Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Auteur Sujet: Hors sujet : la CHINE  (Lu 47235 fois)

Malco

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6055
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #50 le: janvier 20, 2015, 03:01:24 pm »


La croissance chinoise au plus bas depuis 24 ans .

A 7,4 %, la croissance chinoise a ralenti en 2014, et a atteint son rythme de progression annuelle le plus faible depuis 1990. La République populaire manque de peu l'objectif qu'avait fixé le gouvernement chinois, une progression de 7,5 % de son PIB, une première, là aussi, depuis seize ans. En comparaison, l'économie chinoise avait progressé de 7,7 % en 2013.

Au printemps 2014, les dirigeants chinois avaient pris soin de faire précéder pour la première fois leur objectif de la mention « zuoyou », c'est-à-dire « environ », déjà conscients du risque politique qui planait sur leur capacité à atteindre cette cible.

> Lire aussi : Le Fonds monétaire international reste pessimiste sur la croissance mondiale


MULTIPLICATION DES EFFORTS

La croissance s'est stabilisée à 7,3% de progression au dernier trimestre de 2014, rythme similaire à celui enregistré de juillet à septembre. « La Chine est à son rythme le plus lent depuis la crise des subprimes » commente Xu Gao, chef économiste chez Everbright Securities.

Pékin a, pour parvenir à maintenir ce niveau de croissance, déjà dû multiplier les efforts. La banque centrale avait baissé ses taux directeurs, le 21 novembre, après avoir annoncé davantage d'investissements dans le réseau ferroviaire et le développement de nouveaux quartiers, ainsi qu'un allégement de la fiscalité des petites entreprises.


« NOUVELLE NORME » DE L'ÉCONOMIE CHINOISE

Le gouvernement présente désormais ces chiffres comme la « nouvelle norme » de l'économie chinoise, consistant à faire moins vite mais mieux, un discours déployé par le secrétaire du parti communiste, Xi Jinping, et qui correspond à une exigence de l'opinion publique, fatiguée des bulles, des projets mal conçus, et demandeuse de stabilité.

Il n'est donc plus question d'un redressement majeur. « L'économie de la Chine est parvenue à un progrès constant et à une amélioration qualitative sous la nouvelle norme en 2014 »

Suite et source de cet article >> http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2015/01/20/la-croissance-chinoise-au-plus-bas-depuis-24-ans_4559325_3216.html#xtor=AL-32280515
IP archivée
@+ Malco

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13325
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #51 le: janvier 21, 2015, 02:08:48 pm »


intéressant et édifiant ton texte, Malco... 
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13652
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #52 le: février 13, 2015, 08:44:44 am »


Les ‪tulou‬ du Fujian

Les ‪Tulou‬ du Fujian sont des maisons traditionnelles rondes que l'on trouve dans le sud-ouest et le sud-est de la province du Fujian. Ces bâtiments communautaires uniques au monde sont connus pour l'originalité et la créativité de leur style, de leur décoration et de leurs techniques de construction.
IP archivée

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3223
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #53 le: février 13, 2015, 08:16:00 pm »


Les ‪tulou‬ du Fujian

Les ‪Tulou‬ du Fujian sont des maisons traditionnelles rondes que l'on trouve dans le sud-ouest et le sud-est de la province du Fujian. Ces bâtiments communautaires uniques au monde sont connus pour l'originalité et la créativité de leur style, de leur décoration et de leurs techniques de construction.


connaissais pas merci pour cette explication manu !   
IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13652
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #54 le: février 22, 2015, 08:52:13 am »


Le saviez-vous ?
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13325
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #55 le: mars 03, 2015, 02:19:23 pm »

Le saviez-vous ?

j'avais zappé ce post et ne le savais pas...   :D     et il me semble que parler et surtout lire le chinois me semble très compliqué...
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Bip Bip

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 846
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #56 le: mars 03, 2015, 10:38:03 pm »


pas facile et pourtant beaucoup de jeunes s'y mettent ils ont raison c'est l'avenir de parler chintoc  8)
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13325
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #57 le: mars 04, 2015, 11:55:16 pm »

http://www.20minutes.fr/planete/1551999-20150301-population-pandas-geants-chine-augmente


La population de pandas géants de Chine a augmenté...   :clap


La population de pandas géants vivant à l'état sauvage en Chine a augmenté de près de 17% en dix ans grâce à des mesures de conservation environnementales, a rapporté la presse chinoise, citant une étude officielle.

