Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Auteur Sujet: MYANMAR - BIRMANIE  (Lu 187265 fois)

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #50 le: mars 28, 2010, 09:04:54 am »


Et oui, là où l'économie prime, les Droits de l'Homme ne sont plus rien...  :(

Et revoilà une boite française partant à la rescousse de la junte miltaire birmane...  >:(
IP archivée

DV8

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 132
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #51 le: mars 28, 2010, 06:53:35 pm »

A l'insu de leur plein gré comme disais l'autre...
IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #52 le: mars 29, 2010, 08:12:08 am »


Il faut dire que la France n'a jamais prix de gants lorsque la question économique est en jeu; rapellons-nous l'Afrique...

D'un autre coté, les Américains, les Russes, les Britanniques et aujourd'hui les Chinois ne font pas mieux...
IP archivée

DV8

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 132
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #53 le: mars 29, 2010, 08:51:54 am »

Dans ce cas-là, si j'ai bien tout compris, ce serais la chine qui utiliserait une entreprise française pour fournir une arme technologique a la junte Birmane. Et les Français de peur de vexer leur partenaire économique de fermer leur gueule et de retourner bosser la queue entre les jambes.

Elles sont belle nos démocraties tiens...
IP archivée

Rugby15

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1211
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #54 le: mars 29, 2010, 02:01:34 pm »

Tu m'étonnes, Total, Alcatel, et tralala ! La France va chercher du pognon où il y en a ! Et les Droits de l'Homme, rien à foutre !
IP archivée
"En avant poussez, poussez, les Avants de Bayonne..."

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #55 le: mars 30, 2010, 10:31:06 am »


Encore des enfants tués par les soldats Birmans il y a deux jours (28 mars 2010)... Voir le reportage ici (Attention photos très dures !):

http://www.freeburmarangers.org/Reports/2010/20100328.html


 :'(
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12728
Re : Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #56 le: mars 30, 2010, 04:32:11 pm »


Encore des enfants tués par les soldats Birmans il y a deux jours (28 mars 2010)... Voir le reportage ici (Attention photos très dures !):
http://www.freeburmarangers.org/Reports/2010/20100328.html

 :'(


que c'est horrible... et si triste...  :'(
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #57 le: mars 31, 2010, 08:57:12 am »


J'ai encore discuté hier avec une touriste française rentrant de Birmanie... Discours habituelle de sa part... Je l'ai mise une heure sur le forum... A l'issu, elle est revenue me voir les larmes aux yeux: "je n'étais pas au courrant !..."

Tout est dans la désinformation des touristes !...  :o
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12728
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #58 le: avril 22, 2010, 04:41:21 pm »

LaCroix.com

aujourd'hui

En BIRMANIE, les moines résistent toujours    


À l’approche des premières élections depuis vingt ans en Birmanie, la junte accentue son contrôle des monastères, craignant l’implication politique des moines...  :(


Les moines birmans font face à la police, le 26 septembre 2007, en chantant des prières.

Sur l’étagère, à côté de la statuette de Bouddha, la bouteille d’eau a pris la poussière. U Siggawa la garde comme une relique, dans la chambre qu’il partage avec quatre autres moines. Le souvenir d’un espoir déçu. « Ce sont des habitants de Rangoun qui me l’ont offerte pendant les manifestations », explique-t-il, assis près d’une fenêtre donnant sur le jardin ombragé du monastère, en plein centre de Rangoun.

En septembre 2007, comme des milliers d’autres bonzes, il était descendu dans les rues de la plus grande ville de Birmanie. À travers tout le pays, les moines demandaient une amélioration des conditions de vie de la population, l’une des plus pauvres du monde, assommée par le brusque doublement du prix de l’essence.

Le jeune homme espérait aussi pousser la junte à quelques réformes démocratiques. Un peu hâtivement surnommé « révolution safran », le mouvement avait été écrasé par les militaires après quelques semaines d’agitation.


Beaucoup de moines ont fui à l'étranger

Des centaines de moines et de nonnes avaient été alors arrêtés, battus ou torturés. Deux cent cinquante-trois religieux sont encore emprisonnés, selon l’Association d’assistance aux prisonniers politiques birmans, basée en Thaïlande. Le silence s’est abattu sur les monastères.

