Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Auteur Sujet: MYANMAR - BIRMANIE  (Lu 255617 fois)

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14438
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #725 le: juillet 09, 2019, 09:52:19 pm »

http://www.gavroche-thailande.com/actualites/communaute/110326-birmanie-rendez-vous-pour-le-14-juillet-au-novotel-de-rangoun?


BIRMANIE: Rendez-vous pour le 14 juillet au Novotel de Rangoun...

Notre appel à informations sur les festivités du 14 juillet dans les pays de la région produit ses fruits. Nous venons de recevoir ces nouvelles de l'Ambassade de France en Birmanie.

La réception officielle se tiendra le dimanche 14 juillet en début de soirée à l’hôtel Novotel de Rangoun. Six cents personnes sont attendues sur invitation.

Un 14 juillet festif et destiné à démontrer la présence des milieux d'affaires français en Birmanie: la manifestation au Novotel bénéficiera en effet du soutien de 19 entreprises françaises au premier rang desquelles AEPS, Bouygues Bâtiment International, EDF, Peugeot, Pernod Ricard et Total.

Nouveauté de l’édition 2019, le carton d’invitation a été dessiné par une jeune étudiante de l’université de Rangoun Mme Saw Yoon Sandy.

Elle a remporté le concours artistique lancé aux jeunes de moins de 30 ans par l’ambassade de France à Rangoun.

Son illustration de la devise de la République « Liberté, égalité, fraternité » a remporté 80 % des voix du public lors de la consultation organisée sur le compte Facebook de l’Institut français de Rangoun.

Autre nouveauté 2019 de la fête nationale, la Chambre de commerce et d’industrie France – Myanmar (FMCCI) organise une soirée festive et dansante “Bastille Day Party”.

Elle est ouverte à tous le 13 juillet de 18h30 à 23h30. Elle célébrera de manière très conviviale autour d’un buffet français préparé par « The Strand » l’amitié entre la France et la Birmanie.

Cette initiative qui émane de la programmation du Comité Made in France de la FMCCI, est soutenue par l’Ambassade de France, l’Institut Français de Birmanie, Le Petit Journal Birmanie et l’association Rangoun Accueil.

100 tickets ont été mis en vente en avant-première, les tickets additionnels sont disponibles au prix de 50$ par personne.

Pour plus d’informations, contacter Ma Su Eaindar : contact@ccifrance-myanmar.org

Suivez nous sur Twitter et Facebook et réagissez à nos articles en direct : @GavrocheMedia et facebook.com/GavrocheMagazine
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14438
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #726 le: juillet 18, 2019, 04:06:39 pm »

http://www.gavroche-thailande.com/actualites/ailleurs-en-asie/110351-birmanie-le-chef-de-l-armee-sanctionne-par-les-tats-unis


Le chef de l'armée sanctionné par les États-Unis...

L’état major de la « Tatmadaw », l'armée birmane, se retrouve à nouveau dans le collimateur de la communauté internationale au sujet de l'épuration ethnique visant les rohingyas. Les États-Unis viennent en effet de décréter mardi des sanctions à l'encontre du chef de l'armée et de trois autres généraux.

Min Aung Hlaing, commandant en chef, ainsi que Soe Win, Than Oo, Aung Aung et leur famille proche, sont désormais interdits d'entrée aux États-Unis. Leurs familles proches sont également visées.


Nous reprenons ici des informations publiées par l'agence Télégraphique suisse ATS.

« Le gouvernement américain est le premier à agir publiquement à l'encontre des plus hauts responsables de l'armée birmane », avance Mike Pompeo.

« Nous avons ciblé ces individus sur la base d'informations crédibles quant à l'implication de ces dirigeants dans de graves violations aux droits humains. »

Le secrétaire d’État se dit par ailleurs « préoccupé » par le fait que le gouvernement birman n'ait « pas agi afin de tenir pour responsables les auteurs » des violences qui ont poussé fin août 2017 quelque 740 000 musulmans rohingyas à fuir la Birmanie, majoritairement bouddhiste.