D'après cette étude réalisée par l'Autorité de gestion des forêts, 1.864 pandas géants vivaient en Chine à l'état sauvage en 2013, soit 268 ursidés supplémentaires, ce qui représente une augmentation de 16,9%, a expliqué samedi l'agence Chine nouvelle.

La précédente étude de l'Autorité de gestion des forêts datait de 2003 et celle-ci souligne que les efforts de conservation mis en oeuvre depuis expliquent l'augmentation du nombre d'individus. Parallèlement, leur habitat a également crû de 11,8% à 2,58 millions d'hectares.

La Chine comptait fin 2013 375 pandas géants en captivité, 166 mâles et 209 femelles.

«Diplomatie du panda»

Pékin mène une «diplomatie du panda» qui connaît un certain succès, les animaux devenant souvent des vedettes dans les zoos de leurs pays d'accueil.

Au mois de juin 2014, 42 pandas vivaient ainsi dans 12 pays, selon l'étude.

Les pandas vivent à l'état naturel essentiellement dans les montagnes du sud-ouest de la Chine. Gros mammifère possédant un patrimoine génétique proche de celui de l'ours, le panda se nourrit exclusivement de bambou. Il pèse une centaine de kilos en moyenne et mesure jusqu'à 1,80 m. Sa particularité est de posséder six doigts.

Le Fonds mondial pour la nature (WWF), dont il est l'animal emblématique, a salué cette augmentation. «La hausse de la population de pandas géants sauvages est une victoire pour la politique de protection de l'environnement qu'il faut sans conteste célébrer», a déclaré dans un communiqué Ginette Hemley, une responsable de l'association.

«Cette augmentation atteste de l'engagement du gouvernement chinois, pris depuis 30 ans, de protéger les pandas géants sauvages», a-t-elle ajouté.

Le taux de reproduction de ces animaux est très faible tandis que la perte de leur habitat représentait également une menace.


Tant mieux, au moins une bonne nouvelle car ils sont si peu dans le Monde ces animaux extraordinaires...  :D
 

IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13652
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #58 le: mars 18, 2015, 08:56:41 am »


Des paysans chinois fabriquent des reproductions géantes de Transformers !  :What?
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13652
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #59 le: mars 19, 2015, 08:12:23 am »


Façon Patrouille de France... Mais chinoise.  :What?

Les pilotes chinois de chasseurs J-10 étaient présente cette semaine au "Langkawi International Maritime and Aerospace Exhibition" en Malaisie.

C'était la première fois que des pilotes féminins participaient à des démonstrations aériennes à l'étranger.
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13652
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #60 le: mars 27, 2015, 10:01:52 am »


Xinjiang : vingt ans après, de nouvelles photos d'Ochotona iliensis

Des Ochotona iliensis, une espèce aussi précieuse que le panda, qui vivent uniquement dans les monts de Tianshan, ont été de nouveau aperçus au Xinjiang.

Le 23 mars, The National Geographic a publié sur son miniblog une série de photos d'Ochotona iliensis, adorables comme des oursons en peluche, prises par Li Weidong en juillet 2014 avec des caméras de surveillance infrarouges placées dans un petit village montagneux de Tianshan.

