Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  
Pages: 1 ... 9 10 [11] 12 13 ... 89

Auteur Sujet: POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.  (Lu 672854 fois)

Malco

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6065
Re : La POLITIQUE en Thaïlande.
« Réponse #250 le: avril 11, 2010, 03:41:00 pm »

Et cette petite fille au ruban rouge , bien triste comme photo elle n'a rien à faire là la pauvre .
.
IP archivée
@+ Malco

amjolianne

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 571
    • Forum sur l'Issan (ou Isaan)
Re : La POLITIQUE en Thaïlande.
« Réponse #251 le: avril 11, 2010, 04:09:28 pm »

De bien terribles photos sur cet article également...
http://www.bangkokpost.com/news/politics/174342/battle-for-bangkok

Désolé Cat de bêtement coller des articles que je glane sur le net à moins que j'essaye de faire bouger des choses et d'avoir des avis de la population de mon bled où les gens parlent plus de la sécheresse que des problèmes de Bangkok. Cette nuit, jusqu'à deux heure du matin il y avait des combats de boxe thaï sur l'emplacement du marché, combats qui ont lieu une fois par mois environ avec tous les boxeurs de tout age des villages environnants. Aujourd'hui c'est le marché et la routine se poursuit en attendant les festivités de Songkhran demain. Bref, ici que ce soit des jaunes, des rouges ou des martiens, rien n'évolue beaucoup, l'agriculture prime sur la culture (très mauvais jeu de mots désolé).
IP archivée
Premier forum francophone dédié à l'Issan.
http://www.thai-issan.com/leforum

Cat

  • Jr. Member
  • **
  • Messages: 57
Re : La POLITIQUE en Thaïlande.
« Réponse #252 le: avril 11, 2010, 04:10:21 pm »


Cat, je suis obligé de retirer ton message, tes propos sont insultants vis à vis de la famille royale et je ne souhaite pas voir fermer notre beau forum pour des phrases lachées à la légère !

Je te rappelle par ailleurs que notre forum est là pour informer... Il n'est pas un défouloir... Merci !

Dernier avertissement avant ton renvoi du forum !

Manu



IP archivée

Cat

  • Jr. Member
  • **
  • Messages: 57
Re : La POLITIQUE en Thaïlande.
« Réponse #253 le: avril 11, 2010, 04:14:32 pm »

Oui je comprends bien les problemes d'agriculture surtout au niveau du riz.
Je viens de prendre contact avec Maejo University pour obtenir un peu d'aide car je ne peux pas faire toute seule.
L'histoire est sur Chiangrai.
Puis mon amie Marianne qui lutte pour la sauvegarde des buffles dans l'agriculture en Thailande....mais un buffle, ca bouffe!!!!???
IP archivée

cib

  • Newbie
  • *
  • Messages: 22
Re : La POLITIQUE en Thaïlande.
« Réponse #254 le: avril 11, 2010, 06:06:52 pm »

ça fait plusieurs fois que je lis l'info selon laquelle les Rouges auraient investi l'hôtel de ville de Chiang Mai. Pourtant ça a été démenti par quelques témoins sur Thaivisa. J'ai pas la télé et je comprend très mal le thai donc je ne peux que lire ce que je glane sur le net (et j'ai pas trop envie d'aller jeter un coup d'oeil par moi-même!), quelqu'un aurait-il un peu plus de détails là dessus?

Parce que j'ai la famille qui s'inquiète en France et j'aimerai pouvoir leur dire que tout est tranquille ici et qu'on s'apprête juste à célébrer Songkran dans la joie et la bonne humeur (ou bien je suis carrément trop optimiste?)
IP archivée

Cat

  • Jr. Member
  • **
  • Messages: 57
Re : La POLITIQUE en Thaïlande.
« Réponse #255 le: avril 11, 2010, 06:14:58 pm »

