Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Auteur Sujet: Chronique siamoise : un bouddhisme en petite forme  (Lu 15373 fois)

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12738
Chronique siamoise : un bouddhisme en petite forme
« le: juin 26, 2012, 12:08:03 pm »

http://asie-info.fr/2012/06/24/chronique-siamoise-bouddhisme-en-petite-forme-55743.html


Chronique siamoise : un bouddhisme en petite forme....


Des bonzes occidentaux apportent une nouvelle jeunesse à un bouddhisme thaïlandais en voie d’essoufflement.

Dans ce monastère établi sur 50 hectares de forêt dans la province d’Ubon Ratchathani, dans le nord-est de la Thaïlande, les règles sont strictes : pas d’appareils photos, pas de téléphones portables, pas d’animaux domestiques en liberté.

Les femmes doivent être habillées en blanc et se tenir à «deux bras de distance» des bonzes quand elles leur parlent.

Toute une partie du monastère est interdite d’accès à ceux qui n’ont pas été ordonnés bonzes, y compris aux novices, c’est-à-dire ceux qui sont en phase d’apprentissage avant d’endosser le froc.

Autour du bot, la chapelle du monastère, des femmes et des hommes vêtus de blanc, méditent les yeux fermés, assis en tailleur. D’autres s’exercent à la «méditation en marchant» allant et venant lentement le long du sala, la salle où se tiennent les cérémonies.

Dans la forêt où les kutis (cabanes) des bonzes sont disséminés, des moines marchent en long et en large, eux aussi méditant. L’un d’eux astique une magnifique statue de Bouddha marchant en bronze.

L’endroit respire la discipline et la sérénité. Tout est empreint de silence. On n’entend guère que le crissement des ailes des insectes, des hululements de chouette ou parfois des écureuils qui crapahutent de branche en branche. Un monastère bouddhique selon la tradition, tel qu’on l’imagine.

C’est le Temple international de la forêt (en thaï : Wat Pah Nanachat), établi en 1974 par un bonze de la tradition de la forêt, Ajahn Cha, et un de ses disciples d’origine américaine, Ajahn Sumedho. N’y résident que des bonzes occidentaux qui ont suivi dix-huit mois d’apprentissage avant de pouvoir être ordonnés, et, quelquefois, un bonze sri-lankais ou laotien de passage.

Cet endroit peut être comparé à de nombreuses pagodes de Bangkok ou de province. Des pagodes transformées en parking, où des vendeurs de brochettes côtoient des pick-up pétaradants, où les marchands du temple ont élu domicile, et qui vantent leurs mérites – un abbé aux capacités de guérison hors du commun, un temple qui fabrique des poignards ensorcelés, un autre dont les amulettes sont parées d’innombrables vertus… – sur des panneaux publicitaires criards plantés le long des routes. Des pagodes envahies par la confusion bruyante du monde extérieur, rongées par le commercialisme...  :(

Bien sûr, il existe des temples thaïlandais où la discipline reste stricte et qui essaient de préserver une certaine pureté, mais force est de constater qu’ils sont bien rares.

Comment expliquer que ce sont des Occidentaux qui parviennent le mieux à perpétuer l’idéal originel du Bouddha, à cheminer sans trop s’écarter de l’étroite voie du juste milieu ? Peut-être, parce que justement, leur engagement dans cette religion d’apparence exotique est un choix, une décision mûrie de s’arracher à leur environnement culturel pour s’immerger dans une autre tradition.

Les hommes thaïs, eux, deviennent presque tous bonzes au seuil de leur vie adulte, pour quelques jours, quelques semaines ou quelques mois. Rien de spécial à cela. C’est souvent seulement un rite de passage. Très peu resteront durablement dans les ordres.

Les statistiques l’attestent : entre 2000 et 2010, le nombre d’hommes thaïlandais qui sont devenus bonzes a chuté de 70 %. La contamination de la vie religieuse par la cacophonie profane a érodé le prestige et l’attrait de la pagode bouddhique.

La liste des moines thaïs de grand renom est longue – Phra Buddhadasa, Phra Payutto, Ajahn Man, Ajahn Cha, Ajahn Panya…-, mais presque tous sont nés avant la seconde guerre mondiale.

Ce qui constitue les fondements de la moralité des Thaïs de confession bouddhiste (95 % de la population) s’évapore lentement devant les assauts des nouvelles formes de consumérisme, du matérialisme à tout va, de la quête du prestige et de la richesse.

L’essentiel de l’activité des bonzes est orienté vers une sorte d’échange social : cérémonies de bénédiction contre offrandes, parrainage religieux contre soutien financier. On entend parfois des bonzes lors de cérémonies annoncer par haut-parleur les sommes offertes et le nom des donateurs, comme s’il s’agissait d’une vente aux enchères...  :o

Il ne serait pas si ironique que cela que le cœur de l’enseignement du bouddhisme theravada soit entretenu dans des monastères occupés par des moines étrangers. Après tout, le bouddhisme a presque totalement disparu de son pays d’origine, l’Inde, et n’a dû sa survie qu’à son développement dans des pays où il s’est implanté ultérieurement : Tibet, Chine, Japon, Corée, pays d’Asie du Sud-Est.

Et les forces nouvelles du catholicisme se situent bien plus dans les pays en voie de développement d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du Sud que parmi les vieilles nations où il a fleuri des siècles durant...
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Chronique siamoise : un bouddhisme en petite forme
« Réponse #1 le: juin 27, 2012, 08:44:48 am »


La complexité dans le Bouddhisme en Thaïlande est qu'il y a de moins en moins de vocations monastiques...

