Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Auteur Sujet: Retraité ou expatrié en Thaïlande...  (Lu 123622 fois)

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15190
Re : Retraité ou expatrié en Thaïlande...
« Réponse #375 le: janvier 28, 2019, 08:51:21 am »


Pourquoi s'expatrier en Thaïlande ?

La communauté des expatriés qui vivent en Thaïlande n’a plus grand chose à voir avec celle du début des années 2000, qui disposait de revenus bien supérieurs et de peu de source d’informations.

La baisse de l’euro a amputé de 40% de leur pouvoir d’achat. Les associations d’expatriés ont sombré, malgré les efforts désespérés de certains d’empocher des cotisations devenues sans objet.

Les réseaux sociaux ont tout balayé, sans que cela améliore la qualité de l’information. Bien au contraire. Il n’y a aucune page Facebook sérieuse qui renseigne utilement et complètement. Cela navigue entre le grand n’importe quoi, et l’à-peu-près, avec parfois des tentatives avortées de plagier notre contenu.

Voici ce qu’il faut savoir avant de s’installer en Thaïlande.


MOTIVATIONS

On distingue plusieurs catégories d’expatriés qui ont un seul point commun, celui de vouloir fuir la France à tout prix. Tout dépend ensuite de l’âge, des revenus, de la situation patrimoniale et de la manière d’envisager l’avenir.

- Le célibataire d’un certain âge qui s’installe à proximité de Beach Road à Pattaya finira parfois sur la paille. Il vit au jour le jour, de plus en plus mal en raison de la baisse de l’euro. Certains rentrent France au bout de quelques années pour soigner les effets indésirables du viagra, de l’alcool, et/ou une maladie chronique liée à l’âge. C’est un monde à part.

- Le nombre de couples âgés devrait diminuer, en raison du report progressif de l’âge de départ à la retraite, de la baisse du pouvoir d’achat, et de la hausse vertigineuse des cotisations d’assurance santé. La réforme suicidaire de la CFE devrait précipiter le mouvement.

Les conditions de vie des retraités seront plus difficiles à l’avenir. Le coût des loyers dans les grandes villes va exploser, sous la pression acheteuse des Chinois et des efforts entrepris pour développer l’économie de certaines régions, notamment à Pattaya. La construction du TGV devrait augmenter le prix au m2 de 50% d’ici 2024. Les Chinois originaire de la partie continentale ont investi environ 10 milliards de dollars dans l'achat de condos en Thaïlande au cours des trois dernières années, contribuant à une augmentation annuelle des prix de 20% dans les grandes villes telles que Bangkok. Les investisseurs japonais ont dépensé 8 milliards de dollars et les acheteurs singapouriens, 2 milliards de dollars (Bloomberg). La Thaïlande devrait rester le pays le plus prisé des investisseurs immobiliers chinois en 2019, avec une croissance attendue d'au moins 10% par rapport à l'année dernière, notamment à Bangkok, Chiang Mai, Pattaya et Phuket (Bangkok Post). Carrie Law, directrice du site immobilier chinois Juwai.com (3,1 millions d'utilisateurs), considère que les investisseurs chinois ont confiance dans le potentiel économique de la Thaïlande à long terme, du fait du développement des infrastructures ... Sixième destination la plus populaire en matière de consultations en 2016, la Thaïlande est passée à la troisième place en 2017 avant de se hisser à la première place l'année dernière.

- Les expatriés qui vivent de leur business en Thaïlande appartiennent à l’histoire. Ils sont presque tous fait faillite, à l’exception des développeurs informatiques qui travaillent à distance pour des sociétés occidentales, de plus en plus nombreux.

- Reste enfin les expatriés, toujours aussi nombreux, qui épousent une Thaïlandaise. Les chiffres du consulat de France confirment la tendance. Ils enregistrent beaucoup plus de mariages et de naissances que de décès. C’est le seul cas de figure qui justifie l’achat d’un bien immobilier en Thaïlande, à la condition d’en être le réel propriétaire (company name dans le cas d’une maison). Fonder une famille en Thaïlande coûte cher. Il faut financer de bonnes écoles, les assurances ... et envoyer un peu de sous tous les mois à la belle-mère ...


PRISE DE DECISION

La plupart de ceux qui s’installent en Thaïlande ont pris leur décision depuis longtemps. Certains attendent de divorcer, d’autres de partir à la retraite, avant de prendre un aller simple pour Bangkok. Nous recommandons vivement à ceux qui s’engagent dans le processus de vendre tout ce qu’ils possèdent en France, avant d’être spolié par d’administration fiscale. C’est un préalable indispensable, sauf pour ceux qui envisagent l’expatriation de manière temporaire.


S’installer en Thaïlande comporte de nombreux risques qu’il convient d’apprécier sur la durée avant de faire le saut.

- Quel sera le cours de l’euro face au baht dans 10 ans ? Le pire n’est jamais certain. Ce n’est pas pour autant qu’il faut faire preuve d’angélisme. La monnaie d’un pays qui affiche une croissance moyenne de 3,5% progresse beaucoup plus vite celle des économies en quasi récession. Plusieurs pays de la zone euro seront incapables, à relativement court terme, de supporter la hausse des taux d’intérêt, notamment la France et l’Italie. Une crise monétaire n’est pas à exclure.
- Quel sera le montant des retraites dans 10 ans ? Une baisse de 30% (en euros) n’est pas la pire des hypothèses.

- Quel est le coût des assurances qu’il faut impérativement souscrire quand on s’installe en Thaïlande ? Il est impossible de faire l’impasse sur les assurances “premium” moto et auto, ni celles qui concernent les cas d’hospitalisation et assistance rapatriement basique en cas d’urgence ou d’accident, autant de risques qui ne sont pas ou très mal couverts par la CFE.

Cette caisse est appelée à disparaître, compte-tenu du quadruplement de ses tarifs, de son positionnement qui ne correspond pas aux besoins du plus grand nombre, et au fait qu’elle rembourse très mal les interventions chirurgicales et les hospitalisations. Elle permettait jusqu’alors de souscrire à une caisse complémentaire à un tarif avantageux, et d’obtenir le remboursement de l’aspirine à hauteur de 60%. C’était hier.