J'habite a cote et effectivement les rouges ont pris possession du city hall.
L'armee n'avait deploye  que 200 ou 300 hommes donc facile de prendre possession du site en question.
Pour l'instant tout est calme car les rouges ont pris le deuil du "rouge de CM' mort a BKK.
Attendons demain.
Cela dit, ils ont tous leurs bouteilles remplies d'essence version cocktail Molotov.
Bref, il est urgent d'attendre mais la situation n'est pas vraiment sereine.
IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : La POLITIQUE en Thaïlande.
« Réponse #256 le: avril 11, 2010, 07:05:25 pm »


Je suis passé tout à l'heure devant le "city hall" de Chiang Mai... La police est parfaitement installée (check point en béton, contrôle des entrées, etc...) et une cinquantaine de "rouges" campent sur le parking...

Bref, rien de rien à l'horizon !... D'autant plus qu'ici, la fête de l'eau a commencé cette après-midi (grosse rigolade autours des douves de la ville !)...
IP archivée

cib

  • Newbie
  • *
  • Messages: 22
Re : La POLITIQUE en Thaïlande.
« Réponse #257 le: avril 11, 2010, 07:22:44 pm »

Ok, merci pour ces informations! Espérons que les fêtes se passent sereinement pour tout le monde.
IP archivée

DV8

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 132
Re : La POLITIQUE en Thaïlande.
« Réponse #258 le: avril 11, 2010, 08:28:01 pm »

Ouai, difficile d'apercevoir un semblant de "vérité" dans ce merdier.
Moi ce que je vois c'est que c'est la combientième fois que l'armée tire sur une foule civile en Thailande? 5éme fois en moins de 50 ans? Drôle de pratique pour une sois-disant démocratie.

On a l'impression que les rouges comme les militaires attendaient la seule issue possible pour ne pas perdre la face: le sang  :'(

A Kalasin les rouges profite de Songkran pour installer un podium en face du city-hall. On verra combien de vacanciers vont s'y rendre maintenant que le sang à couler...


Edit: quelqu'un m'explique pourquoi les parlementaires Thaï ont accès à une armurerie remplies d'armes d'assaut? Ça ma fait halluciner quant j'ai vu ca à la télé...
IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : La POLITIQUE en Thaïlande.
« Réponse #259 le: avril 12, 2010, 07:43:24 am »


Mon rapport du matin (12 avril 2010)...

Cela va peut être en rassurer quelqu'uns... Cette nuit, calme total à Bangkok et statu quo...

A Chiang Mai et dans le Nord, le fête de l'eau commence aujourd'hui...  :)
IP archivée

amjolianne

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 571
    • Forum sur l'Issan (ou Isaan)
Re : La POLITIQUE en Thaïlande.
« Réponse #260 le: avril 12, 2010, 08:30:22 am »

Hier dimanche c'était le gros marché au bled, un des plus gros de la région. Mes beaux parents y ont un grand étal et ma Femme les a aidé toute la journée de par l'affluence exceptionnelle liée au rassemblement des Familles pour le Nouvel An. Comme il fallait s'en douter le sujet principal de conversation du jour a été... Songkhran. Personne ne parle de Bangkok et de ce qui s'y passe. Mauvaise information ? Non, les gens ici n'en ont rien à pèter. Pour eux, rien d'exceptionnel à la situation, ce n'est ni la première ni la dernière fois que cela se passe. Cela fait des décennies que cela se produit et pourtant le travail aux champs reste le même, la vie du village n'évolue pas et continue à s'écouler aux rythmes des fêtes traditionnelles, des mariages et des enterrements.
Je ne regarde pas la télévision et je dois avouer que si je ne suivais pas les infos sur le net il m'aurait été inimaginable de penser qu'il s'est passé des événements aussi tragiques à Bangkok où quelques marionnettes innocentes ont payé de leur vie les folles ambitions de quelques riches manipulateurs ivres de plus de pouvoir et de plus d'argent encore.
IP archivée
Premier forum francophone dédié à l'Issan.
http://www.thai-issan.com/leforum

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : La POLITIQUE en Thaïlande.
« Réponse #261 le: avril 12, 2010, 08:36:43 am »


Même chose dans le Nord, j'ai essayé d'interroger quelques amis thaïs sur la situation politique, tout le monde s'en moque éperduement et pensent à Songkran (Nouvel An thaï)...