Li Weidong, vice-secrétaire en chef de l'Assosiation écologique du Xinjiang, qui se consacre à la protection des Ochotona iliensis depuis trois décennies, avait pris ses premières photos d'Ochotona iliensis il y a 24 ans.


http://french.china.org.cn/china/txt/2015-03/26/content_35163448.htm
IP archivée

Malco

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6055
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #61 le: mars 30, 2015, 11:03:01 am »


CHINE - La Chine veut recréer une "route de la Soie" entre l'Asie et l’Europe. Elle va construire des milliers de ponts, de routes, de chemins de fer et de ports à travers l'Asie centrale et le Moyen-Orient. 40 milliards de dollars d'investissements viennent d'être débloqués. Est-ce une arme économique ou diplomatique ? Un expansionnisme commercial ? Est-ce un nouveau plan Marshall ou un mirage?

 Comment booster l’économie tout en confortant une influence politique ? Comment aider l’Asie du Sud-Est et, du même coup, freiner l’influence américaine et indienne ? Comment faire du nouveau avec du vieux ? Pékin a trouvé la solution: la nouvelle route de la Soie.

 Le projet a été imaginé depuis plusieurs années. Le président chinois Xi Jinping l’a officiellement lancé en septembre 2013 lors d’une visite au Kazakhstan. Depuis, le comité central du Parti communiste en a fait l’une de ses priorités. Et début mars 2015, le Premier ministre chinois Li Keqiang a annoncé la création de la "Silk Road Company Ltd", le fonds d’investissement privé qui portera le projet. Il a aussi détaillé son ampleur, en donnant le chiffre : 40 milliards de dollars! Plus encore que la démesure des investissements et du rêve chinois, ce qui frappe, c’est le nom du projet. Un plan de communication efficace. Un logo. Une marque.

Une nouvelle route de la soie !

 "Pour la Chine, il s’agit d’un plan stratégique qui vise à réorienter sa géopolitique vers l’intérieur du continent, notamment vers l’Asie centrale et l’Europe, plutôt que vers l’Est et sa côte Pacifique. C’est aussi un projet pour contrecarrer les influences russe et américaine dans la région.

C’est en quelque sorte une nouvelle diplomatie chinoise, qu’on peut qualifier de réalisme institutionnel, et qui consiste à bâtir de nouvelles infrastructures à l’étranger pour influencer les politiques mondiales", explique Simon Shen, directeur du Global Studies Program, interrogé à l’université chinoise de Hong Kong.

Le nom officiel du projet est: "One belt, one road" (une ceinture, une route). Mais tout le monde a retenu le nom de code: "New Silk Road" ou la "Nouvelle route de la soie". Rien de moins.

 La route de la soie doit être imaginée au pluriel. Historiquement, il y en a eu plusieurs.
 Symbole mythique de l’Orient, il s’agissait des différents chemins empruntés par les commerçants pour faire transiter les marchandises de l’Asie vers l’Europe, et ce depuis l’Antiquité.

 La version orthodoxe la présente comme une décision d’un empereur chinois de la dynastie des Han, avant notre ère, qui envoya son émissaire en Europe, itinéraire réemprunté depuis par tous les marchands orientaux. Avec ses caravanes d’épices, de tapis perses, de pierres précieuses, de tissus - et d’abord de soie -, l’itinéraire a été emprunté par les Romains comme par les Ottomans, par les Arabes et les Indiens, parmi de nombreux peuples. Un vrai caravansérail !

Avec près de 6.500 kilomètres, la route part de l’est de la Chine (pays qu’elle traverse sur près de 4.000 kilomètres), avant de bifurquer vers des pays qui s’appellent aujourd’hui l’Inde, ou le Pakistan, l’Afghanistan, l’Iran, l’Irak, la Syrie, pour rejoindre la Méditerranée. Les tracées varient selon les empires.

 Il n’y a pas une seule route de la soie. Il y en a autant que d’époques. L’écrivain Pierre Loti, parmi d’autres, a décrit ses féeries, ses bazars et ses vertiges. Car la route croise les guerres, les frontières, et les limites physiques et pour commencer elle traverse l’Himalaya.

Pékin a choisi de redonner vie aujourd’hui à deux routes de la soie. La première sera terrestre.

