Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Auteur Sujet: POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.  (Lu 672760 fois)

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3437
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2175 le: mai 06, 2019, 11:11:45 pm »


La Thaïlande publiera les résultats officiels des élections plus tôt que prévu !

Le président de la CE, Ittiporn Boonprakong, a présidé dimanche 5 mai une réunion extraordinaire de la commission afin d'examiner un certain nombre de pétitions relatives aux élections générales du 24 mars. Une autre réunion est prévue ce lundi pour examiner les pétitions restantes.

La CE a décidé de publier officiellement le 7 mai les noms d'au moins 95% des députés, soit 333 députés élus dans 350 circonscriptions.

La publication des résultats complets définitifs reste méconnue, bien que la CE ait annoncé plus tôt qu'elle le ferait le 9 mai. Les députés inscrits sur la liste des partis seront annoncés le 8 mai.

Dans un autre développement, la CE a ordonné la tenue de nouvelles élections dans la 8e circonscription de la province de Chiang Mai le 26 mai prochain, après que le candidat Surapol Kiatchaiyakorn du Parti Pheu Thai, qui avait terminé premier lors de l'élection du 24 mars, avait été reconnu coupable de fraude électorale.

La Chambre des représentants de la Thaïlande compte 500 sièges, dont 350 élus dans les circonscriptions et 150 autres élus sur la liste des partis selon un système de représentation proportionnelle. De son côté, le Sénat compte 250 membres désignés pour un mandat de 5 ans. -VNA



https://fr.vietnamplus.vn/la-thailande-publiera-les-resultats-officiels-des-elections-plus-tot-que-prevu/120299.vnp
IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2176 le: mai 13, 2019, 08:56:58 am »


La Junte prépare la liste des sénateurs en vue de l'approbation royale

DE NOMBREUX MEMBRES du Cabinet et de l'Assemblée législative nationale (ANL) qui aspirent à devenir sénateurs devraient démissionner prochainement, le chef de la junte préparant les nominations au sénat pour approbation royale d'ici la fin de la semaine.

Le Conseil national pour la paix et l'ordre (NCPO), au pouvoir, présentera sa liste de 250 sénateurs nommés d'ici vendredi, a déclaré le vice-Premier ministre Wissanu Krea-ngam.

Il a déclaré que les futurs sénateurs devraient d'abord quitter leurs postes actuels au gouvernement et au NCPO avant que la liste puisse être soumise à l'approbation royale.

Parmi les membres du Cabinet qui devraient être nommés sénateurs figurent le vice-premier ministre général Chatchai Sarikulya, le ministre de l'Education nationale Teerakiat Jareonsettasin, le ministre de la Justice ACM Prajin Juntong, le ministre du Travail Pol Général Adul Sangsingkeo, le vice-ministre de la Défense général Chaichan Chang-mongkol et Le ministre de l'Environnement, le général Surasak Karnjanarat.

Somchai Sawangkarn, de l'ALN, a refusé hier d'estimer le nombre de membres de l'Assemblée qui démissionneraient pour devenir sénateurs. Selon les spéculations, de nombreux membres de l’ALN présenteront leur démission aujourd’hui, lorsque l'assemblée nommée par la junte se réunira pour la dernière fois.

Dans le même temps, la Commission électorale (CE) devrait annoncer aujourd'hui les résultats des élections générales du 24 mars pour les députés de circonscription.

Les résultats des députés "à la proportionnelle" devraient être annoncés demain, bien qu'une source de la CE ait déclaré hier que la commission n'avait pas encore achevé son action en justice concernant les plaintes contre plusieurs candidats s'attendant à être élus, dont le chef du parti Future Forward, Thanathorn Juangroongruangkit.

Thanathorn est accusé d'avoir détenu des actions dans une entreprise de médias tout en se présentant à l'élection, ce qui est interdit par la loi.

Les commissaires électoraux doivent se réunir aujourd'hui à 10h30 pour finaliser la liste des députés de circonscription. Cet après-midi, ils organiseront une conférence de presse pour annoncer au moins 95% des députés de circonscription, comme l'exige la loi.

Également demain, la Cour constitutionnelle doit déterminer si l'article 128 de la loi sur les élections des députés est en conflit avec la Constitution. La question est de savoir s'il y a un seuil minimum "à la proportionnelle", par exemple 5 % pour les élections européennes, ou si les micro partis peuvent obtenir des sièges.

La cour devrait obtenir aujourd'hui les procès-verbaux des réunions de l'Assemblée de rédaction de la Constitution concernant la clause en question. L'affaire avait été portée devant les tribunaux par le médiateur.

Par ailleurs, le vice-Premier ministre Wissanu a déclaré hier que la junte et le gouvernement se rencontreraient aujourd'hui pour discuter de la révocation des ordonnances publiées par la junte, mais qui n'étaient plus considérés comme nécessaires. Certaines de ces ordonnances ont été émises dès 2014, a-t-il noté.

Le Premier ministre, le général Prayut Chan-o-cha, qui est également chef du NCPO, a déclaré que puisque la cérémonie de couronnement est terminée et que le gouvernement et la junte ne se sont pas réunis depuis longtemps, le moment était bien choisi pour tenir une discussion, a souligné Wissanu. . Ils examineront l'utilisation des pleins pouvoirs - article 44 pour supprimer ces ordonnances, elles-mêmes promulguées grâce aux pleins pouvoirs, a-t-il ajouté.

En fait, une réunion de la junte tenue le 30 avril avait déjà pris des décisions sur certaines questions.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13864-la-junte-pr%C3%A9pare-la-liste-des-s%C3%A9nateurs-en-vue-de-lapprobation-royale/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2177 le: mai 14, 2019, 10:58:46 am »


Anutin, du Bhumjaithai, se supportera pas un premier ministre élu grâce au sénat nommé par la junte

LE LEADER du BHUMJAITHAI affirme QUE SON PARTI SUPPORTERA UN CANDIDAT majoritaire à l'assemblée nationale. Anutin Charnvirakul, dirigeant de Bhumjaithai, a déclaré hier que son parti n'appuierait pas un candidat au poste de Premier ministre qui n'aurait pas le soutien de la majorité des députés au Parlement.

Anutin, qui a été critiqué pour son silence au sujet de la formation du gouvernement, a précisé qu'aucun député de Bhumjaithai ne voterait pour un candidat qui comptait sur le Sénat pour devenir le chef du gouvernement. C'est évidemment à Prayut que cela s'adresse au cas où il demande aux sénateurs qu'il a nommés (dont son frère et ses proches) de voter pour lui

Au milieu de l'incertitude persistante, les deux camps rivaux se sont engagés à former le gouvernement, chacun de leur côté, tandis que le Parti démocrate et Bhumjaithai continue de garder le silence quant à leur choix pour l'un ou l'autre bloc.

Ni le bloc pro-junte, ni le bloc anti-junte n'ont été en mesure de réunir suffisamment de députés pour avoir une majorité à la Chambre des députés, qui compte 500 membres. Le bloc anti-junte a 245 sièges et le pro-junte 135. Les anti-junte avaient plus de 250 députés avant que la commission électorale ne change les règles de l'octroi de sièges "à la proportionnelle" ce qui favorise le camp pro-junte.

Le général Prayut Chan-o-cha, candidat au poste de Premier ministre de Phalang Pracharat, a déclaré hier à la presse que le processus de formation du gouvernement autour de son parti était en cours.

Comme les négociations portaient principalement sur la répartition des sièges au Cabinet, M. Prayut a admis que le parti envisageait de déterminer comment répartir les postes ministériels. Les onze micropartis, dont certains députés ont été élus avec 35000 voix seulement sur l’ensemble du pays, ont annoncé hier qu'ils se joindraient à Phalang Pracharat pour former un gouvernement et soutenir la candidature de Prayut au poste de Premier ministre.

Le dirigeant de Phalang Pracharat, Utama Savanayana, a participé hier à une conférence de presse pour recevoir les documents officiels endossés par les onze partis et s'est déclaré confiant que Phalang Pracharat mènerait la coalition.

Les négociations avec le parti démocrate et bhumjaïtai sont en cours, a déclaré Utama, refusant de révéler les modalités de la conclusion de l'accord.

Dans le même temps, le parti Future Forward, opposant la junte, espère pouvoir bloquer le général.

Bien que 11 micropartis aient révélé leur position en faveur de Prayut, Thanathorn Juangroongruangkit, dirigeant de Future Forward, a déclaré qu'il était encore possible de rassembler quelque 375 députés pour voter pour un Premier ministre et contrer le Sénat nommé par la junte et les députés de la minorité.

Thanathorn a déclaré que Future Forward discutait avec différents partis, notamment les démocrates et Bhumjaitai, pour rejoindre le camp anti-junte.

Il n'a pas révélé comment se déroulaient les négociations.

