interne» dans le sud profond de la Thaïlande.  

L'insurrection des militants islamistes contre l'Etat à prédominance bouddhiste thaïlandais, qui a inondé la région avec le plus grand nombre de 40.000 soldats dans ses opérations anti-insurrectionnelles.

Depuis 2006, selon un rapport d'Amnesty International publié mardi depuis un hotel de Phuket, les militants ont répondu en attaquant délibérément des civils. Ironiquement, le groupe dit, la majorité des victimes de la violence de la région ont été ceux que les insurgés sont censés se battre pour les agriculteurs musulmans, récolteurs de caoutchouc, les enseignants, les commerçants et autres. «Ces assassinats constituent des crimes de guerre", Donna Guest, directrice adjointe d'Amnesty pour l'Asie et le Pacifique, lors d'une conférence de presse à Bangkok. "Il n'y a pas de circonstances dans lesquelles des civils sont pris pour cible est justifiée." Affirmation que la violence répond à la norme de la Convention de Genève pour un conflit armé interne rendrait les insurgés susceptibles d'être jugé pour crimes de guerre - si elles ont pu être identifiés, mais beaucoup moins appréhendé. Mais les responsables de la recrudescence spectaculaire des fusillades, attentats à la bombe et d'incendies criminels dans le sud profond depuis 2004 ont souvent été décrit comme agissant dans «l'ombre». Leur organisation reste sans nom. Ils ne revendiquent  pas la responsabilité des attaques. Ils n'ont jamais émis une déclaration complète détaillant leurs griefs, demandes ou objectifs. Mais la violence meurtrière n'a cessé de s'intensifier. Un attentat dans la ville frontalière de Sungai Kolok il ya deux semaines, par exemple, a fait six morts et plus de 100 blessés. Des attaques comme celle-ci et d'autres indiquent que la plupart des homicides sont «idéologiques», dit Ben Zawacki, chercheur d'Amnesty International pour la Thaïlande. Il dit que de telles attaques sont vraisemblablement destinées à créer une atmosphère de terreur.

Résistance contre le gouvernement central a été une caractéristique de la vie en Thaïlande des cinq provinces méridionales - Pattani, Yala, Narathiwat, Satun et Songkhla - car ils ont été annexés en 1902. Les musulmans malais qui forment la majorité de la population ici se sont longtemps plaints de discrimination et d'abus aux mains de l'Etat thaïlandais. Par la fin des années 1990, cependant, la plupart des habitants avaient fini par accepter qu'ils fassent partie de la Thaïlande. Mais en 2001, le nouveau gouvernement du Premier ministre Thaksin Shinawatra a adopté une approche de la ligne dure de la résistance de bas niveau qui existait encore dans les provinces. Peu après, la violence a explosé à des niveaux sans précédent, même si elle est demeurée contenue dans le sud profond.

Le sud de la Thaïlande et la frontière malaisienne, et comme dans la plupart des régions frontalières, est un lien pour la contrebande et une grande variété d'activités criminelles.

Cela a conduit certains à conclure qu'une proportion significative de la violence est enracinée dans le crime plutôt que de conflits ethniques ou religieux. «Il est irresponsable pour Amnesty International à dire que les 5000 décès sont l'œuvre d'insurgés», explique Marc Askew, un politologue de l'Université de Melbourne qui a étudié la violence dans la région. Il dit que 30% à 40% des attaques sont probablement liées à des activités

publié:2011-10-01


http://www.communiques-presse-online.com/tourisme-c2/les-vraies-victimes-dans-le-sud-de-la-thalande.-a10499.html
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le octobre 25, 2011, 08:42:24 am
http://www.20minutes.fr/ledirect/811758/thailande-attentat-fait-sept-victimes-sud-musulman 24 octobre 2011


Un attentat fait sept victimes dans le sud musulman


Des séparatistes musulmans ont abattu deux militaires avant de faire exploser une bombe dans un supermarché du sud de la Thaïlande, à majorité musulmane, tuant cinq civils, a annoncé lundi la police.

 L'attaque s'est déroulée dimanche soir dans la province de Narathiwat lorsque des activistes d'ethnie malaise venus à bord de pick-up ont ouvert le feu sur un barrage de l'armée dans cette province frontalière de la Malaisie.

Dix minutes plus tard, selon la version de la police, une bombe explosait dans un supermarché, provoquant un début d'incendie dans des immeubles adjacents. Les pompiers ont découvert par la suite les corps calcinés d'une musulmane, d'un commerçant bouddhiste et de trois membres de sa famille.

Une guérilla séparatiste couve depuis 2004 dans les trois anciens sultanats malais de Yala, Pattani et Narathiwat du sud de la Thaïlande, peuplée majoritairement de bouddhistes. On déplore plus de 4.800 morts depuis cette date.


et un de plus...  >:(

Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: casamui le novembre 03, 2011, 05:49:55 pm
Et ça n'arrête pas. Deux nouvelles attaques cette semaine, la dernière a fait 6 morts, des citoyens ordinaires qui n'avaient évidemment rien demandé. Je sais bien que Mme le premier ministre a d'autres préoccupations en ce moment (430 morts dans les inondations, c'est un drame aussi), mais il serait grand temps qu'une négociation s'engage pour faire cesser ces abominations. :( :(
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: amjolianne le novembre 03, 2011, 08:36:59 pm
Faudrait il encore savoir avec qui négocier  :(
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: casamui le novembre 03, 2011, 08:41:52 pm
Il y a des leaders, ils sont inditifiés et ont un réel pouvoir sur les groupes qui agissent. Certains émissaires du gouvernement ont déjà commencé à discuter, mais aucune concession n'a été faite, ni d'un côté ni de l'autre. Statu quo mortel, et dont la population commence à se lasser.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le novembre 24, 2011, 01:58:06 pm
http://www.gavroche-thailande.com/actualites/evenements-a-ne-pas-manquer/1890-flash-sur-la-communaute-musulmane-du-sud


Flash sur la communauté musulmane du Sud


L'Alliance française présente jusqu'au 30 décembre l'exposition « Terre du Sud », pour partir à la rencontre de la communauté musulmane du Sud du royaume.


Dans ses clichés en noir et blanc, Sitthiporn Banjongpetch s’applique à montrer la beauté du peuple musulman vivant au Sud de la Thaïlande.

Un peuple qui, aujourd’hui encore, souffre de nombreux préjugés. Loin des stéréotypes et des scènes d’attentats, ces photos montrent le mode de vie d‘une communauté restée particulièrement attachée aux traditions.

Qu’il s’agisse d’art culinaire, de cérémonie religieuse ou encore d’instantané de la vie quotidienne, Sitthiporn Banjongpetch montre la modernisation d’une société qui cherche à conserver et transmettre son héritage culturel et ce, malgré l’instabilité et l’insécurité de la région en proie à des violences...


 Exposition « Terre du Sud »
 Médiathèque de l’Alliance française
 29 Sathorn Road
 Du mardi au vendredi, jusqu’au 30 décembre 2011
 MRT : Lumphini
 BTS : Sala Daeng


Très certainement intéressant et c'est pas mal que l'on nous montre autre chose que lles attentats et les crimes de guerre qui perdurent dans cette région...  >:(
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Bip Bip le novembre 24, 2011, 07:06:50 pm


elle doit être bien intéressante cette expo mais dur à effacer les horreurs qui se passent dans cette région, il faudrait que le gouvernement prenne à bout de bras ce gros problème et pas à moitié
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le décembre 08, 2011, 09:49:49 am

Thaïlande : les violences dans le sud font 41 morts et 47 blessés en novembre


Un rapport publié mercredi par le Deep South Watch Center de l'université Srinakarinwirot a fait état de 41 tués et 47 blessés en novembre dans les provinces troublées de Yala, Pattani et Narathiwat, dans l'extrême-sud de la Thailande.

Selon ce rapport, parmi 67 incidents violents survenus en novembre, 30 ont impliqué des armes à feu et 25 étaient des attaques à la bombe.

De janvier 2004 à août 2011, plus de 11 000 incidents violents ont été signalés dans les trois provinces de l'extrême sud de la Thaïlande. Plus de 4 800 personnes, des villageois innocents pour la plupart, ont été tués dans ces violences, imputées à des sécessionnistes.

Les trois provinces méridionales comptent une forte majorité musulmane, et constituaient jadis le sultanat indépendant de Pattani, avant d'être annexées par l'Etat thaïlandais, majoritairement bouddhiste, en 1909.


http://www.chine-informations.com/actualite/asie/thailande-les-violences-dans-le-sud-font-morts-et-blesses-en_8666.html
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Bip Bip le mars 08, 2012, 06:51:51 pm

à quand la fin de conflit  et que fait le nouveau gouvernement?  pas grand chose puisqu' on compte toujours autants de morts et blessés
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le avril 01, 2012, 06:54:40 am

Quand les hommes sont fous !...


Thaïlande : 14 morts et 340 blessés dans une série d'attentats !


Quatorze personnes ont été tuées et 340 autres blessées samedi dans des explosions dans le sud de la Thaïlande, selon les autorités, qui ont imputé ces attaques aux séparatistes islamistes. Il s'agit des attentats les plus meurtriers perpétrés dans cette partie du pays depuis plusieurs années.

Un camion piégé a explosé dans une zone de commerces et de restaurants dans un quartier animé de la ville de Yala, selon le chef de la police du district, le colonel Kritsada Kaewchandee. Une vingtaine de minutes plus tard, alors que plusieurs badauds étaient rassemblés sur le site, une seconde voiture piégée a explosé. Onze personnes ont été tuées et 110 blessées.

Dans la province voisine de Songkhla, une explosion dans un hôtel de Hat Yai, initialement imputée par les autorités à une fuite de gaz, a fait trois morts et environ 230 blessés, selon le lieutenant de police Puwadon Wiriyawarangkun. L'attentat a visé l'hôtel Lee Gardens Plaza, un établissement de plus de 400 chambres fréquenté par nombre de touristes étrangers, notamment des ressortissants de Malaisie ou de Singapour qui viennent y passer des week-ends.

"C'est la pire attaque perpétrée depuis plusieurs années", a affirmé le colonel Pramote Promin, porte-parole adjoint de l'agence de sécurité régionale.

Des attentats similaires ont déjà été perpétrés par des séparatistes islamistes dans le sud de la Thaïlande depuis 2004. Ce conflit a fait plus de 5.000 morts.


http://www.atlasinfo.fr/Thailande-14-morts-et-340-blesses-dans-une-serie-d-attentats_a27248.html
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le avril 01, 2012, 09:21:37 pm


c'est vraiment épouvantable...  :'(    ils sont vraiment complètement fous...  et alors que fait ce nouveau gouvernement "si proche" du peuple... ?   
Titre: Re : Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Bip Bip le avril 02, 2012, 03:32:33 pm

c'est vraiment épouvantable...  :'(    ils sont vraiment complètement fous...  et alors que fait ce nouveau gouvernement "si proche" du peuple... ?  


çà finira donc jamais cette guerre et combien de morts on va encore compter >:(
Pour Line d'après ce que j'entends le nouveau gouvernement fait pas mal de conneries depuis qu'ils sont élus
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le avril 03, 2012, 06:38:55 am

C'est Thaksin qui a relançé le conflit il y a 10 ans... Pas certain que sa soeur, aujourd'hui 1er ministre, ait de nouvelles solutions à proposer...

 :o
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le avril 25, 2012, 12:34:25 pm
http://lci.tf1.fr/filnews/monde/la-thailande-va-indemniser-les-victimes-des-violences-dans-le-7188671.html


La Thaïlande va indemniser les victimes des violences dans le Sud


La Thaïlande a approuvé mardi une enveloppe de quelques 50 millions d'euros pour indemniser les victimes de l'insurrection qui a fait en huit ans des milliers de morts et de blessés dans l'extrême Sud du pays, ont annoncé des responsables.

Les familles des personnes tuées dans le conflit recevront chacune 500.000 bahts (12.200 euros) ou 1,5 million de bahts si des responsables du gouvernement étaient en cause, a expliqué le ministre de la Justice Pracha Promnog après un conseil des ministres.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu (de Chiang Mai) le avril 27, 2012, 09:54:51 am

Belle initiative pour un gouvernement dont les revenus sont faibles... Cela ne ramènera néanmoins pas les victimes...

Incroyable qu'une solution négociée ne puissent pas être trouvée !... Il est vrai que les rebelles islamistes sont totalement hermétiques à toutes propositions...  :(
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le septembre 22, 2012, 09:56:03 am

Cela ne finira donc jamais...


Thaïlande : nouvel attentat meurtrier dans le sud à majorité musulmane


Le sud à majorité musulmane de la Thaïlande a connu un nouvel attentat à la voiture piégée vendredi 21 septembre 2012.

Un bilan provisoire fait état de six morts et de quarante et un blessés dont 19 graves. L’explosion a eu lieu à l’intérieur d’un marché bondé près de la ville de Pattani. Le sud thaïlandais est en proie, depuis 2004, à une insurrection séparatiste qui a causé la mort d’environ 5.300 personnes. Cette explosion a lieu alors que des négociations se tiennent entre l’armée thaïlandaise et certains membres de la rébellion.

Ce nouvel attentat intervient dix jours après la reddition d’une centaine de militants séparatistes aux militaires. Cette reddition a eu lieu après de longs mois de pourparlers entre l’armée et ces rebelles. Mais elle se fait sur des bases purement pragmatiques : les militants déposent les armes et obtiennent une certaine forme de pardon pour les crimes qu’ils ont commis. Non seulement, les pourparlers ne portent aucunement sur les questions politiques de fond, comme celle de l’autonomie pour les trois provinces du Sud, mais nul ne sait quel rôle jouaient ces militants dans le mouvement armé.


Un avertissement des radicaux de la rébellion

L’attentat peut ainsi être vu comme une réponse cinglante à cette cérémonie de reddition présentée par les militaires comme un grand succès. Il signifie que le cœur du mouvement rebelle reste aussi actif que par le passé et résonne comme un avertissement aux traîtres potentiels.

La rébellion séparatiste n’est pas un mouvement structuré avec un leadership clairement identifié, mais plutôt une nébuleuse de petites cellules, parfois composées d’une dizaine de rebelles. Il est donc particulièrement difficile au gouvernement ou aux militaires d’y mettre un terme, car, tout simplement, négocier avec une seule faction n’a que peu d’impact sur les activités des autres factions.


Par RFI

http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20120922-thailande-attentat-sud-pattina-morts-islam
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le septembre 23, 2012, 01:43:20 am

oui, j'avais lu cette nouvelle dramatique... c'est vraiment terrible ce qui se passe dans cette région depuis tant d'années...  :'(
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le octobre 06, 2012, 10:54:01 pm
http://asie-info.fr/2012/10/06/le-vendredi-dans-le-sud-de-la-thailande-la-vie-sarrete-desormais-511257.html


Le vendredi, dans le Sud de la Thaïlande, la vie s’arrête désormais   ::)


Pour le 3e vendredi consécutif, les commerces des trois provinces à majorité musulmane sont restés fermés le 5 octobre. Une rumeur sur de possibles représailles est prise très au sérieux...

Dans son édition du 6 octobre, le Bangkok Post publie en Une une photo de deux motocyclistes sur une avenue déserte de Narathiwat. Dans l’arrière-plan, l’ensemble des boutiques ont leur rideau métallique baissé. Le quotidien parle de «ville fantôme»...

Il est vrai qu’en Thaïlande, où l’activité commerçante semble ne jamais réellement faire relâche, le spectacle est on ne peut plus inhabituel. Il s’est pourtant répété le 5 octobre pour le 3e vendredi de suite...

Et, toujours selon le Bangkok Post, le nombre de commerçants ayant décidé de ne pas ouvrir leur boutique a même doublé par rapport au vendredi précédent. Ils auraient été près de 90%. Et ce, en dépit, des assurances des autorités que la situation était sous contrôle.

Voilà quelques semaines, rappelle le Nation, des tracts ont été largement diffusés dans le Sud menaçant de représailles violentes tous ceux qui seraient surpris à travailler le vendredi, jour de repos pour les musulmans...

Le 21 septembre, un vendeur d’or a été agressé et certains ont pensé qu’il avait été ainsi puni pour ne pas avoir respecté la consigne. Depuis, la rumeur n’a cessé d’enfler.

Dans les provinces de Narathiwat, Pattani et Yala, seuls les supermarchés et les banques semblaient fonctionner normalement.

Même les stations-service et les transports publics ont suspendu leurs activités. Les enseignants, pris très souvent pour cible par les insurgés musulmans, ont dû eux aussi renoncer à faire cours.

Et çà se durcit... >:( >:( >:(  Grave, le Sud...  >:( >:( >:(

Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Malco le octobre 06, 2012, 11:58:30 pm
Ça va mal finir cette histoire .
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le octobre 07, 2012, 08:34:54 am

Avec presque 5000 morts en 12 ans, cela n'a même pas besoin de mal finir... La situation est déjà catastrophique...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le octobre 11, 2012, 01:17:05 pm
http://asie-info.fr/2012/10/10/le-sud-une-nouvelle-fois-ensanglante-de-la-thailande-511453.html


Le Sud une nouvelle fois ensanglanté de la Thaïlande  :'(

Onze personnes ont trouvé la mort dans divers attentats en 48h. Des experts militaires ne pensent pas que le conflit puisse s’arrêter de sitôt...  :(

Le Sud de la Thaïlande est de nouveau endeuillé. Depuis le 8 octobre, onze personnes, dont trois rangers, ont été tuées dans plusieurs attaques dans les provinces à Pattani, Yala et Songkhla.

La guérilla menée depuis le 1er janvier 2004 par des séparatistes dans le Sud à majorité musulmane de la Thaïlande n’en donc finit plus d’être meurtrière. Ce conflit a provoqué la mort de 5300 personnes en huit ans, et aucune solution ne se profile à l’horizon. Et selon des experts militaires, interrogés par le Nation, le « cas philippin » n’était pas transposable en Thaïlande.

Manille vient d’annoncer qu’un accord préliminaire de paix pourrait être signé le 15 octobre avec le Front moro islamique de libération, (FMIL) principal mouvement musulman armé du sud de l’archipel. Quarante ans de conflit ont fait au moins 120.000 morts.

Selon un expert en relations internationales interviewé par le quotidien anglophone, il existe peu de chance pour que de tels pourparlers de paix s’engagent entre Bangkok et les insurgés rapidement. « Il faudrait déjà que le gouvernement sache à qui parler », estime-t-il, en référence au côté nébuleux du mouvement des séparatistes musulmans du Sud de la Thaïlande, où aucun chef incontestable ne se dégage...

Dans la même idée, d’autres experts militaires indiquent aussi au Nation que les insurgés en Thaïlande ne sont pas aussi structurés que le FMIL et pointe du doigt des trafics d’armes et de drogue récurrents dans la région, qui complexifie le problème...  >:( 
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le octobre 15, 2012, 08:45:54 am

Content de voir que je ne suis pas le seul à soutenir la thèse que le conflit qui enflamme le sud de la Thaïlande n'est pas que religieux, mais bel et bien ethnique, sociétale et surtout indépendantiste...


Les Philippines et la rébellion islamique: un exemple pour la Thaïlande ?


La semaine dernière le gouvernement des Philippines annonçait à Manille avoir conclu un accord de paix avec et le Front Moro islamique de libération (MILF), après quinze ans de négociations et quarante ans de guerre.

Pourquoi la Thaïlande n’a t-elle jamais été capable de négocier avec la rébellion islamique qui déchire les provinces du sud ? La presse thaïlandaise cette semaine cite abondamment l’accord signé aux Philippines, et se demande de quelle façon Manille pourrait aider Bangkok sur la manière de traiter l’ insurrection dans le sud de la Thaïlande.

Mais il existe des différences fondamentales entre le sud de la Thaïlande et le sud des Philippines qui rendent difficile une application schématique des leçons de Manille en Thaïlande. Selon le politologue Joshua Kurlantzick , spécialiste de l’Asie du Sud-Est il existe aussi des limitations inhérentes à la situation en Thaïlande.


La Premier ministre thaïlandaise Yingluck Shinawatra n’est pas personnellement impliquée dans le processus de paix.

Alors que dans le cas des Philippines,  le président Benigno Aquino III,  avait fait de la conclusion d’un accord de paix avec le MILF l’une de ses plus hautes priorités.

La Premier ministre Yingluck Shinawatra n’a jamais démontré un tel intérêt,  peut-être parce que la plupart  des Thaïlandais à Bangkok  ne s’intéressent pas vraiment à la situation dans le sud, aussi longtemps que la guerre ne parvient pas à s’étendre au-delà du sud.

Le gouvernement philippin a également proposé une certaine autonomie aux rebelles musulmans, une ligne rouge que la plupart des politiciens thaïlandais n’osent pas franchir.


Les insurgés du sud de la Thaïlande n’ont pas de chef apparent.

Les efforts déployés par le gouvernement thaïlandais pour lancer les négociations ont souvent été entravées parce que Bangkok ne sait toujours pas vraiment qui dirige l’insurrection, ni même si les dirigeants sont en contact les uns avec les autres. En revanche, le MILF a toujours eu un leadership apparent pour négocier.
Le gouvernement thaïlandais a toujours rejeté une aide de l’extérieur

et veut avoir un processus de paix avec une intervention minimale de parties extérieures comme la Malaisie, l’Organisation de la Conférence islamique , ou l’Arabie Saoudite qui ont proposé leur médiation.


Les insurgés du sud thaïlandais ne sont pas affaiblis

Malheureusement, contrairement au sud des Philippines, les insurgés du sud thaïlandais semblent devenir plus fort et plus violents chaque année. Sept personnes ont été tuées dans le sud de la Thaïlande cette semaine , et l’insurrection a réussi à paralyser la plupart des entreprises les vendredis qui sont désormais fermées sous la menace de représailles.

Amnesty International estime que près de 5000 personnes ont trouvé la mort dans cette région depuis 2004. Les blessés se comptent par dizaines de milliers et plus de 200.000 personnes, quasi-exclusivement bouddhistes, ont quitté la région.
La plus vieille rébellion du monde

« C’est la plus vieille rébellion du monde », explique Jacques Ivanoff, chercheur à L’IRASEC. En effet, les racines des ces violences ont des origines lointaines. En 1909, le traité anglo-siamois entraîne le rattachement du sultanat de Pattani au Royaume du Siam. Il s’agit d’un bouleversement considérable pour une population très majoritairement malaise et musulmane.

La centralisation de l’Etat Thaïlandais autour du bouddhisme et du roi s’opèrera sous Rama V puis Rama VI et connaîtra une forme de radicalisation au milieu du XXème siècle avec l’émergence d’une uniformisation nationale autour de l’identité des Thaïs du centre.

Ce mouvement, qui donnera plus tard naissance au concept de « Thainess », laisse peu de place aux identités régionales distinctes, qu’il s’agisse des Birmans, des Karens, des Khmers ou encore des Malais du sud.

En avril 1948, des affrontements éclatent entre forces de sécurité et villageois malais dans le village de Duson Nyor : 30 policiers et 400 villageois sont tués. Il s’agit de la première explosion de violence dans un conflit qui dure jusqu’à nos jours et qui, dans l’esprit des Malais, illustre l’oppression dont ils sont victimes de le part de l’Etat Thai.

Les affrontements fluctueront, connaissant accalmies et regains, jusqu’en 2004, où les violences ont regagné en intensité : d’abord la saisie d’un stock d’armes appartenant à l’armée, faisant plusieurs morts côté militaire, puis, quelques jours après, le massacre de la mosquée de Kue Sue, faisant 107 morts dont certains exécutés d’une balle dans la nuque, et, enfin, la tragédie de Tak Bai, en octobre 2004, ou 78 manifestants malais périssent, asphyxiés dans les camions de l’armée.


Une violence multiple et complexe.

Afin de comprendre l’instabilité dans les provinces du sud, il convient de ne pas en donner une image trop simplifiée.

« Présenter les violences dans le sud comme résultant d’un conflit entre bouddhistes et musulmans est une erreur », explique Arnaud Dubus, journaliste spécialiste de la Thaïlande et co-auteur d’un livre sur le sujet[1].

D’une part les différences religieuses ne sont qu’un élément d’une distinction culturelle plus complexe et, d’autre part, le sud de la Thaïlande est le théâtre d’une activité criminelle indépendante du conflit avec l’Etat central.

« L’islam n’est qu’une composante de cette population, qui se définit avant tout comme malaise. Des éléments d’islam viennent se mélanger aux coutumes et à la mystique malaises empruntes de magie, le tout consolidé par une langue différente du Thai. Croire qu’il s’agit d’un simple affrontement religieux est une facilité qui empêche de comprendre ces violences »explique Jacques Ivanoff.   

Dans une région où tous les gouverneurs sont bouddhistes, où les Malais n’ont pas accès aux postes supérieurs de l’administration, où la langue malaise était jusqu’à récemment interdite à l’école et dans les démarches administratives, où il n’existe aucun journal en jawi, les aspirations à plus d’autonomie et à une reconnaissance de l’identité malaise se traduisent par la violence, une violence qui, au fil des années, s’est transformée en climat de terreur.

« La situation est devenue illisible, n’importe qui peut tuer n’importe qui »résume Jacques Ivanoff.

Le conflit identitaire n’est cependant pas seul en cause dans les violences qui déchirent le sud du pays. En effet, entre 50% et 60% des morts sont liées à des activités criminelles ou à la politique locale, sans lien avec l’Etat Thai. La consommation de drogue est en effet très répandue et, combinée à une situation économique instable et à un taux de natalité élevé , plonge la jeunesse malaise dans le désoeuvrement.

[1] Policies of the Thai State towards the Malay Muslim South, S.R. Polkla & A. Dubus, IRASEC, Occasional Paper n°16, 2011.


http://thailande-fr.com/politique/13806-le-sud-thailandais-une-complexite-ancree-dans-lhistoire#axzz29KNNAlmZ
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le octobre 22, 2012, 01:47:29 pm
http://asie-info.fr/2012/10/22/thailande-promption-malais-512027.html


La Thaïlande promeut le dialecte malais du Sud


Bangkok va soutenir des médias audio-visuels en langue malaise de Pattani et poursuivre un programme scolaire pilote axé sur la promotion du dialecte.

L’Etat thaïlandais a toujours eu une politique, au mieux timide, au pire hostile, vis-à-vis de la langue malaise en cours à Pattani et de son écriture, le jawi, basée sur l’alphabet arabe avec quelques lettres des alphabets persan et urdu.

Ce dialecte malais est parlé par les Malais musulmans qui constituent 90 % de la population des trois provinces méridionales de Pattani, Yala et Narathiwat.

En 2006, la proposition de la Commission nationale de réconciliation, mise en place par le Premier ministre de l’époque Thaksin Shinawatra en 2004 pour trouver une solution pacifique au conflit du sud à majorité musulmane, avait suggéré de faire du malais de Pattani une «seconde langue de travail» à côté du thaï. Mais même cette suggestion de portée limitée avait été rejetée immédiatement par le président du Conseil privé du roi, Prem Tinsulanonda.

Aussi, les quelques pas faits par l’Institut Royal de Thaïlande, le très officiel établissement qui fixe les canons de la langue thaïe, pour promouvoir le malais de Pattani sont significatifs.

Confirmant cette orientation, Niwattumrong Boonsongpaisan, un ministre auprès du Premier ministre, a indiqué le 16 octobre, selon le quotidien singapourien The Straits Times, que des programmes d’information sur des radios et des télévisions en langue malaise seraient renforcés avec le soutien du gouvernement.

Jusqu’à présent, il existe quelques programmes en malais, gérés par des journalistes et des intellectuels du Sud, sur des radios locales avec un soutien très limité du gouvernement.

Parallèlement, un programme pilote consistant à enseigner le malais de Pattani en utilisant l’alphabet thaï, mis en place dans 15 écoles du Sud par l’université de Mahidol, va être étendu à plusieurs dizaines d’écoles.

Toujours selon The Straits Times, une évaluation de ce programme a montré que, dans le Sud, les écoliers de ces établissements affichaient des  performances scolaires nettement supérieures à ceux étudiant dans des écoles où seul le thaï est enseigné.

Très peu de Malais musulmans de la jeune génération savent lire et écrire le jawi, utilisé principalement dans le cadre de l’instruction religieuse.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le novembre 12, 2012, 11:15:50 am

Une très belle photo prise dans le Sud de la Thaïlande où la guerre contre les indépendantistes musulmans se poursuit... Des militaires thaïlandais pris sous le feu viennent à l'aide de femme et d'enfants...

Pour m'être moi-même retrouvé dans la même situation en Afrique il y a quelques années, je mesure toute l'abnégation et le sacrifice de soi que peut nécessiter un tel geste.

BRAVO LES GARS !
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le décembre 05, 2012, 07:36:13 am

Dans le sud thaïlandais, le traumatisme des enfants de la guerre


Terrifié par les fusillades et les bombes, Ahmad ose à peine sortir chez lui. Comme des milliers d'enfants de l'extrême-sud thaïlandais, l'orphelin de 12 ans est traumatisé par une insurrection meurtrière, ignorée du reste du monde.

"Si je sors, je reste près de la maison (...). Je ne vais jamais très loin", raconte le garçon en mâchant timidement le col de son maillot de football.

Ahmad -- dont le nom a été modifié -- vit dans la province de Pattani, l'une des trois sous état d'urgence dans cette région rattachée à la Malaisie jusqu'au début du XXe siècle.

Les rebelles, qui ne font pas partie d'un mouvement jihadiste mondial, se battent contre ce qu'ils vivent comme une discrimination contre la population d'ethnie malaise et de religion musulmane dans un pays majoritairement bouddhiste.

Cette guerre qui ne dit pas son nom a fait plus de 5.300 morts depuis janvier 2004, dont le père d'Ahmad, abattu par des tireurs non identifiés il y a six ans.

Un événement qui a aussi marqué sa grande soeur Sunnah, âgée de 15 ans aujourd'hui. Elle date la fin de son enfance de ce jour-là.

"Je ne me sens pas en sécurité, surtout avec des étrangers", explique l'adolescente, qui a également perdu sa mère dans un accident. "Je soupçonne les gens quand ils me regardent. Les soldats sont les pires".

Colère, repli sur soi et peur sont des symptômes classiques de la dépression ou du syndrome de stress post-traumatique, explique Pechdau Tohmeena, experte en santé mentale pour le gouvernement. Et les enfants sont les premières victimes de ce conflit depuis huit ans.

"Certains enfants ont vu leurs parents abattus sous leurs yeux, le magasin de leur famille brûlé, des proches battus ou torturés", poursuit-elle dans la clinique de Pattani où elle travaille.

"Ils voient des hélicoptères voler au-dessus de leur tête avec leurs armes pointées vers eux. C'est dur de vivre comme une cible tous les jours".

Près de 60 enfants de moins de 15 ans ont été tués lors de cette insurrection et des centaines d'autres blessés, selon l'organisation Deep South Watch.


Des milliers d'orphelins

Dernières victimes en date, un garçon de 11 ans tombé sous les balles visant son père le 31 octobre dans la province de Yala, et son petit frère de 9 ans, grièvement blessé.

Le conflit, qui n'épargne pas les civils, accroît aussi sans cesse le nombre d'orphelins, qui sont plus de 5.000 selon le Centre d'observation et de protection juvénile de Pattani, deux ou trois fois plus selon d'autres ONG.

Et malgré le manque de recherche sur l'impact du conflit, les rares statistiques sont alarmantes.

Près de 22% des 11 à 18 ans montrent des symptômes du syndrome de stress post-traumatique, soit plus du double de la moyenne nationale, selon une étude conduite en 2010 sur 3.000 enfants des trois provinces de l'extrême-sud.

Et près de 40% d'entre eux montrent des signes de problèmes émotionnels ou comportementaux, tels que l'anxiété, la concentration limitée, la peur et l'agressivité.

"Certains de ces enfants n'ont grandi qu'avec la violence", souligne Panpimol Wipulakorn, de l'Institut Rajanukul, agence du gouvernement qui a mené l'étude.

"Des élèves de primaire nous ont même dit que la chose dont ils avaient le plus besoin pour améliorer leur vie était un pistolet. Ce n'est pas la réponse normale d'un écolier".

Mais les établissements scolaires sont tout sauf un havre de paix. Ils sont considérés par les insurgés comme une expression de l'autorité de Bangkok et des centaines d'établissements ont été incendiés depuis huit ans. Plus de 150 enseignants ont été tués.

Une situation qui a poussé 321 écoles de Pattani à fermer leurs portes à partir du 27 novembre, pour une durée indéterminée.

"Les situations de conflit sont préjudiciables au développement de l'enfant", met de son côté en garde Andrew Morris, de l'UNICEF. "Et plus le conflit dure, plus l'impact sera important".

Ainsi selon les experts, une enfance en zone de guerre peut conduire des années plus tard à des taux élevés de toxicomanie ou d'alcoolisme.

Et les craintes augmentent qu'une nouvelle génération de jeunes Thaïlandais émotionnellement perturbés vienne grossir les rangs du conflit, côté insurrection, ou chez les forces de l'ordre.

"Si ces enfants continuent à grandir au milieu du conflit, le risque est que dans dix ou vingt ans, il n'y aura toujours pas de paix ici", prévient Pechdau.


http://www.liberation.fr/depeches/2012/12/03/dans-le-sud-thailandais-le-traumatisme-des-enfants-de-la-guerre_864721
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le décembre 06, 2012, 07:08:47 pm


terrible, terrible... que c'est triste...   :'(   et ce n'est pas près de finir
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le décembre 10, 2012, 04:42:05 pm
http://siamlife.blog4ever.com/blog/lire-article-92107-9660652-


CELA S'EST PASSE LA SEMAINE DERNIERE, MAIS CA CONTINUE...   :(


Terreur sur Yala


Et pour une fois ce ne sont pas les extrémistes et autres insurgés Islamistes qui sont à la une, non, ce sont des tigres qui ont semés la terreur auprès des villageois qui sont depuis ce matin partis en groupe pour tenter de chasser un tigre soupconné d'avoir tué 2 personnes en moins d'une semaine après qu'une femme ai été mortellement blessée alors qu'elle travaillait au milieu d'une plantation d'hévéas, non loin du lieu de la première attaque.

Déjà la semaine dernière, les traces d'un tigre adulte et d'un plus jeune avaient été observés auprès du corps d'un homme âgé de 44 ans retrouvé décapité avec de profondes entailles sur tout le corps dans une autre plantation de Yala.

Les autorités pensent qu'il est probable que ce soit le même animal qui ai fait l'attaque et c'est pour cette raison que 200 villageois volontaires sont partis a la recherche du tigre avec pour objectif premier de repousser l'animal vers les montagnes avoisinantes plutôt que de le tuer, car comme le souligne le WWF, il reste moins de 300 tigres à l'état sauvage en Thaïlande...

Nouveau décès mystérieux dans le Sud :

C'est encore une fois le tigre qui a frappé  dans la province de Yala (cf/haut de page) et qui a tué une troisième personne et blessé deux autres. 

Pourtant un mystère plane autour de cette affaire, et désormais certains mettent en doute (a la vue des dernières blessures des victimes) la voracité du tigre et pense qu'il pourrait s'agir d'un subterfuge pour les radicaux permettant de trouver une bonne excuse à différents meurtres, a suivre donc !    :o

Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le décembre 11, 2012, 09:42:07 am

On en a parlé dans le sujet sur les animaux... Les attaques de tigres sur les hommes sont extrèmement rares !
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le décembre 12, 2012, 04:40:40 pm
http://asie-info.fr/2012/12/12/thailande-2-attaques-7-civils-tues-dans-lextreme-sud-514689.html


Encore 2 attaques, 7 civils tués dans l’extrême sud...  (http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Grands_Smileys/3d-msn-pleure.gif)


Deux attaques ont fait sept victimes civiles dans l’extrême sud du royaume, où la reprise d’une insurrection islamiste et irrédentiste a presque neuf ans.

Cinq personnes ont été tuées le 11 décembre au petit matin dans la province de Narathiwat lorsque des hommes armés de fusils d’assaut M-16 et AK-47, arrivés à bord d’un pick-up, ont arrosé de balles des consommateurs de thé assis dans une échoppe ouverte.

Quatre adultes et un bébé âgé de onze mois ont été tués, a rapporté la police. Quatre autres personnes, dont un bébé de dix mois, ont été blessées. Le propriétaire de l’échoppe occuperait des fonctions officielles dans le village où l’opération a eu lieu.

La deuxième attaque a eu lieu le même jour dans la province voisine de Pattani en fin de matinée. Des hommes armés et vêtus d’uniformes de la police ont pénétré dans les locaux d’une école.

Selon le Bangkok Post, ils en ont tué le directeur ainsi qu’un enseignant avant de s’enfuir à bord d’un pick-up volé à un autre enseignant. Les classes avaient repris le matin même à Narathiwat dans 378 écoles publiques fermées à la suite d’une grève des enseignants qui réclamaient des mesures plus strictes de sécurité.

Au total, 157 enseignants ont été assassinés depuis la reprise de l’insurrection en janvier 2004... (http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Grands_Smileys/3d-bleu-fait-non.gif)

En l’espace de près de neuf années, le conflit a fait plus de cinq mille victimes. A ce jour, «les capacités des insurgés malais et musulmans dans le sud profond de la Thaïlande prennent de vitesse les contre-mesures des gouvernements successifs de Bangkok», estime un rapport de l’ICG (International Crisis Group, Bruxelles) publié le 11 décembre*.

L’ICG ajoute que tous ces gouvernements «sont embourbés dans la suffisance et dans des disputes politiques qui traînent au niveau national»...

Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le décembre 13, 2012, 02:36:41 pm
http://asie-info.fr/2012/12/13/thailande-1200-ecoles-en-greve-dans-lextreme-sud-514741.html


1200 écoles en grève dans l’extrême sud


Une grève de 48 heures des enseignants a été déclenchée à la suite de l’assassinat de deux d’entre eux par des insurgés islamistes d’origine malaise...  :'(

Les enseignants se sont remis en grève à la suite de l’assassinat de deux d’entre eux le 11 décembre. Cette fois, le mouvement affecte 1.200 écoles de l’enseignement public dans trois provinces (Narathiwat, Yala et Pattani) où sévit à nouveau, depuis 2004, une insurrection.

Le président de la Confédération des enseignants dans l’extrême sud de la Thaïlande, Boonsom Srithongprai, a annoncé que la grève de 48 heures, les 13 et 14 décembre, intervenait pour permettre aux forces de sécurité, selon le Bangkok Post, d’organiser «la protection des enseignants et de pourchasser les assaillants».

Boonsom a déclaré que les nouvelles mesures de sécurité devraient être en place au plus tard le lundi 17 décembre.

Bangkok a annoncé, de son côté, que quatre mille policiers seraient envoyés en renfort à partir d’avril 2013 dans cette région où la reprise des troubles a fait en l’espace de neuf ans plus de 5000 victimes, dans leur grande majorité civiles.

Sermsak Pongpanich, vice-ministre de l’éducation, a déclaré au Nation que des enseignants bouddhistes «en grand nombre» ont demandé leur transfert hors de la région. Leur moral serait au plus car 80% des 157 enseignants assassinés depuis 2004 seraient de confession bouddhiste.

La première ministre Yingluck Shinawatra était attendue le 13 décembre à Pattani, puis à Yala, où elle doit inaugurer un pont sur un barrage.

La population des trois provinces est en majorité d’origine malaise et de confession musulmane. Depuis 2004, les gouvernements de Bangkok ont renvoyé à plusieurs reprises des renforts militaires et policiers.