Par contre, le nombre de fidèles demeure constant...
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12738
Re : Chronique siamoise : un bouddhisme en petite forme
« Réponse #2 le: janvier 30, 2013, 01:55:51 pm »

http://www.lemondedesreligions.fr/actualite/crise-du-bouddhisme-en-thailande-29-01-2013-2933_118.php


Crise du bouddhisme en Thaïlande


Le nombre de pratiquants est en chute libre, la faute à un clergé plus opulent qu’exemplaire...   :(


Officiellement, la Thaïlande compte 250 000 bouddhistes, mais la réalité est toute autre. Il n’y aurait plus que 70 000 bonzes dans le royaume, environ un par village.

D’après France 24, la modernisation et le développement de la société de consommation bousculent les traditions thaïlandaises. Les habitants ne se confient plus aux moines, à l’instar de la confession chrétienne qui s’est amenuisée en Europe. Les temples sont désertés, notamment dans les campagnes.

Selon le Dr Sulak, Sivaraksa, spécialiste du bouddhiste thaïlandais, c’est devenu « une simple cérémonie », « exactement le contraire de ce qu’enseigne le bouddha ».

« Le clergé va à sa perte, conclut-t-il. Le bouddhisme en Thaïlande est déjà mort. » L’enrichissement des moines est en ligne de mire...  >:( Comme le montrent de nombreuses archives, le double discours de bonzes prêchant le renoncement et gagnant dix fois plus d’argent qu’un pêcheur local agace beaucoup de Thaïlandais...

En 2003 déjà, un article de la Far Eastern Economic Review évoquait le problème : « le consumérisme rampant a créé un complexe d’infériorité parmi les moines, notait la revue. Beaucoup considèrent que l’argent et le pouvoir permettront de préserver leur statut dans la société moderne. »

Certains moines ont été jusqu’à assurer à leurs fidèles que le salut dans l’au-delà dépendait de l’importance des dons en liquide... Le manque de transparence financière et l’absence de toute comptabilité n’ont rien arrangé. Un bonze a été retrouvé mort avec près de trois millions de dollars en liquide, provenant vraisemblablement de son temple. Ces scandales à répétition et le tabou qui règne en Thaïlande autour de cette question écornent la réputation du bouddhisme.

La moralité des bonzes pose problème depuis longtemps, comme le montre une publication universitaire publiée à la fin des années 90 : La triple crise du bouddhisme en Thaïlande (1990-1996). Scandales financiers, frasques sexuelles, cécités des autorités…

Les représentants bouddhistes ont régulièrement eu mauvaise presse. Résultat : le nombre de pratiquants est en berne depuis le début du siècle.

Un article de Libération, publié la même année, titrait déjà sur « La déliquescence du bouddhisme thaïlandais : Drogue, viols, vols et meurtres ». Bref, c’est une tendance lourde...

Et si les autorités ne se livrent pas à une autocritique radicale, les Thaïlandais pourraient définitivement snober les temples...


Et ben... çà s'est envoyé... il fallait oser l'écrire cet article, mais c'est fait...
   :o

IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 2881
Re : Chronique siamoise : un bouddhisme en petite forme
« Réponse #3 le: février 12, 2013, 03:56:26 pm »


confirmation du post ci-dessus !

Thaïlande : les marchands sont dans le temple !

Officiellement, la Thaïlande est un pays à 95% bouddhiste qui compte 250 000 moines, mais la réalité serait assez différente de cette image traditionnelle, et le royaume ne compterait plus que 70 000 bonzes.

D’après France 24, la modernisation et le développement de la société de consommation bousculent les traditions thaïlandaises. Les habitants ne se confient plus aux moines, à l’instar de la confession chrétienne qui s’est amenuisée en Europe. Les temples sont désertés, notamment dans les campagnes.

Selon le Dr Sulak, Sivaraksa, spécialiste du bouddhiste thaïlandais, c’est devenu « une simple cérémonie », « exactement le contraire de ce qu’enseigne le bouddha ».

La presse thaïlandaise évoque  régulièrement certaines affaires et fait divers qui illustrent la décadence des temples (drogue, viols, vols, scandales financiers).

Le chef de la police nationale, le général Pochana Boonyachinda, a déclaré publiquement : «Les pagodes sont devenues des refuges pour les criminels. Beaucoup de bonzes ont un mandat d’arrêt qui les attend…».


Les amulettes magiques, un marché de 40 milliards de bahts

Le pouvoir d’une amulette dépend essentiellement de la bénédiction d’un maître et de son pouvoir spirituel. Plus le moine est connu, plus l’amulette aura de chance de posséder un pouvoir spirituel significatif. N’ignorant rien des principes de l’offre et de la demande, les plus grands maîtres limitent très sérieusement le nombre d’amulettes qu’ils vont bénir. Ainsi, les protections les plus précieuses seront très rares, donc chères.

La plupart des Thaïs souhaitant posséder une ou plusieurs amulettes, il est facile d’en imaginer le nombre considérables en circulation dans un pays de 65 millions d’habitants.

La collection, l’échange et la vente d’amulettes en Thaïlande génère par la même un marché qui brassent des milliards de bahts. Une étude du Kasikorn Research Center en 2008 estime que le marché des amulettes représente 40 milliards de bahts par an.

