Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Auteur Sujet: Des difficultés pour le riz thaï...  (Lu 36253 fois)

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Des difficultés pour le riz thaï...
« le: décembre 16, 2009, 01:08:07 pm »


Des difficultés pour le riz thaï...


Autrefois réputé dans le monde entier, le riz thaïlandais n’aurait plus vraiment la côte. Principale raison : une baisse de sa qualité. Du coup, celui-ci voit arriver à grands pas les productions du Vietnam et de la Birmanie.

Selon Chookiat Ophaswongse, le président de la "Thai Rice Export Association", c’est la politique menée depuis plusieurs années qui est en cause. En voulant privilégier la quantité plutôt que la qualité et en maintenant des tarifs élevés, les différents gouvernements ont incité les producteurs de riz à produire plus, sans se soucier de la qualité de leurs récoltes.

Par exemple, plusieurs d’entre eux ont décidé de passer à trois récoltes par an au lieu de deux, au détriment du temps de croissance nécessaire aux plants de riz. Résultat, la qualité s’en ressent, et les exportations aussi. Depuis le début de l’année, celles-ci ont chuté de 30 %, pendant que  la concurrence vietnamienne augmentait ses chiffres de 56 % !

L’export de riz thaï représente aujourd’hui 22 % du marché mondial, mais le Vietnam est déjà à 20 %, avec des tarifs inférieurs.
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12738
Re : Des difficultés pour le riz thaï...
« Réponse #1 le: décembre 16, 2009, 01:59:33 pm »


j'ajoute une photo puisque j'étais en "plein dedans" en novembre...

un travail bien harassant...
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12738
Re : Des difficultés pour le riz thaï...
« Réponse #2 le: novembre 26, 2010, 08:33:30 am »

(Usine Nouvelle)

NOVEMBRE 2010


:announce     Les exportations thaïlandaises de riz ne baisseront pas


En dépit de la chute de sa production, l’ancien royaume du Siam maintiendra le niveau de ses exportations.

 
Les pires inondations qu’a connues la Thaïlande depuis cinquante ans n’auront finalement qu’un faible impact sur le niveau de ses exportations de riz. Cinquante et une provinces sur les 76 du royaume ont été touchées par des pluies diluviennes. Les flots ont recouvert 8,3 millions de rai (1,3 million d’hectares) cultivés en riz, soit 15 % de la surface totale destinée à la céréale, dont 4 millions ont été entièrement dévastés.

La récolte principale, débutée en octobre et qui compte pour 70 % de la production nationale, devrait ainsi reculer de 1,6 million de tonnes (Mt) cette année, à 21,7 Mt, estime Theera Wongsamut, le ministre de l’Agriculture.

Toutefois, la ministre du Commerce, Porntiva Nakasai, s’est voulue rassurante lors d’un séminaire sur « la politique rizicole en Thaïlande pour 2011 » : les exportations ne baisseront pas.

Entre janvier et octobre, celles-ci ont atteint 7 Mt, soit 2,27 % de moins qu’en 2009, et devraient s’élever à 8,5 Mt d’ici à la fin de l’année.

Au cours des cinq prochaines années, les exportations devraient augmenter dans une fourchette comprise entre 8,5 et 9,5 Mt, estime Porntiva.

Avec une deuxième récolte commençant en avril prochain estimée à 9,3 Mt, la production totale devrait atteindre 31 Mt lors de la campagne en cours, contre 31,5 Mt en 2009-2010. La récolte « sera suffisante pour répondre à la demande intérieure (18 Mt) et aux exportations », se félicite Theera.

Mais l’ancien royaume du Siam doit faire face à un adversaire de taille lui contestant son leadership : le Vietnam.
 
Au cours des onze premiers mois de l’année, la république socialiste a exporté 6,21 Mt de riz, soit 10,5 % de plus qu’en 2009.