Le dirigeant de Bhumjaithai, Anutin, a conduit hier les candidats de son parti pour recevoir les documents officiels de la Commission électorale (CE) et a déclaré à la presse que le parti n'avait discuté de rien avec Phalang Pracharat concernant la mise en place d'un gouvernement.

Cependant, Bhumjaitai doit tenir une réunion lundi prochain et Anutin a déclaré qu’il était possible que la décision du parti soit prise ce jour-là.

Le parti démocrate ne prendra une décision qu'après avoir nommé un nouveau chef demain.

Si les partis indécis se joignent au parti pro-junte, ce dernier aura la majorité sans avoir recours au sénat.


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13907-anutin-du-bhumjaithai-se-supportera-pas-un-premier-ministre-%C3%A9lu-gr%C3%A2ce-au-s%C3%A9nat-nomm%C3%A9-par-la-junte/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2178 le: mai 15, 2019, 08:37:22 am »


Thaïlande: le roi approuve la composition du Sénat, contrôlé par la junte

Le roi de Thaïlande a approuvé mardi la composition du nouveau Sénat dont les membres, nommés par la junte, vont jouer un rôle de premier plan pour permettre au général Prayut Chan-O-Cha de conserver son poste de Premier ministre.

Le frère de Prayut Chan-O-Cha, dirigeant actuel de la junte, ainsi que le chef de l'armée Apirat Kongsompong, et le patron de la police nationale Jakthip Chaijinda, deviennent sénateurs. La chambre haute compte plus de 100 membres issus de la police et de l'armée sur 250 membres. La liste de ces parlementaires, qui sont nommés par l'armée depuis la nouvelle Constitution de 2017, a été approuvée par le roi Maha Vajiralongkorn et publiée mardi dans la Gazette royale. D'anciens membres du cabinet de Prayut Chan-O-Cha, ainsi que de nombreux membres du parlement non élu qui a siégé sous la junte au pouvoir depuis le coup d'Etat de 2014, sont également sur cette liste.

Les sénateurs seront appelés, lors d'un vote conjoint avec les députés, à choisir dans les prochaines semaines le Premier ministre issu des législatives du 24 mars. En se garantissant un contrôle total du Sénat, le parti de la junte, le Palang Pracharat, n'a besoin que de 126 voix à la chambre basse pour que Prayut Chan-O-Cha conserve son poste de Premier ministre.

Il en a obtenu 115 lors du scrutin et d'autres formations lui ont promis 20 sièges supplémentaires, ce qui fait qu'il est au-dessus de cette barre et est quasi certain de remporter la victoire. L'opposition, qui a dénoncé de nombreuses fraudes, doit, elle, cumuler 376 sièges pour pouvoir former un gouvernement, un nombre quasiment impossible à atteindre.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13910-tha%C3%AFlande-le-roi-approuve-la-composition-du-s%C3%A9nat-contr%C3%B4l%C3%A9-par-la-junte/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2179 le: mai 16, 2019, 11:57:03 am »


Prayut promet de s'améliorer s'il est (re)nommé premier ministre

Le général Prayut Chan-o-cha, actuel Premier ministre de la Thaïlande, a déclaré aujourd’hui qu’il ferait tout «de mieux en mieux» s’il était élu pour continuer à occuper le poste de Premier ministre.

Pour le moment, toutefois, il a déclaré qu'il ne spéculerait pas, ajoutant que le parlement n'avait pas encore ouvert ses portes et que le renouvellement de son mandat dépendrait des députés.

Il a dit ne pas comprendre pourquoi les critiques n’ont pas reconnu les réalisations de son gouvernement au cours des cinq dernières années, citant tous les méga-projets d’infrastructure lancés par son gouvernement, l’amélioration de l’économie numérique et les perspectives commerciales mais ne parlant pas de l'enrichissement des plus riches. Dans les faits, le gouvernement n'a jamais été vraiment critiqué par qui que se soit en raison d'une (auto-) censure sévère.

Lorsqu'on lui a demandé s'il était prêt à accepter le poste de Premier ministre, il a répondu : «Alors quoi ? Dois-je prétendre être malade si on me propose le poste? Ce ne sera pas le cas. Aujourd'hui je ne sais pas. S'ils me font confiance, je suis prêt. "

Quand on lui a demandé quelle serait la première tâche à accomplir après son retour au poste de Premier ministre, il a déclaré qu'il rétablirait la paix au Parlement, ajoutant que tous les députés devaient se traiter les uns les autres avec respect et œuvrer pour le bien du pays.

Un journaliste a ensuite demandé quelle était sa définition de Premier ministre. Il a répondu "de tout faire de mieux en mieux", ajoutant que sa définition du travail était "Respirez pour le pays et agir pour le peuple".

Son élection ne sera pas une simple formalité. La nomination du sénat, entachée de népotisme et de copinage, a choqué jusque dans les rangs des plus farouches partisans du coup d'état comme les Démocrates ou la presse conservatrice.

Le Parti démocrate fait mine de ne pas soutenir la junte et le Bhumjaithai ne la soutiendra pas si Prayut doit arriver au pouvoir grâce à ce sénat plein de militaires aux ordres de leurs supérieurs.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13919-prayut-promet-de-sam%C3%A9liorer-sil-est-renomm%C3%A9-premier-ministre/?fbclid=IwAR0_8Yvn0pjHeDHz4tgZ0izdR1YTkD6hwwG_H1wNUbqZzts5-DtgrVsbvvY
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2180 le: mai 17, 2019, 06:43:00 am »


La Commission électorale demande à la cour d'invalider l'élection de Thanathorn

Les autorités de contrôle des élections ont demandé jeudi à la Cour constitutionnelle de destituer le chef du parti populaire Future Forward de son siège de député.

Selon une déclaration, la commission électorale a transmis aujourd'hui l'affaire à la Cour constitutionnelle après avoir constaté que suffisamment d'éléments prouvaient que Thanathorn Juangroongruangkit avait enfreint la réglementation électorale en détenant des participations dans une entreprise de médias après s'être inscrit comme candidat à la députation.

Une date d'audience n'a pas encore été fixée. S'il était reconnu coupable, Thanathorn risquerait d'être exclu du Parlement et pourrait passer jusqu'à 10 ans en prison. Il lui serait également interdit de faire de la politique pour une période maximale de 20 ans.

Thanathorn a toujours nié avec véhémence ces accusations. Le "jeune homme" de 40 ans a déclaré avoir cédé ses 675 000 actions de V-Luck Media Company en janvier, bien avant son inscription comme candidat à la députation le 6 février.

Cependant, V-Luck Media n’a retiré le nom de Thanathorn en tant qu’actionnaire que le 21 mars, trois jours seulement avant les élections.

Thanathorn et ses partisans soutiennent que la plainte déposée par la Commission électorale est une arme politique pour l'exclure du Parlement. Le Future Forward est le principal adversaire de l'establishment bangkokien car le Pheu Thai s'étiole au rythme où pâlit l'étoile de Thaksin et les jeunes Thaïlandais primo-votants ou qui voteront la prochaine fois sont opposés aux coups d'état à répétition et sont derrière le FF.

"Au lieu de passer du temps à défendre l'intérêt public ... Je dois consacrer mon temps à contester ces accusations", a déclaré le 30 avril l'homme d'affaires devenu politicien. "C'est ce qui m'attriste: utiliser les lois pour détruire un homme."

Les ambassades occidentales, dont la France, suivent de près ce qui pourrait advenir à Thanathorn.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13925-la-commission-%C3%A9lectorale-demande-%C3%A0-la-cour-dinvalider-l%C3%A9lection-de-thanathorn/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2181 le: mai 19, 2019, 07:32:57 am »


Prayuth rappelle qu'on ne peut pas critiquer la composition du Sénat car elle a l’approbation du roi

Le président de la Junte, Prayuth Chan-Ocha, a averti les critiques que la sélection des nouveaux sénateurs par le régime n’avait été approuvée par nul autre que Sa Majesté le Roi.

Rejetant les accusations de népotisme et copinage, le général Prayuth a assuré aux journalistes que les nouveaux sénateurs - presque tous choisis par le chef de la junte lui-même - sont qualifiés pour occuper ces postes à haute responsabilité. Il a également évité des questions sur le processus de sélection qui a finalement coûté 1,3 milliard de baht aux contribuables.

« Souviens-toi de ça », a déclaré Prayuth, pointant son doigt vers les journalistes. «Tout ce qui a été approuvé par Sa Majesté fait toujours l'objet d'un examen minutieux. C’est la chose la plus importante. »

Prayuth a également déclaré qu'il n'y avait rien de mal à nommer au sénat des fonctionnaires qui avaient servi son gouvernement depuis le coup d'État de mai 2014.

« Comme [les sénateurs] devront continuer avec les tâches en cours, je dois choisir des personnes qui les connaissent déjà », a déclaré le général.

