Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Auteur Sujet: POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.  (Lu 650141 fois)

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14689
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2075 le: décembre 04, 2018, 07:58:19 am »


Internet gratuit et autres cadeaux de Noël pré-électoraux

Afin de gagner en popularité avant les élections prévues pour février (dixit The Nation), le gouvernement a finalisé son projet d'offrir gratuitement à plus de 11 millions de personnes à faible revenu des cartes SIM Internet et d'autres allocations de l'État qui coûteront aux contribuables des milliards de bahts.

Le ministère des Finances a proposé que la Commission nationale de la radiodiffusion et des télécommunications (NBTC) offre un accès gratuit à Internet aux personnes défavorisées titulaires d'une carte d'assistance sociale.

Le ministre des Finances, Apisak Tantivorawong, a déclaré que cela profiterait aux agriculteurs, par exemple, qui pourraient avoir accès aux prix des produits agricoles et à d'autres données utiles en temps réel.


Il a déclaré que les agriculteurs seraient en mesure de suivre les tendances des prix sur les smartphones à faible coût afin de pouvoir prendre des décisions plus éclairées sur ce qu'il faut planter et à quel moment, en évitant des problèmes tels que la surproduction. La NBTC réglera les détails, a déclaré Apisak, et les personnes à faible revenu autres que les agriculteurs bénéficieront également d'un accès en ligne pour améliorer leur "bien-être économique" individuel.

Ils pourraient par exemple suivre les opportunités d'emploi ou chercher une formation pour acquérir de nouvelles compétences.

Apisak a déclaré que le système Internet gratuit n'était pas destiné au divertissement ou aux jeux (sic!) et qu'il sera d'abord testé pendant six mois en attendant l'approbation du Cabinet (donc après les élections).

La société d'État TOT Plc sera chargée de fournir le service aux personnes à faible revenu inscrites à travers le pays, a-t-il déclaré.

Le gouvernement commencera également à verser de l’argent sur les cartes de protection sociale plus tard ce mois-ci pour aider les pauvres à acheter les produits de première nécessité pour la fin de l’année.

Plus de 11 millions de personnes ayant un revenu annuel inférieur à 100 000 Bt - moins de 8 300 Bt par mois - se sont inscrites et ont reçu des cartes de protection sociale, bénéficiant ainsi des allocations de l’État, dont des aides pour l'électricité et l’eau courante.

Suthirat a déclaré que l'argent serait versé aux titulaires de cartes d'assistance sociale de décembre 2018 à septembre 2019. Ils devront payer leurs factures d'électricité et d'eau d'abord, mais ils seront remboursés mensuellement. En outre, le gouvernement versera 500 thb à chaque titulaire de carte du 8 au 10 décembre pour accroître le pouvoir d'achat.

Un nombre indéterminé de citoyens handicapés et de personnes âgées de plus de 60 ans recevront le même montant en janvier et février.

Parmi les autres mesures figurent une allocation de 1 000 Bt pour les personnes âgées de 65 ans et plus destinée à couvrir leurs frais de déplacement pour se rendre dans des établissements de soins de santé et une autre de 400 Bt pour le loyer mensuel.

Cet ensemble d’avantages coûtera des milliards de bahts des coffres de l'état alors que le gouvernement prépare sa campagne d’aide sociale en vue des élections générales.

Les 11 millions de citoyens inscrits à l'aide sociale et répertoriés dans une base de données gouvernementale reçoivent les allocations directement du ministère des Finances sur leurs comptes bancaires via PromptPay, en contournant les intermédiaires.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13070-internet-gratuit-et-autres-cadeaux-de-no%C3%ABl-pr%C3%A9-%C3%A9lectoraux/
IP archivée

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3320
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2076 le: décembre 08, 2018, 11:19:59 pm »


Élection le 24 février, le nouveau premier ministre en poste le 9 mai !

Les résultats des élections devraient être publiés au plus tard le 25 avril et le nouveau gouvernement doit siégé le 9 mai dernier délai.

La junte a réaffirmé vendredi les dates de sa «feuille de route pour la démocratie», confirmant le 24 février comme jour du scrutin, tandis que les 25 avril et 9 mai ont été privilégiées pour annoncer les résultats des élections et mettre en place le Cabinet élu. Le juriste du gouvernement, Wissanu Krea-ngam, également vice-Premier ministre, a déclaré que ce mois-ci, l'interdiction des activités politiques serait levée et neuf ordonnances de la junte liée à la restriction seraient également annulées.

 Le décret concernant la campagne électorale sera publié le 2 janvier, a déclaré Wissanu. Ensuite, le 4 janvier, la Commission électorale (CE) annoncera officiellement la date de l'élection, ainsi que les listes de candidats députés. Ce jour-là, la date des élections sera publiée dans la Gazette royale.

 Chaque parti présentera sa liste de candidats au poste de Premier ministre à la CE entre le 14 et le 18 janvier, a déclaré Wissanu. Le 25 janvier, la CE annoncera tous les candidats à la députation, a-t-il ajouté. La junte maintient sa date pour les élections le 24 février, les Thaïlandais vivant à l'étranger pourront voter entre le 4 et le 16 février, et ceux qui vivent en dehors de leur circonscription voteront le 17 février, une semaine avant le jour du scrutin.

Le résultat des élections sera annoncé dans les deux mois suivant le scrutin, soit le 25 avril. La première réunion du nouveau Parlement devrait se tenir le 9 mai, date à laquelle le nouveau Cabinet et le premier ministre seront choisis et prêteront serment, a déclaré Wissanu. Le rôle du Conseil national pour la paix et l'ordre (CNPO), au pouvoir, devrait également disparaître au cours du processus. Wissanu a déclaré qu'à partir du 28 décembre, la junte cesserait de proposer des projets de loi à l'Assemblée législative nationale (NLA).

 L’ALN cessera elle aussi de légiférer à compter du 15 février, a-t-il ajouté. Cependant, le NCPO conservera toujours le pouvoir de prendre la décision finale sur la sélection de 250 sénateurs, et le processus devrait être finalisé d'ici le 28 avril, a déclaré Wissanu. Le calendrier a été révélé vendredi par la junte lors de sa réunion controversée avec les partis politiques qui a porté sur l'élection elle-même ainsi que sur l'interdiction des activités politiques imposée depuis le coup d'État il y a plus de quatre ans.

 Le NCPO a déclaré que la réunion était nécessaire pour que les partis politiques puissent prendre des dispositions et faire campagne avant les élections, qui se tiennent dans moins de trois mois. Les CE avaient invité 105 parties à se joindre à la discussion vendredi. Soixante-quinze partis, pour la plupart petits, ont accepté l'invitation, tandis que des acteurs importants tels que les partis Pheu Thai, Thai Raksa Chart et Démocrate ont refusé d'y participer, citant le fait que la junte était illégale en ayant fomenté un coup d'état.

 Des partis opposés à la junte tels que le Future Forward Party et le Seri Ruam Thai Party ont également rejeté l'invitation. Le parti Kian dirigé par le militant anti-coup d'Etat Sombat Boonngamanong n'avait pas été invité. Sombat était présent, habillé en pirate, mais il lui a été demandé de quitter les lieux au motif qu'il ne figurait pas sur la liste d'invitation et que son parti n'avait pas été enregistré par la CE.

Avec la présence des chefs de la junte général, le général Prayut Chan-o-cha et le vice-Premier ministre général Prawit Wongsuwan, le Royal Army Club de Vibhavadi a connu une sécurité renforcée. Cependant, une vingtaine de manifestants pro-électoraux présents devant le club ont appelé la junte à être sincère dans la levée de l'interdiction (des activités politiques) et la tenue d'élections.

 

https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13101-%C3%A9lection-le-24-f%C3%A9vrier-le-nouveau-premier-ministre-en-poste-le-9-mai/?
IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14689
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2077 le: décembre 09, 2018, 07:56:19 am »


Les partis qui boycottent la réunion de ce jour sont des fauteurs de troubles, d'après la junte

Les chefs de la junte, hier, ont qualifié de fauteurs de trouble les partis politiques boycottant la réunion d’aujourd’hui, le Premier ministre affirmant qu’ils étaient comme des boxeurs qui refusaient de respecter les règles et n’écoutaient pas les explications de l’arbitre.

Cependant, un politologue a déclaré que cela ne faisait que souligner l'échec de la junte dans les efforts de réconciliation qui ont été constamment soulignés par les auteurs du coup d'Etat au cours des quatre dernières années.

Wanwichit Boonprong a déclaré que le Conseil national pour la paix et l'ordre (NCPO) faisait désormais partie du problème.

Dans le même temps, le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a déclaré que les partis "sont comme des boxeurs qui ne respectent pas les règles et n'écoutent pas l'arbitre. S'ils ne viennent pas, alors ils devraient juste arrêter de boxer ».

Les observateurs considèrent que la métaphore du premier ministre est étrange car la junte ne peut pas être à la fois organisateur du combat, inventer les règles, choisir les boxeurs, arbitrer et boxer elle-même.

Le général Prayut, qui dirige le NCPO au pouvoir, a également déclaré que les gens devraient décider eux-mêmes de ce qui devrait être fait avec les politiciens qui refusent de se joindre à une réunion visant à expliquer les "règles" des prochaines élections.