Selon la Vietnam Food Association, les exportations devraient enregistrer un niveau record à 6,66 Mt cette année. Avec trois récoltes par an, le Vietnam devrait produire autour de 39,9 Mt de riz en 2010, selon le ministère vietnamien de l’Agriculture. « L’écart entre les deux pays diminue tous les ans », regrette Porntiva. En juin dernier, Chookiat Ophaswongse, l’ancien président de la Thai Rice Exporters Association devenu conseiller de l’organisation, avait reconnu « que dans cinq ou six ans, nous ne serons plus le principal exportateur de riz. Nous ne pouvons plus concurrencer le Vietnam ».
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Des difficultés pour le riz thaï...
« Réponse #3 le: novembre 26, 2010, 09:10:37 am »


Effectivement, en ce moment "Khi-o ghi-o khrao", "la serpe coupe le riz" dans tout le centre et le nord du pays...
IP archivée

knom

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 444
Re : Des difficultés pour le riz thaï...
« Réponse #4 le: décembre 12, 2010, 10:48:15 am »

Articles intéressants Manu et Line.

Les pires inondations qu’a connues la Thaïlande depuis cinquante ans n’auront finalement qu’un faible impact sur le niveau de ses exportations de riz

Incroyable la capacité de rebond de ce pays. Les pires tuiles tombent régulièrement sur ses habitants, qui à chaque fois relèvent courageusement la tête. Mais c''est vrai qu'ici on est davantage dans la philosophie du "marche ou crève" que dans celle de l'assistance et de l'Etat Providence.

Bel exemple de résilience !

Mais je sais d'avance que certains parmi vous ne voient pas les choses comme moi et doutent de l'énergie des thaïs à se mettre au boulot...  :)
IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Des difficultés pour le riz thaï...
« Réponse #5 le: décembre 13, 2010, 08:54:18 am »


Mais non, Knom, les Thaïs travaillent beaucoup... mais pas longtemps !... ;D
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12738
Re : Des difficultés pour le riz thaï...
« Réponse #6 le: mai 18, 2011, 04:48:40 pm »

JeuneAfrique.com

LE RIZ THAILANDAIS AU REGIME SEC...


La Thaïlande, premier exportateur mondial de riz, va supprimer l’une de ses trois récoltes annuelles. Selon les spécialistes, les prix ne devraient pas flamber.

Que le riz soit sauté, parfumé, gluant, préparé en gâteau ou en pâtes, les 67 millions de Thaïlandais ne peuvent s’en passer. En thaï, « manger » se dit littéralement « prendre un riz », signe de l’omniprésence de la céréale dans la culture nationale depuis des siècles.

S’appuyant sur cette longue tradition, le pays est depuis 1965 le premier exportateur mondial de riz. En 2010, 18 millions de tonnes y ont été produites, soit 33 % de plus qu’il y a dix ans. La moitié de cette récolte a été vendue à l’étranger, ce qui représente 26 % du marché mondial, loin devant le Vietnam (15,5 %) et la Chine (12,9 %) – même si cette dernière reste le principal producteur mondial.

Seulement voilà, après quarante-six ans de domination sans partage, l’ancien royaume du Siam entend faire une pause. Car rien ne va plus dans ses rizières : les petits producteurs souffrent des prix trop bas (inférieurs aux coûts de production pour les moins bonnes qualités), d’une concurrence accrue des pays voisins (Vietnam et Birmanie), et, surtout, depuis plusieurs mois, d’une invasion d’insectes.

Le gouvernement d’Abhisit Vejjajiv a donc annoncé en mars son intention de supprimer la troisième récolte annuelle pour éliminer l’espèce de punaise incriminée, incapable de survivre à l’absence de cultures pendant plusieurs semaines. Le ministère de l’Agriculture juge que cette mesure sera aussi l’occasion de reposer les sols et d’orienter la production vers des types de semence à plus forte valeur ajoutée, tel le riz japonais, cultivé dans la région de Chiang Rai (Nord), qui se vend 37 % plus cher que le paddy traditionnel.

Cette décision devrait faire baisser les exportations d’environ 20 % en 2011, ce qui inquiète importateurs et consommateurs de riz de qualité médiocre, notamment en Afrique où les gouvernements se souviennent de l’impact de la hausse des prix de cette céréale dans les émeutes de la faim en 2008.