Les assurances privées vont profiter de l’aubaine. April propose une assurance limitée aux urgences médicales, ce qui réduit considérablement le coût de la cotisation, surtout si l’on accepte une franchise. Ce n’est malgré tout pas donné. Entre cela et la prise en charge alambiquée et incomplète de la CFE qui risque de vous ruiner en cas d’intervention, l’hésitation n’est pas permise. Cette dernière va perdre beaucoup d’argent au cours des dix prochaines années en assurant une population vieillissante qui bénéficie d’un tarif ridiculement faible, et les expatriés malades que les autres compagnies refusent de prendre en charge.
La réforme de la CFE est le parfait exemple de ce qui ne fallait surtout pas faire.

Nous rappelons, qu’en matière d’assurance, le recours à un courtier (pas en ligne) est quasiment indispensable. C’est gratuit et cela n’augmente pas le coût des cotisations. Il y a des bons, des mauvais, et des très mauvais courtiers. Il est assez facile de faire le tri, en choisissant ceux qui exercent depuis de nombreuses années et ne font que cela.

Pour les nouveaux expatriés, la réforme suicidaire de la CFE balaie d’un revers de la main l’intérêt des assurances complémentaires qui gravitent dans son orbite. C’est une évidence.


VISA

Obtenir un visa longue durée est relativement facile en Thaïlande pour les personnes âgées de plus de 50 ans et ceux qui fondent un foyer.
Voici ce qu’il faut savoir :

1 - Les officiers de l’immigration n’ont aucun pouvoir de négociation dès lors que les procédures sont précises. C’est à la marge que le problème se pose, toujours au désavantage de l’expatrié. Ils ont procédé à des contrôles de revenus au cours des derniers mois, avant que la circulaire qui impose des certificats bancaires ou consulaires certifiés n’entre en application. Beaucoup de bureau d’immigration vérifie maintenant, comme nous l’avons annoncé il y a plusieurs semaines, l’origine des 400.000 ou 800.000 bahts déposés sur en compte. Il semble plus facile, notamment à Pattaya, d’obtenir un visa retraité qu’un visa famille. Beaucoup se plaignent de contrôles tatillons dans le deuxième cas.

2 - Les services de l’immigration envisagent la suppression du pointage obligatoire tous les 90 jours.

3 - Les services de l’immigration souhaitent imposer une assurance santé aux expatriés, ce qui suppose que pratiquement aucun d’entre eux ne soit victime d'antécédents médicaux !



https://www.facebook.com/enthailandedepuistroplongemps/posts/1262838957201719?__tn__=K-R
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15190
Re : Retraité ou expatrié en Thaïlande...
« Réponse #376 le: février 06, 2019, 08:40:18 am »


LA CFE EST MORTE - COMMENT LA REMPLACER

S’installer en  Thaïlande sans souscrire une assurance est irresponsable, surtout quand on est retraité. Les hôpitaux appliquent une règle simple : vous payez avant d’être soigné. Si vous n’êtes pas couvert ou ne disposez pas d’une couverture bancaire suffisante, vous êtes transféré vers un hôpital public dans un “fourgon à bestiaux”, et placé dans une salle commune avec des cachets d’aspirine en attendant un éventuel virement, ou que vos amis lancent une cagnotte.

Les retraités modestes pouvaient souscrire une assurance “santé” auprès de la CFE en payant une cotisation de 78 euros/mois, qui couvraient 80 % des dépenses d’hospitalisation, à la condition que l’établissement soit choisi par IMA. La caisse prenait également en charge les dépenses de santé de la famille, en appliquant le barème de la sécurité sociale. Tous les étrangers nous enviaient. Ils avaient raison. La plupart des expatriés souscrivaient une assurance complémentaire qui leur permettait, dans des conditions avantageuses, d’être couvert au premier euro. Tout ceci appartient à l’histoire, sauf pour les anciens adhérents qui conservent leurs avantages pendant dix ans au prix d’un petit effort financier. Comme toujours en France, les réformes sont supportées par les nouveaux entrants.    Plus personne n’a aujourd’hui intérêt à souscrire une assurance auprès de la CFE, sauf les personnes de plus de 70 ans ou celles qui ne sont pas prises en charge par les assurances privées en raison d’antécédents médicaux.     

Pour les autres ?   Il existe plusieurs options. 
 
1 - Ceux qui sont déjà assuré par le CFE n’ont aucun intérêt à changer de formule. Ils doivent souscrire une assurance complémentaire basique, s’ils en ont les moyens et qu’ils remplissent les conditions. Il ne faut pas négliger l’assurance de la femme et des enfants.

2 - Beaucoup de nouveaux retraités modestes ne vont plus d’expatrier à l’année, mais faire un ou deux séjours de 90 jours/an en Thaïlande, en bénéficiant de l’assurance des cartes Visa ou Mastercard Gold. L’économie réalisée sur l’assurance finance les billets d’avions, surtout hors saison. La formule impose de conserver un domicile en France, ce qui a un coût.

3 - Ceux qui ne sont pas couverts et veulent limiter les risques doivent souscrire une assurance “accident”, notamment ceux qui circulent à moto. Cela règle, statistiquement, la moitié du problème. C’est la roulette russe avec 3 balles.

4 - Les expatriés modestes peuvent souscrire une assurance limitée aux interventions chirurgicales d’urgence et rapatriement . Cyril Devouassoux, un courtier sérieux de Pattaya qui a contribué à la rédaction de cet article, recommande de souscrire “Emergency” d’April. Il y a sans doute d’autres assurances de ce type. Ce n’est donc qu’une base de réflexion. Cette formule (95 euros/mois à 50 ans - 205 euros/mois à 65 ans) est suffisante pour ceux qui ont les moyens de soigner en France les maladies chroniques (cancer ...). Elle couvre au premier euro aussi bien que la CFE+mutuelle  dans le cas très limité des urgences, et permet de choisir son hôpital.     

5 - La formule “essential” d’April, qui couvre les hospitalisations d’urgence et les autres est en concurrence directe avec le contrat local April/LMG (Liberty Mutual Company), beaucoup moins cher.  https://hk.april-international.com/fr/vivre-l-etranger/myhealth-thailande C’est la formule “petit budget” gérée par April qui conviendra au plus grand nombre. Personne n’est parle. C’est notre contrat préféré. Entre 61 et 65 ans, il en coûte 63.502 bahts/an (146 euros/mois) pour une couverture de 3.275.000 bahts, ce qui est suffisant pour être pris en charge dans n'importe quel hôpital en cas d'intervention (urgente ou non), pas pour des soins dispendieux sur une longue période. Le tarif passe à 79.353 bahts/an (183 euros/mois) avec la couverture à 16.375.000 bahts. Les remboursements se font au premier euro. Le niveau de couverture "hospitalisation" est identique a celui de la CFE+mutuelle, à un tarif très inférieur. La médecine de ville n'est pas remboursée. Il n'y a pas de contrat famille mais des remises en fonction du nombre de personnes assurées (5% pour 2, 7.5% pour 3). Les tarifs sont raisonnables pour les enfants (34 euros/mois) et les moins de 45 ans (64 euros/mois). On peut obtenir une réduction de 10% de la prime en acceptant de prendre en charge une franchise annuelle de 16.375 bahts. 