Le vote national est provisoirement prévu pour le 24 février.

Le vice-Premier ministre Prawit Wongsuwan, qui est également ministre de la Défense, a déclaré hier que les partis qui boycottaient la réunion étaient des fauteurs de troubles.

«Ils ne font que créer des problèmes, mais je ne pense pas que cela aura un impact. Nous les avons invités pour une discussion. Il n'y a aucune raison de ne pas venir », a-t-il déclaré à la presse.

Le général Prawit, qui est un personnage clé de la junte chargé de la sécurité nationale, faisait référence aux principaux partis politiques Pheu Thai et Démocrate, ainsi qu'à certains nouveaux partis, notamment Future Forward, Thai Raksa Chart et Puea Chat, qui boycottent la réunion.

Il a ajouté que la réunion avait lieu afin que les partis puissent obtenir des réponses à leurs questions sur l'élection. "Nous sommes prêts à expliquer ce qu'ils veulent savoir", a déclaré Prawit.

Wanwichit, quant à lui, a déclaré que la position prise par les deux parties clés indiquait un échec dès le début. Il a déclaré que cette décision pourrait découler de plusieurs raisons: le parti Phalang Pracharat, pro-junte, débauchent des ex députés d'autres partis; et un système électoral qui favorise clairement Phalang Pracharat.

C’est pourquoi de nombreux partis ne veulent pas s’associer au discours d’aujourd’hui, a déclaré Wanwichit.

En outre, a-t-il ajouté, leur participation à cet événement pourrait être considérée comme une tentative de légitimer le plan de Prayut visant à conserver le pouvoir, raison pour laquelle ils ont rejeté l'invitation.

Au lieu de régler les problèmes qui ont conduit au coup d'État de 2014, les coupables (d'avoir fomenter un coup d'état) cherchent maintenant à conserver leur pouvoir politique. Les partis politiques se sentent également victimes, car le chef de la junte manifeste ses ambitions politiques tout en tenant les rênes de l'élection, a-t-il déclaré.

Dans le même temps, la porte-parole du NCPO, la colonelle Sirichan Ngathong, a déclaré hier que la junte avait invité 105 partis politiques à la réunion.

"Le NCPO souhaite que tous les partis coopèrent afin que les élections puissent se dérouler sans aucun problème", a-t-elle déclaré. "Nous les appelons à faire preuve d'ouverture d'esprit et à prendre part à la discussion."

En outre, a-t-elle ajouté, le NCPO souhaitait que toutes les parties entendent des informations pertinentes sur le vote. "Les autorités vont également entendre les suggestions du côté des politiques", a-t-elle ajouté.

En ce qui concerne les partis qui boycottent la réunion, Sirichan a déclaré qu'elle espérait qu'ils changeront d'avis.

Jarungvith Phumma, secrétaire général de la Commission électorale (CE), a déclaré hier qu'une soixantaine de partis avaient accepté l'invitation.

Le CE doit faire un rapport sur son état de préparation pour les élections ainsi que sur les lois et règlements pertinents lors de la réunion.

Le vice-Premier ministre Wissanu Krea-ngam a déclaré qu'il s'attendait à ce que le NCPO fixe une date pour les élections lors de la réunion et a laissé entendre qu'une "surprise" serait également dévoilée lors de l'événement.

« Ce que je peux dire, c'est que certaines choses seront dévoilées lors de la réunion. Nous en avons beaucoup en réserve », a-t-il déclaré à la presse.

La junte, ses organes et la CE doivent rencontrer les partis politiques aujourd'hui au Royal Thai Army Club. C'est là où le général Prayut, en tant que chef de l'armée, avait tenu des pourparlers de médiation avec des groupes politiques en conflit en mai 2014, mais avait fini par prendre le pouvoir après avoir échoué à obtenir un accord.

En décembre dernier, Prayut, en sa qualité de responsable du NCPO, avait émis un ordre habilitant la junte à "travailler avec" la CE et les autorités compétentes afin de fixer une date pour les élections.

Les partis politiques, quant à eux, demandent à la junte de lever les restrictions politiques mises en place depuis le coup d'État militaire de 2014.


Journal THE NATION
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13778
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2078 le: décembre 10, 2018, 10:22:29 pm »

http://www.phuket.fr/actualite-phuket/l-interdiction-de-l-activite-politique-levee-des-mardi-6623


L’interdiction de l’activité politique levée dès mardi...

BANGKOK : Après plusieurs reports, le régime a annoncé la fin de l’interdiction des activités politiques ce mardi 11 Décembre avec l’application de la loi sur les élections parlementaires. Les partis politiques pourront ainsi reprendre le travail nécessaire à la préparation des élections générales le 24 Février.

Cependant, la campagne électorale ne sera pas autorisée à commencer avant le 2 Janvier et la publication dans la Royal Gazette d’un Décret Royale fixant la date du scrutin au 24 Février.

La date des élection a été confirmé lors d’une réunion tenue le 7 Décembre au Army Club, sur Vibhavadi Rangsit Road, entre le Conseil National pour la Paix et l’Ordre (NCPO) et les représentants des partis politiques.

Etaient également présents les représentants du gouvernement, de l’Assemblée Nationale Législative (NLA), de la Commission Électorale (EC) et du Comité d'Élaboration de la Constitution.

Les deux principaux partis du pays, les Démocrates et Pheu Thai, ont boycotté la réunion.

Pendant cette réunion, le premier ministre adjoint Wissanu Krea-ngam a dévoilé le calendrier des élections, précisant que le NCPO révoquerait mardi les neufs ordonnances interdisant les activités politiques, à l’occasion de la mise en application de la loi sur les élections des membres du parlement.

Pour l’instant le NCPO a seulement ‘allégé’ l’interdiction, autorisant les partis à organiser des réunions afin de choisir leurs cadres, à recruter des membres, à exprimer leurs opinion sur les circonscriptions électorales, et à organiser des ‘primaires’ pour élir leurs candidats à l’élections.

Le régime maintient son interdiction de rassemblements publics de plus de cinq personnes et de campagne politique.

Le 4 Janvier, la EC annoncera officiellement la date des élections et le découpage des nouvelles circonscriptions, a indiqué M. Wissanu.

Les candidatures seront ouvertes entre le 14 et le 18 Janvier et les partis devront soumettre des listes de trois candidats (maximum) à la EC. Cette dernière publiera ensuite les listes des candidats de chaque circonscription et les listes des partis le 25 Janvier.

Les votes hors du pays se dérouleront entre le 4 et le 16 Février, et des votes anticipés se dérouleront le 17 Février, dit M. Wissanu.

Les résultats finaux seront annoncés le 25 Avril, tandis que le 28 Avril le NCPO annoncera officiellement la liste des 250 sénateurs élus avant de la soumettre à une ratification royale.

Selon la constitution, le parlement tiendra sa première session sous un délai de 15 jours après l’annonce des résultats, soit au plus tard le 9 Mai, poursuit M. Wissanu.

Lors de cette session le parlement élira le président de l’assemblée et le président du sénat, ensuite commencera le processus de nomination d’un nouveau premier ministre.

Le NCPO quittera le pouvoir lorsque le nouveau Cabinet sera formé, indique M. Wissanu.

Présidant la réunion, le premier ministre Prayut Chan-o-cha a déclaré qu’il s’agissait de la première étape de restitution de la démocratie dans le pays, et qu’il appréciait la coopération des partis politiques dans cette démarche.

“C’est le premier pas de la Thaïlande vers la restauration de la démocratie. Cette réunion permet une meilleure compréhension et d’instaurer la confiance de toutes les parties impliquées. Cela permet également de développer un climat d’unité et de réconciliation” dit il

“En ce qui concerne les partis qui n’étaient pas présents, je n’en connais vraiment pas les raisons, ni s’il veulent ou non coopérer avec les autres.”

A la fin de ces deux heures de réunion, le premier ministre est apparu confiant en s’adressant aux journalistes. “La réunion s’est bien passée. Tout a été très bien. Tous se sont bien entendus” a t il indiqué.

Au total 225 représentants de 75 partis politiques – la plupart sans presque la moindre chance de remporter un siège – étaient présents. Mais les Démocrates et Pheu Thai ne sont pas venus, tout comme Future Forward et les partis affiliés à Pheu Thai tel que Thai Raksa Chart.

Sora-at Klinprathum, conseiller principal du Parti Bhumjaithai, a déclaré que bien que les partis ne disposent que d’un temps limité pour faire campagne, tous les partis seront sur un pied d’égalité san qu’aucun ne soit favorisé par rapport aux autres.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14689
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2079 le: décembre 11, 2018, 07:52:56 am »


Prayut suggère que les noms et logos des partis ne figurent pas sur les bulletins de vote. Les Démocrates vent debout !

LE PARTI DÉMOCRATE étudie des moyens juridiques pour faire échouer la proposition du chef de la junte de supprimer les noms et symboles des partis politiques des bulletins de vote, craignant que cela ne crée de la confusion parmi les électeurs.

Cette proposition sans précédent du Premier ministre Prayut Chan-o-cha a rencontré des objections de la part des politiciens et des experts, qui estiment que l'absence de symboles et de noms ne profitera qu'au parti pro-junte Phalang Pracharat, car de nombreux politiciens bien connus se présentent sous sa bannière.

