Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Auteur Sujet: Délinquance, drogues, attentats, terrorisme en Thaïlande  (Lu 153268 fois)

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14000
Re : Délinquance, drogues, attentats, terrorisme en Thaïlande
« Réponse #475 le: juin 29, 2018, 07:57:09 am »


La police va sévir contre les "mages" !...  :hang

On l'a déjà vu par le passé et cela continue, certains de ces "mages" ou "voyants" ou "médiums" prétendent avoir des liens avec la famille royale. Ce qui représente un crime de lèse majesté.

La police criminelle et les divisions de répression de la criminalité technologique ont reçu l'ordre de lancer une répression à l'échelle nationale contre les mages, en particulier ceux qui prétendent avoir des liens avec les membres de la royauté.

Le commissaire du Bureau central d'enquête, le Pol Thtirat Nongharnpitak, qui supervise le CSD et la police du TCSD, a déclaré que la plupart des médiums cherchent à tromper les crédules en leur demandant de l'argent.

Il a déclaré que la police avait été chargée d'abord d'approcher les médiums et de leur dire d'arrêter leur pratique, mais si l'on découvrait qu'ils avaient escroqué les victimes, des poursuites judiciaires seraient engagées contre eux.

En attendant, il a dit que la population ne devait pas croire aux charlatans et que cette pratique allait clairement à l'encontre du bouddhisme.

Le commissaire de la CIB a révélé qu'au cours des dernières semaines, la police avait intercepté au moins trois médiums qui prétendaient avoir des pouvoirs surnaturels. L'un d'eux prétendait obtenir ses pouvoirs surnaturels de sa coiffure étrange. Aucune de ces trois personnes n'est poursuivie.


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/12177-la-police-va-s%C3%A9vir-contre-les-mages/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14000
Re : Délinquance, drogues, attentats, terrorisme en Thaïlande
« Réponse #476 le: juillet 02, 2018, 07:23:57 am »


Les États Unis reconnaissent les efforts de la Thaïlande dans sa lutte contre l'esclavage

Le statut de la Thaïlande dans le rapport sur la traite des êtres humains rédigé par les États-Unis (TIP) a été amélioré -au niveau 2 au lieu de niveau 3- pour ses efforts de lutte contre l'esclavage moderne.

Le rapport TIP 2018, publié jeudi par le Département d'Etat américain à Washington, a révélé que le gouvernement thailandais faisait de plus en plus d'efforts pour poursuivre et condamner davantage de trafiquants et réduire les délais de jugement des affaires de traite des êtres humaines en recourant à des services spécialisés.

L'autorité thaïlandaise a enquêté sur des cas de complicité d'officiels présumée dans des affaires de traite et a condamné 12 agents complices en 2017, dont 11 fonctionnaires impliqués dans le trafic de migrants rohingyas.

Depuis le coup d'État militaire de 2014, la Thaïlande a été rétrogradée au niveau le plus bas pour n'avoir pas respecté les normes minimales américaines pour l'élimination de la traite, notamment chez les Rohingyas qui ont fui la violence et la discrimination dans l'État de Rakhine au Myanmar.

Les efforts du gouvernement militaire ont donné des résultats positifs en 2016 et en 2017, lorsque des officiers supérieurs ont été poursuivis pour leur participation à une mafia de trafiquants.

Ce meilleur classement de la Thaïlande -au niveau- 2 reflète la reconnaissance américaine des efforts sérieux et soutenus du gouvernement thaïlandais ainsi que des progrès significatifs dans la lutte contre toutes les formes de trafic humain au cours de l'année écoulée, a déclaré le ministère thaïlandais des Affaires étrangères.
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13524
Re : Délinquance, drogues, attentats, terrorisme en Thaïlande
« Réponse #477 le: août 20, 2018, 10:39:33 pm »

Français Ensemble dans le Club de Pattaya


Scandale à Kanchanaburi...  :hang

Luangta Supachai Sutthiyano, le moine âgé de 64 ans qui a été défroqué hier à la suite des blessures infligées à un novice âgé de 9 ans, est aujourd'hui confronté au décès de l'enfant. Ce dernier n'est pas sorti du coma... :'(

Pour justifier son attitude, l'ancien moine a indiqué au policier que le jeune garçon était souvent "méchant et désobéissant"...  :What?

