Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Auteur Sujet: Hors sujet : la CHINE  (Lu 54892 fois)

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15667
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #175 le: octobre 05, 2018, 12:33:22 pm »


La nouvelle route de la soie, une stratégie d’influence mondiale de la Chine

Le rôle de la nouvelle route de la soie ne se limite pas au commerce : elle vise à concrétiser une percée géopolitique chinoise à travers toute l’Asie.

Le 1er janvier 2107, le premier train de marchandises chinoises a entamé son voyage de 12 000 km vers Londres depuis la ville industrielle de Yiwu dans l’est de la Chine.

Ce train fait partie du projet « Une région, une route » (one belt, one road)) qui relie l’Est à l’Ouest et sert à renforcer l’influence mondiale de la Chine.

Londres est le dernier arrêt sur un long et complexe réseau de routes commerciales que la Chine a créées ces dernières années. L’Asie centrale est devenue la direction principale du développement des projets d’infrastructures chinoises.


Les nouvelles routes de la soie

La Chine a également l’intention de développer ses liens commerciaux et d’investir en Europe, avec un réseau ferroviaire sur 39 itinéraires et reliant 16 villes chinoises à 15 villes européennes. Il traverse l’Asie centrale pour aller vers l’Iran, la Turquie, la Russie, la Pologne, l’Espagne et d’autres pays d’Europe.

Après avoir acquis le titre de « l’usine du monde », la Chine est passée du rejet du capitalisme à son acclimatation.

Sa nouvelle route de la soie sert non seulement à l’exportation des produits chinois, mais elle est également utilisée pour importer en Chine la viande provenant d’Allemagne, le vin de France et le bois de Russie.

Citer

Toutefois, le rôle de la nouvelle route de la soie ne se limite pas au commerce. Elle fait partie de la stratégie chinoise qui vise la construction d’une société asiatique internationale et sert à concrétiser une percée géopolitique chinoise à travers toute l’Asie continentale.



Une Chine de plus en plus autoritaire

La Chine se montre de plus en plus autoritaire. Sa présence économique et militaire croissante dans la région de la mer de Chine méridionale montre qu’elle a l’intention de bâtir sa propre sphère d’influence, basée sur des liens économiques et militaires interconnectés.

Ainsi, le nouveau projet « Une région, une route » est effectué dans le cadre de l’Organisation de coopération de Shanghai, une importante organisation de sécurité régionale, et il vise le renforcement de relations entre la Chine et les pays proches de la région de l’océan Indien.

Entre-temps, la Chine vise également à signer un important accord de libre-échange avec l’Association des pays d’Asie du Sud-Est (ASEAN), ainsi que l’Australie, l’Inde, le Japon, la République de Corée et la Nouvelle-Zélande.


Citer

Ce projet sert de base pour la stratégie tournée vers l’Ouest et les investissements étrangers directs de la Chine. Il sert également à accroître la présence économique chinoise dans toute l’Asie.


En 2015, 44 % des projets d’ingénierie chinois à l’étranger ont été effectués dans les pays longeant la nouvelle route de la soie. En 2016, ce chiffre a atteint 52 %.

Avec 4 000 milliards de dollars, ce projet représente le soft power à grande échelle, et l’influence grandissante de la Chine inquiète de plus en plus l’Inde, son rival.


Intérêts étroitement liés

La Chine présente son projet « Une région, une route » comme faisant partie de sa « politique de voisinage » qui vise le développement d’un environnement régional favorable.

Les dirigeants chinois affirment qu’ils poursuivent des objectifs communs dans la région, sans aucun but idéologique.

À la place, ils mettent l’accent sur l’engagement pratique des États de la région : les projets d’investissement utilisent l’acier, le béton et autres produits et services chinois dans l’intérêt du développement des pays voisins et stimulent les entreprises locales.

La Chine voit ses propres intérêts et ceux de ses voisins comme de plus en plus étroitement liés.

Les pays de l’Asie centrale manifestent leur intérêt dans des investissements dans l’infrastructure, le développement des ressources naturelles, l’approfondissement des compétences et, naturellement, dans la création de réseaux commerciaux.

Les investissements dans l’économie locale contribuent non seulement au renforcement de la sécurité nationale, mais aussi à la stabilité de ces États. La Chine tient compte de cela et cherche des approches correspondant aux intérêts communs.


Citer

L’intégration par le biais de l’investissement, la construction, l’extraction des ressources naturelles et le commerce est la base de la création de nouvelles zones d’influence économique.


La Chine essaye de transformer l’Asie en une entité géante interconnectée et composée de 60 pays.

Même si des régions relativement plus petites existeront toujours, il y à aujourd’hui une possibilité réelle de créer une superrégion asiatique avant la fin du XXIe siècle. Elle pourrait largement dépasser l’Union européenne en termes d’étendue, de dimensions et de potentiel économique.

On s’attend déjà à ce que dans dix ans le volume du commerce dans le cadre du projet « Une région, une route » atteigne 2 200 milliards de dollars (le chiffre du commerce de l’UE est au niveau de 3 100 milliards de dollars).


Conséquences de grande envergure

Le succès de l’initiative chinoise pourrait avoir des conséquences de grande envergure pour les pays asiatiques concernés, ainsi que pour l’ensemble de la communauté internationale. Alors que la Chine se dirige vers l’ouest de l’Asie, elle pourra exploiter les vastes ressources naturelles de l’Asie intérieure, ainsi que profiter de grandes régions énergétiques autour de la mer Caspienne et du golfe Persique.

Le projet « Une région, une route » manifeste l’intention de la Chine de devenir le « cœur » du continent asiatique. Cette intention s’accorde avec ses autres priorités stratégiques en Asie – le partenariat avec l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) et le renforcement de l’Organisation de coopération de Shanghai où la Chine coopère avec la Russie. Ensemble, ces sphères forment les trois cercles d’influence chinoise en Asie.

Ils contribuent à l’accroissement de la puissance de la Chine et montrent envers elle une attitude crédible, quoique peut-être pas toujours accueillante dans la région s’étendant de l’océan Pacifique à l’océan Atlantique.