Hier, les gens regardaient les affrontements à bangkok comme si cela se passait dans un autre pays... Les moues étaient plutôt dubitatives...

Même ma femme qui est instruite et plutôt conciliante ma dit: "bua sua deng !", ce qui veut dire "y en a marre des Rouges !"...

 :o

Sinon, ce que je vois, c'est qu'une fois de plus, ce sont des pauvres paysans manipulés qui sont morts ou ont été blessés...

Avez-vous vu un seul dirigeant "rouge" injurié: non !!!...

Je pense au gars qui a été payé 400 bahts pour venir de son Isan manifester à Bangkok, qui est mort et laisse aujourd'hui une femme et des enfants en deuil... Quel gachis pour des soit-disant futurs avantages, que même avec un gouvernement "rouge", il n'aura jamais !

 :(
IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : La POLITIQUE en Thaïlande.
« Réponse #262 le: avril 12, 2010, 08:42:55 am »


Donc récapitulons:

- Chiang Rai et Chiang Mai (nord du pays), tout va bien !

- Loei, chez Amjolianne, tout va bien !

Si les autres copains du forum installés dans le pays peuvent nous donner des nouvelles de chez eux, Merci d'avance...
IP archivée

Rugby15

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1195
Re : La POLITIQUE en Thaïlande.
« Réponse #263 le: avril 12, 2010, 10:26:52 am »

Sukhothai, rien à signaler.
Moi, je pige pas un truc. Les reds, qu'est-ce qu'ils veulent, plus d'égalité, c'est ça ? Mais un pauvre sera toujours au pauvre, en Thailande ou ailleurs. Ils imaginent que leur situation va changer, mais elle a déjà changé. Ils ont des gros pick up, des téléphones portables, leurs gamins peuvent aller à l'université, ils peuvent se soigner à l'hopital, et ça, il le doivent pas qu'à Thaksin. Alors quoi. Ils pensent qu'un mec comme Thaksin peut faire quoi de plus à part s'enrichir avec sa famille. C'est vraiment que de la démago, ce qui se passe dans ce pays. comme dit Manu, je commence à penser que les jaunes ont raison. Les paysans sont pas prêts pour la démocratie, beaucoup trop influençable, pas un gramme de jugeotte et de libre arbitre.
En tout cas, y en a vraiment raz le bol !  >:(
IP archivée
"En avant poussez, poussez, les Avants de Bayonne..."

letirailleur

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1072
  • Mon blog: http://udonthani-en-isan.over-blog.com
    • Le blog de Patrick en Thailande
Re : La POLITIQUE en Thaïlande.
« Réponse #264 le: avril 12, 2010, 02:57:50 pm »

A Udonthani:
Il y a quelques jours, les rouges se sont tapés sur la “G……” avec les jaunes. La police est intervenue.
Aujourd’hui, je suis allé  en ville et entre autre dans un bâtiment d’administration. On se croirait en guerre. Barbelé de partout et gardes militaires.
Mais c'est connu, a Udonthani les rouges y vont fort.
IP archivée
Il vaux mieux etre vieux et vigoureux que jeune et inactif

http://udonthani-en-isan.over-blog.com

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : La POLITIQUE en Thaïlande.
« Réponse #265 le: avril 12, 2010, 08:28:56 pm »


Ca la fait bien pour le 2ème pays le plus riche de l'ASEAN... La Thaïlande est en train de totalement se discréditer aux yeux du Monde...
IP archivée

amjolianne

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 571
    • Forum sur l'Issan (ou Isaan)
Re : La POLITIQUE en Thaïlande.
« Réponse #266 le: avril 12, 2010, 08:35:13 pm »