Le bouddhisme actuel souffre aussi d’une commercialisation à outrance avec des panneaux publicitaires, qui le long des routes de province annoncent les foires du temple, ou ce centre bouddhiste » de Dhammakaya, (qui s’étend sur quelque mille hectares et situé à PathumThani, à quelque 20 km de Bangkok), qui dispose de 100 millions euros d’actifs financiers et qui  a sa propre chaîne de télévision.

Une forme de bouddhisme, qui loin de condamner le capitalisme, l’encourage !

voir la vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=Fjau9QNuCLs

http://thailande-fr.com/culture/bouddhisme/23014-thailande-les-marchands-sont-dans-le-temple#.URn-NqXlAzw
 
IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12738
Re : Chronique siamoise : un bouddhisme en petite forme
« Réponse #4 le: octobre 25, 2013, 04:34:53 pm »

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/la-thailande-en-deuil-apres-la-mort-de-son-patriarche-bouddhiste-25-10-2013-3257997.php


La Thaïlande en deuil après la mort de son patriarche bouddhiste... 


La Thaïlande en deuil rendait hommage  ce vendredi à son patriarche suprême, dirigeant des moines bouddhistes du pays décédé la veille à l'âge de 100 ans.

Des centaines de fidèles de tous âges se sont pressés à l'hôpital Chulalongkorn de Bangkok où Somdet Phra Nyanasamvara s'est éteint jeudi.

Hospitalisé depuis plus de dix ans, il a succombé à une septicémie après une récente opération liée à une infection intestinale, selon l'hôpital.

Le religieux, ami du dalaï lama, était né le 3 octobre 1913 sous le nom de Charoen Gajavatra dans la province de Kanchanaburi, dans l'ouest du pays, et était devenu novice dès l'âge de 14 ans.

Il avait été nommé patriarche suprême en 1989 par le roi Bhumibol Adulyadej qui s'est dit "très triste" de son décès, selon un communiqué du bureau royal.

Le gouvernement, qui a également fait part de sa "tristesse", a ordonné que les drapeaux soient mis en berne pendant trois jours à partir de vendredi et ordonné un deuil de deux semaines à tous les fonctionnaires.

"Somdet Phra Nyanasamvara a accompli un travail utile pour le bouddhisme", a commenté le bureau de la Première ministre, Yingluck Shinawatra.

Respecté par les bouddhistes à travers le monde, le religieux avait reçu l'an dernier le titre de "dirigeant Sangha du monde bouddhiste" par l'Organisation mondial des bouddhistes.

Quelque 95% des Thaïlandais sont bouddhistes pratiquants, soit l'un des taux les plus élevés du monde.

Le clergé du royaume a été frappé récemment par une série d'affaires impliquant des moines, les médias locaux rapportant notamment des cas d'usage de drogue, d'ivresse, de paris et de recours à des prostituées.

Il y a quelques mois, une vidéo de trois moines voyageant dans un jet privé, avec des objets de grandes marques avait fait scandale. L'un des trois -- soupçonné également de possession de drogues, de blanchiment d'argent et d'avoir eu des relations sexuelles avec une mineure qui l'accuse d'être le père de son fils -- a été défroqué...

IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12738
Re : Chronique siamoise : un bouddhisme en petite forme
« Réponse #5 le: novembre 17, 2013, 07:50:13 pm »

http://www.lejournaldepattaya.com/INFOS%20PATTAYA.htm


Bonze à Pattaya ! la déchéance pour certains... 


La police a été appelée pur contrôler un bonze qui se donnait en spectacle en buvant du whisky, cela devant un temple...

Le religieux a expliqué qu'il buvait pour oublier sa déception après avoir perdu une très forte somme d'argent à une loterie illégale.

Présenté au supérieur du Watt, il a été immédiatement défroqué...


Pas bon, Pattaya pour les moines...
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12738
Re : Chronique siamoise : un bouddhisme en petite forme
« Réponse #6 le: décembre 06, 2013, 09:58:22 pm »

http://www.lejournaldepattaya.com/INFOS%20PATTAYA.htm


Le bonze de Pattaya... 


Il ne peut pas être comme ceux du reste de la Thaïlande. Le notre loue une room au lieu de vivre dans un temple, recueille des aumônes pour sa subsistance et pour se fournir en méthamphétamines...  ;)

Dénoncé par les résidents du quartier, contrôlé positif, il a été conduit au temple et a été défroqué immédiatement par le supérieur.

Il lui reste a faite face a une infraction pour consommation de drogue de classe 1...

Ouille... çà craint...

IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12738
Re : Chronique siamoise : un bouddhisme en petite forme
« Réponse #7 le: mars 23, 2014, 02:20:22 pm »

http://www.lejournaldepattaya.com/INFOS%20ASIE.htm


Je poste cette aparté ici, car je ne sais pas dans quoi le mettre sur notre forum...   :D


Le premier temple bouddhiste fera son apparition à Moscou    ::)


Moscou va se doter d’un premier temple bouddhiste, dont le chantier de construction s’ouvrira avant la fin de l’année dans le quartier Otradnoïé, au Nord-est de Moscou.

L’ensemble occupera environ 3000 m2 et hébergera un centre culturel et médical, une salle de conférences et un restaurant du coeur... 


Mars 2014 tout de même...  :)
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 2881
Re : Chronique siamoise : un bouddhisme en petite forme
« Réponse #8 le: avril 20, 2014, 06:27:26 pm »


En Thaïlande on ne plaisante pas avec le bouddhisme !


Une photo d’un jeune moine maquillé et habillé en femme sur Facebook: une image qui pourrait être une insignifiante « private-joke » de plus diffusée sur le réseau social. Mais pas en Thaïlande où le bouddhisme est un des fondements de la Nation.