La version originale de cet article a été publiée en anglais.


https://www.thailande-fr.com/economie/64616-la-nouvelle-route-de-la-soie-une-strategie-dinfluence-mondiale-de-la-chine
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14186
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #176 le: octobre 19, 2018, 09:10:28 pm »

http://www.leparisien.fr/sciences/la-chine-veut-lancer-une-lune-artificielle-pour-realiser-des-economies-d-eclairage-19-10-2018-7923165.php?


La Chine veut lancer une Lune artificielle pour réaliser des économies d’éclairage...   :wonder

En renvoyant sur Terre la lumière du soleil, le satellite est censé pouvoir se substituer partiellement à des lampadaires.

La Chine veut lancer dans l'espace d'ici 2020 une «Lune artificielle», qui réfléchirait sur Terre la lumière du soleil durant la nuit et permettrait de réaliser des économies d'éclairage, a annoncé vendredi un média d'État.

Ce satellite équipé d'une pellicule réfléchissante serait chargé d'illuminer la grande ville de Chengdu et devrait être huit fois plus lumineux que l'astre lunaire, rapporte le journal China Daily.

Un premier exemplaire devrait d'abord être envoyé dans l'espace, suivi en cas de réussite de trois autres en 2022, a expliqué au quotidien Wu Chunfeng, le chef de la Tian Fu New Area Science Society, l'organisme responsable du projet.

«La première Lune sera principalement expérimentale, mais les trois envoyées en 2022 constitueront le véritable produit fini. Elles auront un grand potentiel en termes de services à la population et d'un point de vue commercial», selon Wu Chunfeng.


Des économies de 150 millions d’euros

En renvoyant sur Terre la lumière du soleil, le satellite, qui évoluerait à 500 km d'altitude, est censé pouvoir se substituer partiellement à des lampadaires.

Il pourrait ainsi faire économiser environ 1,2 milliard de yuans (150 millions d'euros) d'électricité par an à la ville de Chengdu s'il arrive à illuminer une superficie de 50 km2.

La source de lumière artificielle pourrait également être utilisée après des catastrophes naturelles, en déviant les rayons solaires vers des zones terrestres où l'alimentation électrique a été coupée, a souligné Wu Chunfeng.

Pékin mène depuis de nombreuses années un ambitieux programme spatial pour rattraper son retard sur les États-Unis et la Russie. Le pays prévoit notamment d'envoyer un petit robot nommé Chang'e-4 sur la face cachée de la Lune d'ici fin 2018.

La Chine n'est pas le premier pays à tenter de réfléchir les rayons du soleil sur la Terre. Dans les années 1990, des scientifiques russes avaient mis au point un projet similaire baptisé Znamya («Bannière»), arrêté après quelques essais.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15667
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #177 le: octobre 20, 2018, 07:53:29 am »


"Ils sont fous ces Chinois !"...  :huhu
IP archivée

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3437
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #178 le: octobre 21, 2018, 10:01:26 pm »

IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14186
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #179 le: octobre 22, 2018, 08:12:35 pm »

https://www.bfmtv.com/economie/la-chine-inaugure-le-pont-maritime-le-plus-long-du-monde-


La Chine inaugure le "pont maritime" le plus long du monde...


Une autoroute de 55 km, reliant par la mer Hong Kong, Macao et la Chine continentale, sera inaugurée le 24 octobre. Cet ouvrage d'art pharaonique, débuté en 2009, a exigé de construire, ponts suspendus, tunnels et îles artificielles. Son coût est estimé à 15 milliards d'euros.

La gigantesque autoroute maritime à 2x3 voies reliant Hong Kong, Macao et la Chine continentale, ouvrira à la circulation mercredi 24 octobre. Cette infrastructure pharaonique, longue de 55 km, est présentée par Pékin comme "le pont maritime le plus long du monde".

L'inauguration de cet ouvrage, qui traverse l'immense delta de la Rivière des Perles, aura lieu la veille, le 23 octobre, en présence du président chinois Xi Jinping. Pour les autorités, cette axe de transport va doper les échanges commerciaux en rapprochant de façon spectaculaire les deux rives du delta.

Relier Hong Kong à Macao en 45 mn par la mer

L'ouvrage d'art pharaonique comprend aussi un tunnel sous-marin et a nécessité la création d'îles artificielles ainsi que la mise en place d'infrastructures spécifiques comme les postes frontières et les échangeurs.

Une fois en service, ce gigantesque pont-autoroute raccourcira drastiquement le temps de voyage en véhicule de Hong Kong à Macao, situées de chaque côté du Delta. Ce trajet terrestre routier prend actuellement 4 heures par la côte. Il passera à 45 minutes en voiture par le pont maritime alors qu'il faut 70 minutes en ferry pour relier les deux anciennes colonies portugaise et britannique, avec les navettes maritimes les plus rapides.

L'inauguration ponctuera définitivement ce chantier pharaonique, commencé en 2009 et qui fut marqué par de nombreux retards, des dépassements de coûts, des poursuites pour corruption, mais aussi le décès d'ouvriers.

On ignore le coût total cet ouvrage gigantesque, au financement réparti entre Hong Kong, Macao et Pékin. La dernière estimation en janvier 2018 des coûts de construction du projet d’une longueur totale de 55 kilomètres est de 120 milliards de yuans (environ 15 milliards d'euros),

selon Su Yi, le directeur financier de l’Autorité Hong Kong-Zhuhai-Macao HZMB, cité par le site Macauhub.com. Mais, c'est le prix à payer pour les autorités de Pékin, qui tenaient beaucoup à cet ouvrage et et ce lien symbolique avec Hong Kong, marquant son intégration.

Pour les adversaires hongkongais du projet, il n'est qu'une tentative de plus de Pékin d'accroître son emprise sur l'ancienne colonie britannique, qui jouit d'un statut spécial et de libertés inconnues dans le reste de la Chine.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14186
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #180 le: janvier 10, 2019, 07:33:58 pm »

Français Ensemble dans le Club de Pattaya


Le Nouvel An Chinois 2019 : l'année du cochon... :D


Plus de 400 millions de Chinois voyageront pendant le prochain Nouvel An lunaire chinois, dont près de sept millions voyageront à l'étranger, selon un rapport publié mercredi par Ctrip, une agence de voyages en ligne basée à Shanghai.

