Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Auteur Sujet: MYANMAR - BIRMANIE  (Lu 246222 fois)

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14278
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #725 le: juillet 09, 2019, 09:52:19 pm »

http://www.gavroche-thailande.com/actualites/communaute/110326-birmanie-rendez-vous-pour-le-14-juillet-au-novotel-de-rangoun?


BIRMANIE: Rendez-vous pour le 14 juillet au Novotel de Rangoun...

Notre appel à informations sur les festivités du 14 juillet dans les pays de la région produit ses fruits. Nous venons de recevoir ces nouvelles de l'Ambassade de France en Birmanie.

La réception officielle se tiendra le dimanche 14 juillet en début de soirée à l’hôtel Novotel de Rangoun. Six cents personnes sont attendues sur invitation.

Un 14 juillet festif et destiné à démontrer la présence des milieux d'affaires français en Birmanie: la manifestation au Novotel bénéficiera en effet du soutien de 19 entreprises françaises au premier rang desquelles AEPS, Bouygues Bâtiment International, EDF, Peugeot, Pernod Ricard et Total.

Nouveauté de l’édition 2019, le carton d’invitation a été dessiné par une jeune étudiante de l’université de Rangoun Mme Saw Yoon Sandy.

Elle a remporté le concours artistique lancé aux jeunes de moins de 30 ans par l’ambassade de France à Rangoun.

Son illustration de la devise de la République « Liberté, égalité, fraternité » a remporté 80 % des voix du public lors de la consultation organisée sur le compte Facebook de l’Institut français de Rangoun.

Autre nouveauté 2019 de la fête nationale, la Chambre de commerce et d’industrie France – Myanmar (FMCCI) organise une soirée festive et dansante “Bastille Day Party”.

Elle est ouverte à tous le 13 juillet de 18h30 à 23h30. Elle célébrera de manière très conviviale autour d’un buffet français préparé par « The Strand » l’amitié entre la France et la Birmanie.

Cette initiative qui émane de la programmation du Comité Made in France de la FMCCI, est soutenue par l’Ambassade de France, l’Institut Français de Birmanie, Le Petit Journal Birmanie et l’association Rangoun Accueil.

100 tickets ont été mis en vente en avant-première, les tickets additionnels sont disponibles au prix de 50$ par personne.

Pour plus d’informations, contacter Ma Su Eaindar : contact@ccifrance-myanmar.org

Suivez nous sur Twitter et Facebook et réagissez à nos articles en direct : @GavrocheMedia et facebook.com/GavrocheMagazine
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14278
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #726 le: juillet 18, 2019, 04:06:39 pm »

http://www.gavroche-thailande.com/actualites/ailleurs-en-asie/110351-birmanie-le-chef-de-l-armee-sanctionne-par-les-tats-unis


Le chef de l'armée sanctionné par les États-Unis...

L’état major de la « Tatmadaw », l'armée birmane, se retrouve à nouveau dans le collimateur de la communauté internationale au sujet de l'épuration ethnique visant les rohingyas. Les États-Unis viennent en effet de décréter mardi des sanctions à l'encontre du chef de l'armée et de trois autres généraux.

Min Aung Hlaing, commandant en chef, ainsi que Soe Win, Than Oo, Aung Aung et leur famille proche, sont désormais interdits d'entrée aux États-Unis. Leurs familles proches sont également visées.


Nous reprenons ici des informations publiées par l'agence Télégraphique suisse ATS.

« Le gouvernement américain est le premier à agir publiquement à l'encontre des plus hauts responsables de l'armée birmane », avance Mike Pompeo.

« Nous avons ciblé ces individus sur la base d'informations crédibles quant à l'implication de ces dirigeants dans de graves violations aux droits humains. »

Le secrétaire d’État se dit par ailleurs « préoccupé » par le fait que le gouvernement birman n'ait « pas agi afin de tenir pour responsables les auteurs » des violences qui ont poussé fin août 2017 quelque 740 000 musulmans rohingyas à fuir la Birmanie, majoritairement bouddhiste.