Tiens tiens, ne manquait plus que la Cambodge dans tout cela... Si on part dans un scénario de "terroristes extérieurs" le Cambodge pourrait apparaitre sur la liste des suspects. On parle de mouvance communiste et de AK-47, pourquoi pas eux ? Le Cambodge est en froid avec la Thaïlande, il abrite une base arrière pour l'ancien homme d'affaires et a tout à gagner, tant au niveau touristique qu'économique, en déstabilisant le voisin thaïlandais.
IP archivée
Premier forum francophone dédié à l'Issan.
http://www.thai-issan.com/leforum

amjolianne

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 571
    • Forum sur l'Issan (ou Isaan)
Re : La POLITIQUE en Thaïlande.
« Réponse #267 le: avril 12, 2010, 09:49:53 pm »

Et bien on n'est pas sorti de l'auberge...

12/04/2010 14:52
BANGKOK (AFP) - Thaïlande: la Commission électorale veut la dissolution du parti d'Abhisit

"La Commission électorale en Thaïlande préconise de dissoudre le Parti démocrate (PD) du Premier ministre Abhisit Vejjajiva, accusé d'avoir bénéficié d'une donation illégale il y a plusieurs années, a-t-on appris lundi auprès du parti.

La Commission a estimé à la majorité de ses membres que le PD avait bien reçu une donation irrégulière de 258 millions de bahts (5,9 millions d'euros) en 2005, a indiqué un porte-parole du parti.

Elle doit désormais transmettre le dossier au procureur général, qui l'examinera avant une possible transmission à la Cour constitutionnelle. La décision finale devrait prendre plusieurs mois.

"Nous sommes informés de la décision de la Cour mais l'affaire n'est pas terminée. Elle doit encore franchir le cap du procureur et de la Cour constitutionnelle", a indiqué Buranaj Smutharaks, porte-parole du PD.

Cette décision était réclamée de longue date par les "chemises rouges", manifestants antigouvernementaux qui réclament la démission d'Abhisit.

Elle intervient alors que la situation politique est bloquée dans le pays, après des affrontements entre manifestants et militaires qui ont fait 21 morts et plus de 860 blessés au cours du week-end.

Les "chemises rouges", favorables à l'ancien Premier ministre en exil Thaksin Shinawatra, se plaignent notamment d'une justice à deux vitesses, selon elles entièrement au service des élites traditionnelles de Bangkok, dans lesquelles elles classent le PD d'Abhisit, le plus ancien parti du pays.

En 2007, le Thai Rak Thai, parti pro-Thaksin, avait été dissous par la cour constitutionnelle pour fraude électorale. Plusieurs autres décisions judiciaires avaient été par la suite prises contre Thaksin et ses alliés.

Les "rouges" exigent régulièrement en réponse une décision de la commission électorale sur l'affaire touchant le Parti démocrate.

En janvier dernier, Thaksin a été définitivement privé de la moitié de sa fortune par la Cour suprême, notamment pour abus de pouvoir. Un verdict là encore vécue par les "rouges" comme le signe que l'ensemble du système judiciaire du pays leur est défavorable."
IP archivée
Premier forum francophone dédié à l'Issan.
http://www.thai-issan.com/leforum

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14183
Re : Re : La POLITIQUE en Thaïlande.
« Réponse #268 le: avril 12, 2010, 11:05:42 pm »


Et bien on n'est pas sorti de l'auberge...


c'est le moins que l'on puisse dire... mais quel b....l    >:(



Tiens tiens, ne manquait plus que la Cambodge dans tout cela... Si on part dans un scénario de "terroristes extérieurs" le Cambodge pourrait apparaitre sur la liste des suspects. On parle de mouvance communiste et de AK-47, pourquoi pas eux ? Le Cambodge est en froid avec la Thaïlande, il abrite une base arrière pour l'ancien homme d'affaires et a tout à gagner, tant au niveau touristique qu'économique, en déstabilisant le voisin thaïlandais.


il manquait plus que ca...
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : La POLITIQUE en Thaïlande.
« Réponse #269 le: avril 13, 2010, 09:21:19 am »


Un monde absurde...   :o

Alors que la Fête de l'eau bat son plein dans tout le pays, les "Rouges" ont défilé hier dans Bangkok exibant les portraits des paysans tués lors des affrontements d'il y a deux jours...

