Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Auteur Sujet: Délinquance, drogues, attentats, terrorisme en Thaïlande  (Lu 169124 fois)

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3437
Re : Délinquance, drogues, attentats, terrorisme en Thaïlande
« Réponse #525 le: mai 06, 2019, 11:04:25 pm »


Saisie de 2 millions de pilules de méthamphétamines dans le Nord. Une arrestation !


La police enquête sur la source de 2 millions de comprimés de méthamphétamine saisis vendredi à Chiang Rai, près de la frontière avec le Myanmar. Un homme s'est fait prendre avec les 2 millions de pilules après une course poursuite avec la police dans le district de Mae Sai vendredi soir. Un policier a été blessé dans l'opération.

La police a demandé à un pickup de s'arrêter vers 23 heures vendredi soir à Sri Muang Chum. Mais le conducteur a filé et la police s'est lancée à sa poursuite. Au bout de trois kilomètres, le conducteur du pick-up a perdu le contrôle de son véhicule dans une courbe. Son véhicule a percuté une voiture de police avant de se retrouver dans un fossé au bord de la route. Un policier dans la voiture qui a été touchée a été blessé et emmené à l'hôpital.

Yutthachai Narapinitkul, le conducteur du pickup âgé de 43 ans, a été arrêté et placé en garde à vue.

La police a découvert 20 sacs de comprimés de méthamphétamine, pour un total de 20 millions (2 millions dans le titre), à l'arrière du véhicule.

La police tente toujours de déterminer la source de la drogue pour procéder à de nouvelles arrestations.

https://forum.thaivisa.com/topic/1098832-police-seize-2-million-meth-pills-following-car-chase-in-chiang-rai/
IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : Délinquance, drogues, attentats, terrorisme en Thaïlande
« Réponse #526 le: mai 30, 2019, 09:05:18 am »


Nouvelle loi : 20 ans de prison voire perpétuité pour un viol

LA THAÏLANDE a durci ses lois relatives au viol afin de mieux prévenir les crimes sexuels.

Les attaques sexuelles dirigées contre des enfants de moins de 13 ans, par exemple, entraîneront une peine de prison à vie en vertu de la loi plus sévère, tandis que les peines seront doublées pour les violeurs qui partagent les vidéos de l'agression. La nouvelle loi reconnaît également les crimes sexuels contre des hommes et des cadavres.


Promulguée lundi dans la Gazette royale, la loi modifiant la section relative au viol du Code pénal prévoit des peines plus sévères pour les agresseurs sexuels et reconnaît de nouvelles formes de crime. La peine de mort sera prononcée dans les cas où la victime décède des suites de violences sexuelles.

Panadda Wongphudee, reine de beauté devenue militante, a déclaré que la nouvelle loi était plus complète et plus conforme au contexte moderne.

« Par exemple, il aborde la question des enregistrements audio et vidéo des agressions sexuelles », a-t-elle déclaré, ajoutant qu'en vertu de cette loi, la police ne peut plus pousser les victimes à régler l'affaire à l'amiable.

Jadet Chaowilai, directeur de la Fondation des femmes  (WMP), a déclaré hier que la police tentait généralement de servir de médiateur lors du dépôt de plaintes pour viol (pour éviter que l'affaire se retrouve au tribunal).

"Cela se produit dans des cas qui n'ont donc pas été médiatisés", a-t-il déclaré.

WMP a suivi les informations dans 13 journaux pour surveiller la fréquence des violences sexuelles. En 2017, 317 cas de crimes sexuels ont été signalés. Parmi les victimes, 60,6% avaient entre 5 et 20 ans, et 30,9% entre 41 et 60 ans. La victime la plus âgée avait 90 ans.

WMP a également souligné le fait que 53% des violeurs étaient très proches des victimes ou des membres de leur famille. C'est peut-être aussi la raison pour laquelle la loi nouvellement introduite cherche à durcir la peine pour les crimes sexuels commis contre des parents.

« Seulement 38,2% des violeurs étaient de parfaits étrangers », a déclaré Jadet, ajoutant que quelque 8,8% des violeurs avaient rencontré leurs victimes par le biais des médias sociaux.

L'ivresse a également joué un rôle dans environ un tiers des crimes sexuels signalés.

«Nous avons également appris que 20 victimes étaient décédées des suites de violences sexuelles», a déclaré Jadet, ajoutant que les cas signalés n'étaient que la partie visible de l'iceberg, de nombreux cas n'étant pas signalés.