Il n’y a aucune forme de publicité déguisée dans cet article. Nous sommes les seuls à proposer des solutions alternatives à l’ancien contrat de la CFE, qui ne sont que des bases de comparaison. Il nous semble inutile de pleurnicher dans les jupons des pisseuses pour espérer un miracle.     
   
La CFE est morte, il faut trouver autre chose. Notre étude sommaire ne prend en compte que des contrats d’assurance viagers (vous seul décidez d’en sortir), dont les tarifs sont indépendants du nombre de prises en charge, gérés par des interlocuteurs français basés à Bangkok, qui pratique le tiers-payant dans les meilleurs hôpitaux du royaume ...



https://www.facebook.com/notes/vous-savez-que-vous-vivez-en-tha%C3%AFlande-depuis-trop-longtemps/la-cfe-est-morte-comment-la-remplacer/1264391780379770/
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13976
Re : Retraité ou expatrié en Thaïlande...
« Réponse #377 le: février 13, 2019, 03:23:49 pm »



Pouvoir d'achat des expatriés exprimé en bahts...  ??? :'( ;)
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3405
Re : Retraité ou expatrié en Thaïlande...
« Réponse #378 le: février 21, 2019, 11:13:34 pm »


L'Alliance Solidaire des Français de l’étranger devient un mouvement politique ouvert à tous !

L'ASFE existe depuis des années. Vous n’en aviez pas encore entendu parlé ? C’est normal. Jusqu’à présent, nous travaillions exclusivement avec vos élus de proximité : les conseillers et délégués consulaires, à qui nous proposons notre aide juridique et administrative au quotidien.

A plusieurs, nous avons fondé l’ASFE, mouvement politique indépendant dédié exclusivement aux Français de l’étranger, en partant du constat suivant : les Français de l’étranger sont une immense richesse pour la France qu’elle a tendance à négliger.

2019 est pour l’ASFE une nouvelle étape : nous avons en effet décidé d’amplifier notre mouvement, d'être plus nombreux pour mieux nous faire entendre. Peut-être avez vous été ou êtes encore aujourd’hui proche d'un parti politique national.

Ou bien, au contraire, vous êtes dans un moment de rejet total de la politique française. Quelle que soit votre position ou votre sensibilité, à l’ASFE, nous considérons que les clivages partisans n’ont pas réellement lieu d’être : un Français qui vit à l’étranger rencontre toujours les mêmes problèmes et a toujours les mêmes besoins. 

Si l’on veut être considéré, il est nécessaire de se faire entendre : rappeler tous les jours que les Français de l’étranger sont des Français à part entière et qu’ils ont des droits. C’est ce que vous propose l’ASFE, que je vous invite à découvrir et à venir enrichir de toutes vos idées. Ce mouvement, c’est le vôtre !


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13470-lalliance-solidaire-des-fran%C3%A7ais-de-l
IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13976
Re : Retraité ou expatrié en Thaïlande...
« Réponse #379 le: février 28, 2019, 08:11:52 pm »

Français Ensemble dans le Club de Pattaya


FISCALITE - Nouvelles mesures en 2019...


- Exonération de taxation pour les non-résidents :

auparavant, si vous quittiez la France et vendiez votre résidence principale une fois installé à l'étranger, vos plus-values étaient taxées, après l'application d'abattements légaux pour durée de détention, à 19% au titre de l'impôt et de 17,2% pour les prélèvements sociaux.

Depuis le 1er janvier, vous pouvez échapper à cette taxation, à condition de signer la vente au plus tard le 31 décembre de l'année qui suit votre départ, par exemple 2020 pour une mise en vente en 2019.

- Exonération de prélèvements sociaux sous conditions

Depuis le 1er janvier, les personnes qui s'installent dans un pays de l'Union Européenne, de l'espace européen ou en Suisse et prouvent qu'ils cotisent à un régime obligatoire local de Sécurité sociale ne régleront plus que 7,5% de prélèvements sociaux sur leurs revenus français (au lieu de 17,2%). Cette mesure s'applique aussi à tous les revenus tirés d'une location d'un logement en France.

La mesure ne concerne pas les expatriés qui résident en Asie ...

- Rehaussement du taux minimum d’imposition :

L’assemblée nationale a procédé à une nouvelle modification de l’article 3 bis du projet de loi de finances 2019 relatif à la fiscalité des non-résidents. Le taux minimum de 20% reste applicable jusqu’à la « limite supérieure de la deuxième tranche du barème de l'impôt sur le revenu » (environ 27.500 €), puis passe à 30% au-delà.

Sous réserve des justificatifs, le contribuable conserve la possibilité de demander l’application du taux moyen de l’impôt résultant de l’application du barème progressif à l’ensemble de ses revenus de source française et étrangère, s’il est inférieur au taux minimum.

- Déductibilité des pensions alimentaires :

Le législateur permet désormais aux non-résidents de déduire fiscalement le montant des pensions alimentaires, à condition que ces dernières soient imposables entre les mains d’un résident fiscal français. Un français non résident fiscal qui verse une pension alimentaire à un autre non résident fiscal ne pourra pas bénéficier de la déductibilité.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15190
Re : Retraité ou expatrié en Thaïlande...
« Réponse #380 le: mars 05, 2019, 07:55:04 am »


RETRAITE - Au 31 décembre, la Cnav recensait 14,35 millions de pensionnés, dont 7,98 millions de femmes et 6,37 millions d’hommes, en comptant les pensions de réversion. L'âge moyen de départ à la retraite des salariés du secteur privé a augmenté l'an passé en France pour atteindre 62,7 ans, deux mois de plus qu'en 2017.

En 2018, le nombre de nouveaux retraités a atteint 666.423, soit 5,3% de plus qu'un an plus tôt. S'y ajoutent 170.660 nouvelles pensions de réversion.