Déficit compensé

Mais pour Conception Calpe, économiste à l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), les effets de la mesure seront limités et ne devraient pas menacer la stabilité des prix du riz. « La Thaïlande a considérablement amélioré ses techniques agricoles ces dernières années. Il ne faut pas dramatiser l’impact de cette décision : la suppression de la troisième récolte sera, à moyen terme, compensée par une progression de la productivité sur les deux premières, souligne-t-elle. Et le Vietnam, dont la production a augmenté de 70 % en dix ans, la Birmanie et le Cambodge me paraissent en mesure de combler l’éventuel déficit que cette mesure pourrait causer à court terme. »

Pour la Thaïlande, dont près de la moitié de la population travaille dans l’agriculture, la hausse des profits tirés du riz est un objectif majeur pour garantir la cohésion sociale. Le pays, qui n’a jamais laissé les multinationales mettre la main sur ses plantations, veut conserver un modèle moins productiviste que ses voisins, mais plus haut de gamme et respectueux de l’environnement... pour augmenter ses marges.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Rugby15

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1211
Re : Des difficultés pour le riz thaï...
« Réponse #7 le: mai 22, 2011, 07:25:17 am »

Mon beau-père arrête pas de répéter que la production va être nul cette année. Mais bon, comme ils se plaint tout le temps, j'suis pas sur qu'il dise vrai !  :D
IP archivée
"En avant poussez, poussez, les Avants de Bayonne..."

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Des difficultés pour le riz thaï...
« Réponse #8 le: mai 22, 2011, 07:31:16 am »


A Chiang Mai aussi, les perspectives sur la récolte ne sont pas optimiste à cause du climat mais vu que le riz n'est pas encore planté (il se plante en juin), on peut garder le bénéfice du doute. Le temps peut encore s'améliorer !
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12738
Re : Des difficultés pour le riz thaï...
« Réponse #9 le: août 31, 2011, 02:01:31 pm »

http://indices.usinenouvelle.com/produits-agricoles/hausse-attendue-des-prix-du-riz.3888 30/08/2011


Hausse attendue des prix du riz


Les mesures de soutien aux riziculteurs thaïlandais pourraient provoquer une flambée des prix.


La tonne de riz Thaï 100 % B, fob Bangkok, la référence pour l’Asie, pourrait atteindre 750 dollars d’ici à la fin de l’année, s’accorde un consensus de sept exportateurs, traders et transformateurs interrogés par Bloomberg.

Lors de la semaine précédant le 24 août, cette qualité a gagné 6 %, à 617 dollars, indique la Thai Rice Exporters’ Association, son plus haut niveau depuis décembre 2009.

Le prix du Thai 100 % B n’avait plus atteint les 750 dollars depuis septembre 2008. A l’origine de cette hausse, la réintroduction des mesures de soutien aux producteurs de riz par la nouvelle Première ministre thaïlandaise, Yingluck Shinawatra, élue début août. Celle-ci s’était engagée, lors de la campagne électorale, à leur acheter directement leur paddy 43 % au-dessus du prix du marché afin de soutenir les revenus ruraux.
 
Moins compétitif sur le marché mondial, les exportations du principal exportateur mondial pourraient chuter de 20 % à 8 millions de tonnes (Mt) en 2012, indique l’US Department of Agriculture, contre 8,8 Mt estimées par l’International Grain Council (-12 %).

 L’IGC souligne que la récente augmentation des prix du riz en Asie est principalement due à des mesures telles que celle prise par la Thaïlande, plutôt qu’à un véritable déficit de production.

Selon l’organisation, la production mondiale de riz devrait établir un nouveau record lors de la campagne 2011-2012, à 457,3 Mt, pour une consommation estimée à 456,5 Mt, laissant des stocks de fin de campagne à 99,3 Mt, au plus haut depuis neuf ans.
 