Dans son dernier rapport sur le conflit, diffusé le 11 décembre, l’ICG (International Crisis Group, Bruxelles), a estimé que Bangkok doit amorcer la démilitarisation du secteur, «abroger les lois draconiennes concernant la sécurité et mettre un terme à l’impunité des forces de sécurité ». L’ICG estime également nécessaire «une décentralisation du pouvoir politique».
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Malco le décembre 13, 2012, 02:42:36 pm
Ça va donc jamais finir cette histoire , bien triste pour un pays comme la Thaïlande .
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le décembre 14, 2012, 03:48:42 pm
http://siamlife.blog4ever.com/blog/lire-article-92107-9668983


L'UNICEF dénonce...


L'UNICEF a réclamé mercredi l'arrêt immédiat des attaques contre les enfants dans les provinces du sud thaïlandais au lendemain de la mort d'un bébé  dans une fusillade alors que plus d'un millier d'écoles sont désormais fermées

"A chaque fois qu'un enfant est tué ou blessé, à chaque fois qu'un enfant perd un parent ou un proche, et à chaque fois que leurs écoles et leurs professeurs sont attaqués, les enfants de l'extrême sud souffrent encore plus...  Mettre un terme a cette violence est le seul moyen de s'assurer que les droits de tous les enfants du sud soient totalement protégés et respectés"...

Selon l'UNICEF, plus de 50 enfants ont été tués et 340 blesses depuis le début de l'insurrection en janvier 2004 et depuis cette date plus de 5.300 personnes bouddhistes et musulmanes ont été tuées dans cette région rattachée a la Malaisie jusqu'au début du XX° siècle...  ::) 

Les insurgés ne font pas partie d'un mouvement djihadiste mondial, mais se rebellent contre ce qu'ils vivent comme une discrimination contre la population d'ethnie malaise et de religion musulmane, dans un pays essentiellement bouddhiste.


Je viens d'apprendre quelque chose car je ne savais pas que toute cette région était malaise auparavant...  :wonder
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le décembre 25, 2012, 02:10:44 am
http://asie-info.fr/2012/12/24/thailande-les-lunettes-dans-la-ligne-de-mire-des-autorites-515320.html


Les lunettes dans la ligne de mire des autorités


L’assassinat d’un policier à l’aide d’un fusil à lunette le 19 décembre dans la province de Yala remet en question la vente des équipements de tireurs d’élite.

On trouve ces lunettes de précision fabriquées en Russie ou en Chine un peu partout en Thaïlande, écrit le Bangkok Post du 23 décembre, même dans les marchés, pour environ 7000 bahts (moins de 175 euros)...

Depuis la mort d’un policier à Yala, dans l’extrême sud du pays, en proie à un conflit séparatiste, les autorités s’inquiètent de la vente de ces équipements et réfléchissent aux mesures à prendre pour les contrôler.

Le sergent Wachira Sangsri, 32 ans, était assis sur une moto à proximité d’un barrage routier lorsqu’il a été abattu d’une balle dans le cou vers 19h20. Il est décédé lors de son transport à l’hôpital.

Ce type d’attaque n’est pas courant dans la région, où les insurgés tendent plutôt des embuscades.

Selon la police, le tireur embusqué était probablement caché dans un des immeubles proches et a délibérément visé un membre des forces de sécurité.

Ces dernières mettent l’assassinat sur le compte d’un groupe indépendantiste musulman dirigé par Ismaae Rayalong, un dirigeant des insurgés qui fait l’objet de plusieurs mandats d’arrêt. Il est connu pour être actif dans la région et aurait joué un rôle important dans la résurgence du conflit séparatiste en 2004.

Dans la province voisine de Pattani, 26 caméras de surveillance ont par ailleurs été brûlées le 22 décembre dans trois différents endroits, dans le district de Sai Buri. La police pense que les insurgés ont détruit ces caméras en vue d’une campagne de violence qui serait menée pendant les vacances du Nouvel An...  >:(
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le décembre 28, 2012, 09:34:52 pm
http://asie-info.fr/2012/12/28/sud-de-la-thailande-les-policiers-seront-tires-au-sort-515624.html


Sud de la Thaïlande : les policiers seront tirés au sort   (http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Surpris/G_04BI%7E1.GIF)


Faute de candidats, la police nationale organise une loterie pour désigner 150 enquêteurs qui doivent être dépêchés dans les trois provinces troublées...

Entre 2004 et 2011, 280 policiers ont été tués et 1,200 blessés dans le Sud de la Thaïlande, en proie à un conflit séparatiste. Sans surprise, les candidats volontaires aux postes se font rares dans les rangs de la  police nationale. Celle-ci a donc décidé de désigner par voie de loterie les 150 enquêteurs spécialisés devant être prochainement envoyés dans les provinces de Yala, Narathiwat et Pattani.

Ce mode de sélection a choqué 76 officiers qui ont remis, jeudi 27 décembre, une lettre de protestation au quartier général de la Royal Thai Police de Bangkok...

Ils ne contestent pas la possibilité d’être transférés vers le Sud à majorité musulmane mais un processus de sélection qui tient de la courte paille au moment où les agences nationales sont pointées du doigt pour leur manque de compétence et leur incompréhension de la situation dans la région frontalière de la Malaisie.

Réponse du vice-premier ministre  Chalerm Yubamrung dans les colonnes du Bangkok Post : « S’ils ne sont pas contents, qu’ils démissionnent ». M. Chalerm, que ses fonctions placent à la tête des forces de police, a  également évoqué la possibilité d’une enquête disciplinaire à l’encontre des 76 officiers.

Selon  The Deep South Watch, un groupe de recherche de Pattani qui documente la violence dans le Sud, 17000 policiers sont stationnés dans cette région en proie à une insurrection dont  l’intensité meurtrière ne faiblit pas...


Une loterie...   :What?    Incroyable, mais vrai...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le décembre 29, 2012, 08:21:28 am

Pas si incroyable que cela, ma chère Line... Etre affecté dans le Sud aujourd'hui pour un policier ou un soldat, s'est devoir risquer sa vie tous les jours !
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le janvier 08, 2013, 10:04:32 am

De durs affrontements ont encore eu lieu entre l'Armée thaïlandaise et les islamistes ces derniers jours dans l'extrème sud de la Thaïlande...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: SUDOKU le janvier 26, 2013, 04:24:14 pm

toujours la folie des hommes !


Une enseignante tuée et des enfants attaqués dans le sud du pays !

Chonlathee Charoenchol, une enseignante de 51 ans qui surveillait plus de 30 écoliers pendant leur pose déjeuner a été tuée par balle dans l’école Ban Tanyong School dans la province de Narathiwat. Elle est le 158 ème enseignant tué dans le conflit du sud de la Thaïlande depuis 2004.

L’assassinat s’est déroulé vers 12H20. Quatre hommes sont arrivés à l’école sur deux motos et ont fait irruption dans l’école pour abattre l’enseignante. La police a affirmé qu’un des tireur semblant être un parent d’élève, s’est approché de Charoenchol pour ensuite lui tirer dessus avec un 9mm la touchant de deux balles dans la tête.

Selon le colonel Songwit Noonpakdee, Officier du 11e Régiment d’Infanterie et commandant adjoint du secteur de Narathiwat.

Le problème pour nous sur le terrain est la protection des écoles. C’est très facile de s’attaquer aux enseignants : ils doivent se déplacer tous les jours à heure fixe pour aller au même endroit. Mais cela fait partie de nos missions : préserver la liberté de la population, comme celle de se déplacer ou de recevoir un enseignement !

Dans une autre attaque le jour même, deux hommes à moto ont tiré sur un camion transportant sept enfants à la maternelle dans le district de Rueso, a indiqué la police

es meurtriers sont repartis avec la voiture de la victime. Celle-ci fut retrouvée gisant dans son sang près de l’entrée de la cantine, d’après le Bangkok Post. Le chef de la police, le colonel Pakdi Preechacon a déclaré qu’il y avait entre 30 et 40 étudiants au moment des faits. Aucun d’entre eux n’a été blessé.

Suthipong Poonsawat, un soldat de 22 ans, a également été blessé mercredi dans le district de Narathiwats’s Rueso, en se faisant tirer dessus alors qu’il montait à bord d’un camion après s’être arrêté dans un salon de thé selon le Post.

D’après la police, un homme armé a ouvert le feu sur une équipe de sécurité qui escortait les enseignants à leur travail à bord d’un camion. Le tireur s’était caché et a ouvert le feu sur les hommes à l’aide d’un M16, touchant le dernier homme qui montait à bord du camion.

Un article du Washington Post montre que depuis que le début des violences ont éclaté en janvier 2004, les insurgés islamistes ont commencé à cibler les enseignants dans trois provinces frontalières du sud : Yala, Pattani, Narathiwhat et quatre districts de Songkhla. On dénombre désormais plus de 5000 morts et pas moins de 9000 blessés.

Attasit Rattanaklaew, le régulateur provincial de l’éducation, a ordonné immédiatement après ces attaques à Ban Tanyong School et cinq autres écoles du district de fermer pour une durée indéterminée.

http://thailande-fr.com/actu/22929-une-enseignante-tuee-et-des-enfants-attaques-dans-le-sud-du-pays#.UQOfi7_a3Lo
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le janvier 29, 2013, 01:16:57 pm
http://siamlife.blog4ever.com/blog/lire-article-92107-9737383-


Sécurité encore rapprochée pour les professeurs du Sud 


C'est la demande faite par la Première Ministre Yingluck qui a demandé une protection "permanente" des professeurs des trois provinces du Sud.

Les derniers éléments de l'enquête sur les deux derniers incidents qui ont eu lieu durant une pause déjeuner ont finalement montré qu'à ce moment la, les soldats étaient partis pour prier... ceci étant la raison pour laquelle la PM souhaite que désormais la surveillance soit ininterrompue et que les soldats trouvent des solutions afin de se relayer.

Par ailleurs, le secrétaire du ministre de l'Intérieur, P.Uthairat a expliqué qu'un groupe de chefs de villages et de responsables administratifs locaux avait mis en place un réseau de quelques 8.000 personnes,  dont le travail est de rapporter toutes les anomalies et autres incidents au sein des villages. I

Il s'est porté lui-même garant de l'efficacité de ce réseau de communications, se rapportant sur un récent "succès" dans la traque d'un véhicule volé et endommagé à un professeur et qui a été retrouvé grâce à ce réseau.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: SUDOKU le février 10, 2013, 03:43:12 pm
un de + !

Sud de la Thaïlande : 5 soldats tués par une bombe !

Un attentat à la bombe a tué dimanche cinq soldats dans le sud thaïlandais, en proie depuis 2004 à une insurrection meurtrière, a indiqué la police.

L'engin a explosé lors du passage d'un véhicule de l'armée dans un village de la province de Yala, une des régions à majorité musulmane près de la frontière avec la Malaisie.

«Une dizaine d'insurgés se sont sans doute cachés à proximité et ont fait exploser l'engin, qui était fixé à un autre véhicule», a déclaré à l'AFP par téléphone Torphan Phusuntiae, un responsable de la police.

Un 6e soldat a été blessé, ainsi qu'un homme et une femme qui travaillaient dans la plantation de caoutchouc voisine.

L'attentat s'est produit à cet endroit car «les soldats aident et travaillent en coopération avec les villageois, qui leur donnent des informations», selon le responsable policier.

L'insurrection a fait au total plus de 5300 morts - bouddhistes et musulmans - depuis 2004 dans cette région rattachée à la Malaisie jusqu'au début du XXe siècle.

Les rebelles ne font pas partie d'un mouvement jihadiste mondial, mais se révoltent contre ce qu'ils vivent comme une discrimination contre la population d'ethnie malaise et de religion musulmane dans un pays essentiellement bouddhiste.

http://www.lapresse.ca/international/asie-oceanie/201302/09/01-4620141-thailande-5-soldats-tues-par-une-bombe.php
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le février 11, 2013, 09:10:40 am
http://siamlife.blog4ever.com/blog/lire-article-92107-9747987-


Le Sud crée du "rififi" au sein du Gouvernement  ???

Le gouvernement reste inflexible sur la récente proposition (faite après sa rencontre avec les divers responsables locaux et avec Mohamad Noor Matha, un politicien musulman qui connait parfaitement la situation dans la région),  de couvre-feu faite pour protéger les trois provinces du sud enclin a toujours plus de violence.

Chalerm a déclaré que dans tous les cas,  un couvre feu allait être imposé dans les trois provinces du Sud jusqu'à ce que le Comité de résolution des problèmes mis en place parvienne a son but . 

(http://img15.hostingpics.net/pics/245121529379402915933132025105549825n.jpg) (http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=245121529379402915933132025105549825n.jpg)

Pour une fois, le couvre feu qui pourrait être décidé des le 15 février sera en deux parties :

- la première sera en zone verte (moins de restrictions) et le seconde en zone de danger ou de nombreux cas de violence ont été repertoriés, sera en zone rouge.

Chalerm a par ailleurs annoncé qu'il n'écouterait pas les diverses suggestions des académiciens et universitaires, ni n'accepterait de critiques de la part du Ministre de la Défense (qui a lui même annoncé officiellement ce matin ne pas être en conflit avec Chalerm), le Général Sukumpol .
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: SUDOKU le février 15, 2013, 06:47:49 pm

Les écoles autorisées à fermer pour raisons de sécurité !

Dans le sud de la Thaïlande à majorité musulmane, les écoles sont désormais autorisées à fermer en attendant des mesures de protection renforcées, lorsqu’elles estiment que leur sécurité est menacée.

Les écoles sont en effet une des principales cibles des insurgés depuis le début du conflit,et plus de 160 enseignants ont déjà été assassinés. Les directeurs des écoles situés dans les trois provinces méridionales de Thaïlande sont désormais autorisés à suspendre les cours et à demander des renforts de sécurité aux autorités.

La déclaration du vice-premier ministre et ministre de l’Éducation Phongthep Thepkanchana fait suite à une attaque contre les forces gouvernementales dans une base de  marines à Narathiwat dans le district de Bacho mercredi matin dans laquelle 16 militants ont été tués.

Les autorités gouvernementales dans l’extrême sud, en particulier à Narathiwat, Yala, Pattani et certains quartiers de Songkhla, sont désormais en état d’alerte spéciale en attente d’éventuelles représailles par des militants islamistes.

http://thailande-fr.com/actu/23300-les-ecoles-autorisees-a-fermer-pour-raisons-de-securite#.UR4fQqWEwzw
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: SUDOKU le février 18, 2013, 04:29:23 pm

Plusieurs explosions dans le sud de la Thaïlande !

Des explosions ont secoué la ville de Pattani, dans l'extrême sud de la Thaïlande, tuant trois personnes, ont indiqué les autorités dimanche, quelques jours après la mort de 16 insurgés lors de l'attaque d'une base militaire. La région est en proie depuis 2004 à une insurrection de rebelles d'ethnie malaise et de confession musulmane contre le pouvoir central.

Les trois bombes ont explosé dans la capitale d'une des trois provinces placées sous état d'urgence, et quatre autres engins ont été désamorcés. Une déflagration a secoué dimanche le centre-ville vers midi, tuant un bénévole travaillant avec les forces de sécurité, selon la police. Deux autres bénévoles sont morts de leurs blessures à l'hôpital, d'après une source hospitalière, qui a précisé que dix-sept personnes avaient été blessées.

"Ces dernières attaques sont liées à ce qui s'est passé la semaine dernière à Narathiwat lorsque les autorités ont tué seize insurgés. Ils veulent montrer leur force", a estimé le général Paradorn Pattanatabutr, secrétaire général du Conseil national de sécurité. Mercredi, des dizaines de rebelles avaient pris d'assaut une base militaire dans la province de Narathiwat, lors d'une des attaques les plus importantes de ces dernières années.

L'insurrection a fait au total plus de 5 500 morts – bouddhistes et musulmans – depuis neuf ans dans cette région rattachée à la Malaisie jusqu'au début du XXe siècle. Les insurgés ne font pas partie d'un mouvement jihadiste mondial, mais se rebellent contre ce qu'ils vivent comme une discrimination dans un pays essentiellement bouddhiste !

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2013/02/17/plusieurs-explosions-dans-le-sud-de-la-thailande_1833941_3216.html
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le mars 01, 2013, 08:14:43 am

La Thaïlande et un groupe d'insurgés du sud s'engagent à des pourparlers


Le gouvernement thaïlandais et un important groupe de l'insurrection séparatiste qui sévit depuis 2004 dans l'extrême-sud du pays se sont engagés jeudi à Kuala Lumpur, pour la première fois publiquement, à entamer des discussions de paix.

L'accord, dont l'impact réel sur le terrain restait à déterminer, marque un timide espoir de paix dans une région qui vit au rythme d'attaques, fusillades et attentats quasiment quotidiens.

Des représentants du gouvernement de Bangkok et du groupe Barisan Revolusi Nasional (BRN, Front national révolutionnaire) ont signé un texte dans la capitale malaisienne avant une rencontre entre la Première ministre Yingluck Shinawatra et son homologue de Malaisie Najib Razak.

Les entretiens entre les deux chefs de gouvernement devaient essentiellement porter sur cette insurrection et l'intercession de la Malaisie, qui pourrait accueillir des pourparlers sur son territoire, selon Bangkok.
 
Le "document de consensus général pour lancer un processus de dialogue" a été signé par le général Paradorn Pattanathabutr, secrétaire général du Conseil de sécurité national (CSN) thaïlandais, et Hassan Taib, présenté comme le chef du bureau de liaison de BRN en Malaisie.

"Grâce à Allah, nous ferons de notre mieux pour régler le problème", a déclaré ce dernier aux journalistes après la cérémonie.

L'insurrection frappe indistinctement bouddhistes et musulmans depuis neuf ans dans cette région rattachée à la Malaisie jusqu'au début du XXe siècle.

Les insurgés ne font pas partie d'un mouvement jihadiste mondial, mais se rebellent contre ce qu'ils vivent comme une discrimination contre la population d'ethnie malaise et de religion musulmane, dans un pays essentiellement bouddhiste.

"Tout ce qui suggère que la partie thaïlandaise commence à comprendre le conflit comme un problème politique doit être salué", a souligné Duncan McCargo, expert de l'extrême sud thaïlandais à l'université de Leeds, en Grande-Bretagne.

Mais il a appelé à une "prudence considérable", relevant que les autorités de Bangkok n'avaient jamais été unanimes sur la façon de régler le dossier entre organes civils et militaires, et que plusieurs tentatives de négociation dans le passé avaient échoué.

Les services de sécurité ont par ailleurs "eu tendance à voir le dialogue comme une façon d'identifier les leaders de l'insurrection plutôt que de préparer des négociations sérieuses", a-t-il noté.

Les espoirs de paix, dans une région enfermée depuis des années dans un cercle vicieux d'attaques insurgées et d'opérations punitives des forces de l'ordre, sont par ailleurs compliqués par le fait que le mouvement lui même est aussi opaque que multiforme.

Plusieurs groupes sont mêlés à l'insurrection et même le BRN semble divisé. Des doutes persistaient donc sur la capacité des dirigeants connus des autorités thaïlandaises à contrôler une nouvelle génération de militants, plus violents que leurs aînés.

De facto, la classe politique thaïlandaise ne criait nullement victoire. Thaworn Senneam, numéro deux du Parti démocrate (opposition), a accusé le général Paradorn d'agir "sans consulter" l'armée. "Cette signature n'amènera pas la paix, ce n'est pas aussi simple", a-t-il raillé.

Tawin Pleansri, conseiller pour la sécurité de la Première ministre, a pour sa part salué l'information mais admis que la route de la paix était encore longue.
"Il y a eu beaucoup de négociations dans le passé mais la violence est revenue du jour au lendemain. Je ne pense pas que (cette signature) va provoquer un changement fondamental".


AFP
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: letirailleur le mars 05, 2013, 03:26:15 pm
Vidéo sur une embuscade sur les soldats

<iframe src="http://www.facebook.com/video/embed?video_id=343004255819260" width="400" height="300" frameborder="0"></iframe>
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le mars 15, 2013, 08:40:59 am

Enfin une bonne nouvelle... En tout cas, j'espère...


Thaïlande: pourparlers de paix le 28 mars

Les premiers pourparlers de paix entre le pouvoir thaïlandais et l'un des groupes de l'insurrection séparatiste qui sévit dans l'extrême-sud du pays se tiendront en Malaisie le 28 mars, a-t-on appris de sources officielles aujourd'hui.

Ces discussions, très critiquées à Bangkok avant même d'avoir commencé, marquent selon le gouvernement un espoir de paix dans une région où 5.500 personnes ont été tuées depuis 2004.

Les discussions réuniront des représentants du pouvoir thaïlandais et du groupe Barisan Revolusi Nasional (BRN, Front national révolutionnaire), qui avaient signé un accord en ce sens fin février.

"Nous irons en Malaisie pour les premières discussions avec le BRN et peut-être d'autres représentants le 28 mars", a indiqué le général Paradorn Pattanatabut, secrétaire général du Conseil de sécurité national (CSN), sans donner de détails sur les possibles autres participants.

"Nous souhaitons nous concentrer sur les moyens de faire baisser le niveau de violences dans le sud". Une réunion préliminaire avait déjà eu lieu le 5 mars, portant sur les modalités des négociations.

Les espoirs de paix, dans une région enfermée depuis des années dans un cercle vicieux d'attaques insurgées et d'opérations punitives des forces de l'ordre, sont compliquées par le fait que le mouvement est aussi opaque que multiforme.

Plusieurs groupes sont mêlés à l'insurrection et même le BRN semble divisé. Des doutes persistaient ainsi sur la capacité des dirigeants connus des autorités thaïlandaises à contrôler la nouvelle génération de militants. Plusieurs attentats ont d'ailleurs frappé la région depuis l'accord de février.


http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/03/14/97001-20130314FILWWW00405-thailande-pourparlers-de-paix-le-28-mars.php
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le mars 29, 2013, 07:55:20 am

Thaïlande: ouverture de pourparlers de paix avec des rebelles du Sud


Par AFP

Des pourparlers inédits entre le pouvoir thaïlandais et des séparatistes du sud du pays ont débuté jeudi en Malaisie, avec l’objectif premier de réduire le nombre de victimes civiles d’un conflit qui a fait plus de 5.500 morts en neuf ans.
 
Venant rappeler la fragilité du processus, un attentat à la bombe visant une patrouille de sécurité a fait trois morts, des paramilitaires, dans la province méridionale thaïlandaise de Narathiwat jeudi matin, peu avant l’ouverture des discussions dans la capitale malaisienne.

« Les violences de ce matin sont reliées aux discussions en Malaisie », a indiqué à Bangkok le vice-Premier ministre thaïlandais Chalerm Yubamrung, soulignant que certains rebelles voyaient d’un mauvais oeil l’ouverture de négociations.

Tenus avec le Barisan Revolusi Nasional (BRN, Front national révolutionnaire), une des organisations armées sévissant dans le Sud musulman thaïlandais, les pourparlers sont les premiers tenus au grand jour entre des rebelles du Sud et les autorités thaïlandaises.

Ils représentent une opportunité sans précédent, selon Bangkok, de dénouer un conflit dans lequel se sont embourbés les gouvernements successifs.

Des doutes se sont cependant fait jour sur la capacité de ces négociations à mener à une paix globale, notamment en raison de la représentativité contestée des responsables rebelles assis à la table des discussions. L’insurrection est en effet constituée d’une nébuleuse de groupes aux missions parfois fort différentes.

M. Chalerm a lui-même mis en doute la représentativité du BRN. « Je n’ai pas non plus confiance qu’ils soient les vrais chefs de file » de la rébellion, a-t-il lâché.

Le pouvoir thaïlandais s’est ainsi fixé des objectifs plus modestes que l’arrêt total du conflit, préférant pour l’instant se consacrer à l’obtention d’un cessez-le-feu pour en particulier mettre un terme aux attaques contre les civils.

« Le principal objectif est de limiter les violences », a indiqué à la presse Paradorn Pattanatabut, chef du Conseil de sécurité nationale qui participe aux pourparlers.Les discussions, qui ne devaient durer qu’une seule journée pour cette phase préliminaire, prendront du temps, a-t-il averti, soulignant qu’il s’agissait l’instant d’établir « une confiance mutuelle et de bonnes relations » avec les rebelles.

« Le BRN est une vaste organisation. Nous devons leur laisser le temps », a-t-il souligné.

M. Paradorn a également dit espérer que le BRN, « en tant que groupe le plus important et possédant le plus d’influence dans la rébellion, puisse relayer le message à leurs combattants ». «Alors, nous pourrons voir un résultat concret», a-t-il dit.

Le responsable avait souligné mercredi que l’objectif premier des pourparlers était dans un premier temps de réduire le nombre des attaques visant les victimes civiles innocentes.

Les violences se succèdent à un rythme quasi-quotidien dans le Sud thaïlandais et frappent indistinctement bouddhistes et musulmans.

Les rebelles ne font pas partie d’un mouvement jihadiste mondial, mais s’insurgent contre ce qu’ils ressentent comme une discrimination à l’égard de la population d’ethnie malaise et de religion musulmane, dans un pays essentiellement bouddhiste.

Le Sud thaïlandais était rattaché à la Malaisie musulmane jusqu’au début du XXe siècle avant d’être annexé par la Thaïlande.


http://www.liberation.fr/monde/2013/03/28/thailande-ouverture-de-pourparlers-de-paix-avec-des-rebelles-du-sud_891897
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le avril 06, 2013, 08:09:59 am

Un gouverneur adjoint tué dans un attentat en Thaïlande


BANGKOK (Reuters) - Un gouverneur provincial adjoint et un responsable local ont été tués vendredi dans un attentat à la bombe imputé à des rebelles musulmans dans le sud de la Thaïlande.

Cette attaque intervient une semaine après l'ouverture de négociations officielles entre le gouvernement thaïlandais et un groupe d'insurgés pour tenter de mettre fin à des violences qui durent depuis près de dix ans.

Au moins 29 personnes ont péri dans les provinces de Pattani, Yala et Narathiwat depuis le 28 février, date à laquelle les rebelles du Barisan Revolusi Nasional (BRN) ont accepté d'entamer un dialogue avec les autorités.

Isra Thongthawat, gouverneur adjoint de la province de Yala, circulait en voiture avec son chauffeur et le responsable local de la sécurité civile lorsqu'une bombe a explosé à leur passage.

Ce dernier est mort sur le coup tandis que le gouverneur adjoint est décédé après son arrivée à l'hôpital.

"Nous nous attendions à ce genre d'attaques mais ce qui s'est produit ne signifie pas un échec des négociations avec le BRN", a commenté le secrétaire général de la sécurité nationale thaïlandaise.

Au moins 5.300 personnes ont été tuées depuis la reprise de l'insurrection musulmane en Thaïlande, pays à majorité bouddhiste, en janvier 2004.



http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20130405.REU1234/un-gouverneur-adjoint-tue-dans-un-attentat-en-thailande.html
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le avril 17, 2013, 12:01:32 pm
http://siamlife.blog4ever.com/blog/lire-article-92107-9842622-


EN BREF


Finalement ...


Les pourparlers de paix qui devaient avoir lieu le 29 avril prochain à Kuala Lumpur, seront finalement maintenus malgré l'annonce, ou les effets d'annonce ?  du début de semaine dernière.

C'est à nouveau le General P.Pattanathabut en tant que président du Conseil National de Sécurité qui l'a annoncé  en fin de semaine dernière, après avoir été "rassuré" par le Gouvernement malais (qui a expliqué entre autre que les Malais iront finalement aux urnes le 5 mai prochain), qui a un rôle de médiation dans ce processus de paix -

Les responsables malaisiens ont de plus assuré qu'ils coordonneraient ces négociations de paix et ont annoncé que la politique interne n'aura aucune incidence sur le dialogue prévu...

Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le mai 02, 2013, 01:00:03 pm
http://siamlife.blog4ever.com/blog/lire-article-92107-9895192


Les incompréhensions persistent


Paradorn Pattanathabutr, le chef de la Sécurité Nationale a déclaré que les pourparlers entre les chefs rebelles et le gouvernement visant à mettre fin à l'insurrection sanglante du grand Sud n'étaient en rien coupées, malgré le rejet des demandes rebelles pour obtenir une autonomie gouvernementale.

« nous n'avons rien rompu, nous avons écouté mais ce n'est pas pour autant que nous répondrons à toutes leurs demandes"

Le BRN qui avait affiché ses "exigences" sur YouTube dimanche dernier, annonçait alors que  laisser faire leur propre gouvernement autonome, opérer par conséquent une décentralisation du pouvoir, était sans doute la meilleure issue...

Pourtant comme le rappelle un éminent politologue qui suit ce conflit depuis le début, les responsables thaïlandais ont toujours rejeté toute idée d'indépendance ou d'autonomie régionale...


Pas prêt de s'arrêter ce conflit...  ???

Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: SUDOKU le mai 03, 2013, 03:00:04 pm

Dans le Sud : : Six personnes dont un enfant tués dans une fusillade !


Six personnes dont un enfant de trois ans ont été tuées lors d'une fusillade dans l'extrême sud de la Thaïlande en proie à une insurrection séparatiste, a indiqué un haut responsable ce jeudi, assurant que les négociations de paix se poursuivaient.

Quatre hommes en uniforme des forces de sécurité thaïlandaises ont ouvert le feu mercredi soir sur un groupe de villageois devant une épicerie dans la province de Pattani, l'une des trois placées sous état d'urgence, a précisé Paradorn Pattanatabut, chef du Conseil de sécurité nationale.

«Je déplore cet acte de brutalité contre des civils, dont des enfants», a-t-il déclaré à l'AFP, ajoutant qu'une personne avait été blessée. Le groupe responsable de l'attaque ne s'est pas identifié mais a laissé une note évoquant une vengeance après la mort de certains de ses membres.

5.500 morts depuis 2004

L'insurrection a fait plus de 5.500 morts depuis 2004, frappant indistinctement bouddhistes et musulmans dans cette région rattachée à la Malaisie jusqu'au début du 20e siècle. Les insurgés, des musulmans, ne font pas partie d'un mouvement jihadiste mondial, mais se rebellent contre ce qu'ils vivent comme une discrimination contre la population d'ethnie malaise et de confession islamique, dans un pays essentiellement bouddhiste.

Deux séances de pourparlers inédits ont eu lieu en mars et avril en Malaisie entre Bangkok et des représentants de l'un des groupes armés sévissant dans la région, le Barisan Revolusi Nasional (BRN, Front national révolutionnaire). Mais les attaques ont continué sans répit, soulevant des questions sur le choix du BRN comme interlocuteur. Une nouvelle rencontre est cependant prévue le 13 juin.

Des prospectus apparemment rédigés par un groupe lié au BRN ont d'autre part été distribués dans des mosquées et marchés de la province voisine de Yala jeudi. «Six morts à Pattani, c'est une leçon pour les Thaïlandais, pour qu'ils se souviennent que nous tuerons tout le monde, y compris les femmes et les enfants. Nous nous battrons pour notre mouvement BRN et forcerons les Thaïlandais à accepter nos demandes», pouvait-on lire. Dimanche, des rebelles impliqués dans les négociations avaient réclamé la «libération» du sud du pays.

http://www.20minutes.fr/ledirect/1148581/20130502-thailande-six-personnes-dont-enfant-tues-fusillade

Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le mai 16, 2013, 09:17:28 am

Risques terroristes : la Thaïlande au neuvième rang mondial

Le conflit qui déchire le sud de la Thaïlande à majorité musulmane continue de faire des victimes pratiquement tous les jours : au début du mois de mai les insurgés ont mitraillé au fusil d’assaut une épicerie dans la province de Pattani, exécutant à bout portant un enfant de deux ans. C’est cette situation d’une extrême violence qui vaut à la Thaïlande de figurer parmi les dix pays les plus enclins à être touchés par des attentats terroriste aux cotés de l’Irak, du Pakistan et du Yémen. Situation paradoxale car le conflit est limité aux trois provinces de l’extrême sud du pays et n’a aucun impact sur tout le reste du pays, qui connait  en ce moment une période de calme social et politique.

Mais les chiffres sont là, et plus de 5000 personnes ont déjà été tuées sans qu’aucune solution ne soit pour l’instant en vue, malgré l’ouverture récente de négociations avec le Barisan Revolusi Nasional un des groupes indépendantistes qui réclame plus d’autonomie pour les trois provinces à majorité musulmane.

La Thaïlande est le neuvième pays le plus enclin au monde à subir des attaques terroristes, selon un classement mis au point la firme Aon basée en Angleterre, et spécialisée dans la gestion des risques et de l’assurance contre le terrorisme.

Aon Plc a donné à la Thaïlande une note de quatre sur cinq dans son classement annuel mondial du risque terroriste 2013 publié cette semaine, citant des « attaques quotidiennes par des militants séparatistes dans le Sud du pays ». La note de 4 attribué à la Thaïlande correspond à un risque « élevé », sur une échelle de 5.

Selon Aon, le top 10 des pays à risque de terrorisme sont, dans l’ordre, l’Afghanistan, l’Inde, l’Irak, le Nigeria, le Pakistan, la Russie, la Somalie, la Syrie, la Thaïlande et Yémen.

Dans son dernier communiqué de presse, l’association Human Right Watch dénonce

"la brutalité monstrueuse des insurgés quand ils ont tiré sur un jeune enfant de deux ans à bout portant avec des fusils d’assaut".

Le 1er mai 2013, autour de 20h30, quatre insurgés ont ouvert le feu avec des fusils d’assaut sur un groupe de villageois devant une épicerie à Rusamilae, district de Muang, dans la province de Pattani. Deux des assaillants se sont ensuite dirigé vers les victimes et ont tiré sur chacun d’eux à bout portant dans la tête. Plus de 100 douilles de M16, HK33, et fusil d’assaut assaut AK-47 ont été trouvées sur les lieux. Un garçon de 2 ans, Jakarin Hiangma, a été tué avec son père et quatre autres personnes.

"Les leaders séparatistes doivent condamner publiquement toutes les attaques contre les civils et de prendre des mesures pour s’assurer que les attaques contre des civils ne se reproduisent jamais." a demandé Brad Adams , directeur pour l’Asie de HRW

Un jour après la fusillade de l’épicerie, des tracts signés par le Fatoni [Pattani] Fighter (également connu sous le nom Pejuang Kemerdekaan Fatoni) appartenant au réseau du Barisan Revolusi Nasional (BRN), ont été distribués dans les mosquées locales, marchés et salons de thé. Le message exhortait à commettre d’autres attaques délibérées contre des civils:

"Frères Fatoni Fighter, nous vous avons vengé. Quatre d’entre nous ont été tués. Donc, nous avons repris plus [vie] en retour. … Six cadavres dans Pattani sont une leçon pour les Siamois [Thaïlandais] pour rappeler que nous allons tous les tuer. Les enfants et les femmes ne seront pas épargnés. … Nous allons tout faire pour que le siamois acceptent nos revendications."


http://www.thailande-fr.com/politique/24694-la-thailande-neuvieme-pays-le-plus-enclin-a-des-attaques-terroristes
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: SUDOKU le mai 25, 2013, 06:04:42 pm


Cinq paramilitaires tués dans le sud de la Thaïlande


Cinq paramilitaires ont été tués et un autre blessé lors de l'explosion d'une bombe au passage de leur véhicule vendredi dans l'extrême sud de la Thaïlande en proie à une insurrection séparatiste, a indiqué la police.

"Cinq rangers sont morts, y compris le commandant qui avait été au départ gravement blessé", a précisé le sergent Montri Prommee de la police de Saiburi, district de la province de Pattani, l'une des trois placées sous état d'urgence.

Selon la police, les paramilitaires se rendaient à une rencontre avec des leaders de la communauté musulmane lorsque l'engin enterré a été déclenché par les rebelles.

Les insurgés "veulent créer des situations (de violence) les jours importants", a souligné le policier, en référence à l'un des jours fériés les plus importants du calendrier bouddhiste thaïlandais vendredi.

L'insurrection a fait plus de 5.500 morts depuis 2004, frappant indistinctement bouddhistes et musulmans dans cette région rattachée à la Malaisie jusqu'au début du XXe siècle.

Les insurgés, des musulmans, ne font pas partie d'un mouvement jihadiste mondial, mais se rebellent contre ce qu'ils vivent comme une discrimination contre la population d'ethnie malaise et de confession islamique, dans un pays essentiellement bouddhiste.

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/1639155/2013/05/24/Cinq-paramilitaires-tues-dans-le-sud-de-la-Thailande.dhtml
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le juin 15, 2013, 07:56:27 am
BREVE


Thaïlande: les pourparlers de paix prendront des années !

Les pourparlers en Malaisie entre le pouvoir thaïlandais et des séparatistes du sud du pays pourraient prendre des années, a averti vendredi un dirigeant rebelle dans une interview à la presse étrangère, tout en estimant qu’il s’agissait de la seule chance de paix.

Les négociations inédites, qui visent à réduire le nombre de victimes civiles d’un conflit qui a fait plus de 5.500 morts en neuf ans, pourraient prendre «deux à trois ans», a estimé Hassan Taib, représentant en chef de la rébellion aux discussions entamées fin mars dans la capitale malaisienne Kuala Lumpur, qui donne rarement des interviews.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: SUDOKU le juin 29, 2013, 04:53:04 pm

Thaïlande : huit soldats tués dans l'explosion d'une bombe !


Huit soldats ont été tués samedi 29 juin par l'explosion d'une bombe enfouie au bord de la route dans le sud insurrectionnel de la Thaïlande. Quatre autres personnes – deux soldats et deux civils – ont été blessées dans cette explosion, qui s'est produite dans le district de Krongpinang de la province de Yala, dont la population est majoritairement musulmane.

Les soldats, qui avaient été de service toute la nuit sur leur base, revenaient à leur résidence dans un camion militaire quand la bombe a explosé. "C'était une bombe très puissante qui a complètement détruit le camion", a déclaré le colonel Pramote Promin.

En Thaïlande, les attaques ne sont généralement pas revendiquées mais attribuées à une nébuleuse de groupes insurgés qui luttent contre la domination de Bangkok dans une région rattachée à la Malaisie jusqu'au début du XXe siècle.

L'insurrection, qui dure depuis neuf ans, a fait plus de 5 500 morts dans ce sud de la Thaïlande à majorité musulmane, où beaucoup de gens se plaignent d'une longue suite de discriminations par les autorités thaïes dans un Etat à majorité bouddhiste.

Les personnels de sécurité et les représentants du gouvernement sont régulièrement la cible des attaques, de même que les musulmans, qui semblent collaborer avec les autorités. Vendredi après-midi, deux musulmans, dont un chef de village, ont été tués par balles dans la province de Narathiwat, dans des incidents distincts, a indiqué la police.

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2013/06/29/thailande-huit-soldats-tues-par-une-bombe_3438857_3216.html
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le juillet 16, 2013, 08:21:53 am

Patrouille dans le Sud

Voici une très belle série de photos prises par un de mes amis thaïlandais près de la frontière de Malaisie... On peut y voir les Forces spéciales de Police en patrouille sur un lac et un cours d'eau que les terroristes musulmans utilisent afin de passer des armes, des munitions et du matériel...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le juillet 17, 2013, 08:44:41 am

2 très belles photos de soldats-thaïs en compagnie de musulmans dans le Sud de la Thaïlande...

Je rappelle qu'en Thaïlande, la majorité des militaires ne sont pas des professionnels... Ils sont des conscrits, citoyens effectuant 2 ans de service militaire.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le juillet 17, 2013, 08:50:07 am

La Thaïlande pourrait réduire ses troupes dans le sud insurrectionnel

BANGKOK - La Thaïlande envisage de réduire le nombre de soldats dans l'extrême sud du pays en proie à une insurrection séparatiste si l'accalmie dans les violences se poursuivent, a indiqué mardi le vice-Premier ministre Pracha Promnog.

"Nous n'allons pas retirer les troupes dans la zone, mais nous pouvons réduire leur nombre, et nous concentrer sur le développement plus que sur le combat", a-t-il déclaré à la presse.

