Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Auteur Sujet: POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.  (Lu 654098 fois)

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14848
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2125 le: mars 10, 2019, 08:04:13 am »


Prawit dément de nouvelles rumeurs de coup d'état à deux semaines des élections

Le général Prawit, le numéro 2 de la junte qui avait fomenté un coup d'état en 2014, responsable de la sécurité nationale, a rejeté les craintes selon lesquelles le conflit entre le dirigeant du parti Seri Ruam Thai, Pol Gen Seripisut Temiyavej, ancien chef de la police nationale, et le commandant en chef de l'armée, Apirat Kongsompong, pourrait devenir incontrôlable et aboutir à un coup d'état en 2019, sans même attendre que débute une (courte) phase démocratique.

Les craintes de coup d'Etat ont été alimentées par une affiche géante placée dans la première région militaire citant une remarque obscure faite par Seripisut à la télévision.

"Il n'y aura pas de coup d'Etat", a déclaré en riant le vice-Premier ministre, ajoutant: "Il n'y a pas de quoi s'inquiéter. Tout va bien et le pays se dirige vers les élections. "

Ce conflit s’explique par les critiques de Seripisut sur les remarques de l’armée d’Apirat, jugés insultantes. Ces critiques ont amené le chef de l'armée à intenter un procès en diffamation devant le tribunal pénal contre l’ancien chef de la police.

La Cour constitutionnelle a ordonné jeudi la dissolution du parti pro-Thaksin Thai Raksa Chart en guise de punition pour avoir nommé la princesse Ubolratana au poste de candidate Premier ministre pour les prochaines élections. Il a également interdit à tous les dirigeants du parti de se présenter à des élections ou de créer des partis politiques pendant 10 ans. Le verdict a également entraîné la disqualification de tous les candidats de la Thai Raksa Chart à l’élection.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13559-prawit-d%C3%A9ment-de-nouvelles-rumeurs-de-coup-d%C3%A9tat-%C3%A0-deux-semaines-des-%C3%A9lections/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14848
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2126 le: mars 11, 2019, 07:51:24 am »


Après celle du TRC, vers une dissolution du FF et du Pheu Thai pour éliminer toute opposition ?

La campagne électorale est de plus en plus rude : un avocat cherche à dissoudre le parti Pheu Thai alors que la junte a porté de nouvelles accusations à l'encontre de Future Forward.

Anat Chang-in, un avocat basé dans la province de Loei, a déposé vendredi une plainte auprès de la commission électorale provinciale, accompagnée d'un clip vidéo en guise de preuve.

Khunying Sudarat Keyuraphan, chef du parti et candidate au poste de Premier ministre, s’exprimant devant la foule lors d’un rassemblement à Loei le 24 février, a induit en erreur les gens sur sa popularité et sur celle de son parti. Le délit est punissable en vertu de la loi électorale.

"Khunying Sudarat a annoncé que si les gens votaient pour Pheu Thai, M. Lertsak Pattanchaikul serait député, elle-même serait Premier ministre, et Mme Sukklai Chansawang, conseillère provinciale, serait députée sur la liste proportionnelle", a déclaré M. Anat.

« Après vérification, je n’ai pas trouvé Mme Sukklai sur les 97 membres du parti Pheu Thai. Cela montre que Khunying Sudarat et Pheu Thai ont simplement essayé de miser sur la popularité de Mme Sukklai, conseillère provinciale et personnalité respectée dans la province, pour induire les gens en erreur. "

M. Anat a demandé à la CE d'envisager la dissolution du Pheu Thai, qui devrait à nouveau remporter plus de sièges que tout autre parti le 24 mars.

Vendredi également, le Conseil national de la paix et de l'ordre (NCPO ou junte) a déposé une nouvelle plainte auprès de la police judiciaire en charge de la criminalité informatique contre le parti Future Forward. Cette fois, son webmaster est accusé d'avoir mis en ligne un clip vidéo qui, selon le régime, contiendrait de fausses informations susceptibles de porter atteinte à la sécurité nationale ou d'effrayer des personnes.

Le clip montre le secrétaire général du parti, Piyabutr Saengkanokkul, en train de lire une déclaration sur la dissolution du parti Raksa Chart Thai, qui a eu lieu jeudi.

Thai Raksa Chart est le troisième parti politique affilié à l'ancien Premier ministre fugitif, Thaksin Shinawatra, à être dissout par la Cour constitutionnelle depuis mai 2008.