Son tracé reste en débat, mais il devrait partir de la province chinoise du Xinjiang (qui connaît de nombreuses tensions ethniques), rejoindre le Kazakhstan, l’Asie centrale, le Nord de l’Iran, l’Irak, la Syrie, la Turquie et, à partir de là, atteindre l’Europe. Le tracé continuerait en Bulgarie, Roumanie, République Tchèque et en Allemagne, avant de rejoindre - on ne sait trop comment Venise. Tout un symbole.

 Cette nouvelle route de la soie sera constituée de milliers de ponts, de voies de chemin de fer, de gares et de pipelines pour relier l’Est à l’Ouest.

Plus ou moins avoué, l’un des objectifs de ce tracé est de réintégrer l’Afghanistan, le Pakistan, l’Irak, l’Asie centrale - et à terme l’Iran - dans l’économie marchande globale en y reconstruisant d’innombrables infrastructures, défectueuses depuis des années de tensions. En clair, réussir avec l’économie là où les Américains ont échoué avec le militaire.

 Officiellement, Washington approuve pourtant une initiative qui passerait par l’Afghanistan et le Pakistan, parce qu’elle réintroduirait le commerce et la paix, dans une zone menaçante pour la sécurité régionale.

 Mais, officieusement, les Américains ont bien compris que cette "nouvelle route de la soie" visait à contrecarrer leur propre traité multilatéral de libre échange économique, dit de partenariat transpacifique (Trans-Pacific Partnership ou TTP). Ils se disent donc prêts désormais, pour renforcer les liens économiques de l’Asie centrale et du Moyen-Orient, à élargir ce traité et même à faciliter l’entrée de l’Afghanistan et du Kazakhstan dans l’Organisation mondiale du commerce. Une façon de répondre à la route de la soie.
 
Un commerce accru et des frontières marchandes claires, c’est pour les Chinois comme pour les Américains un moyen de contrôler le transit des armes et de la drogue. En toile de fond, les vastes ressources énergétiques de l’Asie centrale, notamment le pétrole et le gaz, sont également visées.
 
La seconde route de la Soie, baptisée "21st Century Maritime Silk Road" empruntera quant à elle les mers.

 La Chine a rarement été une grande puissance maritime, mais elle tente sa chance. De l’Asie à l’Europe, le tracé partirait des grands ports de la mer de Chine (en particulier Guangzhou/Canton), suivrait la Thaïlande et le Viêt-Nam, la Malaisie, croiserait Singapour et longerait l’Indonésie, avant de rejoindre, via l’océan Indien, le Sri Lanka, puis la mer Rouge, le Golfe, et, enfin, le Canal de Suez et la Méditerranée. Un autre tracé pourrait faire un détour par l’Afrique, notamment le Kenya.
 
Les deux routes, celle des mers et celle des terres, se rejoindraient à Venise.

 La Chine prévoit d’investir massivement dans des ports à containers - l’alpha et l’oméga du commerce maritime mondial désormais. Et elle envisage de sécuriser cette route maritime pour lutter contre la piraterie au large de l’Afrique. "Le projet vise à sécuriser les approvisionnements de la Chine", commente un diplomate en poste à New Delhi.
 
Du coup, le projet chinois évolue. Au gré des crises internationales et des changements politiques, il se propose d’inclure -ou pas - le Sri Lanka et l’Afghanistan, le risque de traverser des pays musulmans en conflit faisant débat. Dans tous les cas, il s’agit de contourner l’Himalaya et - peut-être - l’Inde.

 La nouvelle route de la soie est un projet plus complexe qu’il n’y paraît. Plus moderne aussi.
 
C’est d’abord un projet expansionniste qui ne dit pas son nom. Par la route comme par la "ceinture" maritime, il contourne l’Inde, le grand rival honni. Ce qui n’a échappé à personne, à New Delhi, où l’obsession contre la vieille rengaine de "la Chine encerclant d’Inde" reste vive.