La junte a été critiquée car la liste des Sénateurs est remplie de loyalistes au régime et même de parents de membres de la junte et ne représente donc pas les Thaïlandais. Preecha Chan-ocha, frère de Prayuth, et Patcharawat Wongsuwan, frère cadet du chef de la junte adjointe Prawit Wongsuwan, par exemple.

La liste a été dévoilée après des mois de sélection secrète, au cours de laquelle la liste des candidats n'a jamais été rendue publique. Le gouvernement a déclaré avoir dépensé 1,3 milliard (et pas millions) de bahts pour le processus, ce que les critiques ont qualifié de gaspillage de l'argent des contribuables.

«Ne peuvent-ils pas simplement se téléphoner? Pourquoi ce besoin de dépenser autant? », Écrivait Chol Pannavich, un utilisateur de Facebook.

Interrogé au sujet de cet argent, Prayuth a déclaré que c'était la Commission électorale (tellement critiquée de toutes parts pour de nombreuses raisons) qui était chargée de définir les procédures et de trouver des candidats, pas lui.

« Qui les a choisis? Qui? » Plaisanta Prayuth dans un accès de colère. "C'est la CE!"



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13931-prayuth-rappelle-quon-ne-peut-pas-critiquer-la-composition-du-s%C3%A9nat-car-elle-a-l%E2%80%99approbation-du-roi/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2182 le: mai 23, 2019, 08:27:53 am »


Bhumjaithai - Démocrates. Est-ce qu'une coalition "ni junte - ni Pheu Thai" a une chance de gagner ?

Anutin Charnvirakul, chef du parti Bhumjaithai, a déclaré mardi soir qu'il "travaillait" avec les démocrates, évoquant une possible alliance.

Sur les photos publiées sur son profil Facebook, on peut voir Anutin en train de bavarder, de partager un repas et de serrer la main de deux hauts responsables démocrates. Leur réunion a eu lieu alors que des rumeurs selon lesquelles Bhumjaithai et les démocrates préparaient leur propre coalition gouvernementale se répandaient.

«Nous travaillons ensemble en ce moment. Nous ne sommes pas ici juste pour un repas », a déclaré Anutin, accompagné des représentants démocrates Chalermchai Sri-on et Montree Panoinon.

Le dirigeant de Bhumjaithai, qui a obtenu 51 sièges sur 500 aux élections de mars, n'a pas précisé. Les médias ont toutefois rapporté ces derniers jours que certains dirigeants démocrates et de Bhumjaithai envisageaient une alliance indépendante des 2 grandes coalitions rivales : favorables et opposés à la junte.

Un bloc démocrate - Bhumjaithai - contrôlant un total de 103 députés - inviterait ensuite d'autres partis plus petits dans son giron et installerait un gouvernement avec Anutin comme prochain Premier ministre, ont rapporté les médias.

Près de deux mois se sont écoulés depuis que les Thaïlandais se sont rendus aux urnes le 24 mars et le Parlement devrait ouvrir ses portes vendredi. Pourtant, aucune coalition majoritaire n’a été (officiellement) formée.

http://www.khaosodenglish.com/politics/2019/05/22/no-junta-no-pheu-thai-anutin-teases-coalition-with-democrats/

 

Alors qu'il fêtait le 5e anniversaire du coup d'état qu'il avait fomenté en 2014, le général Chan-o-cha s'est félicité des réalisations de son gouvernement.

Il a assuré que la rumeur faisant état d'une élection de Dhanin Chearavanont le patron démissionnaire de Charoen Pokphand (CP) Group, plus gros conglomérat du pays, au poste de premier ministre, était farfelue.

https://forum.thaivisa.com/topic/1102141-pm-prayut-new-government-should-ensure-continuity/

 

Prayut considère par ailleurs que les discussions de marchands de tapis pour distribuer les futurs ministères nuisaient à la crédibilité du prochain gouvernement.

https://forum.thaivisa.com/topic/1102043-prayut-warns-horse-trading-could-hurt-govt’s-credibility/

 

Anutin Charnvirakul et Montree Panoinon
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2183 le: mai 25, 2019, 07:35:13 am »


Le Roi déclare ouverte la session parlementaire

Le roi de Thaïlande Maha Vajiralongkorn a ouvert vendredi 24 mai la première session du premier parlement élu du pays depuis que l'armée a pris le pouvoir lors d'un coup d'État en 2014.

Le Parlement choisira un nouveau Premier ministre, qui formera probablement un cabinet le mois prochain, mais sa composition exacte n’est pas encore connue deux mois après les élections.

Cependant, un parti lié à l'armée qui souhaite garder Prayuth Chan-o-cha, l'actuel chef de la junte, devrait obtenir le pouvoir en vertu de règles écrites par le gouvernement militaire.

"Que les membres du Parlement soient conscients de l'importance et de la responsabilité de leurs devoirs", a déclaré le roi Vajiralongkorn, accompagné de la nouvelle reine Suthida Bajrasudhabimalalakshana.

"Parce que chaque action de chaque membre aura un impact direct sur la sécurité de la nation et le bonheur du peuple."

Le parlement thaïlandais regroupe une chambre des représentants de 500 membres élus lors du scrutin du 24 mars et 250 sénateurs, nommés à 100% par la junte.

Des ambassadeurs, des membres de la junte et des membres du Conseil privé du roi étaient également présents à l'évènement qui a eu lieu un jour après la suspension de son siège de député d'un dirigeant d'un parti anti-junte.

Thanathorn Juangroongruangkit, dirigeant du parti Future Forward, apprécié des jeunes, serait suspendu jusqu'à la décision de la Cour constitutionnelle, qui pourrait le récuser définitivement.

Thanathorn a nié l'accusation portée contre lui et déclaré qu'il avait déjà transféré ses actions dans un média en temps voulu.

Les élections du 24 mars ont opposé les partisans de la junte, qui cherchent à maintenir Prayuth au pouvoir, au Front démocratique de sept partis qui souhaite que l’armée reste en dehors de la politique.

Avec 245 sièges, le Front démocratique dirigé par Thanathorn tente de former un gouvernement et de bloquer une coalition de 15 partis politiques, pro-junte autour du Palang Pracharat et ses alliés, qui cumulent actuellement 134 sièges.

Le front démocratique pensait avoir 252 sièges mais la commission électorale a modifié les règles de calcul de l'attribution des sièges à la proportionnelle et a octroyé des sièges à des micropartis pro-junte bien qu'ils n'aient pas obtenu le nombre de voix nécessaires.

Quelque 100 autres députés élus d'autres partis ne se sont officiellement pas prononcé.

La chambre des députés se réunira à nouveau samedi pour choisir son président.

En vertu de la nouvelle constitution écrite par la junte, la Chambre des représentants votera avec le Sénat nommé par la junte pour choisir le Premier ministre, ce qui est prévu pour la fin du mois.

Prayuth devrait rester au pouvoir

Le Sénat élit son président en ce moment même.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13968-le-roi-d%C3%A9clare-ouverte-la-session-parlementaire/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2184 le: mai 26, 2019, 07:51:59 am »


Nomination du président du Sénat et de ses vice-présidents sans avoir recours au vote

Pornpetch Vichitcholchai, ancien membre de l'Assemblée nationale (ANL) nommée par la junte, a été confirmé vendredi à la présidence du nouveau Sénat nommé par la junte.

Les postes de vice-président ont été confiés à l'ancien membre de l'ALN, le général Singhsuek Singhprai, et à l'ancien président de la Commission électorale, Supachai Somcharoen.

Ils étaient les seuls candidats aux postes, garantissant leur succès sans avoir recours à un vote.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13970-nomination-du-pr%C3%A9sident-du-s%C3%A9nat-et-de-ses-vice-pr%C3%A9sidents-sans-avoir-recours-au-vote/
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14178
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2185 le: mai 27, 2019, 08:46:19 pm »

https://fr.hespress.com/74195-bangkok-le-premier-ministre-thailandais-offre-un-iftar-en-lhonneur-des-ambassadeurs-des-pays-musulmans.html?


Bangkok: Le Premier ministre thaïlandais offre un Iftar en l’honneur des ambassadeurs des pays musulmans...


Le Maroc a été à l’honneur à Bangkok lors d’un Iftar offert par le Premier Ministre thaïlandais, Prayut Chan-o-cha, en l’honneur des Ambassadeurs des pays musulmans accrédités en Thaïlande à l’occasion du mois sacré de Ramadan.

Lors de l’Iftar offert dans un palace de la capitale Thaïlandaise en présence de membres du gouvernement, de hauts responsables de différents ministères, de dignitaires religieux, l’ambassadeur du Royaume, Abdelilah El Housni a eu l’honneur de prononcer une allocution à cette occasion au nom du corps diplomatique des pays arabes et musulmans accrédité à Bangkok.

Dans son allocution, El Housni a livré une brillante plaidoirie sur les valeurs authentiques de l’Islam, notamment la modération, le juste milieu, l’ouverture et la tolérance, telles que prônées et promues par le Maroc, tant au Royaume, qu’au niveau continental et international.