Selon la déclaration lue par M. Piyabutr, un parti politique, qui permet aux personnes ayant les mêmes idées d’acquérir le pouvoir par le biais de politiques choisies par les électeurs, est un élément important en démocratie.

Cependant, continue le communiqué, des efforts ont été déployés au cours des 13 dernières années pour utiliser les lois en tant qu'outil politique, ce qui amène les citoyens à s'interroger sur l'indépendance de la Cour constitutionnelle et ce qui aboutit à une impasse.

"La dissolution d'un parti 17 jours avant l'élection aura une incidence sur le scrutin", poursuit le communiqué. « Cela sape également la confiance des gens dans le fait que l’élection sera libre et juste."

L’utilisation du pouvoir judiciaire pendant plus d’une décennie n’a pas atténué les conflits.

"Future Forward estime qu'il est important de modifier la constitution pour rééquilibrer les relations entre toutes les institutions et exhorte les citoyens à voter le 24 mars pour résister au pouvoir du NCPO".

Cette déclaration a été jugée illégale par la junte.


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13563-apr%C3%A8s-celle-du-trc-vers-une-dissolution-du-ff-et-du-pheu-thai-pour-%C3%A9liminer-toute-opposition/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14848
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2127 le: mars 11, 2019, 08:02:47 am »


Comme prévu, le sénat sera composé principalement de généraux "amis" de la junte au pouvoir

Les 194 sénateurs choisis par la junte militaire thaïlandaise, connue officiellement sous le nom de Conseil national pour l'ordre et la paix (CNPO), devraient être dominés par des généraux actifs et retraités ayant des liens étroits avec le Premier ministre Prayut Chan-o-cha , Le vice-Premier ministre Prawit Wongsuwan et le ministre de l'Intérieur, Anupong Paochinda.

Le vice-Premier ministre Wissanu Krea-ngarm a annoncé hier qu'une liste restreinte de 400 candidats au sénat, représentant des groupes professionnels et les 76 provinces de la Thaïlande, avait été approuvée par un comité de sélection et que leurs noms devraient être entre les mains du NCPO aujourd'hui.

Le NCPO en choisira alors un total de 194 pour devenir sénateurs. En outre, il y a six sénateurs d'office, à savoir le chef des armées, les commandants de l'armée de terre, de la marine et des forces aériennes, le chef de la police nationale et le secrétaire permanent à la Défense.

Des sources bien informées ont déclaré à Thai PBS que, sur les 400 candidats présélectionnés, environ 50 sont proches du général Prawit et étaient ses camarades de classe à l'école préparatoire des forces armées ou travaillaient avec lui au ministère de la Défense ou à la fondation pour protéger les forêts.

Les proches du Premier ministre Prayut et du ministre de l'Intérieur Anupong, ainsi que des officiers de l'armée qui prendront leur retraite, feront également partie des 50 personnes choisies par la junte.

Il y a 50 autres sénateurs à élire sous la supervision de la Commission électorale, ce qui porte le nombre total de sénateurs à 250.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13561-comme-pr%C3%A9vu-le-s%C3%A9nat-sera-compos%C3%A9-principalement-de-g%C3%A9n%C3%A9raux-amis-de-la-junte-au-pouvoir/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14848
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2128 le: mars 12, 2019, 08:38:37 am »


Abhisit affirme qu'il ne soutiendra pas Prayut. Beaucoup en doutent

Deux semaines avant les élections du 24 mars, le chef du Parti démocrate, Abhisit Vejjajiva, a déclaré pour la première fois hier qu’il ne soutiendrait pas le retour du général Prayut Chan-o-cha au pouvoir en tant que Premier ministre.

Il a déclaré que l’économie du pays était restée dans un piètre état pendant les cinq années de gouvernement de la junte militaire sous Prayut.

« Laissez-moi parler clairement. Je ne soutiens assurément pas le général Prayut pour qu'il reste Premier ministre. Le maintien au pouvoir [de la junte] est opposé à l’idéologie du parti démocrate selon laquelle «le peuple d’abord, l'idéologie ensuite », a déclaré Abhisit.

« L’économie s’est dégradée au cours des cinq dernières années. Le pays a déjà beaucoup souffert », a-t-il ajouté.

Abhisit, un ancien premier ministre, a tenu ces propos dans une vidéo publiée sur sa page Facebook.

Cependant, il n'a pas précisé si son parti travaillerait après les élections avec le parti pro-junte Phalang Pracharat, qui a nommé Prayut au poste de premier ministre.

En réponse, Anusorn Iamsa-ard, du parti rival Pheu Thai, s’est demandé hier si la position de Abhisit était son point de vue personnel ou celle du parti démocrate.