Selon le rapport, des personnes originaires de plus de 100 villes chinoises ont réservé pour se rendre dans environ 500 destinations dans plus de 90 pays et régions.

La Thaïlande, le Japon, l'Indonésie et Singapour figurent parmi les destinations les plus populaires, tandis que les pays scandinaves, les Emirats arabes unis et l'Espagne ont connu la croissance la plus rapide en matière de visiteurs chinois.

En 2018, 140 millions de Chinois ont voyagé à l'étranger, marquant une croissance annuelle de 13,5% selon l'Académie du tourisme de Chine.

Selon un rapport publié par le ministère du Commerce lors de la première Exposition internationale d'importation de la Chine organisée en novembre 2018, la Chine est le pays qui a connu le plus de voyages à l'étranger pour la sixième année consécutive. (agence de presse Xinhua).
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15667
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #181 le: janvier 28, 2019, 08:58:23 am »


Démographie : importante pénurie de femmes en Chine et en Inde

Un rapport publié lundi 21 janvier par l’ONG Human Right Watch a révélé qu’il manquerait 80 millions de femmes en Chine et en Inde.


Plus de 120 garçons pour 100 filles dans certaines régions

Les deux pays les plus peuplés du monde sont confrontés à un considérable déficit de femmes. La chercheuse Heather Barr, dans un essai publié en marge du rapport annuel de l’ONG Human Rights Watch, a en effet sorti des chiffres ahurissants. D’après les recherches effectuées, "il y a environ 80 millions d’hommes de plus que le nombre jugé souhaitable" en Chine et en Inde. Les chiffres de l’OMS ont de leur côté révélé qu’il y aurait parfois plus de 120 garçons pour 100 filles dans certaines régions. Or, le ratio normal homme-femme à la naissance est de 105 garçons pour 100 filles.


Un problème démographique de taille

Si la naissance d’un garçon est considérée comme une bénédiction dans ces deux pays, celle d’une fille est perçue comme un désastre. Cette coutume entraîne un problème démographique de taille à savoir un déficit très sérieux de femmes dans les deux pays. En Inde, "de nombreuses familles ont eu recours à l’avortement sélectif en fonction du sexe pour choisir les garçons", souligne le rapport repris par Ouest France. Il en est de même en Chine avec la politique de l’enfant unique qui a duré des décennies. Les familles étaient alors contraintes de pratiquer des avortements sélectifs pour pouvoir garder uniquement les garçons.


Des femmes achetées puis violées

Cette pénurie de femmes a des répercussions dans les autres pays frontaliers de la Chine notamment principalement au Myanmar, au Vietnam et au Cambodge. Afin de s’assurer une descendance via un mariage forcé, certains hommes achètent des femmes et filles entre 3000 (2 600 euros) et 13 000 dollars (11 400 euros). Ces femmes sont souvent enfermées dans une pièce et violées plusieurs fois pour qu’elles tombent enceintes rapidement. Face à une situation alarmante, l’ONG lance un appel aux deux pays ainsi qu’à d’autres touchés par ce problème à tenter de trouver une solution. "Ces pays devraient faire davantage pour s’attaquer à la cause fondamentale du déséquilibre démographique, à savoir la discrimination fondée sur le sexe, qui se traduit souvent par l’espoir que le bébé à naître sera un garçon et non une fille", a conclu Heather Barr.



https://www.linfo.re/monde/asie/demographie-importante-penurie-de-femmes-en-chine-et-en-inde?fbclid=IwAR2nAGqNOzEXJfZqXaEI8Ifv3kM3hCO954lUFxFgeOfq7PdKr07zNNh6GIs
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14186
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #182 le: février 03, 2019, 07:58:10 pm »

(source :french.china.org.cn)


Près de 7 millions de Chinois attendus aux prochaines vacances de la Fête de Printemps...


Près de 7 millions de voyages à l’étranger devraient être effectués par des touristes chinois lors des prochaines vacances de la fête du Printemps, avec la Thaïlande et le Japon étant leurs destinations préférées, ont annoncé des agences de voyages chinoises.

Les touristes chinois de plus de 100 grandes villes ont réservé un voyage d'une semaine à partir de dimanche pour des destinations dans 96 pays et régions du monde, dont quelque 900 villes à l’étranger. La destination la plus éloignée est le pôle Sud, selon un rapport de l'agence de voyage en ligne Ctrip envoyé au Global Times vendredi.

La Thaïlande, le Japon, l'Indonésie, Singapour et le Vietnam sont les cinq principales destinations des touristes chinois, selon le rapport. Les Etats-Unis se classent au septième rang après la Malaisie.

Une autre agence de voyage en ligne, Lümama, a indiqué que le Japon figurait en tête de la liste des destinations préférées, tandis que la Thaïlande occupait la seconde place. Hokkaido, le Mont Fuji, Tokyo et Osaka sont les villes préférées des touristes chinois au Japon.

De nombreux touristes chinois qui envisagent de se rendre en Thaïlande pour les vacances ont déclaré au Global Times que les îles tropicales du pays étaient toujours idéales pour des vacances en famille.

n 2018, le nombre de voyageurs chinois en Thaïlande enregistrés via Ctrip a atteint le million de personnes, un record dans l'industrie du tourisme. Ctrip attribue la popularité des pays de l'Asie du Sud-Est à leurs politiques d'exemption de visa ou de visa à l'arrivée pour les touristes chinois.

Ces derniers ont été attirés par le Japon principalement pour ses restaurants et ses magasins, a ajouté l’agence.

Yao Bo, un responsable d’une société de design basée à Beijing, a déclaré vendredi au Global Times :

"Il y a beaucoup de choses amusantes à faire au Japon, telles que faire du shopping pour des tenues de mode de designers indépendants", mais ce qui l'intéresse le plus, c'est la nourriture japonaise.

M. Yao a même dressé une liste détaillée des plats qu’il veut goûter au Japon, dont des ramen (nouilles) locales et des sushi de Hyoutan. Le vol Beijing-Tokyo ne prend que trois heures environ, ce qui est une autre raison pour laquelle il a choisi le Japon pour ses vacances.