La photo postée sur le réseau social a ainsi fait beaucoup parler d’elle et a même été pointé du doigt par M. Songkran Atchariyasap, un représentant de la Crime Suppression Division (CSD), organisme chargé d’étudier les activités préjudiciables au royaume, à la religion ou à la monarchie.

« De telles photos et messages sur une page (Facebook) qui a plus de 350 amis sont inappropriés pour une personne qui a une vocation de moine et sont préjudiciables pour le bouddhisme »
réagit M.Songkran Atchariyasap devant des photos du jeune moine portant robe et perruques féminines.

D’autres éléments à charges pèsent également sur ce moine peu conventionnel comme des photos de soirées fièrement exhibées sur sa page Facebook, ainsi que des suspicions d’homosexualité, de jeux illégaux, de bagarres avec d’autres moines ou encore des allégations de participations à des concours de beauté.

Une enquête a été ouverte afin de déterminer l’identité de l’impétrant.

Une religion sous surveillance

Dans une culture européenne, habituée à la séparation de la religion et de l’Etat, une telle intervention d’un organisme public dans la vie spirituelle peut ainsi sembler déplacée ou même faire figure d’ingérence.

Pour autant dans un royaume où 95% de la population est d’obédience bouddhiste Theravada, la religion est un élément fondateur de l’identité nationale. A ce titre toute dégradation de son image porte directement atteinte à la Thaïlande, c’est pour cela que le royaume s’est doté d’organisme et de loi pour prévenir des dérives éventuelles.

On compte donc plusieurs dizaines de loi concernant le statut des moines ainsi que leurs conduites vestimentaires ou celles dans la sphère publique. A ce titre, il est par exemple interdit pour un non bonze de revêtir la robe safran sous peine de sanction, et ce même à titre de « déguisement ».

L’autre exemple frappant que la foi est très encadrée dans le royaume est l’interdiction du commerce de représentation du bouddha par un non pratiquant ainsi que son utilisation comme élément décoratif.

Pour autant ces lois s’appliquent quasi exclusivement aux Thaïlandais car on ne compte pas le nombre de touristes achetant des bouddhas sur les marchés de la capitale et qui ne sont jamais inquiétés par les autorités.

Une religion de moins en moins vertueuse

L’ampleur donnée au cas de ce jeune moine fait ici figure d’exemple dans un pays où de manière chronique on voit  apparaître  des « scandales » plus ou moins important en lien avec la religion.

En 2011 par exemple un bonze a été retrouvé mort avec près de trois millions de dollars en sa possession, plus récemment des moines voyageant avec des produits de luxes (lunettes, sacs…), avaient aussi défrayés la chronique dans le royaume. Des histoires de mœurs ou d’abus de confiance ont aussi terni l’image du bouddhisme en Thaïlande.

Une évolution qui est essentiellement due à la culture de consommation qui s’est installée petit à petit au sein de la société thaïlandaise. L’argent devient alors un moyen de conserver son statut social et de réaffirmer son existence dans une société où les valeurs traditionnelles mises à mal par le consumérisme et le culte de la réussite sociale.

Et ce phénomène ne touche pas que les cercles les plus hauts placés du clergé, il s’est progressivement répandu quelques soit le statut des bonzes et ce surtout chez les plus jeunes qui sont nés dans le monde du numérique.

Ainsi dans les rues de la capitale, il n’est pas surprenant de croiser des bonzes avec un iPad ou un iPhone dernière génération, bien loin de l’image des moines qui vivent dans la simplicité et l’aumône.

Une foi qui recule

A l’instar de l’Europe, les dérives religieuses en Thaïlande ne sont pas des faits récents. Déjà dans les années 90 un article universitaire ciblait le problème avec « La crise du bouddhisme en Thaïlande (1990-1996) ».

Un phénomène qui s’accompagne d’une baisse du nombre de bonze en activité dans le pays, environ 250 000 officiellement en 2012. Mais un chiffre de 70 000 moines effectifs était évoqué en 2013 au sein d’un article du « Monde des Religions ».

Ce même article du « Monde des religions »  révélait aussi une baisse de la fréquentation des temples dans les campagnes, principalement utilisés durant les cérémonies et délaissés en temps normal.

Une évolution de la religion que tout un chacun pouvait observer durant Songkran. En effet durant le nouvel an bouddhiste, les temples de la ville étaient plutôt calmes même ceux où des processions étaient réalisées, alors que qu’une foule compacte se rassemblait sur Khao San Road pour une bataille d’eau géante.

Avec de nombreux gardes fous, la Thaïlande s’efforce de garder une religion en adéquation avec ces principes historiques. Un défi important et complexe au vu de l’écart de plus en plus marqué entre les principes de la vie monacale et le style de vie du reste de la société.

http://www.thailande-fr.com/culture/bouddhisme/29995-en-thailande-on-plaisante-pas-bouddhisme
IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12738
Re : Chronique siamoise : un bouddhisme en petite forme
« Réponse #9 le: mai 29, 2014, 08:24:11 am »

http://siamlife.blog4ever.com/actualites-du-26-mai-1-juin-2014


Abus sur mineurs ... 


La police thaïlandaise vient d'annoncer l'arrestation de 5 moines (aussitôt défroqués - 4 d'entre eux l'ayant fait volontairement alors qu'ils étaient à la tête de leur monastère...), pour abus sexuel envers huit garçons âgés de moins de 15 ans  >:( , dans un monastère dans les environs de Chiang-Mai...