L’ambassadeur a mis en avant les nobles valeurs de solidarité, de partage, de compassion avec les plus démunis et de convivialité qui font l’esprit de ce mois sacré célébré par des centaines de millions de musulmans à travers le monde.

El Housni s’est également félicité de l’audience Royale accordée au corps diplomatique accrédité en Thaïlande à l’occasion de la cérémonie de couronnement du Roi Maha Vajiralongkorn, qui a coïncidé avec le premier jour du mois béni.

Les valeurs de tolérance et de cohabitation

Pour sa part, le premier ministre thaïlandais a prononcé un discours où il a adressé ses vœux aux membres du corps diplomatique des pays musulmans accrédité en Thaïlande et fait l’éloge des valeurs de tolérance et de cohabitation qui doivent prévaloir dans l’ensemble des religions.

Il a également saisit l’occasion de présenter de nouveau ses félicitations et ses meilleurs vœux de bonheur et de prospérité au Souverain Thaïlandais, à la famille Royale et au peuple Thaïlandais, à l’occasion de cet évènement marquant dans l’histoire du pays.

La cérémonie, qui a fait l’objet de reportages diffusés par une chaîne de télévision thaïlandaise, a été marquée par une remarquable lecture de versets du saint coran psalmodiés par un imam thaïlandais.

A cette occasion, le dignitaire de la communauté musulmane en Thaïlande, Cheikh de l’Islam en Thaïlande, a également prononcé une allocution à cette occasion et élevé des prières pour le bien être du pays et de la communauté musulmane à travers le monde.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2186 le: mai 28, 2019, 08:58:19 am »


Les Thaïlandais pessimistes quant à l'avenir politique du pays

Un sondage montre que la plupart des Thaïlandais pensent que la division politique est insoluble.

Une faible majorité de la population thaïlandaise pense que la polarisation politique se poursuivra après la mise en place du nouveau gouvernement et que le problème ne sera pas résolu car il est profondément enraciné dans la société thaïlandaise, selon un sondage Suan Dusit.

Le sondage a interrogé 1 107 personnes entre le 22 et le 25 mai sur le thème "Le peuple, ses attentes, le nouveau gouvernement".

Interrogés sur les conflits politiques avant et après la formation du nouveau gouvernement, 52,21% des personnes interrogées pensent que la réconciliation nationale ne sera jamais réalisée, car les divisions sont profondément enracinées depuis longtemps, tandis que 34,06% pensent que le conflit ne s'aggravera pas.

Cependant, 13,73% des personnes interrogées pensent que les conflits s'atténueront car la nouvelle administration sera en mesure de contrôler la situation.

Sur la question de la course entre les deux camps opposés pour former le gouvernement, 31,59% ont déclaré qu'il s'agissait d'une lutte pour les intérêts (personnels), tandis que 23,79% souhaitent que le nouveau gouvernement soit en place plus rapidement.

Le sondage montre que 46,49% des personnes interrogées sont préoccupées par le manque de transparence, l'injustice et les violations des principes démocratiques lors de la formation du nouveau gouvernement.

36,48% craignent que le conflit ne conduise à des manifestations de rue et 24,45% pensent que le nouveau gouvernement ne durera pas.

Interrogés sur leurs messages aux députés, 51,25% souhaitent à ce que les députés ne soient pas corrompus et s'acquittent de leurs tâches avec honnêteté. 30,23% s'attendent à ce qu'ils tiennent leurs promesses et 27,05% souhaitent qu'ils cessent de se chamailler et s'unissent.

En ce qui concerne les messages adressés aux nouveaux sénateurs, 44,32% des sondés souhaitent que les sénateurs soient honnêtes, justes et tiennent leurs promesses, 32,22% souhaitent qu’ils considèrent l'intérêt public comme une priorité absolue et 31,68% souhaitent qu’ils travaillent dur pour le bien public.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13976-les-tha%C3%AFlandais-pessimistes-quant-%C3%A0-lavenir-politique-du-pays/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2187 le: mai 28, 2019, 09:14:13 am »


Thaïlande : Chuan Leekpai élu président de la Chambre des représentants

Le candidat du Parti démocrate, Chuan Leekpai, a été élu samedi 25 mai président de la Chambre des représentants, en battant Sompong Amornvivat du parti Pheu Thai avec 258 voix pour, 235 voix contre et une abstention.

 M. Chuan, âgé de 80 ans, a exercé les fonctions de Premier ministre à deux reprises, de 1992 à 1995 et de 1997 à 2001. Il a débuté sa carrière en tant qu'avocat avant de rejoindre le Parti démocrate en 1969 et de devenir le chef de ce parti en 1991.

Tout au long de sa carrière politique, il a exercé diverses fonctions dans divers ministères, dont ceux de la Justice, du Commerce, de l’Agriculture, de l’Education, et de la Santé publique. Ces dernières années, il a été conseiller du parti, qui est maintenant dirigé par M. Jurin Laksanavisit.

La Chambre des représentants, qui est composée de 500 membres dont 350 directement élus par les circonscriptions et 150 élus sur la liste des partis selon un système de représentation proportionnelle, a tenu sa première session samedi matin.

Cependant, lors de l’élection de son président au 25 mai, seulement 497 députés étaient présents. Thanathorn Juangroongruangkit, chef du parti Future Forward, a quitté ses fonctions sur ordre de la cour après qu'il avait prêté serment. Les deux autres députés n'ont toujours pas reçu l'aval de la Commission électorale.

La réunion de la Chambre des représentants a été tenue un jour après que le Sénat s’était réuni et avait élu Pornpetch Wichitcholchai, ancien président de l'Assemblée nationale législative (ANL), comme son président pour un mandat de cinq ans.

Ces nominations à la Chambre des représentants et au Sénat deviendront officielles une fois qu'elles auront été approuvées par le roi Maha Vajiralongkorn. Le président de la Chambre des représentants, qui exercera les fonctions de président du Parlement thaïlandais, convoquera une réunion du Parlement pour choisir le nouveau Premier ministre. Ce dernier devra recueillir au moins 376 des 750 voix.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13974-tha%C3%AFlande-chuan-leekpai-%C3%A9lu-pr%C3%A9sident-de-la-chambre-des-repr%C3%A9sentants/
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14178
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2188 le: mai 29, 2019, 09:58:09 pm »



Un ancien premier ministre "non élu" nommé président par intérim du Conseil Privé du Roi...


Sa Majesté le Roi a nommé le général Surayud Chulanont président par intérim du Conseil privé, en remplacement du général Prem Tinsulanonda, décédé dimanche à l'âge de 98 ans.

La nomination de Surayud au poste de président par intérim prend effet à compter de lundi, selon l’ordonnance royale publiée dans la Gazette royale mardi.

Il a été nommé conseiller privé par Sa Majesté le Roi le 9 décembre 2016, après que Sa Majesté soit montée sur le trône la même année.

Surayud, 75 ans, avait assumé le poste de conseiller privé à deux reprises pendant le règne du roi Rama IX.

Il était devenu le 24e Premier ministre de la Thaïlande d’octobre 2006 à janvier 2008 après le coup d’État de septembre 2006. Après son mandat, il a de nouveau été nommé membre du Conseil privé par le roi Rama IX.

Le général était également auparavant chef de l'armée et commandant suprême.

Prem a été nommé président du Conseil privé en septembre 1998 et réélu par SM le roi Maha Vajiralongkorn le 2 décembre 2016.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2189 le: mai 30, 2019, 08:56:41 am »


Le Parti Démocrate a des états d'âme au moment d'entrer dans la coalition pro-Prayut

La réunion du Parti Démocrate qui devait statuer sur son adhésion à la coalition Palang Pracharat (junte) est annulée.

Les discussions entre les principaux membres du parti démocrate, concernant l’adhésion à la coalition dirigée par Palang Pracharat, se sont enlisées à cause de l’insistance du Premier ministre Prayut Chan-o-cha qui veut étudier de près la liste des ministres potentiels.

La réunion du comité exécutif du parti démocrate et des députés, prévue pour discuter de la question de la coalition, a été brutalement annulée.

Le porte-parole du parti démocrate, Ramet Rattanachaweng, a déclaré aux médias que la réunion avait été annulée car Palang Pracharat n'avait pas encore répondu aux conditions du parti, dont l'une implique des amendements à la Constitution.

Il a insisté sur le fait que le hiatus était causé par Palang Pracharat, pas par le parti démocrate.

Cependant, il semble que des membres du comité exécutif démocrate et des députés sont divisés sur la possible exigence du Premier ministre Prayut Chan-o-cha de trier la liste des ministres du gouvernement de coalition potentiels.