Il a admis l'avoir frappé à plusieurs reprises avec un gourdin. Lors de la dernière correction, le novice aurait été projeté contre un pilier qui a heurté son menton. Il a alors perdu connaissance. Suspectant qu'il feignait, le moine souleva le garçon et le plaqua contre le sol, provoquant de graves blessures à la tête.

Le moine a déclaré aux volontaires de la Fondation du Wat Don Khamin qui ont conduit l'enfant à l'hôpital, qu'il souffrait de "crise d'épilepsie".

Les secouristes ont remarqué de multiples ecchymoses, une entaille sur le menton, un bras cassé et une blessure apparente à la tête qui a sans doute provoqué une hémorragie cérébrale.Les médecins de l'hôpital de Makarak l'ont transféré aux soins intensifs de l'hôpital Paholpolpayuhasena, dans le district de Muang.

La police de Look Kae a interpellé Luangta Supachai pour le soumettre à un interrogatoire dimanche. Il aurait avoué ses méfaits. La police attend le rapport du médecin légiste avant de remettre les conclusions de son enquête...
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14000
Re : Délinquance, drogues, attentats, terrorisme en Thaïlande
« Réponse #478 le: septembre 22, 2018, 08:15:31 am »


De nombreux cas de viol sont bloqués ou «réglés» par la police, prétend une ONG

Selon le "Mouvement progressiste pour les femmes et les hommes", qui suit les cas de viol et aide les victimes de violences domestiques et sexuelles, les cas de viol -dont ceux qui concernent des enfants-, sont souvent «réglés» par la police.

Une série de rapports sur les viols d’enfants font récemment état de la prévalence de la violence sexuelle contre les jeunes filles en Thaïlande. Dans un cas, une fillette a été violée par un moto-taxi qui prétendait avoir été envoyé par son père pour venir la chercher à l'école.

Un autre cas a eu lieu dans les toilettes de l’école quand une fillette de quatre ans aurait été violée par des élèves âgés de 15, 16 et 18 ans. Le drame a été découvert lorsque l’enseignante a trouvé la fillette en sang et a alerté la mère. La mère a alors porté plainte auprès de la police au début du mois, mais constatant que la police ne faisait rien, elle a contacté le "Mouvement" pour que les auteurs de ces actes soient jugés . Les policiers n'ont pas beaucoup de considération pour les citoyens pauvres mais craignent les associations.

Angkana Intasa, membre principal du mouvement progressiste des femmes, confirme que la plupart des cas de viol sont stoppés par la police et que très peu de personnes sont jugées. Son organisation suit les cas de violence sexuelle signalés dans les journaux et aide les victimes de viol.

En 2015, a déclaré Angkana, le nombre de cas de violences sexuelles dans les médias s'élevait à 306, la majorité étant des cas de viol.

Très peu de ces cas sont arrivés au tribunal cette année-là, selon les recherches de la fondation. Sur les 30 rapports de viol reçus directement de la part des victimes, un seul a été soumis au tribunal.

Pour les femmes, le principal obstacle à la justice est la culture de la responsabilité des victimes qui prévaut dans la police - c'est la faute de la fille si elle s'est faite violer -, a déclaré Angkana. Parmi les questions que les enquêteurs posent aux victimes, on retombe souvent sur "que portiez-vous ?",  pourquoi elles n’ont pas crié pendant l’attaque, pourquoi elles n’ont pas de bleus et sont finalement accusées de faux témoignage.

De nombreux cas de viols d’enfants se sont également arrêtés au stade de l’enquête ou sont « bloqués » par l’intervention de la police.

Cependant, pour les enfants victimes, la honte de la famille est le principal obstacle à la poursuite du violeur en justice. L'idée que le viol entraîne la honte sur la fille et devrait donc être dissimulé permet au violeur d'échapper aux tribunaux.

« [La police et les victimes] pensent qu’il est honteux d’être violé, que c’est quelque chose qui ne devrait pas être rendu public. La police pense souvent qu’il est préférable de régler l’affaire en silence, afin d’éviter que l’enfant souffre de honte et de traumatisme », a-t-elle déclaré.

