Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Auteur Sujet: La résurrection du train de la mort  (Lu 958 fois)

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14439
La résurrection du train de la mort
« le: mai 17, 2012, 04:47:04 pm »

http://asie-info.fr/2012/05/17/la-resurrection-du-train-de-la-mort-53883.html


La résurrection du train de la mort


La voie ferrée entre Bangkok et Rangoon, construite pendant la Seconde guerre mondiale au prix de milliers de morts parmi des prisonniers, pourrait être restaurée.

Ministre birman des Chemins de fer, Aung Min est aussi à la tête de l’équipe gouvernementale en charge de négocier des accords de paix avec les minorités ethniques en armes.

C’est avec cette double casquette qu’il a annoncé, le 15 mai en territoire karen, le projet de réhabiliter la ligne ferroviaire construite pendant la Seconde guerre mondiale sous la férule de l’occupant japonais.

Au col des Trois pagodes (Three Pagodas Pass), point de passage de la voie ferrée, a été ouvert le même jour un bureau de liaison avec la Karen National Union (KNU) , conformément à l’accord de cessez-le-feu signé en janvier 2012 entre le gouvernement birman et ce qui était alors la plus vieille guérilla au monde.

La réhabilitation de cette ligne est d’ailleurs censée, selon l’Irrawaddy, consolider une paix encore fragile dans la région en aidant à la désenclaver. Une zone économique spéciale pourrait aussi voir le jour autour du col des Trois pagodes.

Aung Min a précisé que des discussions étaient d’ores et déjà en cours avec la Thaïlande pour mener à bien cet ambitieux projet.

Au total, la voie ferrée s’étend sur 415 km.
Les travaux avaient débuté en juin 1942 sous les ordres de l’envahisseur japonais. Des dizaines de milliers d’hommes, main-d’œuvre locale et prisonniers de guerre alliés, avaient été affectés au chantier.

On estime que plus de 80 000 ouvriers asiatiques (de Malaisie, de Birmanie, d’Indonésie et de Singapour) et 12 000 prisonniers alliés sont morts sur le chantier.

Les conditions de travail inhumaines ont été mises en scène dans le film Le Pont de la rivière Kwaï dont, toutefois, la fidélité historique a été critiquée.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".