Persécutés par les forces armées birmanes et des milices bouddhistes, ils se sont réfugiés dans d'immenses campements de fortune au Bangladesh.

Mais plusieurs centaines de milliers d'entre eux vivent toujours dans l'Etat Rakhine en Birmanie, souvent dans des camps sordides.


Projet d'enquête à la CPI

Les enquêteurs des Nations unies ont qualifié de « génocide » les violences de l'armée birmane à l'encontre des rohingyas.

Mike Pompeo, qui parle lui de « nettoyage ethnique », dénonce dans son communiqué la libération en mai par le commandant Min Aung Hlaing, « après seulement quelques mois de prison », de soldats coupables d'un massacre de musulmans rohingyas.

Un traitement que le chef de la diplomatie américaine met en parallèle avec celui réservé à deux journalistes de l'agence de presse Reuters, emprisonnés pendant plus de 500 jours pour avoir enquêté sur ce massacre.

La procureure de la Cour pénale internationale (CPI) devrait demander bientôt l'ouverture d'une enquête sur la déportation présumée des Rohingyas par la Birmanie vers le Bangladesh, qui pourrait constituer un crime contre l'humanité.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14438
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #727 le: août 02, 2019, 10:13:59 pm »

http://www.gavroche-thailande.com/actualites/ailleurs-en-asie/110423-birmanie-l-heure-des-investisseurs-etrangers-a-sonne-a-la-bourse-de-yangon?


FINANCE : L'heure des investisseurs étrangers a sonné à la bourse de Yangon...

Les autorités birmanes envisagent de permettre aux particuliers et aux sociétés étrangères d’investir dans la Bourse de Yangon afin de donner un nouveau souffle à la seule bourse du pays. La Securities and Exchange Commission de ce pays d’Asie du Sud-est a publié un avis positif sur ce sujet le 26 juillet.

Une fois cette nouvelle législation promulguée, les investisseurs étrangers seront autorisés à détenir jusqu'à 35% du capital de sociétés cotées à la bourse de Yangon.

Aucune date de début concrète n’a été donnée, mais les observateurs du marché s’attendent à ce que ce commerce soit ouvert d’ici la fin de l’année 2019.

Il faudra probablement deux ou trois mois aux autorités pour élaborer des réglementations détaillées et aux courtiers pour adapter leurs systèmes, a déclaré une source proche du dossier.

Le groupe japonais Daiwa Securities vient d'ailleurs de créer un fonds de capital-risque en Birmanie.

Daiwa aidera les startups locales à faire leurs débuts à la bourse de Yangon par le biais d'une société de courtage crée avec une banque publique locale.

La Bourse de Yangon a ouvert ses portes en décembre 2015 grâce à des investissements communs de la Myanma Economic Bank, du Daiwa Research Institute et du Japan Exchange Group.

Cinq entreprises y sont répertoriées, et le volume quotidien des transactions n’a été que de 46 millions de kyats (30 000 dollars) en moyenne au cours de 2018.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14438
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #728 le: août 06, 2019, 07:56:27 pm »

http://www.gavroche-thailande.com/actualites/ailleurs-en-asie/110447-birmanie-rapport-onu-une-enquete-disseque-le-pouvoir-de-l-armee-birmane?


RAPPORT ONU: Une enquête dissèque le pouvoir de l'armée birmane...

La Mission internationale indépendante d’établissement des faits au Myanmar vient de rendre public son rapport de 111 pages sur les forces armées du Myanmar et le vaste réseau de sociétés qu’elle contrôle. Selon l'ONU, cette emprise économique des militaires birmans « renforcent considérablement leur capacité à commettre des violations flagrantes des droits de l'homme en toute impunité ». A lire en exclusivité ici.

Pour la première fois, un  rapport complet des Nations unies indique en détail dans quelle mesure l’armée du Myanmar a utilisé ses propres activités, entreprises étrangères et accords de vente d’armes pour soutenir des opérations brutales contre des groupes ethniques constituant des crimes graves au regard du droit international, en contournant la surveillance civile et en évitant de rendre des comptes.