 "La Chine va devoir abandonner son état d’esprit expansionniste", a prévenu Narendra Modi, durant la campagne électorale l’an dernier. Si, devenu Premier ministre, le même Modi a modéré son discours, il vient néanmoins d’effectuer une visite historique dans l’océan Indien pour renforcer les liens avec l’île Maurice, les Seychelles et surtout le Sri Lanka (aucun chef de gouvernement indien n’avait visité ce pays depuis 28 ans).
 
L’Inde est bien décidée à ne pas abandonner l’océan Indien aux Chinois. Elle envisage de redonner vie à sa propre "Route des épices". "C’est le projet de Modi, mais pour l’instant il n’est que culturel et touristique", commente Faizal Khan, un journaliste à New Delhi.

 Les menaces ont bien été analysées; mais les opportunités aussi. D’où une position plus ambivalente de l’Inde sur cette nouvelle "route de la soie".
 
Jairam Ramesh, l’ancien ministre de l’Environnement indien, et une figure clé du parti du Congrès, me dit à New Delhi:
 "On regarde cette nouvelle route de la soie avec suspicion. Si c’est économique et pour sécuriser les transports maritimes, c’est bien. Mais si c’est un moyen pour imposer l’hégémonie chinoise, les Indiens ne seront pas dupes".

 Reste que l’Inde a besoin de l’expertise de la Chine pour bâtir des infrastructures. Elle dépend largement d’elle pour les produits et les biens, ainsi que pour le hardware. "Les Chinois ont un surplus de liquidités, il faut qu’ils l’investissent. En Inde, on a fait part de nos réserves. Mais je pense qu’on finira, à terme, par rejoindre la route de la soie", commente Prem Ja, un éditorialiste indien réputé.

 Au-delà de la relation avec l’Inde, il s’agit de créer une sorte de marché unique en Asie, en réduisant les barrières tarifaires, les droits de douane, en multipliant les facilités de travail pour la main d’œuvre chinoise à l’étranger. En gros: faciliter le passage des frontières par l’économie. Un accord commercial multilatéral (the Asian-Pacific Free Trade Area) devrait compléter la stratégie.

C’est, en quelque sorte, vue depuis Pékin, la mise en place d’une véritable OMC à visage asiatique.

 Pour la Chine, dont la production lourde d’infrastructures est saturée à domicile, c’est un moyen de déployer un savoir-faire à grande échelle dans toute l’Eurasie et d’utiliser de larges capacités d’investissements. Le Premier ministre chinois vient de préciser que le Silk Road Fund, privé, fonctionnerait selon les règles du marché et viserait la rentabilité.
 
C’est aussi un projet bancaire. La nouvelle route de la soie s’adossera à la nouvelle banque d’investissement asiatique que Pékin vient de lancer avec une vingtaine d’autres pays (Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures, ou AIIB). L’Inde a choisi de rejoindre cette banque, comme le Royaume-Uni.
 
A terme, les Chinois espèrent-ils ériger leur monnaie, le yuan, en monnaie de référence pour les pays de la route de la soie ? C’est possible. On sait que le renminbi est déjà fortement utilisé en Mongolie et au Kazakhstan, par exemple.

 Pour coller à l’époque, le projet de nouvelle route de la soie se veut aussi écologique. Les Chinois insistent sur la dimension verte de leurs routes de la soie et visent à participer activement aux futures conférences sur le climat avec des arguments de poids qu’ils présenteront à Paris en décembre au Cop 21, la conférence sur le climat.
 "La dimension verte du projet est mise en avant par la Chine mais personne n’est dupe. C’est juste de la communication", relativise un diplomate en poste à New Delhi.
 
De leur côté, les Américains sont prêts à financer plus de 1.000 réseaux électriques régionaux, pour 1,6 milliard de dollars d’investissements, et des centrales hydro-électriques modernes et écolos, dans le cadre de cette nouvele route de la soie.

