Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Auteur Sujet: L'HISTOIRE de la Thaïlande et du Siam...  (Lu 37669 fois)

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 2881
Re : L'HISTOIRE de la Thaïlande et du Siam...
« Réponse #50 le: février 08, 2017, 11:55:10 pm »


Terrible anniversaire , en espérant que cela ne se reproduise plus .


+1 triste anniversaire !
IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12376
Re : L'HISTOIRE de la Thaïlande et du Siam...
« Réponse #51 le: juin 18, 2017, 08:17:40 am »


Ko Korutao, une île à l'histoire étonnante !

Cette île thaïlandaise a beau être paradisiaque, aucun touriste ne l'a visité pendant des décennies. Découvrez quel est son lourd secret !

Les côtes thaïlandaises comptent des milliers d’îles, et des millions de voyageurs viennent chaque année y chercher leur petit coin de paradis. Pourtant, l’une d’entre elles, bien entourée par ses sublimes voisines, cache un secret particulièrement lourd. Et pendant très longtemps, elle l’a gardé inviolé.

Cette île, c’est Ko Tarutao, l’une des plus grandes du pays en termes de superficie. Elle est également la plus vaste du Parc marin national de Tarutao, qui possède 51 îles. En effet, avec ses 26 kilomètres de longueur pour 18 de large, sa taille n’a pas vraiment de comparaison possible avec les autres. Malgré sa beauté et sa présence dans une zone naturelle protégée, aucun touriste n’y a posé les pieds. D’ailleurs, si des visiteurs parvenaient à s’y rendre, ils seraient sans doute déçus de ne trouver ni bars, ni restaurants, ni hôtels de standing comme c’est le cas sur la plupart des îles thaïlandaises.

Mais alors, pourquoi un tel bijou situé à l’extrême sud-ouest du territoire, à environ 25 kilomètres au large du continent, n’a pas eu la même trajectoire que ses semblables ? La raison est tout simple. Dans les années 1930, les prisons de la capitale ne parviennent plus à accueillir tous les criminels jugés. Ainsi, le gouvernement décide de partir à la recherche d’un terrain isolé et calme afin de construire une immense prison, une sorte de bagne où étaient envoyés les détenus qui ne pouvaient pas être logés à Bangkok.

Et de fil en aiguille, c’est Ko Tarutao qui a été choisie pour remplir ce rôle ! Résultat, de la fin des années 1930 au milieu des années 1940, plus de 3 000 prisonniers ont vécu sur cette île extraordinaire. Contrairement à une prison lambda localisée en zone urbaine, la distance entre l’île et les côtes permet d’éviter les évasions et de faire largement baisser le nombre de tentatives.

À l’époque, les détenus étaient incarcérés à l’est de l’île, à Talo Wao Bay. Aujourd’hui, l’endroit n’abrite plus aucun criminel, mais plutôt un petit musée dans lequel il est possible d’en apprendre davantage sur celles et ceux qui l’ont occupé pendant près de 10 ans. Toute l’Histoire du lieu y est racontée en détail, accompagnée de quelques photographies.

En parlant d’Histoire justement, celle qui avait commencé en 1930 lors de l’inauguration de la prison a dû se terminer bien plus rapidement que prévu. La faute en grande partie à la Seconde Guerre mondiale. Et pour cause, le conflit a empêché les provisions d’être acheminées jusqu’à Ko Tarutao et a donc mis en grande difficulté non seulement les prisonniers, mais aussi les gardes, qui n’avaient plus rien à manger.

Peu après 1941 et l’invasion de la Thaïlande par l’armée japonaise, pour survivre, les deux parties se sont finalement réfugiées dans la piraterie. À tel point que la situation est devenue vraiment tendue aux abords de l’île. En 1946, les militaires britanniques, avec le feu vert du gouvernement thaïlandais, pénètrent la zone afin de secourir les personnes encore sur place. Ces dernières seront finalement prises en charge, soignées et dispersées dans différents pénitenciers à travers le pays.

Pendant près de 30 ans, Ko Tarutao reste dans l’abandon et pas grand monde se bouscule pour trouver une autre utilité au lieu. Mais en 1974, des naturalistes locaux redécouvrent l’incroyable beauté de ce territoire sauvage et décident d’y créer le « Ko Tarutao Marine National Park », le deuxième plus parc naturel du royaume de Thaïlande !