Une aubaine pour le Vietnam, le deuxième exportateur mondial, qui pourrait livrer entre 7,5 et 8 Mt cette année, contre 6,83 Mt en 2010, estime le Bureau général des statistiques vietnamien, et se rapprocher de son principal concurrent.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

casamui

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1067
Re : Des difficultés pour le riz thaï...
« Réponse #10 le: août 31, 2011, 02:31:26 pm »

Le riz, comme toutes les matières premières, est également l'objet de spéculation, de manoeuvres diverses,  et est donc devenu un levier politique très largement utilisé. Comme d'habitude, au détriment des petits producteurs et évidemment des consommateurs. :o
Pas le moral ce matin. :o
IP archivée
Tolérance et respect, humilité et compassion, le combat de toute une vie

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12738
Re : Des difficultés pour le riz thaï...
« Réponse #11 le: octobre 07, 2011, 08:49:00 am »

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/le-grenier-a-riz-du-sud-est-asiatique-sous-les-eaux-06-10-2011-1642358.php


Le grenier à riz du sud-est asiatique sous les eaux...


Des inondations monstres ravagent les rizières d'Asie du sud-est, dont celles des deux premiers exportateurs de la planète, fragilisant des paysans déjà en difficulté et faisant craindre une nouvelle poussée des prix de la précieuse céréale.


Environ 1,5 million d'hectares de rizières ont été détruits ou sont en danger de l'être en Thaïlande, au Vietnam, au Cambodge et au Laos suite aux pires inondations depuis plusieurs années.


Rien qu'en Thaïlande, premier exportateur mondial, où 244 personnes sont mortes depuis deux mois, environ un million d'hectares - soit 10% de l'ensemble des rizières du pays - ont été endommagés.
"L'ensemble de la région va désormais souffrir de la hausse des prix alimentaires puisque les récoltes potentielles ont été dévastées", a relevé Margareta Wahlstrom, représentante du secrétaire général de l'ONU pour la prévention des catastrophes.
"Les dégâts sont très importants cette année et il faudra du temps pour que les gens reprennent une vie normale", a-t-elle ajouté dans un communiqué.

Le cours du riz est déjà menacé par la volonté annoncée du gouvernement thaïlandais de subventionner les prix à la hausse en faveur des producteurs. Mais il sera aussi touché par les inondations qui gagnent une autre région clé de la production rizicole: le delta du Mékong, dans le sud du Vietnam.

Cette zone extrêmement fertile, où les paysans assurent jusqu'à trois récoltes par an, représente la moitié de la production du pays communiste, deuxième exportateur mondial.

Les autorités vietnamiennes indiquent qu'onze personnes ont été tuées et 27.000 maisons inondées.

Quelque 6.000 hectares de riz sont perdus, 99.000 de plus sont menacés, pour partie après des pluies anormalement fortes chez ses voisins en amont du delta, mais aussi selon certains experts à cause de systèmes de digues inopérants.
"En amont, les eaux ont commencé à baisser un peu mais ici, elles montent de 3 à 5 centimètres par jour", a indiqué Duong Nghia Quoc, directeur du département de l'agriculture de la province de Dong Thap, l'une des plus touchées.

Dans la province voisine d'An Giang, des milliers de soldats ont été mobilisés pour renforcer les digues et aider les populations en danger à se mettre à l'abri.
"La production agricole est très affectée cette année par les inondations qui ont été, en réalité, pires que prévues", a admis Vuong Huu Tien, du centre départemental de gestion des catastrophes d'An Giang.

Au Cambodge, tampon entre les plaines thaïlandaises et le delta du Mékong, plus de 330.000 hectares de riz sont inondés dont un tiers sont détruits, selon le ministère de l'Agriculture, qui craint que ses objectifs d'un surplus de 3 millions de tonnes cette année ne puissent être atteints.

Le pays, qui déplore 160 morts, n'exporte qu'une petite partie de sa production rizicole, mais celle-ci représente 7,5% du PIB. Et les villages auront du mal à supporter les pertes.
"Quand je trempe les mains dans l'eau, je ne sens que de l'herbe, pas de riz", a expliqué à l'AFP Nou Nem, paysan du village de Pea Reang, dans l'Est du pays. "Beaucoup de rizières ont été détruites. Je suis sûr qu'on va manquer de riz l'an prochain".

Quant au Laos, l'un des pays les plus pauvres du continent, il a déploré la mort de 23 personnes avec le passage des tempêtes tropicales saisonnières depuis le mois de juin, et plus de 60.000 hectares de riz ont été engloutis.

Fin septembre, d'autres récoltes ont été perdues lorsqu'un barrage sur un affluent du Mékong a dû alléger la pression des eaux venues des hauteurs, selon le quotidien Vientiane Times.