«En travaillant sur le terrain, j’ai appris par moi-même que le nombre de crimes sexuels ne baissent pas», a-t-il déclaré, ajoutant qu’il ne pensait pas que des peines plus sévères réduiraient le nombre de crimes. Au lieu de cela, a-t-il ajouté, un outil plus efficace consisterait à appliquer les lois de manière plus stricte et à s'efforcer de résoudre les problèmes familiaux et sociaux.

Il encourage également les familles et la société dans son ensemble à poursuivre activement les efforts pour mettre fin à la violence sexuelle.

«Ne faites pas en sorte que les filles se sentent gênées de signaler des violences sexuelles. Ne laissez pas le patriarcat l’emporter », a-t-il déclaré, ajoutant que les pères pensent souvent être propriétaires de leurs filles, tandis que les employeurs masculins pensent qu’ils peuvent tout faire à leurs travailleuses en raison de l’attitude patriarcale prédominante.

Il a également appelé les médias à cesser de stigmatiser les femmes dans leurs reportages sur la criminalité sexuelle et a exhorté l'industrie du divertissement à cesser de décrire les violeurs comme des héros.

«Ne faites pas croire que le viol peut conduire à l’amour. En réalité, aucune victime n'aime son violeur », a déclaré Jadet.

La directrice de la Fondation pour la promotion de l'égalité sociale, Supensri Puengkhokesoong, s'est dite préoccupée par le processus d'application (de la loi).

«Quelle que soit la qualité de la loi, son efficacité dépend uniquement des autorités chargées de la faire respecter», a-t-elle déclaré, exprimant l'espoir que les victimes obtiendront un accès rapide à leurs droits juridiques après les crimes.

Elle a déclaré que si la nouvelle loi en général prévoyait des peines plus sévères, elle donnait également à la cour la possibilité d'envisager de placer (dans des centres éducatifs) les délinquants âgés de moins de 18 ans dont les victimes avaient entre 13 et 15 ans, au lieu de les sanctionner.


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13986-nouvelle-loi-20-ans-de-prison-voire-perp%C3%A9tuit%C3%A9-pour-un-viol/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : Délinquance, drogues, attentats, terrorisme en Thaïlande
« Réponse #527 le: mai 31, 2019, 08:53:42 am »


Certaines personnes oublient parfois que la Thaïlande est le pays d'Asie du Sud-Est qui compte le plus d'assassinats domestiques !


Un Thaïlandais de 25 ans est arrêté pour avoir étranglé sa petite amie de 14 ans et lui avoir mis le feu

Thai Rath rapporte que des policiers de Trang, dans le sud de la Thaïlande, avaient arrêté un homme de 25 ans à Surat Thani pour le meurtre d'une lycéenne de 14 ans.

"Kan", pseudonyme de la victime, a été retrouvée morte et brûlée à l'essence dans un sous-bois à Trang au début du mois de mars.

Sa grand-mère avait signalé la disparition de la collégienne de M2 (4e).

Wisanu "Kai" Bunkhong, âgé de 25 ans, a toujours été considéré comme le responsable car il entretenait une relation avec l'adolescente.

Le surnommé "Ai Kai" dans les médias thaïlandais, a été interrogé par la police de Trang à Surat Thani. Il sera présenté au tribunal de Trang aujourd'hui.

Il s'était caché à Surat Thani.

Il aurait admis avoir agressé et étranglé Kan à mort. Il l'a ensuite incendiée après l'avoir aspergée d'essence. Il a ensuite déplacé le cadavre dans le but de le dissimuler.

Aucune raison ou motif n'a été donné.

https://forum.thaivisa.com/topic/1103598-arrested-thai-man-ai-kai-25-who-strangled-14-year-old-girlfriend-and-set-fire-to-her/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : Délinquance, drogues, attentats, terrorisme en Thaïlande
« Réponse #528 le: juin 08, 2019, 08:16:35 am »


Thaksin condamné à deux ans de prison de plus pour un projet lié à la loterie nationale

L'ex-Premier ministre en fuite, Thaksin Shinawatra, a été condamné aujourd'hui par contumace à deux ans de prison ferme, après avoir été reconnu coupable par la chambre criminelle "pour les politiques" de la Cour suprême, pour avoir autorisé une loterie nationale à deux et trois chiffres d’août 2003 à septembre 2006.