« Donc, ce que nous voyons, c’est que les officiers rédigent souvent le rapport, mais manquent de pugnacité, et beaucoup aident à régler le cas à l'amiable », a-t-elle déclaré.

Si les violeurs ne sont pas traduits en justice, ils peuvent mieux recommencer - et de nombreux enfants finissent par être victimes du même violeur. Cela crée un environnement dangereux pour les femmes et les enfants, a déclaré Angkana. Les jeunes enfants, par exemple, sont très vulnérables aux abus. «Nous avons constaté que les enfants sont souvent violés par leur voisin, les aînés de l’école ou les adultes à qui ils sont confiés par les parents, ou par des membres de la communauté», a déclaré Angkana.

« Ils sont souvent trop jeunes pour comprendre qu'ils ont été violés. Les parents ne le découvrent que plus tard », a-t-elle déclaré.

Dans l’affaire de viol citée ci-dessus, la fillette de 4 ans a dit à sa mère que "un grand" l'avait poignardée avec un "couteau" (image enfantine malheureusement facile à comprendre).


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/12668-de-nombreux-cas-de-viol-sont-bloqu%C3%A9s-ou-%C2%ABr%C3%A9gl%C3%A9s%C2%BB-par-la-police-pr%C3%A9tend-une-ong/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14000
Re : Délinquance, drogues, attentats, terrorisme en Thaïlande
« Réponse #479 le: septembre 27, 2018, 08:16:55 am »


12 millions de pilules de méthamphétamine et une demi-tonne de «ice» sont saisies à Chiang Rai. Les mules s'échappent.

La police de Chiang Rai a intercepté des mules tentant de faire passer en contrebande 12 millions de pilules de méthamphétamine et 521 kilogrammes de méthamphétamine ou «ice» tôt mercredi, mais les passeurs ont disparu.

Les policiers de Mae Chan ont repéré un pickup qui s'approchait de leur barrage routier et a pris la fuite près de la frontière du Myanmar dans le village de Ban Therdthai, district de Mae Fa Luang.

Lorsque le conducteur du pickup a vu le barrage, il a tenté de faire demi tour à grande vitesse et a plongé dans un fossé.

La police a rattrapé le pickup coincé mais le chauffeur a couru et a disparu dans la forêt épaisse proche de la route.

Les agents ont trouvé 63 sacs à l'arrière du pickup, contenant environ 12,42 millions de comprimés de méthamphétamine et 13 sacs de ice pesant 521 kilogrammes.


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/12696-12-millions-de-pilules-de-m%C3%A9thamph%C3%A9tamine-et-une-demi-tonne-de-%C2%ABice%C2%BB-sont-saisies-%C3%A0-chiang-rai-les-mules-s%C3%A9chappent/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14000
Re : Délinquance, drogues, attentats, terrorisme en Thaïlande
« Réponse #480 le: octobre 02, 2018, 08:15:59 am »


Le Grand Flic Surachet nommé à la tête de l'Immigration

Au bureau de l’immigration en Thaïlande, le message est clair: les méchants dehors, Big Joke dedans.

Un commandant de police dont le passe-temps favori consiste à pister des étrangers dont les visas ont expiré a été désigné jeudi pour diriger le bureau, qui s'occupe chaque année de plus de 35 millions de personnes qui arrivent en Thaïlande. Et des expatriés !

Le général de division Surachet « Big Joke » (surnom que la presse locale et anglaise lui donnent) Hakpan remplacera Sutthipong Wongpin lors du remaniement annuel annoncé par la police, qui verra également plus de 200 autres personnes occuper de nouveaux postes. Son prédécesseur, Sutthipong, dirigera la police métropolitaine.

Les passassions de pouvoir ont lieu ce jour.

En dépit de son rang relativement bas en tant que commandant adjoint de la police du tourisme, Surachet était l’un des visages les plus visibles de la police. Il est le Flic le plus célèbre du pays. Il a pris en charge de nombreuses affaires telles que la répression des arnaques transnationales et celles des internautes critiquant Prayuth Chan-ocha en ligne.

Mais il est peut-être plus connu pour ses nombreux raids «Black Eagle» qui visent les étrangers qui travaillent ou vivent sans visa. Ces raids ont été  rebaptisés par la suite «Operation X-Ray Outlaw Foreigners», une dénomination moins raciste car, au final, c'était les délinquants africains qui étaient dans le collimateur.