En mars, le Programme alimentaire mondial des Nations unies (PAM) avait déjà estimé que plus de 111.000 personnes auront besoin d'aide alimentaire d'ici novembre au Laos, suite à un enchaînement de phénomènes climatiques défavorables.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Des difficultés pour le riz thaï...
« Réponse #12 le: octobre 07, 2011, 09:11:19 am »


En fait, ce n'est pas la Thaïlande, à proprement parlé, qui va souffrir car elle a au moins deux ans de stock de paddy destiné à l'export... D'autant plus que la production de riz ne cesse d'augmenter depuis plusieurs années alors que la consommation, elle, ne cesse de baisser (la consommation de riz de chaque thaïlandais, longtemps de l'ordre de 100 kilogrammes par an, est en déclin depuis une décennie au profit d'autres céréales comme le blé dont la farine sert par exemple à la fabrication de nouilles - bami)...

Le vrai problème est pour les paysans qui consomment une partie de leur propre production (et vendent les excédents)... Ils risquent d'avoir de sérieux problèmes pour finir l'année et devront emprunter et s'endetter pour acheter des denrées alimentaires lorsque leur production sera épuisée...
IP archivée

casamui

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1067
Re : Des difficultés pour le riz thaï...
« Réponse #13 le: octobre 07, 2011, 10:00:42 pm »


Le vrai problème est pour les paysans qui consomment une partie de leur propre production (et vendent les excédents)... Ils risquent d'avoir de sérieux problèmes pour finir l'année et devront emprunter et s'endetter pour acheter des denrées alimentaires lorsque leur production sera épuisée...


C'est exactement ça. Les gros producteurs pourront s'en remettre, pas les petits, ou en tous cas pas sans aide. Le frère aîné de ma princesse a une toute petite exploitation vers Kantalayak en Issan, et c'est ce qu'il craint le plus. Heureusement pour lui, ça n'est pas une banque qui l'aide, mais le reste de la famille (y compris nous). Et il atoujours remboursé dès qu'il le pouvait. Pour l'instant, son exploitation a résisté aux inondations.
IP archivée
Tolérance et respect, humilité et compassion, le combat de toute une vie

Malco

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 5917
Re : Des difficultés pour le riz thaï...
« Réponse #14 le: octobre 07, 2011, 10:11:33 pm »

Un article qui date de 2007 certes mais très intéressant à lire  , LES MAÎTRES DU RIZ .

Voir >> http://www.lefigaro.fr/reportage/20070817.WWW000000729_les_maitres_du_riz.html
IP archivée
@+ Malco

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12738
Re : Des difficultés pour le riz thaï...
« Réponse #15 le: octobre 12, 2011, 08:52:12 am »

http://www.rfi.fr/emission/20111012-crue-mekong-affecte-pas-prix-riz


La crue du Mékong n’affecte pas les prix du riz


En Asie du Sud-Est, les grands pays producteurs de riz subissent de graves inondations. Mais les prix du riz, qui avaient augmenté avant cette catastrophe climatique, devraient rester stables.

Le Mékong est en crue depuis des semaines, les pluies torrentielles ont été suivies d'une tempête tropicale et d'un typhon dans cette région d'Asie du Sud-Est, où les morts se comptent par centaines. Les rizières risquent de rester durablement sous les eaux en Thaïlande et au Vietnam, les deux principaux pays exportateurs de riz de la planète, ce qui pourrait endommager une partie de la récolte d'automne.
 
Pourtant les prix mondiaux n'ont pratiquement pas réagi à la catastrophe climatique. Le prix de référence mondial, celui du riz blanc thaï de qualité supérieure demeure aux alentours de 600 dollars la tonne, après avoir il est vrai déjà augmenté de 25% depuis la promesse, au printemps dernier, d'un prix garanti au producteur thaïlandais qui portera à 800 dollars le coût de la tonne de riz blanc pour les exportateurs cet automne. Cette perspective avait déjà été intégrée dans les prix mondiaux, qui ne peuvent pourtant guère aller au-delà.
 