Les démocrates ont tenu une réunion hier et ont déclaré que le service juridique du parti examinerait la question et s’emploierait à faire cesser tout ce qui pourrait empêcher des élections libres et équitables.

Le porte-parole du Parti démocrate, Thana Chiravinij, a déclaré hier que la suppression des noms et des symboles du parti ne donnerait pas un avantage à un parti, mais créerait surtout de la confusion chez les électeurs, en particulier parmi les personnes âgées et les analphabètes.

Cette confusion pourrait même décourager ces électeurs de se déplacer puisqu'ils ne sauraient pas pour qui voter, a-t-il déclaré, ajoutant que c’était le travail de la Commission électorale (CE) de veiller à ce que chaque citoyen exerce son droit de vote.

Toutefois, les défenseurs de la proposition estiment qu'il sera plus facile pour la CE de ne montrer que les numéros de candidats sur le bulletin de vote et de laisser de côté d' "autres détails".

Cependant, Thana a appelé la CE de faire passer l'intérêt du public avant sa propre commodité.

La proposition du général Prayut soulève des questions quant à savoir si la junte se mêle de l’élection ou pas.

Thana a souligné que Prayut n'aurait jamais dû assister à la réunion de vendredi entre le Conseil national pour l'ordre et la paix, au pouvoir, et les représentants des partis, et qu'il aurait dû prendre ses distances par rapport au processus électoral.

Il a dit que c'était particulièrement important, compte tenu du fait que le Premier ministre avait le pouvoir absolu de nommer ou de révoquer des membres d'agences soi-disant indépendantes comme la CE.

Dans le même temps, l’ancien commissaire aux élections Somchai Srisuthiyakorn a déclaré sur Facebook hier que c’était un vieux stratagème pour amener les électeurs à choisir des candidats dont ils connaissaient le nom, ajoutant que les électeurs ne se rendraient peut-être pas compte que ces candidats étaient maintenant avec Phalang Pracharat après avoir été débauchés par la junte.

«Le seul parti qui en bénéficiera sera celui qui aura volé d’anciens députés à d’autres partis», a écrit Somchai.

Il a ajouté que la suppression des logos et des noms de parti pouvait entraîner de nouvelles complications, dans la mesure où cette décision risquait d'entraîner l'annulation de l’élection car le fait de voter sans les symboles et les noms des partis violait la Constitution.

L'ancien membre de la CE a également laissé entendre que si l'élection étaient annulée après coup, les sept membres actuels de la CE pourraient être tenus responsables du gaspillage d'un budget de plus de 5 milliards de Bt alloué au scrutin national.

Les autres politiciens et les experts ont fait écho de ces préoccupations, notamment la dirigeante du Pheu Thai, Sudarat Keyurapha, le démocrate Alongkorn Ponlaboot et le politologue Sirote Klampaiboon.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13103-prayut-sugg%C3%A8re-que-les-noms-et-logos-des-partis-ne-figurent-pas-sur-les-bulletins-de-vote-les-d%C3%A9mocrates-vent-debout/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14689
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2080 le: décembre 12, 2018, 08:15:13 am »


La junte lève l'interdiction des activités politiques en Thaïlande

Ce Mardi, la junte a levé son interdiction des activités politiques en place depuis près de cinq ans, apparemment pour ouvrir la voie aux élections du 24 février.

Dans une ordonnance publiée en ligne par la Gazette royale quelques minutes après 12:00, le régime cite la nécessité pour le public et les partis politiques de faire campagne librement pour les prochaines élections comme fondement de sa décision. L'ordre a été signé par le président de la junte, Prayuth Chan-ocha.

Le document a ensuite aboli un certain nombre de décrets antérieurs promulgués par le général Prayuth à la suite du coup d'État de 2014, notamment des interdictions de réunion politique et des activités financières à des fins politiques.

Les actions judiciaires engagées avant l’ordonnance d’aujourd’hui et les affaires en cours ne seront pas affectées.

Ce Mardi marque également le premier jour d’entrée en vigueur des nouvelles lois électorales.


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13107-la-junte-l%C3%A8ve-linterdiction-des-activit%C3%A9s-politiques-en-tha%C3%AFlande/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14689
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2081 le: décembre 15, 2018, 02:47:37 pm »


Le vice premier ministre conseille au Premier ministre Chan-o-cha de ne pas faire de campagne

Le vice premier ministre conseille au Premier ministre Prayut Chan-o-cha de ne pas faire de campagne électorale, même s'il est nommé candidat au poste de Premier ministre (par un parti ami), car en sa qualité de fonctionnaire du gouvernement, il est légalement tenu à l'impartialité politique.

C'est le vice-Premier ministre Wissanu Krea-ngam qui a lancé cet avertissement. Puisque le Premier ministre Prayut est un représentant du gouvernement, la loi l'oblige à être politiquement neutre.

Il a expliqué que le cas du Premier ministre est différent de celui des autres anciens Premiers ministres, comme Abhisit Vejjajiva, qui mène actuellement une campagne électorale acharnée, soulignant que ce dernier est un homme politique à temps plein et un candidat aux élections, contrairement au Premier ministre Prayut.

Wissanu a déclaré qu'il avertirait personnellement le Premier ministre de ne pas se lancer dans la propagande électorale, car il risquerait d'être accusé de violation de la loi.

Des critiques ont toutefois affirmé que le Premier ministre Prayut s'était comporté comme un politicien en campagne électorale lors de ses récentes visites en province pour des conseils des ministres décentralisés où il a largement arrosé les élus et populations locales de subventions diverses et variées.

Le Premier ministre a présidé jeudi une réunion mobile au campus de Nong Khai de l’Université Khon Kaen. S'adressant aux personnes qui se sont présentées pour l'accueillir, il leur a dit de ne pas suivre les traces de certains "fauteurs de troubles" de Bangkok.

https://www.thaivisa.com/forum/topic/1073090-pm-prayut-warned-to-not-engage-in-political-campaigning/

Par ailleurs, campagne électorale oblige, les partis ont commencé à s'exprimer et à critiquer le gouvernement, ce qui n'était pas arrivé depuis près de cinq ans. C'est donc la première fois que certains osent dire tout haut ce que les statistiques montrent clairement "les riches se sont enrichis de manière extravagante pendant que les pauvres se serraient la ceinture depuis que la junte a fomenté le coup d'état."

https://www.thaivisa.com/forum/topic/1073074-prayut-comes-under-blistering-attack-as-political-bans-are-lifted/


---------------------------------------------------
 

De toute façon, Prayut n'a aucun intérêt à faire campagne. Ceux qui l'apprécient voteront pour lui et il ne parviendra pas à convaincre ceux qui ne l'aiment pas. Rester au-dessus de la mêlée ne peut qu'inspirer un certain respect.
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14689
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2082 le: décembre 19, 2018, 08:56:53 am »


Les dépenses pour la campagne électorale seront strictement plafonnées

La commission électorale a décidé de limiter les dépenses électorales des candidats à deux millions de bahts et à 70 millions de bahts pour les partis politiques.

Une source bien informée dans la CE a déclaré que les détails des dépenses électorales sont inclus dans un règlement qui doit être finalisé avant d'être présenté aux partis lors d'une réunion mercredi.

En ce qui concerne les dépenses électorales de chaque parti, la source a indiqué que la limite était fixée en fonction du nombre de candidats que chaque parti avait décidé de présenter, sur la base d'un maximum de 10 millions de bahts pour 50 candidats.

Cela signifie que si un parti présente 51 à 100 candidats, la limite maximale de dépenses est de 20 millions de bahts; 30 millions de bahts pour 101-150 candidats; 50 millions de bahts pour 201-250 candidats; 251-300, 60 millions de bahts, 70 millions de bahts pour 301-350 candidats.

Il y a en tout 350 circonscriptions et chaque parti ne peut présenter qu'un seul candidat par circonscription.

En ce qui concerne le temps d'antenne gratuit que la CE mettra en place sur les chaînes de télévision publiques, chaque parti se verra attribuer un spot de 30 secondes (deux fois) plus un temps d'antenne de 10 minutes pour l'annonce de sa politique (trois fois).

Toutefois, les chaînes de télévision et de radio peuvent inviter les représentants des partis à participer à leurs programmes afin de présenter leurs visions ou organiser des tables rondes sur des questions de politique générale, à la condition que le contenu ne profite ni ne nuise à d’autres candidats ou partis. Les chaînes de télévision et de radio peuvent diffuser leurs commentaires politiques "comme d'habitude", mais "en toute impartialité".

La campagne sur les réseaux sociaux est autorisée, mais les chefs de parti doivent en informer préalablement le CE et la campagne peut être poursuivie jusqu'à 18 heures, le 23 février la veille du scrutin.

Les partis qui participeront aux débats publics seront divisés en trois groupes en fonction du nombre de candidats qu’ils présenteront à l’élection: un groupe de partis de 300 à 350 candidats chacun; le deuxième groupe de 100 à 299 candidats et le troisième groupe de moins de 200 candidats.

Les règles concernant les affiches de campagne sont en cours d'élaboration et, jusqu'à présent, il n'y a pas d'interdiction d'utiliser des photos d'anciens premiers ministres qui ne sont pas des chefs de parti (allusion à Thaksin ?), a déclaré le secrétaire général de la CE, Charoongvit Pumma.