Selon la mission des experts indépendants de l'ONU, auteure du rapport, le Conseil de sécurité des États-Unis et les États Membres doivent immédiatement imposer des sanctions ciblées aux entreprises dirigées par l'armée, connue sous le nom de «Tatmadaw».


Embargo sur les armes

La Mission demande également l'imposition d'un embargo sur les armes, citant au moins 14 entreprises étrangères de sept pays qui fournissent des avions de combat, des véhicules de combat blindés, des navires de guerre, des missiles et des lanceurs de missiles en Birmanie depuis 2016. Au cours de cette période, l'armée a systématiquement violé les droits de l'homme contre des civils dans les États de Kachin, Shan et Rakhine, procédant notamment à l'expulsion forcée de plus de 700 000 personnes vers le Bangladesh.

« La mise en œuvre des recommandations figurant dans le présent rapport érodera la base économique de l’armée, entravera son processus de réforme, entravera sa capacité à mener des opérations militaires sans surveillance et réduira ainsi les violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire comme une forme de responsabilité à court terme », a déclaré le président de la mission, Marzuki Darusman.


Entreprises opaques

Le rapport de la mission onusienne expose deux des entreprises les plus opaques du Myanmar, Myanmar Economic Holdings Limited (MEHL) et Myanmar Economic Corporation (MEC), toutes deux détenues et influencées par de hauts responsables militaires. Parmi eux se trouvent le général en chef Min Aung Hlaing - objet de sanctions décrétées par les États-Unis -  et le général en chef Soe Win, vice-commandant en chef. Tous deux sont passibles, pour les auteurs du rapport,  d'une enquête et de poursuites pour génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre.

MEHL et MEC possèdent au moins 120 entreprises dans les domaines de la construction, de la pharmacie, de la fabrication, de l’assurance, du tourisme et de la banque. Les deux sociétés, avec au moins 26 de leurs filiales, sont titulaires de licences d'exploitation de jade et de rubis dans les États de Kachin et Shan. Dans le nord du Myanmar, l'armée birmane a commis des violations du droit international des droits de l'homme et du droit humanitaire, notamment du travail forcé et des violences sexuelles, dans le cadre de leurs activités commerciales.

«Compte tenu de l'ampleur de la participation de Tatmadaw à l'extraction de jade et de rubis dans le nord du Myanmar, les entreprises et les consommateurs doivent faire preuve d'une vigilance accrue pour garantir », explique Radhika Coomaraswamy, experte de la mission.


Des milliers de civils rohingyas tués et violés

Le rapport d’enquête fait suite aux recommandations formulées par les experts de la Mission l’an dernier après avoir révélé la façon dont les forces armées de Birmanie avaient violé les droits de l’homme de groupes ethniques dans l’ensemble du pays. Le rapport de 2018 portait essentiellement sur les «opérations de déminage» contre les Rohingya dans l'État de Rakhine, qui ont débuté le 25 août 2017, lorsque les forces de sécurité ont tué des milliers de civils rohingyas, violé et abusé sexuellement des femmes et des filles, et incendié leurs villages.

Le rapport de 111 pages, publié lundi à Genève, contient cinq annexes qui répertorient les entreprises militaires et les entreprises étrangères et nationales qui contribuent à ou profitent de la Tatmadaw et de ses opérations.


Dix millions de dollars

Le rapport détaille comment 45 entreprises et organisations du Myanmar ont donné plus de 10 millions de dollars à l'armée dans les semaines qui ont suivi le début des opérations de déminage en 2017 dans l'État de Rakhine. Des «sociétés de copinage» ayant des liens étroits avec la Tatmadaw ont par la suite financé des projets de développement dans l’État de Rakhine, qui poursuivaient «l’objectif de l’armée de réorganiser la région de manière à effacer les preuves de l’appartenance des Rohingyas au Myanmar».

IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14438
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #729 le: août 14, 2019, 10:49:17 pm »


Pourquoi les investisseurs étrangers parient sur l'économie birmane...

Les chiffres sont mis en avant par le gouvernement birman pour vanter l'attractivité du pays, face à la concurrence des dragons d'Asie du sud-est. Selon les autorités, les investissements directs étrangers (IDE) approuvés par les pouvoirs publics birmans atteignent 2,3 milliards de dollars américains au premier semestre de 2019, soit une amélioration de 77% par rapport à la même période de l'année dernière (1,3 milliard de dollars). Une sorte de ruée vers l'or...

Selon les statistiques de la direction birmane de l'investissement et de l'administration des sociétés, Singapour est aujourd'hui (sans surprise) le premier investisseur dans le pays avec 1,3 milliard de dollars américains et 13 projets approuvés. La Chine se classe au deuxième rang avec 330 millions de dollars américains et plus de 60 projets approuvés.

Les investissements dans l’industrie manufacturière ont atteint cette année 800 millions de dollars. Un montant supplémentaire de 130 millions de dollars d’investissements a été approuvé dans les secteurs de l’hôtellerie et du tourisme ainsi que de l’élevage et de la pêche.

La Banque mondiale estime que la croissance du pays à moyen terme sera soutenue par un rebond progressif des investissements dans les infrastructures et une productivité accrue. Parmi eux, les secteurs de la distribution en gros et au détail, ainsi que les services bancaires et financiers, y compris en matière d’assurance.

Le ministre en chef de la région de Yangon, U Phyo Min Thein, a déclaré lors d'une réunion du comité d'investissement de la région de Yangon que l'industrie textile est désormais présente «en force» à Yangon.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14438
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #730 le: août 20, 2019, 08:37:17 pm »

http://www.gavroche-thailande.com/actualites/ailleurs-en-asie/110509-birmanie-economie-l-union-europeenne-sermonne-mais-continue-d-aider-le-pays?


L'Union européenne sermonne, mais continue d'aider le pays...

Il faut toujours regarder les chiffres et les actes pour se faire une idée juste des relations entre les États. Or que constate-t-on ? Très remontée contre la Birmanie et en particulier contre l'armée birmane en raison des atrocités commises contre la minorité Rohingya dans l'État Rakhine, l'Union européenne poursuit sa politique d'aide économique à ce pays d'Asie du sud-est prometteur. L'Union européenne va ainsi fournir une aide de huit millions d'euros sur quatre ans pour soutenir son intégration dans le commerce mondia.

L'information est donnée dans la dernière livraison des «brèves de l'ASEAN» su service économique régional français. L’Union européenne va fournir une aide de huit millions d'euros sur quatre ans à la Birmanie afin de renforcer l’intégration du pays dans le commerce mondial, notamment au sein de l’ASEAN.

Ce financement sera mis en œuvre à travers l’action du Centre du commerce international, agence de l’Organisation mondiale du commerce et des Nations unies, qui aident les PME birmanes à identifier des opportunités et débouchés sur les marchés de l’ASEAN et à l’international.

Ce financement permettra également de contribuer à l’élaboration de la politique commerciale de la Birmanie et à aider le pays à tenir ses engagements vis-à-vis de l’ASEAN et de l’OMC. Cette annonce intervient moins de deux semaines après la publication par l'ONU du très sévère rapport sur les connexions économiques de l'armée Birmane. Vous pouvez retrouver ce rapport ici.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14438
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #731 le: septembre 30, 2019, 10:12:49 pm »

http://www.gavroche-thailande.com/actualites/village-francophone/110705-birmanie-communaute-rangoun-accueil-au-service-des-nouveaux-arrivants-en-terre-birmane?


Rangoun Accueil au service des nouveaux arrivants en terre birmane !

Le 27 septembre, l'association Rangoun Accueil a tenu son pot de rentrée. Le bon moment pour présenter le programme des activités pour cette nouvelle année 2019-2020. L’association a pour but d’aider les francophones à bien vivre leur expatriation en Birmanie en leur donnant des informations pratiques, un guide est à leur disposition en version électronique, et en organisant des activités et des soirées à thèmes permettant de tisser des liens amicaux.