Les dépenses journalières des touristes chinois pour de tels voyages à l'étranger vont de 300 yuans (44,5 dollars) à plusieurs milliers de yuans pour couvrir des services tels qu'un guide touristique local et le transport sur place, selon Ctrip.

Les touristes chinois représentent le groupe dépensant le plus d’argent lors de voyages à l’étranger depuis six années consécutives, a rapporté l'agence de presse Xinhua le 9 janvier.

En 2018, les touristes chinois ont effectué 140 millions de voyages à l'étranger, représentant une augmentation de 13,5% en glissement annuel.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang, a déclaré lors d'une conférence de presse jeudi que "notre conseil aux citoyens chinois qui envisagent de voyager à l'étranger est de faire attention afin de se prémunir contre les risques, d'étudier attentivement les règles d'entrée et de sortie de la frontière de leurs destinations, de choisir leurs programmes avec prudence, d’organiser correctement leur itinéraire de voyage et de ne manquer aucun détail en ce qui concerne la sécurité".

Je souhaite également rappeler à nos compatriotes d'apprendre et de respecter les lois et réglementations locales, de respecter les coutumes et les pratiques locales, de voyager de manière écologique, ainsi que de voyager avec respect afin de projeter et de maintenir une bonne image des touristes chinois", a déclaré M. Geng.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14186
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #183 le: février 13, 2019, 03:06:58 pm »

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2019/02/12/20002-20190212ARTFIG00033-les-chinois-ont-depense-76milliards-de-dollars-en-voyages-pour-leur-nouvel-an.php?


Les Chinois ont dépensé 76 milliards de dollars en voyages pour leur Nouvel An...  ::) :o

Lors de cette semaine traditionnelle de congés, les autorités ont enregistré 415 millions de voyages, soit une hausse de 7,6 % par rapport à l'année dernière.

Les prévisionnistes chinois ont été renvoyés à leurs bouliers. Alors que dans une grande majorité ils attendaient une diminution des déplacements lors des vacances liées au Nouvel An chinois, cette prévision ne s'est pas avérée. Lors de cette semaine de repos traditionnelle, les autorités ont enregistré quelque 415 millions de voyages, soit une hausse de 7,6 % par rapport à l'année dernière.

Cette migration - considérée comme l'une des plus importantes au monde - a généré au total 76,2 milliards de dollars de dépenses (soit 67,3 milliards d'euros), en hausse de 8,2 % par rapport à 2018.

Alors qu'il était assez légitime d'envisager un recul des déplacements en raison de la baisse de régime de l'économie, il n'en a rien été: malgré les 6,6% de croissance seulement (rythme le plus lent depuis 28 ans), des résidents chinois ont franchi la frontière 12 millions de fois (+11%) dont 7,2 millions (+16%) pour «raisons personnelles».

À l'exception des États-Unis, les Chinois ont visiblement privilégié leur région du monde, l'Asie. Les pays voisins représentent 8 des 9 destinations préférées. La Thaïlande, le Japon, le Vietnam arrivent dans le tiercé de tête.

Cette croissance des voyages s'accompagne aussi d'une hausse des achats de produits les plus divers qui se sont élevés à 148,3 milliards de dollars entre le 4 et le 10 février dernier (+8,5%).

Souvent envoyés via Internet, les hongbao, fameuses enveloppes rouges contenant de l'argent censées apporter énergie, joie et chance, restent une tradition incontournable du Nouvel An en Chine...
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14186
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #184 le: mars 17, 2019, 09:49:47 pm »

https://www.francefootball.fr/news/La-chine-candidate-pour-accueillir-la-coupe-d-asie-2023


La Chine candidate pour accueillir la Coupe d'Asie 2023...

La Chine a officialisé sa candidature pour accueillir la Coupe d'Asie 2023. Elle avait organisé l'édition de 2004.

La Chine a officialisé sa candidature pour devenir le pays hôte de la Coupe d'Asie 2023. Une information relayée ce vendredi par le média d'État chinois. Il s'agit d'un nouveau signe de la volonté du pays d'accueillir, à terme, une Coupe du monde de football.

Fabio Cannavaro nommé sélectionneur de la Chine

L'opportunité d'organiser cette coupe continentale pour la deuxième fois, après l'édition 2004, permettrait « d'aider à populariser et développer le football » dans le pays, a affirmé la Fédération chinoise de football, dans des propos rapportés par l'agence Xinhua.

La Coupe d'Asie 2004 avait été un succès pour la Chine, ne s'inclinant qu'en finale face au Japon (1-3).

La chine veut organiser une Coupe du monde

La candidature chinoise, qui devrait s'opposer à celles de l'Indonésie, la Corée du Sud et la Thaïlande, intervient alors que le président Xi Jinping a affiché son désir de voir un Mondial organisé sur son sol.

Lors de la Coupe d'Asie organisée cette année dans les Émirats arabes unis et remportée par le Qatar, la Chine a atteint les quarts de finale.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15667
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #185 le: mars 25, 2019, 08:31:11 am »


La Chine achète les forêts françaises

La Fédération nationale du bois en appelle au président de la République : l’exportation croissante de grumes de chêne ruinerait la filière française de fabrication de parquets et meubles. Un cri d’alarme qui ne fait pas l’unanimité dans la profession forestière.

Le 6 février 2018, la Fédération nationale du bois (FNB) avait invité trois dirigeants d'entreprises de sciage de chêne à venir témoigner de leur désarroi : les scieries spécialisées dans cette essence noble fonctionnent à 60% de leur capacité par manque de matière première. "Faute de grumes, mes employés arrêtent de travailler le jeudi soir", a ainsi déploré Valérie Deschazeaux, dirigeante d'une société de 49 salariés spécialisée dans la fourniture de traverses de rails de chemin de fer.

La demande en bois de feuillus explose. Aux marchés traditionnels du parquet, du "bois de rail" et du meuble, s'ajoutent aujourd'hui la construction bois et le "bois énergie". En face, les scieries françaises ralentissent leur activité. Les volumes de chêne brut disponibles pour la filière nationale "ont été divisés par près de deux, passant de 2,45 millions de m3 en 2007 à seulement 1,25 million en 2017", révèle Philippe Siat, président de la FNB.