La règle de la CE fixant le plafond des dépenses de campagne à 2 millions de bahts pour un candidat et à 70 millions de bahts pour un parti qui présente des candidats dans les 350 circonscriptions électorales vise à empêcher l'achat de voix qui sévissait lors des élections précédentes.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13138-les-d%C3%A9penses-pour-la-campagne-%C3%A9lectorale-seront-strictement-plafonn%C3%A9es/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14689
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2083 le: décembre 22, 2018, 07:34:25 am »


Article du pro-junte The Nation

Extravagante levée de fonds du parti Phalang Pracharat mercredi soir. Des nuages juridiques pourraient assombrir l'horizon des ministres à cause de la coûteuse levée de fonds de Phalang Pracharat.



Levée de fonds pro-junte : comment des fonctionnaires peuvent-ils payer 3 millions de bahts pour un diner ?

Des questions juridiques ont été soulevées hier sur la façon dont les ministres et les fonctionnaires ont pu s'offrir des places à 3 millions lors d'un dîner extravagant organisé par le parti pro-junte Phalang Pracharat mercredi.

La loi sur les partis politiques interdit aux organismes publics de faire des dons de toute nature.

Le couvert coutait 3 millions de Bt et plusieurs ont été réservés au nom du ministère des Finances et d’agences de l’État, dont l’Autorité du tourisme de Thaïlande (TAT) !!!!!

Quatre couverts, d'une valeur totale de 12 millions de Bt, ont été réservées au nom du secrétaire général de Phalang Pracharat, Sonthirat Sonthijirawong, ministre du Commerce du gouvernement dirigé par l'armée.

Vingt places, soit 60 millions de Bahts de plus dans les coffres du parti, viennent du ministère des Finances et trois du TAT.

Le secrétaire permanent aux Finances, Prasong Poonthanet, a insisté hier sur le fait qu'aucun fonds public n'avait été dépensé.

"Nous ne pourrions pas utiliser le budget de l'Etat pour acheter des sièges au banquet - c'est illégal", a-t-il déclaré. "De plus, en tant qu'agence d'État, nous sommes non partisans." (sic !)

Mercredi, avec Sonthirat, étaient présents Uttama Sawanayon, Kobsak Pootrakool et Suvit Maesincee, tous ministres.

Aucun des ministres n’a pris la parole sur la scène.

Le vice-Premier ministre Wissanu Krea-ngam, qui est l'expert juridique du gouvernement, avait déconseillé aux ministres présents de prendre la parole, ce qui constituerait une violation de la loi. Violer la loi pourrait les bannir de la politique pendant cinq ans, a-t-il averti.

Veera Somkwamkid, activiste anti-corruption, a déclaré hier que la Commission nationale anti-corruption devait déterminer le nombre de fonctionnaires actifs participant à la collecte de fonds et la manière dont ils ont payé des billets.

«Si quelqu'un a payé pour eux, c'est illégal de recevoir un cadeau d'une valeur supérieure à 3 000 Bt. Et s’ils ont payé eux-mêmes, ils devraient faire l’objet d’une enquête car ils seraient «exceptionnellement riche» (pour des fonctionnaires) », a déclaré Veera.

Le Phalang Pracharat, a rassemblé 200 personnes lors de ce banquet qui visait à recueillir environ 600 millions de thb au profit du parti pro-junte.

Le chef adjoint du parti, Nattapol Teepsuwan, a déclaré hier que le total était de 650 millions de thb.

Pour leur contribution, les participants ont dîné d'une salade roquette avec crevettes, saumon fumé, pétoncles et avocats américains, raviolis de crevettes, filet de poisson et, à la fin, chocolat blanc à la framboise et pralines.

Outre les membres du cabinet qui sont également des dirigeants du parti, les invités comprenaient des hommes d'affaires, des célébrités et d'autres politiciens influents, Somsak Thepsoutin, Suriya Juangroongruangkit, Suwat Liptapanlop, Warathep Rattanakorn et Nikorn Chamnong.

Les animateurs étaient Tata Young, Radklao Amaradis, Koh M. Saxman et le groupe Nuvo.

C'était la plus grande collecte de fonds organisée jusqu'à présent par tous les partis politiques au cours de la campagne électorale qui vient de commencer.

Un autre parti favorable à la junte, la Coalition d'action pour la Thaïlande (ACT),  récupéré 234 millions de bahts, 234 couverts



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13153-lev%C3%A9e-de-fonds-pro-junte-comment-des-fonctionnaires-peuvent-ils-payer-3-millions-de-bahts-pour-un-diner/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14689
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2084 le: décembre 25, 2018, 08:40:23 am »


Sondage. A ce stade, presque personne ne voterait pour le parti pro-junte

MALGRÉ la perception générale selon laquelle la Thaïlande est profondément divisée sur le plan politique, un sondage publié hier a révélé que la plupart des gens se considèrent comme faisant partie d'une force silencieuse qui reste indécise quant à son idéologie et qui n'a pas encore adopté de position politique.

Le sondage Super Poll mené entre le 10 et le 22 décembre auprès de 1 094 citoyens a révélé que 59,1% des résidents de Bangkok et 57,2% des personnes vivant en dehors de la capitale se considéraient comme des membres de cette majorité silencieuse.

Environ 29% des personnes interrogées à Bangkok ont déclaré appuyer le gouvernement actuel dirigé par des militaires, contre 11,7% qui ne l'appuient pas.

En dehors de la capitale, le gouvernement a l'appui de 28,6% des répondants contre 14,2%.


Une autre surprise dans l'enquête dément l'idée reçue qui dit que le Pheu Thai a peu de soutien à Bangkok. Près d'un tiers (31,9%) des habitants de la ville ont déclaré qu'ils voteraient pour le Pheu Thai si les élections avaient lieu aujourd'hui.

Le nouveau parti pour l'avenir (Future Forward), favorable à la démocratie, obtiendrait 29,2% des suffrages à Bangkok, contre 27,8% pour le parti démocrate.

Moins de 5% des répondants à Bangkok et à l’extérieur de Bangkok ont déclaré qu’ils voteraient pour le parti pro-junte Phalang Pracharat. Les autres partis s'arrogent les 9,8% restants. Ainsi une part importante des Thaïlandais soutiennent la junte mais presque personne ne voterait pour le parti pro-junte et on se dirige vers un combat à trois : Pheu Thai, Future Forward et Démocrate. Tous sont opposés à la junte mais on imagine que le Parti démocrate se ralliera aux militaires en temps voulu.

L’appui du gouvernement dirigé par la junte s’est érodé progressivement depuis la prise du pouvoir en pleine tourmente politique, a déclaré Noppadol Kannika, directeur du Super Poll.

Dans un autre sondage publié hier par Suan Dusit, 32,55% des personnes interrogées ont exprimé des doutes sur le fait que la politique et l'économie s'amélioreraient bientôt, après plus de quatre ans de règne de la junte, censée améliorer les choses dans ces deux domaines. Du 18 au 22 décembre, Suan Dusit a interrogé 1 149 personnes et leur a demandé ce qui les intéressait le plus concernant les élections prévues pour le 24 février.

La question principale pour 52,74% des répondants concernait les politiques des partis et leur faisabilité.

Près de 34% se sont interrogés sur la transparence et la fraude électorale.

D’autres ont posé des questions - par ordre d’intérêt décroissant - sur la cartographie des circonscriptions, la personnalité des candidats, la possibilité d’un nouveau retard des élections, les lois électorales, les procédures de vote, la sélection du Premier ministre et les députés changeant de parti.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13158-sondage-a-ce-stade-presque-personne-ne-voterait-pour-le-parti-pro-junte/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14689
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2085 le: décembre 29, 2018, 08:34:15 am »


Prem conseille à Prayut de ne pas considérer ses opposants comme des ennemis

Le président du Conseil privé du Roi, jeudi, a conseillé au chef de la junte de traiter ses détracteurs et ses opposants politiques comme des amis - une décision qui, a-t-il déclaré, rendrait son mandat plus fluide, faisant référence à ses coups de colère fréquents alors que ni la presse ni l'opposition n'ose le critiquer vraiment.

Prem Tinsulanonda (né le 26 août 1920 dans la province de Songkhla) est un ancien général thaïlandais. Premier ministre de 1980 à 1988, il est président du Conseil privé de Thaïlande depuis le 4 septembre 1988.

En tant que président du Conseil privé, il est régent à la mort du roi Rama IX (Bhumibol Adulyadej) jusqu'à l'accession au trône de son fils Rama X (Vajiralongkorn).

Prem est la figure tutélaire de la politique thaïlandaise et accueilli le coup d'état avec une grande joie.

Le général à la retraite Prem Tinsulanonda a également félicité le Premier ministre, général Prayut Chan-o-cha, pour sa "forte détermination à rendre ce pays paisible et à enrichir le peuple".

Le conseiller royal en chef a tenu ces propos alors qu'il recevait Prayut et des membres de son cabinet à sa résidence de Sisao Thewet.