Beaucoup de moines ont fui à l’étranger, d’autres se sont cachés et ne sont toujours pas revenus. À 34 ans, U Siggawa a perdu de son enthousiasme. « Nous n’avons que la compassion bouddhiste contre eux. Aucun des moines que je connais n’est engagé en politique », soupire-t-il.

Il ne cache pas son mépris pour les élections que la junte compte organiser cette année, probablement en octobre ou novembre. Les militaires présentent le scrutin comme une nouvelle étape dans leur « feuille de route vers la démocratie ». « Elles n’ont d’élections que le nom, il n’y a aucun espoir là-dedans. Ils ont fabriqué ce scrutin pour conserver leur pouvoir », accuse-t-il.

Les lois électorales, publiées début mars, interdisent aux moines de voter ou de se porter candidats. Dans les pagodes, on redoute une intensification des contrôles à l’approche du scrutin. Depuis 2007, les monastères sont surveillés de très près. « Il y a des espions déguisés en moines, d’autres habillés en civil. Nous pouvons en reconnaître certains, mais pas tous », explique U Jotipala, pensionnaire d’un monastère de la banlieue de Rangoun.

En 2007, il avait participé aux marches pour contrebalancer « tout le mal causé par les généraux, qui font du tort à la religion ». Désormais, il ne se mêle plus ouvertement de politique. « Nous en discutons seulement entre nous, à l’intérieur des monastères. Je n’ose pas utiliser Internet, j’ai peur d’être arrêté et torturé », confie-t-il.


Difficile de parler de politique

Certains moines restent pourtant actifs. Sourire permanent aux lèvres, U Nayaka, 31 ans, rend visite plusieurs fois par semaine au père de l’un des plus célèbres dissidents politiques birmans, emprisonné depuis deux ans. Une démarche risquée, les familles des opposants étant très surveillées.

Ancien membre de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), le parti de l’opposante Aung San Suu Kyi, le moine s’est caché huit mois en dehors de Rangoun après les manifestations. Son monastère est très surveillé, parce que certains meneurs du mouvement s’y étaient réfugiés.

U Nayaka est revenu en mai 2008, pour aider les milliers de victimes du cyclone Nargis, abandonnées à leur sort par le gouvernement. « Certaines familles ne veulent plus envoyer leurs fils dans les monastères des grandes villes. Elles ont peur qu’ils s’impliquent en politique, et se mettent en danger », raconte-t-il dans le réfectoire de la pagode, où l’on entend les chants des jeunes novices.

« Même ici, il est difficile de parler de politique. Mais nous arrivons à envoyer des messages aux autres moines en exil. À l’université bouddhiste de Rangoun, les moines étudiants discutent énormément. Il n’y a pas d’actions concrètes pour l’instant, mais nous attendons notre chance. » Fermées après les événements de 2007, les universités bouddhistes ont rouvert il y a un an. C’est là que se retrouvent les moines les plus jeunes et les plus actifs.


La Sangha est surveillée de près

U Nayaka n’hésite pas à exprimer clairement ses objectifs politiques : "Je veux la démocratie en Birmanie. Je veux Aung San Suu Kyi comme dirigeante. Je veux la liberté pour le peuple. »   Pour mener à bien ses activités, il compte sur la paresse des policiers locaux chargés de la surveillance de son monastère.

« Ils sont moins scrupuleux aujourd’hui qu’en 2007-2008. Ils ne rapportent plus nos moindres faits et gestes à leur hiérarchie, car ils sont alors obligés de mener une véritable enquête, sans être payés plus… Donc ils laissent tomber », sourit-il. La plupart des Birmans, moines ou laïcs, ne se privent d’ailleurs pas d’exploiter au quotidien ce genre de failles du système.

Mais la surveillance de la communauté des moines, la Sangha, se fait aussi au plus haut niveau politique. Le Conseil d’État Maha Nayaka, instance suprême du clergé bouddhiste, est directement contrôlé par le ministère de la religion.