Le coupable de cette situation paradoxale ? La Chine. "Pour contrer l'avancée du désert dans ses régions du nord et stopper la surexploitation de ses forêts, la Chine a fortement réduit ses coupes de bois et cherche donc à s'approvisionner sur les marchés extérieurs", poursuit Philippe Siat. Or, au contraire de la plupart des pays qui protègent leur ressource en instaurant des quotas et des taxes à l'export, la France laisserait faire les traders mandatés par les Chinois. Alors qu'ils achetaient 50.000 tonnes de grumes en 2007, les industriels asiatiques ont raflé 500.000 tonnes l'an dernier.

Dans les ventes à gré qui se font à partir de prix proposés pour chaque lot par les acheteurs, les traders travaillant pour l'export n'auraient aucun mal à surenchérir. Les prix du chêne, évidemment, flambent, passant d'un indice 100 en 2007 à 160 dix ans plus tard.


La forêt française produit de moins en moins de chêne

LABEL. La situation est évidemment dommageable pour la filière. Les industriels mettent en avant les menaces sur 26.000 emplois dans des territoires ruraux où le travail est rare. Ils dénoncent également le fait que le chêne brut parti en Chine revient en France sous forme de parquets et meubles à bon marché. Alors que le bois stocke le CO2 et permet ainsi de lutter contre le réchauffement climatique, le voyage sur plus de 30.000 kilomètres des grumes génère 17 fois plus de gaz à effet de serre que si ces volumes étaient restés en France.

La profession s’adresse donc directement au Président de la République pour stopper l’hémorragie. Elle rappelle notamment qu’Emmanuel Macron avait déclaré en avril 2017 avant son élection que la situation de la filière bois est "l’un des plus grands scandales économiques que je connaisse".

Pour les scieurs, une solution s’impose : la labellisation. Il existe en effet un label européen qui impose que les arbres abattus soient transformés sur le continent. L’Office national des forêts (ONF) qui gère les forêts publiques y est ainsi assujetti. Pas les propriétaires privés qui représentent 70% de la surface forestière française. Lesquels sont évidemment tentés de vendre le plus cher possible des chênes qui ont mis 8 générations pour atteindre leur taille d’exploitation.


La surface forestière française double, la filière du bois stagne

La Chine est-elle pour autant entièrement responsable de la situation ? Une autre donnée en effet interpelle. La récolte de chêne a diminué de 400.000 m3 ces dix dernières années, contribuant à mettre en tension le marché. Regroupant les forestiers privés de France, l’association Fransylva préfère mettre l’accent sur ce déficit.

L’industrie française du bois française s’est en effet progressivement concentrée sur les résineux qui représentent aujourd’hui 72 % de la récolte. Depuis 15 ans, les abattages de feuillus ont baissé de 30%, la production de sciages de 60%... alors qu’en Europe, elle n’a baissé que de 10%. Pour Fransylva "c’est le manque d’investissement, la capacité à innover dans les outils pour augmenter la création de valeur ajoutée et surtout une vieille tradition qui fondait le modèle économique des scieries autant sur le négoce du bois que sur la production de sciage" qui serait responsable de la situation.

La filière française continue ainsi de se débattre dans ses contradictions. Alors que les surfaces forestières de l’Hexagone ont été multipliées par deux depuis le début du XXe siècle, la production de bois d’oeuvre, elle, n’a cessé de péricliter. Une situation que ne résoudra en rien la fermeture des frontières aux traders chinois.



https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/plantes-et-vegetaux/les-scieries-denoncent-les-exportations-de-bois-des-forets-francaises-vers-la-chine_120579?fbclid=IwAR1BQFkWefJL56wJ3txPOXr3YH7Tp9IWouGFn-HwpyjezJqVw1uzsrAt7XU
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14186
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #186 le: avril 03, 2019, 08:03:55 pm »

https://www.clubic.com/pro/entreprises/sony/actualite-853339-sony-mobile-860-perte-fermeture-usine-chinoise-smartphones.



Sony Mobile : 860 millions de perte et fermeture de son usine chinoise de smartphones...

Rien ne va plus pour Sony Mobile. Les smartphones du constructeur japonais ont beaucoup de mal à trouver leur place sur un marché dominé par les éternels Apple, Samsung et Huawei. Le flop est colossal pour la firme qui s'apprête à fermer son usine majeure dans ce domaine à cause des lourdes pertes enregistrées en 2018.

Malgré l'annonce récente de son Xperia 1 pour venir succéder à un XZ3 qui n'a pas réussi à convaincre, Sony aura vraisemblablement beaucoup de mal à relancer la machine et à tromper les observateurs quant à la santé de sa branche dédiée aux smartphones.

Des pertes importantes et un avenir menacé ?

L'année dernière, Sony Mobile a atteint 863 millions de dollars de perte pour seulement 6,5 millions de mobiles vendus à travers le monde sur ces 12 mois. Cela représente moins de 1 % de la part de marché mondial. Autant dire que les objectifs sont loin d'être atteints et que les indicateurs ne sont pas au beau fixe.

Pour limiter la casse, la multinationale a pris la décision de fusionner trois de ses divisions (TV, Photo et Mobile) en une seule et même entité : Sony Electronics Products & Solution. Malheureusement, il faudra justement que la marque trouve une autre solution pour redresser la barre et cela passera sans doute par des coupes dans les effectifs.

La production délocalisée et un retour aux bénéfices attendu

Ainsi, c'est sans le moindre étonnement que nous apprenons la fermeture de l'usine chinoise dédiée aux smartphones de Sony. La production sera transférée vers les usines présentes en Thaïlande. Les dirigeants de l'entreprise ont démenti catégoriquement les rumeurs qui évoquaient une vente prochaine de la division mobile. De nombreux analystes estiment pourtant que Sony n'a pas d'autre alternative puisque les pertes devraient se poursuivre dans les mois qui viennent.