Prayut, qui dirige également le Conseil national pour la paix et l'ordre (junte), au pouvoir, a mené un groupe de membres clés du Cabinet et les commandants des forces armées pour offrir leurs vœux du Nouvel An à l'ancien homme d'État. En réponse, Prem a donné ses bénédictions et a partagé sa sagesse avec les visiteurs.

« Le Premier ministre devrait considérer l'opposition et les personnes en désaccord avec lui comme des amis. Ne les voyez pas comme des ennemis. C’est inutile, dit Prem.

« Le désaccord est nécessaire et inévitable. Je veux que le Premier ministre se comporte comme ceci: je ne suis pas d’accord avec vous, mais je peux être votre ami.

« De cette façon, les choses se passeront bien. J'aimerais que le Premier ministre s'en souvienne. Cela peut vous être utile. Cela a fonctionné pour moi », a-t-il ajouté.

Prem, 98 ans, a exercé les fonctions de chef de gouvernement non élu de mai 1979 à août 1986. L'ancien chef de l'armée et commandant suprême des forces armées est toujours considéré comme une figure incontournable en Thaïlande.

Prayut a répondu à Prem en disant qu’il se liait avec tout le monde. "Je ne vois personne comme un ennemi", a-t-il ajouté.

Le Premier ministre a ensuite eu une conversation privée de cinq minutes avec Prem dans le salon. Au moment de son départ, il a confié aux journalistes rassemblés à l'extérieur: « Je suis amical ».

Parmi les membres du Cabinet qui se sont joints au Premier ministre lors de ce voyage, il y avait le vice-premier ministre, Prawit Wongsuwan, le ministre de l'intérieur, Anupong Paochinda et le vice-premiere ministre, Chatchai Sarikulya.

Le Premier ministre a également salué l'ancien homme d'État, affirmant que son gouvernement avait été inspiré par l'honnêteté, la patience et la loyauté de Prem.

"Nous continuerons à nous en tenir aux bons exemples que vous avez donnés et que vous continuez de donner", a-t-il ajouté.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13183-prem-conseille-%C3%A0-prayut-de-ne-pas-consid%C3%A9rer-ses-opposants-comme-des-ennemis/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14689
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2086 le: décembre 29, 2018, 03:31:02 pm »


THAÏLANDE : Pluie de «bonus» budgétaires

Saupoudrage pré-électoral ? Des cartes de sécurité sociale seront délivrées à environ trois millions de thaïlandais à bas revenu, a annoncé le gouvernement le jour de Noël. Le pays le «plus inégalitaire au monde» joue la carte de la cohésion sociale.

Les généraux savent se montrer magnanimes alors que les élections législatives approchent.

Tous les détenteurs de la carte de sécurité sociale thaïlandaise pour l’année 2019 se verront offrir les «bonus» suivants :

- 500 bahts par personne par mois aux résidents de Bangkok pour le transport en commun par train électrique ou par bus ;
- 500 bahts par personne par mois pour le transport par rail ;
- 230 bahts par maison pour l'électricité ;
- 45 bahts par personne par trimestre pour le gaz de cuisson.

D’autres « cadeaux » budgétaires seront distribués aux personnes les plus démunies:

- Un montant unique de 500 bahts pour « les dépenses de fin d’année »
- Une aide de 230 bahts par maison par mois pour l’électricité ainsi qu’une aide de 100 bahts  par maison par mois pour la facture d’eau… jusqu’en septembre 2019
- Un montant unique de 1000 bahts aux personnes âgées qui doivent emprunter les transports pour se faire soigner ;
- Les personnes âgées de 60 ans et plus qui gagnent moins de 30 mille bahts par an, éligibles aux aides du Fonds pour les aînés recevront un supplément de 100 bahts par mois et par personne.

Un programme d’accès à la propriété sera par ailleurs mis en place, qui donnera droit à des prêts hypothécaires à 3% d’intérêt les cinq premières années aux ménages qui gagnent moins de 25 mille baht par mois.

De plus, afin de stimuler la consommation, la junte militaire thaïlandaise au pouvoir depuis 2014 offre un remboursement de TVA à tous ceux qui dépenseront plus de 20 mille bahts entre le 1er et le 15 février 2019.


Un pays très fortement inégalitaire

Début novembre, un document de recherche du Crédit Suisse, le Global Wealth Report 2018, avait  causé la polémique en déclarant la Thaïlande « pays le plus inégalitaire de la planète ».

La Thaïlande ne consacre que 7,8 pour cent de son produit intérieur brut (GDP) aux services sociaux, ce qui représente moins de la moitié de la moyenne des autres pays membres de l’OCDE, c’est-à-dire environ 100 milliards de baht.

La plupart des partis politiques en lice prévoient d’augmenter ce montant.

Les élections législatives sont toujours prévues, pour l’heure, au mois de février prochain.

La nouvelle constitution, adoptée sans débat par référendum en avril 2017, impose des règles électorales qui avantagent largement la junte militaire.

Réagissez, commentez, corrigez sur redaction@gavroche-thailande.com

Patrick Wauters



http://www.gavroche-thailande.com/actualites/politique/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14689
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2087 le: janvier 03, 2019, 09:10:38 am »


Le candidat au poste de premier ministre du Pheu Thai pourrait être M Chatchart et non Mme Sudarat

La confiance règne concernant le scrutin, bien que l’arrêté royal n’ait pas encore été publié. Le 24 février reste la date probable des élections. Le chef du parti démocrate Abhisit Vejjajiva a également exprimé hier cette confiance bien que la possibilité d'un retard des élections ait été annoncée la semaine dernière en raison de complications liées à l'impression de bulletins de vote.

La Commission électorale a un mois avant l'élection pour imprimer les bulletins de vote, a-t-il déclaré. La tâche pourrait être accomplie en deux semaines; a-t-il ajouté.

Abhisit a déclaré qu'il espérait que les démocrates remporteraient les élections avec plus de 100 sièges au Parlement.
Le parti démocrate est disposé à travailler avec tout parti partageant la même idéologie pour protéger les intérêts nationaux, y compris avec le Sénat nommé par la junte, a-t-il déclaré. Si le parti démocrate dirige le gouvernement, Abhisit s'est dit confiant qu'il pourrait diriger le pays et ne serait pas en conflit avec le Sénat (soit la junte) qui aura, au final, un rôle de censeur.

Par ailleurs, Chatchart supplante Sudarat, comme principal candidat du Pheu Thai d'après les sondages. Ceci n'est pas anecdotique car, si on a longtemps cru que les élections seraient une formalité pour Chan-o-cha et la junte, il semble que le parti pro-junte ait du mal à se rendre populaire. Les autres partis, dont le principal est le Pheu Thai, ne partent pas battus d'avance. Si tous les partis opposés aux coups d'état, si fréquents en Thaïlande, s'entendent, ils pourraient obtenir la majorité.

L’ancien ministre des Transports, Chatchart Sitthiphan, pourrait devenir le candidat au poste de Premier ministre du Pheu Thai, devançant désormais Khunying Sudarat Keyuraphan, après une enquête interne indiquant qu’il était plus populaire.

L'enquête a révélé que si Chatchart était le candidat, le parti pourrait remporter environ 220 sièges à la Chambre basse, qui compte 500 membres. En revanche, avec Sudarat, le parti obtiendrait entre 190 et 200 sièges, selon une source interne.

"Il est donc possible de changer de stratégie pour placer Chatchart en haut de la liste, en tenant compte du sondage sur la popularité", a déclaré la source. En réagissant à cette annonce, Sudarat a admis que Pheu Thai avait bien discuté de cette possibilité.

« Nous [Sudarat et Chatchart] travaillons ensemble et nous nous soutenons mutuellement », a déclaré Sudarat.

Sudarat a toujours été considérée comme la candidate naturelle du Pheu Thai, compte tenu de son ancienneté politique ainsi que de ses liens étroits avec le camp de Shinawatra et de bonnes relations avec l’armée, principalement le général Prawit Wongsuwan. Chatchart était hors jeu en raison de son "congé" de la politique après le coup d'État de 2014 pour travailler avec grand promoteur immobilier.

Cependant, il est indéniable que l’ancien ministre des Transports reste l’un des hommes politiques les plus populaires, aimé en particulier des jeunes électeurs et des internautes.

Chatchart à la veille du Nouvel An a laissé entendre sur sa page Facebook qu'il était prêt à revenir en politique. Les observateurs pensent que Chatchart pourrait être le sauveur de Pheu Thai.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13200-le-candidat-au-poste-de-premier-ministre-du-pheu-thai-pourrait-%C3%AAtre-m-chatchart-et-non-mme-sudarat/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14689
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2088 le: janvier 03, 2019, 09:14:07 am »


La Thaïlande commence à assumer la présidence de l'ASEAN en 2019

La Thaïlande a commencé son rôle de présidente par rotation de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) en 2019.
 
Lors de la réception du rôle de Singapour au Sommet de l'ASEAN du 13 au 15 novembre 2018, le Premier ministre thaïlandais Prayut Chan-o-cha a défini la «Promotion du partenariat pour le développement durable» comme étant le thème officiel de l'année pour laquelle la Thaïlande assumera la présidence.
 
Dans son discours du 21 novembre 2018, le ministre thaïlandais des Affaires étrangères, M. Pramudwinai, a également insisté sur la nécessité de s'adapter aux nouvelles conditions de l'ASEAN si l'organisation souhaitait être une communauté régionale moderne.
 