« Tous ses membres sont des marionnettes, ce sont des “moines-oui” », résume U Visuddhi, le supérieur d’un autre monastère de Rangoun. Selon le magazine d’opposition en exil The Irrawaddy, le Conseil a prévu de réunir tous les moines supérieurs des différents ordres avant les élections. Une initiative inhabituelle, qui annoncerait un durcissement de la discipline dans les monastères.


Les moines, témoins des difficultés de la population

La junte prend très au sérieux l’influence des moines sur la population. Les gouvernements successifs ont toujours tenté de contrôler la Sangha, notamment par un soutien financier aux monastères. Les prêches sont soumis au contrôle des autorités. « Traditionnellement, les moines sont une force politique majeure. Il en a toujours été ainsi, même pendant la colonisation britannique et pendant la période de parlementarisme des années 1950. Ils peuvent encore jouer un rôle, mais cela dépendra de la brutalité du gouvernement à leur encontre », rappelle un journaliste birman.

Malgré la répression, les moines restent les témoins privilégiés des difficultés de la population birmane. Tous les matins, les religieux reçoivent leur nourriture sous la forme d’une aumône sacrée de riz, collectée de maison en maison. Ils repèrent donc immédiatement les familles qui ont du mal à joindre les deux bouts. « Nous avons encore assez de nourriture, mais nous voyons bien que les gens sont de plus en plus pauvres. Il y a davantage de mendiants dans les rues », remarque U Visuddhi.

Pour le vieux moine, la situation économique est pire qu’en 2007. « Les prix ne cessent d’augmenter, les gens ont moins d’offres d’emploi. Je connais des paysans qui ont perdu leur gagne-pain parce que le gouvernement a décidé de construire une route là où se trouvait leur champ. »


Le monastère ou la caserne

Régulièrement, des familles démunies viennent frapper à sa porte, demander argent ou nourriture. Le moine avoue être en colère contre le gouvernement, même si cela va à l’encontre de ses principes bouddhistes. Sans écarter la possibilité de nouvelles manifestations, il est persuadé qu’elles seraient de nouveau écrasées par le régime. En 2007, les soldats n’avaient pas hésité à tirer sur les moines qui manifestaient.

Bonzes et militaires sont pourtant moins éloignés qu’il n’y paraît. La plupart viennent de régions rurales pauvres. Pour sortir de la pauvreté, les jeunes garçons n’y ont souvent qu’une alternative : monastère ou caserne. La Birmanie compte un demi-million de moines, autant que de soldats. « Les uns sont extrêmement respectés par la population, les autres sont haïs. Ceux qui réussiront à manipuler ces deux groupes peuvent finir par l’emporter », affirme un journaliste.

À l’adolescence, U Siggawa a choisi d’entrer dans les ordres. Son frère a opté pour l’armée. Il a été tué lors d’une opération. Le moine retrouve parfois son cousin, soldat lui aussi. Leurs discussions nourrissent sa frustration. « Je lui ai demandé pourquoi ils ne faisaient rien, alors qu’ils ont des armes. Il m’a répondu qu’il devait avant tout prendre soin de sa famille, regrette-t-il. C’est pour cela que notre pays n’arrive pas à la démocratie. Les soldats n’ont aucune éducation, ils ne pensent qu’à ce qui leur appartient. »


Très joli texte (un peu long) mais très émouvant...  
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #59 le: avril 22, 2010, 05:37:13 pm »


A part le Tibet et la Birmanie, je ne vois pas d'autre pays dit "bouddhiste" où la Police ou l'Armée osent tirer sur les moines...

Lamentable !
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12728
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #60 le: mai 07, 2010, 08:55:20 pm »

Info. du 6 mai 2010/Info.Monde



Birmanie: après 20 ans d'existence, le parti de l'opposante San Suu Kyi va disparaître    >:(  



Le parti politique de l'opposante birmane Aung San Suu Kyi, puissant symbole de la résistance à la junte pendant plus de 20 ans, s'apprêtait à disparaître jeudi soir en raison de sa décision de boycotter les prochaines élections législatives. AFP - Le parti politique de l'opposante birmane Aung San Suu Kyi, puissant symbole de la résistance à la junte pendant plus de 20 ans, s'apprêtait à disparaître jeudi soir en raison de sa décision de boycotter les prochaines élections législatives.