Rangoun Accueil a désormais de nouveaux et beaux atours ! L’association s’est renouvelée en mars 2019 avec un nouveau bureau associatif et des bénévoles dynamiques.

Cette année, Rangoun Accueil continuera d’organiser des conférences en partenariat avec l’Institut Français de Birmanie.

La première conférence aura pour thème « Les Moken, peuple nomades des mers ». Elle se déroulera le 3 octobre 19h30 à l’Institut français de Rangoun. Elle sera animée par Maxime Boutry, ethnologue.

Depuis 15 ans, il a étudié les interactions entre Moken et Birmans de l’archipel des Mergui. Il coordonne le projet Moken Alive Museum œuvrant à la reconnaissance de ces populations, à la valorisation de leurs savoirs et de leur patrimoine oral et culturel.

Rangoun Accueil proposera également de nouvelles sorties culturelles après le succès des visites de l’association Turquoise Mountain et de la verrerie d’art, l’an passé. La première visite se déroulera au marché biologique le samedi 19 octobre à partir de 08h00. Des visites d’entreprises, d’associations, d’artisans et l’exploration la ville de Rangoun sont en cours de programmation.

Nouveautés de la rentrée 2019, l’association gérera plus de clubs. Outre le club littéraire qui se réunit tous les lundis et le club tarot une soirée par mois, des bénévoles se proposent d’animer un club photo, un club pétanque et un club affaires en partenariat avec la Chambre de Commerce et d’Industrie France Myanmar.

Un atelier initiation à la gemmologie débutera le 12 octobre. L’association a reçu des propositions pour animer des ateliers notamment de conversation anglaise, de couture et de cartonnage.

L’association débute avec dynamisme cette année soutenue par des français installés depuis longtemps en Birmanie, par l’ambassade de France et l’Institut Français, la CCI France Myanmar et de nombreux bénévoles.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14438
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #732 le: octobre 22, 2019, 11:26:37 pm »


Le «crocodile» Lacoste débarque dans la capitale économique birmane... :wonder

Les entreprises de luxe s’installent les unes après les autres en Birmanie. Après L’Oréal en début d’année puis Sothys il y a quelques semaines, c’est au tour de la société Lacoste d’avoir dorénavant pignon sur rue dans la première ville du pays.

La marque au Crocodile, incarnant l’élégance à la française, a inauguré vendredi 18 octobre son premier espace de ventes rangounais. Plus de 150 personnes étaient présentes lors de l’opération de lancement dont les ambassadeurs de France et de la République socialiste du Vietnam.

a première boutique a été installée dans le quartier de Bahan, au nord du centre-ville, dans l’un des townships les plus modernes et des plus prospères de l’ex-capitale. Le magasin a trouvé sa place au cœur du centre commercial Myanmar Plaza, un Mall ouvert en décembre 2015, bâti et détenu par l’entreprise vietnamienne Hoang Anh Gia Lai (HAGL).


200 mètres carrés

Dans l’échoppe aux couleurs chatoyantes de plus de deux cents mètres carrés sont présentées les collections de prêt-à-porter pour femmes et hommes, de la maroquinerie (ceintures, portefeuilles, sacs) et des chaussures de sport. L’importateur – distributeur Tran Quoc Chung et ses partenaires qui distribuent déjà Lacoste au Vietnam et au Cambodge n’entendent pas en rester là. Plusieurs autres boutiques pourraient prochainement ouvrir à Rangoun mais aussi à Nay Pyi Taw et Mandalay.



http://www.gavroche-thailande.com/actualites/ailleurs-en-asie/110809-birmanie-france-le-crocodile-lacoste-debarque-dans-la-capitale-birmane?f
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 16743
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #733 le: novembre 28, 2019, 12:57:14 pm »


BIRMANIE - GUÉRILLAS: Un groupe armé Shan promet de prohiber les enfants soldats grâce à « l'appel de Genève »

Un groupe armé de l’État Shan, en Birmanie, vient de signes l’Acte d’engagement de Genève pour la protection des enfants contre les effets des conflits armés. Le Conseil de la restauration de l’État Shan / l’armée de l’État Shan (RCSS / SSA) s’est engagé à interdire l’utilisation d’enfants dans les hostilités et à veiller à ce que les enfants ne soient ni recrutés ni associés de force aux forces armées.