« Dans la politique d’aujourd’hui, il n’y a que deux points de vue aux yeux du peuple - l’un qui soutient le maintien au pouvoir du général Prayut et l’autre qui s'y oppose, dirigé par Pheu Thai. Abhisit ne devrait pas apporter de la confusion au peuple en offrant son parti comme troisième choix ", a déclaré Anusorn.

Il a ajouté que, pour vaincre toute suspicion, le comité exécutif des démocrates devait confirmer ce que Abhisit avait dit à propos de Prayut.

Par ailleurs, le chef du parti Bhumjaithai, Anutin Charnvirakul, a préparé sa campagne d'hier avec une vidéo de deux minutes sur Facebook le présentant comme le "capitaine" qui pourrait piloter la Thaïlande après une décennie de conflit menant à la prospérité.

Parallèlement, près de la moitié des personnes qui ont participé à une enquête la semaine dernière ne savaient pas combien de bulletins de vote on leur remettrait le jour du scrutin.

48% des personnes interrogées n'étaient pas au courant qu'il n'y aurait plus qu'un bulletin de vote.

De nombreux électeurs se souviennent avoir rempli deux bulletins de vote lors d'élections précédentes.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13568-abhisit-affirme-quil-ne-soutiendra-pas-prayut-beaucoup-en-doutent/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14848
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2129 le: mars 14, 2019, 08:11:42 am »


Article du Nation qui rejoint ainsi tous les autres observateurs thaïlandais. Les élections reviennent à un référendum pour ou contre la démocratie.


Les élections : une bataille pour la démocratie

L'ambition de la junte de rester au pouvoir a donné lieu à un scénario unique caractérisé par un clivage idéologique. Les experts estiment que Prayut peut être vaincu aux élections, mais qu'un consensus sera nécessaire pour mettre fin à la culture thaïlandaise des coups d'état à répétition.

La junte va-t-elle rester ou partir? Cette question semble occuper une place prépondérante dans l’esprit des électeurs, repoussant ainsi des enjeux habituels des campagnes électorales précédentes, tels que la garantie des prix des produits agricoles, la gratuité de l’enseignement, les soins de santé, etc.

Dans moins de deux semaines, la Thaïlande votera pour la première fois depuis que le Conseil national pour l'ordre et la paix (NCPO / junte) a pris le pouvoir en 2014 après avoir fomenté un coup d'état. Cette élection est considérée par beaucoup comme une bataille idéologique entre les camps démocratique et autoritaire.

Ainsi, alors que les politiciens font campagne, font des discours et participent aux débats, leur position vis à vis de la junte est devenue importante. Les deux camps ont commencé à prendre forme après le coup d'État de 2006, mais ce phénomène n'a pas été observé lors des élections qui ont suivi le coup d'État de 2007. Alors, pourquoi maintenant?

Le politologue Suraphot Thaweesak a déclaré que le pouvoir de la démocratie était la solution. Bien que le mouvement des chemises rouges fût énorme il y a 12 ans, il a expliqué que sa position en faveur de la démocratie ne ressemblait en rien à celle d'aujourd'hui.

"La plupart du temps, ils ont été qualifiés de" champions des intérêts de l’ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra " (sous entendu : et non de la démocratie)- souhaitant des élections comme moyen de soutenir Thaksin.

Rien à leur sujet n'a été perçu comme contribuant à la démocratie », a-t-il déclaré. « De plus, le camp de Shinawatra était prudent en matière de démocratie. Ils ne voulaient pas prendre de risques, alors ils ont fait des compromis avec la droite. "

Cependant, à travers les turbulences politiques, le camp pro-démocratie s'est développé, a-t-il expliqué. Le camp pro-démocratie, qui avait été lié au bloc Shinawatra, semble avoir retrouvé son indépendance, a-t-il déclaré.

Lors de cette élection, la guerre entre les libéraux et les conservateurs s’est accentuée, principalement grâce à l’émergence du parti Future Forward (FWP), a-t-il déclaré.

« Je tiens à remercier FWP de donner un élan et d’insister sur l’idéologie de la démocratie, au-delà du simple discours.» A-t-il déclaré. "Cela a donné naissance à un soi-disant bloc pro-démocratie, et donc à une bataille entre démocratie et autoritarisme." [pour mémoire, le FWP est crédité d'intentions de vote très faibles dans les sondages, ce qui montre que la démocratie n'est pas un enjeu pour tout le monde]

En ce qui concerne le parti Pheu Thai lié à Thaksin, Suraphot a déclaré qu'il avait également assisté à un changement en ce sens, ce qui conforte son idée que ce scrutin serait une bataille entre les deux idéologies. Il a déclaré qu'après toutes ces années, Pheu Thai avait finalement compris qu'il ne pouvait pas faire de compromis avec la droite et avait donc décidé de se concentrer davantage sur ses convictions et sa politique économique.

