Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Auteur Sujet: POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.  (Lu 622071 fois)

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13660
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #1950 le: décembre 20, 2017, 08:09:29 am »


La Thaïlande autorisera les activités politiques

Le Premier ministre Prayuth Chan-ocha, chef de la junte militaire à la tête de la Thaïlande, a annoncé mardi qu'il allait lever l'interdiction de toute
activité politique en vigueur depuis le coup d'Etat de mai 2014, ce qui permettra la tenue d'élections l'année prochaine.

   
Les grandes formations politiques du pays exhortent depuis des mois le gouvernement à lever l'interdiction faite aux partis de se préparer pour des élections.
   
Prayuth, qui avait annoncé en octobre que des élections générales auraient lieu en novembre 2018, n'a pas précisé quand l'interdiction serait levée.   
   
La procédure prévoit que des décisions de ce type doivent paraître au Journal royal avant de pouvoir entrer en application.
   
Le Front uni de la démocratie contre la dictature, qui s'oppose à la junte militaire, a qualifié cette annonce de "premier pas vers des élections et la démocratie".
"C'est définitivement une bonne nouvelle", a ajouté le porte-parole des "chemises rouges", Thanawut Wichaidit, espérant que la junte mettrait aussi fin à l'interdiction des rassemblements publics.
   
Les relations entre la Thaïlande et plusieurs de ses partenaires occidentaux ont souffert du coup d'Etat de 2014 mené par l'armée contre le gouvernement de la Première ministre Yingluck Shinawatra.
   
Mais l'Union européenne a indiqué la semaine dernière, à la suite de l'annonce d'élections, qu'elle reprendrait ses contacts politiques "à tous les niveaux" avec la Thaïlande.


http://www.boursorama.com/actualites/la-junte-thailandaise-va-autoriser-les-activites-politiques-b4f8b8cf83429a61696974ffdbadc240
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13660
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #1951 le: décembre 20, 2017, 08:22:56 am »


Prawit n'est pas au courant de la création d'un parti politique militaire

Le vice-Premier ministre, le général Prawit Wongsuwan, a rejeté les rumeurs concernant une tentative de créer un parti politique soutenu par l'armée, nommé Pracharat, ou le Parti du peuple.

"Non, ce n'est pas prévu. Je ne vois pas », a déclaré M. Prawit aux journalistes au siège du gouvernement lorsqu'on l'a interrogé cette histoire.

L'ancien député démocrate Wathara Petchthong a soulevé la question au cours du week-end, déclarant qu'il y avait une tentative de mettre en place un parti soutenu par l'armée nommé Pracharat, qui serait dirigé par le vice-Premier ministre Somkid Chatusripitak.

Prawit a également rejeté les spéculations sur le fait que Somkid dirigerait le nouveau parti, disant qu'il ne savait rien à ce sujet.

Des spéculations sur les tentatives de mise en place d'un parti soutenu par les militaires ont circulé depuis que le Maj-Général Songklod Theprat, un ancien membre du groupe de travail sur la réforme nationale du Comité National pour la Paix et l'Ordre (NCPO) a créé son "Mouvement Volontaire".

Songklod, qui est considéré comme proche du NCPO, a créé des antennes à l'échelle nationale d'un mouvement vu comme des bases politiques de l'armée avant les élections prévues pour la fin de l'année prochaine.

Plus tôt, l'ex-réformateur Paiboon Nititawan a également exprimé le souhait de créer un parti, avec des spéculations selon lesquelles un tel parti apporterait son soutien à l'armée.

Début novembre, le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a refusé d'exclure la création d'un parti politique par le NCPO.

"Je ne pense pas à [créer un parti] maintenant, mais je vais voir comment la situation évolue dans le futur. Nous avons une année pour y penser ", a déclaré Prayut.

 
https://www.thaivisa.com/forum/topic/1016413-prawit-‘knows-nothing’-about-a-military-political-party/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13660
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #1952 le: décembre 24, 2017, 08:32:34 am »


Non, la junte n'autorise pas les activités politiques et les élections pourraient être encore repoussées.

Le pourtant très pro-gouvernement The Nation révèle dans un très long article que les discours récents du chef du NCPO n'étaient, en fait qu'un effet d’annonce. La junte ne desserre pas l'étau.

Le chef de NCPO permet aux partis politiques de s'engager dans le travail administratif mais interdit les activités politiques jusqu'au mois de juin.

L'interdiction sur les activités politiques restera en place jusqu'à ce que la loi organique sur l'élection des députés entre en vigueur, selon la dernière ordonnance de la junte.

La dernière utilisation de l'article 44, qui permet aux partis politiques de s'engager dans des travaux administratifs, a soulevé des préoccupations quant au report de la feuille de route et les élections prévues en novembre 2018, selon les observateurs.

D'ailleurs Abhisit, proutant pro armée, avait soulevé le lièvre dès l'annonce en fanfare de l'utilisation de l'article 44 plus tôt cette semaine.

Le chef de la junte et Premier ministre, Prayut Chan-o-cha, a utilisé l'article 44 pour permettre aux partis politiques de mettre en œuvre le travail administratif requis par la loi sur les partis politiques tout en maintenant l'interdiction des activités politiques.

L'ordonnance, publiée hier dans la Gazette royale, précise qu'après l'entrée en vigueur de la loi organique concernant l'élection des députés, le Conseil des ministres pourrait demander au Conseil national pour la paix et l'ordre (NCPO) d'envisager de révoquer l'interdiction des activités politiques (pour mémoires, les membres du conseil des ministres et du NCPO sont les mêmes). Il n'y a donc rien de fait.

L'arrêté prévoit également une nouvelle date limite pour que les partis politiques terminent leur travail administratif, ce qui soulève la question de savoir si l'élection prévue en novembre de l'année prochaine était encore possible. La loi sur les partis politiques, qui a été promulguée début octobre, n'entrera en vigueur que le 1er avril 2018, selon l'ordonnance de la junte d'hier.

La suite est assez technique. A découvrir en anglais dans le lien. Visiblement, les partis, même pro-junte, n'ont pas très confiance dans la junte.


https://www.thaivisa.com/forum/topic/1017118-junta-order-raises-doubts-about-poll-in-november/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13660
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #1953 le: décembre 31, 2017, 11:45:24 am »


Un contrat social obligatoire préalable à des élections

Le comité de préparation à la réconciliation présidé par le vice-Premier ministre et ministre de la Défense, le général Prawit Wongsuwan, se réunira pour suivre les plans de réconciliation du gouvernement et préparer les élections générales, après la fin du festival du Nouvel An.

Le porte-parole du ministère de la Défense, le lieutenant-général Kongcheep Tantrawanich, a déclaré samedi que la réunion se tiendrait le 8 janvier et que les discussions devraient porter sur la mise en œuvre d'un "contrat social".

Le comité a recueilli cette année des opinions sur la résolution des conflits de la part de la société civile et des partis politiques, et a rédigé un contrat social auquel toutes les parties en conflit doivent se conformer, que ce contrat soit légal ou non.

Kongcheep a déclaré que le contrat visait à créer / assurer la reconnaissance, la compréhension et la conscience parmi les membres du public à tous les niveaux, en commençant par les villages, en utilisant les mécanismes du commandement des opérations de sécurité intérieure et du ministère de l'Intérieur.