Je vous le dis mes amis, la seule façon de lutter contre la violence sur cette Planète, c'est d'éduquer les masses... Pour une personne qui a arrêtée l'école à 13 ans, le dialogue ne durent pas longtemps et la violence est la plupart du temps la seule réponse dont il dispose... hélas...
IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : La POLITIQUE en Thaïlande.
« Réponse #270 le: avril 13, 2010, 09:59:19 am »


Mon dernier message avant que je parte pour la fête de l'eau... Je viens de regarder les infos thaïes à la TV: Abhisit vient d'annoncer qu'il resterait ferme et il a dénoncé les fauteurs de trouble comme étant de vrais terroristes !...

Il annonce aussi des élections sous un an !...
IP archivée

Malco

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6065
Re : La POLITIQUE en Thaïlande.
« Réponse #271 le: avril 13, 2010, 09:33:58 pm »

Thaïlande: le gouvernement accuse Thaksin de fomenter les violences.



AFP - Le gouvernement thaïlandais a accusé l'ancien Premier ministre en exil Thaksin Shinawatra d'orchestrer le mouvement des "chemises rouges", ces manifestants qui occupaient toujours deux quartiers de Bangkok mardi après les violences du week-end.

Dans des accusations d'une rare intensité, le ministre des Affaires étrangères Kasit Piromya a qualifié Thaksin de "terroriste sanguinaire".

Il l'a accusé d'être "l'instigateur des violences" qui ont fait 21 morts, dont 17 civils, et plus de 860 blessés, samedi dans la capitale. Ces affrontements entre soldats et manifestants sont les plus meurtriers qu'a connu la Thaïlande depuis 18 ans.

Pour Kasit, l'homme d'affaires reconverti dans la politique finance en sous-main les "chemises rouges" à hauteur "d'environ 100 millions de bahts par jour" (environ trois millions de dollars). "Il ne fait pas de doute que Thaksin est l'un des leaders" des manifestants et "soutient les activités pour faire tomber le pouvoir", a renchéri Panitan Wattanayagorn, porte-parole du gouvernement.

En attendant, les Thaïlandais vont tenter d'oublier jusqu'à la fin de la semaine ce climat pesant en célébrant le nouvel an bouddhiste, appelé "Songkran", période festive durant laquelle il est de tradition de s'asperger d'eau.

Agé de 60 ans, Thaksin a dirigé la Thaïlande de 2001 à 2006 avant d'être renversé par un coup d'Etat militaire. Depuis son exil, en 2008, il reste vénéré des paysans du nord et du nord-est, la base des "chemises rouges", qui le considèrent comme le seul homme politique à s'être jamais préoccupé de leur sort.

Après avoir communiqué tous les soirs par vidéo-conférence avec ses partisans, il est resté relativement silencieux depuis deux semaines, se contentant d'envoyer quelques messages de soutien, notamment sur "twitter".

En public, les "rouges" se sont montrés soucieux de prendre leurs distances vis-à-vis de Thaksin pour montrer combien leur combat est avant tout celui pour une société plus juste, et non une opération au service d'un homme.

L'attaque contre l'homme d'affaires intervient alors que la pression s'accentue sur le Premier ministre Abhisit Vejjajiva pour trouver une issue à cette énième crise politique.

Anupong Paojinda, chef de l'armée, a enjoint lundi majorité et opposition d'entamer des négociations pour s'entendre sur les dates des prochaines législatives, estimant qu'un scrutin anticipé constituerait, à terme, une "issue" à l'impasse actuelle.

Les "rouges" réclament quant à eux la tenue du scrutin dès que possible. "Nous allons poursuivre notre mouvement pour faire tomber ce gouvernement" et "obtenir la dissolution du parlement", a averti un leader, Nattawut Saikuar.