 Enfin, la nouvelle route de la soie se veut un projet d’influence culturelle, de communication et d’Internet: une arme du soft power.

 "La nouvelle route de la soie vise à s’appuyer sur le hard power chinois pour nourrir l’influence du pays et son soft power. Mais, pour l’heure, rien n’a été annoncé du côté culturel, en plus de la construction de chemins de fer et de la vente de produits. A terme, il est possible que ce projet engendre de l’animosité localement, quand les investissements et les produits chinois débarqueront, hors de toute préoccupation locale et sans responsabilité sociale", commente Simon Shen (interviewé à Hong Kong).

 Les télécommunications apparaissent comme l’une des priorités du projet. L’équipementier Huawei, basé à Canton, est sur les rangs et envisage son expansion en Asie centrale et au Moyen-Orient à travers le prisme de la route de la soie. Comme ses concurrents des télécoms et du numérique en Chine, il espère bien monter dans le train et construire des infrastructures dans tous les pays longeant la route de la soie. La connectivité ne sera pas limitée au terrestre et au maritime : elle sera aussi dans les airs avec les ondes et le cloud.

 Sur le papier, la nouvelle route de la soie apparaît donc comme un projet habile doublé d’une politique de communication redoutablement efficace. Allier l’économie à l’influence, l’écologie et les télécommunications est du grand art. Le changement de stratégie chinoise, longtemps concentré sur la croissance interne, qui s’ouvrirait ainsi vers les investissements continentaux, est également pertinent. Pourtant, le projet apparaît tellement attrape-tout, réunissant la Russie et l’Afrique, qu’il en devient incohérent à force de trop vouloir embrasser.
 
Certains pointent le caractère nostalgique des dirigeants chinois qui rêvent de revenir à un âge d’avant la domination occidentale et la puissance américaine. Est-ce réaliste? C’est à voir. Les plus sceptiques ajoutent que l’expression même de "route de la soie" est une invention moderne. Et une invention occidentale!
 
Au final, l’art des Chinois aura déjà été de trouver un bon slogan pour une politique étrangère économique décousue. Et qui se construit peu à peu, sur les mers comme dans les terres, sans avoir nécessairement de cap, ni de cohérence, aux aléas des idées et des alliances diplomatiques.

Après l’annonce récente du Premier ministre, la Chine doit faire connaître son projet en détail, sous la forme d’un document communiste baptisé "Blueprint", avant la fin de l’année 2015. (source : slate/Frédéric Martel)
IP archivée
@+ Malco

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3223
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #62 le: mars 30, 2015, 05:17:43 pm »

 
 projet ambitieux !!!  c'est la Chine donc toujours +
IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13325
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #63 le: mars 31, 2015, 09:43:47 pm »

http://www.lepoint.fr/insolite/une-question-epineuse-la-chine-conteste-au-japon-la-paternite-des-cerisiers-en-fleurs-30-03-2015-1917013_48.php


Une question épineuse: la Chine conteste au Japon la paternité des cerisiers en fleurs   


La contemplation des cerisiers en fleurs est une véritable institution pour les Japonais, et pourtant des responsables chinois, cités dans la presse lundi, n'hésitent pas à affirmer que la paternité en revient à la Chine.

Chaque année cette question oppose les Sud-Coréens et les Japonais, les deux pays affirmant être le berceau des cerisiers, dont la floraison éphémère fait partie de l'iconographie traditionnelle de l'Asie du Nord-Est.

L'irruption de la Chine dans le débat ne calmera sûrement pas les esprits.

"En tant que Chinois, nous nous devons de faire connaître la vérité historique", a déclaré He Zongru, patron de la fédération chinoise des cultivateurs de cerises, cité par un quotidien de Canton.

"Nous ne voulons pas entrer dans une guerre des mots avec le Japon ou la Corée du Sud, mais seulement rétablir un fait: de nombreux documents historiques prouvent que la floraison des cerisiers trouve son origine en Chine", a-t-il ajouté.