Ses commentaires interviennent après que le gouvernement et le Barisan Revolusi Nasional (BRN, Front national révolutionnaire), un des groupes rebelles, se sont mis d'accord pour réduire les violences pendant le ramadan. Depuis le début du mois sacré le 10 juillet, "il y a eu très peu de violences et pas de mort, seulement des blessés", a souligné Pracha.

"Nous pouvons dire que le BRN est sincère dans une certaine mesure étant donné son attitude", a-t-il ajouté. L'insurrection a fait plus de 5.700 morts depuis 2004, frappant indistinctement bouddhistes et musulmans dans cette région rattachée à la Malaisie jusqu'au début du XXe siècle et où quelque 60.000 soldats thaïlandais sont postés.

Les insurgés, des musulmans, ne font pas partie d'un mouvement jihadiste mondial, mais se rebellent contre ce qu'ils vivent comme une discrimination contre la population d'ethnie malaise et de religion musulmane dans un pays essentiellement bouddhiste.

Le pouvoir thaïlandais a entamé cette année des négociations inédites avec plusieurs groupes rebelles, dont le BRN. Mais les attaques s'étaient poursuivies jusqu'au ramadan, soulevant des questions sur la capacité des chefs rebelles à contrôler
les hommes sur le terrain.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: SUDOKU le juillet 17, 2013, 05:54:07 pm

de bien belles photos qu'on ne voit pas souvent de ce Sud si agité
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le juillet 18, 2013, 08:35:26 am

Photo prise par un copain thaï lors d'une patrouille de recherche de rebelles dans le sud de la Thaïlande... On peut voir que les conditions opérationnelles sont rendues très difficiles dans certaines zones à cause de la présence de la jungle...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le juillet 20, 2013, 08:57:49 am

Thaïlande : aider des familles de l’extrême sud à reconstruire leur vie et à rétablir leurs moyens de subsistance


Depuis neuf ans, l’extrême sud de la Thaïlande est dévasté par la violence, qui a déjà fait des milliers de morts et de blessés. Le CICR aide les familles locales qui souffrent de cette situation difficile en leur apportant un soutien pour qu’elles puissent reconstruire leur vie.

Harrina est la jeune mère d’une adorable fillette de quatre ans prénommée Nur. La petite fille n’avait que deux mois lorsque son père a été envoyé en prison, et sa mère a dû devenir le soutien de famille. « Je ne savais pas quoi faire avec mon bébé, mon mari en prison et sans argent, raconte Harrina, qui dissimule ses larmes derrière son voile en évoquant sa vie de l’époque. Je n’avais jamais travaillé auparavant. »

Dans l’extrême sud, de nombreuses familles ont des histoires personnelles, souvent tragiques, à raconter sur la manière dont la violence les a touchées. Farida, une autre femme de la région, se rappelle encore le jour où, alors qu’elle passait devant une échoppe à thé, quatre hommes se sont arrêtés à sa hauteur et ont ouvert le feu. D’une seconde à l’autre, sa vie a changé. « Tout est arrivé si vite, l’explosion, les gens qui couraient en hurlant et cette douleur incroyable dans mon bras. »

L’attentat a tué quatre personnes et en a blessé neuf, dont Farida. Sa blessure ne s’étant jamais cicatrisée correctement, elle n’a pas pu continuer à confectionner des douceurs pour les vendre au marché. C’était pourtant la principale source de revenus de sa famille.

« Malheureusement, ce sont souvent les femmes et les enfants qui paient le prix de la violence, » explique Mark Kessler, qui dirige les activités du CICR dans la région de Pattani. Nous aidons les personnes qui ont perdu leurs moyens de subsistance à retrouver leur autonomie. »

Harrina et Farida sont les bénéficiaires de projets générateurs de revenus lancés par le CICR dans la région de Pattani. « Les projets s’adressent aux familles dont le soutien est en prison, ou a été blessé ou tué en raison de la violence, ajoute M. Kessler. Ils profitent également à quelques anciens détenus qui ont besoin de reconstruire leur vie. ». L’objectif est de permettre à ces familles de mettre en place une source durable de revenus, tout en tenant compte de leurs intérêts et de leur situation.

Le CICR a ainsi aidé Farida et son mari à monter une plantation de fruits, tandis qu’Harrina a reçu une formation en couture et broderie et possède à présent sa propre boutique. Grâce à la persévérance et au talent de leurs bénéficiaires, ces projets sont de véritables réussites.

Le CICR gère 65 projets de ce type dans l’extrême sud de la Thaïlande ; la majorité sont menés par des femmes. Ces projets vont de l’atelier de couture à la boulangerie, en passant par la construction de maisons. « Le but principal est de générer de la résilience, des compétences et finalement des revenus, pas de distribuer de l’assistance. Grâce à leur détermination et à un travail acharné, des personnes comme Harinna et Farida ont réussi à reprendre le contrôle de leur vie, » explique M. Kessler.

Harinna est fière de ce qu’elle a accompli, même si elle conserve le souvenir du chemin difficile qu’elle a parcouru. « Je visite à présent mon mari en prison une fois par semaine, et je peux m’occuper de ma fille moi-même. Nous allons bien, » résume-t-elle.


http://www.cicr.org/fre/resources/documents/feature/2013/07-12-thailand-deep-south.htm


Photo : Village de Jakonc, province de Pattani, Thaïlande
Saikina Shecmah, à droite, et ses collègues ont reçu du CICR deux machines à faire de petits gâteaux.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le juillet 26, 2013, 09:07:19 am


Thaïlande: hausse des violences malgré les efforts de paix


Une série d’attaques a fait neuf morts en moins de 24 heures dans l’extrême sud de la Thaïlande en proie à une insurrection, malgré un accord pour réduire les violences pendant le ramadan, ont indiqué des responsables mercredi.

Le gouvernement thaïlandais et le Barisan Revolusi Nasional (BRN, Front national révolutionnaire), un des groupes rebelles avec qui Bangkok avait entamé il y a quelques mois des pourparlers inédits, s’étaient mis d’accord pour réduire les violences pendant le mois sacré qui a commencé le 10 juillet.

Mais après une période de calme relatif, les violences se sont accélérées mardi avec la mort de six personnes, dont deux policiers, dans la province de Narathiwat, l’une des trois placées sous état d’urgence.

Les deux policiers ont été abattus sur un marché, selon les autorités. Dans des incidents séparés, un couple a été abattu dans sa voiture et deux villageois musulmans ont été tués lors d’une fusillade visant un salon de thé.

Et mercredi, l’explosion d’une bombe sur le bord de la route a tué trois enseignants, selon la police.

L’insurrection a fait plus de 5.700 morts depuis 2004, frappant indistinctement bouddhistes et musulmans dans cette région rattachée à la Malaisie jusqu’au début du XXe siècle et où quelque 60.000 soldats thaïlandais sont postés.

Les insurgés, des musulmans, ne font pas partie d’un mouvement jihadiste mondial, mais se rebellent contre ce qu’ils vivent comme une discrimination contre la population d’ethnie malaise et de religion musulmane dans un pays essentiellement bouddhiste.

Les discussions entamées en mars en Malaisie entre le pouvoir thaïlandais et plusieurs groupes rebelles avaient fait naître des espoirs de paix, mais certains observateurs avaient émis des doutes sur la capacité des leaders rebelles à contrôler les hommes sur le terrain.

Le négociateur en chef thaïlandais Paradorn Pattanatabut a assuré mercredi que les négociations continueraient. «Je peux vous assurer que les discussions n’ont pas échoué», a-t-il déclaré à la presse, assurant que les attaques étaient moins nombreuses que lors du précédent ramadan.

« A chaque fois que des violences ont eu lieu, nous avons demandé à BRN et ils ont dit par l’intermédiaire du facilitateur (la Malaisie, NDLR) que c’était l’oeuvre de petits groupes incontrôlables qui s’opposent aux discussions de paix », a ajouté Paradorn, également chef du Conseil national de sécurité.

Se conformant à l’accord avec le BRN, les autorités thaïlandaises ont réduit le nombre des barrages routiers et l’armée a retiré ses soldats de certains villages, dans l’espoir de limiter les tensions.

Par AFP


http://www.liberation.fr/monde/2013/07/24/thailande-hausse-des-violences-malgre-les-efforts-de-paix_920451
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le juillet 26, 2013, 12:24:02 pm
Je ne voudrais pas être pessimiste... mais je crois vraiment que çà ne s'arrêtera jamais... 
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le juillet 31, 2013, 09:06:17 am

Saisie de matériaux chimiques explosifs en Thaïlande (Interpol)

Des engins explosifs improvisés (IED), soit 70 kilos de chlorate de sodium, ont été saisis en Asie du Sud-Est au cours d'une opération de sécurisation des frontières coordonnée par Interpol, a annoncé mardi l'organisation policière internationale.

Des sacs contenant les produits chimiques ont été découverts dans une camionnette par des douaniers dans la province de Songkhla, dans le sud de la Thaïlande, dans le cadre de l'opération Hawk dévolue à la recherche des IED, qui s'est déroulée du 8 au 15 juillet.

Le succès des opérations réalisées a permis "d'identifier et déjouer des menaces terroristes", a annoncé Interpol dans un communiqué. Il sert également de base de départ pour une future coordination régionale et internationale avec l'aide d'Interpol.


http://www.leparisien.fr/lyon-69000/saisie-de-materiaux-chimiques-explosifs-en-thailande-interpol-30-07-2013-3018745.php
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le août 04, 2013, 08:36:49 am

Dans le sud du pays, les moines bouddhistes sont escortés par la police lors de leur tournée matinale...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le août 05, 2013, 09:20:33 am

Patrouille de Police à moto sur la frontière malaise... Moyent de tranport idéal pour parcourir les petits sentiers empruntés par les rebels... Mais attention aux IED.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le août 06, 2013, 08:45:14 am

Tout simplement lâche et honteux !...


Thaïlande: Un leader pacifiste de la communauté musulmane abattu !

Un leader de la communauté musulmane du sud thaïlandais a été abattu lundi, ont annoncé les autorités, inquiètes de la mort d'un important soutien au processus de paix entre le gouvernement et les rebelles séparatistes de l'extrême sud du royaume.

Yacob Raimanee, imam de la très influente mosquée de Pattani, « a été abattu » lundi après-midi, a déclaré la police de la ville à l'AFP, sans pouvoir donner plus de détails sur les circonstances.

Ce meurtre intervient alors que le pouvoir thaïlandais et le Barisan Revolusi Nasional (BRN, Front national révolutionnaire), un des groupes rebelles avec qui Bangkok a entamé il y a quelques mois des pourparlers inédits, s'étaient mis d'accord pour réduire les violences pendant le ramadan qui se termine dans quelques jours.

L'insurrection a fait plus de 5.700 morts depuis 2004, frappant indistinctement bouddhistes et musulmans dans cette région rattachée à la Malaisie jusqu'au début du XXe siècle et où quelque 60.000 soldats thaïlandais sont postés.

Les insurgés, des musulmans, ne font pas partie d'un mouvement jihadiste mondial, mais se rebellent contre ce qu'ils vivent comme une discrimination contre la population d'ethnie malaise et de religion musulmane dans un pays essentiellement bouddhiste.

La mort de l'imam « est inquiétante », a commenté Paradorn Pattanatabut, chef du Conseil national de sécurité et négociateur en chef thaïlandais. « L'un de ceux qui acceptaient (les discussions) a été tué, alors nous sommes inquiets ».

« La façon dont (les insurgés) opèrent est destinée à faire peur aux gens », a-t-il ajouté à l'AFP, assurant malgré tout que les discussions se poursuivraient.

L'organisation Human Rights Watch s'est également inquiétée de l'impact de ce meurtre sur le soutien local aux discussions entre le gouvernement et les rebelles. « Il était la force motrice derrière les efforts pour déradicaliser la jeunesse musulmane dans la province de Pattani et il a également essayé de rassembler du soutien » en faveur des efforts de paix, a souligné Sunai Phasuk, de l'ONG.

Avec AFP


http://www.20minutes.fr/ledirect/1206959/20130805-thailande-leader-pacifiste-communaute-musulmane-abattu
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le août 06, 2013, 12:12:15 pm


mais bon sang, qui pourra arrêter ce massacre...  >:(


P.S. Je n'avais pas vu les photos du dessus qui sont très bien...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le août 09, 2013, 07:43:39 pm
http://siamlife.blog4ever.com/blog/lire-article-92107-10175989-actualites__du_1__au_12_aout_2013_.html


Menaces dans le Sud...


Les rebelles du Sud du pays viennent de menacer de se retirer des négociations de paix avec le gouvernement thaïlandais, quasiment en même temps que les morts survenues lors de ce qui devait être un "cessez-le-feu" du Ramadan, et de cefait ont réduit les espoirs de paix.

Dans une vidéo postée sur YouTube, 3 rebelles cachés derrière leur cagoule  et armés è la main affirment que le Barisan Revolusi Nasional (BRN), apparemment dirigé par Hassan Taïb, va quitter la table des pourparlers...

Apres un calme tout relatif lors des premiers jours du Ramadan, les attaques ont repris, faisant au moins 29 morts durant le mois.

Une des responsables proche des discussions a expliqué sous couvert d'anonymat, que si cette vidéo était bien réelle, elle était surtout destinée à forcer Bangkok à accepter les cinq principales demandes du groupe, notamment la libération des prisonniers et sa reconnaissance en temps que mouvement de libération...

Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le septembre 15, 2013, 08:28:00 am

Thaïlande: semaine noire pour le processus de paix entre gouvernement et séparatistes musulmans


Cette semaine, plus d'une dizaine de militaires et de policiers ont été tués par des militants séparatistes musulmans en Thaïlande. Les deux dernières victimes sont des soldats dont le pick-up a été détruit par une bombe enterrée, qui a explosé lors du passage de leur véhicule dans la province de Pattani.

Ces violences croissantes tendent à discréditer le processus de négociations en cours en Malaisie, qui rassemble des émissaires du gouvernement de Bangkok et de supposés représentants de la guérilla. Pour l'instant, l'insurrection, qui avait repris vigueur au début de 2004, a causé depuis lors la mort d'environ 5 400 personnes.

Il devient de plus en plus difficile de prendre au sérieux les négociations entre les envoyés de Bangkok et un groupe de vétérans de la lutte séparatiste, lesquels assurent représenter l'insurrection.

Alors que les rencontres entre les deux parties se tiennent régulièrement à Kuala Lumpur, le rythme des violences ne ralentit pas, et semble même s'emballer, comme le montrent les attaques à répétition de cette semaine.

Que faut-il en conclure ? Peut-être tout simplement que les sexagénaires qui affirment être dans l'appareil dirigeant du mouvement séparatiste n'ont en fait que peu d'influence sur les cellules opérationnelles sur le terrain.

On sait en effet que ces cellules ont une grande autonomie, et qu'elles n'ont jamais affiché publiquement leurs revendications au-delà de vagues slogans antigouvernementaux.

Mais curieusement, Bangkok semble s'enferrer dans ces négociations, lesquelles sont habilement exploitées par l'autre bord pour renforcer sa crédibilité internationale. On se retrouve dans une situation étrange, où le gouvernement semble avoir constamment un temps de retard sur les supposés représentants séparatistes.

Ceux-ci viennent par exemple d'annoncer sur le site YouTube que le gouvernement avait accepté toutes leurs conditions. Ce que le gouvernement s'est ensuite évertué à réfuter.


http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20130914-processus-paix-thailande-malaisie-pattani-pick-up
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le septembre 17, 2013, 08:35:33 am

30 policiers blessés dans le sud de la Thaïlande

NAKHON SI TAMMARAT, Thaïlande – Au moins 30 policiers ont été blessés lundi lors de nouveaux affrontements avec des producteurs de caoutchouc dans le sud de la Thaïlande.

Les manifestants dénoncent le manque d’aide offerte par le gouvernement.

La violence a éclaté quand les policiers ont tenté de reprendre le contrôle d’une intersection bloquée dans le district de Cha-uat, dans la province du Nakhon Si Thammara, à quelque 600 kilomètres au sud de Bangkok.

Des centaines de policiers antiémeute avaient expulsé les manifestants de cette intersection la veille.

Les manifestants ont lancé des pierres, des briques et des sacs remplis d’acide liquide aux policiers, qui ont répliqué avec des gaz lacrymogènes. Des véhicules policiers ont été incendiés et un certain nombre de manifestants ont été blessés. Quelques coups de feu ont été entendus.

Les tensions ont été ravivées le week-end dernier dans le sud du pays, quand les producteurs ont refusé l’offre du gouvernement de subventionner les prix du caoutchouc. Le cours du caoutchouc est en chute libre depuis 2011.

La Thaïlande est le principal producteur et exportateur mondial de caoutchouc naturel.


http://journalmetro.com/monde/372857/30-policiers-blesses-dans-le-sud-de-la-thailande/
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le septembre 26, 2013, 08:55:48 am

Une infirmière militaire en action dans la région de Yala...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le septembre 30, 2013, 01:57:24 pm
http://www.lejournaldepattaya.com/INFOS%20PATTAYA.htm


Pattaya/Sattahip. 400 hommes pour la relève en Thaïlande du Sud


Plus de 400 Royal Thai Marines ont quitté Sattahip pour les provinces du sud déchirées par les conflits avec la population musulmane.

Ils relèveront les garnisons de Pattani, Yala et Narathiwat à Chumphon Camp.

Avant leur départ, ils ont été bénis par Sangkharak Pongsiri Paphassaro, Bonze abbé de Khao Ploy. 30/9/13
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le octobre 10, 2013, 01:10:50 pm
http://www.liberation.fr/monde/2013/10/09/thailande-une-bouddhiste-retranchee-dans-un-village-musulman_938194


Thaïlande: une bouddhiste retranchée dans un village musulman...  :-[


Protégée par des soldats thaïlandais ayant fait de sa maison un camp retranché, une bouddhiste de 81 ans refuse obstinément de quitter sa maison située dans un village musulman du sud insurrectionnel de la Thaïlande.

Depuis le début en 2004 de la rébellion séparatiste dans cette région majoritairement musulmane, Jiaw Pongthawil a vu partir tous ses voisins bouddhistes du village de Baan Ga Doh.

Au point qu’elle est désormais la seule bouddhiste au milieu des 1.200 habitants musulmans de ce village situé en «zone rouge», celle où les rebelles musulmans sont les plus actifs, dans la province de Narathiwat.

«J’ai peur. J’ai subi de nombreuses attaques... Mais je n’ai nulle part où aller. Ceci est ma propriété, ceci est ma terre», dit la vieille dame d’une voix mal assurée.

Les rebelles, assemblage de groupes disparates aux revendications parfois difficiles à saisir, contestent l’autorité de Bangkok sur cette région rattachée jusqu’au début de XXe siècle à la Malaisie voisine.

La moitié des 400.000 bouddhistes qui habitaient cette région aurait fui la région depuis près de dix ans que s’éternise le conflit, avec son lot d’attaques quotidiennes contre les représentants de l’Etat, qu’ils soient instituteurs ou soldats, et un bilan de plus de 5.700 morts.

Car l’enjeu du conflit est aussi démographique, à mesure que s’amenuise la part de bouddhistes parmi les 1,8 million d’habitants de la région, très majoritairement musulmans. Ils comptent sur Bangkok pour assurer leur sécurité.

Entourée de sacs de sable, la maison de Jiaw a été attaquée trois fois ces dernières années, en dépit du déploiement d’un groupe de soldats thaïlandais qui logent en permanence chez elle. Lors de la dernière attaque, en juillet, la grenade artisanale lancée depuis une route adjacente n’a pas explosé, après avoir rebondi sur un filet de sécurité de 10 mètres de haut.

Cette mère de six enfants a perdu son mari en 2007, restant seule dans cette maison remplie de bibelots poussiéreux et de portraits du roi de Thaïlande.

Une vie retranchée

Depuis que sa maison a été transformée en camp retranché, ses amis musulmans ne viennent plus lui rendre visite. «Nous vivions ensemble avant... Nous nous aidions les uns les autres. Mais maintenant, ils veulent que nous partions tous», constate-t-elle avec amertume.

L’administration locale dément quant à elle tout exode de la population bouddhiste. Mais le dernier recensement montre que 288.000 bouddhistes vivaient ici en 2010, soit 20% de moins qu’en 2000. Et la tendance se serait encore aggravée depuis.

Ces départs sont une victoire pour les insurgés, alors que les bouddhistes de la région craignent quant à eux de se voir sacrifiés sur l’autel des négociations avec les rebelles, qui doivent reprendre sous peu, d’autant que l’exode a réduit leur poids démographique.

La possibilité d’une réconciliation entre bouddhistes et musulmans semble bien loin aujourd’hui, avec des violences commises chaque jour par les rebelles et par les forces de l’ordre. L’armée thaïlandaise est omniprésente dans la région: check-points, soldats en faction devant les temples bouddhistes, patrouilles dans les villages musulmans à la recherche de rebelles...

Les forces de l’ordre reçoivent l’ordre de protéger les habitants - bouddhistes comme musulmans - menacés par les rebelles pour leur supposée collusion avec l’Etat: des soldats escortent des moines comme des enseignants se rendant à l’école.

Sans aller jusqu’à rejoindre les rangs de la rébellion, les musulmans de la région sont nombreux à dénoncer les abus des forces de l’ordre thaïlandaises et la politique de discrimination envers les musulmans comme autant de générateurs de ressentiment. Même si l’administration locale a intégré plus de musulmans ces derniers temps, ceux-ci sont toujours appelés «khek», le mot en thaï pour «invité».

A Baan Ga Doh, le chef de l’administration locale, Uzman Ahmad, musulman, se souvient de la vieille Jiaw depuis son enfance, quand le village était en paix.

«Je voulais vraiment que les bouddhistes restent. Nous étions frères», dit-il, son pistolet à portée de main. «Peut-être pourrons nous vivre ensemble à nouveau un jour. Mais aujourd’hui, c’est trop dangereux pour eux».


Pas drôle la vie pour petite grand-mère...   :'(

Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le octobre 13, 2013, 08:34:17 am

Les pourparlers de paix au point mort en Thaïlande

Le gouvernement thaïlandais a décidé de reporter indéfiniment les pourparlers de paix avec un groupe militants rebelles dans le Sud de la Thaïlande, et de renforcer la présence militaire dans les provinces du Sud, suite à l’escalade de violence au cours des derniers jours, a déclaré aujourd’hui le chef de l’armée, le général Prayuth Cha-ocha.

Il a déclaré que les forces militaires ont reçu l’ordre d’être à l’offensive et de travailler en étroite collaboration avec 66 agences gouvernementales concernées pour faire face aux attaques des militants dans les provinces frontalières de la Malaisie du sud thaïlandais.

Le chef de l’armée a déclaré que le quatrième cycle de pourparlers de paix avec le groupe indépendantiste militant Barisan Nasional Revolusi (BRN), initialement prévue pour la fin de ce mois-ci, serait reporté jusqu’à ce que chaque partie soit prête, car les militants du sud sont divisés en plusieurs factions qui ne semblent plus dépendre de l’influence du BRN.

En attendant la Thaïlande va augmenter les effectifs  de sécurité sur le terrain lors des pourparlers, a t-il dit, soulignant que le gouvernement thaïlandais n’a pas accepté toutes les propositions du BRN.

Les pourparlers sont une première étape vers le règlement d’un conflit qui dure depuis près de 10 ans, mais il n’y a toujours pas d’accord de cessez- le feu et un règlement politique semble très improbable à court terme. Le conflit a déjà coûté la vie à plus de 5.000 personnes depuis 2004.

La violence séparatiste est actuellement concentrée dans les trois provinces à forte présence Malais-musulmans – Pattani, Yala et Narathiwat – ainsi que les quatre districts de Songkhla. On estime que la moitié des bouddhistes qui habitaient ces régions aurait fui la région depuis près de dix ans que s’éternise le conflit, avec son lot d’attaques quotidiennes.


http://www.thailande-fr.com/politique/26228-les-pourparlers-paix-au-point-mort-en-thailande/comment-page-1
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Malco le octobre 13, 2013, 08:53:05 am
Je me demande quand ça va finir cette histoire ??
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le octobre 13, 2013, 11:19:13 am

Il faudra une vraie volonté politique pour que cela finisse... Le problème est que le 1er ministre thaïlandais Yingluck Shinawatra, depuis sa prise de pouvoir, ne s'occupe pas de ce dossier qu'elle a totalement délégué aux militaires...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Malco le octobre 16, 2013, 02:49:46 am
Les bouddhistes fuient le Sud de la Thaïlande

 Fait-religieux.com Les bouddhistes fuient le Sud de la Thaïlande Fait-religieux.com Le gouvernement thaïlandais a décidé de reporter indéfiniment les pourparlers de paix avec un groupe de rebelles dans le Sud de la Thaïlande, et de renforcer la...”

Source et suite ! http://www.scoop.it/t/thailande-info/p/4009269651/les-bouddhistes-fuient-le-sud-de-la-thailande?hash=78e7c7cc-d5fb-458f-8b0c-0a83b9128605


Le gouvernement thaïlandais a décidé de reporter indéfiniment les pourparlers de paix avec un groupe de rebelles dans le Sud de la Thaïlande, et de renforcer la présence militaire dans les provinces du Sud, frontalières de la Malaisie.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le novembre 05, 2013, 08:02:36 am

Une patrouille de parachutistes à moto sur la frontière malaise...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le novembre 06, 2013, 08:53:37 am

Thaïlande: morts de civils et colère dans le sud insurrectionnel du pays


Khrong Pinang (Thaïlande) - Abattus par les forces de l'ordre, de balles dans le dos. La mort de trois étudiants désarmés lors d'un raid dans le sud insurrectionnel de la Thaïlande a attisé la colère de la population, fatiguée d'une impunité qui accroît le soutien aux rebelles.

Depuis le début en 2004 de la rébellion séparatiste dans cette région majoritairement musulmane rattachée à la Malaisie jusqu'au début du XXe siècle, plus de 5.700 personnes ont été tuées, dont une majorité de civils pris pour cibles par les insurgés musulmans ou victimes collatérales d'opérations des forces de sécurité.

Lookman Dueramae et son frère Samree, âgés respectivement de 20 et 17 ans, et leur ami d'enfance Ismael Paetoh, 17 ans, sont morts en avril 2012 lors d'une intervention menée par la police dans leur hameau du district de Krong Pinang, dans la province de Yala, l'une des trois de l'extrême sud du royaume placés en état d'urgence.

Deux insurgés présumés, qui auraient été la cible du raid, ont également été tués alors que le groupe s'abritait de la pluie dans un appentis d'une plantation d'hévéas.

"Mes fils n'étaient pas des rebelles, c'étaient de bons garçons (...), mais ils ont été abattus comme des chats ou des poulets", lance Mariyea Be, la mère de Lookman et Samree.

Ses fils étaient sortis pour attraper des oiseaux dans la forêt. "J'ai entendu les coups de feu. Et un peu plus tard, j'ai vu un militaire passer près de ma maison avec une cage à oiseaux dans les mains", raconte-t-elle. "Alors j'ai compris que mes fils étaient morts".

Les villageois de cette région se sont résignés à être impuissants face aux attaques des insurgés contre les forces de l'ordre ou les civils accusés de collaborer.

Mais pour les morts dont soldats et policiers sont responsables, ils réclament justice.

Les forces de sécurité thaïlandaises sont depuis longtemps accusées de violations des droits de l'Homme dans le Sud, des arrestations arbitraires à la torture, en passant par les meurtres de civils.

Un récent rapport du procureur général de Thaïlande a fustigé les autorités pour des détentions sans procès, des aveux extorqués, la torture et les morts accidentelles de civils.

Mais personne n'a été condamné en près de dix ans de conflit.

L'enquête sur les causes de la mort des trois étudiants a conclu en août que même s'ils n'étaient suspects de rien, ils avaient été touchés par balle plusieurs fois, notamment dans le dos, par la police et l'armée.


Rendre leur propre justice

Disculpant les forces de l'ordre qui "ne pouvaient pas dire qui était qui", la justice a estimé qu'elles "agissaient dans l'exercice de leurs fonctions".

Un argument rejeté par les familles des victimes et les défenseurs des droits de l'Homme qui soulignent que des affaires comme celle-ci créent de nouvelles recrues pour les rebelles.

Les habitants perdent "confiance dans le processus judiciaire", commente Adilan Ali-ishak, du Centre des avocats musulmans, qui représente les familles.

"C'est une perte pour le gouvernement, les villageois ne vont pas les alerter ou témoigner parce qu'ils ne pensent pas que l'Etat offre impartialité ou protection", poursuit l'avocat.

Conscientes que ce type d'événements sape leurs efforts pour gagner "les coeurs et les esprits" dans la région, les autorités thaïlandaises ont tenté ces dernières années de changer les comportements.

Le général Sakol Chuentrakool, chef de l'armée dans le sud, reconnaît qu'il y a eu par le passé des cas de soldats torturant des suspects. Mais "il n'y a plus de cas semblables désormais", assure-t-il à l'AFP.

"Les soldats ne veulent pas tuer des civils. Personne ne le fait volontairement (...). Leur mission est de protéger le public", poursuit-il.

Les groupes de défense des droits de l'Homme ont d'ailleurs salué un récent déclin des victimes collatérales. Mais ils ont souligné une hausse des exécutions extra-judiciaires de suspects sur les listes noires du gouvernement. Des morts dans des conditions obscures et qui restent impunies.

"Certaines personnes pensent qu'elles peuvent rendre leur propre justice", dénonce Hadee Hamidong, du groupe Asia Foundation, qui a aidé à rédiger le rapport du procureur général.

Alors que les discussions de paix entamées il y a quelques mois entre Bangkok et certains groupes rebelles sont dans l'impasse, les villageois craignent de rester piégés entre deux feux encore longtemps.

Le grand-père de Lookman et Samree tente lui de s'habituer au silence de la maison sans les deux adolescents. "Je ferme les yeux pour me rappeler leurs visages", lance Ishak Bersa, 80 ans.

"Nous sommes en colère qu'ils aient été tués (...) mais il n'y a rien que nous puissions faire".


Par AFP : http://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/thailande-morts-de-civils-et-colere-dans-le-sud-insurrectionnel-du-pays_1296973.html
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le novembre 21, 2013, 08:43:07 am

Dans le Sud, la guerre continue... Les ouvertures de routes effectuées par l'Armée sont quotidiennes...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le novembre 23, 2013, 11:44:47 pm

et oui, malheureusement, c'est toujours d'actualité et on ne voit pas bien qui pourra faire stopper cette guerre...  :'(
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le novembre 24, 2013, 08:03:40 am

Une patrouille des Forces Spéciales thaïlandaises dans le sud de la Thaïlande.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: SUDOKU le décembre 23, 2013, 04:50:01 pm

pas de trève dans le SUD !!!


Explosion dans la province de Songkhla


L’extrême sud de la Thaïlande a été à nouveau victime de violences dimanche avec l’explosion d’une voiture piégée dans la province de Songkhla.

L’explosion s’est produite devant un hôtel dans le quartier de Sadao, une zone rarement ciblée par les terroristes, qui luttent pour plus d’autonomie pour les provinces les plus méridionales de la Thaïlande, à majorité musulmane malaise. La télévision nationale a montré de la fumée et une voiture carbonisée devant l’hôtel.

Par ailleurs, deux autres bombes ont frappé un barrage de police et un poste de police ailleurs dans la province, sans toutefois causer de préjudice, selon le gouverneur de Songkhla, Kritsada Boonrat.

” Quelque chose comme cela ne s’est jamais produit dans le district de Sadao avant … cette zone est une zone de frontière (avec la Malaisie)”, a déclaré Kritsada, avant d’ajouter que la sécurité sera renforcée.

La police vérifie encore les zones où ont été effectués les attentats et les équipes médico-légales enquêtent sur les trois sites, a déclaré le gouverneur, sans mentionner encore de responsable.

Les provinces les plus méridionales sont en proie à une décennie d’insurrection qui a coûté des milliers de vies – des civils en majorité.

La violence se produit sur une base quasi quotidienne à Pattani, Yala et Narathiwat, et s’étend parfois à plusieurs quartiers de Songkhla.

Les pourparlers de paix provisoires entre l’Etat thaïlandais et des représentants de l’important groupe rebelle sont au point mort. Une autre série de pourparlers prévue pour décembre a été reportée suite à la sérieuse crise à laquelle est confronté le gouvernement après des manifestations de rue massives à Bangkok visant à renverser le Premier ministre Yingluck Shinawatra.

Le Chef du Conseil de la sécurité nationale Paradorn Pattanatabut a néanmoins indiqué pour sa part que les responsables de ces attentats étaient liés à la rébellion thaïlandaise dans le sud, qui selon lui exprime sa colère suite à l’échec des pourparlers de paix après que le gouvernement s’est concentré sur les troubles politiques à Bangkok.

“Une deuxième théorie veut que cela soit lié à la situation politique intérieure – pour discréditer le gouvernement,” a-t-il néanmoins ajouté.

Des sources proches des pourparlers ont soulevé des doutes quant à la poursuite des pourparlers de paix compte tenu de l’instabilité politique à Bangkok.

C’est toute la Thaïlande aujourd’hui qui pourrait subir les conséquences de l’instabilité politique...!!!

http://citizenkane.fr/thailande-explosion-dans-la-province-de-songkhla.html
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le janvier 04, 2014, 09:20:16 am

Thaïlande: la crise politique compromet la paix avec la rébellion

Les négociations de paix entre la rébellion du sud de la Thaïlande et le pouvoir central à Bangkok, déjà mal en point, sont un peu plus compromises avec la crise politique qui secoue la capitale depuis deux mois, alors que le conflit dans le sud du royaume dure depuis dix ans.

Près de 6.000 personnes ont été tuées en cette décennie marquée par des fusillades ou des attaques à la bombe quasi quotidiennes dans les trois régions de l'extrême-sud thaïlandais, Pattani, Yala et Narathiwat.

Ce conflit complexe mené par des insurgés musulmans se poursuit, avec son cortège de victimes souvent civiles, des bouddhistes ou des musulmans soupçonnés de pactiser avec Bangkok, sans réel impact ni prise de conscience dans le reste du pays.

Tout a commencé le 4 janvier 2004 avec une attaque de la rébellion sur un entrepôt de l'armée, dans cette zone frontalière de la Malaisie qui n'est rattachée à la Thaïlande que depuis un siècle.

La date a été retenue comme marquant le début du conflit, bien que des groupes rebelles armés aient été actifs depuis longtemps dans la région, notamment dans les années 1970 et 1980.


Population musulmane, état bouddhiste

Le conflit puise ses racines dans une colère profonde contre les tentatives d'assimilation de la population musulmane locale, d'ethnie malaise, par un Etat majoritairement bouddhiste.

Les rebelles, sans lien avec la mouvance terroriste internationale, ne cessent depuis d'affronter l'armée thaïlandaise, dont 30.000 hommes sont stationnés dans la zone.

En 2013, plusieurs "rounds" de négociations sans précédent avaient été accueillis avec un optimisme prudent. L'un des principaux groupes armés, le Barisan Revolusi Nasional (BRN, Front national révolutionnaire, BRN), fuyant jusqu'alors toute publicité, avait même émis des revendications en cinq points et une feuille de route de 32 pages, levant un peu la confusion sur les motivations d'une rébellion très secrète.

Mais à l'automne, les discussions se sont interrompues, faute de réponse du gouvernement sur ces cinq principales revendications.

Et la rencontre prévue en décembre a été repoussée sine die, le gouvernement thaïlandais de Yingluck Shinawatra étant alors aux prises avec une contestation massive dans les rues de Bangkok.


Des négociations conditionnées par les manifestations

Le chef du Conseil de sécurité nationale, Paradorn Pattanatabut, a affirmé que le processus de paix pourrait reprendre en janvier "si la situation s'améliore du côté des manifestations". Mais la situation ne donne aucune signe d'amélioration, l'opposition ayant annoncé le boycott des législatives de février et menaçant de redescendre d'ici là massivement dans la rue.

"Il n'y aura aucune discussion en janvier", a confié à l'AFP une source proche des discussions. Ce nouveau retard pourrait remettre en cause un processus de paix fragile.

De plus, du côté du pouvoir central, des personnalités respectées comme Paradorn et Tawee Sodsong, à la tête de l'administration des provinces du sud, pourraient ne plus être là lors des prochaines rencontres.

"Les personnalités ont leur importance lors d'un processus. Au fil du temps, ils ont noué de bonnes relations avec l'autre partie", souligne Srisompob Jitpiromsri, de l'université de Pattani et observateur des pourparlers.

Certains observateurs voient comme un bon signe le fait que le BRN ait émis une feuille de route et envisage désormais une possible fin négociée des violences, un changement d'attitude notable par rapport à son intransigeance des débuts.

Les rebelles revendiquent une reconnaissance du BRN comme une "organisation de libération", la libération de leurs partisans emprisonnés, la présence d'observateurs internationaux aux discussions, et, point essentiel, la "souveraineté" de la Nation de Pattani.

Sans être un Etat autonome, détaché de la Thaïlande, elle jouirait d'une plus grande autonomie, ce qui supposerait une politique de décentralisation, peu probable en cette période de troubles où le gouvernement marche sur des oeufs.


L'absence du conflit dans les revendications des manifestants suscite une certaine aigreur dans l'extrême sud de la Thaïlande, où les habitants ont l'impression d'être oubliés.

"Nous n'en pouvons plus des manifestants anti-gouvernement", explique Danyal Abdulloh, membre à Pattani d'un mouvement de jeunesse en faveur de la paix, soucieux du retour des dirigeants actuels à la table des négociations.


http://www.lepoint.fr/monde/thailande-la-crise-politique-compromet-la-paix-avec-la-rebellion-03-01-2014-1776394_24.php
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le janvier 07, 2014, 01:36:44 am
http://siamlife.blog4ever.com/actualites-du-1-au-7janvier-2014


Triste bilan dans le sud du pays ...  (http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Triste/deprime-triste-29423.gif)


En ce qui concerne le bilan des attaques dans les provinces du sud du pays, les chiffres sont eux aussi lourds à "digérer" puisque le porte-parole de l'ISOC (commandement de la Sécurite Intérieure) a annoncé que :

- 5.926 personnes avaient été tuées dans les troubles du Sud entre 2004 et 2013...  et que plus de 15.992 avaient ainsi eu lieu dans ces provinces frontalières avec la Malaisie...



Bien triste bilan... et ce n'est pas fini malheureusement...   
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: SUDOKU le janvier 30, 2014, 04:23:55 pm

jamais fini !!!


Thaïlande : deux soldats morts dans une explosion !


Deux soldats ont été tués mercredi matin dans l'explosion d'une bombe dans la province thaïlandaise de Yala (sud), ont rapporté les médias locaux.

Les deux soldats, Suriya Salungkrue et Somyos Plai-ngam, ont été grièvement blessés par l'explosion avant que leur mort ne soient confirmée plus tard à l'hôpital de Yala, a rapporté le Bangkok Post.

Des témoins ont déclaré qu'une bombe artisanale dissimulée dans une moto garée en bord de route a explosé alors qu'un groupe de huit soldats circulait le long de la route.

La police a attribué la mort aux séparatistes des provinces du sud du pays.

http://french.china.org.cn/foreign/txt/2014-01/29/content_31344654.htm
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le février 13, 2014, 01:29:54 pm
http://siamlife.blog4ever.com/actualites-du-10-au-16-fevrier-2014


Simplement "odieux" !   :'(


Pattani deviendrait elle la province la plus infréquentable du pays ? A en croire ce qui s'est passé avant hier vers 18h00, nous n'en sommes pas loin !

En effet, une jeune femme (apparemment simple employée de banque) âgée de 28 ans a été abattu alors qu'elle roulait à moto et rentrait chez elle;

Derrière ce meurtre, les assaillants ont, de la même manière que la femme du lieutenant de police sur un marché avec ses 3 enfants quelques jours auparavant, arrosé d'essence avant de lui mettre le feu ! 