Entre-temps, tous les organismes gouvernementaux ajusteront leurs projets pour qu'ils soient conformes au contrat. Cela s'appliquera particulièrement aux solutions pour lutter contre l'inégalité dans la société, a-t-il dit.

Si le processus de réconciliation se passe bien, il croit que la feuille de route pour les élections ira de l'avant comme prévu.

"L'élection aura certainement lieu après la feuille de route. Si la société est pacifique et que les gens ont une compréhension commune et font des compromis, je crois que nous pouvons aller de l'avant avec les élections ", a-t-il ajouté.

Sous entendu : si l'armée prétend que sa perception est que la société n'est pas assez pacifique et que la population ne fait pas assez de compromis, il n'y aura pas d'élection.

Le Premier ministre, Prayut Chan-o-cha, a déclaré que les élections se tiendront en novembre prochain.


https://www.thaivisa.com/forum/topic/1018122-‘social-contract’-on-the-agenda-in-lead-up-to-election/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13660
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #1954 le: janvier 04, 2018, 08:05:05 am »


Prayut avoue être devenu un politicien

Trois ans et demi après avoir dirigé un coup d'Etat, le Premier ministre, le général Prayuth Chan-ocha, a déclaré mercredi qu'il était maintenant un homme politique qui était autrefois un soldat.

Cette annonce intervient après la réunion du cabinet de mercredi après-midi, alimentant encore les spéculations sur l'ambition prétendue de Prayuth de devenir un Premier ministre élu lors des élections générales prévues en novembre.

"Je dois changer aujourd'hui parce que je ne suis plus un soldat. Comprenez-vous? "Prayuth - qui continue actuellement à détenir le pouvoir absolu - a déclaré à la presse.

"[Je suis] un politicien qui était un soldat, donc j'ai toujours certaines habitudes de soldat. Cependant, in fine les gens doivent soutenir la bonne politique avec une bonne gouvernance, avec des élections dans un système juste ", a déclaré Prayuth. .

"Il doit y avoir un parti politique avec une idéologie, un parti politique qui dépense des budgets d'une manière frugale et utile et qui peut être contrôlé. Et ce contrôle sera une question de processus judiciaire. Alors ne jugez pas tous les problèmes par vous-même », a-t-il ajouté. Sous-entendu, ce n'est pas à la presse de parler de corruption mais à la justice.

 
http://www.khaosodenglish.com/politics/2018/01/03/prayuth-declares-politician-used-soldier/
IP archivée

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3223
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #1955 le: janvier 05, 2018, 05:33:41 pm »


La popularité de la junte à son plus bas depuis le coup d'état !

La cote de popularité de la junte a atteint son niveau le plus bas depuis son arrivée au pouvoir suite à un coup d'état militaire en mai 2014, atteignant le niveau le plus bas observé par le gouvernement civil que la junte a renversé, selon les résultats de la dernière enquête.

La bonne nouvelle pour le Conseil national pour la paix et l'ordre (NCPO) est qu'il jouit d'une plus grande popularité dans le nord-est où vivent la plupart des partisans du gouvernement dirigé par Pheu Thai, selon le sondage d'opinion.

Dans certaines provinces du nord-est, telles que Nakhon Phanom, la popularité de la junte a doublé. Cela pourrait être dû aux bénéfices récoltés par les résidents sous la junte, y compris les prix d'achat plus élevés du riz. Cependant, dans d'autres provinces de la région, telles que Roi Et et Kalasin, il n'y a eu que de légères améliorations.

Le NCPO a vu sa popularité diminuer dans les régions du Nord et du Centre, et en particulier dans le Sud d'où il tenait une grande partie de sa popularité (le Sud a toujours été contre le pouvoir civil précédent).

Le soutien dans le Sud a diminué alors que le gouvernement dirigé par le NCPO n'est pas parvenu pas à enrayer la chute des prix du caoutchouc tout en durcissant le ton de manière agressive avec les pêcheurs et les opposants aux centrales électriques.

Dans la dernière enquête menée auprès des résidents des 77 provinces après trois ans au pouvoir, le gouvernement de Prayut Chan-o-cha a obtenu un score d'approbation moyen de 5,73 sur 10. Comparé à la note de 5,28 pour le gouvernement de Yingluck Shinawatra peu avant le coup d'état de 2014.

La junte a vu sa cote d'approbation la plus élevée six mois après le coup d'état, avec 7,02.

La note est tombée à 6,15 un an après le coup d'état, remontant légèrement à 6,48 l'année suivante, et a encore diminué à 5,73 dans le dernier sondage trois ans après le coup d'état. Donc encore très au-dessus de la moyenne.

Le dernier sondage a révélé que les personnes interrogées s'inquiètent pour l'économie. Et ils mentionnent des problèmes de bien-être, de sécurité et de criminalité, ainsi que de conflits politiques.

Selon l'enquête, les gens veulent que le gouvernement se concentre sur les problèmes liés au bien-être, car ils estiment qu'il n'y a eu aucune amélioration.

Les répondants ont souligné la hausse du chômage, la chute des prix agricoles, ainsi que la hausse du coût de la vie. De plus, ils veulent que le gouvernement prenne davantage soin des gens de la base qui sont les plus vulnérables face à ces problèmes.

Sur les questions sociales, les personnes interrogées souhaitaient que le gouvernement donne la priorité à la résolution des problèmes liés à la drogue et au vice, qu'ils considèrent comme la cause première de tous les crimes.

Ils croient que s'attaquer à ces problèmes contribuerait à renforcer la sécurité. Les personnes interrogées ont également appelé à des aides gouvernementales suffisantes pour les personnes âgées, les handicapés et les non-privilégiés.

Sur les questions politiques, les personnes interrogées ont demandé au gouvernement de s'attaquer à la corruption de manière équitable, sans préjugés envers les groupes de personnes (sous entendu évident).

En outre, les personnes interrogées veulent que la junte s'attaque aux problèmes de provocation politique, de discours de haine et de fausses nouvelles qui conduisaient souvent à la division sociale et même à la violence.

Les personnes interrogées ont également appelé à l'application équitable de la loi et à la réforme du système judiciaire, afin de garantir que tous les groupes de personnes soient traités de la même manière (référence à la justice de castes).

Ils souhaitaient également que le gouvernement encourage une plus grande participation du public dans de nombreux domaines, y compris la lutte contre la corruption et la formulation de politiques gouvernementales.

Ces opinions ont été recueillies par des agences compétentes dans le cadre du projet de la junte visant à encourager la réconciliation et l'unité après des années de conflits politiques graves.

 https://www.thaivisa.com/forum/topic/1018813-junta’s-popularity-at-lowest-level-since-2014-coup-survey/


IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13660
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #1956 le: janvier 07, 2018, 07:52:31 am »


"Trouvez Yingluck et ramenez-la" ordonne Prayut

Le gouvernement a ordonné à la police de traquer et d'arrêter l'ancien Premier ministre fugitive Yingluck Shinawatra afin qu'elle puisse être ramenée en Thaïlande pour faire face à la justice, a déclaré hier le chef de la police nationale, Pol Srivara Ransibhramanakul.

Sriwara a indiqué que les instructions étaient venues du Premier ministre Prayut Chan-o-cha et du vice-Premier ministre Prawit Wongsuwan, qui supervise la police royale thaïlandaise. Il a déclaré aux journalistes que la police espérait toujours qu'ils réussiraient à ramener Yingluck. "La police travaille de son mieux", a-t-il déclaré.