Le nombre de départs en retraite anticipée "longue carrière" a diminué dans le même temps de plus de 12.000, à 150.049.

A fin 2018, l'assurance retraite versait des pensions de retraite personnelles ou de réversion à 14,35 millions d'anciens salariés du privé, contre 14,14 millions un an plus tôt, pour un total de 118 milliards d'euros (+2,9%) alors que la pension moyenne servie par la Cnav n’a progressé que de 0,9% à 686 euros.

Le montant de base moyen du droit direct servi pour une carrière complète au régime général était de 1.091 euros par mois en 2018, contre 1.053 en 2017.
L'âge moyen du retraité du régime général a légèrement augmenté l'an passé pour atteindre 74,3 ans contre 74,1 un an plus tôt.
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13976
Re : Retraité ou expatrié en Thaïlande...
« Réponse #381 le: mars 28, 2019, 09:18:00 pm »

https://www.capital.fr/votre-carriere/un-quart-des-expat-francais-na-pas-de-couverture-sante-parce-que-cest-trop-cher-


Un quart des expatriés français n'a pas de couverture santé parce que c'est trop cher... :'(

Une étude, publiée ce jeudi 28 mars par Malakoff Médéric Humanis, démontre que que l’assurance santé n’est pas une évidence pour tous les expatriés français.

Comme dit le dicton, “l’herbe est toujours plus verte chez le voisin”. C’est en tout cas ce qu’ont l’air de penser un peu plus du tiers de Français, qui envisagent de partir travailler à l’étranger dans les deux ans, d’après une étude d’ADP, éditeur de solutions RH, publiée en juin dernier.

Mais s’expatrier ne s’improvise pas : cela nécessite une certaine organisation. Il faut à la fois trouver du boulot, un logement, une école pour son ou ses enfants... mais aussi penser à une couverture santé pour cette période de vie à l’étranger.

En effet, même si vous relevez du régime de sécurité sociale du pays où vous travaillez lorsque vous êtes expatrié - bien que vous ayez aussi la possibilité de continuer à bénéficier du régime de l'Assurance Maladie française en adhérant à la Caisse des Français de l'étranger (CFE) -, vous n’êtes pas forcément aussi bien couvert que lorsque vous travaillez dans l’Hexagone.

C’est pourquoi une complémentaire adaptée aux expatriés n’est souvent pas de trop. Mais ce réflexe n’est pas automatique pour l’ensemble des expat’ français : un quart d’entre eux déclare ne pas avoir souscrit de couverture santé spécifique, d’après le baromètre sur la protection sociale des expatriés français que publie le groupe mutualiste Malakoff Médéric Humanis ce jeudi 28 mars.

56% d’entre eux estiment que le coût des contrats qui leurs sont proposés est trop élevé. 17% préfèrent même économiser eux-mêmes pour faire face aux dépenses de santé. Autres raisons invoquées ? J’ai une bonne santé, je n’en ai pas besoin (14%), je ne sais pas à qui m’adresser (12%), ou encore les démarches sont trop complexes (11%).

Pour 54% d’entre eux, la qualité de santé n’est pas meilleure dans leur pays d’accueil. Dans le même temps, 58% des expat’ tricolores ne trouvent pas que le fonctionnement et la qualité des hôpitaux publics y sont meilleurs.

Surtout, 54% jugent que le coût des soins médicaux est plus élevé qu’en France. Une consultation chez le médecin généraliste aux États-Unis coûte ainsi, par exemple, environ 225 dollars… contre 25 euros en France.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15190
Re : Retraité ou expatrié en Thaïlande...
« Réponse #382 le: mars 30, 2019, 08:12:44 am »


Visa Thaïlande : nouveau report pour l’e-Visa de tourisme

Maintes fois annoncée et reportée, la possibilité de déposer une demande de visa en ligne pour la Thaïlande est une nouvelle fois reportée au mois de mai 2019.

Contrairement a ce que nous avions annoncé dans notre précédent article sur le e-Visa en Thaïlande, le nouveau système de réservation et de visa en ligne pour la Thaïlande ne sera pas disponible pour le 31 mars 2019, mais sa mise en service est reportée au 13 mai.

L’annonce publiée sur le site de l’Ambassade de Thaïlande en France, consultable plus bas, indique également que le service consulaire continuera d’accepter les demandes de visas sur rendez-vous jusqu’au 10 Mai 2019.

Par conséquent, le système en ligne de prise de rendez-vous est de nouveau disponible, dès maintenant, pour les demandes à effectuer pour le mois d’avril.

Rappel : la convocation de rendez–vous en ligne doit être imprimée et présentée impérativement lors de votre dépôt de dossier. Sans cela, la demande sera directement refusée.


Nouveau système à partir du 13 mai

À partir du 13 mai 2019, l’Ambassade lancera le système de demande de visa électronique ou  « E-visa » pour toutes les demandes de visa. Tous les dossiers de demande déposés physiquement à l’Ambassade ne seront plus possible après le 10 mai 2019.  Nous publierons des informations complémentaires dans les prochaines semaines pour vous aider à comprendre le processus d’E-visa.

Les demandeurs de visas qui souhaitent séjourner plus de 30 jours en Thaïlande (visa de tourisme), devront, à partir du 10 mai, dans un premier temps effectuer leur inscription sur le site www.thaievisa.go.th et régler les frais de visa en ligne.


Visa Thaïlande : les limites du nouveau e-Visa de tourisme

En réalité il ne s’agira pas d’un e-Visa, mais d’un nouveau système de réservation et de paiement en ligne qui demandera ensuite quand même un rendez-vous et un déplacement à l’Ambassade.

Alors que le principal intérêt du visa électronique, comme le pratiquent de nombreux pays tels que l’Inde, le Vietnam ou encore le Myanmar, est précisément d’éviter aux voyageurs le déplacement physique à l’Ambassade.



https://www.thailande-fr.com/visas/80050-visa-thailande-nouveau-report-pour-le-visa-de-tourisme
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13976
Re : Retraité ou expatrié en Thaïlande...
« Réponse #383 le: avril 01, 2019, 04:22:54 pm »

Français Ensemble dans le Club de Pattaya


FISCALITE EXPAT.


Le projet de réforme de la fiscalité des non résidents majorera, dès 2020, les revenus d'origine française d'un coefficient calculé en fonction du coût de la vie du pays d'expatriation. Cela ne concernera que 75% des revenus imposables.