Une autre source du parti a déclaré que plusieurs membres du comité n’étaient pas satisfaits de la remarque du Premier ministre selon laquelle la demande des démocrates en faveur de changements constitutionnels ne devrait pas être liée au vote du Premier ministre au parlement.

Le chef adjoint de Palang Pracharat, Natthaphol Teepsuwan, a quant à lui déclaré que les démocrates devraient disposer de plus de temps pour considérer la question du général Prayut souhaitant examiner la liste des ministres potentiels, car ce dernier sera le prochain Premier ministre.

Le Premier ministre Prayut Chan-o-cha est un outsider, désigné comme candidat au poste de Premier ministre par le parti Palang Pracharat et il n’occupe aucun poste officiel dans le parti.

https://forum.thaivisa.com/topic/1103408-democrat-meeting-about-joining-palang-pracharat-coalition-called-off/

 

Le désordre du Parlement au cours du week-end dernier lors de l'élection du président de l'assemblée montre que la politique n'a pas changé, a déclaré Prayut, ajoutant qu'il n'en était pas découragé pour autant. Les tractations autour de la répartition des ministères lui donne raison.

Le PP (la junte) et les démocrates se battent pour le ministère de l'agriculture.

Le PP semble avoir un mal fou à contrôler les membres de sa coalition. Cela a toujours été le cas au 20e siècle et c'est la raison pour laquelle les coalitions toujours fragiles s'effondraient et de nouvelles élections étaient convoquées avant la fin des législatures. Au 21e siècle, les parti pro-Thaksin possédaient des majorité tellement solides que les gouvernements tenaient 4 ans.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13988-le-parti-d%C3%A9mocrate-a-des-%C3%A9tats-d%C3%A2me-au-moment-dentrer-dans-la-coalition-pro-prayut/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2190 le: juin 01, 2019, 07:51:51 am »


Prayut va-t-il déclarer l'état d'urgence et dissoudre les partis politiques ? La junte dément !

Le porte-parole du gouvernement, le général Veerachon Sukhonthapatiphak, a rejeté les rumeurs selon lesquelles le Premier ministre Prayut Chan-o-cha utiliserait ses pleins pouvoirs pour déclarer l'état d'urgence et dissoudre les partis politiques, ce qui ferait perdre leur statut aux 500 députés. Il a déclaré que le Premier ministre avait respecté les lois, écouté la population et n'avait pas de telles idées.

Le porte-parole du gouvernement a déclaré que quelqu'un avait eu l'intention de répandre des rumeurs sans fondement dans le seul but de semer la confusion dans l'opinion publique pour décrédibiliser le gouvernement actuel. Il a cité le Premier ministre qui avait appelé la population à ne pas croire un tel ouï-dires. Les partis n’ont pas encore pris clairement position en faveur de la formation d’un gouvernement. Il a averti ceux qui pourraient avoir une mauvaise intention envers le gouvernement d'arrêter. Les autorités engageront des poursuites judiciaires contre les lanceurs de rumeurs.

Dans le même temps, le parti Palang Pracharath a invité hier le parti Chart Thai Pattana à se joindre à sa coalition. Le parti Pheu Thai a reporté une réunion de ses députés sur le vote d'un Premier ministre.

Phannikar Wanich, porte-parole du parti "Future Forward", a déclaré que son parti laisserait à l'alliance des sept partis le soin de prendre une décision commune sur la question des candidats au poste de premier ministre. Thanathorn Juangroongruangkit, président du parti Future Forward, est toutefois candidat au poste de Premier ministre, bien que son mandat de député soit suspendu par la Cour constitutionnelle.

En outre, Ruengkrai Leekitwattana a présenté des éléments de preuve à la commission électorale dans le cadre d'une requête demandant à la CE d'enquêter sur 10 députés du parti démocrate pour avoir prétendument détenu des actions dans des sociétés de médias. En outre, il a déclaré qu'il entamerait des poursuites judiciaires contre 50 autres députés, notamment ceux des partis Bhumjaithai et Chart Thai Pattana, ainsi que des sénateurs qui auraient détenu des actions dans des entreprises de médias.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13999-prayut-va-t-il-d%C3%A9clarer-l%C3%A9tat-durgence-et-dissoudre-les-partis-politiques-la-junte-d%C3%A9ment/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2191 le: juin 01, 2019, 11:42:35 am »


Les députés et les sénateurs éliront le nouveau Premier ministre le 5 juin

Chuan Leekpai, président de l'assemblée, a déclaré que l'élection du prochain Premier ministre aurait lieu mercredi.

La date a été choisie dès que la Gazette royale a officialisé Chuan en tant que président de la Chambre et de Suchart Tancharoen et Supachai Phosu en tant que vice-présidents.

Bien que la Constitution ne fixe pas de délai pour l'élection du chef du gouvernement, elle stipule que les parlementaires doivent être informés au moins trois jours à l'avance, sauf en cas d'urgence.

Chuan a déclaré que les convocations seraient envoyées aux députés samedi et que le Sénat et l'Assemblée participeraient au vote.

La construction d’un nouveau bâtiment du Parlement n’ayant pas encore été achevée, les législateurs se réuniront à l’auditorium TOT de Lak Si à Bangkok.

Seuls les candidats des partis ayant remporté au moins 25 sièges de député aux élections du 24 mars seront éligibles mercredi.

L’élection du premier ministre se fera à bulletin ouvert. Le nom de chaque candidat sera lu à haute voix dans l’ordre alphabétique et les électeurs indiqueront leur consentement ou leur désapprobation ou choisiront de s’abstenir.

Le vainqueur d'une majorité simple de 376 voix parmi les 750 membres des deux chambres deviendra Premier ministre. Si personne ne gagne la majorité simple, la Constitution exige des votes supplémentaires jusqu'à ce que quelqu'un sorte victorieux. Il est de notoriété publique que les 250 sénateurs nommés par la junte voteront pour le général Chan-o-cha qui a fomenté un coup d'état en 2014. Chan-o-cha n'a besoin que de 126 députés, en plus des 250 sénateurs, mais s'il devait être élu grâce aux sénateurs, il ne serait pas moralement légitime aussi, il souhaite avoir 251 + 250 voix soit 501 sur 750.

Le chef de la junte, le général Prayut Chan-o-cha, est le seul candidat du parti Phalang Pracharat, qui compte 116 sièges de député et s'efforce de diriger une coalition au pouvoir.

Le parti Pheu Thai, qui compte 136 députés, a proposé la candidature de Khunying Sudarat Keyuraphan, Chadchart Sittipunt et Chaikasem Nitisiri. On ne sait toujours pas lequel sera candidat mercredi.

Thanathorn Juangroongruangkit, chef du parti Future Forward, pourrait également participer au vote de mercredi. Bien que ses fonctions parlementaires aient été suspendues par la Cour constitutionnelle en raison de la possible possession de parts dans  des médias, son parti insiste sur le fait que le jeune homme âgé de 41 ans est qualifié pour le poste de Premier ministre.

Entre-temps, ni le bloc pro-, ni le bloc opposé à la junte militaire n'a été en mesure de rassembler suffisamment de députés pour former une coalition depuis le scrutin du 24 mars. On pense que le gouvernement sera formé une fois le Premier ministre choisi.

Bien que le parti pro-junte Phalang Pracharat soit censé prendre la tête d'une coalition multipartite, il n'a pas été en mesure de confirmer les accords avec son partenaire clé, le parti démocrate, en raison de désaccords sur le détenteur du portefeuille de l'agriculture.

L'ancien ministre de l'Agriculture, Somsak Thepsutin, a annoncé hier qu'il se battrait pour ce poste, affirmant que la politique agricole avait été au cœur de sa campagne électorale et qu'il devait tenir ses promesses.

Le dirigeant démocrate Jurin Laksanawisit a déclaré que son parti attendait que Phalang Pracharat règle ses problèmes internes.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/14007-les-d%C3%A9put%C3%A9s-et-les-s%C3%A9nateurs-%C3%A9liront-le-nouveau-premier-ministre-le-5-juin/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2192 le: juin 03, 2019, 08:03:39 am »


Thaïlande : le nouveau Premier ministre sera élu le 5 juin

La séance commune regroupera 500 représentants élus le 24 mars, et 250 sénateurs désignés par des proches du pouvoir.

La première séance conjointe du Sénat et de la Chambre des représentants élue de 24 mars dernier a été fixée au mercredi 5 juin pour la désignation du nouveau Premier ministre

La réunion se tiendra à l’auditorium de la société publique TOT Plc., étant donné que les travaux de construction du nouveau Parlement ne sont pas encore terminés, a déclaré vendredi après-midi le président de la Chambre des représentants, M. Chuan Leekpai.

En tant que président de la Chambre des représentants, M. Chuan Leepkai présidera la séance commune qui regroupera 500 représentants élus le 24 mars, et 250 sénateurs désignés par des proches du pouvoir.

Le nouveau Premier ministre a besoin d’un vote à la majorité des voix des deux chambres pour être élu, soit 376 voix sur 750.