Sriwara veut que les officiers sur l'affaire demandent régulièrement des informations sur les allées et venues de Yingluck à leurs homologues d'Interpol à l'étranger et de lui fassent un rapport chaque semaine. Selon Sriwara, la police thaïlandaise a demandé à Interpol des informations à jour avant le Nouvel An, mais attend toujours une réponse.

La police a confirmé hier l'authenticité de la photo de Yingluck prise par un touriste thaïlandais à Londres bien que les officiers de la police scientifique ne puissent pas être sûrs que la photo avait été prise récemment.

Une source a déclaré que de nombreux touristes et expatriés thaïlandais à Londres demandent souvent de prendre des photos avec Yingluck s'ils la rencontrent. Ils lui posent également des questions sur sa vie actuelle.

L'ambassade britannique a refusé hier de faire tous commentaires sur Yingluck, suite à sa dernière apparition publique et rapporte qu'elle avait demandé l'asile au Royaume-Uni.
 

très long article à retrouver en anglais ici :

https://www.thaivisa.com/forum/topic/1018981-find-yingluck-and-bring-her-to-justice-pm-orders/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13660
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #1957 le: janvier 09, 2018, 08:20:57 am »


Les gens voient 2018 assez similaire à 2017 : sondage Suan Dusit

Alors que certains points positifs peuvent être anticipés pour l'économie cette année, la plupart des Thaïlandais n'attendent pas beaucoup de développement politique et social en 2018, selon un résultat du sondage Suan Dusit publié dimanche.

Sur les 1 230 personnes interrogées dans l'ensemble du pays, 48% estiment que la politique dans l'année à venir restera sensiblement la même, compte tenu des facteurs d'instabilité persistants et des conflits récurrents entre les acteurs politiques.

Près de 30% s'attendent à une amélioration en se fiant à la feuille de route du gouvernement pour des élections et à la mise en place d'une administration plus expérimentée, tandis que 22% s'attendent au pire vu le plan électoral flou et la corruption endémique.

Interrogés sur la société thaïlandaise, 44% ne s'attendent pas à beaucoup de progrès compte tenu des problèmes accumulés de criminalité, de drogue et d'inégalité, tandis que 28% attendent des progrès et veulent croire à la volonté des Thaïlandais de voir une société unie et pacifique.

Toutefois, plus de 27% d'entre eux pensent que cela pourrait s'aggraver à cause de la lutte pour la survie dans une économie en déclin.

Interrogés sur l'économie thaïlandaise, près de 39% estiment qu'elle pourrait aller mieux compte tenu des chiffres prévus pour la croissance, des échanges avec l'étranger, des investissements, des stimulations du gouvernement et du secteur privé.

Plus de 32% d'entre eux ne voient aucune amélioration en raison de l'augmentation du coût de la vie et des répercussions  de la politique sur l'économie, tandis que près de 30% pensent qu'elle pourrait s'aggraver en raison des effets continus des tendances économiques mondiales.

Une fois encore tout est relatif puisque l'économie thaïlandaise pourrait connaitre une croissance de plus de 4 % en 2018.

Le sondage, intitulé « La perception de la politique, de l'économie et de la société en 2018 », a été organisé du 2 au 6 janvier.

 
https://www.thaivisa.com/forum/topic/1019202-people-see-2018-unrolling-much-like-last-year-suan-dusit-poll/
IP archivée

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3223
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #1958 le: janvier 09, 2018, 07:02:40 pm »



Prawit soutiendra Prayut s'il entre en politique !


La vie politique bat à nouveau son plein en Thaïlande.

Les deux principaux partis, les Démocrates (pro armée) et le Pheu Thai (opposition) sont très remontés contre la junte et demande une action du Conseil Constitutionnel contre les dernières utilisations des pleins pouvoir par M Chan-o-cha.

Les observateurs et Chan-o-cha lui-même étudient les moyens qui s'offrent à lui pour rester en place après les élections, ils sont nombreux. Chan-o-cha explique que s'il reste au pouvoir, il n'y aura pas de nouveau coup d'état. Le corollaire est clair.

BANGKOK, 9 janvier 2018 (NNT) - Le vice-Premier ministre, le général Prawit Wongsuwon, s'est déclaré prêt à soutenir le Premier ministre s'il décidait d'entrer en politique à l'avenir.

Le général Prawit Wongsuwon explique que la déclaration du Premier ministre Prayut Chan-o-cha sur son nouveau statut de politicien était une opinion personnelle qui ne s'applique pas à lui.

Le général Prawit a confirmé qu'il n'est pas un politicien et qu'il occupe seulement un poste politique pour le moment tout en assurant qu'il n'a aucune intention de se présenter à des élections.

En ce qui concerne le premier ministre, le général Prawit a déclaré qu'il serait toujours prêt à appuyer toute décision future du général Prayut d'entrer en politique, bien qu'il n'ait jamais parlé d'une telle possibilité avec le premier ministre.

Par ailleurs, le vice-Premier ministre a refusé de répondre aux questions des journalistes sur les "affaires" le concernant et la possession de montres de luxe et d'une bague en diamant coutant des sommes extravagantes.

Il ne commente pas sa communication à la Commission nationale anti-corruption. Il a demandé aux journalistes de ne pas amplifier les attaques contre lui qui se propagent sur les réseaux sociaux.

 https://www.thaivisa.com/forum/topic/1019395-dpm-prawit-ready-to-support-pm-should-he-enter-politics/

 
IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13331
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #1959 le: janvier 10, 2018, 08:11:11 am »

Français Ensemble dans le Club de Pattaya


Le Premier ministre thaïlandais se fait remplacer par une silhouette en carton pour éviter les journalistes...

Les reporters ont été sommés de poser leurs questions politiques à une photo grandeur nature.

lI est arrivé que Donald Trump traite les journalistes de menteurs au lieu de répondre à leurs questions, mais le Premier ministre thaïlandais a une tactique encore plus imparable: se faire remplacer par une photo cartonnée.

En effet, après une courte conférence de presse sur la «journée de l'enfant», le général Prayuth Chan-ocha a annoncé qu'il ne répondrait à aucune question politique.

Un de ses assistants a aussitôt apporté une silhouette en carton de Prayuth, et le Premier ministre a dit aux reporters en pointant la photo du doigt: «Si vous voulez poser des questions sur la politique et les conflits, demandez à ce type.»

Il est ensuite parti, sous les rires et les cris amusés du public de journalistes, qui ont plutôt bien pris la «plaisanterie» du général. Après son départ, les reporters et plusieurs passants se sont pris en photos avec la silhouette en carton...  :D
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13660
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #1960 le: janvier 13, 2018, 04:20:22 pm »


Un tiers des enfants thailandais sont défavorisés

Plus du tiers de enfant de Thaïlande font partie de groupes défavorisés, a révélé le Directeur du département de la santé mentale hier.

Sur 13,8 millions d'enfants de moins de 18 ans, plus de 5 millions sont défavorisés. 80 % de ceux-ci sont financièrement pauvres et 6% d’entre ces pauvres sont de groupes multi-ethniques ou sans accès au services de santé de l’état.

Les agences qui prennent en charge les services de santé à ces derniers doivent en assurer les frais.

Ces révélations pas très flatteuses ont été faites à l ‘occasion de la Journée de l’enfant, fêtée à travers tout le pays le deuxième samedi de janvier.