Le marché du riz est très bien approvisionnée et malgré les pertes de récoltes anticipées, devrait le rester. La crue du Mékong n'affectera que la récolte d'automne et elle n'est pas la principale en Thaïlande et au Vietnam; qui font aujourd'hui trois récoltes par an, rappelle la FAO. « Si la Thaïlande perd 500 000 tonnes de riz dans les inondations, souligne Patricio Mendez del Villar, expert au Cirad, ce n'est rien comparé aux 20 millions de tonnes qu'elle produit et aux 8 à 10 millions de tonnes qu'elle exporte tous les ans ».
 
Par ailleurs, les stocks mondiaux continuent de progresser depuis l'an dernier. Au point que l'Inde est de retour sur le marché mondial, elle a recommencé à exporter autre chose que du riz basmati après trois ans d'absence. Si tout se passe bien, la Chine pourrait aussi se remettre à exporter et elle dispose de 40% des réserves mondiales. Enfin la remontée du dollar plafonne toute augmentation du prix du riz exprimé dans cette monnaie.
 
Ce qui suscite le plus d'interrogation sur le marché du riz, ce ne sont pas les pertes de récolte dues aux inondations, mais la façon dont le gouvernement de Bangkok va réussir à tenir sa promesse aux riziculteurs thaïlandais. De l'avis général, subventionner à un tel niveau les exportations de riz n'est pas tenable. Selon notre expert du Cirad, « le nouveau gouvernement pourrait limiter son prix garanti dans le temps ou par l'attribution de quotas ».
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Des difficultés pour le riz thaï...
« Réponse #16 le: juin 29, 2012, 09:48:08 am »


Faire plaisir aux paysans au risque de déstabiliser le marché national et international... Situation par simple pour le gouvernement thaïlandais !
IP archivée

Rugby15

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1211
Re : Re : Des difficultés pour le riz thaï...
« Réponse #17 le: juillet 04, 2012, 12:12:18 pm »


Faire plaisir aux paysans au risque de déstabiliser le marché national et international... Situation par simple pour le gouvernement thaïlandais !


En tout cas, Manu, je peux te dire que les parents de Moman sont contents !
IP archivée
"En avant poussez, poussez, les Avants de Bayonne..."

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Re : Re : Des difficultés pour le riz thaï...
« Réponse #18 le: juillet 05, 2012, 08:35:12 am »



Faire plaisir aux paysans au risque de déstabiliser le marché national et international... Situation par simple pour le gouvernement thaïlandais !


En tout cas, Manu, je peux te dire que les parents de Moman sont contents !


OK Nono, si les parents de MOMAN sont contents, alors tout va bien !...  ;D ;D ;D
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12376
Re : Des difficultés pour le riz thaï...
« Réponse #19 le: septembre 07, 2012, 08:02:54 am »


En ce moment, on repique le riz autour de Chiang Mai... Les motoculteurs ont remplacé le buffle et la charrue...
IP archivée

DocTournesol

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 327
Re : Des difficultés pour le riz thaï...
« Réponse #20 le: septembre 09, 2012, 08:12:42 pm »

J'ai lu quelque part que la Thaïlande n'était plus le premier exportateur de riz au monde, vous confirmez ?
IP archivée

Malco

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 5917
Re : Des difficultés pour le riz thaï...
« Réponse #21 le: septembre 09, 2012, 10:01:09 pm »


J'ai lu quelque part que la Thaïlande n'était plus le premier exportateur de riz au monde, vous confirmez ?


Exact , elle rétrograde à la troisième place .

Riz : La Thaïlande perdrait sa place de premier exportateur mondial de riz .

La Thaïlande rétrograderait à la troisième place des exportateurs derrière l’Inde et le Vietnam, selon les dernières prévisions du département américain de l’Agriculture (USDA) parues mercredi 11 avril. Les analystes américains ont en effet revu en hausse de 17% leurs précédentes estimations d’exportations indiennes au cours de l’année 2012, à 7 millions de tonnes, et de 8% celles du Vietnam, à 7 millions de tonnes également.
 