Outre les conflits profonds qui sévissent dans le Royaume depuis plus de dix ans, d'autres observateurs politiques voient d'autres enjeux qui rendent cette élection unique.

Nuttaa Mahuttana, activiste pro-démocratie, a déclaré que le régime du NCPO et ses ambitions politiques rendent cette élection très différente.

"Les juntes précédentes n'ont montré aucun signe de vouloir s'accrocher au pouvoir, contrairement à cette junte", a déclaré l'activiste. « Cette fois, le parti pro-junte Phalang Pracharat - qui porte le même nom que le programme de distribution de fonds du gouvernement - travaille de manière évidente pour la junte. En fait, il a été fondé par les ministres de la junte. "

Nuttaa dit que la junte a créé le parti pour permettre au général Prayut Chan-o-cha de conserver le pouvoir. Par exemple, a-t-elle ajouté, le parti a débauché un nombre sans précédent d'anciens députés d'autres partis.

"Et maintenant, Prayut est leur candidat au poste de Premier ministre", a-t-elle déclaré. « Il deviendra encore plus facile pour lui de se succéder à lui-même grâce aux 250 sénateurs qu’il a nommés. Ainsi, le plan de maintien de Prayut en place donne lieu à cette bataille idéologique. "

La bataille peut également être liée à l’héritage du NCPO : la Constitution de 2017 et sa stratégie nationale sur 20 ans, a ajouté Nuttaa.

Ces stratégies dicteront l’orientation du pays pour les deux prochaines décennies, mais le peuple n’a que très peu été consulté.

« Alors, cette élection est significative. Si Prayut revient, il aura tout cet appareil à sa disposition » assure-t-elle, laissant entendre que le chef de la junte pourrait diriger sans partage s'il remportait les élections. "Il est important que nous soutenions le camp pro-démocratie afin de pouvoir supprimer toutes les stratégies créées par le NCPO après les élections."

Chamnan Chanruang, du FWP, estime toutefois que les politiciens se concentrent toujours sur les questions relatives au pain et au beurre.

En fait, a-t-il dit, le sentiment anti-junte provient en grande partie de la piètre performance du NCPO (en matière économique). Ainsi, quand les gens voteront contre Prayut, cela montrera seulement qu'ils veulent que les militaires ne soient plus en politique et que les politiciens professionnels fassent le travail et mettent de l'argent dans leurs poches, a-t-il déclaré.

Mais où cette bataille mènera-t-elle le pays ?

Les trois observateurs ont répondu différemment.

Chamnan pense que la junte sera facilement vaincue, car elle ne remportera aucun soutien à l'assemblée nationale (sous entendu le parti pro-junte va perdre les élections).

« Prayut ne survivra jamais aux motions de censure », a-t-il déclaré.

"Les 250 sénateurs ne seront pas en mesure de le porter et il devra céder lorsque le sentiment contre lui sera suffisamment fort."

Cependant, il a admis que ce triomphe ne garantirait pas nécessairement la fin des coups d’État. La seule façon d’arrêter les coups d’État serait un consensus national (sous entendu : qui ne tolérerait plus aucun coup d'état), a-t-il ajouté.

Les deux autres observateurs ne voient toutefois qu'un faible espoir de démocratie.

Nuttaa a déclaré que, avec la dissolution du parti thaïlandais Raksa Chart, le bloc anti-junte n'a qu'une mince chance de gagner.

De même, Suphot a déclaré que les nouvelles règles ont désavantagé le camps favorable à la démocratie, mais que la défaite est peut-être un processus nécessaire au développement de la démocratie.

"Chaque fois que la démocratie est vaincue, l'injustice éclate au grand jour", a déclaré Suphot. « En cours de route, le camp conservateur détruit ses propres crédibilité et légitimité. Donc, bien que le combat soit long et difficile, il devra continuer jusqu'à ce que la démocratie triomphe ou jusqu'à ce que l'élite accepte la démocratie libérale.

" L'infographie ci-dessous mentionne 4 partis charnière. En fait Chart Pattana, Chartthaipattana et Bhumjaithai font de la politique à l'ancienne et sont des "partis d'appoint" nécessaires dans les coalitions, ils devraient donc se rallier à la junte.