Pourtant, la firme de Tokyo croit toujours en sa réussite sur le marché des smartphones et s'attend à un retour des bénéfices pour l'année fiscale qui débutera en avril 2020.

Enfin, un représentant de Sony a également tenu à préciser que la fermeture de l'usine chinoise n'est pas liée aux tensions économiques entre les États-Unis et la Chine. Quoi qu'il en soit, l'avenir est très incertain pour Sony Mobile.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14186
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #187 le: avril 28, 2019, 10:55:48 pm »

https://www.bfmtv.com/economie/recyclage-des-dechets-la-chine-ne-veut-plus-etre-la-poubelle-du-monde-


Recyclage des déchets: la Chine ne veut plus être la poubelle du monde, mais qui va prendre sa place? Mais qui va prendre sa place ?   :wonder


Pékin a banni début 2018 l'importation de plastiques et de plusieurs autres catégories de déchets qu'elle recyclait jusqu'alors. Depuis, des montagnes de déchets s'entassent dans les pays occidentaux qui cherchent d'autres destinations asiatiques pour les traiter.

Le recyclage mondial est en plein chaos depuis que la Chine a fermé ses portes. En 2018, elle a banni l'importation de déchets, notamment les plastiques.

Les pays développés cherchent donc de nouveaux endroits pour écouler leurs déchets plastiques. Ils ont commencé à être redirigés massivement vers plusieurs pays d'Asie du Sud-Est où des industriels chinois du recyclage ont transféré leurs activités.

"Ca a été comme un tremblement de terre", a confié Arnaud Brunet, directeur du Bureau international du recyclage (BIR) basé à Bruxelles. "La Chine était le premier marché des déchets recyclables". Et sa fermeture a "créé un choc sur toute la planète".

Des usines de retraitement qui poussent comme des champignons

En Asie du Sud-Est, la Malaisie a été la plus affectée. Le pays, qui compte une importante minorité chinoise, est devenu une destination de choix pour les industriels cherchant à déménager leur activité de Chine.

Résultat, les importations de plastique du pays ont triplé depuis 2016 pour atteindre 870.000 tonnes l'an dernier, selon des données officielles. Dans la petite ville de Jenjarom, près de Kuala Lumpur, les usines de retraitement de plastique ont poussé comme des champignons, et se sont mises à émettre des fumées toxiques.

Des montagnes de plastique parsèment le paysage. On y trouve toutes sortes de déchets, emballages alimentaires, bidons de lessives ou sacs en plastique venant de France, d'Allemagne, voire des Etats-Unis ou du Brésil.

Très rapidement, les habitants se sont plaints de l'odeur venant du recyclage des déchets plastiques mais aussi, pensent les défenseurs de l'environnement, de l'incinération des types de plastiques qui ne peuvent pas être recyclés.

"Les gens ont été pris à la gorge par des fumées toxiques. Il y en avait beaucoup qui toussaient sans cesse", explique à l'AFP Pua Lay Peng, un habitant de 47 ans.

Des permis d'importations gelés temporairement

Avec d'autres habitants il a enquêté et mi-2018 avait déjà trouvé une quarantaine d'usines, dont beaucoup sans permis. Après de nombreuses plaintes sans réponse, les autorités ont finalement agi. Des usines ont fermé et les permis d'importation de plastique ont été gelés temporairement.

En septembre, 33 usines avaient fermé à Jenjarom et la qualité de l'air s'est améliorée même si les amoncellements de plastique sont restés. Les défenseurs de l'environnement pensent que les opérations de recyclage ont été déplacées ailleurs.

Pour les pays occidentaux, qui se reposaient sur la Chine, chercher de nouvelles destinations capables de retraiter leur trop plein de déchets est aussi un casse-tête.

Alors que les industriels du recyclage estiment souvent que les coûts sont trop élevés pour retraiter les déchets dans leur pays d'origine, certains ont eu recours aux décharges ou aux incinérateurs faute de mieux.

"Au bout d'un an, nous en sentons toujours les effets mais nous n'avons pas encore avancé vers une solution", déplore Garth Lamb, président de l'association australienne de l'industrie du recyclage et du traitement des déchets.

Certains pourtant ont su s'adapter. La ville d'Adelaide, dans le sud de l'Australie, qui expédiait l'essentiel de ses déchets en Chine retraite désormais sur place 80% de ses détritus, la plupart des déchets restants étant envoyé en Inde.

"En aidant les acteurs locaux, nous avons été capable de retrouver des prix similaires à ceux d'avant l'interdiction chinoise", souligne Adam Faulkner, responsable de l'organisme qui gère les déchets du Nord d'Adelaide.

En Chine, les importations de plastique ont chuté de 600.000 tonnes par mois en 2016 à 30.000 tonnes par mois en 2018, selon les chiffres d'un nouveau rapport de Greenpeace et de l'ONG Alliance globale pour les alternatives à l'incinération (GAIA). Des zones entières dédiées au recyclage ont été abandonnées.

L'Indonésie et la Turquie sont les nouvelles cibles

Dans la ville de Xingtan au sud du pays, où le secteur était florissant, "les usines de recyclage sont parties, il y a des panneaux +A louer+ sur les bâtiments et on voit des annonces pour recruter des employés expérimentés au Vietnam", explique à l'AFP Chen Liwen, fondateur de l'ONG Zero Waste Alliance en Chine.

Si la Malaisie, la Thaïlande et le Vietnam, premiers pays ciblés par les industriels, ont pris des mesures pour limiter les importations de plastique, les flux ont été redirigés vers d'autres pays moins régulés comme l'Indonésie et la Turquie, selon le rapport de Greenpeace.

Mais alors que 9% seulement du plastique produit est recyclé, la seule solution à long terme est de fabriquer et de consommer moins de plastique, plaide l'organisation de défense de l'environnement.

"Les circuits de recyclage n'arrivent pas rattraper la production de plastique", souligne Kate Lin, chargée des campagnes de l'organisation.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3437
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #188 le: mai 02, 2019, 08:18:28 pm »


Chine: un second Canadien condamné à mort pour trafic de drogue !