On a aussi révélé que 220 842 enfants étaient intellectuellement handicapés ou autistes. D’entre eux 6% ont accès aux services de santé. Et parmi ces 6%, le quart seulement a accès à l’éducation.

Ce manque d’opportunités affecte tout le pays qui se prive ainsi des ressources humaines de qualité.

On a cependant mis sur pied un projet de développement des soins de santé entre 2013 et 2015.

La directrice de l’Institut Rajanukul a fait valoir la nécessité de s'occuper des enfants parce qu’ils sont le socle de la nation. Elle se plaint que l’inégalité prévaut toujours dans les soins pour enfants. C’est l ‘égalité qui devrait être la priorité aujourd’hui.

On fera tout pour intégrer à des projets pour enfants l’approche convenable pour les handicapés afin qu’ils reçoivent de l’aide médicale.


https://www.thaivisa.com/forum/topic/1020040-over-33-per-cent-of-children-are-‘disadvantaged’/
IP archivée

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3223
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #1961 le: janvier 14, 2018, 05:41:47 pm »


Journée de l’enfant. Drogue et grossesses des adolescentes : l'assemblée nationale prépare 10 lois !

Dix nouvelles lois seront introduites cette année par l'Assemblée législative nationale (ALN) dans ce que le gouvernement appelle un effort «global» pour protéger les enfants, l'accent sera mis sur la consommation de drogues et les grossesses chez les adolescentes.

Les 10 lois seront le "cadeau" de l'ALN aux enfants thaïlandais, a déclaré Wallop Tang-Kananurak, à l'occasion de la journée des enfants thaïlandais hier. Et si au lieu de "cadeau", c'était simplement le travail normal des députés que de protéger la jeunesse ?

Le gouvernement est préoccupé par le bien-être et la protection des enfants, a déclaré le député.

Entre autres, les nouvelles lois comprendront des mesures sur la promotion du développement des enfants et des jeunes, le contrôle de la mendicité et les techniques de procréation assistée dans la science médicale.

"Ces lois fourniront une protection juridique à tous les enfants et soulageront les problèmes auxquels la génération suivante doit faire face, en particulier les problèmes de consommation de drogue et de grossesse chez les adolescentes", a déclaré M. Wallop, député en charge du projet.

Les autorités et les parties prenantes doivent être conscientes des problèmes affectant les enfants et prendre des mesures immédiates, a-t-il ajouté.

Selon lui, la consommation de drogue est un problème important, notant que la Thaïlande comptait jusqu'à 2,7 millions de consommateurs de drogues et que 300 000 adolescents âgés de 15 à 19 ans étaient en désintoxication, alors que d'autres jeunes consommaient des drogues mais ne recevaient pas d'aide.

Wallop a déclaré que des toxicomanes de 11 ans ont été trouvés et que des enfants de 7 ans ont été impliqués dans le trafic de drogue.

Il a également déclaré que le nombre de grossesses non planifiées chez les adolescents a augmenté chaque année, avec environ 150 000 adolescents de moins de 19 ans tombant enceintes chaque année. Le nombre de nouveau nés abandonnés ou tués augmente de manière concomitante.

La teneur des lois n'a pas été divulguée.


https://www.thaivisa.com/forum/topic/1020183-ten-upcoming-laws-touted-as-‘protecting’-children/
IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13331
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #1962 le: janvier 15, 2018, 08:23:01 am »

Français Ensemble dans le Club de Pattaya


Le ministère de la Défense veut faire poser 367 000 caméras en plus dans le pays...

Le gouvernement veut connecter 367.000 caméras qui fonctionnent en circuit fermé d'ici 2019, pour renforcer la sécurité du royaume.

Selon le lieutenant général Kongcheep Tantrawan, porte-parole du ministère de la Défense, le gouvernement va solliciter l'intervention d'organisations privées pour relier de nombreuses caméras de surveillance analogiques et numériques, qui seront remises en état avant d'être reliées au réseau.

Le ministère proposera des incitations fiscales aux entreprises pour leur permettre d'installer davantage de caméras. Le ministère de l'Intérieur déploiera de nouvelles caméras de vidéosurveillance aux postes frontaliers dans 27 provinces.

Le nouveau logiciel qui permet de connecter les caméras analogiques et numériques sera testé dans 4 villes pilotes : Bangkok, Phuket, Chiang Mai et Nakhon Sawan.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13660
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #1963 le: janvier 17, 2018, 08:12:03 am »


Prayut reste silencieux quant à la possible suspension de Prawit

Le général Prayut Chan-o-cha a refusé de répondre aux appels de plus en plus nombreux à la suspension de son adjoint, le général Prawit Wongsuwan, pour des allégations selon lesquelles il possédait des montres de luxe (très dispendieuses) non déclarées à la Commission nationale anti-corruption.
 
Le NACC a également rejeté l'appel pour qu'il envisage de suspendre Prawit pour ce qui est devenu le «watchgate».

Les internautes ont recherché des photos de Prawit portant de nombreuses montres différentes de ce qui semble être une collection extravagante et étendue. Chacune des montres semble valoir des centaines de milliers de baht, et l'une d'entre elles coûte probablement plus de 1 million de bahts.

On estime que Prawit a porté 23 montres de luxe. Le prix total, basé sur la valeur du marché, s'élève à plus de 30 millions de Bt, soit beaucoup plus que le revenu estimé de Prawit au cours de ses trois dernières années comme ministre.

On ne reproche pas à Prawit d'être riche mais d'avoir fait une fausse déclaration de ses avoirs. Par ailleurs, il a dit avoir envoyé un document à la Commission Anti Corruption pour s'expliquer. La dite Commission qui lui est pourtant toute dévouée dit n'avoir rien reçu.

Le pro-armée Abhisit considère que cette affaire ternit l'image de la junte.



https://www.thaivisa.com/forum/topic/1020529-prayut-remains-silent-on-calls-to-suspend-prawit/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13660
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #1964 le: janvier 19, 2018, 08:01:23 am »


"Les médias et les politiciens veulent renverser la junte" Prayut

Le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a accusé les médias et les politiciens d'avoir tenté de renverser le gouvernement de la junte et le Conseil national pour la paix et l'ordre dans une lettre remise aux membres du Cabinet mardi (Prayut préside à la fois le NCPO et le conseil des ministres, il s'est donc envoyé une lettre à lui-même).

"Ils créent actuellement des problèmes", a écrit Prayut dans la lettre manuscrite de 12 pages. "Ils veulent retourner toutes les lois et les ordonnances pour revenir à l'ancien système. Des fonctionnaires malhonnêtes les ont également rejoints. "

Prayut a également souligné la nécessité de construire le "Thai Niyom" ou "démocratie à la thaïe", qui selon sa définition "doit être acceptable pour toutes les parties avec des objectifs mutuels pour une paix durable basée sur des élections honnêtes et justes pour un gouvernement avec une bonne gouvernance". .

"Ne ne forcez pas à me battre," continua-t-il. "Je veux que les Thaïlandais qui veulent la" démocratie à la thaïe "et l'idéologie partagée apportent des solutions.

Prayut a exhorté le Cabinet à promouvoir les prochaines élections, y compris en engageant autant de jeunes électeurs que possible à voter. "Les jeunes de 18 ans, qu'ils aiment la politique ou pas, devraient sortir et voter", a-t-il dit.