A titre d'exemple, un retraité qui vit en Thaïlande et perçoit 2.000 euros/mois sera imposé, demain, sur la base de 3.500 euros. L’impôt d'un célibataire sans enfant passera ainsi de 1.274 à 5.542 euros/an.

 Le premier secrétaire du PS, Olivier Faure, s'était exprimé sur le sujet au mois de mai 2018 : "Il y a quand même des gens qui gagnent beaucoup d'argent, qui ne savent plus qu'en faire, et qui ont de la France une conception assez utilitariste.

Ils partent à l'étranger pour y mettre leurs lingots. ..Mais quand ils veulent se faire soigner ils reviennent en France parce que c'est ici qu'ils se font soigner le mieux" ... "Moi j'aimerais que la solidarité elle s'exprime à tout moment. J'aimerais qu'on puisse faire comme chez les Américains, qu'on puisse avoir un impôt qui est payé par tous les citoyens français quel que soit l'endroit du monde où ils habitent".

Emmanuel Macron semble avoir entendu le message. Il espère du même coup, calmer la colère des gilets jaunes qui supportent quatre fois plus d'impôts (Csg, Irpp, impôts locaux, TVA, taxes sur l'essence) que les retraités expatriés.

Ces derniers, souvent partis dans de bonnes conditions, appauvrissent la France. L'effort demandé sera présenté comme une compensation au nom de la justice fiscale entre les générations.

Toutes les personnes inscrites sur le registre de l'ambassade sont concernées par le nouveau barème qui ne s'appliquera pas à ceux dont le séjour sera inférieur à six mois par an.

IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13976
Re : Retraité ou expatrié en Thaïlande...
« Réponse #384 le: avril 06, 2019, 10:35:52 pm »



ASSURANCE - Tomber malade en Thaïlande n'est pas forcément désagréable, sauf si on n'est pas assuré...
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13976
Re : Retraité ou expatrié en Thaïlande...
« Réponse #385 le: avril 07, 2019, 07:13:11 pm »

Français Ensemble dans le Club de Pattaya


CFE

Avec près de 110.000 adhérents et un peu plus de 200.000 personnes couvertes au total, en comptant les ayants droit, la CFE est confrontée à une baisse du nombre de ses clients depuis plusieurs années.

Elle compte sur sa réforme pour en regagner". (francetvinfo aujourd'hui).

De notre point de vue, sa réforme est suicidaire. Elle prend les assurés pour des abrutis, ce qui n'est pas une stratégie pertinente.

La réforme engagée, très mal conçue, expliquée avec des arguments fallacieux, défendue par une pétasse, est le parfait exemple de ce qu'il ne faut jamais faire.

C'est une erreur stratégique majeure qui condamne la CFE à moyen terme...
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13976
Re : Retraité ou expatrié en Thaïlande...
« Réponse #386 le: avril 10, 2019, 04:15:33 pm »

Français Ensemble dans le Club de Pattaya


Les pensions de réversion...


Les pensions de réversion versées aux Thaïlandaises ayant épousé des Français répondent à deux règles différentes selon qu'il s'agisse du régime général ou du régime complémentaire. Il faut donc faire deux demandes séparées.

À la différence de la retraite de base de la Sécurité sociale/Caisse nationale d'assurance vieillesse (CNAV), la pension de réversion de la retraite complémentaire AGIRC et ARRCO est attribuée sans condition de ressources. Elle peut être versée sans condition d’âge si l'ayant droit a 2 enfants à charge au moment du décès, ce qui n'est pas un cas isolé.

La pension de réversion est égale à 60 % de la retraite complémentaire du salarié ou retraité décédé, sans qu’il soit tenu compte du coefficient dit d'anticipation qui a pu la minorer.

Les différentes épouses ayant accompagné la vie du retraité se partagent sa pension de réversion, au prorata du nombre d'années de mariage. Le concubinage et le Pacs (Pacte Civil de Solidarité) ne donnent pas droit à la pension de réversion.

En cas de remariage, la pension de réversion n’est pas attribuée. Si la pension de réversion était versée avant le remariage, elle sera alors supprimée.

Dans le cas où la personne décédée était retraitée, la pension de réversion ne pourra être supérieure à sa retraite.
Le détail des mesures est décrit à la page
https://www.agirc-arrco.fr/…/demander-re…/pension-reversion/

Pour ce qui concerne le régime général, la demande doit être effectuée en suivant les instructions décrites à la page
https://www.lassuranceretraite.fr/…/demande-retraite-revers…

Les Thaïlandaises ayant épousé des Français décédés sont, dans la plupart des cas, incapables de faire valoir leurs droits. Aucune association ne leur vient en aide.

Elles sont toutes incompétentes en Thaïlande. Il y a un fonds de commerce à exploiter pour un avocat francophone qui pourrait être désigné exécuteur testamentaire. La prudence recommande de s'assurer de ses compétences et de sa probité.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15190
Re : Retraité ou expatrié en Thaïlande...
« Réponse #387 le: avril 11, 2019, 10:06:30 am »


VISA “RETRAITE”


Pour corriger les propos de certains abrutis et autres gâteux qui débitent à répétition des inepties sur Facebook à propos des renouvellements de visa, il nous semble indispensable de préciser les nouvelles règles. Elles découlent de la volonté du Maj-General Surachate Hakpal (“Big Joke”) de mettre un terme aux abus qui permettaient de contourner très facilement les anciennes procédures.


ANCIENNES REGLES

Jusqu’au mois d’octobre 2018, il suffisait de présenter un affidavit (déclaration de revenus sur l’honneur) rédigé par une ambassade étrangère, ou une attestation de dépôt d’une somme de 800.000 bahts sur un compte en banque thaïlandais deux ou trois mois avant de solliciter un nouveau visa pour décrocher une prolongation.   

Les services de l’immigration savaient que les montants qui apparaissaient sur les affidavits étaient parfois fictifs, et que des officines prêtaient les 800.000 bahts le temps nécessaire aux formalités, moyennant une commission de 20.000 à 30.000 bahts.

     
LES CHANGEMENTS

Pour éviter ces abus, les services de l’immigration ont exigé  - que les ambassades et consulats vérifient et certifient les montants déclarés dans les attestations de revenus, condition indispensable pour qu’elles soient admises,  - que le dépôt de 800.000 bahts soit bloqués en intégralité pendant 4 mois, et pour moitié les 8 mois suivants, sur un compte bancaire thaïlandais au nom de celui sollicite une prolongation. 