Le général de police a récemment suscité la controverse lorsqu'il a rejeté une allégation d'une touriste britannique selon laquelle elle aurait été violée à Koh Tao. Surachet considère qu'elle a inventé l'histoire pour organiser une fraude à l'assurance.


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/12722-le-grand-flic-surachet-nomm%C3%A9-%C3%A0-la-t%C3%AAte-de-limmigration/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14000
Re : Délinquance, drogues, attentats, terrorisme en Thaïlande
« Réponse #481 le: octobre 05, 2018, 08:35:38 am »


La surproduction de méthamphétamines fait chuter les prix de plus de 50%

Le trafic de drogues atteint des niveaux sans précédent dans la région du Mékong et en Asie du Sud-Est.

La drogue, et notamment sa version la plus répandue en Asie, le « yaba » n’échappe pas aux règles de l’économie de marché et à la loi de l’offre et de la demande.

Or la production et le trafic de drogues ont atteint des niveaux sans précédent dans la région du Mékong en Asie du Sud-Est et en Asie de l’Est, a déclaré mardi l’ONU.

Plus l’offre de drogue est grande, plus les prix baissent, rendant la méthamphétamine accessible à une plus large « clientèle ».


Un risque accru pour les jeunes consommateurs

« L’offre ne cesse de croître à mesure que le crime organisé augmente l’offre et inonde la région de produits « , a déclaré Jeremy Douglas, le représentant régional de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), à Reuters avant une réunion dans la capitale thaïlandaise pour évaluer les tendances.

Selon le journaliste Patrick  Winn, auteur de « Hello Shadowland« , la consommation de méthamphétamine sous forme de Yaba est en constante augmentation en Thaïlande et dans les pays d’Asie du Sud-Est.


Citer

« En Thaïlande, 90% des affaires de drogue sont liées au trafic ou à la consommation de méthamphétamine. »



Une baisse des prix de plus de 50%

En 2014 en Thaïlande, le prix d’un comprimé de méthamphétamine se situait entre 4 et 7 dollars alors qu’en 2017, il coûtait entre 1,5 et 4,5 dollars.

À Singapour, même constat, les prix sont tombés de 20 dollars en 2014 à 6 dollars en 2017, selon les données des Nations Unies cette année.


Citer

« La flambée de l’offre de comprimés a fait baisser les prix dans la région, ce qui les rend abordables pour les jeunes consommateurs qui commencent à consommer cette drogue « , a ajouté M. Douglas.



La guerre perdue de la Thaïlande contre Yaba

En ce qui concerne la Thaïlande, Patrick Winn décrit l’incapacité des autorités à s’attaquer à la fois à la consommation et au trafic de drogue, en particulier pour la drogue la moins chère et la plus populaire appelée yaba.

La plus grande partie de la production de méthamphétamine en Asie du Sud-Est provient du Myanmar, en particulier l’État Shan, a déclaré l’ONUDC en 2017.


Citer

« Les prisons thaïlandaises sont pleines de consommateurs de drogue qui ne devraient pas être détenus. La Thaïlande a l’un des taux d’emprisonnement les plus élevés au monde (avec les États-Unis), en particulier chez les femmes, et 80% des détenues ont été condamnées pour consommation de drogue.



https://www.thailande-fr.com/societe/64595-la-surproduction-de-methamphetamines-fait-chuter-les-prix-de-plus-de-50
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14000
Re : Délinquance, drogues, attentats, terrorisme en Thaïlande
« Réponse #482 le: octobre 06, 2018, 08:40:40 am »


Surachate en guerre contre les usuriers dans l'Isaan

La police a lancé une campagne de répression contre les usuriers dans les provinces de Si Sa Ket, Surin et Chaiyaphum après des informations faisant état de traitements inéquitables.

Surachet Hakpal, chef du Bureau de l'immigration, en sa qualité de directeur adjoint du Groupe d'action pour la répression de la criminalité liée aux technologies de l'information (Tactics), a annoncé jeudi que des descentes de police avaient été organisées dans 27 localités où travaillaient des usuriers présumés .