L’ASEAN regroupe dix pays, à savoir Brunei, le Cambodge, l’Indonésie, le Laos, la Malaisie, le Myanmar, les Philippines, Singapour, la Thaïlande et le Vietnam. C’est la sixième économie mondiale avec une population de 650 millions d’habitants et un PIB de près de 3.000 milliards de dollars.
 
Avec le rôle et la position de plus en plus importants de l’ASEAN, des puissances mondiales telles que les États-Unis, la Russie et la Chine ont montré leur volonté de développer davantage les relations avec le bloc.


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13199-la-tha%C3%AFlande-commence-%C3%A0-assumer-la-pr%C3%A9sidence-de-lasean-en-2019/
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13778
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2089 le: janvier 03, 2019, 11:03:41 pm »

Français Ensemble dans le Club de Pattaya


Prochaines élections...

Le vice-Premier ministre Wissanu Krea-ngam a rencontré jeudi la commission électorale afin de discuter de la possibilité de reporter les élections générales prévues le 24 février ... de manière à ne pas perturber la cérémonie du couronnement prévue début mai.

Il a indiqué au CE quel était le processus et les préparatifs qui débuteront environ quinze jours avant le couronnement prévu du 4 au 6 mai.

Certaines activités sont prévues dans les quinze jours suivants.

"Si les élections annoncée en février sont retardées, la nouvelle date sera publiée conformément à la Constitution, c'est-à-dire au plus tard le 9 mai" ... Il appartiendra à la CE de fixer la nouvelle date si elle acceptait le report" ... a déclaré Wissanu.

Personne ne peut affirmer, à une cinquantaine de jours des élections générales, qu'elles auront lieu à la date prévue.

Les sondages publiées récemment, dont les résultats diffèrent, ne garantissent pas le maintien au pouvoir des militaires.

Ils redoutent que la campagne qui s'annonce prenne la forme d'un réquisitoire. L'affaire des montres a resurgi au plus mauvais moment...
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14689
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2090 le: janvier 06, 2019, 09:10:31 am »


Les Thaïlandais furieux contre la junte à cause d'un possible report des élections

Au milieu des protestations des internautes sur le report probable du scrutin, la commission électorale ordonne au gouvernement de publier un décret.

Un hashtag en langue thaïlandaise qui peut être traduit en anglais par #delaymyass (report des élections, mon cul) est devenu la tendance la plus en vue sur Twitter. Les internautes ne supportent plus la junte, dit le pro-junte The Nation.

La Commission électorale (CE) a déclaré vendredi qu'elle était prête à organiser des élections et qu'elle attendait que le gouvernement publie le décret royal.

La CE examinera et annoncera la date des élections seulement après la publication du décret royal dans la Gazette royale, a annoncé vendredi le président de la CE, Ittiporn Boonpracong.

Ceci intervient après que le vice-Premier ministre Wissanu Krea-ngam a évoqué les activités entourant la cérémonie du couronnement royal et laissé entendre que le 24 février ne serait peut-être plus une date appropriée pour les élections en raison du chevauchement des deux événements.

Le vice Premier ministre s’est efforcé de faire croire que le gouvernement n'aurait rien à voir avec un report controversé des élections, affirmant que c’était la responsabilité de la CE de décider (sic !). Mais il a suggéré vendredi que le 24 mars pourrait être une date idéale pour l'élection afin d'éviter tout conflit avec le couronnement.

"Si nous faisons cela le 24 mars, les résultats pourront être annoncés le 22 mai, soit après le couronnement royal", a déclaré Wissanu, évoquant la condition constitutionnelle selon laquelle les résultats des élections seraient annoncés dans les 60 jours suivant le scrutin.

Le secrétaire général de la CE, Jarungvith Phumma, a également rencontré vendredi Wissanu pour lui souhaiter une bonne et heureuse année. Il a nié avoir discuté de la date des élections avec le vice-premier ministre.

"La CE a déjà eu des discussions sur la date des élections", a déclaré Jarungvith. "Mais la décision finale dépend du décret royal."

Une source proche de la CE a révélé que l'agence préférait le 10 mars comme nouvelle date des élections.

La forte possibilité d'un nouveau retard des élections suscite la colère parmi les internautes depuis jeudi, après que Wissanu a déclaré que le couronnement royal rendait difficile l'organisation d'une élection le 24 février.

Un hashtag en langue thaïlandaise qui peut être traduit en anglais par #delaymyass (le report, mon cul) est devenu la tendance la plus en vue sur Twitter.

Certains politiciens se sont également prononcés contre le report possible.

Anon Nampa, l'avocat des droits de l'homme, a annoncé hier qu'une activité (mini-manifestation) contre le report des élections aurait lieu ce dimanche sur la passerelle autour du monument de la Victoire.

Un autre militant, Ekachai Hongkangwan, a adressé une lettre à la CE dans laquelle il insistait pour que les élections aient lieu le 24 février, comme prévu. Il a suggéré que la CE puisse annoncer les résultats des élections dans un délai de 30 jours afin d'éviter tout chevauchement avec le couronnement royal.

Le parti Future Forward (FWP), pro-démocratie, a également montré une position ferme s'opposant à tout changement de la date des élections. Thanathorn Juangroongruangkit, dirigeant du FWP, a déclaré jeudi que la junte utilisait le couronnement comme une excuse pour reporter à nouveau le vote.

Annoncer les résultats plus tôt pour laisser le temps au couronnement est faisable si la junte était sincère, a déclaré Thanathorn. On connaît les résultats dans les 3 heures après la fermeture des bureaux de vote. Les "60 jours" ne sont, à l'évidence, qu'un prétexte.

Le FWP est prêt à se présenter aux élections de février et est fortement opposé à tout report de vote, quelle que soit l'excuse, a-t-il souligné.

D'autres partis, tels que le parti pro-junte Phalang Pracharat et le parti Bhumjaithai de taille moyenne, se sont déclarés prêts à l'élection, peu importe le moment du vote.

https://www.thaivisa.com/forum/topic/1076366-amid-netizens-uproar-over-likely-poll-delay-ec-tells-govt-to-publish-decree/


------------------------------------

Cela dit, plus tard les élections auront lieu, plus le ressentiment contre la junte sera grand. Les partis vraiment opposés à la junte ont tout intérêt à ce que la junte reporte les élections.
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14689
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2091 le: janvier 08, 2019, 08:24:33 am »


Les manifestants demandent de ne pas retarder les élections générales

Des centaines de personnes se sont rassemblées dimanche 6 janvier devant le Monument de la victoire dans la capitale thaïlandaise Bangkok pour exhorter le gouvernement à ne pas retarder les élections générales fixées au 24 février.

Le défilé a eu lieu après que le gouvernement thaïlandais a proposé à la Commission électorale (CE) de Thaïlande d’ajourner ce scrutin, par crainte de la coïncidence des activités électorales avec le couronnement du roi de Thaïlande, Rama X.

Les manifestants portaient des pancartes portant l’inscription "Nous voulons les élections" et "Les élections seulement au 24 février 2019", scandant "Aucun retard!" à l’unisson.

Ils ont paradé dans les rues avoisinantes du monument dans l’arrondissement de Ratchathewi, chantant l’hymne national avant de se dissoudre dans l’après-midi du même jour.

Le responsable de la manifestation, Siriwith Seritiwat, a déclaré que le défilé n’était qu’un début, ajoutant qu’une autre manifestation était prévue au carrefour de Ratchaprasong le 8 janvier si leur demande n’était pas satisfaite.

La police s’est présentée sur les lieux pour maintenir l’ordre et assurer une circulation fluide.

Le 2 janvier, le Premier ministre thaïlandais Prayut Chan-o-cha a déclaré que la date des élections générales resterait inchangée, rejetant les rumeurs selon lesquelles le gouvernement reporterait les élections jusqu’au lendemain du couronnement du roi Rama X.

Le roi Rama X devra être couronné lors d’une cérémonie élaborée qui aura lieu du 4 au 6 mai. Son couronnement officiel a été retardé après une période de deuil du roi Bhumibol Adulyadej, l’un des rois les plus vénérés de la Thaïlande qui était décédé en octobre 2016, à l’âge de 88 ans.

Comme prévu, 350 circonscriptions seront organisées à travers le royaume pour élire 150 membres du parlement. Les résultats des élections devraient être annoncés deux mois après.

Les médias thaïlandais ont déclaré que le parti Palang Pracharath travaillait pour que le Premier ministre Prayut Chan-o-cha reste à son poste après les élections.

Pour sa part, le porte-parole du Parti démocrate, Thana Chiravinij, a déclaré que son parti avait défini des candidats dans 346 circonscriptions sur les 350. La liste complète des 350 candidats dans les circonscriptions et des 150 candidats sur la liste du parti sera annoncée le 14 janvier, après la publication d’un décret royal sur la date des élections.

 

https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13229-tha%C3%AFlande-les-manifestants-demandent-de-ne-pas-retarder-les-%C3%A9lections-g%C3%A9n%C3%A9rales/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14689
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2092 le: janvier 10, 2019, 07:41:21 am »


Le gouvernement met fin subrepticement aux préparatifs des élections dans tout le pays

Le ministre de l'Intérieur a confirmé mardi la divulgation d'une note de service demandant aux responsables de tout le pays d'arrêter les préparatifs des élections. "C'est vrai" dit-il.