Dès le mois d’octobre, les ambassades  US, de GB, d'Australie et du Danemark ont fait savoir qu’elles refusaient de contrôler et d’attester le montant déclaré sur les attestations de revenus. Elles ont donc, logiquement, décidé de ne plus remettre d’affidavits devenus inutiles. L’ambassade de France continue de vendre ces bouts de papiers sans aucune valeur qui ne permettent pas d’être dispensé des formalités  appliquées à ceux qui en sont dépourvus.   

Pour rappel, plusieurs bureaux de l’immigration exigeaient au cours des derniers mois de l’année 2018 et à titre transitoire, que les expatriés présentent des justificatifs de revenus, en plus des affidavits, et des bordereaux bancaires qui précisent l’origine des 800.000 déposés sur un compte en Thaïlande.   
Les nouvelles règles annoncées fin décembre 2018 et début janvier 2019 entrent en application depuis le 1er mars, notamment à Phuket. Certains bureaux auront sans doute besoin d’une période adaptation. On ne sait pas jusqu’à quand les affidavits établis fin 2018 ou début 2019 seront acceptés. 


NOUVELLES REGLES

Les services de l’immigration ont publié deux notes internes qui détaillent les nouvelles règles :

- la première concerne l’attestation de revenus d’au moins 65.000 bahts/mois certifiés soit par une ambassade, soit par une banque  ("police order" 0029.173/Wor 4950 du 21 décembre 2018)
- la seconde, les conditions de blocage de la somme de 800.000 bahts (circulaire 35/2561 du 18 janvier 2019)  Le "police order" 0029.173/Wor 4950 du 21 décembre 2018 intitulé ‘Supporting evidence of income for visa extension in case of family members and retirement", rappelle sans aucune ambiguïté que les "income certification certified by the embassy or consular" sont acceptés Elle précise les règles imposées aux expatriés incapables de présenter une attestation de revenus certifiée. Ils doivent s’en remettre à une banque thaïlandaise pour obtenir un document équivalent obtenu en transférant tous les mois,  a minima, une somme de 65.000 bahts.  C’est une contrainte lourde qui engendre des frais bancaires non négligeables et des conditions de conversion défavorables. Pour de nombreux retraités, une partie des pensions versées en France sert à régler des dépenses en euros, notamment les cotisations d’assurance santé, les impôts ... . Il doivent donc bénéficier d’une retraite supérieure à 2.000 euros/mois pour joindre les deux bouts.     
La circulaire 35/2561 ne détaille, dans le point 4, que le dépôt de 800.000 bahts ... "At least 2 months prior to filing date, and at least 3 months after being granted permission, the alien must have fund deposited in a bank in Thailand of no less than THB 800,000. The alien can withdraw the fund 3 months after being granted permission and the remaining balance must be no less than THB 400,000.  Le panachage entre les revenus et le dépôt est toujours possible  "Must have and annual earning and fund deposited with a commercial bank in Thailand totalling of no less than THB 800,000 until the filing date " ... 


CONCLUSIONS

Pour obtenir un renouvellement de visa ... 

1 - Les montants qui figurent sur les attestations de revenus doivent être certifiés par les ambassades. Ce n'est pas le cas de la déclaration remise par le consulat de France.
2 - A défaut d'attestation consulaire certifiée, il sera possible de présenter une attestation bancaire qui confirme le transfert mensuel d'au moins 65.000 bahts sur un compte thaïlandais.
3 - A défaut de l'un des documents précédents, il sera possible déposer 800.000 bahts sur un compte thaïlandais au moins deux mois avant la demande de prolongation. Cette somme sera intégralement gelée trois mois ensuite, et pour moitié à compter du quatrième mois.     

Tout le restant n’est que du baratin.



https://www.facebook.com/notes/vous-savez-que-vous-vivez-en-tha%C3%AFlande-depuis-trop-longtemps/visa-retraite/1290656891086592/
IP archivée

PHILGOOD

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 557
Re : Retraité ou expatrié en Thaïlande...
« Réponse #388 le: avril 11, 2019, 03:11:11 pm »


VISA “RETRAITE”


Pour corriger les propos de certains abrutis et autres gâteux qui débitent à répétition des inepties sur Facebook à propos des renouvellements de visa, il nous semble indispensable de préciser les nouvelles règles. Elles découlent de la volonté du Maj-General Surachate Hakpal (“Big Joke”) de mettre un terme aux abus qui permettaient de contourner très facilement les anciennes procédures.


ANCIENNES REGLES

Jusqu’au mois d’octobre 2018, il suffisait de présenter un affidavit (déclaration de revenus sur l’honneur) rédigé par une ambassade étrangère, ou une attestation de dépôt d’une somme de 800.000 bahts sur un compte en banque thaïlandais deux ou trois mois avant de solliciter un nouveau visa pour décrocher une prolongation.   

Les services de l’immigration savaient que les montants qui apparaissaient sur les affidavits étaient parfois fictifs, et que des officines prêtaient les 800.000 bahts le temps nécessaire aux formalités, moyennant une commission de 20.000 à 30.000 bahts.

     
LES CHANGEMENTS

Pour éviter ces abus, les services de l’immigration ont exigé  - que les ambassades et consulats vérifient et certifient les montants déclarés dans les attestations de revenus, condition indispensable pour qu’elles soient admises,  - que le dépôt de 800.000 bahts soit bloqués en intégralité pendant 4 mois, et pour moitié les 8 mois suivants, sur un compte bancaire thaïlandais au nom de celui sollicite une prolongation. 

Dès le mois d’octobre, les ambassades  US, de GB, d'Australie et du Danemark ont fait savoir qu’elles refusaient de contrôler et d’attester le montant déclaré sur les attestations de revenus. Elles ont donc, logiquement, décidé de ne plus remettre d’affidavits devenus inutiles. L’ambassade de France continue de vendre ces bouts de papiers sans aucune valeur qui ne permettent pas d’être dispensé des formalités  appliquées à ceux qui en sont dépourvus.   

Pour rappel, plusieurs bureaux de l’immigration exigeaient au cours des derniers mois de l’année 2018 et à titre transitoire, que les expatriés présentent des justificatifs de revenus, en plus des affidavits, et des bordereaux bancaires qui précisent l’origine des 800.000 déposés sur un compte en Thaïlande.   
Les nouvelles règles annoncées fin décembre 2018 et début janvier 2019 entrent en application depuis le 1er mars, notamment à Phuket. Certains bureaux auront sans doute besoin d’une période adaptation. On ne sait pas jusqu’à quand les affidavits établis fin 2018 ou début 2019 seront acceptés. 