Aujourd’hui, les anciennes prisons, et notamment le site de Talo Wao Bay se visitent. Une excursion qui permet de se rendre compte de ce qu'a pu être le quotidien des détenus entre 1939 et 1946, mis en cage et forcés à travailler. Si certains d’entre vous tentent l’expérience, sachez qu’il est aussi possible de marcher à travers un sentier de 12 kilomètres emprunté jadis par ces prisonniers.


https://www.demotivateur.fr/voyage/cette-ile-paradisiaque-thailandaise-a-cache-pendant-des-decennies-un-lourd-secret-decouvrez-le-aujourd-hui-10395
IP archivée

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 2881
Re : L'HISTOIRE de la Thaïlande et du Siam...
« Réponse #52 le: juin 19, 2017, 06:46:39 pm »


Le poilu de Bangkok !

Il est là, droit, le regard fixe, sous son casque Adrian, emmitouflé dans sa grossière capote d’hiver. Une large écharpe protège sa peau dorée de la morsure du froid… Pense-t-il au soleil de son pays, à la lumière des paysages du Siam, à la chaleur des siens ? Tout ce qui lui manque dans cette Europe froide et inconnue.

Comme 1,284 compatriotes, il a quitté au printemps 1918 son pays, le Siam, pour venir participer aux côtés des Alliés à la lutte contre l’agresseur allemand.

Une guerre qui le dépasse, des intérêts qui ne sont pas les siens, mais un combat pour défendre la liberté contre le barbarisme. C’est cela qu’il a compris et c’est pour cela qu’il n’a pas hésité à se porter volontaire pour ce grand voyage vers un autre monde.

Ils partirent, mais 19 ne revinrent jamais. Non pas morts au combat, mais souvent morts de froid tout au long d’un hiver épouvantable dans le nord de l’Allemagne où les avait envoyés les drôles de décisions d’un État-major qui ne connaissait peut-être pas la vie quotidienne de ces enfants du soleil, bien mal équipés pour affronter les rigueurs hivernales de notre continent.

Et lui, dont nous ne connaissons pas le nom ? A-t-il défilé, en pleine gloire, le 14 juillet 1919 sur les Champs-Élysées parisiens, est-il rentré dans son pays, fort du prestige d’un ancien combattant héroïque, revenu victorieux sur le sol de sa Patrie ?

Ou bien a-t-il fait partie de ses compatriotes, morts pour la liberté, bien petit contingent de sacrifiés, mêlés aux millions de morts de la Grande Guerre ?Nous ne le savons pas…

La statue est en bronze de couleur beige et mesure 80 cm de haut sur 30 cm de large. Elle porte la prestigieuse signature de Paul Ducuing, célèbre sculpteur français.

Envoyé en mission en Indochine en 1921-22, il réalisa la statue d’Auguste Pavie au Laos, celle de l’empereur d’Annam Khaï Dinh et celle du roi Sisowath qui se trouvait autrefois au Palais Royal et aujourd’hui est au Musée National.

Le propriétaire ne se rappelle plus l’origine de cette statue mais déclare la posséder depuis plus de 15 ans. Pour lui, elle représente le roi Rama VI Vajiravudh, ce qui nous semble inexact. Mais c’est aussi pour cela sans doute qu’il en demande le prix déraisonnable de 36,000 dollars…

Il est là, aujourd’hui, dans le coin d’une galerie d’antiquités du 4ème étage de River City, tristement oublié.

Bien sûr il serait mieux dans la chaleur historique d’un Musée de son pays, image muette du courage de ses compatriotes…

Nous ne pouvons que souhaiter que ces quelques lignes puissent rappeler à la Nation thaïlandaise, le sacrifice de ses enfants... !

https://www.le-souvenir-francais-thailande.com/le-poilu-de-bangkok/

IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12376
Re : L'HISTOIRE de la Thaïlande et du Siam...
« Réponse #53 le: juin 27, 2017, 11:46:13 am »


Sans le musée Guimet, des milliers d'oeuvres provenant de pays asiatiques (Thaïlande, Cambodge, Vietnam, etc.) auraient disparu à jamais... J'espère bien qu'il va les conserver !


La Thaïlande va réclamer des trésors nationaux qui se trouvent dans des musées à l'étranger

La Thaïlande espère pouvoir récupérer 133 objets historiques se trouvant actuellement dans des musées étrangers ou des institutions éducatives.

Deux objets venant des USA ont déjà été récupérés et deux autres linteaux devraient aussi revenir.