Un tribunal chinois a condamné à mort mardi un second Canadien pour trafic de drogue, un traitement qualifié de « cruel et inhumain » par la ministre canadienne des Affaires étrangères, sur fond de crise diplomatique entre Ottawa et Pékin.

Ce ressortissant canadien, identifié en mandarin sous le nom de « Fan Wei », faisait partie d’une organisation internationale criminelle qui agissait dans la ville de Taishan (sud) entre juillet et novembre 2012, selon la justice chinoise.

Dix autres personnes faisaient partie de ce gang, dont un Américain et quatre Mexicains, a indiqué dans un communiqué le Tribunal populaire intermédiaire de Jiangmen, dans la province méridionale du Guangdong.

Au total, l’organisation aurait produit et vendu 63,4 kilos de méthamphétamine et 366 grammes de DMAA -- un composé organique notamment utilisé pour l’amélioration des performances sportives.

« Fan Wei » et un ressortissant chinois ont été condamnés à mort en raison de leur rôle clé dans le trafic, selon le tribunal.

« La quantité de drogue vendue et fabriquée était extrêmement importante et les crimes extrêmement graves », a estimé la justice.

Deux autres étrangers ont écopé d’une peine de mort avec sursis -- normalement commuée en prison à perpétuité après deux ans -- et les autres hommes ont été condamnés à de la détention.

Tous ont 10 jours pour faire appel du verdict.

La ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, s’est dite « très préoccupée » par cette sentence.

« Le Canada est fermement opposé à l’utilisation de la peine de mort, partout dans le monde », a-t-elle déclaré lors d’un point de presse. « Nous croyons que c’est un traitement cruel et inhumain, auquel aucun pays ne devrait avoir recours ».

« Nous sommes évidemment particulièrement préoccupés lorsqu’il est appliqué à des Canadiens », a ajouté Mme Freeland. 

Il s’agit du deuxième Canadien à être condamné pour trafic de drogue cette année en Chine.

En janvier, un tribunal avait condamné Robert Lloyd Schellenberg à la peine capitale à l’issue d’un nouveau procès exigé par la justice, après une condamnation à 15 ans de prison en première instance.

Déjà condamné dans le passé au Canada pour trafic de drogue, M. Schellenberg clamait son innocence et assurait être venu en Chine pour y faire du tourisme.

Les relations entre Pékin et Ottawa sont tendues depuis l’arrestation début décembre à Vancouver (sur demande américaine) de Meng Wanzhou, la directrice financière du géant chinois des télécoms Huawei.

Accusée par Washington de complicité de fraude pour contourner les sanctions contre l’Iran, elle est en liberté surveillée au Canada, d’où elle risque une extradition vers les États-Unis.

La Chine avait dans la foulée arrêté deux Canadiens, toujours en détention: un ex-diplomate et un consultant, accusés d’avoir « menacé la sécurité nationale ». Des interpellations que nombre d’experts étrangers considèrent comme des mesures de rétorsion.



https://www.journaldemontreal.com/2019/04/30/chine-un-second-canadien-condamne-a-mort-pour-trafic-de-drogue?fbclid=IwAR2qfglfaoc10G3x79N85NYEbeNmQAZ932ggzqYzu2DaSS5uhnmoL2Q4-MI
IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15667
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #189 le: mai 27, 2019, 09:12:11 am »


Nouveau TGV à sustentation magnétique en Chine

La Chine a sorti des lignes de production un prototype de train à sustentation magnétique pouvant circuler à une vitesse maximale de 600 km/h, dans la ville orientale de Qingdao.

Les débuts du premier prototype de train à grande vitesse à sustentation magnétique de Chine marque une percée majeure pour le système de transport à grande vitesse à sustentation magnétique du pays.

Le prototype d'essai peut vérifier et optimiser les technologies clés et les composants du système central du système à sustentation magnétique à grande vitesse et poser une base technologique pour le prochain prototype d'ingénierie, a déclaré Ding Sansan, chef de l'équipe de recherche et développement du train et ingénieur en chef adjoint de CRRC Qingdao Sifang Co., le constructeur du train.

"Maintenant, le prototype a atteint la sustentation statique et est en bonne condition", a affirmé M. Ding.

Le constructeur du train construit actuellement un centre expérimental et un centre de production d'essai pour les trains à grande vitesse à sustentation magnétique et devrait les mettre en service au second semestre de l'année, a-t-il ajouté.

La recherche et développement d'un prototype d'ingénierie à cinq chariots se déroule bien.

Le prototype d'ingénierie devrait sortir des lignes de production en 2020 et passer des tests complets pour achever la vérification intégrée en 2021. (xinhuanet)
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14186
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #190 le: mai 31, 2019, 12:05:16 am »

http://www.rfi.fr/science/20190529-terres-rares-quel-est-nouvel-or-noir-chine-etats-unis-guerre-commerciale?fbclid=IwAR26zZsp6593MtgngiuM_n8hQRA0APz7cwLMktqd4MU0B3ob5hg7Ln-b


Terres rares: quel est ce nouvel or noir ? :wonder

La Chine, premier producteur mondial de terres rares, indispensables dans le secteur de la haute technologie, a menacé ce mercredi 29 mai de limiter les exportations de ces minerais vers les États-Unis, sur fond de guerre commerciale entre les deux pays. De quoi parle-t-on exactement ?


Que sont les terres rares  ?

Les terres rares désignent un ensemble de 17 éléments métalliques  : le scandium, l'yttrium, et 15 autres éléments chimiques dits lanthanides. Ce sont pour la plupart des métaux malléables, d’aspect argenté.

L'armateur suédois Carl Axel Arrhenius est le premier à découvrir une terre rare dans une carrière, près de Stockholm, en 1787. Ce n’est cependant qu’à partir des années 1940, pendant la Seconde Guerre mondiale, que sont mises au point des techniques d’extraction en grande quantité.


À quoi servent-elles  ?

Du fait de leurs propriétés, les terres rares sont indispensables dans la haute technologie et les nouvelles industries vertes. Ces métaux sont ainsi parfois désignés comme le « pétrole » du XXIe siècle.

Les terres rares sont ainsi présentes dans de nombreux objets  : panneaux photovoltaïques, batteries rechargeables, smartphones, tablettes, éoliennes, écrans plats, etc.