Les 250 sénateurs ont été triés sur le volet par le Conseil national pour la paix et l’ordre, dirigé par le Premier ministre Prayut Chan-o-cha.

Le Parti Palang Pracharath (PPRP) et son bloc présenteront le général Prayut comme candidat au poste de chef du gouvernement. La coalition de l’opposition n’a pas encore révélé son choix

Sauf surprise de dernière minute, le général Prayut devrait être élu compte tenu du fait que tous ou la plupart des 250 sénateurs voteront en sa faveur, tandis que le Le Parti Palang Pracharath (PPRP) et ses alliés ont formé une coalition qui regroupe 198 voix.

La formation du gouvernement risque de s’avérer plus complexe puisque les sénateurs ne sont pas autorisés à voter sur la plupart des questions courantes telles que l’approbation du budget et les débats de confiance.



https://www.thailande-fr.com/politique/84368-thailande-le-nouveau-premier-ministre-sera-elu-le-5-juin
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2193 le: juin 04, 2019, 07:56:58 am »


Entre nous, il n'y a pas que les Thaïlandais !


Sondage : les Thaïlandais ne supportent plus leurs hommes politiques

Avec le retard dans la formation du nouveau gouvernement, près de 76% de personnes se disent «plus fatiguées» de la politique thaïlandaise

Un sondage récent a révélé que la plupart des gens en ont assez des politiciens qui se disputent les ministères au moment de former un gouvernement de coalition.


Aucun camp politique n'a été en mesure de former une coalition au cours des deux mois écoulés depuis l'élection générale du 24 mars.

Plus de 76% des répondants au sondage Suan Dusit ont déclaré qu'ils en avaient assez de la politique à la thaïlandaise à cause des négociations pour le pouvoir.

Les résultats de l'enquête ont été publiés hier.

19,4% sont «aussi fatigués qu'avant» et 4,3% «moins fatigués qu'avant».

La plupart des personnes interrogées - 67,4% - reprochent aux politiciens d'être incapables de s'entendre sur la formation du gouvernement.

28,3% constatent que les chefs de parti n’avaient pas abouti à un accord, et 19% considèrent le chaos comme un jeu politique.

L'Université Suan Dusit a interrogé 1 137 personnes dans toutes les régions du pays entre le 28 et le 1er.

Interrogés sur ce qu'ils souhaitaient que les parties fassent en ce qui concerne la formation d'un nouveau gouvernement, la plupart des répondants ont déclaré que les 2 plus grands partis Phalang Pracharat et Pheu Thai devraient garder à l'esprit les intérêts du pays et du public.

Une majorité a également suggéré que les partis de taille moyenne Future Forward, Democrat et Bhumjaithai tiennent leurs promesses électorales et ne mentent pas à la population.

Un autre sondage d’opinion réalisé par l’Institut national de l’administration du développement (Nida) a demandé quelles étaient les raisons de la défaite du Parti démocrate dans de nombreuses circonscriptions lors des élections.

Près de 33% des personnes interrogées ont déclaré que les électeurs en avaient assez du parti. Plus de 17% ont déclaré que les politiciens démocrates parlaient bien mais agissaient de manière médiocre.

D'autres ont dit qu'ils n'aimaient pas les candidats démocrates et le chef du parti de l'époque, Abhisit Vejjajiva. Près de 12% ont indiqué qu'Abhisit, tout en faisant campagne, avait annoncé qu'il ne soutiendrait pas le général Prayut Chan-o-cha pour rester au poste de Premier ministre.

Un leader démocrate Alongkorn Ponlaboot a déclaré hier que l'opinion publique, qu'elle soit positive ou négative, pourrait servir de bon miroir au parti.

Il a ajouté que la réunion du comité stratégique du parti aujourd'hui exposerait une nouvelle vision et de nouvelles stratégies pour le plus ancien parti politique du pays. «Les résultats des sondages d’opinion seront pris en compte», a déclaré Alongkorn.

Hier également, Phalang Pracharat - le chef de file de la coalition - a déclaré qu'il "se mettait à fond" pour former le prochain gouvernement le plus rapidement possible.

Sontirat Sontijirawong, son secrétaire général, a déclaré que Phalang Pracharat (la junte) s'était adressé à tous les alliés de la coalition et attendait leur décision.

«Nous espérons avoir les réponses bientôt. Nous remercions tous les partis politiques qui ont annoncé leur décision de rejoindre une coalition Phalang Pracharat », a-t-il déclaré.

"Nous espérons que les négociations seront conclues et que le gouvernement de coalition sera bientôt formé."

Sontirat a déclaré qu'une coalition dirigée par Phalang Pracharat intégrerait les plates-formes politiques de tous ses partis membres.

Même si d'autres partis ont annoncé leur intention de rejoindre Phalang Pracharat, les démocrates n'ont pas encore annoncé de décision.

Par ailleurs, Thanathorn Juangroongruangkit, dirigeant du parti Future Forward, a déclaré hier que son parti estimait que la politique devrait intéresser tout le monde, pas seulement les personnes influentes, les familles politiques et les puissants financiers.

Il parlait au Future Arena Stadium de Pathum Thani après un match amical de futsal opposant des politiciens de Future Forward et une équipe locale.

Un groupe dirigé par le militant anti-militaire Sirawich Serithiwat a organisé hier une manifestation au Centre d'art et de culture de Bangkok, appelant les sénateurs nommés par la junte à ne pas voter pour que le général Prayut redevienne premier ministre.

Le groupe, appelé Start-up People, prévoit d'envoyer des lettres de plus de 5 000 personnes aux 250 sénateurs avant la réunion parlementaire qui se tiendra mercredi à l'auditorium TOT. Les lettres appellent les sénateurs à s'abstenir lors du vote du Premier ministre.

La plupart des sénateurs devraient voter en faveur du général Prayut, candidat au poste de Premier ministre du parti Phalang Pracharat.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/14013-sondage-les-tha%C3%AFlandais-ne-supportent-plus-leurs-hommes-politiques/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2194 le: juin 05, 2019, 08:43:16 am »


Permier ministre : Thanatorn - Prayut en finale mais ce dernier n'assistera pas au match

Le bloc anti-junte a décidé de nommer Thanathorn Juangroongruangkit, chef du parti Future Forward, comme candidat au poste de Premier ministre contre le chef de la junte et actuel Premier ministre, Prayut Chan-o-cha, à l'élection de mercredi.

Et ce malgré la suspension actuelle des fonctions de député de Thanathorn dans l’attente du résultat du procès intenté contre lui par la Cour constitutionnelle.

Le parti Pheu Thai, leader du bloc avec le plus grand nombre de députés a cédé la place au deuxième acteur du bloc, dans le but d'obtenir un vote alternatif du parti démocrate, au cas où.

Si le candidat avait été un Pheu Thai, il est peu probable que des députés extérieurs au bloc l'aurait soutenu.

En outre, le secrétaire général de Pheu Thai, Phumtham Wechayachai, a déclaré mardi que la candidate du parti, Khunying Sudarat Keyuraphan, avait déjà annoncé qu'elle ne prendrait aucune position dans un nouveau gouvernement - et qu'elle tiendrait parole.



https://forum.thaivisa.com/topic/1104528-thailands-opposition-alliance-to-nominate-rising-star-thanathorn-as-pm/

 
-------------------------------


BANGKOK (AP) - Un haut responsable en charge des affaires juridiques de la junte a insisté mardi pour dire que le chef de la junte, le général Prayuth Chan-ocha, n’a pas besoin de se présenter demain lorsque le Parlement se réunira pour élire un nouveau Premier ministre.

Il n’existe aucun règlement exigeant que Prayuth soit présent, alors même qu’il est candidat au poste de Premier ministre, a insisté le vice-Premier ministre Wissanu Krea-ngam.

Cette déclaration a eu lieu après que Prayuth a refusé de répondre aux requêtes de partis rivaux lui demandant de s’adresser au parlement pour présenter son programme en tant que candidat au poste de Premier ministre du parti Phalang Pracharath.

Le vice-Premier ministre Wissanu a également précisé mardi aux médias que M. Prayuth et le reste de la junte resteraient en poste jusqu'à ce qu'un nouveau cabinet se présente pour sa première journée de travail. Cette clarification est venue en réponse à une question de savoir si Prayuth démissionnerait de son poste de chef de la junte avant le vote de demain.

http://www.khaosodenglish.com/politics/2019/06/04/no-need-for-prayuth-to-attend-pm-vote-deputy-pm/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2195 le: juin 06, 2019, 08:04:22 am »


En Thaïlande, le chef de la junte conserve son poste de Premier ministre

Le chef de la junte militaire au pouvoir en Thaïlande depuis le coup d'Etat de 2014, Prayut Chan-O-Cha, a, sans surprise, été élu mercredi soir au poste de Premier ministre.