Le ministre de la culture Vira Rojpojchanarat affirme "Nous avons des preuves évidentes que les linteaux de Khao Lon et Prasat Nong Hong nous appartiennent." Il ne dit pas clairement que ces linteaux seront rendus par le Musée d'Art Asiatique de San Francisco.

Le 13 juin, une commission a été créée dont le but est de réclamer ces trésors historiques à l'étranger. Parmi les membres de cette commission Jade Donavanik, qui a récemment informé les fonctionnaires thaïlandais en charge des différents trésors qu'il a vu à l'étranger. "J'ai vu 20 de ces pièces manquantes dans des musées de San Francisco". dit-il.

On ne sait pas si le musée Guimet est visé.


https://www.thaivisa.com/forum/topic/989682-thailand-aims-to-reclaim-133-historical-items-held-overseas/
IP archivée

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 2881
Re : L'HISTOIRE de la Thaïlande et du Siam...
« Réponse #54 le: juin 27, 2017, 05:52:57 pm »


Sans le musée Guimet, des milliers d'oeuvres provenant de pays asiatiques (Thaïlande, Cambodge, Vietnam, etc.) auraient disparu à jamais... J'espère bien qu'il va les conserver !


La Thaïlande va réclamer des trésors nationaux qui se trouvent dans des musées à l'étranger

superbe ce musée !  à voir et à revoir !
IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12376
Re : L'HISTOIRE de la Thaïlande et du Siam...
« Réponse #55 le: juillet 22, 2017, 07:50:57 am »


"Les Thaïs détruisent les traces de leur passé" déplore un historien !

PHETCHABURI: - Un historien thaïlandais à Phetchaburi a critiqué le travail effectué dans la grotte historique de "Khao Luang" datant du règne du roi Rama IV au XIXe siècle.

Lorm Phengkaew a dirigé une délégation d'experts pour inspecter le travail qui est prévu dans la grotte au cours des prochains mois. Mais le mal est déjà fait et des plaintes ont été reçues de la part de touristes (thaïlandais) au sujet de la destruction du patrimoine thaïlandais.

Lorm et son équipe ont constaté que l'entrepreneur, qui va recevoir plus de 16 millions de bahts pour effectuer ce travail qui devait être achevé en décembre, avait retiré toutes les briques historiques du sol et en a fait un tas.

Lorm a déclaré que même si certains endroits du sol avait besoin de remplacement, la majeure partie pouvait être rénovée et réparée. Il a dit que l'entrepreneur venait tout juste de tout retirer et a "jeté l'histoire thaïlandaise dans un tas de briques". (pour cimenter à la place?)

"C'est la destruction du passé", a-t-il déclaré aux journalistes de Thai Rath.

Les experts locaux prévoient contacter le Dpt des beaux-arts pour se plaindre de la manière ont les travaux en cours sont effectués.


https://www.thaivisa.com/forum/topic/993508-thais-ripping-up-their-history-local-historian-complains-about work-being-done-at-historic-cave/
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12738
Re : L'HISTOIRE de la Thaïlande et du Siam...
« Réponse #56 le: septembre 07, 2017, 10:32:02 pm »


"Les Thaïs détruisent les traces de leur passé" déplore un historien !

PHETCHABURI: - Un historien thaïlandais à Phetchaburi a critiqué le travail effectué dans la grotte historique de "Khao Luang" datant du règne du roi Rama IV au XIXe siècle.



Bien dommage...  :(
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12376
Re : L'HISTOIRE de la Thaïlande et du Siam...
« Réponse #57 le: septembre 11, 2017, 08:11:57 am »


Il faut hélas reconnaître qu'à part une toute petite élite, les Thaïlandais ne connaissent pas du tout leur histoire... Ils n'ont connaissance que de deux ou trois grands événements flattant leur nationalisme (Bang Rajan, résistance de Naresuan aux Birmans, etc.) et c'est tout...

Mon épouse m'avaouait que même à l'université, les cours d'Histoire sont totalement insignifiants !
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12376
Re : L'HISTOIRE de la Thaïlande et du Siam...
« Réponse #58 le: septembre 29, 2017, 08:15:25 am »


Le drapeau de la Thaïlande à 100 ans. Et le plus grand se trouve à Phitsanulok !

Le plus grand drapeau thaïlandais jamais fabriqué a été déployé sur le terrain de football à l'Université de Phitsanulok jeudi matin pour commémorer le 100e anniversaire du drapeau national.