Le tribunal a jugé que M. Thaksin avait ignoré les avertissements selon lesquels l'émission de billets pourrait être illégale, car aucune loi ne l'étayait, et il a alors ordonné au vice-ministre des Finances et directeur du Bureau des loteries du gouvernement (GLO) de poursuivre le projet. Selon le tribunal, le GLO a entraîné une perte d'exploitation d'environ 1,6 milliard de bahts.

Le tribunal a également noté que le projet illégal de loterie avait incité le GLO à retirer 20 milliards de bahts de la caisse d'épargne du gouvernement en tant que réserves pour le projet de loterie. La cour a déclaré que M. Thaksin était pleinement conscient des risques, mais qu’il n’avait pris aucune précaution pour les atténuer.

Quarante-sept personnes, dont des ministres et des fonctionnaires du gouvernement, qui participaient au projet illégal de loterie, avaient déjà été jugées et condamnées par la Cour suprême. Certains d'entre eux ont été condamnés à des peines de prison avec sursis, tels que l'ancien vice-ministre des Finances, Warathep Rattanakorn, l'ancien secrétaire permanent des Finances, Somjainoek Engtrakul et l'ancien directeur du GLO, Chaiwat Pasokpakdi.

En avril de cette année, Thaksin a été condamné à trois ans de prison pour le prêt de 4 milliards de bahts accordé par la Thai Exim Bank au gouvernement du Myanmar pour le développement des télécommunications. La majeure partie du prêt a toutefois été utilisée pour acheter du matériel et des services à Shin Satellite Company, une filiale de Shin Corp, qui appartenait à Thaksin et à sa famille à l’époque.

Il a également été condamné à deux ans d'emprisonnement pour conflit d'intérêts dans le cadre d'un contrat foncier sur la route de Ratchadapisek, qui a été acheté par son épouse, Khunying Potjaman.


https://forum.thaivisa.com/topic/1104989-thaksin-gets-two-years-in-prison-over-2-and-3-digit-lottery-project/


Voici l'explication de cette histoire de loterie :

L’affaire de la loterie impliquait la mise en place en 2003 d'une loterie nationale imitant la loterie clandestine illégale, un jeu flexible dans lequel les gens pouvaient choisir des numéros à deux et trois chiffres et miser de petites sommes, système plus populaire que le système officiel de billets de loterie à numéros fixes qui offre moins d'opportunités de gains.

La loterie illégale est extrêmement populaire et le stratagème de Thaksin était de détourner une partie de l’argent joué dans la loterie illégale vers les coffres du gouvernement.

Le tribunal a estimé que M. Thaksin avait ignoré les pratiques administratives habituelles lors du lancement de la nouvelle loterie, qui avait été abandonnée après un coup d'état contre lui.
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : Délinquance, drogues, attentats, terrorisme en Thaïlande
« Réponse #529 le: juin 10, 2019, 08:46:38 am »


Corruption liée au "plan biométrie", le chef de l'immigration n'est pas inquiet

Le chef de l'immigration "ne s'inquiète pas pour lui-même" alors que la Thaïlande fait face à une enquête sur la corruption liée au plan biométrie.

Alors que la Thaïlande envisage de déployer son projet de biométrie de plusieurs milliards de bahts, la Commission nationale anti-corruption (CCNA) va enquêter sur des actes présumés illicites.

L’affaire a été commentée hier par le chef de l’immigration, le général Sompong Chingduang.

Il occupe le poste de responsable du bureau de l'immigration depuis quelques mois après que le célèbre général Surachate Hakparn a été brusquement démis de ses fonctions.

Aucune raison n'a jamais été donnée pour la mutation de Big Joke, bien que les spéculations soient légion. Un communiqué aurait mis fin aux rumeurs qui vont redoubler avec cette affaire.

TNA MCOT raconte de manière voilée qu'un "remaniement" a été effectué en coulisse.

Les journalistes racontent qu'un avocat appelé Sittra Biabangkert avait déposé une plainte auprès de la CCNA pour enquêter sur le projet biométrie.

Le plan consiste à mettre en place une technologie liée aux empreintes digitales et à la reconnaissance faciale aux frontières et aux aéroports d'ici le mois prochain. On ne sait pas si le projet de plus de deux milliards de bahts commencera à la date prévue du 1er juillet, comme annoncé.

La société étrangère qui travaille avec les Thaïlandais sur la mise en œuvre de cette technologie fera face à des amendes quotidiennes si elles ne respectent pas les délais.

Hier, le lieutenant-général Sompong a déclaré que le bureau coopérerait pleinement avec la CCNA et qu'il n'était personnellement pas "inquiet" des conclusions.