Un message qui d'après quelques indications retrouvées sur place est directement adressé au chef des Armées, le Général Prayuth Chan O cha avertit que ce ne serait "qu'un début"... !


Quelle horreur...  Mais ils attendent quoi le gouvernement... ?    >:(

Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le février 13, 2014, 01:40:13 pm

Une fois de plus, des Islamistes... Je n'ai pas de mots...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Malco le février 14, 2014, 11:38:27 pm

Une fois de plus, des Islamistes... Je n'ai pas de mots...


Hé oui bien triste , pareil j'ai pas de mots ..
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le mars 05, 2014, 08:44:34 am

Les civils, victimes d’un conflit oublié au sud de la Thaïlande

Des législatives partielles se sont tenues le 2 mars en Thaïlande sur fond de tensions politiques entre pro et anti-Thaksin Shinawatra, dont la sœur est au pouvoir à Bangkok. Mais la crise tend à occulter une insurrection meurtrière, dans le sud musulman du pays, à la frontière avec la Malaisie. Un conflit qui a fait quelque 5.900 morts depuis 2004 et n’épargne ni les femmes ni les enfants.

Les civils payent en effet un lourd tribut à ce conflit vieux d’un siècle, réactivé en 2004 après l’assassinat de quatre militaires puis le massacre de la mosquée de Kue Sue (107 civils tués, la plupart exécutés). Et qui ravage les provinces de Pattani, Yala, Narathwat et Songkhat, peuplées à 80% de Malais musulmans, comme le décrypte Le journal international.
 
Depuis 2004, « les provinces du sud ont été envahies par les forces de sécurité et la zone ressemble désormais à un camp militaire », où les hauts-gradés oscillent entre coercition et corruption, indique l’universitaire Rattiya Saleh pour le site.
 
Sur le terrain, les rebelles (une nébuleuse de plusieurs groupes musulmans) et les militaires s’affrontent. Les activistes combattent une supposée discrimination contre la population d'ethnie malaise et de religion musulmane (si la Thaïlande est majoritairement bouddhiste, l’islam est pratiqué librement dans cette région).
 
Les difficultés économiques de certains villages de la région, en dessous du seuil de pauvreté, et une «précarité structurelle (qui) favorise les trafics en tout genre, notamment le trafic de drogue en provenance de Malaisie», selon le site, font également le lit de la violence.


Une courte accalmie

La violence est omniprésente dans la région. Pourtant, dans les années 80, la présence des militaires a permis d’instaurer une paix relative, renforcée par une politique sociale et un dialogue entre communautés, mis en place par Bangkok.
 
Une paix remise en question à partir des années 2000, quand Thaksin Shinawatra alors au pouvoir a supprimé les institutions officielles « de dialogue » et augmenté le rôle des policiers au détriment de celui de l'armée. Le tout sur fond de nationalisme exacerbé.
 
Dix ans de tueries plus tard, la fin du conflit n’est pas en vue. Les négociations de paix entamées il y a un an entre les rebelles du Front national révolutionnaire (Arisan Revolusi Nasional) et le gouvernement sont aujourd’hui au point mort. La crise politique qui secoue depuis plusieurs mois Bangkok y est pour quelque chose.
 

Des civils pris en tenaille

La majorité des victimes sont des civils, pris en étau entre l'armée thaïlandaise (qui rafle de nombreux innocents), les milices d’Etat (qui recrutent des enfants et des femmes, selon JolPress) et les insurgés. Ces derniers s'en prennent aussi bien aux bouddhistes qu'aux musulmans, toujours suspectés de collaboration avec les autorités. Les assassinats et les violations des droits de l’Homme sont légions dans l’un ou l’autre des camps.

Si, selon les autorités, 400 femmes ont été tuées depuis dix ans, 2.700 bouddhistes ou musulmanes sont reconnues comme veuves de guerre, leur mari ayant été tué par l’un ou l’autre camp. A ce titre, elles touchent une pension de 100 euros par semaine, ce qui ne leur suffit pas pour satisfaire aux besoins élémentaires de leur famille. Et encore moins à offrir une éducation à leurs enfants. D’autant que les établissements scolaires sont détruits par les rebelles, les enseignants sont assassinés, ou les écoles servent de camp de base aux forces gouvernementales, comme l’a dénoncé en 2010 HRW.
 

Des femmes au foyer sans éducation

Dans cette région conservatrice, les musulmanes sont confinées au foyer, à s’occuper de familles nombreuses. Une récente enquête de la fondation Justice pour la paix montre qu’elles ont une éducation limitée qui les condamne à des métiers sous-payés ou au chômage. Certaines d’entre elles ne parlent pas assez le thaï pour faire des démarches administratives, comme porter plainte.
 
Selon la réalisatrice thaïlandaise Noi Thammasathien, qui travaille sur la question des femmes, certains signes d'émancipation existent. Ils sont liés à la situation : « Le rôle des femmes s'étend (...) parce que beaucoup d'hommes malais musulmans sont diminués, parce  qu'ils sont suspectés par les autorités, en prison, ou morts. »
 
Ainsi, de plus en plus d'entre elles rejoignent des organisations de la société civile appelant à la fin de l’impunité généralisée, à la justice et à la défense des droits de l'Homme. Un petit pas vers un avenir meilleur.


http://geopolis.francetvinfo.fr/les-civils-victimes-dun-conflit-oublie-au-sud-de-la-thailande-31099
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le mars 14, 2014, 04:50:28 pm
http://siamlife.blog4ever.com/actualites-du-10-au-17-mars-2014


Violence dans le sud inacceptable !


Oui, de plus en plus inacceptable alors qu'une enseignante âgée de 42 ans vient d'être abattue alors qu'elle se rendait à moto a son travail dans un petit village de la province de Pattani ... lorsque deux militants à moto se sont approchés d'elle et que le passager s'est mis à lui tirer dessus a de nombreuses reprises avec un 9 mm.

Après s'être arrêté, le militant a alors versé de l'essence sur le corps de la femme avant de lui mettre le feu, devenant ainsi la 171° professeur (et n'oublions pas, quasi 6.000 personnes confondues) à être tuée depuis le début de cette insurrection...   :'(


Alors maintenant, ces assassins ne se contentent plus de tuer les gens, il faut qu'ils les brûlent... horrible...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le mars 15, 2014, 08:46:03 am

Dans le sud de la Thaïlande où la guerre civile sévit toujours, les moines bouddhistes doivent être excortés par les militaires durant leur quête de nourriture du matin...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: SUDOKU le avril 21, 2014, 05:56:11 pm

Une fusillade fait trois morts !

HAT YAI, Thaïlande – De présumés insurgés dans le sud de la Thaïlande ont tué par balle trois personnes lors d’une fusillade survenue dimanche, dont une fillette de deux ans, a annoncé la police.

Deux tireurs à moto ont mené l’attaque dans le district de Bannang Sata, dans la province de Yala, a indiqué le colonel de la police Chartchai Chanasit. Un garçon de 12 ans a aussi été blessé lors de la fusillade.

La semaine dernière, un insurgé et son fils de six ans ont été tués lors d’une fusillade survenue dans le même district.

Plus de 5000 personnes ont trouvé la mort dans les trois provinces à majorité musulmane du sud du pays depuis le début d’une insurrection islamique en 2004. Les combattants ciblent principalement les forces de sécurité mais tuent aussi d’autres personnes, y compris des professeurs, qui sont perçus comme étant les représentants du gouvernement dans une Thaïlande à prédominance bouddhiste.

La plus récente attaque a eu lieu sur une route de campagne, alors que les victimes circulaient dans une camionnette, a dit M. Chartchai.

Les trois victimes sont un homme de 54 ans, sa femme de 49 ans et leur petite-fille de deux ans, qui a été tuée d’une balle dans la tête. Le petit-fils de 12 ans du couple a été transporté à l’hôpital pour y soigner une blessure mineure à une oreille.

http://journalmetro.com/monde/483164/thailande-une-fusillade-fait-trois-morts/
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: SUDOKU le mai 07, 2014, 12:56:21 pm
sans fin cette guerre!!!


Explosions roche Hat Yai !

Quatre explosions distinctes ont frappé le district de Hat Yai Songkhla mardi causant des blessures à cinq personnes.

Un cinquième bombe a trouvéz près de l'entrée à l'intérieur des appartements de hôpital Prince of Songkhla a été désamorcée en toute sécurité.


Les premières bombes ont séparément décollé vers 13h30 en face de 7 Eleven dépanneur sur Ponpichai route et à proximité des appartements de police opposés poste de police de Hat Yai.

L'explosion à  touché les appartements de police et endommagé de nombreux véhicules car la bombe avait été placée près de l'aire de stationnement de la station de police.

Les pompiers ont été dépêchés sur les lieux pour maîtriser les flammes causées par les explosions.

Des rapports ultérieurs ont mentionné que deux autres attentats à la bombe ont frappé une zone près de la gare de Hat Yai ainsi que près de Robinson Department Store.

Une autre bombe a été trouvée près des appartements à l'hôpital Prince of Sonkhla mais l'Escadron de la mort a pu désamorcer à temps.

http://www.nationmultimedia.com/national/Bomb-blasts-rock-Hat-Yai-30232970.html?utm_content=buffer6c001&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=buffer

Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: SUDOKU le mai 18, 2014, 03:57:31 pm

Thaïlande : le rail devient une cible des insurgés !


Alors que la crise politique perdure dans le reste du pays, l'extrême sud thaïlandais est toujours en proie aux violences communautaires et aux attentats des insurgés qui depuis 2004 luttent contre le pouvoir central.

Nous assistons actuellement à un changement de stratégies chez ces groupes radicaux de la communauté malaise et musulmane du Sud de la Thaïlande avec la multiplication des attentats contre les infrastructures ferroviaires.

Le 14 mai dernier, dans la province de Narathiwat une première bombe de 20 kg d'explosif a endommagé un viaduc dans le district de Cho-airong et presque simultanément une charge explosive de près de 50 kg endommageait gravement un autre viaduc dans le district de Ra-ngae.

Afin d'assurer les réparations, les Chemins de fer thaïlandais ont dû fermer pendant plusieurs jours la ligne qui mène à Sungai Kolok, l'un des principal poste frontière avec la Malaisie.

http://www.ville-rail-transports.com/content/19802-tha%C3%AFlande-le-rail-devient-une-cible-des-insurg%C3%A9s

Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le juillet 08, 2014, 08:55:58 am

Thaïlande/Sud: "la paix, une urgence nationale"

Le pouvoir militaire thaïlandais a déclaré aujourd'hui que le retour à la paix dans la partie sud du pays, à prédominance musulmane, était une "priorité d'urgence nationale" pour la Thaïlande, après une décennie de troubles séparatistes.

Le nouveau gouvernement, au pouvoir depuis le putsch de la fin mai et dirigé par le général Prayuth Chan-ocha, a annoncé voici quelques jours son intention de relancer les pourparlers destinés à ramener la paix dans les provinces de Pattani, de Yala et de Narathiwat.

"Le Sud est une priorité d'urgence nationale. Prayuth veut des mesures plus fermes et davantage de réussite dans le Sud", a déclaré à la presse Udomdet Sitabutr, secrétaire général du Conseil national pour la paix et l'ordre, au pouvoir.

Depuis 2004, le sud de la Thaïlande, pays qui est majoritairement bouddhiste, est en proie à une insurrection séparatiste musulmane qui a fait plus de 6.000 morts. Les provinces de Yala, de Pattani et de Narathiwat faisaient naguère partie d'un sultanat musulman malais qui a été annexé à la Thaïlande, alors royaume de Siam, en 1902.


http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/07/07/97001-20140707FILWWW00047-thailandesud-la-paix-une-urgence-nationale.php
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le juillet 10, 2014, 09:04:12 am

Même si on n'en parle plus beaucoup en ce moment, les affrontements se poursuivent dans le Sud... Une unité de Police s'apprête à partir en patrouille dans les environs de Yala...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le juillet 28, 2014, 08:52:10 am

Patrouilles frontalière des Forces Spéciales de la police thaïlandaise...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le juillet 29, 2014, 08:24:54 am

Pas près de s'arrêter !...  :(


Thaïlande: cinq morts dans le sud insurrectionnel

Cinq personnes dont une petite fille et un soldat ont été tués dans deux incidents séparés dans l'extrême sud de la Thaïlande, secoué depuis dix ans par une insurrection meurtrière, a-t-on appris lundi auprès de la police.

Une grenade déclenchée à distance a explosé dimanche soir près d'une mosquée, alors que des enfants jouaient dehors au dernier jour du ramadan, a indiqué le colonel Panya Karawanan, chef de la police de Saiburi, dans la province de Pattani.

Une fillette de dix ans est décédée à l'hôpital et sept autres personnes - deux paramilitaires et cinq adolescentes - ont été blessées, a-t-il ajouté.

Dans la province voisine de Narathiwat, une fusillade a éclaté lundi matin entre les forces de l'ordre et des insurgés présumés, a indiqué à l'AFP Narong Tongkhaw, de la police de Rueso.

Un soldat et trois des assaillants ont été tués, et un policier a été gravement blessé, a-t-il ajouté.

Plus de 6100 personnes ont été tuées depuis le début en 2004 de la rébellion séparatiste dans cette région majoritairement musulmane rattachée à la Malaisie jusqu'au début du XXe siècle.

Les insurgés musulmans se rebellent contre ce qu'ils vivent comme une discrimination à l'encontre de la population d'ethnie malaise et de religion musulmane dans un pays essentiellement bouddhiste.

La majorité des victimes de ce conflit complexe, brutal et localisé sont des civils, bouddhistes et musulmans, pris entre l'armée thaïlandaise et une nébuleuse de groupes rebelles mal connue.

Les autorités avaient été placées en alerte en prévision d'attaques lors des derniers jours du ramadan. Vendredi, une voiture piégée avait explosé devant un hôtel de la province de Yala, faisant trois morts et plus de trente blessés.

Des négociations de paix avaient été entamées en 2013 entre des rebelles, qui réclament un certain degré d'autonomie, et les autorités thaïlandaises, sans pour autant faire diminuer les violences.

Ces discussions ont été largement entravées par la crise politique qui a secoué le royaume pendant des mois jusqu'au coup d'État du 22 mai.


http://www.lapresse.ca/international/asie-oceanie/201407/28/01-4787297-thailande-cinq-morts-dans-le-sud-insurrectionnel.php
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le juillet 29, 2014, 01:38:00 pm

Patrouilles frontalière des Forces Spéciales de la police thaïlandaise...


font un peu peur les gars arnachés comme çà...


P.S. Est-ce que la junte va s'attaquer à ce conflit désastreux et si meurtrier pendant qu'ils tiennent les rènes ? A suivre...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le juillet 30, 2014, 09:18:18 am

Oui Line, il doivent avoir chaud avec leur cagoules (enfin, c'est pour la photo)...  ;)


Une autre unité de Force Spéciale de Police, la FS 6 à Yala.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le juillet 31, 2014, 01:11:21 am

Je reviens 5 minutes sur le post encore épouvantable qu'a mis Manu plus haut pour ajouter que depuis le début du Ramadan, on aurait pu penser que les choses allait se calmer, mais "que neni", c'est quasi au quotidien que l'on voit toujours et toujours des attentats avec des morts...  :'( 

Rien n'y fait, plus aucun respect même de leurs fêtes religieuses...  :o
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le août 02, 2014, 08:30:14 pm
http://siamlife.blog4ever.com/actualites-du-14-juillet-au-30-juillet-2014


Une bonne chose de faite !


C'est bien l'un des chefs des insurgés les plus dangereux, Has Sate,  qui a été arrêté hier soir, par des soldats et policiers du district de Nong Chik dans la province de Pattani, alors qu'il était réfugié dans une maison isolée.

Sur le coup, surpris, il a tout d'abord répondu qu'il n'était pas la personne recherchée... ce qui lui a permis de retourner au village afin de continuer la fête de Hari Raya !!!

Cependant, après des recherches plus poussées, les autorités ont découvert qu'il s'agissait bien de lui et qu'il était à l'origine de plusieurs attentats à la bombe et de nombreuses attaques au pistolet dans tout le sud !

Il a même rejoint un autre chef dénommé Seree Manu pour une attaque particulièrement sanglante du côté de la base militaire de Thepa.

Il est pour le moment sous la responsabilité des autorités pour interrogatoire poussé ainsi que pour des tests médicaux légaux....


Un de moins...    :clap
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le août 19, 2014, 06:51:42 pm
http://siamlife.blog4ever.com/actualites-du-1-au-30-aout-2014


L'impossible entente ?     :'(


Ce sont à nouveau 3 soldats qui ont été gravement blessés dans le grand Sud, après que des insurgés musulmans aient fait exploser une moto-bombe alors que les militaires circulaient à bord d'un camion 6x6 chargé de 5 réservoirs de 200 litres d'essence  !

Alors que les soldats revenaient tranquillement à leur base après avoir fait le plein dans un dépôt de la province de Narathiwat, et alors que le camion circulait doucement, une moto garée sur le bord de la route nationale (entre Tak Bai et Narathiwat), et contenant sous sa selle une charge a instantanément explosé, heureusement pas de charge suffisante pour mettre le feu au camion  !

L'enquête n'a pour le moment pu révéler les faits exacts, bien que le vol de la moto à son propriétaire, tué précédemment par d'autres militants extrémistes là aussi du côté de Tak Bai.

En fin de semaine dernière, dans la province de Yala, déjà deux policiers (dont deux membres des Forces Speciales) ont été tués et il a été compté d'autres blessés dans d'autres attentats a la bombe, toujours de la même manière, a savoir avec des explosifs cachées sur les bords de route...  :-[


Des fous... vraiment des fous...   >:( >:( >:( >:( >:(
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le août 31, 2014, 08:47:49 am

Patrouille de la Police thaïlandaise sur la frontière malaise... la mort peut survenir de n'importe où : une mine, un piège, un tireur isolé...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le septembre 15, 2014, 09:09:23 am
Yala : police thaïlandaise des frontières...


ils sont mal barrés pour la patrouille...  :huhu
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le septembre 16, 2014, 02:33:37 am

Yala : police thaïlandaise des frontières...

ils sont mal barrés pour la patrouille...  :huhu



c'est clair...   :huhu
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le septembre 18, 2014, 08:56:50 am

Toujours dans le sud de la Thaïlande, une patrouille beaucoup plus sérieuse en Véhicule de transport de troupes blindés...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Malco le octobre 02, 2014, 01:27:13 pm

Montée de l'Islamisme en Indonésie et en Malaisie !

Le Sud thaïlandais, où se battent, depuis 2004, des séparatistes musulmans contre des soldats gouvernementaux, paraît sensible aux échos venus de Syrie et d’Irak. Certains individus, venant notamment des trois provinces de Pattani, Yala et Narathiwat, à la frontière de la Malaisie, auraient rejoint les candidats malaisiens au djihad prôné par l’EI.

Des filières de recrutement sont désormais à l’œuvre dans plusieurs pays d'Asie du Sud-Est. Depuis la proclamation de son califat, en juin, l’ombre de l’Etat islamique (EI) ne cesse de s’étendre en Asie.

Les autorités du plus grand pays musulman au monde, l’Indonésie, celles de Thaïlande où sévit, au sud, une guérilla séparatiste musulmane, de Singapour, de la Malaisie ou des Philippines ne peuvent plus cacher la multiplication, sur leur sol, des signes de sympathie en faveur du mouvement djihadiste. Selon les estimations officielles, "plus de 10% des étrangers combattant dans les rangs de l’EI" seraient originaires d’Asie du Sud-Est. Les collectes de fonds organisées auprès d’individus, d’associations, voire de formations politiques, financent, dans cette région, les départs vers le Proche-Orient, la propagande et alimentent les caisses des djihadistes de l’EI.
 
Le gouvernement de Manille a dû déployer, dimanche 28 septembre, un millier de soldats au sud du pays, sur l’île de Basilan, pour tenter de retrouver un couple de touristes allemands détenus par le groupe islamiste Abou Sayyaf ("porteur de l’épée") : ce dernier exige une rançon de 4,5 millions d’euros et la fin du soutien allemand aux frappes américaines contre l’Etat islamique en Irak et en Syrie. A défaut de réponse dans "les deux semaines", Abou Sayyaf a assuré qu’il décapiterait l’un des deux otages. Berlin a répondu, le 25 septembre, qu’il ne "changerait pas de politique".
 
Dans des vidéos, Abou Sayyaf avait proclamé, en juillet, son allégeance à l’EI. Le ministère de la défense philippin a, cependant, minimisé les liens entre le mouvement dirigé par Abou Bakr Al-Bagdhadi et les membres d’Abou Sayyaf, estimant que leur adhésion visait des objectifs crapuleux plutôt que politiques. Abou Sayyaf a été fondé au début des années 1990 grâce à des financements d’Al-Qaida. Le gouvernement de Manille n’a cependant pas nié que des filières de recrutement de l’EI étaient actives au sein de la population musulmane, dans le sud-ouest des Philippines.
 Même la cité-Etat de Singapour, réputée pour sa tranquillité, a manifesté ses craintes, le 9 juillet, par la voix de son vice-premier ministre, Teo Chee Hean. Devant le Parlement, il a ainsi estimé que «la crise syrienne aurait un impact sur la sécurité du pays». Plusieurs Singapouriens ont en effet rejoint les rangs de l’EI en Syrie, notamment une femme et son mari.
 
La Malaisie voisine est également concernée par cette vague djihadiste mondiale. Les autorités de Kuala Lumpur ont lancé, depuis le 26 mai, une vaste offensive contre les réseaux de soutien existant dans le pays. Ce jour-là, un jeune homme de 26 ans, Ahmad Tarmini Maliki, a été le premier Malaisien à mourir sur le sol syrien lors d’une attaque suicide, qui a causé la mort de 25 soldats irakiens dans une caserne à Al-Anbar.
 Une division spéciale de police, chargée de lutter contre le terrorisme, tente de traquer les candidats au départ. Le 18 septembre, trois hommes - un architecte, un technicien et un commerçant - étaient ainsi interpellés à l’aéroport de Kuala Lumpur en partance pour la Syrie. Des projets d’attentats ont été déjoués contre des pubs et des discothèques fréquentés par des étrangers, et dix-neuf personnes ont été arrêtées entre avril et juin. L’un des principaux recruteurs pour le compte de l’EI, le Malaisien Lotfi Arrifin, tué en Irak cet été, se félicitait d’avoir 25 000 fidèles sur son compte Facebook. Un officier de marine malaisien a également été mis aux arrêts pour ses liens avec le réseau Abou Sayyaf.

Enfin, la grande puissance musulmane de la région, l’Indonésie, doit composer avec une menace grandissante des affidés de l’EI sur son territoire. Figure de proue de l’islam radical dans ce pays, le chef religieux Abou Bakar Baachir, condamné, le 16 juin 2011, à 15 ans de prison, à Djakarta pour collusion avec un groupe terroriste local, a prêté allégeance, le 5 août, à l’EI dans la salle de prière de la maison d’arrêt de haute sécurité sur l’île de Sumatra, avec des codétenus. Il a appelé ses partisans à faire de même.

Soupçonné d’être le fondateur et l’idéologue en chef de Jemaah Islamiyah, une organisation terroriste jugée responsable de plusieurs attentats, dont l’explosion dans un bar de Bali, en 2002, qui causa la mort de 202 personnes, dont de nombreux Australiens, il a, depuis, fondé, en 2008, le Jemaah Anshorut Tauhid (JAT), un nouveau groupuscule radical. Cette formation s’est aujourd’hui scindée en deux, l’une restée fidèle à Al-Qaida, l’autre devenue l’un des relais de l’EI en Indonésie.
 
Ces divisions, selon l’Institut de politique d’analyse des conflits (IPAC), basé à Djakarta, ont laissé la place à l’émergence de deux autres groupes favorables à la cause de l’EI en Indonésie. Le premier a été créé par un religieux également incarcéré, Aman Abdurraman, mentor du groupe Sharia Indonesia; l’autre est connu sous le nom d’Al-Moujahiroun et son but est d’établir un Etat islamique en Asie du Sud-Est.
 
Enfin, cette mouvance peut s’appuyer sur des réseaux de financement et de prosélytisme au sein d’universités islamiques indonésiennes, comme celle de Ciputat, qui soutiennent ouvertement les thèses de l’Etat islamique. Une particularité que décrypte un membre d’Interpol, à Lyon: "Tant que les intéressés ne commettent pas d’acte violent, ne possèdent pas d’armes ou ne cachent pas de fugitifs, ils peuvent prêcher ouvertement le djihad en Syrie sans craindre de poursuite, chaque pays a son dispositif légal".
 
Les estimations les plus probables des services de renseignement occidentaux fixent à"250" le nombre de djihadistes indonésiens présents dans les rangs de l’EI. D’après l’IPAC, au mois d’août, "22 Malaisiens et Indonésiens" ont tenté de convaincre l’EI, dans la ville d’Al-Chaddadi, de les laisser créer leur propre katiba pour des raisons linguistiques. Face au danger de voir se reproduire un autre "Bali", Indonésiens et Australiens ont décidé, le 28 août, de resserrer de liens diplomatiques très distendus en signant un "accord de bonne conduite" en matière de coopération antiterroriste. (source : letemps)
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le octobre 06, 2014, 08:49:29 am

Départs en patrouille pour des forces spéciales de Police dans la région Sud.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le octobre 21, 2014, 08:48:01 am
http://siamlife.blog4ever.com/actualites-du-16-au-31-octobre-2014


Arrestations dans le Sud


Les autorités ont arrêté plusieurs suspects dans le cadre d'un incident qui a vu six écoles incendiées dans la province de Pattani, il y a quelques jours.

C'est le ministre de la Défense, le général Prawit Wongsuwarn qui a annoncé que l'un des suspects arrêté avait parlé et qu'il avait avoué que les insurgés avaient prévu de mettre à feu  14 écoles, mais qu'ils n'avaient pu en attaquer "que" 6 en raison de la vigilance des surveillants des écoles !

Le général Prawit explique pourtant que la situation dans le sud s'est améliorée si l'on regarde les 5 précédentes années, que les gens avaient compris la situation et faisait plus confiance au gouvernement.

Selon lui, les enfants qui sont touchés par ces incendies pourront poursuivre leur scolarité des l'ouverture du prochain semestre scolaire, à la fin du mois.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le octobre 24, 2014, 09:59:30 am

Dans le sud de la Thaïlande, les moines sont toujours encadrés par quelques militaires ou policiers lors de leur tournée matinale...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le octobre 26, 2014, 09:46:18 am

Un langue éradiquée en Thaïlande

SAI BURI - Le chant d'une chorale de fillettes en hijabs blancs s'élève de l'école de Sai Buri, faisant revivre une langue éradiquée de la vie publique dans cette région de l'extrême-sud de la Thaïlande en proie à une insurrection autonomiste musulmane.

Depuis l'annexion il y a un peu plus d'un siècle de ce territoire frontalier de la Malaisie, Bangkok a tout fait pour y imposer la culture nationale du pays, en majorité bouddhiste.

Le ressentiment qui en découle a nourri le soutien à une insurrection ayant fait plus de 6100 morts depuis 2004, dont une majorité de civils.

Parmi eux, malgré les escortes militaires censées les protéger, figurent souvent des enseignants envoyés par Bangkok, vus par les rebelles comme des colons.

Le jawi, langue traditionnelle de la péninsule malaise qui s'écrit avec l'alphabet arabe, est utilisé par les anciens. Et enseigné aux plus jeunes, dans des écoles privées musulmanes des provinces de Pattani, Yala ou Narathiwat.

Mais elle est absente des programmes dans les écoles publiques. Et les villages, dont le nom était autrefois écrit en jawi, ont été rebaptisés en thaï.

Cependant, des résistances apparaissent. «Nous devons préserver le caractère unique de notre culture», s'insurge l'historien Ismail Ishaq Benjasmith à la fin d'un cours de jawi dans une «tadika», le nom donné aux écoles religieuses, de Sai Buri.

« Cela peut apparaître comme un problème mineur mais cela nourrit la violence, car notre histoire a été changée par le gouvernement. Et la colère monte peu à peu », explique-t-il.

L'historien local mène une campagne pour que les panneaux indiquant les noms des villes et villages de la région soient de nouveau en jawi.

Pour accéder au village de pêcheurs voisin de Mengabang, il faut franchir de nombreux postes de contrôle. Mais ici, le nom du village est indiqué à la fois en thaï et en jawi.

Une petite victoire, symbolique, pour Ismail et son ONG locale, PUSTA, qui a réussi à réintroduire ces panneaux bilingues dans dix localités.

Le processus, qui devait être étendu à 2000 localités, avait été validé par le responsable de la région, Tawee Sodsong. Mais celui-ci a été balayé, comme de nombreux responsables locaux, par le coup d'État militaire du 22 mai à Bangkok.

Alors que les enfants de Sai Buri sortent de l'école en courant, Ismail s'inquiète de la disparition du jawi.

« Nos ancêtres nous parlent de notre histoire, mais le gouvernement veut nous raconter une autre histoire », critique-t-il.


Colonisation

Cela passe notamment par le martèlement de l'allégeance à la Nation, à la religion bouddhiste et au roi de Thaïlande, des mots qui sonnent souvent creux dans cet ancien sultanat rattaché de force au royaume de Thaïlande, et qui sont vécus comme une colonisation.

Le maréchal Plaek Phibunsongkhram, premier ministre de Thaïlande à la fin des années 1930 puis de nouveau dans les années 1940, avait rendu l'école en thaï obligatoire, envoyant des bataillons d'enseignants et de fonctionnaires bouddhistes dans l'Extrême-Sud, au détriment des musulmans locaux.

Dans les années 1960, le général Sarit Thanarat va plus loin, faisant passer toutes les écoles musulmanes dans le giron de l'Éducation nationale. Et écrasant toute résistance.

Ce passé reste à vif dans les mémoires. «Si vous avez quelque chose à vous et que quelqu'un vous le prend, c'est naturel de vouloir le récupérer», explique Abdullah Bin Abdulrahman, 54 ans, entrepreneur local impliqué dans le projet de réintroduction du jawi.

Le chef de la junte militaire thaïlandaise, Prayut Chan-O-Cha, assure vouloir relancer un processus de paix aujourd'hui au point mort, dans un contexte de grande défiance.

Depuis peu, son discours hebdomadaire du vendredi soir à la Nation est sous-titré en jawi.

Ce samedi marque le dixième anniversaire de la répression de la manifestation de Tak Bai, date importante dans l'histoire du conflit. Alors que des manifestants dénonçaient des détentions arbitraires, la répression du pouvoir fit 85 morts, la plupart par suffocation dans des camions militaires.

Pour l'homme d'affaires Abdullah Bin Abdulrahman, la reprise des négociations ne peut se faire sans un assouplissement de la politique de Bangkok.

« Nous sommes prêts pour le changement, prêts pour la paix... Mais après tant de temps, je ne sais pas si nous y parviendrons », dit-il.


http://www.journaldemontreal.com/2014/10/25/un-langue-eradiquee-en-thailande
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le octobre 28, 2014, 08:58:41 am

Pour l'homme d'affaires Abdullah Bin Abdulrahman, la reprise des négociations ne peut se faire sans un assouplissement de la politique de Bangkok.
« Nous sommes prêts pour le changement, prêts pour la paix... Mais après tant de temps, je ne sais pas si nous y parviendrons », dit-il.



espérons-le...   :'(
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le novembre 03, 2014, 05:51:38 pm

Afin de venir à bout de l'insurection islamiste dans le sud de la Thaïlande, le gouvernement a pris la décision d'armer 2700 civils...


Army arms civil volunteers in South with 2,700 service pistols

BANGKOK: -- The Army agreed to arm civil volunteers in the three trouble-plagued in Deep South with 2,700 service pistols.

Spokesman of the Internal security Operation Command Col Banphot Poonpien said the agreement was revealed at the meeting of the Committee to Drive for Problem Solving in the South.

He said the Army will supply 2,700 service pistols to the Ministry of Interior to distribute to civil volunteers in the South for security defence against southern insurgency.

Besides the meeting was also told of the need to recruit 2,000 police personnel in the southern provinces.
It was agreed that half of the personnel will be recruited from local people in 14 southern provinces while the rest from other outside provinces

The recruitment was assured to be completed in June next year,the spokesman said.

An action plan involving 7.78 billion baht will first be spent in the first quarter in order to achieve the security plans, he said.


http://www.thaivisa.com/forum/topic/773570-army-arms-civil-volunteers-in-south-with-2700-service-pistols/
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le novembre 05, 2014, 08:34:41 am


Thaïlande: face à la rébellion, la junte arme des villageois

La junte militaire au pouvoir en Thaïlande a distribué des centaines de fusils d'assaut à des villageois du sud du pays, en proie à une rébellion musulmane.

"Ils ont besoin d'armes pour leur auto-défense... Ils ne peuvent pas juste se battre avec des bâtons de bois", a déclaré mardi à l'AFP Banphot Phunphien, porte-parole du Commandement interne des opérations de sécurité (ISOC), unité de l'armée chargée de la sécurité intérieure. Dans ces provinces de l'extrême sud du royaume, l'armée lutte depuis une décennie contre des rebelles musulmans autonomistes.

Depuis deux mois, 2 700 fusils d'assaut ont été distribués. La plupart sont allés à des villageois musulmans, chargés de "protéger les gouverneurs et chefs de districts", souvent pris pour cibles par les rebelles car considérés comme des collaborateurs, a-t-il assuré.

Le conflit a fait des milliers de morts, bouddhistes et musulmans, depuis 2004, dans des explosions, fusillades ou opérations des forces de l'ordre. L'armée, dont les troupes protègent déjà les bouddhistes vivant dans la région, notamment les enseignants, justifie cette mesure par la recrudescence des attaques ces dernières semaines, souvent contre des cibles civiles.

Cette mesure critiquée par les ONG locales comme de l'huile versée sur le feu semble en contradiction avec la volonté affichée de la junte de parvenir à la paix avec les rebelles d'ici à un an, annoncée lundi le ministre de la Défense, le général Prawit Wongsuwan. Dans cette région rattachée à la Malaisie jusqu'au début du XXe siècle, la Thaïlande majoritairement bouddhiste a mené une politique d'assimilation des musulmans autochtones à marche forcée.

Les différents rounds de négociations lancées en 2013 par le dernier gouvernement civil avec certains représentants des insurgés musulmans, qui ne font pas partie d'un mouvement jihadiste mondial, ont tous échoué. Les forces de l'ordre sont accusées par les ONG locales de violences, parfois meurtrières, contre des civils, notamment depuis le coup d'Etat du 22 mai, ajoutant à la défiance des habitants.


http://www.lorientlejour.com/article/894443/thailande-face-a-la-rebellion-la-junte-arme-des-villageois.html
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le novembre 09, 2014, 08:33:41 am

Patrouille de Police à Yala
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le décembre 23, 2014, 09:08:35 am

On en parle de moins en moins mais le combat contre les terroristes islamistes se poursuit en Thaïlande du sud : patrouille de nuit des Forces spéciales de police.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le janvier 03, 2015, 08:18:56 am

Il tombe des trombes d'eau en ce moment dans le Sud de la Thaïlande et l'Armée a sorti les Poncho (contrôle routier vers Yala).
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le janvier 08, 2015, 07:09:48 am

En Thaïlande également, les terroristes islamistes sont une grave menace pour la société... Ils ont pris l'habitude d'assassiner les moines bouddhistes lors de leur tournée matinale et ces derniers doivent être protéger par l'Armée et la Police !
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le mars 02, 2015, 08:07:16 pm

En Thaïlande également, les terroristes islamistes sont une grave menace pour la société... Ils ont pris l'habitude d'assassiner les moines bouddhistes lors de leur tournée matinale et ces derniers doivent être protéger par l'Armée et la Police !


oui, bien lamentable et pas très courageux ...  une  vraie menace encore plus en ce moment, ces trois provinces du Sud...  >:(
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le mars 02, 2015, 08:14:54 pm
http://siamlife.blog4ever.com/fevrier-2015


Alliance pour lutter contre l'Etat Islamique...    :clap


Les voisins du Sud, à savoir la Malaisie et l'Indonésie viennent de parvenir à un accord lors d’une réunion qui s'est tenue à Kuala Lumpur, entre les ministres de la Défense malaisien et indonésien, un entretien qui a permis de discuter de questions liées à la sécurité des deux pays et de la région.

Durant la conférence de presse donnée après l’entretien, le ministre de la Défense malaisien Hishammuddin Hussein a souligné le rôle important de la Malaisie et de l’Indonésie dans le combat contre l’Etat islamique, dans la mesure où ces deux pays recensent un grand nombre de musulmans en Asie du Sud-Est et que l’Etat islamique pourrait abuser de certaines zones sensibles pour sa propagande...

Concernant les frontières maritimes, le ministre a annoncé que les deux pays avaient convenu de ne pas prolonger les provocations et les différents susceptibles d’affecter les relations diplomatiques bilatérales.  I

ll a par ailleurs indiqué que la Malaisie avait invité la Birmanie à être un observateur dans l’initiative  Malacca Strait Patrols visant à lutter contre la piraterie maritime (actuellement, cette initiative réunit quatre pays que sont la Malaisie, la Thaïlande, Singapour et l’Indonésie).

Pour sa part, le ministre Indonésien de la Défense effectue une visite officielle en Malaisie pour renforcer les relations bilatérales dans la défense et contribuer à la garantie de la sécurité dans la région.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le mars 18, 2015, 08:40:19 am

Patrouille de l'armée thaïlandaise dans la province de Narathiwat
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le avril 09, 2015, 08:42:08 am

Bavure dans le sud rebelle de la Thaïlande: possibles poursuites pour « meurtres »

Sept membres des forces de l’ordre risquent des poursuites pour le meurtre de quatre civils dans l’extrême sud de la Thaïlande, qu’ils avaient pris pour des rebelles, a annoncé la police mercredi. « Ils risquent d’être inculpés pour meurtre », a déclaré à l’AFP Kriskorn Paleethunyawong, commandant de la police de la province de Pattani, refusant de révéler s’il s’agissait de policiers ou de soldats.

Deux villageois et deux étudiants, sans armes, avaient été tués le 25 mars lors d’un raid sur un village de la province de Pattani. Pornpen Khongkachonkiet, de l’ONG Cross Cultural Foundation, a appelé le chef de l’armée à « suspendre les suspects ou au moins à leur imposer des sanctions disciplinaires » dans l’attente de leur jugement. Ils n’ont pas été arrêtés pour l’heure.


http://www.sudinfo.be/1258710/article/2015-04-08/bavure-dans-le-sud-rebelle-de-la-thailande-possibles-poursuites-pour-meurtres
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le mai 23, 2015, 08:57:28 am

Dans le sud de la Thaïlande, les minces espoirs du processus de paix

Un général issu d’un coup d’Etat peut-il être un homme de paix ? Alors qu’il fête le 22 mai le premier anniversaire du putsch qui l’a porté au pouvoir, le général Prayuth Chan-ocha n’a cessé, depuis un an, de mettre en musique le « retour au bonheur » promis à la nation thaïlandaise.

Mais la dernière annonce de la junte, celle d’une reprise imminente des pourparlers avec les rebelles séparatistes du Sud musulman, ne convainc pas. Les attentats se sont multipliés ces derniers mois dans la région, et le 10 avril, l’île touristique de Koh Samui a même été visée par une explosion à la voiture piégée, blessant sept personnes. Les tests ADN pratiqués à grande échelle sur la population musulmane dans le cadre des différentes enquêtes ont encore accru la défiance.

   
Une décennie de guérilla

Les revendications séparatistes dans le Sud thaïlandais ne sont pas nouvelles. Les provinces de Yala, de Pattani et de Narathiwat, à la frontière avec la Malaisie, faisaient autrefois partie d’un sultanat musulman malais, annexé par le Siam (ancien nom de la Thaïlande) bouddhiste en 1902 – et officiellement rattaché en 1909. Bangkok a alors mis en œuvre une politique continue d’assimilation à marche forcée.