Le vice-gouverneur de Phitsanulok Thatchai Sisuwan et l’officier local Lt-Gen Vichak Siribansop ont dirigé les fonctionnaires de l'État et d'autres citoyens tout fiers de chanter l'hymne national à 8h pour célébrer cet évènement historique.

Ils ont ensuite présidé une cérémonie durant laquelle la Fondation Rakthongchatthai 189 a officiellement présenté ce drapeau de 40 par 60 mètres.

Le drapeau pèse 600 kilogrammes et nécessite 300 personnes pour le déployer complètement.

Le drapeau flottera en haut d'un mat de 189 mètres dans le district de Chiang Saen à Chiang Rai, devenant un symbole de l'unité nationale.

Le 100 ème anniversaire du drapeau a été l’occasion de moult cérémonies partout dans le pays et de quelques rappels historiques dans les journaux les écoles et sans doute à la télévision.

 
https://www.thaivisa.com/forum/topic/1004549-national-flag’s-centenary-sees-largest-ever-unfurled/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12376
Re : L'HISTOIRE de la Thaïlande et du Siam...
« Réponse #59 le: octobre 23, 2017, 10:27:35 am »


La disparition de Jim Thompson : le cas résolu ?

Un nouveau documentaire est en passe de susciter de nouveaux débats sur l'un des mystères les plus durables d'Asie: qu'est-il arrivé à Jim Thompson, le légendaire roi de la soie en Thaïlande ?

L'ancien officier de renseignement américain devenu magnat du textile s'est promené dans la jungle malaisienne il y a 50 ans et n'est jamais revenu. Malgré une recherche massive, aucune trace de Jim Thompson n'a jamais été retrouvée. L'un des Occidentaux les plus éminents d'Asie avait simplement disparu.

Les théories abondent: il a été tué par un tigre; il s'est perdu et a péri dans la forêt profonde; il a disparu volontairement dans le cadre d'une intrigue politique. Ceux qui sont derrière le documentaire disent qu'ils ont de nouvelles preuves que Thompson a été tué.

Leur film « Qui a tué Jim Thompson » a été présenté le 20 octobre au festival Eugene International Film dans l’état de l’Oregon, aux USA

"Il y a eu toutes sortes de théories et surtout des théories idiotes, mais j'espère que cela mettra un terme à toute l'histoire", a déclaré Barry Broman, le producteur du film.

Les cinéastes, d'Adventure Film Productions, ont dit avoir eu un coup de main: un ancien contact les a approchés avec une histoire de confession sur son lit de mort. Ils ont finalement trouvé une seconde source dont les informations ont confirmé la première source.

Leur conclusion: Jim Thompson a été tué par des rebelles du Parti communiste de Malaisie, qui sont devenus suspicieux après son arrivée dans la jungle lorsqu’il a commencé à demander une rencontre avec le secrétaire général du parti, alors l'homme le plus recherché de Malaisie. Plutôt que d’être parti en vacances, les cinéastes ont dit que Jim Thompson était sur une dernière et mortelle mission.

Broman, qui a des dizaines d’années d’expérience en Asie comme photographe, U.S. marine et diplomate, dit que la conclusion est sans équivoque: « Jim ne sera jamais retrouvé. Il a été assassiné »

Les cinéastes ont reconnu que la théorie du meurtre n'est pas nouvelle, mais ils croient que leur version est la plus complète.

Bien que certaines des conclusions du film soient plausibles sur la base de ce que l'on sait de la vie de Thompson, il n'y a rien de définitif étant donné que le film repose sur des informations de seconde main des proches des personnes impliquées et laisse de nombreuses questions sans réponse.

Durant la seconde guerre mondiale, Jim Thompson a été un agent hautement décorée de l’OSS (Office of Strategic Services), l’ancêtre de la CIA. Après la guerre, il a été posté en Thaïlande avec l'OSS et a choisi d'y établir sa maison après être devenu homme d'affaires et avoir fondé sa société travaillant dans la soie en 1948.

Jim Thompson a aidé à relancer l'industrie de la soie thaïlandaise et sa société est devenue depuis l'une des marques de luxe de la Thaïlande. Son ancienne maison de Bangkok, autrefois le site de fêtes légendaires, est maintenant un musée rempli de sa fabuleuse collection d'art asiatique et d'antiquités. Les deux sont devenus des attractions incontournables pour les millions de touristes qui visitent la Thaïlande chaque année.

La société a refusé de commenter les nouvelles informations sur le sort de son fondateur.