Le cas du parti démocrate est intéressant car une grosse partie de ses membres sont pour la junte mais leur candidat Abhisit (qui est arrivé au pouvoir il y a 10 ans grâce à l'armée et qui a fait tirer sur la foule par l'armée en 2010) se dit pour la démocratie et se prétend maintenant opposé à Chan-o-cha sans convaincre vraiment.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13575-les-%C3%A9lections-une-bataille-pour-la-d%C3%A9mocratie/
IP archivée

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3347
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2130 le: mars 16, 2019, 09:43:18 pm »


Le premier ministre demande un contrôle de l'appel d'offre concernant les boutiques duty free des aéroports !

Le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a ordonné un examen du processus d'appel d'offres pour la concession des boutiques hors taxes des aéroports de Suvarnabhumi, Chiang Mai, Phuket et Hat Yai, afin de garantir la transparence et des avantages optimaux pour l'État.

Le porte-parole du gouvernement, le général Veerachon Sukhonthapark, a déclaré aujourd'hui que le Premier ministre était au courant des préoccupations suscitées par les enchères organisées par AOT (Airports of Thailand Company), exploitant des aéroports.

AOT voulait un seul opérateur pour les boutiques hors taxes dans les quatre aéroports, afin de "rendre la surveillance plus efficace", mais les critiques affirment que cela créerait effectivement un monopole.

Le Premier ministre a donc chargé le ministère des Transports de superviser le processus d'appel d'offres et de travailler avec AOT pour trouver un modèle d'appel d'offres plus approprié.

Citant des informations provenant de Generation Research, indiquant que les recettes des duty free pour les coffres de l'état en 2016 n'étaient que de 1,9 milliard USD générées par 32,6 millions de touristes en Thaïlande, alors que la Corée du Sud gagnait 10,9 milliards USD avec seulement 16,9 arrivées de touristes, l'Organisation anti-corruption de Thaïlande a exprimé des doutes par rapport aux prévisions étrangement basses comparées à celles d’autres pays.

Il craint également que le format des enchères de l'AOT ne favorise indûment les grandes entreprises.

L’ACT a également révélé que la nouvelle concession, une fois attribuée, comprendrait le service lucratif du guichet où les touristes récupèrent, à l’aéroport, les objets achetés hors taxe en ville..

Les formulaires de candidature seront disponibles du 19 mars au 1er avril à 2,5 millions de bahts. Les offres peuvent être soumises pour la pré-qualification jusqu'au 30 avril. Le résultat de l'appel d'offre sera rendu public le 10 mai.

Au moins cinq consortiums, y compris le concessionnaire actuel (King Power), envisagent de faire des offres.


Les agences anti-corruption craignent qu'AOT ne profite de la période électorale pour octroyer le monopole ou les concessions de manière injuste.



https://forum.thaivisa.com/topic/1089746-pm-orders-review-of-duty-free-concession-bidding-process/
IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14848
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2131 le: mars 18, 2019, 09:17:44 am »


Thaïlande: des élections législatives décisives pour l'avenir du pays

En Thaïlande, démarrent aujourd’hui des élections anticipées qui concernent plus de deux millions d’électeurs, notamment à l’étranger, en amont du grand vote de dimanche prochain. Après cinq ans de régime militaire, ce sont des élections décisives pour l”avenir du pays. Ce vote anticipé concerne Bangkok et les circonscriptions des Thaïlandais à l'étranger.

C’est le vote de la décennie largement présentée comme l’affrontement des camps pro-démocratie contre le camp pro-pouvoir militaire. Car la junte, arrivée au pouvoir par un coup d’Etat - en mai 2014 - n’a eu de cesse, depuis cinq ans de repouser ces élections afin de donner les meilleures chances possibles à un parti nouvellement crée, composé essentiellement d’anciens militaires. Notamment par un réaménagement de la carte électorale et par l’écriture d’une nouvelle Constitution qui stipule que les 250 membres du Sénat seront désormais non plus élus, mais nommés par la junte.