Dans les années 1930 et 1940, le général Plaek Phibunsongkhram (« Phibun ») a ainsi tenté d’obliger les pondoks, écoles religieuses locales, à enseigner en thaï et à abandonner l’usage du dialecte local, le malais de Pattani, et de l’écriture, le jawi – qui utilise l’alphabet arabe.

Dans les années 1960, le général Sarit Thanarat a voulu intégrer les pondok au système éducatif thaïlandais et leur donner le statut d’« écoles privées enseignant l’islam » sous supervision de l’Etat, provoquant les premières revendications séparatistes. Les thèmes de l’éducation, du foulard à l’école (autorisé par la loi, mais parfois refusé par des directeurs d’école) et de la langue sont, depuis, particulièrement sensibles.

Entre janvier et mars 2004, les séparatistes lancent une offensive violente, tuant une centaine de personnes en trois mois. Le gouvernement de Thaksin Shinawatra impose la loi martiale, mais échoue à ramener l’ordre.

Deux ans plus tard, l’armée renverse Thaksin et change de stratégie, multipliant les gestes d’ouverture envers les musulmans. La paix ne revient pas pour autant.

En février 2013, alors la guérilla a déjà fait 5 000 morts, Bangkok lance des négociations avec une partie des rebelles, en Malaisie. Mais ceux-ci, divisés et concurrents, ne cessent pas les hostilités pour autant.

   
La controverse des tests ADN

En dix ans, le climat de défiance entre les autorités thaïlandaises et la population musulmane n’a cessé de croître. Dernière pomme de discorde, le fichage à grande échelle de la population des trois provinces au moyen d’échantillons ADN.

Des policers font ainsi du porte-à-porte et exigent des habitants qu’ils remettent un échantillon de salive et leurs empreintes digitales. Selon l’agence Reuters, la police a déjà recueilli l’identité génétique de 40 000 personnes.

Le fichage généralisé doit permettre de faciliter les enquêtes sur les attentats, mais a rendu le climat social encore plus détestable. « Je ne pense pas que la police thaïlandaise soit assez bien organisée pour utiliser ces données correctement, sauf pour arrêter des boucs émissaires, note un habitant de la région sous couvert d’anonymat. Elle devrait déjà mettre de l’ordre dans les données dont elle dispose déjà. Un de mes amis a été ainsi accusé d’avoir participé à une fusillade qui avait eu lieu alors qu’il était en prison. »

   
L’attitude de la junte

Un processus de paix a-t-il davantage de chances d’aboutir sous un régime militaire ?

Sous le gouvernement de Yingluck, les discussions menées sous l’égide de la Malaisie avec une partie de l’insurrection (le Barisan Revolusi Nasional, Front national révolutionnaire, BRN) semblaient dans l’impasse. En cause, notamment, les divergences d’approche entre les représentants du gouvernement civil, l’armée et le Palais royal.

De fait, peu après son arrivée au pouvoir, le général Prayuth Chan-ocha a défini le retour à la paix comme une « priorité d’urgence nationale ». « Mais les militaires ne sont pas du tout sincères à ce propos, estime Duncan McCargo, professeur de sciences politiques à l’université de Leeds (Royaume-Uni), spécialiste du Sud thaïlandais. Ils n’ont aucun intérêt à reconnaître qu’il existe une solution politique, ni à s’engager dans un accord qui prévoirait un certain degré d’autonomie [aux provinces où vivent les musulmans]. Ils s’engagent dans des pourparlers uniquement parce que les rejeter donnerait d’eux une mauvaise image, et parce qu’ils espèrent que les discussions leur offriront des informations sur les insurgés. »

« Le gouvernement militaire de Prayuth n’a jamais cessé d’annoncer la reprise des pourparlers, ajoute un autre universitaire basé en Thaïlande, qui a requis l’anonymat. S’ils reprenaient vraiment, ils auraient une chance d’aboutir, à condition que l’armée fasse preuve de réalisme, de sincérité et d’ouverture d’esprit. Cela permettrait de préparer le terrain pour que le prochain gouvernement civil concrétise la paix. Mais dans les faits, les militaires sont trop arrogants et fiers pour s’impliquer dans un vrai processus de paix. Ils traitent tout le monde comme des sujets ou comme des soldats de base prêts à obéir aux ordres. Le BRN n’est pas comme ça. »

Pour Stein Tonnesson, un universitaire norvégien de l’université d’Uppsala (Suède) et du Peace Research Institute d’Oslo, la nature même du régime militaire pose un problème de légitimité : « Les insurgés ne peuvent pas engager des négociations sérieuses avec des personnes qui ne représentent que l’armée thaïlandaise, estime-t-il. Il serait nécessaire d’avoir un gouvernement qui aurait une autorité à la fois sur le mouvement pro-Thaksin [l’opposition à la junte], le Parti démocrate [représentant les élites de Bangkok] et l’armée. »


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2015/05/22/dans-le-sud-de-la-thailande-les-minces-espoirs-du-processus-de-paix_4638803_3216.html#M6gzeterlWBWL5kF.99
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le mai 27, 2015, 08:44:48 am

Repas en jungle pour ces Forces spéciales thaïlandaises opérant sur la frontière birmane...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le juin 05, 2015, 09:24:43 am
http://www.lejournaldepattaya.com/JOURNAL-DU-5-06-2015.htm


toujours aussi dramatique...  :(


Le Sud : quatre militaires tués...  :'(


Quatre soldats thaïlandais ont été abattus lors d'une embuscade dans l'extrême sud de la Thaïlande, en proie à une insurrection séparatiste, alors qu'ils rentraient d'un match de football, a indiqué la police ce jour.

"Ils rentraient à leur caserne après un match amical avec des habitants locaux", dans la province de Yala, hier après-midi, a déclaré le lieutenant-colonel Chanwut Raksapram.

Le véhicule des quatre soldats, qui étaient habillés en civil, a été attaqué en pleine route, et leurs assaillants se sont enfuis avec les armes prises sur leurs cadavres...   >:(
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le juillet 12, 2015, 03:52:13 am
http://www.phuket.fr/actualite-phuket/huit-attentats-tuent-six-personnes-dans-le-sud-de-la-thalande-609


Huit attentats tuent six personnes dans le Sud de la Thaïlande... :'(

Six personnes ont été tuées et 11 blessées dans huit attaques séparées à la bombe de la fin de la nuit dernière (10 juillet) à ce matin (11 juillet) dans les provinces troublées du Sud de Narathiwat, Yala et Songkhla.

 Six attentats ont eu lieu dans le district de Sungai Golok, province de Narathiwat, à 19 heures-19h30 hier, le Commandement des opérations de sécurité interne (ISOC) a annoncé aujourd'hui.

 De grands pétards ont été jetés dans les restaurants, Jenny Kitchen et de Pat Grill sur Luk Sua Nusorn road, mais personne n'a été blessé.

 Une bombe a également été mise en face de Top Asie Hôtel sur Soi Pracha Vivat 2, blessant huit personnes.

 Peu après minuit, les feux ont éclaté en trois endroits - près de la Somchai pièces automobiles magasin sur Pracha Vivat Road, le magasin de matériaux de construction thaïlandais sur Pracha Vivat Soi 1 et le magasin de gros Saeng Charoen sur une route derrière Genting marché. Trois personnes ont été tuées.

 A Padang Besar de le quartier de Songkhla Sadao, des  bombes improvisées ont été mise en place dans une moto en face de la boutique de karaoké Krok Thong, tuant trois personnes et en blessant trois.

 À 7h du matin aujourd'hui, une bombe a explosé dans le sous-district de Than de Yala, endommageant huit poteaux électriques et provoquant des pannes dans un certain nombre de zones.

Tristesse...   :'(
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: SUDOKU le juillet 18, 2015, 12:30:43 am

CA FINIRA DONC JAMAIS... !


Thaïlande: deux soldats abattus dans le Sud insurrectionnel !

Deux soldats thaïlandais ont été abattus jeudi et leurs corps brûlés, dans une attaque présumée des indépendantistes de l'extrême sud de la Thaïlande, a annoncé la police vendredi.

Conflit oublié

Les deux militaires, âgés de 22 et 29 ans, roulaient à bord d'un véhicule dans la province de Narathiwat quand ils ont commencé à être suivis. "Neuf hommes à bord d'un pick-up se sont mis à les suivre. Ils ont d'abord tué celui qui conduisait", a expliqué à l'AFP vendredi un responsable de la police locale, Rueangsak Buadaeng.

Le véhicule militaire a fait une sortie de route. Le deuxième soldat à bord a été abattu à son tour. Les assaillants ont mis le feu au véhicule, laissant les cadavres à l'intérieur.

Une semaine plus tôt, trois personnes avaient été tuées et une dizaine blessées dans l'explosion de quatre bombes dans cette région où le processus de paix est à l'arrêt.

Cette région est en proie à un conflit, oublié sur la scène internationale, qui a fait plus de 6.300 morts depuis 2004, frappant indistinctement bouddhistes et musulmans, soldats et civils, dans cette région rattachée à la Malaisie jusqu'au début du XXe siècle.

Les insurgés musulmans ne font pas partie d'un mouvement jihadiste mondial, mais se rebellent car ils estiment que leur éthnie malaise est discriminée dans un pays essentiellement bouddhiste.

http://www.bfmtv.com/international/thailande-deux-soldats-abattus-dans-le-sud-insurrectionnel-902197.html
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le août 01, 2015, 07:54:25 am

Thaïlande, la guerre oubliée

A 600 kilomètres des plages de Phuket, dans l'extrême sud du royaume, des séparatistes musulmans mènent une lutte sans merci contre Bangkok. Ici aussi, l'organisation Etat islamique cherche à recruter...

Le ballon repose sur l'étagère, mais le petit Ilyas n'ira plus jamais le chercher pour jouer avec ses frères dans la plantation d'hévéas. Le 3 février 2014, à la tombée de la nuit, trois hommes armés de fusils d'assaut ont fait irruption dans sa maison, une pauvre bâtisse montée sur pilotis. Ilyas a été tué sur le coup, Bahari est mort à l'hôpital dans les bras de sa mère et le corps de Mujahid a été retrouvé sans vie derrière un mur, criblé de balles. Leur père, Chemuk Mamaa, a pu s'enfuir de justesse. A présent, malgré la peur qui le tenaille, il vit à nouveau chez lui, avec son épouse. 

"Jamais je n'aurais imaginé que mes enfants seraient pris pour cible", dit-il en regardant quelques photos jaunies. Des visages souriants. Une fête de famille. Et trois petits corps enroulés dans des draps. Qui a commis ces crimes ? Chemuk l'ignore. "Ils portaient des cagoules et voulaient me tuer. J'ai passé plusieurs mois en prison, accusé à tort du meurtre d'un fonctionnaire. J'ai été acquitté, mais les militaires me croient toujours coupable. Peut-être ont-ils voulu se venger..." 

Qui sait ? Tout est possible, tant le conflit qui déchire l'extrême sud de la Thaïlande est violent. Assassinats, attentats à la bombe, raids meurtriers... Depuis dix ans, à 600 kilomètres des plages de Phuket, plus de 6 400 personnes ont été tuées dans une guerre sans visage et ultraviolente qui oppose l'armée de Bangkok aux "séparatistes", partisans de l'indépendance d'un territoire grand comme le Liban et voisin de la Malaisie.

Pour comprendre leurs revendications, il faut remonter à 1771, lorsque le royaume de Pattani, alors possession malaise, est annexé par le Siam. Idéalement situé sur les routes du Moyen-Orient, de la Perse et de la Chine, le port de Pattani connaît alors une activité florissante. Les marchands indiens y troquent leurs étoffes contre de l'or et des épices. En 1909, l'Angleterre et le Siam se partagent les "Etats malais". Les provinces de Pattani, de Yala et de Narathiwat sont définitivement rattachées au Siam, qui deviendra bientôt la Thaïlande.

Mais pas question, pour celle-ci, de laisser cette lointaine province "vivre sa vie". Bangkok engage l'ex-royaume de Pattani dans une politique d'intégration forcée. Les écoliers ne peuvent plus parler le jawi, le dialecte local ; les cours ont désormais lieu dans la langue officielle, le thaï. Et des juges nommés par le gouvernement remplacent les tribunaux traditionnels musulmans. Cette "thaïfication" rencontre une résistance croissante.

Des groupes séparatistes émergent dans les années 1960, comme l'Organisation unifiée de libération de Pattani (Pulo), le Front islamique de libération de Pattani (BIPP) ou le Front national révolutionnaire (BRN). Ils restent actifs. "Nous nous sommes forgé notre conscience politique à cette époque, raconte un leader séparatiste, sous couvert d'anonymat. Nous avions monté un réseau international d'étudiants, ce qui nous a permis de rencontrer des activistes venant de Palestine, d'Erythrée ou d'Aceh, en Indonésie. Les plus radicaux se sont formés au maniement des armes en Afghanistan."

Au début des années 2000, la lutte armée s'intensifie. Les rebelles s'attaquent aux symboles de l'Etat : l'armée, bien sûr, mais aussi les institutions civiles. Près de 300 enseignants ont été tués ou blessés depuis 2004. Le bouddhisme, considéré comme une "religion d'Etat", n'est pas épargné : une vingtaine de moines ont été décapités ou brûlés vifs. Plus question de faire l'aumône à l'aube dans les rues de la ville. Les fidèles viennent désormais déposer leurs offrandes au temple sous la protection des soldats. Etrange spectacle que ce mélange de robes safran et de vestes kaki, retranchées dans l'enceinte du monastère, sous le regard de passants en djellabas et de femmes voilées...


Au coeur de la "zone rouge", à la rencontre des rebelles

Pour autant, on aurait tort d'y voir un symbole, estime Don Pathan, analyste indépendant et chroniqueur de The Nation, un quotidien thaïlandais : "Ce conflit a des fondements ethnique et nationaliste, il n'a rien de religieux." C'est aussi l'avis du Dr Abu Hafiz al-Hakim, membre du comité central du BIPP, rencontré en Malaisie, où il vit aujourd'hui, hors de portée des militaires de Bangkok. "Nous nous battons pour l'autonomie de Pattani et le respect de notre culture, assure-t-il. Rien de plus."

Ce conflit régional serait donc resté purement politique et n'aurait pas glissé sur le terrain religieux ? Difficile à croire tellement la situation de cette province est particulière. Elle est, en effet, sur une ligne de faille. D'un côté, un pouvoir central, Bangkok, qui a, depuis plus d'un siècle, montré un mépris souverain à l'égard de cette "minorité ethnique", qui ne représente que 2% de la population ; de l'autre, la Malaisie, qui sert de base arrière aux séparatistes, dans sa région frontalière du Kelantan, gouvernée par un parti islamique ultraconservateur, qui tente notamment d'imposer la charia... 

Rebelle par nature, l'ex-royaume de Pattani a-t-il réellement échappé aux "tentations fondamentalistes" ? Pour le savoir, il faut s'enfoncer dans la "zone rouge", au coeur des trois provinces, à la rencontre des rebelles, et tenter de cerner leurs motivations, encore mal connues.

Le long de la route 42, à la sortie de Narathiwat, dans le sud-est du royaume, les rangées de palmiers laissent apparaître, de loin en loin, un ruban bleu azur. Dans ce paysage de carte postale, des hommes meurent. "Des séparatistes ont attaqué il y a deux semaines des véhicules de l'armée, raconte Hadi, un jeune musulman né dans la région. En 2009, ajoute-t-il, des rangers ont tué 13 fidèles dans une mosquée." Les rangers? Des forces d'appoint, vêtues d'uniformes noirs, auxquelles l'armée confie des missions de surveillance. Mal formés, ils s'occupent des basses besognes de l'armée - "nettoyer" des zones hostiles, par exemple. Quitte à commettre bavure sur bavure...

A Bluka Perak, surnommé le "fief des insurgés", tous les villageois ont déjà eu affaire à eux. "L'an dernier, deux types cagoulés m'ont tiré dessus au pistolet-mitrailleur, raconte Ahmad, un chauffeur de bus. J'en ai tué un avec mon pistolet. C'était un ranger, il habitait dans mon village. Les soldats lui avaient fait croire que j'avais tué son père." Au fait, d'où venait cette arme? Réponse évasive d'Ahmad, qui n'en dira pas davantage sur sa probable appartenance au "mouvement".

Le BRN est le plus actif des groupes clandestins opérant dans le Grand Sud. "Il compte deux branches principales, précise un chercheur anonyme, présent sur place depuis une vingtaine d'années. Aux comités de village, nommés ajak, qui apportent une aide sociale aux villageois, s'ajoutent les forces combattantes." Celles-ci sont organisées en cellules de cinq ou six personnes, appelées RKK (runda kumpulan kecil, soit "petits groupes opérationnels"), au sein desquelles une seule personne est en contact avec l'échelon supérieur. Cette étanchéité évite les trahisons. 

Très souple, fondu dans le paysage, ce réseau réalise des opérations sophistiquées. Il l'a encore prouvé le 14 mai dernier : 25 personnes ont été blessées, près de Yala, dans l'explosion simultanée de 14 bombes. Et, plus récemment, 6 morts ont été dénombrés, les 10 et 11 juillet, près de Narathiwat, dans le district de Sungai Kolok.


Le soutien de la population

Pour survivre, les rebelles ont besoin de la population. Un soutien payé au prix fort. "Regardez ces traces de balles, s'exclame Nurihan Kacil, montrant un tronc déchiqueté. Il y a trois jours, une fusillade a eu lieu devant chez moi." Derrière elle, une fillette coiffée d'un hidjab de couleur parme apparaît dans l'embrasure de la porte. Son regard triste raconte le drame qu'elle a vécu, il y a quatre ans, lorsque trois inconnus se sont introduits dans la maison pour tuer son père. Une vendetta de plus entre partisans de l'indépendance et pro-thaïs. Le père est mort sur le coup ; sa fille, alors âgée de 6 ans, a reçu une balle dans la colonne vertébrale. Aujourd'hui, elle se déplace en fauteuil roulant. "Les médecins disent qu'elle pourra peut-être remarcher un jour", murmure sa mère.

En guise de dédommagement, le gouvernement lui a versé 500 000 bahts (13 000 euros). Le prix du silence. Mais l'argent s'est vite évaporé et Nurihan, qui survit en effectuant des travaux de couture, ne sait toujours pas qui a tué son mari. "C'est toujours la même histoire, les veuves n'ont pas les moyens d'accéder à la justice", soupire Angkhana Neelapaijit. Longue tunique noire festonnée de fils d'or, regard doux mais résolu, cette femme âgée d'une soixantaine d'années consacre sa vie à la défense des opprimés. 

En 2004, son mari, un avocat connu pour son engagement en faveur des droits de l'homme, disparaissait en plein Bangkok, sans doute supprimé par des policiers corrompus. Depuis, elle a repris le flambeau. "Je rends visite aux femmes dont les maris ont été assassinés, explique-t-elle. Je collecte les faits, je cherche des témoins, je constitue des dossiers et je les aide à trouver un avocat." Angkhana ne s'attaque pas seulement aux exactions des rangers, mais aussi, parfois, à la "tradition". 

"Dans la loi islamique, les veuves doivent partager l'argent qu'elles reçoivent de l'Etat avec la famille de leur mari, explique-t-elle. Souvent, il ne leur reste rien. J'essaie de faire respecter leurs droits." Dans son sillage, des avocats se sont regroupés pour apporter une assistance juridique aux villageois. Le Centre musulman des avocats de Narathiwat ne paie pas de mine, avec ses murs vert amande, ses armoires métalliques et son ventilo bruyant. 

Mais il obtient des résultats impressionnants : "Nous avons traité plus de 2 000 cas en dix ans, précise Fauzi Alina, coordinateur régional. En général, il s'agit de villageois arrêtés de façon abusive par des policiers. Ils croupissent en prison, car ils ne savent pas se défendre. Nous gagnons la plupart des procès, car les dossiers d'accusation sont rarement étayés."

Connus jusqu'à Bangkok, Angkhana et Fauzi n'ont jamais subi de pressions. D'autres défenseurs de la cause musulmane sont, en revanche, étroitement surveillés par l'armée. Directeur de la Fondation Nusantara, Aladee Dengni a déjà été arrêté par la police. Soupçonné de sympathie avec les insurgés, il n'en continue pas moins son action : aider des orphelins musulmans à recevoir une éducation dans des écoles coraniques - appelées pondok. Parmi elles, Burapha Wittaya : quelques bâtiments sans âme, dont l'un, plus grand que les autres, fait office de mosquée. 

En 2007, l'école a dû fermer ses portes, car les forces de l'ordre étaient convaincues qu'elle était contrôlée par les séparatistes, avant de rouvrir en 2013. "Le gouvernement n'aime pas ces lieux, car on y parle le jawi, confie Aladee. Il soupçonne les imams d'y dispenser un enseignement radical."
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le août 01, 2015, 08:00:15 am
(suite)


La tentation d'un califat islamique en Asie

Cette méfiance est-elle fondée? Oui, de plus en plus, estime Virginie André, islamologue à l'institut australien Alfred-Deakin et à l'Institut de recherche sur l'Asie du Sud-Est contemporaine. Après avoir passé un an dans le Grand Sud, et mené des dizaines d'entretiens auprès de rebelles ou de sympathisants, elle dresse un constat inquiétant - bien loin des thèses modérées d'autres chercheurs. 

Il y a eu, ces dernières années, dans le discours des séparatistes, un glissement sémantique très révélateur, explique-t-elle. Ils ne traitent plus leurs ennemis de 'fascistes' ou de 'colonialistes', mais de kafir, d'infidèles. Et ils ne cherchent plus à libérer la 'République de Pattani', mais l''Etat islamique de Pattani'. Pour recruter des jeunes, les séparatistes mêlent des arguments nationalistes, comme l'oppression historique de l'Etat thaïlandais, et religieux, en empruntant certains concepts du djihadisme. C'est efficace et cela rend cette radicalisation difficile à contrôler."

D'autant que Bangkok ne semble pas prendre ce risque au sérieux, ajoute Virginie André : "Les autorités auraient intérêt à étudier de près ce qui se passe sur les réseaux sociaux, et notamment Facebook. Les messages des jeunes activistes y sont de plus en plus violents et radicaux." Au pouvoir depuis le coup d'Etat de mai 2014, que fait l'armée ? 

A plusieurs reprises, des pourparlers ont été engagés, sans grand succès. Une nouvelle tentative est en cours depuis trois mois : d'un côté de la table, six groupes activistes, rassemblés sous la même bannière, Mara ; de l'autre, les militaires. "Deux réunions se sont tenues en avril et en juin, et une troisième va avoir lieu durant l'été, détaille le Dr Abu Hafiz al-Hakim, du BIPP. Nous avons fixé les modalités et allons maintenant aborder le fond."

Ces discussions ont-elles des chances d'aboutir ? Analyste en sécurité chez IHS Jane's, Anthony Davis doute fort de la motivation des militaires à régler ce conflit. "La faction la plus dure du BRN n'est pas représentée, ce qui limite l'intérêt de ces rencontres, explique-t-il. En fait, le gouvernement veut montrer sa bonne volonté auprès de la communauté internationale, mais c'est sur le terrain que les choses vont se régler. 

"L'armée n'a qu'une intention : ramener les séparatistes à la raison. L'indépendance n'est pas une option." Selon lui, la vraie question consiste à savoir si le BRN est toujours aussi dangereux. "Bien qu'il y ait eu un regain de violence en mai et en juin, le nombre d'attaques a baissé depuis un an, souligne-t-il. Cela pourrait signifier que le mouvement a perdu de sa force. De nombreux commandants séparatistes ont été tués ou capturés, ce qui laisse supposer un déficit d'encadrement." Pas de quoi décourager les militants, prêts à s'engager en masse pour la "cause". "On ne voit plus de jeunes dans les villages, confirme le colonel Thaworn Liamsonbat, membre des services de renseignements thaïlandais. Où sont-ils, sinon dans la jungle?"

Pour l'instant, ces jeunes rebelles restent contrôlés par le BRN. A l'avenir, qu'en sera-t-il ? Radicalisés et jusqu'auboutistes, ils pourraient être tentés de chercher d'autres "modèles". Dans une vidéo récente, Katibah Nusantara Lid Daulah Islamiyyah, une unité de l'organisation Etat islamique, a lancé un appel aux musulmans de la péninsule malaise. Derrière cette injonction, certains voient resurgir un vieux spectre : la création d'un califat islamique en Asie du Sud-Est, qui regrouperait la Malaisie, l'Indonésie, la Thaïlande, les Philippines et Singapour. Une vingtaine d'islamistes radicaux ont été arrêtés en Malaisie, l'an dernier, alors qu'ils fomentaient des attentats dans ce but.

Si les jeunes de Pattani répondent à ces appels et se mettent à brandir des drapeaux noirs, le sang coulera encore longtemps dans le Grand Sud. 


Read more at http://www.lexpress.fr/actualite/monde/asie/thailande-la-guerre-oubliee_1702979.html#IfiKj5Vcm1Vzitq8.99
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le août 14, 2015, 05:15:17 pm
http://www.phuket.fr/actualite-phuket/un-ranger-a-ete-abattu-devant-sa-femme-a-la-ceremonie-de-son-mariage-748


L'HORREUR TOUJOURS...   >:(


Un ranger a été abattu devant sa femme à la cérémonie de son mariage...   :'(


Un ranger a été abattu par des insurgés présumés, pendant la fête de son mariage en face de son épouse, jeudi soir dans le district de Muang.

Le Pol Lt Gen Anthee Koraree, chef adjoint du poste de police de Muang de Pattani, a déclaré que la fusillade a eu lieu dans une maison de Ban Talubo du sous-district de Pagakarang où le marié Arhamad Da-o, 27 ans, qui était un membre de la Task Force Pattani 43 , se tenait près de la mariée Elanee Manor, 25 ans, pour accueillir les invités.

Quatre hommes armés sur deux motos sont arrivés au mariage et l'un d'entre eux est allé vers Arhamad et a tiré sept coups de feu sur lui avec une arme inconnue.

Les trois autres hommes armés ont tiré avec leurs armes et ont menacé les invités, en leur disant de ne pas bouger. Mais la fusillade a provoqué la panique et les ont incité à fuir et se mettre à l'abri. Les hommes armés ont ensuite pris la fuite.

Le ranger a été blessé dans la tête, à l'épaule gauche, le cou et le torse. Arhamad a succombé aux blessures lors de son transfert à l'hôpital de Pattani.

La mariée serait dans un état désemparé et a encore peur, comme elle a donné des détails de l'attaque à la police.

La Police a blâmé les insurgés du sud dans la fusillade, étant donné que le marié était un ranger.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le août 15, 2015, 09:34:01 am

Elément des Forces Spéciales thaïlandaises à Yala
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le août 16, 2015, 08:20:26 am

Patrouille frontalière dans la région de Yala... Dernier brefing avant de partir : attention aux IED...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le août 19, 2015, 08:35:50 am

Patrouille de l'Escadron 224 sur la frontière de Malaisie...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le août 23, 2015, 09:39:37 am

De jeunes conscrits félicités au Camp de Police  de Srinakarin (Province de Yala).
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le septembre 07, 2015, 08:14:43 am

Un Imam a été tué par balles samedi, dans la province de Pattani, rapporte la Bangkok Post.

Dormeng Benjaewan a été attaqué par deux hommes à moto devant un magasin de nourriture au levé du jour samedi. L’homme, âgé de 76 ans, a reçu plusieurs balles dans la tête et le corps.

Connu pour coopérer avec les autorités thaïlandaises en vue de solutionner la crise séparatiste du sud musulman qui a fait plus de 6.500 morts en dix ans, il avait déjà fait l’objet d’une tentative d’assassinat.

Le même jour, dans la province voisine de Narathiwat, quatre soldats ont eu plus de peur que de mal lorsqu’une bombe de 25 kilos posée sur le bord de la route a explosé au moment où ils passaient avec leur véhicule.

L’engin, déclenchée à distance, a laissé un cratère d’environ un mètre de diamètre et de profondeur, selon le quotidien en langue anglaise.

Les trois provinces de Pattani, Narathiwat et Yala, dont la population est en grande majorité musulmane, sont le théâtre de violences quasi quotidiennes entre des séparatistes et l’armée thaïlandaise qui ont fait plus de 6.500 morts depuis janvier 2004.

Elles formaient jusqu’au début du 20e siècle le sultanat de Patani, qui fut rattaché de force au royaume de Siam.


P.C. (http://www.lepetitjournal.com/bangkok) dimanche 6 septembre 2015
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le septembre 12, 2015, 08:33:38 am

Un conflit complexe !... Forces spéciales de Police acclamées par la population !
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le septembre 13, 2015, 03:57:11 am

Un conflit complexe !... Forces spéciales de Police acclamées par la population !


effectivement, curieuse cette photo...  ::)
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le septembre 27, 2015, 08:41:30 am

Dans le Sud, les moines doivent être accompagné par les militaires lors de leur quête de nourriture matinale afin de ne pas être victimes des terroristes...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: DocTournesol le septembre 27, 2015, 09:33:53 pm

désolant ! mais quand tous ces assassinats vont t-ils cesser ?  Et que de morts pour des histoires de religions, quel siècle mes amis ! et c'est loin d'être fini
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le octobre 31, 2015, 09:45:05 am

Dans l'extrême sud de la Thaïlande, la guerre continue et les patrouille se poursuivent...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Malco le octobre 31, 2015, 03:34:48 pm
Incroyable ça , ça va jamais finir cette guerre dans ce Sud .
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le novembre 01, 2015, 08:26:01 am

Cela n'a aucune raison de finir puisqu'il n'y a pas à ce jour d'ébauche discussion entre le gouvernement et les indépendantistes !
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le novembre 01, 2015, 08:58:26 am

Accompagnement des moines bouddhistes lors de la tournée du matin vers Yala...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le novembre 09, 2015, 08:50:39 am

Dans le Sud de la Thaïlande, même les trains et les voies ferrées doivent être protégés par l'Armée...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Malco le novembre 11, 2015, 11:21:10 am
Ca ne s'arrange pas dans le sud de la Thaïlande où un moine bouddhiste demande qu'on rase une mosquée à chaque fois qu'un bouddhiste est exécuté.
.
http://www.bangkokpost.com/news/politics/760780/muslim-leader-demands-probe-of-anti-islam-talk
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le décembre 20, 2015, 11:42:59 am

Une belle image : les Forces Spéciales de Police thaïlandaise offrant des cadeaux aux enfants dans des villages de la région de Yala où la guerre se poursuit...  :clap
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le janvier 28, 2016, 08:44:33 am

Pas facile la recherche anti-terroriste... A Yala, la lutte continue...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le février 13, 2016, 02:42:02 pm
http://www.phuket.fr/actualite-phuket/la-base-des-insurges-caches-a-pattani-1523


La base des insurgés cachés à Pattani...


Pattani: Les forces de sécurité ont capturé un bien-configuré, en base secrète, utilisée par un groupe d'insurgés séparatistes hier (10 février), ils ont arrêté un suspect et saisi une grande quantité de matériaux et armes pour fabriquer une bombe, à Nong Chik le quartier de Pattani.

Le Lt Gen Suchart Thirasawat, un chef adjoint de la police national, a déclaré que la force combinée militaro-policière a envahi la base, après un affrontement avec des insurgés armés. Il n'y avait pas eu de victimes.

Un homme, qui a admis être un fabricant de bombes, a été arrêté, a t-il dit.

Le suspect a été identifié comme Sabari Che-Ali, 30 ans, originaire du district de Nong Chik et considéré comme un membre d'un groupe d'insurgés dirigé par Seri Waemamu, de l' attentat suspect de Hat Yai qui est en fuite.

Selon le Lt Gen Suchart, M. Sabari a dit aux responsables que l'on c'est approché de lui pour rejoindre un mouvement séparatiste, par un insurgé nommé Maolana Samo. Son travail consistait à fabriquer des bombes, avec un autre insurgé identifié comme Isyasa Hayae.

Cinq autres suspects se sont enfui avant que la force de sécurité a pris la base.

Ils ont été désignés comme Maolana Samo, Chamroen Umasa, Isyasa Hayae, Fadlan Sohman et Annungwa Kaso, et étaient armés d'un fusil M16, un fusil AK47 et deux fusils de chasse, le Pol Lt Gen Suchart a dit. Le camp des insurgés a été installé, comprenant trois maisons, et étaient caché dans une forêt de mangrove, bien camouflé et accessible uniquement par bateau.

Un chalet a été utilisé pour l'assemblage des bombes. Les matériaux de fabrication des bombes, y compris le kérosène pour mélanger avec de l'urée, une cargaison chargé de poudre d'armes à feu, des roulements à billes, et deux grandes bouteilles de gaz, chacune pesant environ 15 kilos, un panneau de cellules solaires, et un grand nombre d'armes à feu ont été trouvés à l'intérieur.

Un autre chalet a été utilisé pour dormir et cuisiner. A été trouvé également à l'intérieur un fusil de chasse avec 20 cartouches de munitions et une grande quantité d'essence.

La troisième maison a servi de dortoir, une salle de réunion et une salle de prière. Deux bombes faites en utilisant des bouteilles de gaz de 15 kg, des exemplaires du Coran, des vêtements, des hamacs et une grande quantité de matériel de survie ont été trouvés à l'intérieur de ce bâtiment.

La base a été soupçonné d'avoir été en service pendant au moins deux ans, le Pol Lt Gen Suchart a dit.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le février 16, 2016, 08:31:01 am

Dans le Sud de la Thaïlande, les patrouille se poursuivent dans la jungle pour arrêter les terroristes... Ranger à Yala.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le mars 04, 2016, 02:10:52 pm

Conflit: quatre morts en 24 heures en Thaïlande

La rébellion musulmane indépendantiste du sud thaïlandais se poursuit en silence.

Quatre Thaïlandais, trois agriculteurs et un soldat, ont été abattus ces dernières 24 heures dans le sud du pays, en proie à une rébellion musulmane indépendantiste, d'après la police.

Un employé d'une plantation d'hévéas, bouddhiste de 55 ans, a ainsi été abattu jeudi matin à l'aube dans la province de Yala. Ses agresseurs ont mis le feu à son cadavre.

« Il se rendait sur sa plantation d'hévéas. Je pense que la motivation du crime est l'incitation aux troubles, il n'avait aucun conflit avec ses voisins », a déclaré à l'AFP le colonel Praponwat Khantiwaranant, responsable de la police locale, désignant la piste des rebelles.

Dans la même province de Yala, une demi-heure plus tard, c'est un musulman de 26 ans, membre des forces de sécurité, qui était abattu.


En représailles

Les forces de l'ordre et la minorité bouddhiste de la région sont des cibles privilégiées pour les rebelles de cette région frontalière de la Malaisie, rattachée tardivement à la Thaïlande.

Mais la population musulmane, surtout ceux qui sont considérés comme des collaborateurs de Bangkok en tant que fonctionnaires ou élus locaux, est également touchée.

Mercredi matin déjà, c'est un employé musulman d'une plantation d'hévéas de la province de Yala, âgé de 41 ans, qui a été abattu alors qu'il circulait à mobylette. Dans la province voisine de Narathiwat, un autre employé d'une plantation d'hévéas, un musulman de 47 ans, a été abattu. Ses assaillants, également à moto, ont laissé la vie sauve à sa femme.

Mercredi soir, un deuxième ranger musulman, âgé de 35 ans, a été attaqué au volant de son pick-up, dans la province de Narathiwat. Il a été hospitalisé dans un état grave.


Conflit rampant

La majorité des victimes dans ce conflit peu médiatisé sont des civils, victimes collatérales d'opérations des forces de l'ordre ou pris pour cibles en tant que collaborateurs par les insurgés.

Ces violences dans le sud de la Thaïlande ont fait 246 morts en 2015, au plus bas depuis 10 ans, avec une baisse des attaques rebelles.

Des pourparlers de paix lancés en 2013 par Bangkok sont aujourd'hui au point mort, avec une junte militaire au pouvoir en Thaïlande depuis un coup d'Etat en mai 2014.

Cette région était rattachée à la Malaisie jusqu'au début du XXe siècle. La Thaïlande majoritairement bouddhiste y a mené une politique d'assimilation des musulmans autochtones à marche forcée.

(nxp/afp)
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le mars 05, 2016, 02:17:11 pm
Conflit: quatre morts en 24 heures en Thaïlande

quel drame ce Sud...  :'(   et depuis le nombre d'années que çà dure et personne ne fait rien ou ne peut rien faire ... ?  >:(
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le mars 24, 2016, 08:57:32 am

Patrouille avec maître-chien du LRSU dans la Province de Yala.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le mars 30, 2016, 08:29:31 am

Sud de la Thaïlande : les patrouilles de recherche des terroristes se poursuivent parfois dans la jungle.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le mars 30, 2016, 08:35:59 am

Bombe dans le sud de la Thaïlande, trois policiers tués !

Trois policiers ont été tués mardi dans l'explosion d'une bombe au passage de leur convoi dans le sud de la Thaïlande, en proie à une rébellion indépendantiste, selon des sources concordantes.

"Trois policiers ont été tués et six blessés par des éclats de bombe", a assuré à l'AFP Apichart Dolor, capitaine de la police de Narathiwat, confirmant un bilan obtenu sur place par un photographe de l'AFP ayant assisté à l'évacuation des blessés dont quatre demeuraient dans un état grave.

Après l'explosion de la bombe, le convoi a essuyé des tirs nourris.

Le sud de la Thaïlande à majorité musulmane est en proie depuis plus de dix ans à un conflit séparatiste qui a fait plus de 6.500 morts, principalement des civils.
Alors que 2015 avait été une année moins meurtrière que les précédentes, ces dernières semaines ont été marquées par plusieurs meurtres de soldats et explosions de bombes.


Récemment, pour la première fois, les rebelles ont utilisé un centre de soins pour leurs combats, dans cette même province de Narathiwat.

Des pourparlers de paix lancés en 2013 par Bangkok sont aujourd'hui au point mort, avec une junte militaire au pouvoir depuis le coup d'Etat de mai 2014.

Cette région était rattachée à la Malaisie jusqu'au début du XXe siècle. La Thaïlande majoritairement bouddhiste y a mené une politique d'assimilation des musulmans autochtones.


http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/bombe-dans-le-sud-de-la-thailande-trois-policiers-tues-29-03-2016-5669973.php#xtref=http%3A%2F%2Finternational.123news.org%2FActualite-thailande-000591.html
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le avril 01, 2016, 09:15:32 am

Une belle initiative !

Ces derniers temps, la ville de Yala a subi une série d'attaques à la voiture piégée et les rues se sont équipées de murs de béton afin de protéger la population des éclats d'IED.

Le 28 mars, les écoliers et les étudiants ont pris les pinceaux et peint ses disgracieuses protections afin d'affirmer leur rôle dans la promotion de la paix.

Belle initiative !  :clap
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le avril 07, 2016, 12:47:58 pm

Escorte des moines bouddhistes par l'armée lors de leur tournée matinale à Songhkla...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le avril 08, 2016, 08:36:36 am

Membre des Forces Spéciales de Police faisant traverser des enfants à la sortie d'une école à Songhkla...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le avril 11, 2016, 07:59:46 am

Incroyable cliché: des militaires thaïlandais sont pris sous le feu des terroristes islamistes à proximité d'une école...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le avril 24, 2016, 08:09:00 am

Salut d'un jeune élève musulman à un militaire thaïlandais à Yala.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le juin 15, 2016, 08:49:46 am

Protection des moines bouddhistes


Dans le Sud de la Thaïlande (provinces de Yala et Pattani), les moines bouddhistes sont régulièrement assassinés par les rebels islamistes.