Thompson avait une activité de 1,5 million de dollars par an en 1967, lorsque la guerre du Vietnam battait son plein avec la Thaïlande jouant un rôle essentiel, abritant des bases de l’U.S. Air Force qui bombardait les zones contrôlées par les communistes en Indochine.

Thompson était parti en mars de cette année à Cameron Highlands en Malaisie, une station de montagne parsemée de plantations de thé qui était autrefois populaire auprès des colons britanniques, pour un peu de repos et de détente. Il était chez des amis singapouriens, dans leur maison de vacances Moonlight Cottage de style Tudor.

Le 26 mars, dimanche de Pâques, alors que ses hôtes se reposaient après le repas, ils ont entendu leur invité de Bangkok quitter la maison, sans doute pour se promener dans l'air frais de la région.

Aucune trace de Jim Thompson n'a été trouvée après cela. Des centaines de personnes ont été impliquées dans le premier balayage pour le retrouver: des soldats, des policiers, des pisteurs professionnels de la jungle, des tribus autochtones. Quand aucun indice n'a été découvert, des médiums et des guérisseurs ont rejoint la quête infructueuse.

"J'ai encore des questions. J’aurai aimé avoir d’autres sources », a reconnu Broman. Il espère que avoir porté cette histoire à l'écran pourrait raviver quelques souvenirs, et que peut-être quelqu'un, quelque part sera frappé en voyant ce documentaire et se dira "dis, Papy n'a pas parlé de cela?"


http://www.khaosodenglish.com/news/2017/10/21/jim-thompson-disappearance-case-solved/
IP archivée

Malco

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 5917
Re : L'HISTOIRE de la Thaïlande et du Siam...
« Réponse #60 le: octobre 23, 2017, 10:39:33 am »


Le 23 octobre, à la mémoire de SM le roi Rama V.
Publié le 23 octobre 2017 par Safarine News

Le 23 octobre est un jour férié en Thaïlande. Comme toute la Thaïlande, Kanchanaburi célèbre la mémoire du roi Rama V, Chulalongkon,

Chulalongkon est le roi les plus respecté et le plus aimé de la monarchie thaïlandaise.

Le monument du roi Rama V à Tha Muang, Kanchanaburi

Chulalongkon a régné 42 ans, de 1868 à 1910. Il est mort le 23 octobre 1910 après avoir eu 77 enfants de 36 de ses 92 femmes. Il est l'arrière grand-père du roi actuel Rama X.

SM Chulalongkon, le premier des 39 fils du roi Mongkut, Rama IV, est né à Bangkok le 20 septembre 1853

La Photo la plus populaire : le roi Chulalongkorn cuisine sur le porche de la résidence Ruen Ton , en face du palais Vimanmek. Bibliothèque et archives du Prince Damrong à Bangkok.).

Il a reçu une éducation à la fois moderne, par une gouvernante anglaise, Anna Leonowens, engagée par son père pendant cinq ans et traditionnelle par des moines bouddhistes.

Le roi Chulalongkon est l’objet aujourd’hui d’un culte actif, de très nombreuses maisons thaïlandaise sont ornées de son portrait, des prières et des offrandes lui sont adressées. De nombreuses statues à son effigie sont érigées presque partout dans le pays.

Continuant l’œuvre de son père, Chulalongkon a été un grand modernisateur du royaume de Siam. Il fut le premier roi à voyager à l’étranger, à Singapour, en Inde et en Europe, il fut reçu deux fois en France, en 1897 et 1903.

Son action a été fondamentale dans tous les domaines. Il modernisa et centralisa l’administration, organisa les services postaux (1885), les chemins de fer (1893), établit un calendrier solaire (1889), fonda la première université, la première école d’administration, l’école militaire et l’école navale. Les billets de banque furent introduits en 1902 et le système décimal imposé en 1908. L’esclavage fut aboli en 1905.

Rama V a séjourné souvent dans la province de Kanchanaburi. Il a visité le Wat Tham Khao Pun en 1870. Le Roi Rama V aimait se réfugier et se baigner dans la région de Sai Yok au bord de la rivière Kwaï. Chulalongkon était un admirateur des chats et en particulier du khao mani (gemme blanc - เขามณี).

Publié dans Kanchanaburi, Thaïlande, Histoire, Sai Yok, Tha Muang, Rama IV, Rama V, Mongkut, Chulalonkorn, 23 octobre, Rama X, Wat Tham Khao Pun, Rivière Kwaï .
IP archivée
@+ Malco