La Ligue nationale pour la démocratie (LND) avait annoncé en mars qu'elle boycottait le scrutin, le premier depuis celui de 1990 qu'elle avait remporté haut-la-main (392 des 485 sièges) sans jamais pour autant accéder au pouvoir.


Elle avait jusqu'à ce jeudi pour déposer sa candidature, mais ses instances n'en ont pas démordu. Et à minuit (17h30 GMT), le parti appartiendra à l'Histoire. "En vertu de la loi, la LND ne sera plus enregistrée (vendredi) comme parti politique", a confirmé à l'AFP le chef de la police de Birmanie, Khin Yi.


Symboles et drapeaux de la Ligue, fondée le 27 septembre 1988, resteront en place jusqu'à ce que la junte militaire elle même les enlève. Certains membres veulent en effet la voir transformée en organisation de la société civile.


Mais en décembre, selon un de ses membres, elle pourrait devoir quitter son quartier général, une petite bâtisse décatie, aux murs rongés par l'humidité et recouverts de portraits de la lauréate du prix Nobel de la paix."Je crains qu'il n'y ait rien d'autre vers lequel les gens puissent se tourner qui possède un tel pouvoir symbolique", regrettait un fin observateur de la politique birmane, décrivant son attachement pour cette "bicoque usée luttant pour la démocratie" qu'est le siège de la LND.


Nyan Win, porte-parole du parti, a refusé d'évoquer son émotion. "Il n'y a rien de prévu jeudi", a-t-il tranché. La LND paye pour son refus de céder aux exigences du pouvoir des généraux, dont les lois électorales stipulent qu'un parti ne peut conserver parmi ses membres un prisonnier politique.


Mme Suu Kyi, 64 ans, en résidence surveillée pendant 14 des 20 dernières années, aurait dû être exclue des instances de son parti afin qu'il puisse concourir. Une procédure qu'elle a elle-même jugée inacceptable. Mais sa dissolution, soulignent des analystes, laissent la voie libre à la junte du généralissime Than Shwe qui peut se réjouir d'avoir complètement marginalisé son ennemie intime avant le scrutin, attendu fin octobre ou début novembre.


La décision a d'ailleurs provoqué d'importants remous au sein du parti, dont la direction est composée d'octogénaires épuisés et, selon leurs détracteurs, déconnectés des réalités de la Birmanie contemporaine.


Des rumeurs circulaient ces derniers jours sur la formation d'un nouveau parti par d'ex-membres de la LND, dont Khin Maung Swe, un autre porte-parole.


"En tant que politiciens, notre devoir est de servir le peuple. La LND n'a pas pu respecter la promesse faite au peuple en 1990. Donc je soutiendrai ceux qui veulent continuer à servir le peuple", a-t-il expliqué.

"Aujourd'hui est notre dernier jour. Je suis très triste de voir notre parti disparaître ainsi".


Fin avril, des avocats avaient déposé, en désespoir de cause, deux recours contre l'article de loi qui oblige la LND à se séparer de sa dissidente. Sans surprise, la Cour suprême de Rangoun les a déboutés.


"C'est une grande perte pour la Birmanie. Nous avons besoin d'une opposition forte. C'est le moment où les groupes pro-démocratie doivent travailler ensemble", a regretté Aung Naing Oo, analyste birman basé en Thaïlande. "La LND a créé un vide dans l'opposition. Ce que je trouve ahurissant, c'est qu'ils aient pris cette décision sans apporter d'alternative".


QUELLE HONTE TOUT DE MEME...   >:( >:(
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12728
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #61 le: juin 03, 2010, 10:19:05 pm »

BIRMANIE


Les mariages entre étrangers et Birmans désormais interdits    

 
Les autorités birmanes ont reçu la semaine dernière comme instruction du gouvernement d'interdire toute cérémonie de mariage entre un étranger et une femme birmane, une décision passée quasiment inaperçue. "Cette loi est maintenant suspendue sur instruction du gouvernement", a déclaré un conseillé légal, Aung Thein, cité par The Irrawaddy.