Des abus découverts après que la police ait déjà sauvé un garçon l'année dernière et alors que l'ensemble d'entre eux aient nié les actes, alors que les policiers ont découvert que chaque fois qu'un moine abusait d'un garçon, il leur donnait entre 300 et 500 baths...





Pourtant, une enquête avait commencé à ce moment là qui a donc débouché sur cette nouvelle découverte...

Le responsable de l'enquête a expliqué que de l'alcool et des cassettes pornographiques avaient été retrouvées dans cinq monastères et qu'il imaginait qu'un réseau était en place et que par conséquent, bien plus de monastères étaient concernés ...

Les moines risquent entre autre, jusqu' 20 ans de prison...   :clap





Une nouvelle histoire qui vient noircir le tableau d'un bouddhisme de moins en moins reconnu,

- après des révélations de prise de stupéfiants par les moines il y a quelques semaines de cela,

- sans oublier en fin d'année dernière les accusations envers le devenu célèbre malgré lui, Luang Pu Nen Kham, pris en flagrant délit a bord de son jet et accusé d'avoir détourné plus de 20 millions d'euros, mis en place sur 21 comptes en banque, ou d'avoir eu de nombreuses relations sexuelles avec une mineure qui l'avait accuse d'être le père de son fils !


Evidemment, çà la fout plus que mal... 
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12738
Re : Chronique siamoise : un bouddhisme en petite forme
« Réponse #10 le: juin 21, 2014, 08:11:10 pm »

http://www.lejournaldepattaya.com/LE%20JOURNAL%20DE%20CHIANG%20MAI.htm


Un bonze arrêté pour exploitation d'un site obscène... 


Encore un scandale en Thaïlande avec comme guest star un bonze...

La police a arrête un moine dans le district de Ang Tong après avoir découvert qu'il était l'exploitant d'un site qui postait des vidéos en caméra cachée de femmes dans les toilettes...    :huhu

IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12738
Re : Chronique siamoise : un bouddhisme en petite forme
« Réponse #11 le: décembre 10, 2014, 08:16:27 pm »

http://www.lejournaldepattaya.com/


Île de Koh Chang, le bonze et la bise aux touristes (féminines)...    

Certains bonzes sont très réservés, d'autre le sont beaucoup moins et communiquent  facilement avec les touristes...

Ce sympathique homme s'est laissé photographier enlaçant deux jeunes femmes. Les clichés postés sur le web sont devenues virales.

Le supérieur du temple a défroqué notre bonze pour comportement inapproprié...


Evidemment, il y a mieux comme photo...   
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12376
Re : Chronique siamoise : un bouddhisme en petite forme
« Réponse #12 le: décembre 11, 2014, 08:17:23 am »


Oui... Je rappelle que normalement, une femme ne doit pas toucher un moine bouddhiste theravâda...   :hang
IP archivée

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 2881
Re : Chronique siamoise : un bouddhisme en petite forme
« Réponse #13 le: décembre 11, 2014, 06:37:53 pm »


comme il est dit dans le titre du sujet " un bouddhisme en petite forme"... !!!    :hang
IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12738
Re : Chronique siamoise : un bouddhisme en petite forme
« Réponse #14 le: mars 17, 2015, 11:42:03 pm »

http://siamlife.blog4ever.com/actualites-du-1-au-31-mars-2015


Le bouddhisme mis à mal ... 


Un temple bouddhiste controversé en Thaïlande pour ses méthodes d’appel aux dons, a accepté ce matin de rendre près de 100 millions de baths versés par un dirigeant d’entreprise accusé d’avoir détourné cet argent.
 

« Nous sommes tombés d’accord pour rendre 100 millions de bahts  par mois de mars à août »
vient de déclarer à l’AFP Samphan Sermcheep, l'avocat du temple, à l’issue d’une médiation devant un tribunal local avec l’entreprise lésée, Klongchan.

L’argent versé par l’ancien dirigeant de Klongchan a déjà été investi dans la construction du temple Dhammakaya, complexe monastique ultra-moderne bâti sur une centaine d’hectares, à moins d’une heure de Bangkok.

Ce scandale autour de la secte Dhammakaya, fondée dans les années 1970 en Thaïlande, jusqu’à devenir l’un des temples les plus riches du royaume, disposant notamment d’une chaîne satellitaire, a fait la Une des médias depuis des semaines dans ce pays majoritairement bouddhiste.

Est notamment reprochée au meneur du mouvement, le moine Dhammachayo, sa politique commerciale de collectes des dons, sur la promesse que la qualité de la prochaine vie de ses fidèles serait proportionnelle à l’importance de leurs dons...   

L’affaire a suscité un débat plus large en Thaïlande ces dernières semaines sur le penchant au mercantilisme des temples bouddhistes du royaume, et l’absence de contrôle des autorités sur l’emploi des dons conséquents faits aux temples, alors même que les donateurs bénéficient de réductions d’impôts.

En échange de ce remboursement des dons d’origine douteuse, l’avocat du temple a demandé à l’entreprise d’abandonner les poursuites judiciaires.

Plusieurs scandales de moines corrompus ou ayant des relations sexuelles ont ébranlé l’institution bouddhiste en Thaïlande ces dernières années. Le moine qui avait le plus frappé les esprits, Wiraphol Sukphol, voyageait en jet privé...


çà craint quand même là... 
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12376
Re : Chronique siamoise : un bouddhisme en petite forme
« Réponse #15 le: mars 27, 2015, 08:44:22 am »


Scandale et détournement de fonds au temple Dhammakaya

Le temple bouddhiste Dhammakaya est au cœur de toutes les polémiques depuis quelques semaines, car impliqué dans un gigantesque scandale financier : en cause des donations dont les montants considérables ont été effectuée par un entrepreneur.