Les anciens militaires n'ont besoin que de 126 sièges

Pour garder le contrôle du pays, les anciens militaires n’ont besoin que de 126 sièges sur les 500 en compétition au Parlement durant ces législatives. Une tâche encore facilitée récemment par la dissolution d’un des principaux parti d’opposition. Les observateurs critiquent des élections déjà biaisées. Mais, grâce à un fort taux de participation annoncée et la présence de sept millions de jeunes électeurs qui vont voter pour la première fois, une bonne surprise est encore possible pour le camp pro-démocratie.



http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20190317-thailande-elections-legislatives-anticipees-bangkok-etranger?fbclid=IwAR2iSJDkvJxfFrStpHxDQIZd4F8gPNFnpnRjhH_lUlmS5xbLOEbqDr9bPY4
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14848
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2132 le: mars 18, 2019, 09:23:01 am »


Thaïlande: débauchage de candidats et clientélisme au menu des prochaines élections

A l'approche du coup d'Etat de 2014 en Thaïlande, Suporn, alors leader des Chemises rouges, avait exhorté les paysans à défendre à tout prix la démocratie. Depuis, il a fait volte-face et se présente pour le parti pro-junte lors des élections du 24 mars.

Dans le royaume, où le clientélisme est de mise, le pragmatisme l'emporte souvent sur l'idéologie et ces retournements sont fréquents.

En son temps, Suporn Attawong était surnommé le "Rambo" de l'Isaan.

Dans cette vaste région du nord-est de la Thaïlande, aux terres arides, le vote anticipé a commencé dimanche, avec des milliers d'électeurs prenant le chemin des urnes pour ces premières élections depuis huit ans.

Cette région a longtemps été acquise aux Premiers ministres Thaksin et Yingluck Shinawatra, renversés respectivement en 2006 et 2014.

Elle est décisive pour s'assurer la victoire lors du prochain scrutin puisqu'elle va pourvoir 116 des 500 sièges du Parlement, contre seulement 30 pour Bangkok.

Depuis le coup d'Etat, le royaume est dirigé par une junte militaire avec à sa tête le général Prayut Chan-O-Cha. Ce dernier est candidat au poste de Premier ministre pour le Palang Pracharath, un parti pro-junte crée en 2018 par ses affiliés.

Et le 24 mars, lors des premières élections depuis 2011, Suporn, l'ex-Chemise rouge proche des Shinawatra, va concourir sous les couleurs du Palang Pracharath.

"La politique est une compétition (...) Nous sommes maintenant de l'autre côté", résume-t-il à l'AFP, sans chercher d'excuses à sa volte-face.

Mon nouveau parti "permettra à mon pays de se réconcilier", assure-t-il.

"Rambo" n'est pas le seul à avoir été débauché par les militaires qui cherchent à gagner de nouvelles voix, particulièrement dans les zones rurales traditionnellement acquises au clan Shinawatra.

Dans tout le pays, une quarantaine d'ex-vétérans du Pheu Thai, le principal parti d'opposition, créé par les Shinawatra, ont déserté ce mouvement pour défendre les couleurs du parti pro-armée.

Ces transfuges doivent permettre d'"engranger de nombreux votes car ce sont eux qui aident les habitants de la circonscription dans leur vie quotidienne", relève Thitinan Pongsudhirak, professeur de sciences politiques à l'Université Chulalongkorn de Bangkok.


- "L'argent peut tout changer"-

Le clientélisme sera en effet une donnée non négligeable du scrutin. La pratique, qui existe sous diverses formes dans de nombreux pays, est particulièrement implantée en Thaïlande.

Le système est bien rodé: le candidat dispose d'hommes de main dont la mission est de convaincre les électeurs de lui apporter leur voix contre une petite somme d'argent. Elle est souvent remise aux électeurs via les chefs de village ou des décideurs locaux.

L'achat de votes est passible de un à dix ans d'emprisonnement, de lourdes amendes et d'une interdiction d'activité politique en Thaïlande.

Mais le clientélisme est pratiqué de longue date par les partis de tout bord. Le clan Shinawatra a été accusé par ses détracteurs de le promouvoir à travers ses programmes de santé ou de subventions aux riziculteurs.

Nous sommes "comme des vendeurs qui approchent les clients", confie l'homme de confiance d'un candidat, sous couvert d'anonymat.

"Même si une personne fait preuve de loyauté (envers un parti, ndlr), l'argent peut tout changer", souligne-t-il.

Dans certaines zones où la concurrence est particulièrement forte, chaque électeur peut recevoir jusqu'à 1.000 bahts, une trentaine d'euros, selon lui. Une somme importante alors que le salaire mensuel de certains habitants est nettement en dessous des 100 euros.

Par ailleurs, jusqu'à 500 bahts (15 euros) peut encore être versé la veille du scrutin, surnommée dans le pays la "nuit des chiens qui aboient" car les rabatteurs se déplacent traditionnellement de maison en maison.

Hormis à Bangkok, la "vaste majorité" du pays est déjà sous le contrôle de ces hommes, estime Thitinan Pongsudhirak.