Selon Aung Thein, cette suspension de loi pourrait avoir pour objectif d'empêcher le trafic humain, mais elle est aussi injuste. "Cela empêche le droit des couples, s'ils s'aiment vraiment, d'être officiellement mariés".

www.lepetitjournal.com/.../


IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

rudy

  • Invité
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #62 le: juin 03, 2010, 11:13:02 pm »

tu sais l'ile Maurice a la même loi depuis longtemps ......mais bon on sort plus facilement de Maurice que de Birmanie....ceci dit les mariages mixtes que cette loi vise ne sont pas vraiment légion ....en plus c'est un réel problème combien de femmes d'Asie ou d'Afrique "achetées" puis abusées dans tous les sens du termes dans nos régions ....et quand on aime vraiment on passe au dessus de toutes les lois ...
IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #63 le: juin 04, 2010, 09:41:31 am »


Ma chère Line, je comprends ton exaspération, mais personne ne peut rien faire pour le Myanmar...

Ce pays et riche de ressources et matières premières. Son gouvernement est donc soutenu par une puissance mondiale, la Chine (ayant un droit de veto au conseil de sécurité de l'ONU), et une puissance régionale, la Thaïlande, qui ont toutes deux besoin de ces dernières !...

La solution, s'il y en une un jour, viendra de l'intérieur...
IP archivée

rudy

  • Invité
Re : Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #64 le: juin 04, 2010, 05:46:04 pm »


La solution, s'il y en une un jour, viendra de l'intérieur...


c'est ce que l'on pense toujours ....le jour ou la junte n'aura plus "l'honneur" de plaire ....il se trouvera bien un chevalier blanc pour aller y mettre de l'ordre .....et si la Chine soutient que dire de total et du monde financier en général ......nos pays ne sont guère mieux que la Chine .. :'( :'(

Daw Aung San Suu Kyi , Prix Nobel de la Paix, aux citoyens des pays libres : «Que votre Liberté puisse servir la nôtre!»" ...que faisons nous réellement pour eux à part manifester de temps en temps devant l'ambassade.....je sais que parler est facile et quand je dis on je me comprends dans le nombre ...nous utilisons bien mal notre liberté ... :smile
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12728
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #65 le: juin 17, 2010, 09:38:10 pm »

17 juin 2010LePoint.fr.actualités



DES JOURNALISTES "CITOYENS" AU MYANMAR



Opérant dans la clandestinité, des « journalistes citoyens » défient la censure au Myanmar en fournissant au monde images et informations sur le mouvement de protestation. Une différence notable avec les événements de 1988.

Les journalistes étrangers n’ayant pas accès à ce pays, l’un des plus fermés au monde, la majeure partie des informations disponibles sur le bras de fer entre la junte et les Birmans mécontents, emmenés par des moines bouddhistes, proviennent de reporters en exil vivant en Inde ou en Thaïlande et s’appuyant sur des sources clandestines dans le pays.
 
Une variété de techniques – photos prises avec des téléphones portables, liaisons satellite – sont utilisées pour que des images des manifestations et de leur répression par les forces de sécurité puissent parvenir en l’espace de quelques heures aux chaînes de télévision.
 
C’est là une différence majeure avec le dernier grand soulèvement de la population birmane contre la junte, en 1988.  
Les « citoyens journalistes »

A l’époque, quelque 3.000 personnes avaient péri sous les balles tirées sur les manifestants par les forces de sécurité, mais il avait fallu des jours pour que le monde l’apprenne, sans forcément disposer d’images ou de vidéos des événements.

« C’est le jour et la nuit », remarque ainsi Dominic Faulder, un journaliste britannique qui travaillait à Bangkok au moment du soulèvement de 1988.

« Maintenant, chacun est un journaliste en puissance, équipé de toutes sortes d’outils susceptibles d’enregistrer des informations, tels que des téléphones et des moyens vidéo qui n’étaient pas disponibles en 1988. »

Exemple : quand les forces de l’ordre ont tiré, mercredi dernier, sur des manifestants rassemblés à Rangoun, des « citoyens journalistes », présents parmi eux, ont pu cette fois envoyer des textes, des photos et des vidéos à des chaînes internationales telles que la BBC et CNN.