Abhisit, au pouvoir depuis fin 2008, ne conçoit pas de nouvelles élections avant la fin de l'année. Mais sa position s'est encore fragilisée avec une décision surprise de la Commission électorale qui a préconisé lundi la dissolution de son Parti démocrate, accusé d'avoir bénéficié d'une donation illégale en 2005.

Le processus de dissolution du PD devrait prendre plusieurs mois. Mais comme le titrait mardi le quotidien The Nation, pourtant profondément anti-Thaksin, cette annonce "est un nouveau revers" pour Abhisit qui risque une peine d'inégibilité de cinq ans si son parti était dissous.

Kasit, son ministre des Affaires étrangères, s'est déclaré "optimiste" quant au fait "de voir réunis autour de la table, dans les prochains jours" tous les acteurs de la crise.

Il a également déclaré souhaiter que la société réfléchisse à une profonde "réforme" de la monarchie, abordant un sujet selon lui "tabou" dans un pays où le roi Bhumibol Adulyadej, 82 ans, est immensément révéré.

En attendant, les Thaïlandais vont tenter d'oublier jusqu'à la fin de la semaine ce climat pesant en célébrant le nouvel an bouddhiste, appelé "Songkran", période festive durant laquelle il est de tradition de s'asperger d'eau.

http://www.france24.com/fr/20100413-thailande-le-gouvernement-accuse-thaksin-fomenter-violences

IP archivée
@+ Malco

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : La POLITIQUE en Thaïlande.
« Réponse #272 le: avril 14, 2010, 10:14:46 am »


Je remets quelques éléments d'analyse que j'ai mentionné sur un autre forum... petit résumé:

- Tous les analystes politiques travaillant actuellement sur la Thaïlande, ont reconnu que nous assistons à une lutte des classes ! D'un coté, les tenants du pouvoir et de l'autre les ruraux...
Les classes moyennes, peu nombreuses (env. 25 % des actifs) mais en constante augmentation dans le Royaume, n'aspirent qu'à une chose: appartenir à la 1ere catégorie et prendre leur distance avec la seconde...

- Les "Rouges" ont commis l'erreur de se détacher de ces classes moyennes plutôt citadines (et éduquées) qui n'aspirent qu'au calme et au travail (source d'enrichissement !), en troublant l'ordre public et en commettant de nombreuses actions violentes qui ont culminées lors des affrontements d'il y a 4 jours... Or, seules ces classes moyennes auraient pu leur apporter une légitimité en intellectualisant leur combat et en élargissant leur spectre de mobilisation au delà d'une unique classe paysanne revancharde et sous-éduquée !

- Un constat doit cependant être fait: les "Rouges" ont systématiquement gagné toutes les élections entre 2001 et 2006 car ils sont numériquement plus nombreux.

Par contre sur le plan financier (excepté les Thaksin et consorts qui les ont manipulés par une politique populiste avérée !) et par la répartition des postes clefs, ils sont incroyablement moins puissants que les "Jaunes" ou pro-royalistes... Et tout le problème thaïlandais est là; une démocratie à l'Occidentale ne fonctionne qu'avec des classes moyennes beaucoup plus importantes en proportion que les deux extrêmes (riches et pauvres), ce qui n'est pas le cas dans le Royaume...

Voilà pourquoi, les "Jaunes" actuellement au pouvoir (ayant fait le même constat que moi) n'œuvrent plus aujourd'hui qu'à une chose: gagner un maximum de temps afin de changer le mode de scrutin (peut être la constitution ?!) afin de revenir à un suffrage censitaire qui est une autre forme de Démocratie mais la Démocratie quand même (la France a connu cela sous les 1ere et seconde Républiques)...

Rien ne dit qu'ils réussiront...
IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : La POLITIQUE en Thaïlande.
« Réponse #273 le: avril 14, 2010, 11:18:03 am »


Triste Nouvel an en Thaïlande !