Les ventes à l’étranger de riz thaïlandais restent quant à elles estimées à 6,5 millions de tonnes, soit une chute de 39% par rapport à l’année dernière. Selon l’USDA, ce serait la première fois en 50 ans que la Thaïlande perdrait sa position de premier exportateur mondial. Elle fournissait ces dernières années environ un tiers du commerce international.
http://www.zonebourse.com/ROUGH-RICE-FUTURES-ZR-3881394/actualite/Riz-La-Thailande-perdrait-sa-place-de-premier-exportateur-mondial-de-riz-14270561/
IP archivée
@+ Malco

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12738
Re : Des difficultés pour le riz thaï...
« Réponse #22 le: octobre 14, 2012, 11:35:18 pm »

http://asie-info.fr/2012/10/11/un-riz-sous-marin-pour-des-recoltes-inondees-aux-philippines-511399.html


Je place ce post ici, bien qu'il ne concerne pas le Royaume car il me semble que l'innovation d'un "riz sous-marin" comme ci-dessous expliqué, pourrait être une très bonne chose lors des inondations répétitives dans les pays d' Asie du Sud-Est, entre autre en Thaïlande... non ?    :)


Un riz sous-marin pour des récoltes inondées aux Philippines   :clap


Les fermiers philippins ont à présent une semence de riz conçue pour braver la saison des pluies : le « submarino », qui peut survivre 2 semaines sous l’eau.

Grâce à ce nouveau type de riz, les riziculteurs des Philippines ne craignent plus les inondations de leurs rizières pendant la mousson, écrit le Science Daily.

Alors que les autres cultures meurent lorsqu’elles sont recouvertes d’eau, privant ainsi les agriculteurs de revenus, le « Submarino » peut survivre dans ces conditions extrêmes. La variété a été développée par l’Institut international de recherche sur le riz (IRRI) et l’Université de Californie-Davis, à partir d’une variété de riz indien...

« Le ‘Submarino’ est un riz mis au point non-génétiquement qui peut grandir et se développer même après dix jours de submersion complète dans l’eau dans un état végétatif », explique Nenita Desamero, un riziculteur du ministère philippin de l’Agriculture et responsable des tests de submersion du riz aux Philippines, cité par Agriculture Philippines.

Selon d’autres sources, le « Submarino » pourrait même survivre jusqu’à deux semaines.

Depuis sa mise sur le marché en 2009, la variété a été largement adoptée par les riziculteurs grâce aux efforts de promotion du ministère et de l’Institut de recherche sur le riz des Philippines (PhilRice) destinés à aider les fermiers pendant les inondations et les typhons.

« En plantant du riz ‘Submarino’, les fermiers ont une occasion de faire face aux pluies et aux inondations qui assaillent malheureusement le pays », a encore indiqué dans leScience Daily le directeur général-adjoint pour les communications et le partenariat de l’IRRI, le Dr V. Bruce J. Tolentino.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 2881
Re : Des difficultés pour le riz thaï...
« Réponse #23 le: octobre 26, 2012, 03:40:08 pm »


La Thaïlande accumule les stocks de riz et trouble le marché mondial !


La Thaïlande est depuis longtemps le premier exportateur mondial de riz, mais ce statut est en danger depuis que les autorités subventionnent les agriculteurs pour doper leurs revenus : les stocks s'accumulent depuis des mois et toute la filière, selon certains experts, est en danger.

Le gouvernement de Yingluck Shinawatra, qui doit très largement son élection l'an passé aux masses rurales du nord et du nord-est du pays, a décidé d'acheter directement le riz aux paysans à un prix 50% plus élevé que les cours mondiaux afin d'augmenter leurs revenus.


Mais le riz thaïlandais est du même coup devenu invendable sur le marché international car trop cher. "C'est la pire année jamais enregistrée", peste Chookiat Ophaswongse, président honoraire de l'Association des exportateurs de riz du royaume.
"Nous cédons déjà des parts de marché à nos concurrents dans le monde, notamment les nouveaux venus comme le Cambodge et la Birmanie, qui produisent de plus en plus pour l'exportation".

L'an passé, la Thaïlande était encore numéro un mondial avec un tiers du marché. Mais sa part en 2012 pourrait n'atteindre que 18%, selon l'association, laissant passer devant ses rivaux vietnamien et indien. Un déclassement pronostiqué aussi par le Département de l'Agriculture américain.