Persécutés par les forces armées birmanes et des milices bouddhistes, ils se sont réfugiés dans d'immenses campements de fortune au Bangladesh.

Mais plusieurs centaines de milliers d'entre eux vivent toujours dans l'Etat Rakhine en Birmanie, souvent dans des camps sordides.


Projet d'enquête à la CPI

Les enquêteurs des Nations unies ont qualifié de « génocide » les violences de l'armée birmane à l'encontre des rohingyas.

Mike Pompeo, qui parle lui de « nettoyage ethnique », dénonce dans son communiqué la libération en mai par le commandant Min Aung Hlaing, « après seulement quelques mois de prison », de soldats coupables d'un massacre de musulmans rohingyas.

Un traitement que le chef de la diplomatie américaine met en parallèle avec celui réservé à deux journalistes de l'agence de presse Reuters, emprisonnés pendant plus de 500 jours pour avoir enquêté sur ce massacre.

La procureure de la Cour pénale internationale (CPI) devrait demander bientôt l'ouverture d'une enquête sur la déportation présumée des Rohingyas par la Birmanie vers le Bangladesh, qui pourrait constituer un crime contre l'humanité.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14278
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #727 le: août 02, 2019, 10:13:59 pm »

http://www.gavroche-thailande.com/actualites/ailleurs-en-asie/110423-birmanie-l-heure-des-investisseurs-etrangers-a-sonne-a-la-bourse-de-yangon?


FINANCE : L'heure des investisseurs étrangers a sonné à la bourse de Yangon...


Les autorités birmanes envisagent de permettre aux particuliers et aux sociétés étrangères d’investir dans la Bourse de Yangon afin de donner un nouveau souffle à la seule bourse du pays. La Securities and Exchange Commission de ce pays d’Asie du Sud-est a publié un avis positif sur ce sujet le 26 juillet.

Une fois cette nouvelle législation promulguée, les investisseurs étrangers seront autorisés à détenir jusqu'à 35% du capital de sociétés cotées à la bourse de Yangon.

Aucune date de début concrète n’a été donnée, mais les observateurs du marché s’attendent à ce que ce commerce soit ouvert d’ici la fin de l’année 2019.

Il faudra probablement deux ou trois mois aux autorités pour élaborer des réglementations détaillées et aux courtiers pour adapter leurs systèmes, a déclaré une source proche du dossier.

Le groupe japonais Daiwa Securities vient d'ailleurs de créer un fonds de capital-risque en Birmanie.

Daiwa aidera les startups locales à faire leurs débuts à la bourse de Yangon par le biais d'une société de courtage crée avec une banque publique locale.

La Bourse de Yangon a ouvert ses portes en décembre 2015 grâce à des investissements communs de la Myanma Economic Bank, du Daiwa Research Institute et du Japan Exchange Group.

Cinq entreprises y sont répertoriées, et le volume quotidien des transactions n’a été que de 46 millions de kyats (30 000 dollars) en moyenne au cours de 2018.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14278
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #728 le: août 06, 2019, 07:56:27 pm »

http://www.gavroche-thailande.com/actualites/ailleurs-en-asie/110447-birmanie-rapport-onu-une-enquete-disseque-le-pouvoir-de-l-armee-birmane?


RAPPORT ONU: Une enquête dissèque le pouvoir de l'armée birmane...

La Mission internationale indépendante d’établissement des faits au Myanmar vient de rendre public son rapport de 111 pages sur les forces armées du Myanmar et le vaste réseau de sociétés qu’elle contrôle. Selon l'ONU, cette emprise économique des militaires birmans « renforcent considérablement leur capacité à commettre des violations flagrantes des droits de l'homme en toute impunité ». A lire en exclusivité ici.