En ce qui le concerne, il a déclaré que le projet biométrie avait été mis au point plus de deux ans avant son entrée en fonction. Il a dit qu'il n'avait rien à cacher, mais il a déclaré qu'il ne pouvait garantir qu'il n'y avait pas eu malversation (sous entendu avant son arrivée).

Ce sera à la CNLA de s’en assurer.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/14036-corruption-li%C3%A9e-au-plan-biom%C3%A9trie-le-chef-de-limmigration-nest-pas-inquiet/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : Délinquance, drogues, attentats, terrorisme en Thaïlande
« Réponse #530 le: juin 13, 2019, 07:19:53 am »


Le trafic de méthamphétamines inonde la Thaïlande

Stupéfiants. La Thaïlande a durci sa lutte contre le trafic des méthamphétamines en provenance du Laos communiste.

Au crépuscule, sur les rives du Mékong, un jeu du chat et de la souris débute entre les gardes-frontières thaïlandais et les gangs de la drogue au Laos. Alors que les premiers sont armés de fusils M4 et de lunettes à vision nocturne, les seconds sont aidés par des drones pour échapper à leur surveillance.

Le Laos communiste, enclavé, très secret, aux frontières difficilement contrôlables, est une plaque-tournante pour le trafic des méthamphétamines: le « yaba », « la drogue qui rend fou », et l'« ice », vendue sous forme de cristaux qui se fument.

Les trafiquants du pays s'approvisionnent dans les laboratoires clandestins de la Birmanie puis acheminent ces drogues de synthèse vers la Thaïlande, le Vietnam ou le Cambodge, avant qu'elles n'envahissent les autres pays d'Asie du Sud-Est et l'Australie.

En Thaïlande, la drogue est « une menace nationale. Elle arrive de là-bas », relève Sumnuan Kamdee, capitaine de la marine thaïlandaise en désignant l'autre rive du Mékong, qui marque la frontière avec le Laos.


Multiplication des itinéraires

Son unité fouille les vedettes rapides qui naviguent sur le fleuve dans la province de Nakhon Phanom, l'une des plus pauvres du royaume. Mais la frontière est longue et impossible à contrôler dans sa totalité.

Le durcissement de la lutte antidrogue en Thaïlande a fragilisé la voie d'acheminement la plus rapide, qui traversait le pays du nord au sud. Du coup, les itinéraires à travers le Laos se sont multipliés. Les gangs laotiens sont bien équipés et renseignés.

« Ils envoient des drones qui survolent le fleuve pour détecter s'il y a des forces de l'ordre», raconte à l'AFP Phoomsak Kampoo, un responsable local. Ils ont aussi » des éclaireurs qui surveillent les points de contrôle» côté thaïlandais, ajoute-t-il.

Les petites quantités de drogue sont acheminées en Thaïlande par des pêcheurs qui, à la faveur de la nuit, coupent leur moteur et se laissent dériver vers la rive thaïlandaise où des passeurs les attendent. Les acheminements beaucoup plus importants, d'une valeur de plusieurs millions de dollars, deviennent de plus en plus fréquents via des embarcations sur le Mékong.


Explosion des saisies

Le Laos a pendant longtemps nié le problème. Mais, l'arrestation très médiatisée en 2017 à Bangkok du millionnaire Xaysana Keophimpa, parrain laotien de la drogue, a été saluée comme une nouvelle ère de collaboration entre les police thaïlandaise et laotienne.

Le pays doit encore « vraiment s'améliorer en matière de lutte contre le crime organisé, le trafic de drogue et le contrôle de ses frontières », souligne Jeremy Douglas de l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (UNODC).

Côté thaïlandais, les saisies se multiplient. Le 31 mai, l'unité de la police du Mékong a mis la main sur 133 kilogrammes de méthamphétamines dans la province de Mukdahan, également frontalière avec le Laos.

Entre le 31 mai et le 4 juin, les autorités ont saisi dans tout le pays trois tonnes d'«ice» et près de cinq millions de comprimés de «yaba», dont une partie avait été acheminée via le petit pays communiste.

Quelques jours plus tard, l'Australie a annoncé la prise record de 1,6 tonne d'«ice» à Melbourne. La drogue, d'une valeur marchande estimée à 840 millions de dollars (833 millions de francs), était dissimulée dans une cargaison de haut-parleurs expédiée de Thaïlande.