Nous reproduisons ici les informations publiées par «l'Appel de Genève»

Partie prenante de l'une des plus longues guerres civiles au monde dans l'État Shan en Birmanie, le RCSS / SSA travaille depuis plusieurs années avec l'Appel de Genève à planifier la mise en œuvre concrète de cet acte d'engagement. Le général Yawd Serk, président du RCSS / SSA et Alain Délétroz, directeur général de l'Appel de Genève ont signé l'acte le 26 novembre 2019 à la suite de l'accord final sur les points clés de la mise en œuvre.

En signant cet acte d’engagement, RCSS / SSA renforce non seulement sa politique de ne pas utiliser ou recruter des enfants de moins de 18 ans, mais il s’engage en outre à assurer la libération ou la dissociation en toute sécurité de tout enfant susceptible d’être retrouvé dans leurs rangs. En vertu de l'acte d'engagement, RCSS / SSA s'engage à protéger tous les enfants des effets des opérations militaires et à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour faciliter la fourniture de l'aide humanitaire et des soins nécessaires à tous les enfants de l'État Shan.

RCSS et Geneva Call travaillent depuis des années pour former leurs troupes au respect des normes de protection de l’enfance, une initiative qu’il poursuivra après la signature.


Une étape décisive

Dans son discours prononcé à cette occasion, le président de la RCSS / SSA, le général Yawd Serk, a déclaré: «Cet événement marque une étape décisive dans le respect par RCSS / SSA des normes humanitaires. Les enfants sont les plus importants - ils sont la nouvelle génération. En signant cet acte d'engagement et en prenant des mesures concrètes avec l'Appel de Genève pour assurer sa mise en œuvre intégrale, RCSS / SSA s'engage à œuvrer pour une plus grande protection de tous les enfants de l'État de Shan. Demain, je donnerai un ordre à tous les commandants du RCSS / SSA de leur rappeler de ne pas recruter d'enfants et de passer en revue leurs forces actuelles ».


Meilleure protection des enfants

Alain Délétroz, directeur général de l'Appel de Genève, a salué cet engagement de RCSS / SSA, déclarant: «Il s'agit d'une étape cruciale vers une meilleure protection de tous les enfants touchés par le conflit dans l'État de Shan et à travers le Myanmar. Il marque une nouvelle phase dans l'engagement humanitaire en cours de RCSS / SSA et de l'Appel de Genève et lance un processus de suivi commun pour aider le RCSS / SSA à adhérer à sa politique interdisant l'utilisation et le recrutement d'enfants. L'Appel de Genève s'engage à soutenir les efforts humanitaires du RCSS / SSA visant à améliorer la situation de tous les enfants touchés par le conflit - y compris les plus vulnérables, ceux séparés de leur famille et ceux qui ont été déplacés. «En renforçant la protection des enfants Dans l'État de Shan, cette signature peut inspirer d'autres acteurs armés opérant en Birmanie à prendre de nouveaux engagements en matière de protection de l'enfant et à mieux respecter ceux qui ont été pris. La signature peut contribuer à un changement positif, en aidant à inverser le cours du recrutement d’enfants, le massacre et la mutilation d’enfants et la violence sexuelle contre les enfants dans les zones touchées par le conflit en Birmanie».


Neutralité et impartialité

L'Appel de Genève respecte dans son travail les principes de neutralité et d'impartialité et se limite strictement à renforcer le respect des normes humanitaires par les acteurs armés non étatiques afin d'assurer un plus grand respect des populations civiles. L'acte d'engagement est un engagement humanitaire formel signé par les acteurs non étatiques armés (ANSA) afin de garantir le respect des normes humanitaires. La signature de cet engagement ne donne aucune reconnaissance politique ou juridique à ces acteurs.