L'Armée et la police thaïlandaise ont donc mis en place des patrouilles de protection leur permettant de faire leur quête de nourriture le matin.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le juillet 18, 2016, 08:04:01 am

SUD THAILANDE - 3 morts et 2 bâtiments incendiés dans la mutinerie d’une prison

Trois prisonniers sont morts lors d'une mutinerie qui a duré six heures dans une prison du sud de la Thaïlande.

Une mutinerie a éclaté vendredi après-midi lorsqu'une centaine de détenus ont mis le feu aux cuisines de la prison, dans la province de Pattani, selon un porte-parole de l'armée.

Deux bâtiments ont été incendiés et trois personnes sont décédées, ont déclaré les autorités samedi 16 juillet.

La mutinerie qui a duré six heures a été étouffée avant minuit, heure à laquelle trois prisonniers ont été retrouvés morts, selon Thanongsak Wangsupa, le responsable de la police locale. "Les trois hommes sont morts avant l'arrivée de la police, au cours d'une rixe entre détenus," a-t-il précisé. Deux membres du personnel pénitentiaire ont été blessés, a-t-il ajouté.

Après la mutinerie, les prisonniers ont adressé aux autorités une liste de 14 demandes, réclamant plus de droits, notamment celui d’avoir davantage de visites, de pouvoir recevoir de la nourriture des proches et de regarder les actualités télévisées, ainsi qu’un changement de commandement dans cet établissement où sont gardés 1.800 détenus.

"Toutes leurs demandes sont illégales et aucune ne sera satisfaite," a déclaré Thanongsak.

Pattani est l’une des trois provinces du sud thaïlandais où sévit depuis plusieurs années une insurrection entre séparatistes musulmans et le pouvoir central de Bangkok dont les violences quasi-quotidiennes ont fait plus de 6.500 morts depuis 2004.

La région est sous état d’urgence depuis plusieurs années et les organisations de droits de l’homme accusent les autorités militaires de torture, de meurtres extrajudiciaires et autres abus.


https://news.google.fr/news/search?aq=f&pz=1&cf=all&ned=fr&hl=fr&q=thailande
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le août 12, 2016, 07:56:02 am

Un double attentat dans une station balnéaire fait au moins un mort et 19 blessés

Un double attentat dans une station balnéaire de Thaïlande a fait un mort et 19 blessés, dont des touristes étrangers, dans la nuit de jeudi 11 à vendredi 12 août, a annoncé la police.

« La première bombe a explosé en face d’un pub » situé dans une zone touristique de Hua Hin, à deux heures de Bangkok, a déclaré un responsable de la police locale, sous couvert d’anonymat. La deuxième bombe a explosé trente minutes plus tard, à une cinquantaine de mètres de là. Une Thaïlandaise a été tuée. Sur les dix-neuf blessés, sept sont des étrangers, dont deux Néerlandaises. Trois personnes sont dans un état grave.

Hua Hin est une station balnéaire prisée des touristes, mais aussi des locaux. Ils étaient d’ailleurs nombreux à être partis jeudi soir sur les côtes du pays, en ce début de long week-end férié – vendredi marquant l’anniversaire de la reine. Hua Hin, avec son front de mer envahi par les grands hôtels internationaux et les bars de nuit, est aussi la résidence d’été de la famille royale.

Pour l’heure, la double explosion n’a pas été revendiquée, comme c’est souvent le cas en Thaïlande. Les conflits commerciaux et politiques s’y règlent souvent par des jets de grenades et autres engins explosifs, mais la police n’exclut aucune piste. « L’enquête est encore en cours pour faire la lumière sur le type de bombe et les motivations » de cette attaque, a déclaré un responsable de la police.


Insurrection de musulmans indépendantistes

Le dernier attentat d’ampleur dans le pays remonte à août 2015, vingt personnes, dont de nombreux touristes chinois, avaient alors été tuées dans l’explosion d’une bombe en plein Bangkok. Aucune revendication n’a cependant été faite. La piste d’une attaque par un groupe lié à la minorité musulmane ouïghoure de Chine est privilégiée, mais sans lien avec le terrorisme international islamiste.

La seule région habituellement touchée par les explosions de bombes artisanales est l’extrême sud de la Thaïlande, à la frontière malaisienne. Une insurrection de musulmans indépendantistes y a fait des milliers de morts depuis une dizaine d’années. Les attaques y sont fréquentes, visant notamment les militaires thaïlandais. Mais jusqu’ici, ces derniers n’ont pas revendiqué d’attentats en dehors de leur région, dans ce pays sous régime de junte militaire depuis un coup d’Etat en 2014.


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2016/08/11/thailande-un-double-attentat-dans-une-station-balneaire-fait-au-moins-un-mort-et-19-blesses_4981592_3216.html#Uj3zczoTgitpsgax.99
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le août 12, 2016, 12:46:51 pm

Un double attentat dans une station balnéaire fait au moins un mort et 19 blessés

Un double attentat dans une station balnéaire de Thaïlande a fait un mort et 19 blessés, dont des touristes étrangers, dans la nuit de jeudi 11 à vendredi 12 août, a annoncé la police.


triste...  :'(   
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Malco le août 12, 2016, 12:53:55 pm
Chers compatriotes,

La Thaïlande vient d’être frappée, le 11 et le 12 août, par une série
 d’attentats qui ont été commis dans différentes régions et villes du
 royaume, notamment à Trang, Hua Hin, mais aussi à Patong et à Phang Nga.
 Selon les informations que nous avons pu recueillir auprès de nos
 interlocuteurs thaïlandais, aucune victime française ne serait à déplorer.

Il est recommandé de faire preuve de la plus grande vigilance, de se tenir
 éloigné des rassemblements et de se tenir informé.

Il vous est également vivement conseillé de rassurer vos proches en France.

Cordialement,

Ambassade de France en Thaïlande
 35 Charoenkrung Road, Soi 36
 10500 Bangkok
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Malco le août 12, 2016, 01:22:47 pm
La police thaïlandaise a affirmé vendredi que la piste d'un « sabotage local », visant à déstabiliser le pays, était privilégiée à celle du « terrorisme » international, après une série d'explosions de bombes qui ont fait quatre morts jeudi et vendredi. « Ce n'est pas une attaque terroriste. C'est juste du sabotage local », a assuré le porte-parole de la police locale Piyapan Pingmuang lors d'une conférence de presse à Bangkok.

.
Suite de cet article .
http://www.lepoint.fr/marche-predictif/thailande-un-mort-et-19-blesses-dont-des-touristes-apres-un-double-attentat-11-08-2016-2060658_2542.php
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le août 13, 2016, 08:43:30 am

Attentats en Thaïlande: la piste des séparatistes musulmans à privilégier ?

Plusieurs explosions ont eu lieu ces dernières heures en Thaïlande dans trois stations balnéaires du sud du pays, tuant quatre personnes. Ces attentats surviennent alors que le pays célèbre l'anniversaire de la reine Sirikit. S'il n'y a pas encore de revendication, selon le spécialiste de la Thaïlande, Jean-Louis Margolin, il est exclu que l'opposition soit derrière ces attaques. Il faut plutôt chercher du côté de l'insurrection séparatiste musulmane.

La junte a immédiatement dénoncé une « tentative de semer le chaos » en pointant du doigt sans la nommer, l'opposition. Mais pour pour Jean-Louis Margolin, historien et spécialiste de la Thaïlande, l'hypothèse que l'opposition soit derrière ces attentats est totalement à exclure. « Ça ne serait pas la première fois que la junte dirait des contrevérités pour essayer de servir sa cause et de salir au maximum une opposition par ailleurs totalement réduite au silence du fait d’une très violente répression depuis déjà à peu près deux ans », explique le chercheur.


La piste de la guérilla séparatiste à privilégier

Poser des bombes le jour de l'anniversaire de la reine équivaut à une volonté de rupture très forte avec le système politique thaïlandais, poursuit Jean-Louis Margolin. « L’opposition, quoi qu’elle puisse penser, au fond d’elle-même, in petto, des institutions monarchiques,...ne s’en est jamais pris ouvertement à la monarchie. Ce serait en quelque sorte la meilleure façon de se suicider politiquement ; elle n’a certainement pas envie de sacrifier ses bases d’un retour éventuel au pouvoir même si c’est dans assez longtemps, au profit d’une stratégie complètement aventuriste où on se mettrait à poser des bombes, ça n’a absolument aucun sens. »

Selon Jean-Louis Margolin, la piste de l'insurrection séparatiste musulmane est à privilégier car il est « de leur point de vue, de bonne guerre de s’attaquer aussi au symbole de la monarchie thaïlandaise ».

Dans l'extrême-sud du pays, il y a « une minorité musulmane, disons, en révolte endémique depuis déjà des décennies... qui a effectué un certain nombre d’attentats à la bombe, des attaques contre des postes de police, des postes de l’armée », explique le chercheur à RFI.


Le tourisme, nouvelle cible ?

Que des commissariats ou postes de police soient visés, ce n'est guère une nouveauté mais que ces zones touristiques le soient également c'est une nouveauté, pointe Jean-Louis Margolin, car « jamais les guérillas musulmanes ne s’en sont pris jusque-là aux touristes ».

« Très vraisemblablement, il s’agit d’une remobilisation, d’une extension du domaine de la lutte des guérillas musulmanes qui peut être sous l’influence croissante dans la région de l’organisation Etat islamique, on peut risquer cette hypothèse en voyant que, bien sûr, dans toute une série de pays, l’effet était démultiplié par les médias et qui était, dès qu’on s’en prenait aux touristes, aux zones touristiques, on en parlait beaucoup plus.

Et donc c’était un moyen finalement de faire pression aussi sur le gouvernement thaïlandais, le mettre dans l’embarras en frappant quand même un secteur qui pour la Thaïlande est absolument déterminant pour l’économie. » Le pays accueille quelque 30 millions de touristes par an.


http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20160812-attentats-thailande-piste-separatistes-musulmans-margolin
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le août 14, 2016, 09:02:37 am

Thaïlande: recherche de suspects au lendemain des attentats

La junte militaire thaïlandaise recherchait samedi les mystérieux auteurs d'une série d'explosions ayant fait quatre morts, des violences qui inquiètent les professionnels du tourisme.

Les enquêteurs pointent du doigt la piste d'un "sabotage local" et ont exclu celle d'une attaque terroriste internationale.

"Je peux vous assurer que ce n'est pas une attaque terroriste ou une action des séparatistes de l'extrême sud du pays", a déclaré Ponsapat Pongcharoen, chef-adjoint de la police nationale, face aux journalistes. Le sud de la Thaïlande est en proie à un conflit séparatiste depuis plus de dix ans.

Au total, entre jeudi et vendredi, onze bombes ont explosé à travers cinq provinces du sud de la Thaïlande, notamment dans les stations balnéaires de Hua Hin et Phuket, faisant quatre morts dans ce pays très touristique. Parmi les blessés, dix sont des touristes étrangers.

"Aujourd'hui, la police va se concentrer sur le renseignement et la surveillance", a précisé Ponsapat Pongcharoen.

Des analyses ADN des échantillons prélevés sur les lieux des explosions sont aussi en cours.

"Des interrogatoires ont eu lieu hier, mais aucun suspect n'a été interpellé" jusqu'ici, a ajouté le porte-parole de la police, Piyapan Pingmuang, interrogé par l'AFP, qui a démenti des rumeurs faisant état de l'arrestation d'un suspect.

S'il s'est refusé à donner plus de précisions concernant les personnes interrogées jusqu'ici, il a toutefois confirmé que les 11 bombes artisanales déclenchées jeudi et vendredi "sont toutes liées".

"C'est l'oeuvre d'un réseau", a-t-il insisté.

Les autorités ont demandé le renforcement de la sécurité samedi à travers l'ensemble du pays, mettant l'accent sur les lieux publics, gares ou aéroports.


- Impact sur le tourisme -

Hua Hin, station balnéaire située à 200 kilomètres au sud de Bangkok et lieu de villégiature de la famille royale, a été la plus touchée, avec deux doubles explosions ayant fait deux morts.

Samedi matin, à Hua Hin, la vie semblait revenir à la normale, mais les professionnels du secteur du tourisme s'inquiétaient de la peur des touristes étrangers.

"J'ai peur que l'activité ralentisse. Ce matin, il y a moins de monde pour le petit-déjeuner. Je pense qu'ils sont tous partis", déclarait Nai Amporn, propriétaire d'un restaurant de plage à Hua Hin, interrogé par l'AFP.

Le ministre du Tourisme Kobkarn Wattanavrangkul a convoqué la presse en urgence samedi.

"Il n'y a pas d'annulations de la part de touristes étrangers", a-t-il assuré, alors même que des agences de voyage suisses, notamment Kuoni, ont d'ores et déjà annoncé que leurs clients ayant réservé des voyages en Thaïlande prévus avant le 15 août pourraient annuler et être remboursés, selon la RTS.

"Nos amis étrangers gardent confiance et comprennent la situation en Thaïlande. L'incident aurait pu se passer n'importe où", a-t-il insisté.

Ces attaques mettent en effet sur la brèche la junte militaire, qui a fait de la sécurité et du retour au calme sa plus grande promesse, après des mois de manifestations et de violences de rue avant le coup d'Etat de mai 2014.

Les poseurs de bombes ont touché les généraux là où ils savaient que cela leur ferait le plus mal: le tourisme, secteur-clé sur lequel la junte compte pour redresser une économie atone.

"Toute l'opération visait une chose: l'économie du tourisme. Cela va avoir un impact significatif sur la saison touristique dans le sud cette année jusqu'à début 2017", estime Anthony Davis, spécialiste des questions de sécurité pour IHS Jane's.

La presse thaïlandaise titrait d'ailleurs samedi sur l'impact sur ce secteur qui représente plus de 10% de l'économie.

L'attentat d'août 2015 à Bangkok, qui avait fait 20 morts, dont de nombreux touristes chinois, avait eu un impact sur la fréquentation touristique.

Celle-ci avait néanmoins repris après quelques mois.

Cela n'avait pas empêché la Thaïlande de recevoir au final près de 30 millions de visiteurs en 2015, un nouveau record.


http://www.lepoint.fr/monde/thailande-au-lendemain-des-attentats-la-junte-recherche-des-suspects-13-08-2016-2060964_24.php
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le août 23, 2016, 08:24:57 am

Attentat en Thaïlande: la police pointe du doigt les rebelles musulmans

Bangkok — La police thaïlandaise a pointé du doigt lundi la piste des rebelles musulmans de l’extrême sud du pays derrière les attentats des 11 et 12 août dans des stations balnéaires du pays.
 
Évoquant un groupe de « plus de vingt personnes » derrière les attaques, le chef de la police, Chakthip Chaijinda, a précisé : « la plupart viennent de la région frontalière du sud », en proie depuis des années à une rébellion indépendantiste musulmane.
 
C’est la première fois que la police thaïlandaise évoque aussi clairement cette piste, balayée par la junte militaire au pouvoir.
 
Les enquêteurs ont récemment perquisitionné une école islamique dans l’extrême sud, où certains des suspects ont étudié, selon la police.

Le chef de la police a multiplié les précautions oratoires, se refusant à prononcer le mot « musulman », disant seulement que les suspects n’étaient « pas bouddhistes », la religion majoritaire en Thaïlande.
 
Il a aussi précisé que ce groupe de l’extrême sud « pourrait avoir été employé » par des commanditaires extérieurs à la région.
 
Il a seulement précisé que ce groupe n’était pas composé de vétérans de la rébellion, fichés.
 
« Ce sont pratiquement tous de nouveaux visages, ce qui rend l’enquête plus difficile. Mais nous avons des preuves », a-t-il assuré.
 
L’enquête sur ces attentats suscite de vives critiques, notamment après les contradictions entre police et armée. La junte militaire au pouvoir depuis le coup d’État de 2014 a ainsi assuré qu’une quinzaine de suspects interpellés par ses soins était à l’origine des attentats, avant d’être contredits par la police.
 
Les 11 et 12 août, onze bombes ont explosé à travers le sud de la Thaïlande, notamment dans deux stations balnéaires très touristiques, faisant quatre morts. Parmi les blessés, dix étaient des touristes étrangers.
 
Aucune revendication n’a été faite pour l’heure, les autorités désignant la piste d’un « sabotage local », plutôt qu’un acte de terrorisme international.
 
Si la piste de l’extrême sud était confirmée, ce serait une attaque sans précédent des séparatistes musulmans, après plus d’une décennie d’affrontements locaux ayant fait des milliers de morts, dans l’indifférence de la communauté internationale.


http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/478259/attentat-en-thailande-la-police-pointe-du-doigt-les-rebelles-musulmans
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: SUDOKU le août 25, 2016, 10:48:51 pm

Encore un double attentats hier à la bombe dans un hôtel de Pattani, un mort et une trentaine de blessés !


Un double attentat à la voiture piégée a eu lieu à Pattani dans l’extrême sud de la Thaïlande, en proie à une rébellion indépendantiste musulmane, faisant un mort et une trentaine de blessés.

Deux voitures piégées ont explosé près d'un hôtel de Pattani, la première vers 22h40 (heure locale), a affirmé le haut gradé de la police Winyu Tiamraj à l'agence Reuters mercredi.

La première explosion a eu lieu près d'un parking sans faire de victimes.

La seconde explosion a été déclenchée vers 23h00 depuis un camion situé devant l'entrée de l'hôtel, non loin d'un bar et d'un centre de massage, faisant un mort et trente blessés, tous thaïlandais, selon cette même source.

"Pour l'heure, le bilan est d'un mort et de plus de 30 blessés", a aussi annoncé à l'AFP Thanongsak Wangsupa, responsable de la police locale.

Cette attaque intervient près de deux semaines après une série d’autres menées dans des stations balnéaires du pays.

Le terrorisme n’est pas une chose vraiment nouvelle en Thaïlande : le conflit qui déchire les provinces musulmanes dans le sud de la Thaïlande a déjà fait des milliers victimes, et continue d’en faire pratiquement chaque jour.

Mais jusqu'à présent il est toujours resté cantonné dans les provinces du sud, loin de Bangkok et des centres touristiques qui n’ont jamais été pris pour cible par les islamistes.

Le modus operandi des deux explosions successives séparées par un court laps de temps est très répandu dans le conflit qui déchire les trois provinces à majorité musulmane situées au sud du royaume, près de la frontière avec la Malaisie.

Cette méthode permet de faire un maximum de victimes parmi la police et les militaires qui se rendent en nombre sur les lieux de la première explosion.

https://www.thailande-fr.com/actu/50322-double-attentats-a-bombe-hotel-de-pattani-mort-trentaine-de-blesses
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le août 30, 2016, 12:59:14 pm
Français Ensemble dans le Club de Pattaya


TERRORISME suite... 

La Thaïlande et la Malaisie sont convenues de construire une clôture le long des 645 kilomètres de leur frontière commune, selon le vice-Premier ministre Prawit Wongsuwon qui s'exprimait hier...

Les deux pays ont également entamé des pourparlers pour lutter plus efficacement contre la criminalité transnationale, et régler la question de la double nationalité très répandue dans les provinces les plus méridionales.

Les polices malaisienne et thaïlandaises collaborent étroitement dans l'enquête des attentats commis les 11 et 12 août, afin de déterminer la provenance des téléphones utilisés.

Le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a indiqué hier lundi qu'il avait demandé au général Aksara Kerdphol, qui dirige la délégation thaïlandaise dans les pourparlers avec le groupe Mara Patani représentant les insurgés, de négocier la fin de la violence, afin de permettre la reprise des pourparlers...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le septembre 04, 2016, 02:17:10 pm
Français Ensemble dans le Club de Pattaya


TERRORISME...   :'(


Un homme a été tué et trois personnes blessées par une bombe qui a explosé aux abords d'une gare de Pho Ban Nikhom Khok (province de Pattani), au moment du passage du train Sungai Kolok-Bangkok.

La force de déflagration a soufflé la moitié de la dernière voiture et tué Chawalit Khongpan, un employé de chemin de fer qui s'y trouvait.

Le chef gare âgé de 49 ans, Amnuay Mapae, a été transporté à l'hôpital Khok Pho.

Le train revenait de la ville frontalière de Sungai Kolok pour se rendre à Hat Yai (Songkhla) au moment de l'explosion.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le septembre 06, 2016, 08:30:31 am

Des membres de l'Unité 44 font des cadeaux aux enfants d'une école dans le sud de la Thaïlande... Preuve qu'il n'y a pas que les bombes posées par les islamistes dans cette région !...  :)
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le septembre 16, 2016, 08:56:55 am

Protection d'un moine par les policiers lors de sa quête de nourriture dans le Sud de la Thaïlande.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Malco le septembre 16, 2016, 01:05:51 pm

Initiative du gouvernement pour restaurer la paix dans le sud : création d'un "gouvernement local décentralisé" dirigé par un "représentant spécial".
.

Le Général Prayut Chan-o-cha, en tant que chef de la junte militaire, va utiliser ses pleins pouvoir pour nommer une "personne qualifiée et expérimentée" qui servira de représentant spécial du pouvoir central pour les sujets qui concernent le Sud. Cette personne collaborera avec les agences gouvernementales déjà en place.

Prayut pense aussi à créer un "gouvernement sur la ligne de front" pour restaurer la paix. "Gouvernement sur la ligne de front" signifie que chaque ministre dépêchera un représentant sur place qui fera office de "sous ministre local", qui prendra ses ordres du gouvernement central et mettra les mesures en place dans le sud.


 Il semble que la junte n'ait pas bien compris ce que signifie "décentralisation" ou alors ait bien décidé d'utiliser la manière forte car la population locale n'a pas son mot à dire dans cette organisation qui risque d'agacer. A moins que le "représentant" du gouvernement soit une personne tout à fait exceptionnelle.

http://www.thaivisa.com/forum/topic/943197-pm-to-appoint-special-representative-to-handle-deep-south-violence/
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le septembre 27, 2016, 04:43:36 pm
http://siamlife.blog4ever.com/actualites-du-1-au-30-septembre-2016


Des drones dans le Grand Sud...

Après la mort de 3 policiers (2 autres gravement blessés) dans la province de Yala hier alors qu'ils circulaient à bord d'un pick-up pour rechercher des renseignements sur un trafic de drogue, lorsque la bombe de 80 kgs à explosée...  >:(

Un autre pick-up faisait aussi parti du convoi mais les militants ouvrant le feu également sur ce dernier "grâce" à leurs armes automatiques, les hommes n'ont pu porter assistance à leurs collègues alors qu'ils n'étaient qu'à une cinquantaine de mètres.

C'est une idée nouvelle qui vient d'être annoncée par le ministre de la Défense - le général Prawit Wongsuwan : avec la possible utilisation de prototypes de drones militaires qui pourraient être remis aussi bien à la Police royale thaïlandaise, qu'au Département des enquêtes spéciales (DSI) .

Ils peuvent rester à 150 m d'altitude pendant 40 minutes et pourront être commandés à plus de 2 kilomètres; Ils pourront entre autre envoyer des images thermiques en direct à l'écran et pourraient économiser de nombreuses vies humaines au sein des brigades de sécurité dans ces provinces méridionales...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le octobre 01, 2016, 08:46:32 am

Patrouille de la Police thaïlandaise en jungle sur la frontière de Malaisie... Jamais simple !
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le octobre 31, 2016, 06:01:46 pm
Français Ensemble dans le Club de Pattaya


SEPARATISTES MUSULMANS...


Les forces de l'ordre ont abattu l'un des leaders du "Runda Kumpulan Kecil" (RKK) dans la province de Narathiwat dimanche, et ont interpellé trois autres personnes.

Rueangsak Buadaeng, chef de la police du district de Rueso, a déclaré que Ahama Maerao, âgé de 29 ans, a été tué par des rangers dans le village de Bantamang (tambon Batong). Il a été retrouvé sous un arbre derrière la maison où il se cachait, gisant dans une mare de sang provoquée par trois balles.

Pasit Chanlekha, chef de la "46e Ranger Taskforce", a indiqué qu'une équipe de rangers était à la recherche de membres du RKK dans le district de Rueso depuis plusieurs jours, après avoir bénéficié d'une dénonciation...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: SUDOKU le octobre 31, 2016, 11:36:42 pm

dramatique ce Sud !!! pas prêt de s'arrêter avec tout ce qui ce passe sans ce monde de fous
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le novembre 16, 2016, 08:14:27 am

Véhicule de combat d'Infanterie (VCI) et militaires thaïlandais dans le Sud.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le décembre 01, 2016, 08:21:33 am

Bouddhistes et Musulmans manifestent après une attaque sur une femme enceinte

Près de 200 musulmans et bouddhistes ont manifesté dimanche dans le district de Panare sur la côte est de Pattani pour dénoncer les attaques perpétrées contre des innocents dans le Sud, après le meurtre d’une femme enceinte samedi.

Environ 200 Thaïlandais musulmans et bouddhistes se sont retrouvés sur la route qui relie Pattani et Narathiwat pour protester contre l’attaque de deux femmes de confession bouddhiste samedi soir.

Deux inconnus ont tiré à l’arme à feu depuis une voiture sur les deux femmes samedi soir, blessant l’une et tuant l’autre ainsi que le bébé qu’elle portait.

Dimanche, les manifestants se sont munis de bannières et de pancartes pour dénoncer les attaques contre des innocents, et appeler à cesser toute forme de violence dans cette région sous état d’urgence depuis plusieurs années. Leurs représentants ont expliqué que les bouddhistes comme les musulmans étaient profondément attristés par l’événement, et ont appelé les autorités à prendre des mesures pour renforcer la sécurité.

Depuis 12 ans, l’insurrection séparatiste dans les trois provinces les plus au sud de la Thaïlande – Patani, Yala et Narathiwat qui formaient autrefois un sultanat annexé il y a un siècle par le Siam-, a fait plus de 6.500 morts.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le décembre 03, 2016, 11:20:21 am

Un moine protégé par la police lors de sa quête de nourriture du matin à Pattani.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le décembre 08, 2016, 08:48:55 am

Patrouille de Police à Saba Yoi dans la province de Songkhla.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le décembre 28, 2016, 08:55:28 am
http://information.tv5monde.com/en-continu/thailande-dans-l-extreme-sud-les-rebelles-ciblent-les-trains-145960


Dans l'extrême sud, les rebelles ciblent les trains...  >:(


Pour les passagers du train de 12H33 dans l'extrême-sud de la Thaïlande, croire en sa bonne étoile et prier Dieu sont les seules façons de ne pas céder à la peur: cette année, la ligne de chemin de fer a été touchée trois fois par les bombes des rebelles musulmans.

La zone est en proie à une insurrection violente. Les rebelles contestent la mainmise de Bangkok sur leur région et la politique d'assimilation de la Thaïlande, en répandant la peur et en multipliant les assassinats, les embuscades et les attentats à la bombe.

"J'ai peur. Personne ne sait ce qui peut se passer dans ce train", explique Ka-Yoh, 70 ans.

Cette femme âgée vient de monter dans l'un des premiers trains au départ après un mois d'interruption du service, en raison d'un attentat commis début septembre.

La dernière voiture avait alors été éventrée par une bombe, tuant un employé de la compagnie...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le mars 03, 2017, 04:54:52 pm
http://englishnews.thaipbs.or.th/three-soldiers-died-attack…


Séparatistes musulmans...

Trois soldats en patrouille sur un marché dans l'extrême-sud de la Thaïlande? en proie à une rébellion séparatiste musulmane, ont été abattus par un commando, au moment où les pourparlers de paix progressent, a annoncé la police vendredi...  >:(

Dans cette attaque, survenue jeudi soir dans la province de Pattani, un villageois a également été blessé. "Ils n'ont eu le temps de riposter. Ils sont morts sur place", a expliqué Muhamad Maadwang de la police du district de Mayo, qui a précisé que le commando était composé de sept à huit hommes.

Les insurgés du sud de la Thaïlande, d'ethnie malaise et de religion musulmane, s'estiment victimes de discrimination dans un pays essentiellement bouddhiste. Depuis 2004, le conflit a fait plus de 6800 morts, majoritairement civils.

La journée de jeudi, deux jours après une avancée significative dans les discussions entre l'armée thaïlandaise et les groupes rebelles, a été particulièrement meurtrière.

Jeudi soir, un villageois a été abattu dans le même district alors qu'il circulait à moto. Et le matin-même, quatre civils, dont un enfant de huit ans, avaient été tués. Il s'agissait d'un élu local et de sa famille, visés également par un commando alors qu'il se rendait en voiture à l'école.

En début de semaine, l'armée thaïlandaise et les rebelles musulmans ont convenu de créer une «zone de sécurité» dans l'une des cinq provinces du sud, une étape importante puisque les deux parties étaient dans une impasse depuis des mois. Pour l'instant, la zone pour ce cessez-le-feu n'a cependant pas encore été choisie.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le mars 17, 2017, 08:10:54 am

Dans le sud de la Thaïlande, les patrouilles pour rechercher les terroristes se poursuivent...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le mars 26, 2017, 08:50:22 am

Patrouille cynophile dans le sud de la Thaïlande... A la recherche des engins explosifs (IED) placé par les insurgés...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le avril 03, 2017, 03:59:52 pm
(source : Xinhua)


Le Sud toujours...  >:(


Neuf policiers ont été blessés ce lundi par un homme armé dans un poste de contrôle routier dans le sud de la Thaïlande, a annoncé la police...  :(

L'homme armé est arrivé en camion vers 01h15 et a ouvert le feu sur les policiers du poste de contrôle sur la Highway 410 (Yala - Betong), situé près d'un marché en bord de route dans le district de Krong Pinang de la province de Yala, à environ 1.100km au sud de la capitale thaïlandaise.

Les policiers blessés, dont deux grièvement, ont été transportés à l'hôpital et l'homme armé est toujours en fuite.

Jeudi dernier, un poste de police a été attaqué par des hommes armés dans la province voisine de Narathiwat, tuant un policier et en blessant quelques autres...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le avril 04, 2017, 08:15:57 am

Une patrouille des forces de frontières près de la Malaisie.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le avril 20, 2017, 07:10:53 am

Thaïlande: 2 morts dans une série d'attaques

Une série d'attentats à la bombe et aux armes à feu ont tué deux personnes et blessé trois autres dans le sud de la Thaïlande aujourd'hui, a déclaré un porte-parole militaire.

Les attaques ont eu lieu près de la frontière avec la Malaisie. La région connaît une insurrection séparatiste de longue date: plus de 6 500 personnes, des civils pour la plupart, sont mortes depuis 2004.

La Thaïlande est principalement bouddhiste, mais certaines parties du sud sont majoritairement musulmanes. Les attaques menées aujourd'hui ont ciblé les forces de sécurité, y compris la police et les troupes, et des civils, a déclaré un porte-parole de l'armée.

Des discussions entre le gouvernement thaïlandais et une poignée de groupes insurgés ont commencé en 2013 sous le gouvernement civil du premier ministre Yingluck Shinawatra, mais se sont immobilisés depuis que l'armée l'a renversé en 2014.


http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/04/19/97001-20170419FILWWW00232-thailande-2-morts-dans-une-serie-d-attaques.php
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le mai 10, 2017, 08:31:28 am

Encore et toujours les islamistes... Le mal du XXIe siècle partout sur la terre...   >:(


Thaïlande : une cinquantaine de blessés dans un double attentat à la bombe

Un double attentat à la bombe a fait plusieurs dizaines de blessés ce mardi dans un centre commercial de Pattani, dans le sud du pays.

Plus de cinquante personnes ont été blessées, dont plusieurs très sérieusement, dans un double attentat à la bombe survenu ce mardi dans la ville de Pattani, dans la province du même nom, au sud de la Thaïlande, rapportent les médias locaux.

L'attaque s'est produite sur le parking d'un supermarché de la chaîne Big C dans la ville de Pattani, une province secouée par les violences depuis des années, loin des circuits touristiques. Une première bombe, dissimulée dans une moto garée sur le parking, a explosé en début d'après-midi, semant la panique parmi les clients. «La seconde explosion était une voiture piégée», a précisé Thanongsak Wangsupa, responsable de la police de Pattani.

La première bombe de faible intensité n'aurait pas fait de blessés, au contraire de la seconde, décrite comme «énorme» par des témoins. La police évoque un bilan total de 51 blessés, dont quatre dans un état grave.


Une région en proie à la rébellion musulmane indépendantiste

La province de Pattani est l'une des trois régions de la Thaïlande où est active une rébellion musulmane locale. Les attaques à la bombe sont fréquentes dans l'extrême sud du pays. Elles ne sont habituellement pas revendiquées mais attribuées à la rébellion musulmane indépendantiste. Embuscades contre des patrouilles de l'armée thaïlandaise et assassinats d'enseignants bouddhistes y sont quotidiens, après plus d'une décennie d'affrontements ayant fait des milliers de morts, notamment des civils.

Les musulmans locaux revendiquent plus d'autonomie pour cette région frontalière de la Malaisie, qui n'a été rattachée à la Thaïlande qu'au début du XXe siècle. Aucun lien des groupes rebelles locaux avec le terrorisme islamiste international n'a été établi jusqu'ici.


http://www.leparisien.fr/international/thailande-au-moins-40-blesses-dans-un-double-attentat-a-la-bombe-09-05-2017-6931677.php
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le mai 10, 2017, 03:34:10 pm

Encore et toujours les islamistes... Le mal du XXIe siècle partout sur la terre...   >:(

Thaïlande : une cinquantaine de blessés dans un double attentat à la bombe


épouvantable, quelle misère...  :'(
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le mai 11, 2017, 08:32:47 am

Attentat du Big C de Pattani

La police, qui a exploité les images des caméras de surveillance, a lancé une importante chasse à l'homme pour arrêter quatre hommes soupçonnés d'avoir participé à l'attentat à la voiture piégée du centre commercial Big C à Patani. Les autorités ont annoncé que les victimes étaient au nombre de 80, parmi lesquelles des enfants.

Le colonel Pramote Prom-in, porte-parole du "Internal Security Operations Command (Isoc)", a précisé que les autorités ont identifié deux hommes qui ont garé le pickup devant l'entrée du centre commercial, et deux autres qui les attendaient à moto un peu plus loin.Elles disposent de dossiers les concernant.

"Nous pensons que le commando de Patani est en contact avec Abdulloh Samae et Harim Dolloh. Le premier est sous le coup d'un mandat d'arrêt pour sa participation à un attentat à la voiture piégée qui a eu lieu le 26 février 2016 à Patani. Le second aurait participé à un attentat contre le Southern View Hôtel le 24 août 2016.

Selon les premiers éléments de l'enquête, les terroristes auraient mélangé 100 kg de nitrate d'ammoniaque avec de l'essence, stocké dans des bouteilles de gaz dissimulées dans le pickup volé. La police attribue l'attentat au mouvement Barisan Revolusi Nasional (BRN), qui pourrait également être liée à un attentat à la bombe qui a fait 1 mort et 20 blessés sur un marché à Patani le 24 octobre.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le mai 12, 2017, 12:57:09 am
Français Ensemble dans le Club de Pattaya


Attentat du BiC de Pattani : la suite...

Un professeur d'enseignement islamique, un fonctionnaire de l'administration locale et quatre proches ont été interpellés. Ils sont accusés d'avoir volé le pickup qui a servi à transporter la bombe de 100 kg qui a explosé sur le parking du centre commercial Big C de Patyani.

Le lieutenant général Piyawat Nakwanich, chef de la 4e armée, a déclaré à Bangkok ce jeudi que le professeur avait avoué avoir nettoyé le pickup pour retirer les taches de sang laissées par son propriétaire. L'officier a également indiqué que le chef administratif du tambon de Ko Po et quatre de ses amis avaient volé le véhicule.

Le Lt Gen Piyawat n'a pas communiqué l'identité des suspects arrêtés.

Le corps de Nuson Kachorndam, le propriétaire du véhicule, semble avoir été découvert dans une rizière située à Ban Ko Po, dans le district de Nong Chik (province de Patani).

Le chef de l'armée du sud a déclaré que l'ADN de la victime sera comparé avec les taches de sang retrouvées dans une mosquée, à partir d'informations fournies par le professeur d'enseignement islamique.

Les autorités reconnaissent avoir sous-estimé les risques d'attentat du centre commercial Big C de Patani 90% des clients sont musulmans, principalement des femmes et des enfants. La police considérait que la présence de vigiles devait suffire...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le mai 12, 2017, 08:04:40 am

Les autorités reconnaissent avoir sous-estimé les risques d'attentat du centre commercial Big C de Patani 90% des clients sont musulmans, principalement des femmes et des enfants. La police considérait que la présence de vigiles devait suffire...


Des musulmans qui tuent des musulmans, c'est bien la preuve de toute l'absurdité du combat que mène les islamistes !...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le mai 23, 2017, 08:12:24 am

Thaïlande: L'explosion d'une bombe dans un hôpital militaire de Bangkok fait plus de 20 blessés

L’explosion s’est produite dans une salle d’attente de l’hôpital où les patients, familles de militaires comme civils, attendent de recevoir les médicaments prescrits...

Plus de 20 personnes ont été blessées dans l’explosion d’une bombe de faible puissance ce lundi dans un hôpital militaire du centre de Bangkok. « Selon les premiers éléments de l’enquête, je peux dire qu’il s’agit d’une bombe », a déclaré devant la presse à l’hôpital Srivara Rangsibrahmanakul, haut responsable de la police.

Selon un dernier bilan de la police, 21 personnes ont été blessées, dont huit étaient encore hospitalisées en fin de journée. Parmi eux, une femme a dû être opérée après avoir reçu des éclats au visage.


Aucune piste privilégiée pour l’heure

L’explosion s’est produite dans une salle d’attente de l’hôpital où les patients, familles de militaires comme civils, attendent de recevoir les médicaments prescrits. L’hôpital a précisé que l’établissement n’avait pas dû être évacué, l’explosion étant mineure.

Cette explosion survient le jour du troisième anniversaire d’un coup d’Etat depuis lequel les militaires sont au pouvoir, limitant fortement les libertés civiles et muselant toute velléité d’opposition.

La police ne privilégiait dans un premier temps aucune piste : acte isolé, protestation contre la main mise des militaires sur le pouvoir depuis trois ans, ou bombe artisanale ressemblant à celles que les indépendantistes musulmans de l’extrême sud du pays font régulièrement exploser.


Des explosions récurrentes en périodes de trouble politique

Les explosions de bombes de faible intensité ne sont pas rares en Thaïlande, notamment dans les périodes de trouble politique comme les manifestations de 2013-2014 ayant précédé le coup d’Etat. Récemment, une bombe a explosé devant le théâtre national de Bangkok, mais sans faire de victimes.

Début mai, plus de cinquante personnes, dont des enfants, ont été blessées dans l’explosion d’une voiture piégée devant un supermarché dans le sud de la Thaïlande, en proie à une rébellion indépendantiste musulmane, qui relance les hostilités après des mois d’accalmie.


http://www.20minutes.fr/monde/2072751-20170522-thailande-explosion-bombe-hopital-militaire-bangkok-fait-plus-20-blesses
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le juin 09, 2017, 07:58:24 am
Français Ensemble dans le Club de Pattaya


ANTITERRORISME


Fermeture de passages frontaliers avec la Malaisie

Le gouvernement thaïlandais a fermé six passages frontaliers dans la province de Narathiwat (sud) pour lutter contre la contrebande et empêcher l'entrée de partisans de l'Etat islamique (EI), a rapporté jeudi le service de radiodiffusion publique thaïlandais.

Ces six passages situés le long du fleuve marquant la frontière entre la Thaïlande et la Malaisie ont été fermés mardi sur ordonnance du Premier ministre Prayut Chan-o-cha.

Le dispositif de sécurité à la frontière entre la Thaïlande et la Malaisie a été renforcé récemment.