 

https://www.thaivisa.com/forum/topic/1020820-pm-accuses-the-media-and-politicians-of-trying-to-overthrow-junta-govt/

 
---------------------------
 

Pour comprendre ce coup de colère, alors qu'il n'y a ni parti, ni média d'opposition en Thaïlande (ou plutôt qu'ils n'ont pas le droit de s'exprimer), il faut revenir à samedi dernier lorsque Prayut a tenté d'expliquer, lors de la journée des enfants, ce qu'était la démocratie à la thaïe.

Cette sortie a incité les médias et les politiciens à répondre de manière circonspecte. Même les pro armées The Nation et le Parti Démocrate se sont interrogés car le concept de "démocratie à la thaïe" a toujours été utilisé par les différents dictateurs qui ont géré le pays au 20ème siècle pour justifier leurs actions.

Par ailleurs, Prayut s'est défini comme politicien et non militaire, il est donc, de facto, entré dans la mêlée.
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13660
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #1965 le: janvier 20, 2018, 09:29:06 am »


Les élections repoussées en 2019 pour permettre à la junte d’organiser son parti politique ?

Pour résumé cet imbroglio juridique, il était prévu que tout le processus légal encadrant les élections commence aussitôt après la promulgation de la loi mais le comité en charge de ces dossiers à l'assemblée nationale souhaite qu'un délai de 90 jours soient imposé entre la promulgation de la loi et sa mise en application.

Cela fait sens puisque la junte n’autorise toujours pas les partis politiques à s'occuper de politique (ils ont simplement le droit d'assurer des tâches administratives).

Certains demandent même que le délai, qui permet donc de reculer la date des élections, passe à 120 jours.

Bien évidemment les législateurs disent qu'ils n'ont subi aucune pression mais il faut rappeler qu'il n'y a que des militaires à l'assemblée et qu'ils ont tous été nommés par la junte.

Du côté des hommes politiques, le son de cloche est différent : on y voit la patte du premier ministre Chan-o-cha qui, selon eux, perdrait encore en crédibilité. Mais ils ajoutent que la date des élections n'est pas si importante à partir du moment où une date précise est définie ce qui est loin d'être le cas actuellement.

Les Démocrates, pro armée, sont les plus remontés contre la junte et disent que toutes ces manipulations pourraient être contraire à la Constitution.

Les observateurs pensent que ce délai supplémentaire permettrait à la junte de créer son propre parti politique. Pour l'instant, la situation est bloquée car si M Chan-o-cha a avoué être un homme politique qui veut rester au pouvoir, sa stratégie n'a toujours pas été arrêtée : participer aux élections et les gagner ou être nommé premier ministre non élu par les futurs députés et sénateurs.



https://www.thaivisa.com/forum/topic/1021127-election-could-be-delayed-to-2019/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13660
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #1966 le: janvier 22, 2018, 10:43:39 am »


Le prochain premier ministre serait M Chan-o-cha ou Mme Suradat Keyuraphan

Parmi les hauts responsables politiques actuels, Suradat Keyuraphan est considérée comme la concurrente la plus sérieuse du Premier ministre sortant, le général Prayut Chan-o-cha, qui, selon de nombreux observateurs politiques, est un des principaux candidats au poste de prochain chef de gouvernement.

Certains s'attendent à ce que Prayut devienne un Premier ministre non élu après les élections, avec le soutien des 250 sénateurs nommés par la junte et des petits partis politiques pro-junte. La Constitution de 2016 autorise un Premier ministre non élu dans les cinq premières années suivant sa promulgation. On voit mal comment il pourrait en être autrement, les élections à venir ne servant à rien puisque les sénateurs nommés par la junte sont aussi nombreux que les députés élus.

Pour de nombreux observateurs politiques, les récentes initiatives de Prayut ont indiqué son ambition politique. Il a admis être un politicien et ses visites exceptionnellement fréquentes dans différentes zones rurales prouvent qu'il fait campagne.

Sudarat, quant à elle, a obtenu la bénédiction du « grand patron » du Pheu Thai, l'ex-Premier ministre Thaksin Shinawatra, pour qu'elle mène le parti à l'élection.


Sudarat a fait appel à d'autres partis politiques pour rejoindre Pheu Thai pour que le prochain premier ministre ne soit pas "non élu" car cela minerait le système politique.

Sudarat a déclaré que M. Prayut avait une bonne chance de devenir ce premier ministre "non élu" grâce au soutien des 250 sénateurs nommés par la junte et des nombreux poids lourds politiques que Prayut a rencontrés récemment.

C'était la première fois que Sudarat fait clairement campagne contre Prayut alors que de nouveaux partis politiques pro-Prayut courtisent les candidats des partis établis tels que Pheu Thai.

Pheu Thai aurait besoin d'une victoire écrasante lors de la prochaine élection, provisoirement prévue en novembre, ou d'une majorité à la Chambre des représentants si elle veut empêcher un Premier ministre "non élu".

Après l'élection, seuls deux camps semblent pouvoir se disputer pour former le prochain gouvernement - Pheu Thai et l'alliance pro-Prayut. Alors que Pheu Thai n'a pas d'alliés clairs, l'autre camp semble avoir obtenu le soutien de nombreux groupes politiques.

C'est pourquoi Pheu Thai a tenté de trouver des alliés en demandant à d'autres partis politiques de soutenir sa campagne contre un «non élu» devenant premier ministre.

L'autre grand parti politique, les démocrates, n'a qu'une petite chance de se porter candidat au poste de premier ministre, car il est peu probable qu'il remporte le plus grand nombre de sièges à la Chambre. Les démocrates se sont souvent opposés au Pheu Thai et la possibilité que les deux partis unissent leurs forces après les élections a été écartée par de nombreux hauts dignitaires du parti démocrate.

Il est plus probable que les démocrates rejoignent le camp pro-Prayut.

Certains observateurs politiques disent que s'il ne parvient pas à remporter une majorité écrasante à la Chambre des représentants, Pheu Thai pourrait tenter de convaincre les démocrates de former un gouvernement de coalition bipartite en offrant à leurs rivaux de longue date le siège du Premier ministre.

Cependant, après les prochaines élections, le siège du Premier ministre se jouera entre Prayut et Sudarat.

 

https://www.thaivisa.com/forum/topic/1021361-sudarat-and-prayut-emerge-as-most-likely-post-election-leaders/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13660
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #1967 le: janvier 25, 2018, 08:37:11 am »


Encore une fois, il n'est pas reproché à Prawit d'être riche mais de ne pas avoir déclaré la possession de ces montres (7 à 800 000 €) et, partant, d'affaiblir la junte qui se voudrait irréprochable.



"Prawit ne démissionnera pas" Prayut

Le Premier ministre, Prayut Chan-o-cha, a rejeté mardi les informations selon lesquelles son adjoint, le général Prawit Wongsuwan, démissionnerait à cause de la pression grandissante liée au scandale de la collection de montres de luxe extravagantes.

Prayut a dit qu'il ne faut pas mélanger les affaires privées de Prawit et son travail. Les affaires personnelles de Prawit n'ont rien à voir avec le budget national, a souligné le Premier ministre.

La question devrait être laissée à l'enquête de la Commission nationale anti-corruption, a-t-il ajouté.

Prayut a également déclaré qu'il ne pouvait pas exercer les pouvoirs absolus en vertu de l'article 44 pour faire face au scandale. Quand il l'a fait dans le passé pour punir les responsables d'actes répréhensibles, les agences concernées ont d'abord dû faire une proposition appropriée à son bureau, a-t-il dit.