Pour la première fois, un  rapport complet des Nations unies indique en détail dans quelle mesure l’armée du Myanmar a utilisé ses propres activités, entreprises étrangères et accords de vente d’armes pour soutenir des opérations brutales contre des groupes ethniques constituant des crimes graves au regard du droit international, en contournant la surveillance civile et en évitant de rendre des comptes.

Selon la mission des experts indépendants de l'ONU, auteure du rapport, le Conseil de sécurité des États-Unis et les États Membres doivent immédiatement imposer des sanctions ciblées aux entreprises dirigées par l'armée, connue sous le nom de «Tatmadaw».


Embargo sur les armes

La Mission demande également l'imposition d'un embargo sur les armes, citant au moins 14 entreprises étrangères de sept pays qui fournissent des avions de combat, des véhicules de combat blindés, des navires de guerre, des missiles et des lanceurs de missiles en Birmanie depuis 2016. Au cours de cette période, l'armée a systématiquement violé les droits de l'homme contre des civils dans les États de Kachin, Shan et Rakhine, procédant notamment à l'expulsion forcée de plus de 700 000 personnes vers le Bangladesh.

« La mise en œuvre des recommandations figurant dans le présent rapport érodera la base économique de l’armée, entravera son processus de réforme, entravera sa capacité à mener des opérations militaires sans surveillance et réduira ainsi les violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire comme une forme de responsabilité à court terme », a déclaré le président de la mission, Marzuki Darusman.


Entreprises opaques

Le rapport de la mission onusienne expose deux des entreprises les plus opaques du Myanmar, Myanmar Economic Holdings Limited (MEHL) et Myanmar Economic Corporation (MEC), toutes deux détenues et influencées par de hauts responsables militaires. Parmi eux se trouvent le général en chef Min Aung Hlaing - objet de sanctions décrétées par les États-Unis -  et le général en chef Soe Win, vice-commandant en chef. Tous deux sont passibles, pour les auteurs du rapport,  d'une enquête et de poursuites pour génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre.

MEHL et MEC possèdent au moins 120 entreprises dans les domaines de la construction, de la pharmacie, de la fabrication, de l’assurance, du tourisme et de la banque. Les deux sociétés, avec au moins 26 de leurs filiales, sont titulaires de licences d'exploitation de jade et de rubis dans les États de Kachin et Shan. Dans le nord du Myanmar, l'armée birmane a commis des violations du droit international des droits de l'homme et du droit humanitaire, notamment du travail forcé et des violences sexuelles, dans le cadre de leurs activités commerciales.

«Compte tenu de l'ampleur de la participation de Tatmadaw à l'extraction de jade et de rubis dans le nord du Myanmar, les entreprises et les consommateurs doivent faire preuve d'une vigilance accrue pour garantir », explique Radhika Coomaraswamy, experte de la mission.


Des milliers de civils rohingyas tués et violés[/b]

Le rapport d’enquête fait suite aux recommandations formulées par les experts de la Mission l’an dernier après avoir révélé la façon dont les forces armées de Birmanie avaient violé les droits de l’homme de groupes ethniques dans l’ensemble du pays. Le rapport de 2018 portait essentiellement sur les «opérations de déminage» contre les Rohingya dans l'État de Rakhine, qui ont débuté le 25 août 2017, lorsque les forces de sécurité ont tué des milliers de civils rohingyas, violé et abusé sexuellement des femmes et des filles, et incendié leurs villages.

Le rapport de 111 pages, publié lundi à Genève, contient cinq annexes qui répertorient les entreprises militaires et les entreprises étrangères et nationales qui contribuent à ou profitent de la Tatmadaw et de ses opérations.