Signataire de l'accord de cessez-le-feu national de 2015, RCSS / SSA est engagé dans le processus de paix en cours en Birmanie et est militairement actif dans l'État Shan, à la frontière de la Chine, du Laos et de la Thaïlande, à l'est du Myanmar. Ces dernières années, le RCSS / SSA a été impliqué dans des affrontements avec la Tatmadaw (l'armée birmane) et avec d'autres acteurs armés non étatiques opérant dans l'État de Shan. Les affrontements ont provoqué le déplacement de communautés et ont grandement affecté les civils, en particulier les femmes et les enfants.



http://www.gavroche-thailande.com/actualites/ailleurs-en-asie/111008-birmanie-gu-rillas-un-groupe-arme-shan-promet-de-prohiber-les-enfants-soldats-grace-a-l-appel-de-geneve?fbclid=IwAR2ebjgTa5TBc-LeOVBf1IHdCc2Yquo45d-E_MkDLQNV3SMiKvDwEvNTeuw
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 16743
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #734 le: novembre 28, 2019, 01:00:53 pm »


300 Birmans et Môn fuient les combats et franchissent la frontière thaïlandaise

Environ 300 personnes de souche Môn ont fui du Myanmar vers la Thaïlande pour fuir les combats près de leur village, entre les troupes birmanes et les rebelles Môn, selon une source frontalière.

Les forces conjointes de l’armée du Myanmar et de la Karen Border Force ont attaqué mercredi l’armée rebelle près du col des Trois Pagodes, à la frontière thaïlandaise. L'incident s'est produit dans la matinée lorsque la Tatmadaw (armée) a tenté de s'approcher de la frontière dans une zone contrôlée par l'armée de libération nationale MON (MNLA). Les troupes birmanes n'ont apparemment pas informé le MNLA.

Certains des réfugiés du village de Ban Bo Yeepun au Myanmar, situé à environ deux kilomètres de la frontière thaïlandaise, vivent maintenant avec des proches dans le district de Sangkhla Buri, Kanchanaburi, Thaïlande. D'autres sont hébergés à Ban Rassadorn Thai, le long de la route frontalière, selon la source.

Les combats ont éclaté après qu'une quinzaine de soldats birmans ont tenté d'entrer dans le village et que les troupes Môn ont résisté. Un villageois de Môn aurait été blessé dans les combats et aurait été emmené à l'hôpital.

L'armée (thaïlandaise) a reçu l'ordre de rester en alerte à la frontière entre la Thaïlande et le Myanmar.



https://thethaiger.com/news/national/300-flee-over-border-to-thailand-from-fighting-in-myanmar
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 16743
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #735 le: décembre 03, 2019, 08:29:22 am »


BIRMANIE - JUSTICE: Aung San Suu Kyi défendra son pays le 11 décembre à La Haye

C'est Aung San Suu Kyi en personne, prix Nobel de la paix 1991, qui viendra défendre son pays devant la Cour Pénale Internationale à La Haye, où les juges ont donné leur feu vert à une enquête approfondie sur les actes de violence et la déportation alléguée de la minorité musulmane Rohingya, qui pourrait constituer un crime contre l’humanité. Rendez vous le 11 décembre.

Les audiences à La Haye, sur l'enquête approfondie ouverte par la Cour Pénale Internationale sur les déportations massives contre la minorité Rohingya débuteront le 10 décembre devant la Cour pénale internationale (CPI).

Le lendemain, c'est Aung San Suu Kyi en personne qui viendra défendre le point de vue de la Birmanie et de son gouvernement. Une prestation très attendue car la lauréate du prix Nobel de la Paix 1991 devra par là même défendre l'armée Birmane, la Tatmadaw, impliquée dans les crimes commis dans l’État de l'Arakan (Rakhine State).