"Les pleins pouvoirs ne peuvent être utilisés à tout bout de champ. ", a déclaré Prayut.

Prawit, quant à lui, a déclaré qu'il ne s'inquiétait de rien, même si certains médias internationaux parlaient de ses montres.

Avant de quitter Government House dans sa voiture, Prawit, apparemment de mauvaise humeur, a simplement dit qu'il ne permettrait pas aux journalistes de lui poser des questions sur les montres.

La pression monte sur Prawit malgré la révélation d'un ancien officier confirmant la version du vice-premier ministre sur l'origine des montres: elles appartenaient à un ami de l'école secondaire qui est décédé par la suite.

Cependant, l'ancien vice-premier ministre, MR Pridiyathorn Devakula, un autre ami de Prawit du même lycée, a déclaré au début de la semaine que s'il se trouvait dans des circonstances similaires, il aurait déjà démissionné. Il a également dit qu'il croyait que Prawit démissionnerait bientôt en raison de la pression croissante.

Prawit fait face à des critiques féroces après avoir été photographié portant de nombreuses montres haut de gamme différentes. Les membres du public continuent de se demander comment un officier militaire qui gagnait moins de 1 million de baht par an aurait pu se permettre d'acheter des articles de luxe.

L'inaction du gouvernement et le récit de Prawit selon lequel les montres lui avaient été prêtées par un défunt ami continuent de susciter des questions et du scepticisme, y compris de la part des médias internationaux.

 

https://www.thaivisa.com/forum/topic/1021661-prayut-defends-prawit-over-expensive-watches/
IP archivée

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3223
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #1968 le: janvier 27, 2018, 01:52:54 am »


Les élections seront retardées d'au moins 3 mois, de manière inévitable après l'adoption d'une loi hier !

L'Assemblée législative nationale (ALN) a adopté jeudi le projet de loi électorale avec une clause qui retarde son entrée en vigueur pendant 90 jours après sa promulgation.
 
Les membres ont voté à 213 / zéro avec quatre abstentions.

Le projet de loi a été adopté après presque 14 heures de délibérations jeudi.

En deuxième lecture du projet de loi, la stipulation reportant son exécution de trois mois après la publication de la loi à la Royal Gazette a été adoptée avec 196 voix pour, 12 contre et 14 abstentions.

Ainsi, les prochaines élections, provisoirement prévues en novembre de cette année, pourraient maintenant être reportées à février de l'année prochaine.

La majorité des membres du comité de contrôle de la loi ont estimé que les partis politiques avaient besoin de plus de temps pour apporter des changements conformément à la nouvelle réglementation. Par exemple, ils devront organiser des primaires. De plus, les nouveaux membres ne seront pas admissibles à participer aux primaires, à moins que leur adhésion date d'au moins 90 jours.

Certains membres de l'ALN ont proposé un report encore plus long - de 150 à 180 jours.

Les législateurs ont également passé beaucoup de temps à débattre des sanctions pour ceux qui n’auront pas exercé leurs droits de vote, ainsi que de l'opportunité d'utiliser "le divertissement" dans les campagnes électorales.

Le comité de contrôle de la loi avait proposé que les électeurs qui n'exerçaient pas leur droit de vote soient exclus de certains secteurs de la fonction publique et du Parlement.

Les législateurs, cependant, étaient en désaccord, disant que la punition était disproportionnée et privait les gens de leurs droits. Ne pas voter n'était pas nécessairement un manque d'intérêt pour la politique, mais pouvait être une façon d'exprimer son mécontentement, ont-ils soutenu.

L'ALN a également voté pour permettre des activités récréatives pendant les campagnes électorales, mais plafonnées à 20 pour cent du budget total de la campagne.

Les rédacteurs de charte avaient demandé une interdiction des activités de divertissement dans les campagnes électorales, soutenant qu'elles pourraient être utilisées pour l'achat de voix et la corruption.

D'autres législateurs ont considéré cela comme une attraction incitant les gens à prendre part à des activités politiques.

Après l'adoption du projet de loi, il sera maintenant envoyé à la Commission électorale et à la Commission de rédaction de la Constitution pour examen. Après approbation, il sera envoyé au Premier ministre Prayut Chan-o-cha qui demandera l'approbation royale.

Si les deux commissions n'étaient pas d'accord, un comité mixte serait mis en place pour réviser la loi.

L'ALN délibère également du projet de loi organique sur la composition du Sénat aujourd'hui. C'est la dernière des 10 lois organiques.



https://www.thaivisa.com/forum/topic/1022083-election-delay-inevitable-as-nla-passes-mps-bill/
IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13660
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #1969 le: janvier 31, 2018, 08:13:38 am »


Le report des élections n'affecte pas la popularité du gouvernement, dit Chan-o-cha.

Le report de 90 jours de l'application de la loi électorale n'affectera pas la popularité du gouvernement, a déclaré hier le Premier ministre Prayut Chan-o-cha.

Prayut a dit qu'il tiendrait sa promesse et continuerait à suivre la feuille de route. "Je promets la même chose, et rien n'a changé", a déclaré le Premier ministre après avoir prononcé un discours lors de la célébration du 60ème anniversaire de l'Ecole préparatoire des Forces Armées.

Toutefois, le premier ministre a refusé de dire si la décision de l'Assemblée législative nationale de reporter la mise en œuvre du projet de loi sur les élections législatives serait le dernier retard avant les élections générales (prévues initialement il y a bien longtemps), affirmant que ce n'était pas lui qui avait causé le dernier report.

Il a demandé aux médias de ne pas influencer la population.

Le Premier ministre a également déclaré qu'il ne pouvait pas confirmer la date des élections, car il n'était pas en mesure de forcer les procédures. Le processus judiciaire, a-t-il ajouté, n'était pas encore terminé, car un comité mixte d'examen des lois serait mis en place si des divergences étaient soulevées par ceux qui s'inquiéteraient de la légalité du projet de loi.

La mission de la junte (mot prononcé par Chan-o-cha) devrait être achevée conformément au calendrier prévu dans la feuille de route, a-t-il ajouté.

Entre-temps, le président de l'Assemblée législative nationale (ANL), Pornpetch Wichaicholchai, a défendu le report de l'application du projet de loi, estimant qu'il permettait aux partis politiques d'organiser des primaires.

Article du Nation :

https://www.thaivisa.com/forum/topic/1022554-pm-doesn’t-expect-latest-election-delay-to-dent-govt-popularity/

Le Courrier International (ci-dessous) reprend des médias locaux donc pro-junte puisque toute opposition est interdite mais peut-être moins pro-junte que The Nation.

----------------------------

La saga des montres qui déstabilise la junte thaïlandaise

Un scandale autour du grand nombre de montres de luxe du vice-Premier ministre de la junte militaire ternit l’image déjà écornée des militaires, au pouvoir depuis bientôt quatre ans.
 
Les nombreuses montres luxueuses qu’exhibe régulièrement le général Prawit Wongsuwon, numéro deux de la junte militaire au pouvoir en Thaïlande depuis bientôt quatre ans, suscitent de nombreuses réactions.

“La pression monte autour de Prawit pour qu’il explique comment il a pu acquérir au moins 25 montres luxueuses qu’on l’a vu porter ces dernières années, et pourquoi elles ne figurent pas sur sa déclaration de patrimoine”, signale le site Khao Sod.
 