Quelque soit l’issue du conflit qui oppose l’opposition et le gouvernement thaïlandais en ce moment dans les rue de Bangkok, le Nouvel an Thaï (Songkran) qui doit débuter aujourd’hui, ne laissera pas le même souvenir que les autres années. Le royaume s’est réveillé en état de choc dimanche matin avec la une de tous les quotidiens montrant des photos de guerre civile dans les rue de la capitale.

Samedi soir vers 11 heures, le Premier ministre est apparu à la télévision l’air grave et très tendu pour adresser ses condoléances aux familles des victimes décédées dans la soirée, lorsque les forces de l’ordre ont chargé plusieurs regroupement des “chemises rouges”. Abhisit Vejjajiva a annoncé qu’il y aura une commission indépendante sur les décès survenus au cours de la répression contre les chemises rouges. S’exprimant à la télévision, il a  dit que les morts ont été causées apparemment par des grenades M79, qui ont également été utilisées dans plusieurs cas de sabotage.

Il annoncé une suspension des opérations de police, et déclaré que les deux parties s’étaient mises d’accord pour qu’il n’y ait plus de victimes. Le nombre de morts pourrait dépasser la vingtaine, soit le bilan le plus lourd depuis les émeutes de 1992.

Le nombre élevé des victimes montre que l’armée a perdu le contrôle de la situation, et fragilise donc le gouvernement d’Abhisit. Plusieurs membres de la coalition au Parlement ont déjà pris position pour réduire le délai prévu de 9 mois pour les prochaines élections.

Les généraux qui sont en charge de la situation à Bangkok savent bien que leur marge de manœuvre est limitée : la troupe est en partie constituée de recrues en provenance des régions du Nord, majoritairement favorables à Thaksin, ceux que l’on surnomme ” les pastèques” (vert à l’extérieur et rouge à l’intérieur).

Une autre option existe cependant pour sortir de la crise, mais elle implique la justice. La Cour suprême doit se prononcer le 20 avril sur l’interdiction du Parti Démocrate, qui est accusé d’avoir reçu plus de 7 millions de dollars d’un groupe industriel, alors que la loi fixe la limite à 220.000 dollars. Pour l’instant, une décision défavorable des juges de la Cour suprême semble peu probable, car les juges sont généralement enclins à se prononcer en faveur des milieux proche des élites de Bangkok. En septembre 2008 ils avaient destitué le Premier ministre Samak Sundaravej accusé d’avoir perçu 500 dollars pour animer des émissions culinaires à la télévision.

Lors d’une audience ouverte au public, la Cour constitutionnelle avait annoncé que les neuf juges étaient tombés d’accord sur le fait que M. Samak avait violé l’article 182 de la Constitution qui interdit au Premier ministre ou à tout membre du gouvernement de toucher une rémunération d’une société privée. M. Samak fut alors le premier Premier ministre dont le pouvoir avait été révoqué par une décision de justice dans l’histoire de la Thaïlande.

En décembre 2008 la justice avait également obtenu la démission du gouvernement de Somchai Wongsawat, en prononçant la dissolution de son parti, le PPP pour fraude électorale, ouvrant la voie à un règlement pacifique de la crise, et à l’évacuation des aéroports de Bangkok.

Cette mesure est rendue possible en vertu de la nouvelle Constitution adoptée en août 2007 par les militaires putschistes pour remplacer celle de 1997. Cette constitution comporte un article très controversé selon lequel l’ensemble d’un parti peut être dissous, si un seul de ses responsables est reconnu coupable de fraude électorale.


http://www.thailande-fr.com/
IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : La POLITIQUE en Thaïlande.
« Réponse #274 le: avril 15, 2010, 06:42:25 am »


Après les évènements graves survenus à Bangkok Samedi dernier, beaucoup se demandent quelle va être l'attitude de l'Armée thaïlandaise... Dans le passée toute puissante, a-t-elle encore les moyens d'influer sur la situation ?... Quelques éléments de réponse...


A qui obéissent les généraux thaïlandais ?