Un débat sur une refonte des organismes de contrôle des temples bouddhistes a pris de l'ampleur depuis le mois dernier lorsque le Conseil Sangha Suprême (SSC), l'organe directeur du Bouddhisme thaï, a révélé l'ampleur du scandale financier qui touche le temple Dhammakaya.

Le temple et son moine Dhammachao sont soupçonnés de détournements de fonds d’une somme totale d’environ 900 millions de baht (20 millions de dollars) par le biais de donations.

Le Wat Dhammakaya est la plus grande organisation multinationale bouddhiste avec 200 filiales dans le monde. Les membres de la secte Dhammakaya incluent certains des politiciens les plus puissants de la Thaïlande et est considéré comme le temple bouddhiste le plus riche du pays.

La fortune personnelle de Dhammachao était en 1990, quatre fois plus importante que celle du temple et de la fondation Dhammakaya. Elle était estimée à 10 milliards de baht.

Le temple ainsi que les moines ont reçu plus de 900 millions de baht de donations (environ 25 millions d'euros) de la part du président de la banque Klongchan Credit Union Co-operative, Supachai Srisupa-askorn, qui est accusé d’avoir détourné des sommes considérables.

Le temple bouddhiste controversé pour ses méthodes d'appel aux dons a accepté lundi 16 mars de rembourser près de 20 millions d'euros sur les sommes perçues.

« Nous sommes tombés d'accord pour rendre 100 millions de bahts (trois millions d'euros) par mois de mars à août » soit six tranches, a déclaré Samphan Sermcheep, avocat du temple, à l'issue d'une médiation devant un tribunal local avec l'entreprise lésée, Klongchan.

L'AMLO (Bureau contre le blanchiment d’argent) va maintenant enquêter pour savoir si le temple a été construit avec ces donations, afin de déterminer les liens supposés entre cette affaire de détournement et le temple.


Un moine très controversé

Pour Mano Laohavanich, moine formé au Wat Dhammakaya et ancien camarade de classe de Dhammachao, ce dernier endoctrine les jeunes thaïs, à l’image d’Adolf Hitler, son modèle.

« Il possède un don pour contrôler les centaines de personnes qui l’écoute ». Il a appliqué cette recette pour persuader les fidèles de le suivre au Wat Dhammakaya.

Le moine lui aurait dit qu’il n’aspirait pas à être le Patriarche Suprême mais rien de moins que conquérir le monde…

Dhammachao se comporte comme un pacha et a des exigences démesurées : crèmes luxueuses, cuisine personnelle, draps changés tous les jours,… Contrairement aux autres moines, lui ne sort pas recevoir les aumônes.

Mais au delà de son comportement peu en rapport avec les préceptes bouddhistes, on lui reproche surtout sa politique commerciale de collectes des dons, notamment la promesse que la qualité de la prochaine vie de ses fidèles serait proportionnelle à l'importance de leurs dons.


Les marchands sont dans le temple

Cette allégation de fraude est la dernière dans une série des scandales qui ont secoué le clergé en Thaïlande ces dernières années. Cette affaire est aussi l'occasion de lancer un grand débat sur le bouddhisme et son encadrement, notamment en ce qui concerne les finances des temples du Royaume.

D'autres exemples incluent un moine arrêté avec 120,000 pilules de méthamphétamine et un autre qui a été renvoyé de son temple pour avoir investit 1.2 millions de $ sur le marché boursier.

L'affaire a provoqué un large débat en Thaïlande sur les dérives mercantilistes des temples bouddhistes, et sur l'absence de contrôle des dons consentis par les fidèles, alors même que les donateurs bénéficient de réductions d'impôts.

D’après un reportage de France 24, la modernisation et le développement de la société de consommation bousculent les traditions thaïlandaises. Les habitants ne se confient plus aux moines, à l’instar de la confession chrétienne qui s’est amenuisée en Europe. Les temples sont désertés, notamment dans les campagnes.


Read more at http://www.thailande-fr.com/actu/33770-scandale-et-detournements-dargent-au-temple-dhammakaya#48Z7AXRYX772O7gT.99
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12738
Re : Chronique siamoise : un bouddhisme en petite forme
« Réponse #16 le: mars 29, 2015, 03:27:22 pm »

http://www.thailandee.com/blog/


L'avis d'un auteur averti et qui n'a certainement pas tout faux dans ce qu'il dit...   :D


Les bonzes photographes   


A chaque fois que je vois des moines bouddhistes en train de faire des photos, je pense aux Inconnus et à leur sketch sur les chasseurs, car chez les photographes aussi, il y a les bonzes et les mauvais photographes... ;)
 

Quelques photos de ces photographes en orange à Chiang Mai…




Il y a même des moines qui sont mieux équipés que moi parfois (je suis jaloux ! ;). Et chez eux aussi , il y a le clan des Nikonistes et celui des Canonistes. Perso, j’ai choisi mon camp depuis longtemps: je suis un mec canon !  :)






Il y aussi le moine « touriste » comme ici au parc historique de Si Satchanalai (près de Sukhothai)…


IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12738
Re : Chronique siamoise : un bouddhisme en petite forme
« Réponse #17 le: mars 29, 2015, 03:32:54 pm »

suite...   :D

Ou ici, un autre moine en mode touriste avec un appareil plus modeste (mais rose ;))  au temple du Phanom Rung près de Nang Rong…




C’est vrai que quand on voit les appareils des moines de Chiang Mai, on peut s’étonner que des moines bouddhistes dont l’un des principes est le détachement des valeurs matérielles possèdent de tels équipements mais il faut vivre avec son temps ! Et puis, il s’agit peut-être de dons…   ;)

Les moines ou novices d’aujourd’hui sont des moines 2.0. Je suis sûr que certains ont un compte instagram !   
   