Il a cité une étude japonaise selon laquelle le cerisier se serait répandu en Chine à partir de l'Himalaya, et ne serait arrivé au Japon qu'un millier d'années plus tard, sous la dynastie chinoise des Tang.

Au Japon les fêtes du "hanami" (littéralement "contempler les fleurs") sont célébrées chaque année quand éclosent les fleurs blanches ou roses des cerisiers plantés un peu partout.

Ces arbres, les fameux "sakura", ont pour caractéristique de fleurir très vite... et leurs jolis pétales de tomber tout aussi rapidement, en une semaine à peine.

Il a cité une étude japonaise selon laquelle le cerisier se serait répandu en Chine à partir de l'Himalaya, et ne serait arrivé au Japon qu'un millier d'années plus tard, sous la dynastie chinoise des Tang.

Au Japon les fêtes du "hanami" (littéralement "contempler les fleurs") sont célébrées chaque année quand éclosent les fleurs blanches ou roses des cerisiers plantés un peu partout.

Ces arbres, les fameux "sakura", ont pour caractéristique de fleurir très vite... et leurs jolis pétales de tomber tout aussi rapidement, en une semaine à peine...


Je ne crois vraiment pas qu'un jour, ils arriveront à se mettre d'accord...  :D

IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13652
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #64 le: avril 01, 2015, 07:56:20 am »


Fashion Week de Chine : un mannequin de 79 ans fait le buzz !

L'apparition de ce vieil homme de 79 ans tout en muscles sur le podium a suscité de vives réactions chez les spectateurs.
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13652
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #65 le: avril 07, 2015, 09:32:40 am »


Chine : Yu Zhengsheng rencontre la princesse Maha Chakri Sirindhorn de Thaïlande

Le plus haut conseiller politique chinois, Yu Zhengsheng, a rencontré vendredi à Beijing la princesse Maha Chakri Sirindhorn de Thaïlande.

M. Yu a souhaité la bienvenue à Mme Sirindhorn à l'occasion de sa visite en Chine à la veille du 40e anniversaire des relations diplomatiques bilatérales. Il a fait l'éloge des efforts de Mme Sirindhorn pour renforcer l'amitié sino-thaïlandaise et de sa contribution à l'approfondissement de la compréhension mutuelle entre les peuples.

Depuis l'établissement du nouveau gouvernement thaïlandais en août, le développement des relations entre les deux pays a maintenu un bon élan, a déclaré M. Yu, soulignant "les grands progrès dans la coopération ferroviaire".

M. Yu a annoncé que les deux pays avaient également mené une coopération efficace dans le commerce, les technologies, la culture et l'application de la loi.

Mme Sirindhorn a déclaré qu'elle échangerait ses points de vue avec la partie chinoise concernant le renforcement de la coopération bilatérale dans les domaines de l'éducation, de la culture et de la technologie.

La princesse de Thaïlande effectue une visite en Chine de vendredi à lundi à l'invitation du gouvernement chinois. Le vice-président Li Yuanchao l'a également rencontrée vendredi.


http://french.peopledaily.com.cn/Chine/n/2015/0406/c31354-8874105.html
IP archivée

Malco

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6055
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #66 le: avril 10, 2015, 09:52:24 pm »



La Chine envisage de construire un tunnel sous le mont Everest .

Chine envisage de prolonger la ligne de chemin de fer reliant la province de Qinghai au Tibet pour atteindre le Népal, nous apprend le China Daily dans un article publié jeudi 9 avril. Le projet à l'étude impliquerait la construction d’un tunnel sous la plus haute montagne au monde, l'Everest (8.848 m).

La ligne ferroviaire s’étend déjà à l'heure actuelle sur 1.200 miles (soit approximativement 1.931 kilomètres) et il faut pas moins de 25 heures pour la parcourir telle quelle, relate Business Insider.