Le général de 65 ans a obtenu 500 voix contre 244 pour son unique rival, un jeune milliardaire à la tête d'une coalition anti-junte, d'après un décompte retransmis à la télévision.

La victoire de Prayut Chan-O-Cha était pratiquement acquise car la nouvelle Constitution, adoptée en 2017, octroie à l'armée la nomination des 250 sénateurs. Il n'avait donc besoin que de 126 voix parmi les 500 députés pour conserver son poste de Premier ministre.

Un seuil atteint facilement mercredi soir après deux mois d'intenses tractations du parti de la junte, le Palang Pracharat, qui a obtenu le ralliement de plusieurs mouvements conservateurs, au premier rang desquels le vieux parti démocrate.

Face à Prayut Chan-O-Cha, le milliardaire Thanathorn Juangroongruangkit, fondateur du nouveau parti d'opposition Future Forward, n'a pas pu faire le poids.

"Aujourd'hui ne marque pas une fin mais un début", a-t-il déclaré après l'annonce de sa défaite. "Nous allons travailler encore plus dur pour l'avenir de nos enfants", a-t-il ajouté.

Plébiscité notamment par la jeunesse, son mouvement avait créé la surprise aux législatives du 24 mars en devenant la troisième force politique du pays.

Depuis, les ennuis judiciaires, dénoncés comme politiques, se sont accumulés pour le charismatique homme d'affaires de 40 ans, suspendu temporairement de son mandat de député et à qui il était interdit d'entrer dans l'hémicycle.

Abhisit Vejjajiva, figure du parti démocrate et ancien Premier ministre, a créé l'événement mercredi en annonçant devant le Parlement démissionner de son poste de député.

"Je ne peux pas entrer dans l'assemblée et voter pour le général Prayut Chan-O-cha, je ne peux pas faire ça", a-t-il lancé alors que la décision de soutenir les généraux divisait certains membres de son parti.


Dés pipés

Depuis les législatives du 24 mars, les premières depuis le coup d'Etat de 2014, l'opposition a dénoncé de nombreuses fraudes et critiqué la façon dont les dés avaient été pipés par les militaires.

Thanathorn n'avait quasiment aucune chance d'être élu, même si numériquement la coalition anti-junte qu'il représente était largement devant. Sans l'appui du Sénat, elle devait obtenir 376 voix à la Chambre basse pour pouvoir former un gouvernement, un chiffre quasiment impossible à atteindre.

Le bon score de Future Forward, plébiscité par plus de 6 millions d'électeurs, montre en tout cas que le vieux clivage politique entre les factions "Rouges" -réformatrices et proches de l'influente famille Shinawatra- et les "Jaunes" -l'élite conservatrice alignée sur l'armée- est dépassé.

Le nouveau roi de Thaïlande Maha Vajiralongkorn a insisté début mai lors de son couronnement sur la nécessaire "unité" de son royaume.

Le monarque est intervenu deux fois pendant la campagne des législatives, les premières depuis le coup d'Etat de 2014. Il a opposé une fin de non-recevoir aux aspirations de sa soeur, la princesse Ubolratana, à faire son entrée en politique pour un parti proche de l'ex-Premier ministre en exil Thaksin Shinawatra.

Et la veille du scrutin, le souverain a exhorté les Thaïlandais à "soutenir les bonnes personnes" pour "empêcher le chaos", une déclaration perçue comme un soutien aux militaires.

Au final, "le nouveau Premier ministre aura beaucoup à faire pour moderniser le pays et réduire les fortes inégalités au sein de la population", a relevé auprès de l'AFP l'ancien gouverneur de la banque de Thaïlande, Chatumongol Sonakul, qui vient d'entrer au Parlement et a rallié le parti de la junte.

Prayut Chan-O-Cha est perçu par ses défenseurs comme un gage de stabilité qui peut défendre l'unité du pays et l'empêcher de replonger dans les fréquentes crises politiques qu'il a connu.

Mais ses détracteurs soulignent que, depuis 2014, il a échoué à réformer le royaume, à moderniser l'économie et à réduire les inégalités.



https://www.lorientlejour.com/article/1173562/thailande-le-chef-de-la-junte-prayut-chan-o-cha-elu-premier-ministre.html?fbclid=IwAR06M2vc3KfYw-Gx78SYejF4_HI4hMwpyRs7iQTy971d-1gJjdB-F58N0qE
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2196 le: juin 08, 2019, 08:11:13 am »


Thaïlande: entrée historique de députés transgenres au Parlement

Une première en Thaïlande: quatre députés transgenres ont fait leur entrée, ce jeudi, au Parlement. Un geste de façade progressiste qui cache une réalité plus sombre.

Pour la première fois dans le pays, quatre élus transgenres ont fait leur entrée dans l'hémicycle à l'issue des législatives de mars. Une révolution dans le royaume, réputé tolérant envers la communauté LGBT+, même si des discriminations perdurent. Mercredi, ils ont voté, aux côtés de 745 parlementaires pour choisir le futur Premier ministre. Leur candidat, le patron de Future Forward, le parti d'opposition sous l'étiquette duquel ils concouraient, a perdu la bataille face au chef de la junte, Prayut Chan-O-Cha.

"Je ne suis pas là pour faire de la figuration, je veux écrire une nouvelle page de l'histoire" de la Thaïlande, assure Tanwarin Sukkhapisit, 45 ans, symbole d'une nouvelle génération de politiques, dont plusieurs parlementaires ouvertement homosexuels, à avoir émergé lors de ce scrutin.

"Quand je suis arrivée habillée en femme au Parlement, cela a créé des débats parfois virulents sur les réseaux sociaux. C'est ce que je veux car je veux voir une vraie démocratie émerger dans mon pays", assure-t-elle.


Du militantisme à la politique

Née dans la province pauvre de l'Issan, Tanwarin ne veut pas être enfermée dans une identité sexuelle particulière. "Je n'entre dans aucune des deux cases. La société ne devrait pas nous imposer un genre", estime la députée actuellement à l'affiche d'une pièce de théâtre, Trans, I Am (Trans, Je Suis).

Son désir de politique est venu plus tard. Réalisatrice sur la communauté LGBT+, un de ses films, Insects in the Backyard (Insectes sur cour), diffusé à l'international, a été censuré en Thaïlande pour avoir "offensé la morale". Ce n'est qu'après une bataille juridique de cinq ans et la suppression d'une scène de nudité de trois secondes que le long-métrage a pu être diffusé.

"J'ai compris que faire des films n'était pas suffisant. Il fallait entrer en politique pour que les lois changent", relève-t-elle.

Victime de critiques au cours de la campagne électorale, Tanwarin reconnaît que le chemin sera long.


Une tolérance qui cache une réalité plus sombre

Par rapport à de nombreux pays, la Thaïlande s'est bâtie une réputation de tolérance à l'égard de la diversité sexuelle. Mais cette apparente intégration cache une réalité plus sombre.

Les personnes transgenres "sont régulièrement victimes de discriminations dans leur emploi, ce qui oblige bon nombre d'entre (elles) à se lancer dans des professions faiblement rémunérées", note Kyle Knight, spécialiste des questions LGBT pour Human Rights Watch. Beaucoup sont rejetées par leur famille et, même si aucune estimation officielle n'est disponible, elles travaillent souvent dans l'univers du divertissement, notamment dans l'industrie du sexe, relèvent plusieurs ONG.

Beaucoup espèrent que l'entrée au Parlement de Tanwarin et de ses trois collègues marque un changement.

La junte a approuvé un texte qui, s'il est adopté, fera de la Thaïlande le deuxième pays d'Asie après Taïwan à légaliser le mariage entre personnes de même sexe. Mais la députée trouve qu'il ne va pas assez loin car il ne prévoit notamment pas le droit d'adoption. Tanwarin Sukkhapisit veut aussi permettre le changement de genre sur les documents officiels et améliorer l'éducation dans les écoles. La notion de diversité de genre devrait d'ores et déjà bientôt être intégrée aux manuels scolaires.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/14029-tha%C3%AFlande-entr%C3%A9e-historique-de-d%C3%A9put%C3%A9s-transgenres-au-parlement/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2197 le: juin 08, 2019, 08:14:12 am »


Chan-o-cha, c'est maintenant que ça se complique et les ennuis ne devraient pas tarder

Prayut Chan-o-cha est un homme de paradoxe, et le dernier en date, c'est lorsque le Parlement a élu l'ancien chef qui a fomenté un coup d’État au poste de Premier ministre chargé de superviser le retour de la Thaïlande à un « régime civil ».

La voie à suivre sera de plus en plus périlleuse. De quelqu'un qui promettait une réconciliation nationale, il est devenu lui-même une source majeure de discorde. En plus de cela, la politique stable qu'il avait promise après son coup d'État de 2014 entre dans sa phase la plus imprévisible. Et il a abandonné les formidables pouvoirs d'après coup d'état pour un «mandat démocratique» extrêmement fragile qui pourrait être de courte durée.