NOUVELLES REGLES

Les services de l’immigration ont publié deux notes internes qui détaillent les nouvelles règles :

- la première concerne l’attestation de revenus d’au moins 65.000 bahts/mois certifiés soit par une ambassade, soit par une banque  ("police order" 0029.173/Wor 4950 du 21 décembre 2018)
- la seconde, les conditions de blocage de la somme de 800.000 bahts (circulaire 35/2561 du 18 janvier 2019)  Le "police order" 0029.173/Wor 4950 du 21 décembre 2018 intitulé ‘Supporting evidence of income for visa extension in case of family members and retirement", rappelle sans aucune ambiguïté que les "income certification certified by the embassy or consular" sont acceptés Elle précise les règles imposées aux expatriés incapables de présenter une attestation de revenus certifiée. Ils doivent s’en remettre à une banque thaïlandaise pour obtenir un document équivalent obtenu en transférant tous les mois,  a minima, une somme de 65.000 bahts.  C’est une contrainte lourde qui engendre des frais bancaires non négligeables et des conditions de conversion défavorables. Pour de nombreux retraités, une partie des pensions versées en France sert à régler des dépenses en euros, notamment les cotisations d’assurance santé, les impôts ... . Il doivent donc bénéficier d’une retraite supérieure à 2.000 euros/mois pour joindre les deux bouts.     
La circulaire 35/2561 ne détaille, dans le point 4, que le dépôt de 800.000 bahts ... "At least 2 months prior to filing date, and at least 3 months after being granted permission, the alien must have fund deposited in a bank in Thailand of no less than THB 800,000. The alien can withdraw the fund 3 months after being granted permission and the remaining balance must be no less than THB 400,000.  Le panachage entre les revenus et le dépôt est toujours possible  "Must have and annual earning and fund deposited with a commercial bank in Thailand totalling of no less than THB 800,000 until the filing date " ... 


CONCLUSIONS

Pour obtenir un renouvellement de visa ... 

1 - Les montants qui figurent sur les attestations de revenus doivent être certifiés par les ambassades. Ce n'est pas le cas de la déclaration remise par le consulat de France.
2 - A défaut d'attestation consulaire certifiée, il sera possible de présenter une attestation bancaire qui confirme le transfert mensuel d'au moins 65.000 bahts sur un compte thaïlandais.
3 - A défaut de l'un des documents précédents, il sera possible déposer 800.000 bahts sur un compte thaïlandais au moins deux mois avant la demande de prolongation. Cette somme sera intégralement gelée trois mois ensuite, et pour moitié à compter du quatrième mois.     

Tout le restant n’est que du baratin.



https://www.facebook.com/notes/vous-savez-que-vous-vivez-en-tha%C3%AFlande-depuis-trop-longtemps/visa-retraite/1290656891086592/

Merci Manu de nous apporter ces précisions. Sais tu si les règles (financières) ont également changées pour les retraités disposant d'un Visa Thaï Wife ?
D'avance merci de tes réponses,
Amicalement,
Philgood ...  :smile
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15190
Re : Retraité ou expatrié en Thaïlande...
« Réponse #389 le: avril 17, 2019, 08:14:40 am »


Apparemment, les règles n'ont pas changé pour les Visas "mariages" !
IP archivée

PHILGOOD

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 557
Re : Retraité ou expatrié en Thaïlande...
« Réponse #390 le: avril 17, 2019, 03:48:51 pm »


Apparemment, les règles n'ont pas changé pour les Visas "mariages" !


Merci pour l'Info Manu,
Amicalement,
Philgood ...  :smile
IP archivée

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3405
Re : Retraité ou expatrié en Thaïlande...
« Réponse #391 le: mai 08, 2019, 10:37:08 pm »


Couverture maladie des expatriés retraités en France : Il faudra avoir cotisé 15 ans en France pour y avoir droit !


Tous les expatriés sont-ils concernés par ce changement ?

Les retraités résidant dans les pays ayant part aux accords communautaires ou dans les pays du Maghreb qui bénéficient de convention de sécurité sociale « maladie » spécifique ne sont pas concernés par cette mesure.

Pour les autres retraités, à compter du 1er juillet 2019, date d’entrée en vigueur de la mesure, il faudra justifier de 15 ans de durée d’assurance.


Comment les 15 ans seront-ils calculés ?

La durée de 15 ans sera décomptée tous régimes confondus en France uniquement. Les trimestres validés par le biais d’une convention ou des accords communautaires ne seront donc pas pris en compte.

Les trimestres de MDA (Majoration de Durée d’Assurance pour enfants), plus souvent appelés « trimestres pour enfants » seront pris en compte, il en va d’ailleurs de même pour les trimestres dits « assimilés », soit les trimestres validés au titre du service national militaire, des périodes de chômage ou de maladie ayant donné lieu au versement d’une indemnité journalière.

Les trimestres rachetés devraient l’être également mais seulement en cas de rachat en option 2 (rachat pour le taux et la durée).


Cette mesure entre en vigueur à compter du 1er juillet 2019

La question d'appliquer ou non cette mesure aux retraités déjà détenteurs de la carte vitale est à l'étude. En effet, l’annonce de cette mesure a provoqué de vives réactions des élus représentant les Français de l'Étranger.

Une réflexion est donc en cours sur la rétroactivité de cette mesure afin de décider si les bénéficiaires actuels seront concernés ou seulement les nouveaux bénéficiaires après le 1er juillet 2019.


Des solutions à étudier

L'adhésion à la CFE vieillesse  permet aux assurés qui auraient cotisé moins de 15 ans avant de quitter la France de rallonger la durée de cotisation en France et de bénéficier ainsi, une fois retraités, de la prise en charge des soins lors des séjours en France.

Mais cette adhésion à la CFE vieillesse n'est actuellement possible que pour les assurés n'ayant pas dépassé les 10 années de présence dans le pays d'accueil.

Ce verrou des 10 ans pourrait cependant disparaître, un décret sur ce sujet devrait paraitre en 2019. Les expatriés non-cotisants actuellement et ayant dépassé les 10 ans d’expatriation pourraient alors choisir d’adhérer à la CFE vieillesse, ils amélioreraient ainsi leur retraite et pourraient une fois retraités bénéficier de la couverture maladie.