"Plus la région est pauvre, plus elle est exposée à l'achat de voix", ajoute-t-il.

Certains habitants de l'Isaan assurent que l'argent n'achètera pas leur voix.

"Nous allons le prendre, mais nous voterons pour celui qui améliorera la situation économique de notre région", affirme un électeur sous couvert d'anonymat.

Il raconte avoir perçu 2.000 bahts (une soixantaine d'euros) de la part de plusieurs partis lors du dernier scrutin de 2011.



https://information.tv5monde.com/info/thailande-debauchage-de-candidats-et-clientelisme-au-menu-des-prochaines-elections-290511?fbclid=IwAR0TPD9z0nBwjBQblqrtSJ3O6JrrKHyXyeAn2AyAXrA9iFIMBqtEA1fD4SU
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14848
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2133 le: mars 19, 2019, 08:11:16 am »


Dimanche 17 mars 2019, c'était les élections anticipées en Thaïlande !


Les Thaïlandais votent avec enthousiasme au scrutin anticipé des législatives

En Thaïlande, c’est une journée de vote anticipé qui s’achève ce 17 mars, en amont des élections législatives de dimanche prochain. Quelque 2,5 millions d’électeurs étaient enregistrés pour voter ce dimanche, sur un total de 51 millions. Ce sont les premières élections organisées dans le pays depuis 8 ans, après 5 ans de régime militaire. Depuis très tôt dimanche matin, l’enthousiasme était palpable.

Beaucoup s’étaient levés bien avant le soleil pour être devant les bureaux de vote dès 6h00 du matin. Malgré des files d’attente de plusieurs heures parfois et la chaleur de la saison sèche, les électeurs thaïlandais ne cachaient pas leur joie de pouvoir participer à ces élections.

Les élections de la décennie, comme les nomme déjà la presse locale, même si beaucoup considèrent qu’elles ne marqueront pas un véritable retour à un système démocratique puisque le parti des militaires au pouvoir s’est aménagé un avantage confortable en nommant les 250 membres du Sénat. Ce qui signifie qu’il leur suffit d’obtenir 126 sièges sur les 500 en compétition pour garder la majorité et le contrôle du pays alors que pour les autres partis politiques c’est 376 sièges qu’il faudra gagner pour pouvoir former un gouvernement.

Malgré tout, grâce à une forte participation annoncée, notamment de la part de la jeunesse et de 7 millions de nouveaux électeurs qui votent pour la première fois, une percée de certains partis d’opposition et un changement de paysage politique sont encore possibles.

 

http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20190317-thailandais-votent-enthousiasme-scrutin-anticipe-legislatives

 

BANGKOK (Reuters) - Des opérations de vote anticipé ont débuté dimanche en Thaïlande dans le cadre des premières élections parlementaires depuis le coup d'Etat militaire de 2014.

Le pays compte 52 millions d'électeurs inscrits. Quelque 2,6 millions d'entre eux ont opté pour cette possibilité de vote anticipé. Mais ils doivent impérativement accomplir leur devoir électoral ce dimanche et ne pourront pas le faire dimanche prochain, date officielle du scrutin.

Les élections, qui doivent désigner les 500 élus de la Chambre des représentants, opposent le parti du chef de la junte, Prayuth Chan-ocha, architecte du putsch de 2014 lorsqu'il était le chef d'état-major de l'armée, aux partis affiliés à l'ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra et à des formations hostiles à la mainmise de l'armée sur le gouvernement.

D'autres partis de création récente pourraient détenir les clefs d'une éventuelle coalition à l'issue des élections. Mais le parti de Prayuth part avec un avantage acquis puisque la junte nommera les 250 membres du Sénat, la chambre haute du Parlement.

 

https://fr.news.yahoo.com/vote-anticipé-en-thaïlande-104151189.html
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14848
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2134 le: mars 19, 2019, 08:16:05 am »


Participation record de 87% aux élections anticipées

Environ 2,6 millions d’électeurs thaïlandais avaient la possibilité de voter par anticipation pour le scrutin législatif national qui doit se tenir dimanche prochain 24 mars dans tout le pays.

De longues files d’attente se sont formées dimanche matin devant les bureaux de vote concernés avec un taux de participation estimé à environ 87% des électeurs inscrits.

Selon la Commission électorale, jusqu’à 86,98% des 2,6 millions d’électeurs inscrits au scrutin anticipé dans le pays se sont rendus aux urnes hier pour les premières élections générales en Thaïlande depuis près de huit ans.
Très forte participation à Bangkok

Un total de 928 789 électeurs se sont inscrits pour voter par anticipation à Bangkok. L’administration métropolitaine de Bangkok (BMA) avait mis en place un total de 77 bureaux de vote pour faciliter le processus.