Le Népal aurait demandé à la Chine d'étendre cette ligne jusqu’à leur frontière commune, d’après Wang Mengshu, expert ferroviaire interviewé par China Daily. Mais l’Empire du milieu a de plus grandes ambitions, souligne le quotidien:

«Pendant sa visite au Népal en décembre, le ministre des Affaires étrangères Wang Yi a demandé au pays de conduire une étude pour déterminer la faisabilité d’un allongement de la ligne ferroviaire jusqu’à Katmandou, la capitale du Népal, et même au-delà.»

Un tel allongement impliquerait des difficultés techniques, ajoute Wang Mengshu:

«Les dénivelés le long de la voie sont remarquables. Et la ligne devra probablement passer par Qomolangma [le nom du Mont Everest en tibétain, ndlr], de sorte que les ouvriers devront creuser de très longs tunnels.»

La Chine entretient des liens de plus en plus forts avec le Népal, «au grand dam de l’Inde», relève le quotidien anglophone indien The Hans India. En effet, «le Népal a longtemps été dans la sphère d’influence de l’Inde», souligne Business Insider, qui ajoute:

«Cette prouesse assurerait à la Chine une plus grande influence sur un des pays alliés de l’Inde et sur ses voisins et s’inscrirait directement dans le programme de Pékin d’ouvrir le plateau bouddhiste du Tibet au tourisme et à la culture moderne chinoise.»

La Chine est accoutumée aux projets de grande envergure, rappelle le Guardian. «L’année dernière, le Beijing Times rapportait que la Chine envisageait de construire une ligne à grande vitesse pour rejoindre les Etats-Unis», passant par le détroit de Béring. Une idée également évoquée par la Russie récemment .
Source : Slate fr
IP archivée
@+ Malco

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3223
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #67 le: avril 10, 2015, 11:03:11 pm »

manquent ps d'idée les Chinois et ont  de gros moyens !  :hang
IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13652
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #68 le: avril 11, 2015, 09:22:40 am »


Ces photos des étudiantes de l'Université de sylviculture de Nanjing sous les cerisiers en fleurs de leur campus font depuis peu le buzz sur internet.
IP archivée

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3223
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #69 le: avril 11, 2015, 02:21:18 pm »

normal qu'elles fassent le buzz sur le Net elles sont magnifiques !!!   :SHY
IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

Malco

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6055
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #70 le: avril 12, 2015, 01:54:22 am »

CHINE - Les autorités chinoises envisagent de mettre en place une liste noire des touristes impliqués dans des incidents à l'étranger, pour endiguer le mauvais comportement de ses citoyens hors des frontières.
Suite de cet article http://us.tomoplace.net/china-to-blacklist-bad-mannered-disorderly-tourists-from-travelling--214290179047424
IP archivée
@+ Malco

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13652
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #71 le: avril 15, 2015, 08:10:58 am »


Sex-toy en Chine.

Le marché du sex-toy se porte bien en Chine. La poupée "156", vendue environ 81.000 bahts, se vend comme des petites pains dans plusieurs boutiques de Pékin. A ce tarif, on a le droit a un modèle en élastomère de haute qualité, un matériau caoutchouteux plus doux que le silicone. La tête et les organes génitaux sont amovibles.
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13652
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #72 le: avril 20, 2015, 08:29:20 am »


Connaissez-vous les "maisons clous" en Chine ?

Une maison clou (钉子户 dīngzihù) est une maison que le propriétaire (parfois appelé clou tenace) refuse de céder ou de quitter en dépit de son inclusion dans un projet immobilier conditionné par la libération de la totalité des terrains alentour.

L'expression est un jeu de mot inventé par les promoteurs immobiliers chinois pour faire référence à un clou en partie enfoncé dans du bois et qui ne peut disparaître qu'à coups de marteau.
IP archivée

chipougwen

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 137
    • AsianBaroudeur
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #73 le: avril 20, 2015, 04:27:26 pm »

 :hang
C'est énorme cette résistance!!!

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13325
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #74 le: avril 20, 2015, 07:03:33 pm »


incroyable...   :D
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".