Cotisation à la CFE maladie à compter de 2019

Plus de 15 années de cotisation en France

Les retraités expatriés qui continuent à bénéficier de la prise en charge des soins lors des séjours en France (plus de 15 années de cotisation) peuvent adhérer, en complément, à « RetraitExpat Santé » dans le cadre du contrat solo ou du contrat famille (dans ce cas le conjoint doit également bénéficier de la prise en charge en France avec 15 années de cotisation) pour le remboursement de leurs frais à l’étranger.

Le tarif est de 357 € / trimestre (solo) et de 648 € / trimestre (famille).

Il est toujours possible de bénéficier de la catégorie aidée sous réserve de vérification des ressources par les autorités consulaires.


Moins de 15 années de cotisation en France

Les autres retraités (moins de 15 ans de cotisations) auront accès à « MondExpat santé » qui concerne l'ensemble des expatriés sans distinction de statut (salarié, TNS, inactif, étudiant) et couvre les frais de santé en France et à l’étranger.


Le tarif forfaitaire dépend de l'âge du titulaire du contrat :

Le tarif pour la tranche d'âge + de 60 ans est de 600 € / trimestre (solo) et 1 071 € / trimestre (famille) ; ce tarif inclut l'option soins en France de 3 à 6 mois.

Ceux qui sont déjà affiliés à la CFE maladie se sont vus appliquer une cotisation égale à l'ancienne cotisation assurance maladie augmentée de 5 % par rapport à leur cotisation passée. Ils ne se verront donc pas appliquer le tarif «MondExpat Santé ».


Prélèvement d'assurance maladie

En toute logique, le droit à prestation disparaissant, le prélèvement au titre de l’assurance maladie sur les retraites devrait également disparaître.
 

https://www.ufe.org/actualites/retraite-francaise-et-couverture-maladie-ce-qui-change
IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15190
Re : Retraité ou expatrié en Thaïlande...
« Réponse #392 le: mai 16, 2019, 08:29:20 am »


Assurance santé pour les titulaires de Visas

Les expatriés qui solliciteront des visas d'un an devront "probablement" souscrire une assurance santé à partir du mois de juillet (sic), qui couvrira les dépenses ambulatoires et d'hospitalisation à hauteur respectivement de 40.000 bahts et 400.000 bahts. Les autorités préparent des directives pour faire respecter les nouvelles règles. La mesure a été approuvée par le Cabinet le mois dernier.

"Nous demanderons au Bureau de l'immigration, au ministère des Affaires étrangères et au Département des Assurances des précisions et des directives de mise en œuvre la semaine prochaine", a déclaré Saowapa Jongkittipong. qui dirige le "Health Service Support Department’s International Health Division". Selon cette dernière, les étrangers ont laissé une ardoise de 305 millions de bahts de soins non réglés aux hôpitaux publics en 2018, 346 millions en 2017. Cela pèse lourdement sur le budget du royaume.

Les statistiques indiquent qu'environ un cinquième des patients étrangers ne paient pas leurs factures. Ils ont effectué 3,42 millions de visites médicales l'année dernière et 680 000 sont partis sans payer ( 3,3 millions de visites médicales et 565 000 impayés en 2017).

À l'heure actuelle, les citoyens de 14 pays seulement doivent présenter une attestation d'assurance maladie lorsqu'ils demandent un visa thaïlandais d'une durée supérieure ou égale à cinq ans. Dans le même temps, le ministère de la Santé publique a suggéré aux demandeurs de visa de souscrire une assurance santé auprès d’une des sociétés répertoriées sur www.longstay.tgia.org. Le ministère a également demandé aux agences concernées de planifier la manière dont les polices d'assurance maladie achetées à l'étranger seraient vérifiées.

Le problème des factures impayées par les étrangers existe depuis de nombreuses années. Le docteur Nattawuth Prasertsiripong, directeur général du "Health Service Support Department" a mis en place des centres de recouvrement dans les provinces de Chon Buri, Chiang Mai, Phuket, Phang Nga et Surat Thani, afin de permettre aux hôpitaux publics de recouvrer ce qui leur était dû.


Chiffres clés :

* 2016
- Titulaires de visas non-immigrants (OA) : 32 millions
- Nombre de visites médicales par eux : 2,6 millions
- Nombre de factures médicales impayées : 667.000
- Nombre d'expatriés de long séjour en quête de services médicaux: 71.288
- Impayés : 380 millions bahts.

* 2017
- Titulaires de visas non-immigrants (OA) : 35 millions
- Nombre de visites médicales par eux : 3.3 millions
- Nombre de factures médicales impayées : 565.000
- Nombre d'expatriés de long séjour en quête de services médicaux: 68.696
- Impayés : 346 millions bahts.

* 2018
- Titulaires de visas non-immigrants (OA) : 38 millions
- Nombre de visites médicales par eux : 3.42 millions
- Nombre de factures médicales impayées : 680.000
- Nombre d'expatriés de long séjour en quête de services médicaux: 80.950
- Impayés : 305 millions bahts.


Conclusions :

- L'article paru ce matin dans "The Nation" évoque une mise en place en juillet. La suite indique ensuite que les autorités ne savent pas encore comment procéder.
- Le nombre d'impayés diminue depuis trois ans. Ce n'est pas un problème nouveau.
- Le nombre de visas délivrés est 10 fois supérieur au nombre d'expatriés qui vivent en Thaïlande. Il doit inclure les travailleurs immigrés en provenance du Cambodge et et du Laos ...
- L'article n'apporte pas un début de réponse aux questions en suspens ... C'est un coup d'épée dans l'eau qui a le mérite d'expliquer le contexte, rien d'autre.
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13976
Re : Retraité ou expatrié en Thaïlande...
« Réponse #393 le: mai 17, 2019, 11:34:38 pm »

https://www.capital.fr/votre-retraite/cest-officiel-les-retraites-complementaires-agirc-arrco-seront-revalorisees-sur-linflation-


C'est officiel, les retraites complémentaires Agrirc-Arrco seront revalorisés sur l'inflation...  8)


 Au 1er novembre 2019, les pensions complémentaires des retraités du secteur privé seront revalorisées sur l’inflation (pas sur le cours de l'euro).

Avec la signature ce jeudi 16 mai de Force ouvrière, l’accord qui entérine ce principe est validé.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".