Bravo, Messieurs...    :clap
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

rudy

  • Invité
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #66 le: juin 17, 2010, 09:39:21 pm »

 :clap :clap surtout quand on sait ce qu'ils risquent .....
IP archivée

Malco

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 5915
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #67 le: juin 17, 2010, 09:43:35 pm »

Grand coup de chapeau à ces gars  :clap :clap , car ils savent ce qu'ils risquent au cas ou.
IP archivée
@+ Malco

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #68 le: juin 18, 2010, 01:24:50 pm »


Juste une petite réflexion liée aux événement qui ont eu lieu en Thaïlande le mois dernier...

Lorsque je pense que certains forum (autre que le notre !), des individus ont osé comparer les situations en Birmanie et en Thaïlande, je pense sincèrement qu'il ferait bien de revoir leur copie ou plus simplement de se faire greffer un cerveau qui leur manque cruellement !...

D'un coté une Thaïlande ou ce sont déroulés des émeutes dramatiques certes, mais très localisées dans l'espace et dans le temps, et de l'autre une Birmanie en pleine guerre civile depuis plus de 50 ans, où les minorités ethniques subissent un véritable génocide, où les étudiants, les moines et les opposants sont sytématiquement emprisonnés ou tués, où la situation sanitaire est en dessous de tout (l'OMS a classé la Birmanie avant-dernière au classement mondial l'année dernière !), etc, etc...

 
Comparons donc ce qui est comparable !

...
IP archivée

Rugby15

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1211
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #69 le: juin 19, 2010, 01:45:23 pm »

Il me font marrer les Farangs qui braillent sur le gouvernement thailandais. En attendant, ils sont bien content de vivre avec leur petite retraite en euros, bien au chaud, avec une bonne bouffe, dans une baraque au loyer qui dépasse pas 100 euros, avec une jolie gonzesse qu'ils auraient même pas pu espérer rencontrer en rêve en France tellement ils sont moches, bauf et vieux !

T'as qu'à les envoyer vivre en Birmanie, ils vont voir la différence !
IP archivée
"En avant poussez, poussez, les Avants de Bayonne..."

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #70 le: juin 19, 2010, 03:17:40 pm »


C'est étonnant que tu dises cela Nono, je suis justement en ce moment en conflit sur un autre forum, avec un Français retraité vivant en Isan, et qui correspond tout à fait à la description que tu viens de faire...

 ;D
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12728
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #71 le: juin 20, 2010, 10:23:31 am »

19 juin 2010-cyberpresse


Aung San Suu Kyi : les photos inédites !!


Aujourd’hui, samedi 19 juin 2010, celle qui défend les droits de l’homme, la Birmane Aung San Suu Kyi a 65 ans.


La formation rock irlandaise U2 a immortalisé cette grande et courageuse dame en composant une chanson pour elle, Walk On, en 2000 sur son album All that you can’t leave behind (NDLT : ce titre étant lui-même extrait du texte de Walk On).

 
Depuis, à chacun de ses concerts, U2 joue ce titre pour rappeler au monde entier l’importance de défendre les opprimés et montrer son soutien à cette femme exceptionnelle.


Je ne me permettrais pas de lui souhaiter un bon anniversaire, étant donné qu’elle est toujours prisonnière, mais je salue sa force, son courage et sa détermination au service de son peuple, de la démocratie et des droits de l’homme.


Elle est toujours assignée à résidence surveillée à Rangoon, et pour marquer son anniversaire, le Guardian publie des photos inédites du Prix Nobel de la Paix 1991, extraites de la collection privée de son regretté époux, Michael Aris, montrant la leader du mouvement de la démocratie birmane en future jeune mariée, mère et épouse.


Les recettes de ces photos seront versées à la Mae Tao Clinic (maetaoclinic.org) du Dr Cynthia, une organisation humanitaire qui fournit des soins sanitaires gratuits aux réfugiés, ouvriers migrants et autres personnes qui traversent la frontière de la Birmanie pour se rendre en Thaïlande, et à Prospect Burma qui aide les étudiants birmans dans leurs études qu’ils soient en exil ou en Birmanie.    :clap
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

rudy

  • Invité
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #72 le: juin 20, 2010, 09:23:09 pm »

47 personnes ce samedi matin devant l'ambassade .....et pas un reportage au JT des deux journaux télé belges ...par contre 15' sur deux clowns qui s'engueulent en Afrique du sud ....pppffffff....à chacun ses priorités  je sais que je suis trop rêveur et utopiste ..ma fille me le dit assez souvent mais c'est plus à mon age que je vais changer ..je vais essayer de trouver ce bouquin .....très jolie photo mais พระเจ้า  que cette femme est belle et digne !!!
un exemple pour nous tous ....