Le général s’est défendu de toute volonté de dissimulation lors d’une conférence de presse le 16 janvier, précisant qu’il avait emprunté ces montres à des amis et les avait depuis rendues.

Le site précise que “cette explication a suscité beaucoup de railleries”.
 

Collusion avec le président de la commission anticorruption

Toutefois, un membre de la commission nationale anti-corruption a été dans le sens du général le 25 janvier dernier, indiquant qu’il “avait pu emprunter ces montres à des amis”, ce qui le disculperait.

Seuls les objets appartenant à la personne doivent être déclarés, pas les emprunts, a précisé au journal ce membre de la commission anticorruption.

Cette dernière a cependant “été critiquée pour ne pas avoir mené une enquête en bonne et due forme”, note le site Khao Sod. Elle est dans le collimateur “pour sa réticence à prendre des décisions juridiques contre Prawit, poursuit le site. Le président de la commission, Watcharapol Prasarnrajakit, est en particulier sous le feu des critiques pour son refus de se retirer du dossier, en dépit de ses liens personnels avec Prawit.”


Prawit, le “Big Brother” de la junte

Dans un éditorial, le Bangkok Post souligne le rôle essentiel du général Prawit dans le jeu politique. Le Premier ministre et chef de la junte, le général Prayuth Chan-ocha, ne peut se désolidariser de cet homme connu sous le nom de “grand frère”, indique le journal.

Ses liens avec les différents groupes politiques et son habileté à les faire entrer dans le rang ou à négocier des accords le rendent incontournable pour le Premier ministre. D’autant que des élections devraient avoir lieu d’ici la fin de l’année.

Mais le quotidien interroge :

    "À quel prix le ministre le plus en vue doit-il être sauvé ?”

 
Chute de popularité de la junte

Car les dommages collatéraux de ce scandale suivi sur Twitter sous le mot-clé #Friendswatches ne sont pas négligeables.

Ainsi, le Bangkok Post note combien la cote de popularité du gouvernement militaire est en déclin. D’après une étude d’opinion commanditée par le quotidien, la popularité du général Prayuth est en chute.

Seuls 36,8 % des sondés, contre 52,8 % en mai dernier, sont favorables à ce qu’il conserve au-delà des élections son rôle de Premier ministre. 80 % des sondés jugent par ailleurs que la junte “ne fait pas preuve de transparence”.

L’annonce de la démission du directeur de l’agence nationale de sondage, Pradit Wanarat, risque encore d’alimenter la polémique.

Selon Khao Sod, il a démissionné, le 29 janvier, pour dénoncer “l’autocensure” de son administration qui a refusé de divulguer les résultats d’une enquête d’opinion sur le scandale.

Cette enquête demandait aux sondés s’ils croyaient les déclarations de Prawit selon lesquelles il avait emprunté les montres de luxe.

“C’est un nouvel exemple de l’absence de liberté d’expression sous la junte militaire”, estime dans Khao Sod Sarinee Achavanuntakul, cofondatrice de Thaipublica, un site d’enquêtes journalistiques.

 
https://www.courrierinternational.com/article/la-saga-des-montres-qui-destabilise-la-junte-thailandaise
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13660
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #1970 le: février 01, 2018, 09:03:45 am »


Les autorités cherchent qui est derrière les manifestations. Prayut dit que sa baisse de popularité est normale !

LES AUTORITÉS disent "ATTENTION AUX INSTIGATEURS ÉTRANGERS" (ou résidant à l'étranger ?) alors que 7 activistes sont poursuivis.

La police tente de déterminer si quelqu'un a financé des manifestations récentes de militants anti-junte, a déclaré hier un vice-chef de la police nationale.


Au milieu de la répression contre les manifestants, le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a continué hier à insister pour dire qu'il était prêt à écouter la voix de tout le monde.

Le Premier ministre a déclaré dans un point de presse hebdomadaire qu'il comprenait que les manifestants avaient leurs propres raisons de se rassembler publiquement, mais il les a mis en garde contre la violation de la loi.

Prayut a également dit qu'il écoute tous les groupes de personnes. En ce qui concerne le retard des prochaines élections : les protestataires s'y opposent, mais Chan-o-cha a dit que cela apporterait certainement des avantages et des inconvénients. Cependant, il ne pense pas que le gouvernement en bénéficiera.

Le général Sriwara Ransibhramanakul, numéro 2 de la police chargé des affaires de sécurité, a déclaré que les enquêteurs convoqueraient sept activistes accusés d'avoir violé l'interdiction de la junte de participer à des rassemblements politiques et d'avoir provoqué des troubles.

Il a dit que l'enquête de police en cours pourrait conduire à la convocation de davantage de suspects, mais il a refusé de divulguer un nombre.

Sirawit, un activiste pro-démocratie, a demandé hier au "pouvoir du peuple" de se soulever contre les "dictateurs du NCPO".

Il a écrit dans son message Facebook que « le 10 février, je ne reculerai pas », se référant à la date d'un rassemblement prévu par des activistes anti-junte au Monument de la démocratie.

Cependant, Netiwit, un autre activiste, a déclaré hier dans un message sur Facebook qu'il avait rejoint le rassemblement de samedi en tant que citoyen, et non en tant qu'affilié d'un groupe. "Je me sens honoré d'être l'un des sept accusés", a-t-il ajouté.

Sriwara a déclaré hier que la police enquêtait pour déterminer qui était derrière ce groupe "habituel" de manifestants, mais il a refusé de fournir plus de détails.

"Attendez que les mandats d'arrêt soient approuvés par le tribunal, et vous le saurez. Le nom des sponsors n'est pas un mystère. Ils sont derrière les rassemblements. », a-t-il dit.

Alors que les activistes étaient accusés de rassemblement politique, Prayut a déclaré hier que le gouvernement n'était pas coupable de discrimination. Par exemple, a-t-il dit, il avait également été critiqué par les médias et pourtant n'avait pas interdit leur couverture (il oublie de dire que les médias s’autocensurent)

"Ne créez pas de malentendus. Tout est rapporté à la communauté internationale et maintenant les médias étrangers considèrent que le gouvernement est discriminatoire ", a déclaré M. Prayut aux journalistes du gouvernement.

Il a déclaré que les militants devraient examiner si leurs rassemblements ont affecté la paix dans la société, ajoutant que leurs actions devraient être conformes à la loi.

Prayut a également conseillé aux gens d'examiner les motivations des activistes, tout en ajoutant qu'il ne voulait pas être en conflit avec qui que ce soit.

Il a également admis que la popularité du gouvernement était en déclin, disant que c'était normal pour tous les gouvernements dans leur quatrième année de pouvoir. Mais le gouvernement va essayer de travailler dur et de servir le peuple, a-t-il dit.

Par ailleurs, Sriwara a rencontré hier le chef du district de Pathum Wan, Nawaporn Klinbuakaew. La police a déclaré que les manifestations étaient interdites dans cette zone, car elle est située à moins de 150 mètres de locaux royaux.

L'enquêteur en chef de l'affaire, le Pol-colonel Samak Panyawong, a déclaré hier que les sept accusés avaient été convoqués vendredi pour rencontrer la police afin d'être officiellement informés des accusations portées contre eux. S'ils ne se rendent pas aux convocation deux fois, des mandats d'arrêt seront émis contre eux, a-t-il ajouté.