Dix millions de dollars

Le rapport détaille comment 45 entreprises et organisations du Myanmar ont donné plus de 10 millions de dollars à l'armée dans les semaines qui ont suivi le début des opérations de déminage en 2017 dans l'État de Rakhine. Des «sociétés de copinage» ayant des liens étroits avec la Tatmadaw ont par la suite financé des projets de développement dans l’État de Rakhine, qui poursuivaient «l’objectif de l’armée de réorganiser la région de manière à effacer les preuves de l’appartenance des Rohingyas au Myanmar».

IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14278
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #729 le: août 14, 2019, 10:49:17 pm »

: @GavrocheMedia et facebook.com/GavrocheMagazine


Pourquoi les investisseurs étrangers parient sur l'économie birmane...

Les chiffres sont mis en avant par le gouvernement birman pour vanter l'attractivité du pays, face à la concurrence des dragons d'Asie du sud-est. Selon les autorités, les investissements directs étrangers (IDE) approuvés par les pouvoirs publics birmans atteignent 2,3 milliards de dollars américains au premier semestre de 2019, soit une amélioration de 77% par rapport à la même période de l'année dernière (1,3 milliard de dollars). Une sorte de ruée vers l'or...

Selon les statistiques de la direction birmane de l'investissement et de l'administration des sociétés, Singapour est aujourd'hui (sans surprise) le premier investisseur dans le pays avec 1,3 milliard de dollars américains et 13 projets approuvés. La Chine se classe au deuxième rang avec 330 millions de dollars américains et plus de 60 projets approuvés.

Les investissements dans l’industrie manufacturière ont atteint cette année 800 millions de dollars. Un montant supplémentaire de 130 millions de dollars d’investissements a été approuvé dans les secteurs de l’hôtellerie et du tourisme ainsi que de l’élevage et de la pêche.

La Banque mondiale estime que la croissance du pays à moyen terme sera soutenue par un rebond progressif des investissements dans les infrastructures et une productivité accrue. Parmi eux, les secteurs de la distribution en gros et au détail, ainsi que les services bancaires et financiers, y compris en matière d’assurance.

Le ministre en chef de la région de Yangon, U Phyo Min Thein, a déclaré lors d'une réunion du comité d'investissement de la région de Yangon que l'industrie textile est désormais présente «en force» à Yangon.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14278
Re : MYANMAR - BIRMANIE
« Réponse #730 le: Aujourd'hui à 08:37:17 pm »

http://www.gavroche-thailande.com/actualites/ailleurs-en-asie/110509-birmanie-economie-l-union-europeenne-sermonne-mais-continue-d-aider-le-pays?


L'Union européenne sermonne, mais continue d'aider le pays...


Il faut toujours regarder les chiffres et les actes pour se faire une idée juste des relations entre les États. Or que constate-t-on ? Très remontée contre la Birmanie et en particulier contre l'armée birmane en raison des atrocités commises contre la minorité Rohingya dans l'État Rakhine, l'Union européenne poursuit sa politique d'aide économique à ce pays d'Asie du sud-est prometteur. L'Union européenne va ainsi fournir une aide de huit millions d'euros sur quatre ans pour soutenir son intégration dans le commerce mondia.

L'information est donnée dans la dernière livraison des «brèves de l'ASEAN» su service économique régional français. L’Union européenne va fournir une aide de huit millions d'euros sur quatre ans à la Birmanie afin de renforcer l’intégration du pays dans le commerce mondial, notamment au sein de l’ASEAN.

Ce financement sera mis en œuvre à travers l’action du Centre du commerce international, agence de l’Organisation mondiale du commerce et des Nations unies, qui aident les PME birmanes à identifier des opportunités et débouchés sur les marchés de l’ASEAN et à l’international.

Ce financement permettra également de contribuer à l’élaboration de la politique commerciale de la Birmanie et à aider le pays à tenir ses engagements vis-à-vis de l’ASEAN et de l’OMC. Cette annonce intervient moins de deux semaines après la publication par l'ONU du très sévère rapport sur les connexions économiques de l'armée Birmane. Vous pouvez retrouver ce rapport ici.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".