Elles sont aussi utilisées pour la radiographie médicale. Enfin, l’industrie de la défense en a recourt pour des systèmes comme les radars, les sonars ou encore les missiles.


Ces éléments sont-ils vraiment rares  ?

Contrairement à ce que leur nom indique, ces métaux ne sont pas rares, et sont beaucoup plus présents dans la croûte terrestre que l’or ou l'argent. Certains, comme le cérium, sont par exemple autant répandus que le cuivre.

La notion de rareté renvoie en réalité au fait que les quantités disponibles sont faibles par rapport à la demande croissante dans les industries de pointe et donc au poids économique de ces éléments, considérés comme des métaux « stratégiques 


Quels sont les principaux pays producteurs de terres rares  ?

«  Le Moyen-Orient a du pétrole, la Chine a des terres rares  », déclarait, en 1992, Deng Xiaoping (numéro un de la République populaire de Chine entre 1978 à 1992). Un constat confirmé par la demande croissante et le quasi-monopole de Pékin sur ces métaux stratégiques.

Loin derrière la Chine, premier producteur mondial de terres rares (120 000 tonnes soit 70% de la production mondiale), se trouvent l'Australie (20 000 tonnes) et les États-Unis (15 000 tonnes).

Le pays de l'Oncle Sam dépend ainsi à près de 80% des importations chinoises. Dans un contexte de tensions commerciales entre les deux pays, les terres rares consituent donc un excellent moyen de pression pour la Chine.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14186
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #191 le: juin 07, 2019, 11:21:45 pm »

http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20190606-chine-5g-huawei-developpement-acceleration-etats-unis-t


Pékin veut accélérer le développement de la 5G en Chine...

Pékin entend accélérer le développement de la 5G en Chine. Le ministère chinois de l’Industrie et des Technologies de l’Information vient d’accorder les premières licences aux quatre grands opérateurs télécom du pays. Une décision prise en pleine guerre commerciale avec les États-Unis, et un sérieux coup de pouce à Huawei dans le collimateur de Washington.

Le but à peine voilé de Pékin est de prendre de vitesse les décrets Trump et limiter leurs effets sur le déploiement des technologies Huawei. Si officiellement cette accélération du calendrier n’est pas directement liée aux déboires américains du géant chinois des télécoms, elle constitue un sérieux coup de pouce pour le leader mondial des nouveaux réseaux mobiles.

Cette entrée anticipée dans l’ère de la 5G devrait en effet permettre à Huawei de compenser d’éventuelles pertes à l’international, en se déployant plus vite que prévu sur l’immense marché intérieur où 460 millions de Chinois devraient être connectés à la 5G d’ici à 2025. Un feu vert prévu initialement pour le Nouvel An lunaire 2020, dont s’est immédiatement réjoui Huawei qui se dit à « soutenir pleinement » la construction de réseaux commerciaux 5G des différents opérateurs.


La 5G devrait générer 1 540 milliards de dollars

Selon les prévisions du ministère chinois de l’Industrie, trois millions de stations 5G accompagneront la distribution des licences dans les trois ans, six millions dans les cinq ans, soit la moitié des bases 5G dans le monde, relève le South China Morning Post. La technologie devrait générer 1 540 milliards de dollars de revenus et contribuer à la création de plus de trois millions d’emplois dans les cinq ans, selon un rapport de l’Académie chinoise des technologies de l’information et de la communication, cité par l’agence Chine nouvelle.

Bataille numérique et course de vitesse, Huawei a revendique aujourd'hui détenir le plus grand nombre de brevets 5G et affirme avoir signé 46 contrats 5G avec une trentaine de pays contre 42 pour Nokia et 19 pour Ericsson. Reste a savoir quelle place accorderont les opérateurs chinois à la concurrence.

Officiellement, encore et « comme toujours », a précisé Miao Wei, le ministre de l’Industrie et des Technologies de l’Information, les sociétés étrangères sont bien sûr invitées à participer activement au marché de la 5G chinoise. Pour mesurer cette ouverture à la concurrence, les observateurs attendent de voir quelle place sera attribuée aux compagnies non chinoises dans l’appel d’offres lancé en mars dernier pour 500 stations 5G par China Mobile, le plus grand opérateur de réseau sans fil au monde propriété de l’État chinois.  
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14186
Re : Hors sujet : la CHINE
« Réponse #192 le: juin 25, 2019, 09:53:54 pm »

https://www.francetvinfo.fr/economie/entreprises/le-groupe-carrefour-cede-80-de-ses-activites-en-chine-pour-620-millions-d-euros_


Le groupe Carrefour cède 80% de ses activités en Chine pour 620 millions d'euros...

Cette transaction devrait être "effective d'ici la fin de l'année 2019", a précisé le groupe de distribution dans un communiqué.

Le géant de la distribution Carrefour a annoncé, dimanche 23 juin, qu'il allait céder 80% de ses activités en Chine au groupe chinois Suning.com, pour un montant de 620 millions d'euros.

Le groupe a précisé dans un communiqué que cette transaction devrait être "effective d'ici la fin de l'année 2019".

Le prix de 620 millions d'euros "pourra faire l'objet d'ajustements à la date de réalisation de la transaction, en fonction de l'évolution de l'endettement net et du besoin en fonds de roulement de Carrefour Chine", ajoute-t-il.

210 hypermarchés en Chine

À l'issue de cette opération, Carrefour conservera 20% du nouvel ensemble et deux sièges sur sept au conseil de surveillance de Carrefour Chine.

L'accord conclu avec Suning.com prévoit par ailleurs diverses modalités et "fenêtres" au cours des quatre prochaines années, pour céder au groupe chinois cette participation résiduelle détenue par le distributeur français.

Présent en Chine depuis 1995, Carrefour gère 210 hypermarchés et 24 magasins de proximité. Cette entité a généré en 2018 un chiffre d'affaires de 3,6 milliards d'euros, en repli de presque 10% sur un an. Suning.com est quant à lui un géant de la distribution en Chine avec plus de 8 881 magasins dans plus de 700 villes.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".