Le général Anupong pense qu’il faudrait organiser des élections pour sortir de la crise en Thailande, et lors de la précédente crise dirigée par les “chemises jaunes”, il avait “conseillé” au Premier ministre de l’époque (Somchai Wongsawat) de démissioner. La couleur des chemises que portent les manifestants change en Thailande, mais en dernier ressort c’est le kaki qui semble toujours dominer la vie politique.

Depuis que la crise politique a débuté en 2006 en Thaïlande, plusieurs groupes ont tenté de s’opposer à la domination de Thaksin et de ses alliés sur la vie politique thaïlandaise. En vain.

Les grands gagnants de cette période d’instabilité chronique sont les généraux thaïlandais, qui ont pleinement profité de ces divisions pour retrouver une influence politique sur le déclin. Au début des années 90, le budget de l’armée thaïlandaise avoisinait les 20% du PIB, mais il était retombé à 6% sous Thaksin : il est maintenant plus proche de 10% depuis le coup de 2006.

Jusqu’où l’armée acceptera t-elle de défendre le gouvernement contre une insurrection populaire ? En juillet 2006, le général Prem, conseiller du roi,  avait fixé les limites et déclaré,

"les soldats appartiennent à Sa Majesté le Roi, et non pas à un gouvernement. Le gouvernement guide et supervise les soldats, mais leurs véritables propriétaires sont le pays et le Roi."

Mais à l’époque, les fauteurs de troubles étaient les "chemises jaunes" de la PAD, un groupe proche de l’armée, et opposé à Thaksin. Au cours de la longue confrontation entre la PAD et le gouvernement Samak puis Somchai, le général Anupong avait maintes fois insisté sur le fait que les militaires doivent rester "indépendants" et être "du côté du peuple", ce qui signifie essentiellement un refus d’agir en tant que bras armé du gouvernement. Une telle position pourrait aujourd’hui facilement se retourner contre lui. Saut à se contredire complètement, Anupong ne pourrait pas s’opposer par la force à la poursuite des manifestations qui paralysent les centre de Bangkok.

Paradoxalement c’est en ne faisant rien que le général Anupong a réussi à marquer les points décisifs qui ont jalonné son ascension. Son inaction délibérée pendant la crise provoquée par le PAD et l’occupation des aéroports de Bangkok lui a permis de se retrouver en position de force. Il n’a pas eu besoin de déployer ses tanks dans les rues pour se faire entendre. Anupong a abattu ses cartes une par une, jaugeant minutieusement la situation avant de prendre position, et sans lui, il est très probable qu’ Abhisit Vejjajiva ne serait jamais devenu Premier ministre. Son action, ou plutôt son inaction, a permis de rétablir la vie politique thaïlandaise avec Abhisit à la tête d’un gouvernement dirigé par le Parti démocrate.

Mais aujourd’hui Anupong se retrouve dans une situation un peu similaire à celle de 2008 : comment sortir d’une crise qui est avant tout politique sans compromettre la réputation de l’armée et la sienne ? Les généraux thaïlandais veulent se préserver, et intervenir le moins possible dans un conflit qui concerne la société dans son ensemble, et dans lequel les militaires n’ont pas de solution durable à proposer. Anupong a très bien compris que le conflit qui déchire la Thaïlande en ce moment ne se règlera pas à coup de matraque, ou pire encore à coup de fusil, dans les rues.

Anupong a eu l’intelligence ne pas tomber dans le piège tendu par le PAD, qui souhaitait un nouveau coup d’Etat militaire pour se débarrasser rapidement des alliés de Thaksin et de leur gouvernement. Il a laissé le Parti Démocrate affronter une situation inextricable et un pays qui n’a jamais été aussi profondement divisé. Aujourd’hui Anupong a choisi son camp : celui de l’ombre. Il préfère résoudre la crise par des moyens politiques, ayant bien compris qu’une répétition du coup de 2006 serait vouée à l’échec.


http://www.thailande-fr.com/
IP archivée
Pages: 1 ... 9 10 [11] 12 13 ... 89