Les partisans d'Aung San Suu Kyi fêtent son anniversaire

 
par Aung Hla Tun

RANGOUN (Reuters) - Les partisans de l'opposante birmane Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix 1991, ont fêté son 65e anniversaire samedi alors que les Etats-Unis ont à nouveau demandé sa libération.

Sur les 21 dernières années, Aung San Suu Kyi en a passé 15 en détention, la plupart du temps en résidence surveillée. Elle a été condamnée en août dernier à 18 mois supplémentaires d'assignation à résidence pour avoir laissé un ressortissant américain séjourner dans sa maison de Rangoun.

Environ 400 personnes, pour la plupart membres de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), le parti d'Aung San Suu Kyi, ont organisé une cérémonie au domicile d'un membre du parti à Rangoun.

Le petit-déjeuner a été offert à des moines bouddhistes au petit matin. Plus tard, des oiseaux en cage ont été libéré, tandis que des livres et du matériel de papeterie était offerts aux enfants de membres du parti en détention.

La veille, des arbres avaient été plantés dans un monastère bouddhiste, a déclaré à Reuters un membre du parti, Aung Thein.

Une demi-douzaine de camions de la police antiémeutes étaient stationnés non loin de là, mais il n'y a pas eu d'incidents.

Vendredi, le président américain Barack Obama a de nouveau demandé à la junte birmane de libérer l'opposante et a souhaité l'ouverture d'un dialogue de réconciliation en Birmanie, pays pauvre mais riche en gaz naturel.

"J'appelle à nouveau le gouvernement birman à relâcher immédiatement et sans condition aucune Aung San Suu Kyi et tous les prisonniers politiques, et à leur permettre de bâtir une Birmanie plus stable, plus prospère qui respecte les droits de tous ses citoyens", a déclaré le président américain dans un communiqué à l'occasion du 65e anniversaire d'Aung San Suu Kyi.

Le prix Nobel est la fille du héros de la lutte pour l'indépendance du pays, le "général" Aung San. Elle a été arrêtée pour la première fois en 1989, un an après être apparue comme la championne de la réforme politique durant un soulèvement étudiant pour la démocratie.

Son parti la LND a ensuite remporté les élections en 1990, pour se voir confisquer cette victoire par l'armée, au pouvoir depuis 1962 et qui se prépare à organiser des élections cette année.

Parallèlement, quelque 200 partisans d'Aung San Suu Kyi réunis en Thaïlande voisine - politiques, moines et étudiants en exil - ont organisé une cérémonie près de la frontière, là aussi pour fêter son anniversaire et ont appelé les voisins du Myanmar, l'autre nom de la Birmanie, à rejeter les élections dont la date reste à fixer.
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12728
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #73 le: juin 21, 2010, 03:13:58 am »


étonné, rudy, moi pas...

Pour la plupart des péquins qui nous entourent, rien à faire... mais vraiment rien à faire... de la Birmanie et du Tibet... du moment qu'ils préparent actuellement leurs prochaines petites vacances et qu'ils pourront noter une destination de plus sur leur  agenda afin de montrer à leurs collègues de bureau où ils ont un semblant de visite à l'étranger, c'est tout ce qui compte...    :(


Tiens, encore trois jolies photos de notre Chère et Grande Dame...  :D
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #74 le: juin 21, 2010, 08:57:09 am »


Ce qui me fait marrer, c'est que les pékins qui pleurent sur la sort de la Birmanie et d'Aung San Suu Kyi sont souvent les premiers à aller dépenser leurs dollars dans ce pays, permettant du coup à la junte de blanchir son argent sale et de durer...

Pathétique...  :o
IP archivée