La Thaïlande produit 20 millions de tonnes de riz par an, dont la moitié est habituellement exportée. Mais les ventes en 2012 ne dépasseraient pas les 6,5 millions de tonnes.


Les difficultés s'amoncellent au fur et à mesure que les stocks augmentent. Le pouvoir est même à court d'entrepôts et a brièvement songé à réquisitionner un hangar de l'aéroport domestique de Bangkok.

Et même si la stratégie est coûteuse, revenir en arrière serait très compliqué.
"Ils sont coincés parce qu'avec tout ce riz, ils n'ont pas vraiment d'autre possibilité que de continuer comme ça, faute de quoi les cours vont baisser et ils auront des problèmes politiques", estime le Dr. Ammar Siamwalla, économiste pour le Thailand Development Research Institute Foundation (TDRI).
"Il n'y a pas de stratégie de sortie", ajoute-t-il. "Les Indiens et les Vietnamiens se frottent les mains".

Quelque 10 millions de tonnes de stock attendent aujourd'hui dans des entrepôts, estime-t-il, mettant en doute la version officielle selon lequel six ou sept tonnes ont été vendues directement d'Etat à Etat.

La politique du gouvernement a pour autant atteint ses objectifs en réjouissant les paysans, en grande majorité fidèles à Thaksin Shinawatra, l'ex-chef du gouvernement en exil renversé par un coup d'Etat en 2006, et frère de la Première ministre.
"Je veux que le programme du gouvernement continue parce qu'au moins, cela nous aide à vendre le riz à un prix élevé", explique ainsi Supoj Joopia, qui cultive 9,6 hectares de rizières dans la province de Chachoengsao (centre) et a enregistré une hausse de 50% de ses revenus annuels, soit 780.000 bahts (25.000 USD).

Quatre millions de foyers en Thaïlande vivent de la culture du riz et 900.000 d'entre eux ont souscrit au projet du gouvernement, selon le TDRI.
"Le premier objectif du gouvernement est d'augmenter le niveau de vie des paysans", a justifié le ministre du Commerce Boonsong Teriyapirom. "Nous sommes toujours confiants quant à notre capacité à vendre notre riz".

Le riz est la céréale de base de plus de trois milliards de personnes dans le monde, la moitié de la population mondiale. Le Nigeria, l'Irak, l'Indonésie, la Côte d'Ivoire et l'Afrique du Sud comptent parmi les clients majeurs du royaume. Mais désormais, les exportateurs craignent le pire.
"Les acheteurs internationaux vont penser à la Thaïlande en dernière priorité", fulmine Chookiat. "Si ça continue comme ça, de nombreux exportateurs vont faire faillite".

IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 2881
Re : Des difficultés pour le riz thaï...
« Réponse #24 le: octobre 30, 2012, 09:47:22 pm »


L’Inde détrône la Thaïlande sur le marché du riz !


L’Inde est devenu le premier exportateur mondial de riz en 2012 en battant son homologue asiatique la Thaïlande, avec l’expédition de 9,75 millions de tonnes de riz, selon le dernier rapport de l’USDA (US deparment of agriculture).

La Thaïlande était auparavant le premier exportateur de riz avec des exportations de 10,65 millions de tonnes en 2011. Mais, ce volume est tombé à 6,5 millions de tonnes seulement en 2012.

« Du côté des exportations, les exportations de l’Inde ont fortement augmenté de 1,75 million de tonnes à 9,75 millions de tonnes, ce qui fait de l’Inde le plus grand exportateur de riz en 2012, une première pour l’Inde

toujours selon le rapport de l’USDA.

L’Inde est suivi par le Vietnam, qui a exporté 7 millions de tonnes de riz, la Thaïlande (6,5 millions de tonnes), le Pakistan (3,75 millions de tonnes) et les États-Unis (3,5 millions de tonnes).

L’Inde est passé de la troisième place en 2011 à la première en 2012, grâce à une production record de 104 320 000 tonnes favorisée par de bonnes pluies de mousson.

http://thailande-fr.com/actu/21679-linde-detrone-la-thailande-sur-le-marche-du-riz#axzz2AnGWQ2S4/30/10/2012
IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)