 
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 2881
Re : Chronique siamoise : un bouddhisme en petite forme
« Réponse #18 le: mars 29, 2015, 11:39:11 pm »


C’est vrai que quand on voit les appareils des moines de Chiang Mai, on peut s’étonner que des moines bouddhistes dont l’un des principes est le détachement des valeurs matérielles possèdent de tels équipements mais il faut vivre avec son temps ! Et puis, il s’agit peut-être de dons…   ;)


+ 1   réflexion !!! :wonder

IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12376
Re : Chronique siamoise : un bouddhisme en petite forme
« Réponse #19 le: avril 04, 2015, 09:26:11 am »


Thaïlande. La junte s'attaque aux caisses des temples bouddhistes !

Plusieurs temples de Thaïlande sont accusés de détournement de fonds et de corruption. La junte militaire promet une remise au pas.

« Cela soulage mon cœur, renforce ma santé et c'est bon pour mes affaires », explique Sakorn Suker, commerçant rencontré dans un grand temple de Bangkok, le Wat Hua Lumphong. Et de glisser un billet de vingt bahts (moins d'un euro) dans une urne, ce qui lui donne droit à une bougie flottante en forme de fleur censée « porter chance».

Dans l'urne, avec les vingt bahts du commerçant, des coupures glissées en pagaille et des chèques à plusieurs zéros signés par des hommes d'affaires. De l'argent facile (lire en encadré) qui ne plaît guère à la junte Thaïlandaise qui critique vivement les moines bouddhistes et leur « mercantilisme », et n'hésite pas à assimiler les temples à des machines à sous. Alors en pleine campagne tous azimuts d'assainissement de la société, les militaires promettent une mise au pas.


Des accusations d'enrichissement personnel

Ainsi, depuis quelques semaines, le temple Dhammakaya, réputé le plus riche de ce pays, est acculé pour ses méthodes de collecte de dons et sa gestion : il se retrouve associé à un immense détournement de fonds organisé par le responsable d'une coopérative.

Le temple, où les jours de fête des milliers de fidèles se pressent pour des cérémonies grandioses autour du moine Dhammachayo, a accepté mi-mars de rendre près de 20 millions d'euros indûment versés par ce dirigeant. Un moine qui espère, ainsi, échapper à la justice et aux accusations d'enrichissement personnel.


Une comptabilité opaque

Ce scandale s'ajoute à une récente série d'affaires ayant éclaboussé jusqu'au prestigieux Wat Saket de Bangkok, connu des touristes sous le nom de « Golden Mount Temple », avec le détournement du budget colossal des funérailles du patriarche suprême. Dans un pays pourtant habitué aux moines défrayant la chronique (le plus célèbre d'entre eux restant Wiraphol Sukphol, qui voyageait en jet privé, NDLR), la junte s'est donc saisie du dossier.

D'autant que l'affaire a réveillé le débat du contrôle des dons faits aux temples, qui tiennent leur comptabilité en toute opacité. Paiboon Nittiwan, un homme politique conservateur qui fut très impliqué dans les manifestations ayant mené au coup d'État de 2014, a donc été mandaté pour présenter une loi en ce sens. « Il s'agit de répertorier les biens des temples et de leur faire tenir des comptes », explique Paiboon Nittiwan. Une promesse de réformer le clergé bouddhiste qui suscite déjà une levée de boucliers des moines.


« Le bouddhisme est dominé par le capitalisme »

Reste alors Pra Maha Paiwan Warawunno, moine de 24 ans qui se montre virulent sur sa page Facebook contre cette dérive consumériste. Il y voit un dévoiement du voeu de pauvreté de Bouddha. « Le bouddhisme est dominé par le capitalisme. Nous sommes devenus obsédés par l'idée de faire de l'argent » et les fidèles quant à eux cherchent « des réponses faciles », critique un jeune moine, dans un autre temple de Bangkok, le Wat Soi Thong.

« Dans ce pays aujourd'hui, l'avidité est promue. Un moine ne devrait même pas toucher à de l'argent », balance, quand à lui, Sulak Sivaraksa, intellectuel thaïlandais spécialiste du bouddhisme et fondateur de l'International network of engaged buddhism (INEB), proche du Dalaï lama. Pour l'heure, les adeptes d'un bouddhisme plus ascétique peuvent suivre la voie des monastères des forêts, en retrait des villes et de leurs temples clinquants.


Citer

3,3 milliards d'euros de dons chaque année

Il existe, en Thaïlande, une réelle frénésie pour les dons aux temples, loin des urnes vides des églises d'Europe. Selon une évaluation du National Institute of Development Administration (NIDA) de Bangkok, publiée en 2014, les quelque 38 000 temples du royaume recevraient chaque année 120 milliards de bahts de dons (3,3 milliards d'euros). La Thaïlande est l'un des pays les plus « généreux » au monde, selon le World Giving Index : en 2014, elle se classait 3e, derrière la Birmanie et Malte, avec 77 % de sa population pratiquant le don d'argent à des organisations caritatives.

IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12738
Re : Chronique siamoise : un bouddhisme en petite forme
« Réponse #20 le: avril 04, 2015, 12:06:57 pm »



alors là, pas du tout étonnée, c'était à prévoir, il y a bien trop de scandales dans le pays depuis quelques années, ayant pour acteurs des moines...  :(
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12738
Re : Chronique siamoise : un bouddhisme en petite forme
« Réponse #21 le: avril 22, 2015, 03:22:55 pm »

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/asie/thailande-un-moine-bouddhiste-pille-des-tombes-pour-decouvrir-les-numeros-du-loto_1673301.html#


Thaïlande: un moine bouddhiste pille des tombes pour découvrir les numéros du loto...    :What?


Un adepte de magie noire a été arrêté en Thaïlande. Accusé d'avoir dérobé cinq crânes dans deux cimetières, il explique avoir seulement voulu parler aux esprits pour gagner au loto...

Le crime est original et le prétexte ne l'est pas moins. Un moine bouddhiste de 65 ans, soupçonné d'avoir pillé des tombes pour des rituels de magie noire, a été arrêté par la police thaïlandaise, ont annoncé les autorités mardi.

Selon la police, le moine nie les accusations portées contre lui et explique s'être rendu dans les cimetières en pleine nuit pour parler aux esprits, espérant ainsi découvrir les prochains numéros de la loterie locale.

Cinq crânes dérobés

Exclu de l'ordre dimanche, il aurait avec des complices pillé deux cimetières de la ville d'Udon Thani, dans le nord-est du pays.

"Le moine a dérobé cinq crânes, y compris ceux d'un frère et d'une soeur - une fille de huit ans et un garçon de six ans - qui sont morts noyés", a expliqué à l'AFP Sansthan Intarajak, de la police de la province d'Udon Thani.

Il est poursuivi pour avoir "volé des crânes et déplacé, détruit et profané des cadavres", a-t-il ajouté, précisant que la peine maximale est de cinq ans de prison.

Les rituels dirigés par des moines prétendant prédire les bons numéros sont fréquents en Thaïlande, en particulier dans les zones rurales, a expliqué le policier...  ???

En Thaïlande, bouddhisme, superstitions et pratiques mystiques cohabitent et beaucoup de Thaïlandais pensent que la magie noire ou les rituels occultes peuvent porter chance ou écarter le malheur...


Pas terrible comme nouvelle tout de même...  :o

IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Bip Bip

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 847
Re : Chronique siamoise : un bouddhisme en petite forme
« Réponse #22 le: avril 23, 2015, 07:10:27 pm »


comme c'est dit dans le titre le bouddhisme en petite forme mais vraiment en petite forme , c'est plus une référence d'être  moine dans le pays !
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12738
Re : Chronique siamoise : un bouddhisme en petite forme
« Réponse #23 le: mai 06, 2015, 08:37:51 am »

http://www.thailandee.com/blog/


La Thaïlande, pays le plus religieux du monde... ?   


Une récente étude sur la religion dans le monde a révélé entre autres que la Thaïlande serait le pays le plus religieux du monde. Le pays compte notamment le taux de personnes athées le plus faible du globe...

L’étude menée par Gallup International et le WI Network of Market Research englobe 65 pays et compile les informations de 63 898 interviews. 

Elle se base sur plusieurs facteurs différents pour déterminer les régions les plus religieuses et les régions les moins religieuses de la planète: pays, âge, la tranche de revenus, emploi et éducation.

La Thaïlande est le pays le plus religieux du monde

La Thaïlande se trouve, selon cette étude, être le pays le plus religieux du monde. Dans l’enquête, 94% de la population se dit  religieuse et seulement 1% des Thaïlandais se considèrent comme athées.

Un résultat qui n’étonne pas tant le bouddhisme est ancré dans la culture thaïlandaise. C’est la religion officielle. Celle du Roi de Thaïlande et de l’écrasante majorité de la population . En Thaïlande pas de loi sur la laïcité comme en France.

La Chine et le Japon sont les pays moins religieux

Autre enseignement de cette enquête: ce sont la Chine et le Japon qui sont les pays les moins religieux de la Planète.  6% des Chinois se considèrent religieux tandis que 61% sont athées.

Au Japon, 13% se considèrent comme religieux. Vient ensuite le Suède avec près de 19% de la population se disant religieuse, puis la République tchèque (23%) et les Pays-Bas à égalité avec Hong Kong (26%).

L’âge, le revenu et le travail facteur de religiosité ?

L’étude établit aussi un lien entre les revenus et la religion. Les plus pauvres étant plus religieux que ceux aux revenus plus aisés. De même, les travailleurs à temps plein auraient tendance à être moins religieux.

Concernant, le facteur de l’âge, les 44-54 sont parmi les moins susceptibles d’être religieux. Ceux de moins de 24 ans, sont plus susceptibles d’être religieux que la plupart des groupes d’âge ce qui montre que la jeunesse du monde est de plus en plus croyante. Les personnes âgées sont elles plus enclines à être athées, selon cette étude.

Bref, la religion a de belles années devant elle… et la Thaïlande aussi !   :D


Très franchement, en découvrant le bouddhisme en si petite forme en Thaïlande depuis plusieurs années, j' avoue être très sceptique en lisant ces chiffres...  :-[

IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12376
Re : Chronique siamoise : un bouddhisme en petite forme
« Réponse #24 le: mai 06, 2015, 08:57:35 am »


Effectivement, je n'ai encore jamais rencontré un Thaïlandais qui s'affirmait sans religion.
IP archivée