La fuite a suscité une nouvelle indignation dans l’opposition. Certains sont prêts à se réunir aujourd’hui pour protester contre un nouveau retard du scrutin, tandis que le gouvernement et la Commission électorale se reprochent mutuellement de na pas fixer la date du scrutin.

Le général Anupong Paochinda, ministre de l'intérieur, a déclaré aux journalistes que le mémo (qui met fin aux préparatifs des élections) avait été publié car le gouvernement n'a pas promulgué une loi qui aurait fixé la date du 24 février.

"Permettez-moi de confirmer à nouveau qu'il y aura une élection, à 1 million pour cent, peu importe le jour, tôt ou tard", a déclaré Anupong. "Nous n'avons pas encore vu l'arrêté royal concernant cette élection, nous devons donc attendre plus de clarté."

L'ordre d'annulation divulgué est apparu sur les réseaux sociaux lundi soir. Il semble que ce soit une note interne adressée aux responsables du vote dans toutes les provinces. La note citait l'absence du décret royal pour déclarer que «tous les préparatifs en vue des élections sont arrêtés».

Beaucoup s’attendaient à ce que le décret soit publié juste après le Nouvel An, mais le gouvernement ne l’a pas promulgué et n’a pas expliqué pourquoi.

Anupong a poursuivi en affirmant que le gouvernement attend une réponse de la Commission électorale quant à la suite des évènements.

«Le ministère de l'Intérieur est prêt à faire ce qu'il faut. », a déclaré le général.

Le même jour, le président de la commission, Ittiporn Boonprakong, a déclaré que son agence devait attendre que le gouvernement adopte le décret royal avant de pouvoir fixer le jour du scrutin.

"La CE délibérera et fixera la date de l'élection dès que possible, mais il n'y a pas de date précise pour le moment", a déclaré Ittiporn. "On attend le décret royal."

Bien que la junte ait insisté depuis le début de l’année dernière pour que les élections se tiennent le 24 février, les autorités ces derniers jours sont revenues sur leurs promesses. Les principaux dirigeants du gouvernement suggèrent que le vote pourrait être reporté pour laisser la place au couronnement du roi Vajiralongkorn, qui aura lieu du 4 au 6 mai. La loi électorale stipule que le vote doit avoir lieu avant le 9 mai.

L'incertitude croissante va probablement alimenter des manifestations telles que celle prévue à 17 heures aujourd'hui à l'intersection de Ratchaprasong. Les activistes disent vouloir envoyer un message indiquant qu'un autre report était inacceptable.

 

https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13232-le-gouvernement-met-fin-subrepticement-aux-pr%C3%A9paratifs-des-%C3%A9lections-dans-tout-le-pays/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14689
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2093 le: janvier 10, 2019, 07:43:46 am »


Prayut s'énerve quand on lui parle des élections : "ça arrivera quand ça arrivera"

Le chef de la Commission électorale déclare que la date des élections ne peut pas être fixée avant la publication du décret et refuse le choix du 10 mars.

Malgré les critiques grandissantes et les appels généralisés pour éviter un nouveau report des élections, le Premier ministre Prayut Chan-o-cha est resté provocant et a refusé de dire si le scrutin serait reporté, tout en affirmant que la communauté internationale comprenait la situation.

La Thaïlande assume la présidence de l’Asean cette année et doit organiser deux sommets des dirigeants régionaux et plusieurs autres réunions au niveau ministériel et des hauts fonctionnaires.

Les diplomates de l’Asean ont exprimé leur inquiétude quant à l’incertitude politique qui pourrait mettre en péril la présidence de la Thaïlande. La première réunion ministérielle de l’Asean aura lieu au milieu de la semaine prochaine à Chiang Mai.

Le décret royal tant attendu sur l'élection, qui permettra à la commission électorale de fixer la date du scrutin, n'a pas encore été publié et Prayut a déclaré hier qu'il ne savait pas quand il serait publié dans la Gazette royale.

"Ça arrivera quand ça arrivera", a déclaré Prayut aux journalistes hier après la réunion hebdomadaire du Cabinet. "Je n'ai rien à dire à propos d'un possible report ou d'une absence de report."

Parlant du prochain couronnement royal, qui serait la raison du retard de l'élection, Prayut a déclaré que tous les amis étrangers souhaitaient participer à l'événement.

«Tous les pays que j'ai visités comprennent. Alors, que voulez-vous de moi? », A-t-il déclaré, apparemment irrité par les critiques et les reportages des médias sur la possibilité d'un report du scrutin. Critiques feutrées en raison de l'auto-censure.

Bien que, ces derniers mois, le régime ait semblé sincère à propos de l'élection et ait même parlé de la tenir le 24 février, les développements récents suggèrent que le processus pourrait être différé d'un mois, jusqu'au 24 mars, en raison du couronnement du Roi en mai.

La confusion entourant des questions juridiques a compliqué la décision quant à la date des élections. Aucune des autorités concernées n’a eu de réponse à donner à la population qui s’inquiète.

Le président de la Commission électorale (CE), Ittiporn Boonpracong, a rejeté hier les informations selon lesquelles l'agence préférait le 10 mars comme jour de vote. Ce n'est qu'après la publication de l'arrêté royal que la CE pourra déterminer la date du scrutin, a-t-il déclaré.

La Constitution exige que le processus électoral soit achevé dans les 150 jours.

Mais la question est de savoir si la période de 150 jours ne couvrait que le vote ou l’annonce des résultats des élections. Il est à craindre qu'une confusion à ce sujet ne conduise à l'annulation de l'élection pour inconstitutionnalité.

Ittiporn a déclaré hier que l'agence se concentrait désormais sur l'organisation des élections dans les 150 jours suivant l'entrée en vigueur de la loi électorale et sur l'annonce des résultats 60 jours après le scrutin.

Parallèlement, au moins 150 manifestants favorables au scrutin se sont rassemblés hier autour de l'intersection de Ratchaprasong au cœur de Bangkok pour exprimer leur opposition à tout report des élections.

Ils ont demandé à la junte d'être franche à propos de la publication de l'arrêté royal et de ne plus intervenir dans le processus électoral, qui relève de la responsabilité de la CE.

Alors que le gouvernement prétend que l'interférence entre le couronnement royal et l'élection pourrait rendre difficile la tenue d'un scrutin en février, les observateurs considèrent que les deux évènements peuvent être menés de front si le gouvernement est efficace.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13236-prayut-s%C3%A9nerve-quand-on-lui-parle-des-%C3%A9lections-%C3%A7a-arrivera-quand-%C3%A7a-arrivera/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14689
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2094 le: janvier 15, 2019, 04:42:43 pm »


Prayut plébiscité dans un sondage pour être le prochain premier ministre

Plus de 85% des répondants à un sondage d'opinion ont convenu que le général Prayut Chan-o-cha était le plus apte à devenir le prochain Premier ministre, tandis que les autres considèrent qu'il existe d'autres candidats qui conviennent mieux.

Le Super Poll Research Office (institut de sondage tradtionellement favorable au gouvernement) a demandé l'opinion de 1 018 personnes du 11 au 12 janvier.

Dans le même temps, Dusit Poll a révélé que 63,67% des répondants estimaient que reporter les élections ne valait pas les conséquences négatives induites, car cela saperait la confiance de la population et l’image du pays et causerait une instabilité économique et politique.

Cependant, 36,25% des répondants ont approuvé le report de l'élection, notant que cela donnerait plus de temps à la Commission électorale pour l'organisation de l'élection.

En outre, 48,45% des répondants ont convenu que le report de l'élection donnerait plus de temps aux partis et à leurs candidats pour leur campagne électorale.

Les élections ont été provisoirement fixées au 24 février. Toutefois, la date des élections risque d’être reportée à une date indéterminée, car le décret royal sur l’élection des membres du parlement n’a pas encore été promulgué, ce qui empêche la commission électorale de fixer la date des élections.

Dusit Poll qui dépend de l'Université Suan Dusit a mesuré l'opinion de 1 029 personnes du 8 au 12 janvier.

 

https://www.thaivisa.com/forum/topic/1078115-poll-shows-gen-prayut-most-suitable-to-be-next-pm/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14689
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2095 le: janvier 16, 2019, 07:55:38 am »


Le chef de l'armée affirme que les opposants au report des élections veulent créer des troubles

Le général Apirat Kongsompong, commandant en chef de l'armée de terre, a accusé aujourd'hui ceux qui faisaient campagne contre le report des élections d'avoir un « esprit à sens unique» et de vouloir créer des troubles.

« On leur dit de penser de la sorte, on leur ordonne de se comporter de la sorte, de penser de manière unique sans prendre en compte d’autres "facteurs" ni la Constitution», a déclaré le chef de l’armée.

Il a admis ne pas savoir comment raisonner ces militants qu'il a accusés d'avoir tendance à causer des troubles.

Tout en admettant qu'il ignorait à quelle date se déroulera l'élection car la commission électorale n'a pas encore annoncé sa candidature, le général Apirat a déclaré que le public en général comprend pourquoi il faut reporter au delà du 24 février.