Des soldats thaïlandais ont été déployés depuis le 12 mai pour patrouiller sur un long tronçon de la frontière avec la Malaisie dans deux provinces pour empêcher les entrées illégales et la contrebande d'armes.

Ces mesures font suite à l'arrestation récente par les autorités malaisiennes de partisans de l'EI qui avaient fait entrer illégalement des armes en provenance de la Thaïlande...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le juin 21, 2017, 08:20:56 am
Français Ensemble dans le Club de Pattaya


un HS qui a un sérieux rapport avec ce topic...


Une alliance entre les armées d’Asie du Sud-Est face à la menace terroriste en Philippines......

L’Indonésie, la Malaisie et les Philippines ont entamé lundi des patrouilles navales conjointes, afin de faire face à la menace croissante de groupes extrémistes affiliés à l’organisation jihadiste État islamique (EI) dans cette région d’Asie du Sud-Est.

Les «patrouilles maritimes trilatérales coordonnées» ont été lancées alors que des combats se poursuivent depuis le 23 mai entre troupes philippines et militants islamistes armés se réclamant de l’EI, qui ont pris le contrôle d’une partie de la ville de Marawi, sur l’île de Mindanao, dans le sud des Philippines.

Ces patrouilles associant trois pays voisins interviennent à un moment opportun, a déclaré le général Gatot Nurmantyo, chef de l’armée indonésienne, après le lancement de patrouilles conjointes à Tarakan, île au large de la partie indonésienne de Bornéo. L’Indonésie tente d’empêcher des islamistes de Marawi de fuir les Philippines pour se réfugier en Indonésie.

L’Indonésie, la Malaisie et les Philippines s’étaient accordées en mai 2016 sur l’organisation de patrouilles conjointes et le partage de renseignements, à la suite d’une série d’enlèvements d’étrangers commis par le groupe Abu Sayyaf, basé à Mindanao, qui a prêté allégeance à l’EI.

«Les actes de piraterie à répétition accompagnés d’enlèvements qui se sont produits fréquemment dans les eaux de Sulu (mer au sud-ouest des Philippines et au nord-est de la Malaisie, NDLR) ont eu un impact considérable sur la sécurité des régions côtières des pays limitrophes […], et nous ont poussés à mettre en place des patrouilles coordonnées entre les trois pays», a ajouté M. Nurmantyo.

Les trois pays ont aussi installé des centres maritimes de commandement à Tarakan pour l’Indonésie, à Tawau pour la Malaisie et à Bongao pour les Phlippines afin de collecter des renseignements et de coordonner les patrouilles.

Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: SUDOKU le juin 21, 2017, 06:53:47 pm

pour faire suite au post de Line, une brève qui fait peur !!!


Selon un sondage du Pew Research Center, publié, environ 4 % de la population indonésienne a une vue « favorable » de Daech. Le pourcentage en Malaisie, voisine directe de la Thaïlande est encore plus élevé, soit 11%.


Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le juin 22, 2017, 08:01:02 am

Le gouvernement alloue 600 millions de thb pour la sécurité dans le Sud

Le conseil des ministres va dépenser 600 millions de thb pour combattre la rébellion malaise (The Nation emploie le mot Malay et ne parle plus de musulmans).

Un comité présidé par le Gen Prawit Wongsuwan, vice premier ministre propose que les 600 millions soient dépensés ainsi.

11,2 pour l’établissement d'une base de données en ligne pour les agences de sécurité.

9,6 pour prendre des photos aériennes (drones?)

396,5 pour la mise en place de forces de défense par des volontaires dans 60 nouveaux villages.

33,2 pour combattre l'usage de la drogue dans 1300 villages

10,3 pour le suivi des sujets de sécurité intérieure

24,4 pour encourager le développement durable et la prospérité des communautés (on ne sait pas combien cela fait par communauté).

9 pour un ferry à la frontière malaisienne à Narathiwat

80 pour encourager la participation du public à la recherche de solutions pour mettre fin à la rébellion

25,5 pour les dépenses de fonctionnement du "comité de Prawit" et ses bureaux dans le sud.


http://www.nationmultimedia.com/news/breakingnews/30318691
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le juin 28, 2017, 08:31:33 am

SUD. 14 morts, le Ramadan a été moins meurtrier en 2017 que durant les autres années !

Les chercheurs de l'université Prince of Songkla de Pattani ont publié les statistiques suivantes concernant les morts, les blessés et le nombre d'attaques pendant le Ramadan.

Le pic de violence étant toujours durant les 10 derniers jours de ce Ramadan car, dixit les universitaires, si vous organisez une attaque -et donc tuez des innocents- durant ces 10 jours-là cela vous octroie davantage de mérites (des avantages?) pour votre vie dans l'au-delà.

2013 : 47 morts, 117 blessés, 107 attaques

2014 : 34 morts, 124 blessés, 77 incidents

2015 : 39 morts, 71 blessés, 116 incidents

2016 : 30 morts, 61 blessés, 81 incidents

2017 : 14 morts, 23 blessés, 11 incidents.

Cette année le nombre de morts, de blessés et d'incidents est en net recul.


https://www.thaivisa.com/forum/topic/989794-ramadan-attacks-leave-14-dead-far-fewer-than-previous-years/
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le juillet 08, 2017, 08:15:18 am

Lamentables ces islamistes !...  >:(


SUD : trois assassinats ciblés !

Le commandant de l'armée déployée dans le SUD a ordonné à toutes les autorités gouvernementales d'enquêter et de rechercher un groupe d'hommes armés responsables des tirs qui ont tué trois habitants la nuit dernière dans le district de Pattani, à Mayo. Il s'agit de trois attaques séparées mais sans doute menées par les mêmes hommes. Les trois fusillades se sont déroulées entre 18h35 et 19h00 hier soir (6 juillet) dans le district de Mayo.

Les victimes sont:

1.Ma-eh Waedolloh, 23 ans, qui a été abattu au marché de La-nga.

2.Marob-in Make, un bénévole de la défense. Il a été abattu devant une mosquée du village de Sa Kam.

3.Sousuding Jaeso, 22 ans, abattu dans un village près de Sa Kam.

Le commandant de la 4e armée a exprimé ses regrets aux familles des victimes et a ordonné à toutes les autorités de coordonner leurs efforts pour poursuivre les auteurs et les amener devant la justice dans les plus brefs délais.

Dans le cas où il s'agirait de victimes des insurgés, les familles recevraient une indemnisation de la part de l’État.

Le porte-parole de l'armée a déclaré en outre que les insurgés du Sud continuent de créer de la violence de différentes manière et de faire des victimes innocentes. Par ailleurs, il a expliqué que les insurgés répandent de fausses nouvelles sur les réseaux sociaux. Les habitants de la région sont invités à la prudence en lisant la propagande des insurgés sur les réseaux sociaux.


http://englishnews.thaipbs.or.th/army-hunt-armed-men-gunning-three-pattani-villagers/
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le juillet 26, 2017, 08:03:40 am

SUD : les insurgés attaquent une caserne et abattent un civil

Pattani - Un groupe d'insurgés du Sud a lancé une attaque contre la base opérationnelle d'une compagnie d'infanterie dans le district de Nong Chik, dimanche soir, après avoir volé un véhicule et avoir tué son propriétaire, a rapporté la police.

Les insurgés ont ouvert le feu sur la base, incitant les soldats à riposter. L'échange de tirs s'est poursuivi pendant environ cinq minutes.

En reculant, les militants ont tiré au hasard sur de nombreuses maisons de villageois près de la base.

Il n'y a eu aucune victime dans l'attaque. Trois maisons ont été endommagées.

La police et les soldats qui ont contrôlé la zone après l'attaque ont trouvé deux cratères de bombes devant la base militaire et ont récupéré plus de 80 cartouches de M16 et AK47.

Peu de temps après, les autorités ont signalé qu'un pick-up Isuzu D-Max, enregistré à Songkhla, utilisé par les insurgés dans l'attaque, a été trouvé dans un canal d'irrigation dans le district de Tambang Paka Harang.

Un homme mort se trouvait dans le véhicule, à moitié submergé dans le canal. Il a été identifié plus tard comme Samae Meena, 62 ans, propriétaire du pick-up, qui a été abattu. Environ 10 cartouches M16 usées ont également été trouvées dans le véhicule.

Une enquête policière a révélé qu'un groupe de cinq à six insurgés a volé le véhicule de Samae Meena à Pulo Puyo dans le district de Nong Chik de Pattani et l'a pris en otage. On pense que Samae a été tué un peu plus tard par les insurgés.

Les insurgés ont ensuite utilisé le véhicule pour se rendre à la base militaire de Ban Tha Dan à Tambon Don Rak avant de lancer l'attaque.

En fuyant après l’échange de tirs, le pick-up a dérapé et s'est retrouvé dans le canal d'irrigation. Ce qui signifierait que les insurgés ont gardé le cadavre de Samae dans le véhicule pendant tout le temps de l'attaque.

Des forces militaires et policières ont été déployées pour traquer les insurgés.


https://www.thaivisa.com/forum/topic/994038-insurgents-attack-army-base-in-pattani-after-stealing-vehicle-killing-its-owner/
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le août 20, 2017, 08:01:48 am

Vers la loi martiale dans le Sud ?

SONGKHLA - À la suite du vol de 5 ou 6 pickups au cours duquel un otage et un suspect ont été tués, un officiel a évoqué vendredi l'idée de réintroduire la loi martiale dans les provinces du sud.

Thavorn Senniam, ancien vice-ministre de l'Intérieur et ancien député de la Chambre des représentants de Songkhla, a déclaré que le gouvernement devrait envisager de déclarer la loi martiale dans les districts de Jana, Thapha, Na Tawee et Saa Yoi de Songkhla. Il ne s'agit donc que de son avis et rien ne dit que le gouvernement l'écoutera.

Les quatre districts ont vécu sous la loi martiale entre 2004 et 2010. La loi martiale a été remplacée par la Loi sur la sécurité nationale, que Thavorn considère comme étant faible et responsable de la recrudescence de la violence.

"La loi martiale doit être à nouveau déclarée dans les quatre districts de Songkhla", a déclaré Thavorn vendredi. "Les coupables savent que la législation actuelle est inefficace, de sorte qu'ils se cachent dans ces quatre districts. De plus, les forces de l'ordre ne veulent pas prendre le risque d'interroger les témoins ni de rassembler les preuves ni d'appliquer la loi de manière efficace ".

Mercredi matin, sept hommes armés ont attaqué un concessionnaire automobile dans le district de Na Tawee à Songkhla. Ils ont volé cinq voitures et ont enlevé quatre hommes, y compris le propriétaire de l'entreprise. Un otage a été abattu. Un autre a été gravement blessé par balle tandis que deux se sont échappés pour demander l'aide de la police.

Un suspect a par ailleurs été tué lors d'une fusillade, il a été identifié comme Nurhasan Arwear, un étudiant de 23 ans membre de Pattani madrasa.

Le commandant d'un groupe de travail spécial dans la province de Pattani, le major général Jatuporn Klampasut, a déclaré vendredi que les sept auteurs étaient des jeunes membres d'une nouvelle bande d'environ 15 personnes réparties en trois groupes impliqués dans le déploiement de voitures piégées. On considère qu'ils sont membres d'une nouvelle génération de Barisan Revolusi Nasional, mouvement vieux de 54 ans, acronyme BRN, un mouvement séparatiste cherchant la sécession de trois provinces du sud.

Les officiels croient que les militants ont mené l'attaque de mercredi à Songkhla en raison de la sécurité maximum régnant dans les trois provinces les plus méridionales de Yala, Pattani et Narathiwat.


https://www.thaivisa.com/forum/topic/997951-official-eyes-martial-law-as-deep-south-attacks-intensify/
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le août 29, 2017, 08:30:53 am

Le gouvernement initie 30 milliards de thb d'investissements dans les provinces du Grand Sud

Des INVESTISSEMENTS d'une valeur de plus de 30 milliards de thb venant du gouvernement et du secteur privé visent à développer à la fois les infrastructures et l'industrie dans trois provinces du sud de la Thaïlande : Pattani, Yala et Narathiwas.

La stratégie de développement du gouvernement consiste à développer le «Triangle économique du Sud» pour en faire des provinces stables et prospères d'ici 2020, a déclaré récemment le contre-amiral Somkeart Ponprayoon, du Centre d'administration des provinces de la Frontière du Sud ou SBPAC.

Le Conseil des ministres, en 2016, a approuvé un plan de 5 milliards de thb pour développer 63 projets d'infrastructure dans les trois provinces de 2017 à 2020. Déjà, quelques 300 millions de thb ont été investis dans 17 des 63 projets cette année, le reste étant prévu au cours des deux prochaines années. Les organismes d'État planifient également des investissements. Par exemple, les aéroports de Thaïlande ont des projets d'investissement d'une valeur de 1 milliard pour développer l'aéroport de Yala et l'aéroport international de Narathiwas d'ici 2020, et le ministère des Transports prévoit d'investir 11 millions de thb pour développer le port de Pattani.

La stratégie vise à accroître la prospérité dans les trois provinces du Sud, ce qui les rendra plus stables sur le plan politique et économique. Une ville de chaque province sera développée en tant que ville modèle.

Par exemple, a déclaré Somkeart, le district de Nongjik de Pattani a été choisi pour servir de modèle de ville focalisée sur l'industrie agricole et le biodiesel. De même, Betong district de Yala deviendra une ville modèle dans l'éco-tourisme. Le district de Sungai Kolok de Narathiwat doit servir d'exemple comme centre de commerce international et logistique relié aux pays voisins, la Malaisie et Singapour.

Une autre approche consistera à offrir davantage d'incitations aux investisseurs intéressés à se développer dans les trois provinces. Les incitations incluent des exemptions allant jusqu'à 90 pour cent sur les droits d'importation des machines ou des matières premières, ainsi qu'une déduction de 50 p. 100 sur l'impôt sur le revenu des sociétés.

Le gouvernement espère que les incitations amélioreront les conditions de vie et réduiront la violence dans les trois provinces, qui ont souffert au cours des 14 dernières années. Jusqu'à présent, le secteur privé s'est montré intéressé et pourrait investir environ 15 milliards de thb dans les trois provinces.

Les investissements privés comprennent une raffinerie d'huile de palme, une centrale électrique à biomasse générant 49 mégawatts et une centrale solaire générant 300 mégawatts. Les domaines des fruits, des fruits de mer, de la noix de coco, de l'huile végétale, etc. sont aussi concernés.

Somkeart a déclaré que les investissements des secteurs public et privé créeraient jusqu'à 200 000 nouveaux emplois dans les trois provinces. D'autres projets comprennent une amélioration de la qualité de la vie des 1,97 million de personnes de la région. Quelque 397 000 d'entre eux se sont inscrits comme «revenus inférieurs» et gagnent moins de 100 000 thb chaque année.

L’objectif du govt. est de diviser ce nombre de nécessiteux par 2 d'ici 2020.

Tout cela sera lié à une amélioration des services de santé et d'éducation.


http://www.nationmultimedia.com/detail/Economy/30325042
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: SUDOKU le septembre 14, 2017, 09:29:50 pm

Double attentat à la bombe dans le sud de la Thaïlande !  :hang

Un officier de police a été tué et vingt personnes ont été blessées jeudi dans un double attentat à la bombe à Yala, une ville du sud de la Thaïlande, a indiqué la police à l'agence de presse allemande DPA. Deux civils font partie des victimes, les 18 autres étant des officiers de l'armée.

Un groupe de policiers et de militaires était en patrouille jeudi matin dans Yala après qu'ils eurent reçu un appel pour un objet suspect. Celui-ci a explosé lorsque les agents sont arrivés sur les lieux.

L'armée visée

Les agents et soldats ont ensuite été la cible de coups de feu de la part d'un groupe d'hommes armés. Quelques minutes plus tard, une seconde bombe a explosé alors qu'arrivait sur place un groupe d'experts en déminage.

Un policier tué

Un policier a perdu la vie lors de cet attentat et vingt autres personnes ont été blessées, dont cinq grièvement. La police de Yala a expliqué que les assaillants avaient sciemment bloqué le groupe d'agents et de soldats là où se trouvaient les deux bombes.

Rebelles

L'attaque n'a pas encore été revendiquée, mais les autorités supposent qu'un groupe de rebelles local soit derrière celle-ci.


http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/3259331/2017/09/14/Double-attentat-a-la-bombe-dans-le-sud-de-la-Thailande.dhtml
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le septembre 19, 2017, 07:58:13 am

Personnellement, je doute qu'il soit possible de négocier quoique ce soit avec des musulmans extrémistes... Pour les avoir affrontés personnellement en un temps, je sais que ces gens sont bien trop fanatisés pour accepter des compromis...


La junte thaïlandaise et les séparatistes musulmans s'accusent mutuellement de la lenteur des négociations

La junte et une faction séparatiste musulmane se sont accusées mutuellement du retard dans la mise en place d'une «zone de sécurité» comme mesure de confiance pour mettre fin à une insurrection de plusieurs décennies.

Les pourparlers sur la zone ont fini la semaine dernière en Malaisie sans accord et ont été suivis par une attaque à la bombe qui a tué un soldat et un policier dans le sud thaïlandais, où plus de 6 500 personnes ont été tuées depuis 2004.

Aucun groupe n'a revendiqué les dernières attaques.

Lundi, la faction de Mara Patani a déclaré que la mise en place d'une zone de sécurité avait été « un peu retardée », car certains détails, « en particulier du côté thaïlandais », n'avaient pas été abordés de manière satisfaisante, mais cela ne signifiait pas que les pourparlers avaient échoué.

"L'approche correcte est de continuer le dialogue,", a déclaré Abu Hafez Al-Hakim, un chef du groupe, dans un communiqué.

Ce week-end, le négociateur en chef de la Thaïlande a déclaré que les insurgés n'étaient pas prêts pour la mise en place de la zone de sécurité, malgré la sincérité du gouvernement thaïlandais.

"Si les dissidents ne sont pas prêts, la participation des gens au processus sera retardée", a déclaré le général Aksara Kerdphol, ajoutant que les pourparlers continueraient.

La zone de sécurité proposée serait administrée conjointement par les autorités thaïlandaises et les séparatistes. Les trois provinces du sud faisaient partie d'un sultanat musulman malais jusqu'à ce qu'elles soit annexées par le royaume principalement bouddhiste en 1909.

Dans la zone de sécurité, aucune des deux "parties" n'attaquerait l'autre.

"Si vous voulez créer la paix, vous devez travailler avec votre ennemi", a déclaré Al-Hakim à Reuters, disant qu'il avait l'espoir d'établir une zone de sécurité dans un délai de trois à six mois.

Mais le groupe Barisan Revolusi Nasional (BRN), qui a un plus grand contrôle sur les combattants que d'autres factions, n'a pas rejoint les pourparlers. Un leader du groupe a déclaré à Reuters la semaine dernière que les négociations en cours étaient condamnées puisque ceux qui négocient au nom des musulmans ne représentent qu'une petite partie des combattants.

Pak Fakih a déclaré dans un rare entretien que les zones de sécurité pourraient être « une ruse des militaires pour essayer de découvrir les réseaux insurgés ».

Le BRN ne revendique ni ne nie la responsabilité d'une attaque spécifique, mais dit qu'il continue de se battre pour envoyer un signal au gouvernement.

Le chef d'un autre groupe insurrectionnel, Patani United Liberation Organization (PULO), a également déclaré qu'il était mal à l'aise sur le plan de zone de sécurité du gouvernement, mais qu'il s'engageait dans un esprit de la coopération.

La violence serait le seul moyen d'attirer l'attention du gouvernement, a déclaré Kasturi Mahkota à Reuters.


https://www.thaivisa.com/forum/topic/1002781-thai-junta-and-muslim-separatists-trade-blame-over-peace-steps/
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Malco le septembre 19, 2017, 12:53:05 pm
Citer
       

Personnellement, je doute qu'il soit possible de négocier quoique ce soit avec des musulmans extrémistes... Pour les avoir affrontés personnellement en un temps, je sais que ces gens sont bien trop fanatisés pour accepter des compromis...     


Hélas bien vrai , c'est sans fin ces conflits ..
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le septembre 25, 2017, 03:39:03 am
Français Ensemble dans le Club de Pattaya


Séparatistes musulmans

Les forces de l'ordre ont mobilisé 500 policiers, militaires et civils, assistés de véhicules blindés d'un hélicoptère pour localiser les auteurs de l'attentat commis dans le district de Sai Buri (province de Pattani) hier.

Quatre rangers ont été tués et quatre autres ainsi qu'un civil ont été blessés par l'explosion d'une bombe lors du passage de leur pickup. Les services de renseignement semblent convaincus que l'attentat est l'oeuvre de jeunes combattants musulmans commandés par Yakarina Bagno et Samal Sani.

Selon le Maj-General Jatuporn Klampasut, qui dirige l'opération de recherche deux des quatre rangers tués étaient impliqués dans un projet visant à soutenir quelque 200 enfants atteints de troubles mentaux dans la région.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le septembre 25, 2017, 08:39:28 am

Dans le cadre de la lutte anti-insurectionnelle menée dans le sud de la Thaïlande, de nombreuses patrouilles frontalière sont organisées par l'armée et la police thaïlandaise.


1/ Patrouille fluviale à Yala

2/ Patrouille du CM-44 à Bannangsa (Province de Yala)
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le septembre 26, 2017, 08:30:41 am

Sondage : les habitants du Sud soutiennent l'action du gouvernement

L'effort de consolidation de la paix par le gouvernement dans le Sud profond est soutenu par la majorité de la population dans le Sud, en particulier concernant le projet de zones de sécurité.

Cela a été révélé par Gen Ekkachai Srivilas, de l'Institut Prajadhipok, après son troisième sondage sur les négociations de paix pour résoudre le conflit dans le Sud profond par le gouvernement.

Il a déclaré que le sondage a été mené à partir de deux groupes de personnes : des habitants du Sud et des leaders religieux.

L'enquête a montré que 72,7% des leaders religieux et 56,9% des habitants soutiennent la négociation pour résoudre le conflit dans le Sud.

Ce dernier sondage suit deux enquêtes précédentes. Le premier sondage a eu lieu du 8 février au 13 mars et le deuxième sondage du 15 juillet au 22 août.

Ce dernier sondage montre que la majorité accepte la création d'une zone de sécurité dans les principaux secteurs communautaires, la création d'emplois, la lutte contre les drogues et l'application de la loi sans préjugés (religieux).

Un représentant du Pheu Thai (opposition) considère aussi que seuls des pourparlers de paix apporteront une solution au conflit et reconnait que le dernier sondage montre que les populations locales ont plus de confiance dans le processus de paix engagé par le gouvernement qu’auparavant mais il a ajouté que si la majorité de la population du pays ne comprenait pas le processus de paix de la même manière que les populations locales, il serait difficile de ramener la paix dans le Sud profond.

 

https://www.thaivisa.com/forum/topic/1004054-latest-peace-survey-in-deep-south-supports-government’s-peace-building-effort/
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le octobre 25, 2017, 08:47:46 am

Dans le Sud de la Thaïlande, les moines sont toujours encadrés par les militaires lors de leur tournée du matin.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le décembre 11, 2017, 08:12:00 am

Le sud de la Thaïlande peut-il devenir une base djihadiste ?

Alors que l’attention des médias se concentre en priorité sur les États défaillants du monde musulman, tels que l’Afghanistan, l’Irak, la Libye, la Syrie et le Yémen, la situation dans le sud de la Thaïlande échappe souvent à toute analyse.

Bien qu’étant un pays à majorité bouddhiste, la Thaïlande souffre de l’une des insurrections musulmanes les plus anciennes et les plus meurtrières d’Asie.

A la frontière malaise, trois provinces, Pattani, Yala et Narathiwat, regroupent la majorité des 5% de musulmans de Thaïlande et 4/5e d’entre eux parlent malais.

Les irrédentistes malais et les rebelles sécessionnistes se décrivant comme des islamistes ont frappé le sud de la Thaïlande depuis plusieurs décennies avec des décapitations et des voitures piégées, et des attentats avec une régularité rarement vue à l’extérieur du Moyen-Orient.

Depuis 2004, des groupes armés séparatistes au sud du pays s’opposent au gouvernement thaïlandais : les attaques et attentats à la bombe répétés ont déjà fait 6 800 victimes. Mais à de très rares exceptions le conflit est resté localisé dans le sud, et sans grandes conséquences pour le reste de la Thaïlande.

Malgré tout, les analystes et les journalistes considèrent la Thaïlande en général comme une aberration, ou un cas à part, dans l’histoire du djihadisme. Un rapport publié ce mois-ci par l’International Crisis Group, intitulé  “Le djihadisme dans le sud de la Thaïlande: Une menace fantôme” offre plusieurs perspectives  sur l’insurrection qui déchire la Thaïlande le long de la frontière avec la Malaisie.

“A ce jour, il n’y a aucune preuve que les djihadistes se frayent un chemin parmi les fronts séparatistes luttant pour ce qu’ils considèrent comme la libération de leur patrie”, dit le rapport. Mais le conflit et une série d’alertes en rapport avec l’EI en Thaïlande attisent les craintes d’une nouvelle menace terroriste. De telles craintes ne sont pas irrationnelles, bien qu’elles soient largement exagérées et ne devraient pas masquer la nécessité de chercher une issue au conflit."

Elles appartenaient anciennement au sultanat de Patani, haut lieu de l’islam en Asie du Sud-Est au XVIIe et XVIIIe siècles.

Selon le chercheur Rohan Gunaratna, qui dirige le Centre international de recherche sur la violence politique et le terrorisme.

“Malgré la rhétorique sur le” djihad mondial “, le conflit dans le sud de la Thaïlande reste  essentiellement local. Il pourrait être mieux considéré comme une lutte ethno-nationaliste à l’ancienne, bien que superposée à la religion car elle implique les musulmans du sud de la Thaïlande qui luttent pour leur identité.”
...

“Les insurgés s’identifient moins comme des musulmans que comme des malais. Contrairement à la situation en Irak et en Syrie, où les insurgés islamistes, les rebelles et les terroristes ont des aspirations mondiales ou régionales et diffusent leurs opinions en ligne, les insurgés du sud de la Thaïlande préfèrent opérer loin de la couverture médiatique”

Malgré l’utilisation de la rhétorique islamique et djihadiste les insurgés du sud de la Thaïlande n’ont que des objectifs nationaux. Compte tenu de la nature unique de l’insurrection du sud de la Thaïlande, le rapport de Crisis Group préconise une solution de négociation.

“Les pourparlers directs entre les leaders insurgés et le gouvernement sont une priorité”, indique le rapport, “un système politique décentralisé pourrait aider à résoudre les principales doléances dans le sud tout en préservant l’Etat unitaire thaïlandais”.

Le groupe de crise craint en effet que la répression politique puisse inspirer le djihadisme dans le sud de la Thaïlande.

"La Thaïlande pourrait offrir des conditions favorables à l’expansion djihadiste: une minorité sunnite qui constitue la majorité dans la zone de conflit; une insurrection musulmane avec un récit de dépossession de la part de colonisateurs non musulmans; et un conflit prolongé avec de fréquentes répressions et violences de la part des autorités thaïlandaises “, peut-on lire dans le rapport.

“Les responsables thaïlandais, les analystes et même certains membres du mouvement indépendantiste lui même ont exprimé des inquiétudes quant aux perspectives d’influence djihadiste.”

Pour trouver des exemples contemporains de l’aggravation du problème, les chercheurs n’ont pas besoin d’aller chercher très loin : aux Philippines et en Birmanie.

La Tatmadaw, l’armée du Myanmar, s’est appuyée sur une petite insurrection musulmane similaire à celle de la Thaïlande pour justifier une campagne de nettoyage ethnique contre les Rohingyas, la plus grande minorité musulmane du pays.

Les observateurs craignent que cette brutalité puisse radicaliser les centaines de milliers de réfugiés fuyant le Myanmar? Le calvaire des Rohingyas est aussi devenu une cause pour de nombreux mouvements de résistance islamistes et organisations terroristes.

En traversant la mer de Chine méridionale on trouve un autre exemple de radicalisation :  les forces armées philippines viennent de reprendre Marawi, une ville tenue pendant des mois par l’une des organisations affiliées à l’État islamique en Asie du Sud-Est .

Contrairement au Myanmar et à la Thaïlande, l’EI a pris pied aux Philippines, laissant présager les difficultés auxquelles la Thaïlande pourrait être confrontée si elle continuait sa politique actuelle de  contre-insurrection. Le processus de paix aux Philippines, à l’instar de son homologue peu enthousiaste en Thaïlande, est hésitant.

Le rapport de Crisis Group offre quelques raisons d’un optimisme prudent.  “Les dirigeants des fronts militants existants en Thaïlande s’opposent aux groupes djihadistes et à leurs affiliés d’Asie du Sud-Est parce qu’ils considèrent l’association avec les terroristes internationaux comme une menace pour leur autodétermination.”

Pour le moment, les insurgés du sud de la Thaïlande se méfient des islamistes et des organisations terroristes. Tout comme les responsables de Bangkok, de Manille, de Naypyidaw et de Washington.

Les deux parties doivent comprendre les avantages mutuels qui résultent de la prévention de l’expansion du djihadisme dans le sud de la Thaïlande. “Les militants malais-musulmans et l’Etat thaïlandais ont  un intérêt commun à empêcher l’implantation de l’EI et les autres groupes djihadistes”, conclut le rapport.


https://www.thailande-fr.com/politique/58800-sud-de-thailande-devenir-base-djihadiste
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le décembre 18, 2017, 12:13:06 pm

Les musulmans commencent sérieusement à nous faire chier !...  >:(


SÉPARATISTES MUSULMANS - Un bus de la Siam Travel Company qui se rendait à Bangkok a été arrêté hier après-midi par un groupe d'une dizaine d'hommes armés alors qu'il circulait sur la route 410 à Ban Kasod, dans le district de Bannang Sata (province de Yala).

Selon Thai PBS, certains des insurgés sont montés à bord pour expulser les 11 passagers, le chauffeur et son assistant, avant d'asperger le véhicule d'essence et y mettre le feu. Des complices ont abattu un arbre et dispersé des clous pour protéger leur fuite.

Selon la police, l'attaque serait l'oeuvre d'un commando d'une vingtaine d'insurgés dirigé par Ahama Leubasar. Au même endroit le 5 avril dernier, un groupe de terroristes a fait exploser une bombe en bordure de route et tué Isra Thongthawat, le gouverneur adjoint de Yala.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le décembre 28, 2017, 08:13:54 am

Le conflit séparatiste en Thaïlande a fait 235 morts en 2017, un plus bas historique

Le conflit séparatiste dans l’extrême sud de la Thaïlande a fait 235 morts en 2017, un plus bas historique dû à une baisse régulière des attaques rebelles, d’après l’organisation Deep South Watch.

La plupart des victimes sont des civils qui se retrouvent pris au piège des attentats à la bombe quasi quotidiens, ou dans des fusillades entre insurgés malais musulmans et forces de sécurité thaïlandaises.

Ce conflit, qui a fait près de 7.000 morts depuis sa reprise en 2004, fait rarement la une de la presse mondiale même s’il se déroule à quelques centaines de kilomètres des plages très touristiques de la Thaïlande.

Dans cette région de l’extrême sud, rattachée à la Malaisie jusqu’au début du XXe siècle, la Thaïlande - majoritairement bouddhiste - a mené une politique d’assimilation des musulmans autochtones à marche forcée.

Mais depuis l’arrivée de la junte après un coup d’Etat en mai 2014, malgré des pourparlers au point mort, les attentats se font plus rares.

Les chiffres publiés chaque année par l’organisation Deep South Watch montrent une nouvelle baisse du nombre de personnes tuées. Le conflit avait fait 309 victimes l’an passé. Et près de 900 en 2007.

Les organisations non gouvernementales accusent les insurgés comme les forces de sécurité de violations des droits de l’Homme dans la région.

Pour Don Pathan, analyste indépendant basé en Thaïlande, cette baisse des victimes est liée à plusieurs facteurs: davantage d’informateurs gouvernementaux sur le terrain, des forces de sécurité plus présentes et des frappes plus ciblées de la part des insurgés.

«Les bombes sont plus grosses et plus intenses», explique-t-il, estimant que les rebelles veulent éviter les dommages collatéraux.


AFP

 
http://www.liberation.fr/planete/2017/12/27/le-conflit-separatiste-en-thailande-a-fait-235-morts-en-2017-un-plus-bas-historique_1619108
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le décembre 31, 2017, 11:22:38 am

Le roi préoccupé par la sécurité des citoyens dans le Grand Sud

Sa Majesté le Roi a exprimé sa préoccupation pour la sécurité des habitants des provinces frontalières du sud et a ordonné à l'armée d'intensifier la protection, a déclaré le chef de l'armée du Sud.

Le commandant en chef de la quatrième armée, le lieutenant-général Piyawat Nakwanit, a déclaré que selon son évaluation, la situation en matière de sécurité s'était améliorée cette année.

"Sa Majesté est inquiète pour le peuple. Le roi a souligné que nous devons assurer la sécurité de la population locale et nous sommes des soldats du roi. Nous sommes prêts à prendre soin des gens dans toutes les situations ", a déclaré Piyawat.

Il a déclaré que son évaluation de l'amélioration de la situation n'était pas basée sur les statistiques du nombre d'attaques violentes ou de meurtres liés à l'insurrection en cours. Il a dit qu'il fondait sa supposition sur le fait que le nombre de touristes visitant les provinces frontalières du sud est passé de 2 millions en 2016 à 4,4 millions cette année et de nombreux hôtels ont été réservés pendant les week-ends.

Piyawat a dit qu'il était optimiste : l'armée du Sud est capable de maintenir la sécurité dans le Sud, car l'armée avait augmenté le nombre de forces de sécurité locales conformément à la politique du Premier ministre Prayut Chan-o-cha.
 
Piyawat a déclaré que le Premier ministre voulait que les populations locales se protègent afin que les troupes puissent retourner dans les casernes.

Avec le maintien de la sécurité, le gouvernement tente également d'améliorer la situation avec des mesures économiques, y compris le projet de triangle économique, a ajouté Piyawat.

Il a déclaré que de nombreux groupes de militants voulaient se rendre et participer au programme, mais ils craignaient toujours l'influence de certains groupes et hésitaient à déposer les armes.

Il a dit que ceux qui déposeraient les armes seraient bien protégés par l'armée.

Le chef de l'armée du Sud a ajouté qu'il croyait qu'une dizaine de politiciens locaux étaient à l'origine d'attaques violentes dans le Sud profond, mais l'armée leur a parlé et est parvenue à un accord.

"L'année prochaine, la situation dans le Sud sera encore meilleure", a déclaré Piyawat.

"Je suis responsable de la situation depuis un an et je pense avoir fait du bon travail", a-t-il déclaré.

Il a ajouté que ses troupes avaient déjà sécurisé 13 districts en tant que zones sans violence.

 

https://www.thaivisa.com/forum/topic/1018043-king-concerned-over-security-of-citizens-in-deep-south/
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: SUDOKU le janvier 16, 2018, 10:38:17 pm

184 enseignants tués dans le Sud depuis le début de l'insurrection. Les familles toujours pas indemnisées !  :hang


Vos enfants n'avaient pas cours ce jour car c'est le Jour des Enseignants. L’occasion pour les autorités de se souvenir.

Les insurgés du Sud ont tué 184 enseignants dans trois provinces frontalières du sud depuis que la violence a éclaté en 2004, a déclaré mardi un enseignant de haut rang.

Boonsom Thongsriprai, président de la fédération des enseignants des trois provinces du sud, a également déclaré lors d'une conférence de presse à l'occasion de la Journée nationale des enseignants que le gouvernement n'avait pas encore indemnisé les familles des enseignants décédés.

Il a dit que la fédération a appelé le gouvernement à payer 4 millions de Bt pour chaque enseignant décédé lors de l'insurrection, conformément à une résolution du Cabinet en 2013. Cependant, l'argent n'a pas encore atteint leurs familles.

Boonsom a déclaré que le gouvernement devrait accélérer le processus.

 

https://www.thaivisa.com/forum/topic/1020531-184-teachers-killed-in-southern-insurgency/
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le janvier 22, 2018, 08:40:38 pm
http://www.parismatch.com/Actu/International/Plusieurs-morts-dans-l-explosion-d-une-bombe-sur-un-marche-de-Thailande-1443737


Plusieurs morts dans l'explosion d'une bombe sur un marché de Thaïlande... :'(

Au moins trois personnes ont été tuées lundi dans une explosion survenue sur un marché dans le sud de la Thaïlande.

Trois personnes ont été tuées lundi matin dans l'explosion d'une bombe sur un marché dans le sud de la Thaïlande, en proie à une rébellion musulmane indépendantiste, ont annoncé les autorités. La bombe, cachée dans une mobylette, a explosé sur le marché de Pimonchai, dans le centre de Yala.

"Le dernier bilan est de trois morts", a déclaré à l'AFP Pramote Prom-in, porte-parole des forces de sécurité dans cette région. "

Les témoins ont expliqué que les suspects ont stationné la mobylette en face d'un stand vendant de la viande de porc dix minutes avant l'explosion", a précisé le responsable policier en charge de l'enquête.

Ce détail va dans le sens d'une attaque de la rébellion musulmane, les bouddhistes, minoritaires dans cette région, consommant du porc, contrairement à leurs voisins musulmans.

Il y a 24 blessés légers, a précisé l'hôpital local. "Tous les blessés sont des bouddhistes", a précisé un responsable hospitalier. Sur les trois morts, deux sont bouddhistes, un troisième est musulman.

"C'est la première grande attaque dans le centre de Yala depuis deux ans", a souligné le policier, alors que les attaques dans le sud de la Thaïlande sont le plus souvent des embuscades visant des convois militaires ou des assassinats ciblés d'individus (représentants de l'administration locale ou enseignants) jugés compromis avec le pouvoir central.

Des images de vidéo surveillance étaient analysées lundi pour tenter d'identifier les suspects. "Si c'est l'oeuvre des indépendantistes, c'est un message aux autorités qu'ils n'hésiteront pas à viser des cibles civiles", analyse Don Pathan, expert indépendant spécialiste du conflit.


7000 morts depuis 2004

Le conflit séparatiste dans l'extrême sud de la Thaïlande a fait 235 morts en 2017, un chiffre en baisse par rapport aux débuts d'un conflit qui a débuté en 2004, avec une baisse des attaques rebelles, d'après l'organisation Deep South Watch.

Ce conflit, qui a fait près de 7000 morts depuis 2004 - pour la plupart des civils - , fait rarement la une de la presse mondiale même s'il se déroule à quelques centaines de kilomètres des plages très touristiques de la Thaïlande.

Dans cette région de l'extrême sud, rattachée à la Malaisie jusqu'au début du XXe siècle, la Thaïlande - majoritairement bouddhiste - a mené une politique d'assimilation des musulmans autochtones à marche forcée.

Mais depuis l'arrivée de la junte après un coup d'Etat en mai 2014, malgré des pourparlers au point mort, les attentats se font plus rares...
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le février 06, 2018, 08:09:16 am

Dans le Sud de la Thaïllande, la traque des terroristes se poursuit... L'Armée thaïlandaise et les Forces de Police poursuivent leur dur combat contre les extrémistes musulmans et de nombreuses patrouilles sont organisées dans les provinces de Yala et Pattani.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le mars 27, 2018, 07:49:51 am

SUD : Deux rangers blessés dans une attaque des insurgés

Deux rangers blessés dans l'attaque des insurgés de Narathiwat

Deux rangers ont été blessés lorsque leur unité de patrouille a été attaquée par un groupe d'insurgés présumés dans le district de Tak Bai, à Narathiwat, vendredi soir, a indiqué la police.

L'unité de la compagnie Ranger 4502 a été attaquée dans l'école de Ban Taliang dans le village de Moo 4 à Tambon Koh Sathon à 23h05.