Ils ont appréhendé Supol Polsomboon à Si Sa Set pour des accusations de fraude et pour avoir fourni des prêts à un taux d’intérêt supérieur à la limite légale. Tous ses avoirs, d’une valeur supérieure à 100 millions de bahts, ont été confisqués après l’arrestation. La police poursuit également Saranrus Suwannapradit, une femme, pour des infractions similaires.

Au total, 1 100 titres de propriété et avoirs d’une valeur de 117 millions de bahts ont été saisis lors des raids dans les trois provinces. Pour éviter des accords injustes entre les usuriers et leurs emprunteurs, Surachet a déclaré que les usuriers seraient invités à utiliser les procédures PICO où les prêts accordés pourraient être contrôlés et proposés à un taux d'intérêt raisonnable.

Par ailleurs, le vice-Premier ministre Prawit Wongsuwan doit se rendre à Si Sa Ket pour la troisième fois afin de rendre les titres de propriété aux propriétaires légitimes qui ont été forcés de les céder à des usuriers après avoir omis de payer leurs dettes à temps. Les usuriers demandent les titres de propriétés en garantie et les gardent car les pauvres ont du mal à rembourser les prêts à taux usuraires. Bien souvent, les usuriers se retrouvent de facto propriétaire des terrains même si les emprunteur ont remboursé une grande partie de leur prêt.

En réponse à des rumeurs selon lesquelles des représentants du gouvernement seraient associés à des usuriers, le général Maj Kritsakorn Plithanyawond, du Bureau de la police de l'immigration, a annoncé qu'une enquête serait menée pour découvrir la vérité.


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/12748-surachate-en-guerre-contre-les-usuriers-dans-lisaan/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14000
Re : Délinquance, drogues, attentats, terrorisme en Thaïlande
« Réponse #483 le: octobre 20, 2018, 08:36:11 am »


Deux anciens officiers de l'armée condamnés à 27 ans de prison pour "trafic de Rohingya"

Deux anciens officiers de l'armée ont été condamnés à 27 ans d'emprisonnement pour collusion avec un syndicat criminel transnational (mafia) et trafic d'êtres humains sur la personne de rohingyas.
 
L'enquête impliquant les deux accusés a eu lieu après que les autorités thaïlandaises ont découvert des fosses communes de Rohingya dans des "camps" situés dans la zone frontalière entre la Thaïlande et la Malaisie début 2015.

L'ancien colonel Nattasit Maksuwan, ancien chef adjoint du commandement des opérations de sécurité intérieure dans la province de Satun, et l'ancien commandant Kampanart Sangthongjeen, ancien officier du 3e commandement de la zone navale, ont été incarcérés.

Ils ont été reconnus coupables d'avoir conspiré avec d'autres personnes, de janvier 2011 à mai 2015, dans un réseau de traite d'êtres humains qui a fait des victimes parmi les Rohingyas qui tentaient de migrer du Myanmar et du Bangladesh vers d'autres pays à prédominance musulmane, comme la Malaisie.

Bien que les deux hommes aient nié les accusations, le tribunal a doublé leurs peines dans les deux chefs d'accusation en raison de leurs fonctions officielles au gouvernement.

Chaque accusé a été condamné à huit ans de prison pour collusion dans un syndicat du crime transnational. Accusés de trafic d'êtres humains, chaque accusé a été condamné à 12 ans.

Combiné à la peine de six ans d'emprisonnement pour avoir conspiré avec des représentants de l'État dans le trafic d'êtres humains et à la peine d'un an d'emprisonnement pour avoir hébergé illégalement un étranger, chaque accusé purgera une peine totale de 27 ans. Ils ont également été condamnés à indemniser les victimes dans le cadre de ce procès.

Leurs avocats ont demandé une liberté sous caution pour les deux hommes et feraient appel de la peine devant la juridiction supérieure. On ne sait pas si les accusés sont détenus ou en liberté sous caution depuis 2015.

On a retrouvé plus de 100 corps de Rohingyas dans les charniers thaïlandais.


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/12833-deux-anciens-officiers-de-larm%C3%A9e-condamn%C3%A9s-%C3%A0-27-ans-de-prison-pour-trafic-de-rohingya/
IP archivée