Il a déclaré que la cérémonie de couronnement prévue officiellement du 4 au 6 mai était un événement important pour la Thaïlande «mais ces personnes n'y ont jamais réfléchi et, comme je l'ai dit, on leur dit de faire comme ça et de penser ainsi et sont incapables de changer d'avis."

En sa qualité de secrétaire général du Conseil national pour l'ordre et la paix (la junte), le vice-Premier ministre Prawit Wongsuwan a ordonné à toutes les unités militaires chargées de maintenir l'ordre pendant les élections et la cérémonie de couronnement de tester leur état de préparation afin de faire face à ces deux événements d'importance nationale.



https://www.thaivisa.com/forum/topic/1078019-army-chief-claims-opponents-of-election-delay-bent-on-creating-troubles/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14689
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2096 le: janvier 18, 2019, 08:27:11 am »


Prayut avoue que les élections pourraient être re-re-re-re-reportées

Le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a admis mercredi que les élections pourraient être reportées, mais a assuré qu'elles seraient tenues dans les délais prévus pour le 9 mai.

"Le pays doit avoir des élections, a-t-il déclaré dans un discours prononcé à l'occasion de la Journée nationale des enseignants.

"Il n'y a rien qui puisse changer cette exigence, mais la date peut être repoussée ou avancée", a-t-il déclaré.

"Cela est requis par la Constitution", a déclaré le Premier ministre. «Sinon, nous devons modifier la constitution. Mais c'est impossible.

C'est la première fois que Prayut a directement admis que la date du scrutin pourrait être modifié par rapport celle prévue du 24 février.

"Le pays se prépare pour la cérémonie d'intronisation royale ou couronnement, a-t-il déclaré, et il a demandé à chacun d'essayer de maintenir la paix dans le pays.

"Les activités post-électorales telles que l'annonce des résultats, l'examen minutieux des qualifications des députés et la mise en place d'un nouveau gouvernement ne doivent pas se chevaucher avec le couronnement, a déclaré M. Prayut.

Dans le même temps, le chefs des armées menace les quelques manifestants qui réclament des élections : "Ne dépassez pas la ligne jaune."



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13278-prayut-avoue-que-les-%C3%A9lections-pourraient-%C3%AAtre-re-re-re-re-report%C3%A9es/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14689
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2097 le: janvier 21, 2019, 08:37:31 am »


Sondages : Prayut toujours en tête mais la moitié des Thaïlandais pensent que les élections n'auront pas lieu

Université Suan Dusit Rajabhat, ou Suan Dusit Poll, Le sondage a eu lieu les 15 et 19 janvier auprès de 1 071 personnes dans tout le pays. Sujet : les craintes de la popuation.

48,46%, craignent qu'il n'y ait pas d'élections du tout, car la date exacte des élections n'a pas encore été fixée.
Les autres problèmes qui les préoccupent sont la possibilité de conflits politiques et de persécutions (40,90%);
une récession économique (36,69%);
l'élection serait entourée de fraude, d'achat de voix et de diffamation (30,63%);
l'administration et la stabilité du gouvernement seraient affectées (24,18%);
il y aurait des luttes intestines pour le pouvoir et les intérêts induits (22,50%);
l'image du pays serait encore endommagée (21,29%);
les moyens de subsistance de la population seraient affectés (17,55%);
les droits et la liberté des personnes seraient restreints (16,34%);
et le pays serait en proie à de fausses nouvelles et à des manipulations (15,59%).


Le général Prayut Chan-o-cha figure toujours parmi les favoris au poste de Premier ministre dans une enquête menée par l'Institut national de l'administration du développement, ou Nida Poll.

Le sondage, le 6ème sur les choix du Premier ministre par le peuple, s'est déroulé du 2 au 15 janvier auprès de 2 500 personnes âgées de 18 ans et plus de divers niveaux d'éducation et d'occupation à travers le pays.
Le général Prayut est arrivé en tête avec 26,20%;
Khunying Sudarat, du Pheu Thai 22,40%;
Abhisit Vejjajiva, chef du parti démocrate, 11,56%;
Thanathorn Juangroongruangkij, chef du parti «Future Forward», 9,60%;
Pol Sereepisuth Temiyavej, dirigeant du parti Seri Ruam, 7,32%:
Chadchart Sittipunt du parti Pheu Thai 7,28%;
l'ancien premier ministre Chuan Leekpai du parti démocrate 3,28%;
Pol Lt Gen Viroj Pao-in, chef du parti Pheu Thai, 2,32%;
Anuthin Chanvirakul, chef du parti Bhumjaithai, 1,20%;
et le vice-Premier ministre Wissanu Krea-ngam à 0,72%.

Si l'on ajoute les résultats des membres du parti Pheu Thai, on arrive à 32 % et 15 % pour les deux candidat du parti démocrate.

Au niveau des partis politiques :
le parti Pheu Thai arrive en tête avec 32,72%;
Palang Pracharath 24,16%, ce qui représente une importante percée du parti-pro junte;
Démocrate 14,92%;
Future Forward 11,0%;
Seri Ruam Thai 5,76%;
Bhumjaithai 1,92%;
Chartthaipattana 1,60%;
Raksa thaï 0.92%;
Action Coalition for Thailand 0,56%;
Prachachart et Pheu Chart à 0,52%.


Pheu Thai et Future Forward sont opposés aux coups d'état (44 % à eux deux).
Les démocrates se disent opposés aux coups d'état mais, dans les faits, les appellent de leurs vœux quand ils sont dans l’opposition. Ils se disent opposés à Prayut mais, in fine, devraient se rallier à la junte.
Il ne faut pas oublier les 250 sénateurs, par définition, pro-junte.


Une majorité de répondants (59,72%) ont déclaré vouloir voir de nouveaux partis y être élus. 39,04% ont déclaré préférer les vieux partis.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13297-sondages-prayut-toujours-en-t%C3%AAte-mais-la-moiti%C3%A9-des-tha%C3%AFlandais-pensent-que-les-%C3%A9lections-nauront-pas-lieu/
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13778
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2098 le: janvier 24, 2019, 12:40:41 am »

Français Ensemble dans le Club de Pattaya


ELECTIONS


La "Royal Gazette' a publié aujourd’hui (mercredi 23 janvier) le décret royal qui appelle à l'élection générale des membres du Parlement.

Selon la Constitution, il appartient à la Commission électorale de fixer la date du scrutin dans les cinq jours qui suivent l'entrée en vigueur de ce décret.

La loi a été promulguée sur ordre de Sa Majesté le Roi et signée par le Premier ministre, le général Prayut Chan-o-cha.

La date de l'élection ne doit pas être antérieure à 45 jours ni supérieure à 60 jours à compter de la date d'entrée en vigueur du décret royal.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14689
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2099 le: janvier 24, 2019, 08:34:08 am »


La date des législatives en Thaïlande fixée au 24 mars

Déjà maintes fois reportées, les élections devraient cette fois avoir lieu le 24 mars prochain, a annoncé aujourd'hui la Commission électorale.

Sa Majesté le Roi de Thaïlande a publié, mercredi 23 janvier, le décret royal sur la tenue des  élections générales, prenant effet immédiatement.

La Commission électorale a annoncé cet après-midi que les élections auraient lieu le 24 mars prochain.

Le décret, co-signé par le Premier ministre Prayut Chan-o-cha et publié dans la Gazette royale, impose au président de la Commission électorale la fixation d’une date du scrutin dans les cinq jours suivant sa publication.

Récemment, le vice-Premier ministre Wissanu Krea-ngam avait déclaré que le 24 mars serait une date appropriée, dans la mesure où cela donnerait suffisamment de temps pour la campagne électorale, d’après le Bangkok Post.

Le gouvernement militaire a invité la Commission électorale à ne pas choisir une date trop proche du couronnement du roi, prévu du 4 au 6 mai et qui représente « un événement historique extraordinaire ».

D’après la constitution, les élections générales doivent être organisées dans les 150 jours suivant l’entrée en vigueur de la loi organique régissant l’élection des députés. Soit le 9 mai 2019 au plus tard

Ces élections ont déjà été repoussées à de multiples reprises et les Thaïlandais commenceraient à s’inquiéter si elle devaient être une nouvelle fois reportées.

Annoncées pour fin février, le 24 plus précisément, les électeurs habitants étaient restés sans nouvelles depuis.


Une signature tardive

La signature tardive du décret royal a déjà obligé le gouvernement à repousser l’échéance à de multiples reprises provoquant  quelques manifestations de mécontentement dans le pays. Samedi 19 janvier une centaine de personnes s’étaient rassemblées à l’université Thammasat de Bangkok appelant au départ de « la répugnante dictature ».

De nombreux observateurs pensent que, le Premier ministre Prayut Chan-O-Cha, chef de la junte militaire, a de bonnes chances de se maintenir au pouvoir. En 2016, l’armée a d’ailleurs fait adopter une Constitution très controversée, avec un Sénat entièrement nommé par les militaires et qui aura son mot à dire sur la nomination du chef du gouvernement.


https://www.thailande-fr.com/politique/74452-le-roi-publie-le-decret-sur-la-tenue-des-elections-legislatives-en-thailande
IP archivée