Plus de 800 000, soit 87,22% des 900 000 électeurs enregistrés à Bangkok, se sont rendus aux urnes hier, a déclaré la secrétaire municipale, Mme Silpasuey Raveesangsoon.

Le district de Bang Kapi, à Bangkok, a enregistré le plus grand nombre d’électeurs par anticipation inscrits, avec 61 401 électeurs – dont 82% se sont rendus aux urnes

Le district de Bang Khunthian est arrivé en deuxième position avec 42 508 électeurs inscrits, puis 40 816 à Huai Khwang, 39 448 à Lat Krabang, 35 108 à Bang Khen, 33 957 à Ratchathewi et 31 846 à Watthana.

Plus de 93 000 bureaux de vote seront ouverts pour le scrutin de la semaine prochaine, qui concerne 51 millions d’électeurs.

Le taux de participation moyen pour tous les districts était supérieur à 80% :

    Bang Kapi 85,53%
    Bang Khun Thien 86,46%
    Huay Khwang 86,41%
    Rajthevi 89,35%
    Wattana 85.63%
    Bangkok Yai 92,70%
    Samphanthawong 91,86%
    Phya Thai 91.62%
    Pathumwan 90.89%
    Bang Khor Laem 90.80%


Un scrutin très attendu

La dernière élection réussie de la Thaïlande a eu lieu en juillet 2011 et a été remportée par le parti Pheu Thai, qui a ensuite formé un gouvernement de coalition dirigé par Yingluck Shinawatra.

Le 2 février 2014, après la dissolution du Parlement, le gouvernement dirigé par Pheu Thai a convoqué de nouvelles élections qui ont été perturbées par des troubles politiques et empêchées par des manifestants anti-gouvernementaux. La Cour constitutionnelle a ensuite déclaré que le vote était juridiquement invalide.



https://www.thailande-fr.com/politique/79261-participation-record-aux-elections-anticipees
IP archivée

koh-lanta

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 170
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2135 le: Aujourd'hui à 06:52:55 am »

 :clap wait and see

Juste une question, comment ce passe le vote pour les Thaïs résidant en France ? Est t-il trop tard pour eux, pour voter ?

IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14848
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2136 le: Aujourd'hui à 08:07:36 am »


La Thaïlande va demander l’extradition de Thaksin à Hong Kong

Le bureau du procureur a annoncé mardi qu’il demanderait l’extradition de l’ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra lorsqu’il se rendra à Hong Kong cette semaine pour le mariage de sa fille.

Chatchom Akapin, du bureau du procureur pour l'étranger, a déclaré que les autorités avaient décidé d'agir après que les médias sociaux ont annoncé que Thaksin serait présent vendredi au mariage de Paetongtarn Shinawatra à Hong Kong.

"Thaksin est toujours recherché pour une condamnation en vertu de la loi thaïlandaise", a déclaré Chatchom à la presse.

Chatchom a déclaré qu'une demande d'extradition serait déposée dès que les autorités thaïlandaises sauraient où Thaksin logera à Hong Kong. Des invitations de mariage remises aux connaissances de Thaksin ont désigné le Rosewood Hotel, situé dans le port de Victoria, comme lieu du banquet.

Hong Kong n'a pas de traité d'extradition avec la Thaïlande (sic).

Le politicien élu deux fois a été évincé lors d'un coup d'Etat en 2006 et condamné pour corruption deux ans plus tard, bien qu'il ait fui la Thaïlande peu de temps avant le verdict. Malgré son exil, Thaksin conserve une immense influence sur ses partisans.

Toutes les tentatives thaïlandaises précédentes pour obtenir l'extradition de Thaksin ont échoué. Agé de 69 ans, il voyage régulièrement entre ses résidences à Londres, à Dubaï et à Hong Kong.

Un peu plus tôt cette année, M. Thaksin a visité le berceau de sa famille en Chine continentale sans aucune répercussion légale, bien que les médias officiels chinois aient censuré les détails du voyage, sans doute pour éviter de contrarier les autorités thaïlandaises.

Selon Chatchom, ce sera la première fois que le gouvernement présentera une demande d’extradition de Thaksin à Hong Kong.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13608-la-tha%C3%AFlande-va-demander-l%E2%80%99extradition-de-thaksin-%C3%A0-hong-kong/
IP archivée