Après cinq années passées à la tête de la Thaïlande grâce aux pleins pouvoirs, acquis après un coup d’État contre le gouvernement élu de Yingluck, Prayut a réussi à prolonger son statut de Premier ministre. Mais de justesse. La route devant nous est parsemée de pièges mortels, dont certains pourraient causer des dommages considérables dès que la composition du gouvernement sera dévoilé.

Pour résumer: ses alliés clés sont prêts à se retourner contre lui à tout moment. Son mandat à la Chambre des représentants est mince, et amis et ennemis pourraient en profiter. L’opposition est forte et déterminée à s'attaquer à ce qu’elle perçoit comme son point faible: le lien avec l'armée et l’image de quelqu'un qui a renversé de force un gouvernement élu.

Le général Prayut, qui présidait le Conseil national pour la paix et l'ordre (NCPO), a décidé de ne plus être un "arbitre" pour devenir lui-même un joueur.

La tâche politique difficile de Prayut consiste à prouver qu’il existe un lien entre « démocratie » et « dictature ». Un sénateur a d'ailleurs affirmé souhaiter pour la Thaïlande une dictature démocratique.

Le coup d’État de l’ancien chef de l’armée en 2014 a mis fin à la violence politique généralisée. Il était largement admiré à cette époque, mais cinq années ont réduit à néant une grande partie de sa popularité, et sa détermination à rester en place a suscité un scepticisme considérable parmi les opposants. Par ailleurs, en cinq ans, les Thaïlandais ont vieilli de 5 ans. Des personnes âgées soutenant les dictatures sont mortes et ont été remplacées par des jeunes avides de vraie démocratie.

Prayut est populaire, à en juger par le résultat du Palang Pracharat obtenu aux élections du 24 mars. Les admirateurs l'adorent et les détracteurs le détestent à cause de son caractère entier, son nationalisme exacerbé, son style agressif avec les médias et son "esprit de décision" qui parfois frise l'imprudence.

Malgré sa promesse de réconciliation après le coup d’État, Prayut est lui-même devenu partie intégrante du conflit politique. Ceux qui se trouvaient en dehors du camp de Thaksin se sont également battus contre lui, notamment Abhisit Vejjajiva, du parti démocrate.

Prayut, âgé de 65 ans, a exercé les pleins pouvoir au cours des cinq dernières années, mais il devra maintenant respecter les règles parlementaires habituelles. Les critiques affirment que des vestiges de son coup d’État sont encore visibles dans les 250 sénateurs qui ont été nommés par la junte et qui ont tenu ses adversaires à distance dans la course au poste de Premier ministre. Les sénateurs ne peuvent pas l’aider dans certains cas devant les députés, par exemple durant les motions de censure, c’est pourquoi son gouvernement pourrait désormais avancer sur un fil.

Le général Prayut est né le 21 mars 1954 dans la province de Nakhon Ratchasima, dans le nord-est du pays. Son père était un colonel de l'armée et sa mère, une enseignante. Il a deux frères et une sœur: un frère, général de l'armée et la sœur, générale de l'armée de l'air.


https://forum.thaivisa.com/topic/1104988-prayut-steps-from-solid-ground-to-shaky-one/

 

Le chef du parti démocrate, Jurin Laksanavisit, a déclaré aujourd'hui qu'il croyait que le parti Palang Pracharat tiendrait sa promesse quant à l'attribution des ministères aux démocrates.

Mais, Somsak Thepsutin, une figure clé du groupe Sam Mitr (au sein du parti pro-junte), a déclaré que si le groupe ne recevait pas le poste de ministre de l’Agriculture, toutes les promesses faites à la population pendant la campagne électorale seraient sérieusement affectées.

Tout en refusant de commenter davantage la répartition des portefeuilles du cabinet, M. Somsak a déclaré que la décision finale reviendrait au comité exécutif du parti et que son groupe avait déjà clairement exprimé ses souhaits.

Somsak lui-même aspire à devenir le ministre de l'Agriculture. Lui et Suriya Juangroongruangkit, un autre chef du groupe Sam Mitr, ont joué un rôle clé dans la mobilisation d'anciens députés (traîtres à leur parti précédent qui doivent donc être remerciés) pour rejoindre le parti Palang Pracharat.

Jurin, cependant, insiste sur le fait que la question du quota du parti démocrate est déjà réglée et estime que Palang Pracharat ne reviendra pas sur sa promesse faite aux démocrates.

Un membre de la coalition a averti que le gouvernement de coalition fonctionnerait avec de grandes difficultés si le parti Palang Pracharat (pro-junte) ne tenait pas les promesses qu'il avait faites aux démocrates.


https://forum.thaivisa.com/topic/1104990-palang-pracharat-warned-government-in-trouble-if-cabinet-seat-promises-not-kept/
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14178
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2198 le: juin 08, 2019, 07:14:42 pm »

Français Ensemble dans le Club de Pattaya


Thaksin Sinawartra condamné à nouveau...

Le 6 juin, la Cour suprême de Thaïlande a condamné l'ancien Premier ministre thaïlandais Thaksin Shinawatra à deux ans de prison pour avoir lancé un programme de loterie illégale alors qu'il était en poste il y a plus de 10 ans. Cette décision a porté la peine de prison combinée contre lui à cinq ans.

Un comité de juges de la Cour suprême a pris la décision, avec une majorité des voix, à l’encontre de Thaksin, qui avait été reconnu coupable d’abus de pouvoir et de violations d’une loi sur les actes répréhensibles commis par des officiels gouvernementaux.

Selon le Bangkok Post, l'affaire concerne une loterie ouverte par Thaksin du 1er août 2003 au 16 septembre 2006, alors qu'il était Premier ministre.

Il faisait partie des 47 accusés dans l'affaire et son cas avait été mis à l’écart après le départ de Thaksin de Thaïlande en 2008.

La Commission nationale anti-corruption (NACC) a engagé le procès par contumace l'an dernier. Le programme de loterie lancé par Thaksin avait causé des pertes totales de 1,67 milliard de bahts (plus de 53 millions de dollars).

La Cour suprême a également émis un mandat d’arrêt contre Thaksin. En 2008, le tribunal a condamné Thaksin à une peine de deux ans d'emprisonnement pour conflit d'intérêts après que son ex-femme avait remporté un appel d'offres pour l'achat d'un terrain appartenant à l'État dans le centre de Bangkok, alors qu'il était Premier ministre en 2003. Le délai de prescription de 10 ans du procès est arrivé à terme en octobre 2018.

Le 23 avril, le tribunal l'a condamné à trois ans de prison pour avoir ordonné à la Banque thaïlandaise de l'import-export de prêter un milliard de bahts à la Birmanie, à un bas taux d’intérêt, au profit de la compagnie Shin Satellite Plc de sa famille.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3437
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #2199 le: juin 10, 2019, 07:28:09 pm »


Lutte pour les ministères : le Bhumjaithai ne veut pas donner les Transports au PP !

Le chef du parti Bhumjaithai, Anutin Charnvirakul, affirme que son parti ne cédera pas les portefeuilles ministériels des transports, de la santé publique ou du tourisme au parti Palang Pracharat (celui de Chan-o-cha).

Dans une publication sur Facebook samedi soir, il a écrit: «Les ministères sont conçus pour que les gens y travaillent et non pour être échangés. Point final."

Dans le message suivant, il écrivait: "Les transports, la santé publique et le tourisme ne sont pas négociables."

Les déclarations de M. Anutin constituent la réponse au revirement du parti Palang Pracharat dans l’attribution de sièges au gouvernement aux deux partis «faiseurs de roi», Bhumjaithai et Démocrate.

Le vice-Premier ministre Somkid Jatusripitak pourrait ne pas rejoindre le cabinet du général Prayut Chan-o-cha si le parti Palang Pracharat ne contrôlait pas ces ministères économiques clés, promis aux démocrates et à Bhumjaithai.

Le chef du parti Palang Pracharat, Uttama Savanayana, et le secrétaire général du parti, Sotirat Sontijirawong, ont été chargés de renégocier, avec les deux partenaires de la coalition potentiels, le retour des trois ministères économiquement importants en échange de l’éducation et de l’énergie.


https://forum.thaivisa.com/topic/1105358-bhumjaithai-rejects-palang-pracharat’s-demand-for-return-of-transport-ministry/



Tout ceci rappelle étrangement ce qui se passait au 20e siècle. Les coalitions ne duraient jamais bien longtemps. Chan-o-cha pourrait à terme perdre son poste sur une mention de censure votée par certains Bhumjaithai ou Démocrates qui se sentiraient lésés. En effet, la cohorte de sénateurs nommés par la junte qui a fomenté un coup d'état en 2014 ne votent pas pour les mentions de censure et ne pourraient pas sauver l'armée !/b]
IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)