Sa décision est à mettre en lien avec les élections générales sont prévues en 2020. Fille du général fondateur de l'armée et père de l'indépendance Aung San,  Aung San Suu Kyi négocie depuis plusieurs mois avec les militaires des amendements à la Constitution de 2008, qui l’empêche de devenir présidente du pays.



http://www.gavroche-thailande.com/actualites/ailleurs-en-asie/111039-birmanie-justice-aung-san-suu-kyi-defendra-son-pays-le-11-decembre-a-la-haye?fbclid=IwAR31G3_omcDpLw0TLeEsFr--7gfd82UCzuou4NVVjtvf05tF_MeaZFRcyC8
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 16743
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #736 le: décembre 09, 2019, 08:12:01 am »


BIRMANIE - JUSTICE INTERNATIONALE: Aung San Suu Kyi face aux accusations de génocide le 11 décembre

Semaine cruciale pour la Birmanie et pour Aung San Suu Kyi qui se rendre en personne devant la Cour pénale internationale à La Haye (pays Bas) le 11 décembre pour défendre son pays, accusé « d'actes de génocide » envers la minorité musulmane des Rohingyas en 2017.

La décision de la dirigeante birmane de faire ce déplacement, et d'affronter la communauté internationale, est un calcul politique majeur alors que se profilent les prochaines élections générales et qu'elle entend à la fois apparaitre comme la garante de l'unité du pays, et dissiper la méfiance de l'armée à son encontre.

Ce bras de fer politique et judiciaire sera suivi par les caméras du monde entier. Le 11 décembre, la venue d'Aung San Suu Kyi devant les juges de la Cour Pénale Internationale est un rendez vous très attendu compte tenu de la stature de la lauréate du prix Nobel de la Paix 1991, trés critiquée ces dernières années pour son indifférence à la situation des Rohingyas, persécuté dans l'état de Rakhine (Arakan) et rejetés par l'armée vers le Bangladesh.

« Elle y va pour notre pays et parce que c’est une bonne dirigeante, et que nous sommes de bons disciples, nous allons aller là-bas avec elle », peut on lire sur de nombreuses pages Facebook birmanes qui rendent hommage à Aung San Suu Kyi. « Qu’importe ce qu’elle dise ou fasse, nous lui faisons confiance à 100% ! »

Les membres de cette minorité musulmane apatride, qui ont fui par centaines de milliers au Bangladesh la répression de l’armée birmane, sont considérés par la majorité de la population comme des immigrants illégaux. Depuis deux ans, le gouvernement birman nie régulièrement les accusations de génocide et nettoyage ethnique contre les Rohingyas, et accuse la communauté internationale de prendre parti pour la minorité.


Experts internationaux

Mais ce procès devant la plus haute instance judiciaire de l’ONU est pris très au sérieux par la Birmanie, partie à la Convention sur le génocide, qui a embauché pour l’aider dans sa défense d’importants experts internationaux. A quelques jours des premières audiences, les manifestations se sont multipliées dans plusieurs villes birmanes en faveur de la dirigeante, jusqu’ici très discrète sur la crise des Rohingyas. Dans un communiqué, le gouvernement a salué les rassemblements de soutien en faveur de la prix Nobel de la paix, et souligné que l’affaire « concernait la Nation et portait atteinte aux intérêts de l’ensemble de la population ». En arrière plan de cette intervention à La Haye figurent les prochaines élections législatives de 2020 et la volonté du gouvernement dirigé par Aung San Suu Kyi de négocier des amendements à la Constitution de 2008, qui confère d’importants pouvoirs à la Tatmadaw, l'armée birmane.



http://www.gavroche-thailande.com/actualites/ailleurs-en-asie/111061-birmanie-justice-internationale-aung-san-suu-kyi-face-aux-accusations-de-genocide-le-11-decembre?fbclid=IwAR22oay6DpU6CaNlX5ZSEAe-oGfiicn5NJsYmAkwbZp-UWz6uyg5qP1Dhf0
IP archivée