Les Rangers blessés : Thawat Nasopha, 28 ans, et Waema-assaree Trakulsoranakom 28 ont été transportés à l'hôpital Tak Bai suite à la fusillade.

L'attaque s'est produite alors que l'unité patrouillait sur la route principale dans le village de Moo 4. Au moment de l'attaque, les rangers se reposaient à l'intérieur d'une école. Un groupe d'insurgés a ouvert le feu, entraînant un bref échange de tirs avant que les insurgés ne se retirent.



https://www.thaivisa.com/forum/topic/1030517-two-rangers-injured-in-narathiwat-insurgent-attack/
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le avril 10, 2018, 08:31:29 am

Dans le sud de la Thaïlande, la police des frontières poursuit ses patrouilles et sa lutte contre les terroristes islamistes.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le avril 13, 2018, 08:51:32 am

Un membre important d'un groupe d'insurgés a été abattu lors d'une confrontation avec l'armée

PATTANI: Un membre important du groupe d'insurrection Runda Kumpulan Kecil (RKK) a été abattu lors d'une confrontation avec l'armée dans cette province frontalière située le plus au sud.

La mort de Sobueri Jehe, 36 ans, a été confirmée mercredi par le porte-parole du Commandement des opérations de sécurité intérieure (Isoc), le colonel Thanavee Suvannarat, lors d'un point de presse.

Le colonel Thanavee a indiqué que huit policiers effectuaient une patrouille de routine à Khao Toom, dans le district de Yarang, à Pattani, lorsque trois hommes ayant eu une conversation sur le bord de la route ont éveillé leur suspicion mardi.

Il a dit qu'un policier avait approché les hommes et demandé à vérifier leur identité. Deux d'entre eux ont ouvert le feu et se sont enfuis dans une plantation de caoutchouc tandis que l'autre s'est enfui à moto.

La patrouille a poursuivi des deux à pied qui ont ouvert le feu. La police a répondu, la fusillade s'est terminée avec trois policiers blessés et les deux suspects morts. Deux pistolets de 9 mm et une grenade M-67 ont été trouvés près des corps, a déclaré le Col Thanavee.

Il a déclaré que l'un des hommes décédés a été identifié plus tard comme étant Sobueri, une figure importante du groupe RKK, et recherché par les autorités thaïlandaises.

L'autre suspect, Yusoh Jehlong, 32 ans, avait trois mandats d'arrêt contre lui, a déclaré le Col Thanavee.

"Sur la base de leurs dossiers, il est clair qu'ils ont causé, dans le passé, la perte de la vie des fonctionnaires de l'Etat et de civils", a déclaré le colonel.

Selon lui, la Cour provinciale de Pattani avait approuvé 18 mandats d'arrestation distincts pour Sobueri, qui avait été détenu quatre fois auparavant pour des violences dans la province. Il n'a pas dit pourquoi Sobueri avait été libéré à chaque fois.

Des images de caméras de vidéosurveillance avaient prouvé plus tôt que Sobueri était derrière le meurtre horrible de Sunisa Boonyen, une enseignante qui a été abattu dans sa voiture le 28 octobre 2016.

Le commandant de la quatrième région de l'armée, le lieutenant-général Piyawat Nakwanich, a par la suite présenté ses condoléances à la famille des deux hommes décédés, affirmant que la police avait réagi de manière appropriée après avoir été la cible des premiers tirs.

"Nous continuerons à être les défenseurs de la loi et à offrir un traitement équitable à tous", a déclaré le lieutenant-général Piyawat.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/11666-un-membre-important-dun-groupe-dinsurg%C3%A9s-a-%C3%A9t%C3%A9-abattu-lors-dune-confrontation-avec-larm%C3%A9e/
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le avril 17, 2018, 07:26:06 am

Encore une preuve que ces insurgés islamistes sont fous !... >:(


SUD : les insurgés s'attaquent à un "volontaire" mais le ratent et ce sont deux innocents qui meurent !

Un groupe d'insurgés présumés a organisé une embuscade contre la voiture d'un "volontaire de défense" dans le district de Khok Pho, Pattani lundi matin, causant la mort de deux personnes - un passager de la voiture du volontaire et le conducteur d'une autre pris dans les tirs croisés.

Au moins six insurgés présumés, cachés dans des buissons en bord de route, ont lancé l'embuscade à 2h20 contre une berline Honda Civic conduite par le volontaire de la défense Muhamad-roree Jehdeng, 42 ans, sur une route à Ban Kuan Lamae à Tambon Na Ket.

La berline a percuté un songthaew conduit par Sabuding Niheng, 32 ans, qui utilise souvent son véhicule pour ramasser les élèves d'une école Tadika. Sabuding et Abdul-karin Meusa, 30 ans, passager de la berline, ont été grièvement blessés dans l'échange de tirs et ont été déclarés morts à l'hôpital de Khok Pho.

Muhammad-roree - qui avait échappé à trois attaques précédentes - a subi de légères blessures. Il a dit à la police qu'il ne savait pas qui voulait le tuer, mais a assuré qu'il avait fait preuve de prudence quand il a ouvert le feu pour riposter à ses assaillants (sous entendu, il n'a pas tué les deux innocents par accident). Les possibles insurgés se sont repliés dans la forêt.

Muhammad-roree a exhorté ceux qui lui ont tiré dessus à se rendre aux autorités et à "tourner la page".

"Il n'est pas nécessaire de se battre les uns les autres, aidons à rétablir ensemble la paix dans le Sud", a-t-il déclaré.

La police enquête sur le motif de l'attentat, mais s'attend à ce que cela soit lié aux troubles en cours dans la région, a déclaré le capitaine Pol Sukhawat Chaimanee de Khok Pho.

La police a retrouvé 30 cartouches de M16 et HK33, ainsi que des balles de fusil de chasse, a-t-il ajouté.



https://www.thaivisa.com/forum/topic/1033962-insurgents-aim-for-pattani-volunteer-but-kill-two-others-instead/
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le mai 04, 2018, 07:58:55 am

Attentats à la bombe dans le Grand Sud : 6 condamnations à mort

LA COUR de PATTANI a condamné à mort six hommes pour leurs rôles dans plusieurs attentats à la bombe en 2016 qui ont fait deux morts et plus de 20 blessés, a annoncé hier le Commandement des opérations de sécurité intérieure (Isoc).

Le tribunal a également condamné lundi trois autres accusés à la prison à vie et un autre à une peine de 40 ans d'emprisonnement, a déclaré le porte-parole du commandement de la région Isoc 4, le colonel Pramote Phrom-in lors d'une conférence de presse près de la mosquée centrale de Pattani. .

Les 10 accusés ont été accusés de terrorisme, d'association criminelle pour lancer des attentats à la bombe et d'autres accusations connexes liées à divers incidents violents en 2016 ainsi que des saisies d'armes et de composants pour la fabrication de bombes.

Les incidents violents cités sont : l'attentat à la bombe du 24 octobre contre le restaurant de nouilles "Berm Nakhon Pathom" dans la zone du marché de nuit de Pattani qui a tué une femme de 60 ans et fait 18 blessés; l'attentat à la bombe du 19 juin contre un magasin de meubles JP; l'attentat à la bombe du 18 juin contre deux chalutiers de pêche; et l'attentat à la bombe du 3 juillet devant le magasin Sri Putri près de la mosquée centrale de Pattani qui a blessé deux policiers et un civil.

Pramote a déclaré que neuf accusés avaient initialement reçu des condamnations à mort, mais que trois d'entre eux avaient coopéré et fourni des informations utiles au cours du procès, d'où leur peine commuée en réclusion à perpétuité.

Ibroheng Yusoh, Amree Lueyoh, Santi Chantharakul, Ayoub Poh-lee, Isma-ae Tuyong et Nironing Niday ont été condamnés à mort tandis que Masan ou Hakim Salae, Abdulloh Hayee-uma et Ruslan Waehayee ont été condamnés à la réclusion à perpétuité.

Un autre accusé, Hamit Jehma, a été condamné à 40 ans de prison.

 

https://www.thaivisa.com/forum/topic/1036435-six-sentenced-to-death-over-series-of-bombings-in-the-south-in-2016/


--------------------------------------

Sans exécution cette année et malgré 500 personnes dans les couloirs de la mort, la Thaïlande sera déclarée de facto abolitionniste l'an prochain. Les condamnés à mort passent finalement environ trois décennies en prison.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le mai 07, 2018, 08:20:32 am

Un Braconnier tué par des insurgés présumés à Narathiwat

Un braconnier a été abattu avec un fusil d'assaut M16 qui aurait été utilisé par des insurgés Malay (nationalité thaïlandaise) dans le district de Ra-ngae de Narathiwat dans le sud profond et troublé, samedi matin.

La police a déclaré que Thanom Suksathan, 42 ans, bouddhiste et habitant de Tanyong Limor, a été touché dans la tête et le corps sur une route dans le village Bor Ngor à Ra-ngae vers 10h du matin.

La police a trouvé trois douilles de M16 sur les lieux, ainsi qu'une carcasse de singe dans un sac d'engrais laissé près d'une motocyclette.

Un survivant, Charan Muangmool, 43 ans, a déclaré à la police qu'il revenait de la chasse à moto dans une forêt derrière le village. Thanom était assis derrière lui quand deux hommes sont sortis de la forêt et ont tiré sur eux

Charan a déclaré qu'une balle a atteint Thanom et sa moto est tombée, après quoi Charan a couru pour "sauver sa peau". Il a déclaré que l'un des assaillants a tiré dans la tête de Thanom à bout portant, avant de prendre les fusils des deux braconniers et de fuir les lieux.


https://www.thaivisa.com/forum/topic/1036883-poacher-killed-by-suspected-insurgents-in-narathiwat/
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le mai 18, 2018, 05:54:56 pm

Les drones seront abattus dans le Sud après des attaques

YALA - Les forces de sécurité dans les provinces frontalières du sud ont reçu pour instruction d'abattre à vue tous les drones non identifiés dans leur voisinage, a déclaré mercredi un porte-parole militaire.

L'ordre a suivi une attaque à la grenade qui a blessé deux membres paramilitaires dans la province de Yala mardi. Un drone a été vu en train de repérer l'avant-poste pendant plusieurs nuits avant l'attaque, selon Thanawee Suwannarat, un porte-parole de l'agence gouvernementale.

"Les militaires peuvent maintenant intervenir immédiatement après avoir vu un drone", a déclaré le colonel Thanawee de l'ISOC. "Ils peuvent tirer sur les drones, parce que ceux qui volent au-dessus des installations militaires montrent clairement leurs intentions."

Des responsables ont déclaré que des assaillants non identifiés ont tiré deux grenades sur un avant-poste de la police dans les premières heures de mardi, blessant deux personnes, et ont fui les lieux après que la police a riposté avec des coups de feu. Des soldats basés au camp ont dit avoir vu un drone survoler le site vers 3 heures du matin pendant plusieurs nuits.

M. Thanawee a indiqué que les autorités rédigent des règlements qui restreindront l'utilisation de véhicules aériens sans pilote dans les trois provinces frontalières du sud, connues sous le nom de Sud Profond.

Plus de 6 600 personnes sont mortes dans le conflit.



https://www.thaivisa.com/forum/topic/1038652-drone-shoot-down-policy-imposed-in-deep-south/
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: SUDOKU le septembre 14, 2018, 12:46:02 am

Grand Sud : Deux rangers tués et quatre blessés dans une embuscade à Pattani !  :hang

Deux rangers ont été tués et quatre autres blessés lorsque des militants séparatistes ont tendu une embuscade à leur unité de patrouille sur la route de Pattani mardi soir.

 Le poste de police de Nong Chik a appris qu'une fusillade avait éclaté sur une route dans le village de Ban Don Na à Tambon Bang Khao et avait envoyé des renforts.

Les quatre blessés ont été transportés d'urgence à l'hôpital de l'armée à Fort Ingkhayut Borihan avant d'être transportés à l'hôpital de Pattani.

Les deux rangers tués ont été identifiés comme étant Suchart Kongsuk et Thanadej Chaiyamusik.

La police a déclaré que les six rangers patrouillaient sur trois motos quand ils ont été pris sous le feu d'un groupe d'insurgés.

Les rangers ont riposté et une fusillade de cinq minutes s’en est suivie avant que les insurgés ne battent en retraite et que les rangers puissent appeler à l'aide par radio.

Le commandant de la force opérationnelle de Pattani, le général Jatuporn Klumpasut, a envoyé mercredi matin une centaine de soldats et de policiers dans le village pour pourchasser les assaillants.



https://www.thaivisa.com/forum/topic/1057026-two-rangers-killed-four-injured-in-pattani-ambush/
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le septembre 22, 2018, 08:20:19 am

Attentat à la bombe contre le Big C de Pattani : deux condamnations à mort

Hier, La cour provinciale de PATTANI a condamné à mort Su-ai-mee Sama-ae et Sama-ae Mamah pour leur rôle dans l'attentat à la bombe du magasin Big C en 2017 qui a blessé 61 personnes, dont des enfants, et causé des millions de dommages matériels.

Les accusés ayant plaidé coupables, la sentence est commuée en prison à perpétuité.

L’attaque du 9 mai 2017 a eu lieu quand un pickup, chargé de bombes artisanales, a explosé près de l’entrée du magasin au centre-ville de Pattani. Une autre bombe, placée sur une moto laissée dans le parking, a également explosé à peu près au même moment, a déclaré le chef de la police de Pattani, le général-major Thanongsak Wangsupa.

Su-ai-mee a été arrêté quelques jours plus tard et a fourni des indices sur d'autres suspects dont le cerveau lors des interrogatoires dans un camp militaire. Un deuxième suspect a été arrêté peu après.

En mai 2017, Les insurgés s'étaient rendus à la mosquée Banmai, où Nuson Kajornkam, originaire de Yala, âgé de 45 ans, a été tué.

Nuson, qui gagnait sa vie en installant des tentes et des auvents, avait été attiré à Pattani par les autonomistes. Sa camionnette a été volée et son corps a été retrouvé dans une plantation de caoutchouc dans le district de Nong Chik le 11 mai. Nuson laisse derrière lui son épouse, qui travaille comme infirmière, et leurs deux enfants.

Le témoignage de Su-ai-mee s’est avéré utile pour les enquêteurs et neuf mandats d’arrêt ont été délivrés pour ses complices.

Les violences secouent les provinces du sud Pattani, Yala, Narathiwat et Songkhla depuis le début de 2004, ayant fait près de 7 000 morts.

Les insurgés orchestrent des attaques presque quotidiennement pour exprimer leurs griefs sur l’incapacité du gouvernement à s’adapter à la culture des Thaïlandais musulmans et malais, explique THE NATION.


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/12667-attentat-%C3%A0-la-bombe-contre-le-big-c-de-pattani-deux-condamnations-%C3%A0-mort/
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le octobre 06, 2018, 08:43:11 am

Cela ne finira donc jamais !...  :-X


Une mère bouddhiste et son fils abattus à Pattani

Une mère bouddhiste et son fils ont été abattus jeudi matin dans leur boutique de thé dans le district de Thung Yang Daeng à Pattani, a annoncé la police.

Le général Piyawat Chalermsri, chef de la police de Pattani, a conduit ses hommes sur les lieux.

Arom Jomphet, 46 ans, et Kawin Chawissakul, 19 ans, ont été tués dans leur maison du village de Ban Kuan à Tambon Phithen.

La police soupçonne qu'ils ont été abattus par des insurgés.


https://www.thaivisa.com/forum/topic/1060367-buddhist-mother-son-shot-dead-in-pattani/
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le octobre 26, 2018, 07:43:59 am

Le premier ministre malaisien Mahathir s'engage à tout faire pour mettre fin à la violence dans le sud de la Thaïlande

Le Premier ministre malaisien Mahathir Mohamad a promis mercredi de faire tout ce qui était en son pouvoir pour rétablir la paix dans le sud de la Thaïlande, en proie à l'insurrection.

Certaines parties du sud de la Thaïlande sont en majorité musulmanes, notamment les trois provinces de Yala, Narathiwat et Pattani, où une insurrection séparatiste larvée a tué plus de 7 000 personnes.

"Nous nous engageons à aider par tous les moyens possibles à mettre fin à la violence dans le sud du pays", a déclaré à la presse Mahathir, 93 ans, après s'être entretenu avec le Premier ministre thaïlandais Prayuth Chan-ocha lors de sa première visite en Thaïlande depuis sa victoire impressionnante aux élections législatives de mai.

"Il ne s'agit pas seulement de discuter ou de rédiger des traités, il s'agit en réalité d'une coopération entre deux voisins amis et nous voulons poursuivre cette amitié", a déclaré Mahathir.

La Malaisie à majorité musulmane a aidé à organiser des pourparlers de paix entre les gouvernements thaïlandais successifs et les groupes d'insurgés, mais peu de progrès ont été accomplis jusqu'à présent.

 

https://fr.thaivisa.com/forum/topic/12867-le-premier-ministre-malaisien-mahathir-sengage-%C3%A0-tout-faire-pour-mettre-fin-%C3%A0-la-violence-dans-le-sud-de-la-tha%C3%AFlande/

photo et article Reuters

Le Premier ministre malaisien Mahathir Mohamad et le Premier ministre thaïlandais Prayuth Chan-ocha assistent à une conférence de presse au siège du gouvernement à Bangkok (Thaïlande) le 24 octobre 2018. REUTERS / Athit Perawongmetha
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le octobre 28, 2018, 08:06:57 am

Il est clair que ce conflit prend ses racines dans un réel problème d'indépendantisme (cette région ayant été annexée de force en 1905 par les Siamois). Néanmoins, il ne faut pas négliger le problème religieux qui, depuis quelques décennies, a pris le pas sur les autres questions. L'arrivée des fondamentalistes a durci la guerre en l'orientant vers une lutte qui oppose les membres d'un Islam radical et le monde des "mécréants" (en l'occurence ici les bouddhistes) !


Sud. Pour Mahatir, la religion n'y est pour rien, les injustices sont à la base du conflit !

Le Premier ministre malaisien attribue à « des éléments d’injustice » l’insurrection en cours dans le sud.

La Malaisie est disposée à aider la Thaïlande à mettre un terme aux conflits dans le Sud profond par des moyens pacifiques, a déclaré hier le Premier ministre Mahathir Mohamad, suggérant que la cause du problème n'était pas la religion, mais l'injustice.

Rappelant avec gratitude l'époque où la Thaïlande avait aidé la Malaisie à mettre fin à l'insurrection communiste dans le nord de la Malaisie à la fin des années 80, il a déclaré que son gouvernement aiderait les autorités de Bangkok à résoudre les problèmes dans le sud profond.

La Malaisie a joué un rôle de facilitateur dans les négociations entre le gouvernement thaïlandais et MARA Patani, une soi-disant organisation qui chapeaute des groupes d'insurgés.

Mahathir, qui est arrivé mercredi en Thaïlande pour une visite officielle de deux jours après avoir pris ses fonctions pour la deuxième fois en mai, a présenté le négociateur de la Malaisie, l'ancien chef de la police nationale Abdul Rahim Noor.

La Thaïlande a également présenté son chef des négociations, Udomchai Thamsarorat, ancien commandant de la quatrième armée.

Cependant, lors d'un discours sur les relations entre la Thaïlande et la Malaisie à l'Université Chulalongkorn, Mahathir n'a donné aucun détail sur la manière dont les pourparlers de paix produiraient des résultats productifs.

Une vague de violence secoue la région à majorité musulmane depuis le début de 2004, faisant plus de 7 000 morts jusqu'à présent. Le gouvernement thaïlandais s’est battu depuis lors pour contenir la violence, qu’il croit être orchestrée par les séparatistes.

Les pourparlers de paix, lancés depuis 2013, n'ont pas encore donné de résultats significatifs. De nombreux analystes ont déclaré que Bangkok n'avait pas réussi à s'attaquer à la base du problème, alors que la plupart des combattants séparatistes ne reconnaissent pas le représentant de MARA Patani.

Quand on lui a demandé si la violence dans le Sud pouvait être attribuée à l’extrémisme religieux, Mahathir a répondu: «Je ne crois pas que le cœur du conflit soit la religion. Si vous regardez la source du terrorisme, vous constaterez que certains éléments d'injustice se sont produits, par exemple si la Thaïlande décidait que Chiang Mai appartenait à quelqu'un d'autre et ne fait plus partie de la Thaïlande, les gens se battraient pour conserver leur territoire. Les gens en colère veulent récupérer leur propre terre."

En tant que voisins immédiats, la Thaïlande et la Malaisie ont également des problèmes de frontière, mais ils discutent pour déterminer qui a le droit de traverser la frontière et qui sera traité comme un ressortissant de la Thaïlande ou de la Malaisie, et qui possède la double nationalité, a-t-il déclaré. On pense que ces binationaux exploitent leur statut pour créer des problèmes des deux côtés.

« Nous voulons résoudre le problème par des négociations. », a-t-il déclaré.

En ce qui concerne les relations bilatérales, Mahathir a déclaré que les relations entre la Thaïlande et la Malaisie vont bien, les dirigeants des deux côtés étant disposés à résoudre toutes les questions en utilisant des moyens pacifiques. Par exemple, a-t-il déclaré, la question du chevauchement du territoire maritime dans le golfe de Thaïlande pourrait être transformée en une zone de développement commun, où le gaz naturel pourrait être exploité et partagé à égalité.

Mahathir, a joué un rôle clé en tant qu’architecte de l’Asean lors de son premier mandat de Premier ministre de 1981 à 2003. Il a ajouté : «Je pense que les pays de l’Asean ont un potentiel énorme. La population compte plus de 600 millions d'habitants et même si [certains d'entre eux] sont pauvres, ils constituent un grand marché. Sur cette base, nous pouvons augmenter notre production, mais maintenant nous achetons tout de l'extérieur. Nous pouvons tout produire nous-mêmes."


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/12875-sud-pour-mahatir-la-religion-ny-est-pour-rien-les-injustices-sont-%C3%A0-la-base-du-conflit/
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le décembre 03, 2018, 07:58:01 am

Un insurgé présumé abattu par la police à Yala

Une équipe de la police des frontières de Yala a abattu samedi l'un des deux insurgés présumés qui auraient tué un kamnan à Yala vendredi.

Abah Disa-ae, 30 ans, a été retrouvé mort dans le fossé d'un potager à Tambon Sa-ae, dans le district de Krong Penang à Yala, à la suite d'une fusillade avec la police, samedi matin.

Un pistolet de 9 mm a été trouvé à côté de lui.

La police a déclaré que les six membres de l'équipe Delta (la police) avaient rencontré les deux suspects alors qu'ils se trouvaient sur la route Tanoh Puteh-Tanoh Puteh Nai à Tambon Tanoh Puteh.
 
Les suspects ont été repérés à environ 3 kilomètres du lieu où Abdullate Yanya, 49 ans, chef de Tambon Tanoh Puteh, a été abattu alors qu'il conduisait sa moto après avoir prié dans une mosquée locale.

La police a déclaré que l'autre suspect s'était enfui avec son fusil d'assaut AK49. La police a trouvé des traces de sang dans la direction où il s'était enfui et a continué à le poursuivre.

La police a déclaré que Abah avait été convoqué en 2017 pour interrogatoire, soupçonné d'avoir pris part à une attaque contre un poste de contrôle de la police à Krong Penang le 30 avril de l'année dernière. Mais il a été relâché faute de preuves.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13066-un-insurg%C3%A9-pr%C3%A9sum%C3%A9-abattu-par-la-police-%C3%A0-yala/
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le décembre 28, 2018, 08:53:57 am

On n'en parle plus beaucoup mais ce n'est pas fini !...  >:(


Grand Sud : guet-apens à la bombe, un policier tué, cinq blessés.

 Un policier tué et cinq autres blessés dans l'explosion d'une bombe suivie d'une attaque à main armée à Narathiwat

Un policier a été tué et les autres blessés. Six policiers ont été attaqués par une bombe explosive et se sont fait tirer dessus sur une route à Narathiwat tard dans la nuit.

"La bombe a d'abord explosé, puis des hommes armés ont commencé à tirer sur le véhicule de police", a déclaré mardi matin Pol, Asdej Dindaeng de Palusamoh.

Il a ajouté que l'attaque avait eu lieu sur Phetkasem Road dans le district de Bacho, juste en face du commissariat de police.

L'enquête initiale avait révélé qu'entre 20 et 25 kilos d'explosifs et des M16 avaient été utilisés lors de l'attaque. L'enquête se poursuit.

Le sergent Pol Yuttapong Nuikaew, âgé de 32 ans, a été grièvement blessé et a succombé mardi à 2 heures du matin. Cinq autres policiers, dont le lieutenant de police Kudeh Prakorbkardee, ont été légèrement blessés et sont sortis de l'hôpital.

La cérémonie mortuaire pour Yuttapong a lieu au temple Bang Nara de Narathiwat.

Le capitaine Nirat Takudruea, d'une unités de marines basée à Narathiwat, a déclaré que l'attaque aurait pu être commise par un groupe affilié à Marosoh Chantarawadee, qui a été tué avec 15 autres insurgés armés lors d'un raid sur une base militaire en 2013.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13170-grand-sud-guet-apens-%C3%A0-la-bombe-un-policier-tu%C3%A9-cinq-bless%C3%A9s/
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le janvier 01, 2019, 08:35:16 am

Grand Sud : Trains annulés à cause de bombes. Les autorités malaisiennes mettent en garde leurs ressortissants.

Les autorités ferroviaires renforcent la sécurité après les attentats à la bombe qui ont empêché les trains de circuler dans le sud.

Le SERVICE ferroviaire dans le grand sud de la Thaïlande a été suspendu à la suite des attentats à la bombe qui ont touché une province frontalière samedi soir.

Au moins quatre explosions ont secoué Narathiwat entre 19 et 20 heures, endommageant des voies de chemin de fer, un poteau de signalisation pour téléphone portable et un poteau électrique. Il n'y a pas eu de victimes.

En raison de l'explosion d'une bombe, au moins 14 trains n'ont pas pu être mis en service dans le sud hier matin. «Plusieurs trains qui devaient quitter notre gare vers 6h30 du matin, par exemple, ont été annulés», a déclaré le chef de la gare de Tanyongmas, Manop Muenpreecha.

Il a ajouté que plusieurs trains venant du nord ont dû également s'arrêter vers la province de Yala.

De nombreux passagers se sont présentés à la gare de Tanyongmas tôt hier matin pour apprendre qu'ils devaient trouver un autre moyen de transport.

Les services ferroviaires ont repris hier vers 11 heures, selon les chemins de fer thaïlandais (SRT).

« Nous avons déjà réparé les dommages causés aux voies», a déclaré, Voravuth Mala de SRT.

Il a ajouté que le SRT avait déployé des gardes de sécurité dans 27 gares situées dans les quatre provinces frontalières du sud de la Thaïlande - Songkhla, Yala, Pattani et Narathiwat - jour et nuit.

« Nous avons également des appareils à rayons X », a-t-il déclaré. Il a exhorté les passagers à se conformer aux mesures de sécurité de la SRT. «Si vous remarquez quelque chose ou quelqu'un de suspect, veuillez alerter les fonctionnaires», a-t-il déclaré.

 

https://www.thaivisa.com/forum/topic/1075422-railway-authorities-up-security-after-bomb-attacks-derail-train-services-to-the-south/

 
-----------------------------------------


Le ministère malaisien des Affaires étrangères conseille aux Malaisiens résidant en Thaïlande ou se rendant dans le Royaume de «rester vigilants et de faire preuve de prudence à tout moment», à la suite d’explosions de bombes et de tirs dans les provinces du sud du pays.

Des responsables ont déclaré que des explosions à la bombe et des tirs avaient été rapportés dans différents lieux de Narathiwat et de Songkhla. Aucun Malaisien n'a été touché.

Wisma Putra a déclaré que les Malaisiens sont encouragés à s'inscrire auprès de l'ambassade de Malaisie à Bangkok ou du consulat général de Malaisie à Songkhla pendant leur séjour en Thaïlande.

Il a été signalé que deux bombes avaient explosé mercredi 22 décembre à 22 heures sur la plage de Samila, à Songkhla, qui est populaire parmi les touristes étrangers, y compris les Malaisiens.

Vendredi, six autres bombes ont explosé dans plusieurs districts de la province de Songkhla, près de la frontière entre la Malaisie et la Thaïlande.


https://www.thaivisa.com/forum/topic/1075426-malaysians-citizens-being-warned-about-travelling-to-thailand’s-south/
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le janvier 11, 2019, 09:01:41 am

Quatre morts dans une attaque devant une école !  :'(

Quatre réservistes de l'armée ont été abattus jeudi devant une école où ils assuraient la protection des enseignants dans l'extrême sud de la Thaïlande, en proie à une rébellion séparatiste musulmane, a annoncé la police.

"Quatre rangers ont été abattus lors de l'attaque" survenue en fin de matinée devant l'école Ban Bukoh, dans la province de Pattani, a annoncé la police locale.

"Les assaillants ont pris leurs quatre fusils" et ont répandu des clous sur la chaussée afin de ne pas être suivis, a précisé la police, qui soupçonne une attaque de rebelles séparatistes.


7000 morts depuis 2004

Depuis 2004, la Thaïlande, majoritairement bouddhiste, est aux prises avec une insurrection séparatiste dans plusieurs provinces à majorité musulmane frontalières de la Malaisie, un conflit qui a fait près de 7.000 morts, en majorité des civils.

Les attentats se font plus rares depuis le coup d'Etat de 2014, la junte militaire ayant renforcé les patrouilles et les couvre-feux. Au total, 218 personnes ont ainsi été tuées en 2018 contre près de 900 en 2007, d'après les chiffres de l'organisation Deep South Watch.

Malgré cela, les négociations se sont enlisées, les autorités thaïlandaises ne parvenant pas à réunir autour de la même table une rébellion éparpillée en plusieurs entités, parfois difficiles à identifier.

 

https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13246-quatre-morts-dans-une-attaque-devant-une-%C3%A9cole/
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le janvier 20, 2019, 08:11:23 am

Thaïlande: deux moines tués dans le sud en proie à des troubles séparatistes

Deux moines bouddhistes ont été tués et deux autres blessés, à l'intérieur d'un temple dans l'extrême sud de la Thaïlande. La région est en proie à une rébellion séparatiste musulmane et connaît un regain de violences ces derniers jours.

D’après la police, « un nombre indéterminé d'hommes armés vêtus de noir est entré dans le temple » de Rattanaupap, dans le district de Sungai Padi, près de la frontière malaisienne, vendredi en début de soirée. « Les assaillants se sont servis de fusils lors des attaques », a-t-il ajouté. L'attaque n'a pas été revendiquée.

Un imam a été tué le 11 janvier dans la même partie du pays, a indiqué la police, sans préciser si ce meurtre et l'attaque dans le temple pouvaient être liés.

En attendant, des mesures de sécurité supplémentaires vont être diligentées en faveur des responsables de la communauté musulmane de la région. Et les autorités ont demandé aux moines de ne plus pratiquer l'aumône dans trois provinces du sud.


Condamnations

Le Premier ministre Prayut Chan-O-Cha, chef de la junte militaire, au pouvoir depuis 2014, a condamné les attaques, demandant que les responsables soient « punis » et assurant que son gouvernement « ferait de son mieux pour protéger le pays et sa population ».

Le bureau du Sheikh ul-Islam, qui représente la communauté musulmane en Thaïlande, a dénoncé les violences envers les moines et exprimé ses condoléances. « Aucune religion n'enseigne le meurtre d'innocents, c'est l'œuvre d'un groupe qui veut créer la division », a déclaré samedi ce bureau dans un communiqué.


Attentats à la bombe

Parallèlement à l'attaque contre les moines, deux attentats à la bombe ont fait vendredi quatre blessés au sein des forces de sécurité et un séparatiste a été abattu lors d'un affrontement distinct près d'une école, d'après des sources policières et militaires.

Depuis 2004, la Thaïlande, majoritairement bouddhiste, est aux prises avec une insurrection séparatiste dans plusieurs provinces à majorité musulmane frontalières de la Malaisie, un conflit qui a fait près de 7 000 morts, en majorité des civils.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13293-tha%C3%AFlande-deux-moines-tu%C3%A9s-dans-le-sud-en-proie-%C3%A0-des-troubles-s%C3%A9paratistes/
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le février 14, 2019, 08:22:13 am

GRAND SUD : des séparatistes condamnés à mort ou à perpétuité

SONGKHLA: Cinq hommes ont été condamnés pour avoir séquestré un concessionnaire automobile en 2017 et avoir volé cinq pick-up pour en faire des voitures piégées.

L'un d'eux a été condamné à la peine de mort, trois à la prison à vie et un autre à 32 mois de prison.

La cour provinciale de Na Thawi a rendu son jugement lundi, a déclaré mardi le Col Thanawee Suwanarat, du Commandement des opérations de sécurité intérieure (Isoc).

Le vol a eu lieu le 16 août 2017. Des hommes armés de fusils ont investi Wangto Car dans le district de Na Thawi vers 11 heures. Ils sont partis avec cinq pick-up volés et quatre otages en direction du district de Pattani.

Deux des otages ont été blessés par balle. Un troisième a réussi à s'échapper, dans le district de Thepa à Songkha.

L'enquête policière et la chasse à l'homme ont permis l'arrestation de cinq suspects.

Attanan Sa-ei, Panumas Leesen, Maroyee Radaeng, Hareeya Karee et Abdulmanas Jaelor ont été accusés de menaces à la sécurité nationale, de terrorisme, de rassemblement illégal, de détention d'explosifs et de vols.

Le tribunal provincial de Na Thawi a condamné Atttanan, le premier accusé, à mort. Panumas, Maroyee et Hareeya ont été condamnés à la réclusion à perpétuité. Le cinquième accusé, Abdulmanaas, a été condamné à deux ans et huit mois de prison.

Tous ont dit qu'ils feraient appel, a déclaré le Col Thanawee.

Ils ont été remis en détention après avoir entendu le jugement.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13423-grand-sud-des-s%C3%A9paratistes-condamn%C3%A9s-%C3%A0-mort-ou-%C3%A0-perp%C3%A9tuit%C3%A9/
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Line le février 27, 2019, 11:46:58 pm
Français Ensemble dans le Club de Pattaya

Terrorisme musulman...   :What? :hang


Deux policiers ont été enlevés et assassinés par des terroristes dans la province de Narathiwat. Les corps de Naret Ladthong, âgé de 31 ans, et Ruswaidee Samae, âgé de 30 ans, l'un de confession bouddhiste, l'autre musulmane, ont été retrouvés dans un fossé.

lls avaient été kidnappés mardi soir à 19h30 par un commando de huit personnes dans un salon de thé situé dans le district de Joh I Rong.

Deux villageois, Rosi Mana et Dulman Jejdeh, buvaient du thé. Ils ont déclaré que les assaillants portaient des masques et des tenues militaires. Quatre d'entre eux montaient la garde à l'extérieur et quatre autres, parlant le thai, ont forcé les policiers à les suivre sous la menace d'une arme.

Les villageois ont contacté le chef de la police de Joh I Rong à12h30 aujourd'hui, pour lui annoncer que les corps avaient été retrouvés dans un fossé au bord de la route, à environ 200 mètres du salon de thé.

Selon Kong-at, chef par intérim de la police de Takbai, les insurgés connaissaient apparemment bien les routes secondaires qui leur ont permis d'éviter les contrôles.

Ils ont traversé les districts de Sungai Padi et Sungai Kolok sans être repérés. Les insurgés se sont emparés d'un fusil d'assaut M16 et des deux pistolets de 9 mm des policiers tués.
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le mars 14, 2019, 08:15:34 am

La police thaïlandaise arrête un suspect lié à des attentats à la bombe

Les forces de sécurité thaïlandaises ont arrêté un homme soupçonné d'être lié à un groupe d'insurgés responsables d'une série d'attentats à la bombe perpétrés à fin de la semaine dernière à Satun et à Phatthalung, a annoncé la police nationale 11 mars.

Les médias locaux ont rapporté que des images prises par des caméras de vidéosurveillance installés le long de la route où les attaques à Phattalung avaient eu lieu indiquaient qu'au moins cinq personnes étaient impliquées.

Les suspects seraient âgés de 18 à 30 ans et leur identité sera révélée ultérieurement.

Le vice-Premier ministre thaïlandais Prawit Wongsuwon, qui s’est rendu dans ces deux provinces pour suivre l’enquête, a déclaré que les attaques avaient été perpétrées par des insurgés en provenance de Yala, Narathiwat et Pattani.

Il a ajouté que les insurgés avaient perpétré les attaques à Phattalung et à Satun, faute de pouvoir le faire dans les provinces à l’extrême sud, tout en niant que ces attaques soient motivées par des considérations politiques.

Auparavant, sept attentats à la bombe avaient eu lieu dans les districts de Muang et de Pak Phayun à Phatthalung et six autres dans le district de Muun à Satun. Personne n'a été blessé dans ces explosions, ont déclaré les autorités locales.

Les deux provinces ne sont pas loin de Songkhla, une province méridionale de la Thaïlande exposée aux attaques répétées d'insurgés ces dernières années.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13574-la-police-tha%C3%AFlandaise-arr%C3%AAte-un-suspect-li%C3%A9-%C3%A0-des-attentats-%C3%A0-la-bombe/
Titre: Re : Le SUD: la folie des hommes...
Posté par: Manu de Chiang Mai le mars 16, 2019, 09:53:15 am

Grand Sud : encore des explosions, encore une mort innocente à Narathiwat

Une femme de 54 ans blessée par l'explosion d'une bombe en bordure de route dans le district de Bacho de Narathiwat, hier matin, est décédée à l'hôpital de Bacho.

L'enquête initiale a révélé que l'explosion avait été causée par une bombe de 5 kg dissimulée dans un tas de bois le long d'une route de Kayoh Mati. L'explosif était peut-être destiné aux rangers qui passaient dans un pickup mais il a explosé plus tard, et Jehmoh Sani, qui mangeait à proximité, a été touchée par des éclats au torse, à la tête et la jambe.

Lors d’une autre attaque mercredi soir à 22 h 38, un groupe de cinq ou six insurgés présumés, armés de fusils M16 et AK47, ont ouvert le feu sur un poste de patrouille (petite caserne) de la police des frontières à Ban Sri Phangan, Koh Sathon, dans le district de Tak Bai à Narathiwat.

Cela a conduit à un échange de tirs derrière le poste de patrouille, tandis qu'une autre équipe d'insurgés s'est présentée à l'avant pour poser une bombe de 25 kg fabriquée à partir d'une bouteille de gaz. Elle a explosé et la volonté de tuer était évidente. La police a ensuite collecté une cinquantaine de cartouches usagées sur les lieux.

Lorsque les insurgés se sont enfuis dans la nuit, ils ont lancé des bombes artisanales pour empêcher les forces de l'ordre de les poursuivre.

L’inspection menée hier matin par le chef de la police provinciale Pol Maj Dusadee Chusangkit et des responsables d’agences apparentées ont révélé que la bombe de 25 kg avait totalement détruit les deux bâtiments préfabriqués de l’avant-poste (l’un d’eux ayant pris feu) et renversé quatre véhicules en stationnement.

L’attaque a blessé un civil et deux soldats - le sergent-chef Chana Chanthawong, âgée de 42 ans, blessé à l’estomac par un éclat de bombe, le soldat Uthen Chanmanee, âgé de 23 ans, blessé par un éclat d’explosif à la cheville et Afi Jehseumae, âgé de 24 ans touché à la tête par un éclat.

Les officiers de l'armée ont d'abord interrogé plusieurs villageois chargeant des noix de coco sur une jetée voisine à propos de cette attaque, qui, d'après les autorités, fait partie des "troubles" en cours dans le grand sud.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13588-grand-sud-encore-des-explosions-encore-une-mort-innocente-%C3%A0-narathiwat/