Le vice-Premier ministre et ministre de la Défense, Prawit Wongsuwan, a déclaré hier que les autorités s'appuieraient sur les lois pertinentes et les ordonnances de la junte pour traiter les manifestants. Il a également noté que la junte était toujours au pouvoir et que son interdiction des rassemblements politiques de plus de quatre personnes restait en vigueur.

"Je saurai comment prendre soin d'eux. Selon les renseignements, il n'y a qu'un seul groupe [de manifestants anti-junte] ", a déclaré Prawit


https://www.thaivisa.com/forum/topic/1022774-police-seek-alleged-backers-behind-anti-junta-protests/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13660
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #1971 le: février 02, 2018, 08:07:09 am »


Manifestation (autorisée) de partisans de Prawit qui lui apportent leur soutien

BANGKOK - Quelques dizaines de partisans se sont rassemblés devant le ministère de la Défense pour exhorter le député de la junte, Prawit Wongsuwan, à ne pas démissionner.

Un jour après que Prawit a dit qu'il pourrait démissionner suite à un scandale impliquant des millions de bahts de montres de luxe, environ 40 partisans se sont rassemblés jeudi matin pour l'exhorter à rester. Ils ont invité les médias au rassemblement où ils ont tenu des pancartes avec des messages tels que "Love Oncle Pom", une référence à son surnom.

"Je crois toujours fermement en lui. C'est un jeu politique qui est allé trop loin. Pourquoi les gens riches doivent-ils avoir de tels problèmes? Si j'étais riche, j'en achèterais aussi, et alors? », A déclaré le chef du groupe, Chotorn Nuammaneerat, originaire du district d'Aranyaprathet dans la province de Sa Kaeo qui ne se demande pas comment un militaire peut devenir riche.

Sa Kaeo abrite les unités des Tigres de l'Est et de la Garde de la Reine, la base du pouvoir militaire d'où vient le général Prayuth Chan-ocha.

Le général Prawit, qui rencontrait son homologue sud-coréen, n'est pas venu saluer ses partisans.

Le gouvernement militaire a été en proie à des scandales de népotisme, de corruption présumée et d'abus de pouvoir, mais aucun n'a donné lieu à des poursuites ou à une démission.

Le porte-parole du ministère de la Défense, le général Kongcheep Tantravanich, a déclaré que le rassemblement ne violait ni l'interdiction des rassemblements politiques de la junte, ni la loi de l'assemblée publique, qui a été utilisée cette semaine pour poursuivre les activistes pro-démocratie.


https://www.thaivisa.com/forum/topic/1023043-don’t-resign-plead-prawit-wongsuwan-fans/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13660
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #1972 le: février 05, 2018, 07:59:13 am »


Enfin un sondage positif pour la junte. Elle a largement la moyenne

Un sondage mené à Bangkok par Bangkok Poll cette semaine a donné à l'armée au pouvoir une note de performance moyenne de 6,48 points sur dix. Le gouvernement militaire a la moyenne sur la moitié des critères.
 
En termes de "rendre le bonheur au peuple" - un slogan utilisé par l'armée qui a pris le pouvoir en 2014 - une majorité de personnes sont satisfaites : la paix et de la sécurité relatives dans la capitale sont revenues après la tourmente de 2013 - 2014 (provoquée par le mouvement pro-coup d'état).
 
Mais beaucoup de gens ont posé deux questions brûlantes:
 
Pourquoi les denrées dans les magasins sont-elles si chères? Rappel : l'inflation est à 0 en Thaïlande.
 
Et.....
 
Quand auront lieu les prochaines élections?
 
Quelque 1 212 personnes ont été interrogées sur les performances du Premier ministre Prayut Chan-o-cha et de son gouvernement dans le cadre du sondage mené mardi à jeudi, a rapporté l'INN.


https://www.thaivisa.com/forum/topic/1023337-poll-bangkokians-give-junta-six-out-of-ten-amid-concerns-over-election-date/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13660
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #1973 le: février 06, 2018, 08:26:33 am »


Malgré tout, Prawit ne va pas démissionner. Pour l'instant !

Si vous regardez les chaines d'infos thaïlandaises, vous le savez, on ne parle que de ça : comment cet homme peut rester le numéro deux de la junte et continuer à co-diriger le pays tant il est sur la sellette.

Le vice-Premier ministre et ministre de la Défense, Prawit Wongsuwan, ne va pas démissionner, mais continuera à assumer ses responsabilités et son devoir qui est d'assurer la sécurité, a déclaré lundi le porte-parole du ministère de la Défense, le général Kongcheep Tantrawanich.

Commentant les critiques et appelant le général Prawit à démissionner à cause du scandale des montres-bracelets (entre autres, le passif entre Prawit et les Thaïlandais doit être un peu plus important que quelques montres) , le lieutenant-général Kongcheep a déclaré que les critiques et les appels à sa démission constituaient des opinions exprimées dans une société démocratique que toutes les parties devraient respecter et écouter de façon constructive.

Rappelant à la population les expériences amères qu'ils ont vécues (références de la junte à la période Thaksin) , le porte-parole a déclaré que la tolérance et le raisonnement seraient les deux éléments qui permettraient au peuple de surmonter ces difficultés.

Il a dit que le général Prawit demeure physiquement et mentalement fort, déterminé et dévoué à accomplir son devoir qui est de s'assurer que la population est en sécurité.

Il a également ajouté que les trois forces armées restent unies pour assurer la sécurité nationale.

Le général Prawit sera à Singapour aujourd'hui jusqu'à mercredi pour assister à la réunion des ministres de la défense de l'ASEAN. Il devrait revenir mercredi avec Joseph Dunford Jr., président des chefs d'état-major américains.


https://www.thaivisa.com/forum/topic/1023651-general-prawit-to-stay-on-to-ensure-national-security-defence-ministry’s-spokesman/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13660
Re : POLITIQUE et SOCIETE en Thaïlande.
« Réponse #1974 le: février 12, 2018, 08:52:57 am »


Thaïlande: des militants pro-démocratie défient la junte pour exiger des élections

Des dizaines de Thaïlandais se sont rassemblés samedi dans le centre de Bangkok pour exiger un retour à la démocratie et la tenue d'élections, en dépit de l'interdiction permanente de manifester imposée par la junte au pouvoir depuis trois ans et demi.

La junte arrivée au pouvoir par un coup d'État en 2014 fait tout pour contrer toute dissidence, utilisant notamment de façon très large une loi stricte sur la diffamation contre la famille royale, et interdisant tout rassemblement de plus de cinq personnes.

Fin janvier, 39 personnes ont été arrêtées pour avoir participé à une manifestation similaire, et certaines inculpées d'accusations pouvant leur valoir jusqu'à sept ans de prison. Les quelques dizaines de manifestants de samedi étaient entourés de centaines de policiers.

« Nous voulons récupérer notre démocratie », a déclaré à l'AFP l'une des manifestantes, Sumittra Patprathun, âgée d'une quarantaine d'années.

« Arrêtez de confisquer le pouvoir, arrêtez de reporter les élections », disait une des banderoles déployées par les militants pro-démocratie devant le Monument à la Démocratie, dans le vieux quartier de Bangkok.

L'impatience de la population face aux reports répétés des élections promises par la junte se fait de plus en plus visible, augmentée encore par les récents scandales de corruption visant des membres ou des proches de la junte.


http://www.lapresse.ca/international/asie-oceanie/201802/10/01-5153361-thailande-des-militants-pro-democratie-defient-la-junte-pour-exiger-des-elections.php
IP archivée