Prix en chute

Ces quantités considérables mettent en lumière l'explosion du trafic dans la région, alors que la Birmanie est l'un des plus gros producteurs de drogues de synthèse dans le monde, d'après les experts.

« Si un seul envoi sur dix parvient à passer, [le trafiquant, ndlr] récupérera tout de même son argent », relève un haut responsable thaïlandais de la lutte antidrogue. Conséquence de cette explosion de l'offre, les prix de vente des drogues de synthèse sont en chute libre en Thaïlande.

Dans certaines régions proches de la Birmanie notamment, un comprimé de « yaba » coûte désormais à peine 30 bahts (moins d'un dollar) contre encore quelques dollars il y a deux ans, d'après des responsables thaïlandais de la lutte antidrogue.

Un kilogramme d'« ice » est vendu 4800 dollars au Laos et environ 11'000 dollars à Bangkok. Le gramme se revend plusieurs centaines de dollars dans les rues australiennes. (ats/nxp)




https://fr.thaivisa.com/forum/topic/14052-le-trafic-de-m%C3%A9thamph%C3%A9tamines-inonde-la-tha%C3%AFlande/
IP archivée

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3437
Re : Délinquance, drogues, attentats, terrorisme en Thaïlande
« Réponse #531 le: juin 16, 2019, 08:05:16 pm »


Un Belge arrêté avec deux sacs de cocaïne à Pattaya !

La conférence de presse qui a eu lieu hier était dirigée par le chef de l'immigration thaïlandaise - le général Sompong Chingduang.

L'homme qui a remplacé le célèbre général Surachate "Big Joke" Hakparn, est connu dans les médias thaïlandais sous le nom de Big Oud.

Le général Sompong a déclaré aux médias qu’il avait arrêté deux étrangers recherchés pour trafic de drogue à l’étranger et en Thaïlande. Ses hommes avaient également arrêté des transsexuelles thaïlandaises à Pattaya.

Et il a donné aux médias un numéro à appeler au cas où des personnes verraient des étrangers se comporter de manière inappropriée.

Il y avait quelques affiches en vinyle exposées qui donnaient tous les détails, à la manière de son prédécesseur qui appréciait une bonne présentation visuelle.

Premier cas: des agents de l'immigration à Bangkok ont arrêté Demon Vineeni Jobin, 24 ans, recherché en vertu d'un mandat pour trafic de stupéfiants aux États-Unis. Il est entré en Thaïlande par l'aéroport de Suvarnabhumi le 12 février 2019 en utilisant un passeport portant le nom de Dylan Robert Peck.

Il a été appréhendé vendredi dernier près de Lumpini, Pathumwan.

 Cas 2: Danny Denise L. Van Der Vreken, 57 ans, de Belgique, a été arrêté à Pattaya avec deux sacs de cocaïne après que la police a monté une opération d'infiltration et fait semblant d'acheter auprès du suspect. Une fouille de sa chambre avait déjà été effectuée.

Il a été accusé de possession de cocaïne dans l'intention de vendre après son arrestation mardi. Il risque la peine de mort et, plus sûrement, la prison à vie s'il a importé la coke.

 Cas 3: À la suite de plaintes de deux Indiens, la police de Pattaya a décidé d'arrêter trois ladyboys thaïlandaises. Les Indiens ont dit à la police que les transsexuelles se trouvaient dans la rue (celle dans laquelle la police affirme qu'il n'y a pas de prostitution) tout comme eux.

Les Indiens ont refusé leurs avances mais, peu après ils se sont rendu compte qu'un collier en or d'une valeur de 18 000 bahts et de 1 100 bahts en espèces avaient disparu.

Un mandat a été émis qui a conduit à l'arrestation du gang à leur domicile.

Il s'agit de M. Darun ou "Benz", 34 ans, M. Wichai ou "Rose", 24 ans et M. Winai ou "Waan".

Ils - elles ont été accusés de vol.

 Tous les suspects dans les trois affaires sont actuellement en détention en attente de la prochaine étape de la procédure.

Les médias thaïlandais ont déclaré que le chef avait demandé l'aide du public pour signaler le comportement inapproprié d'étrangers à ses équipes.

Le numéro pour dénoncer les étrangers est le 1178.

https://forum.thaivisa.com/topic/1106347-big-oud-strikes-foreigners-and-thai-ladyboys-on-new-immigration-chiefs-radar/
IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : Délinquance, drogues, attentats, terrorisme en Thaïlande
« Réponse #532 le: juin 17, 2019, 08:10:13 am »


Contrairement à ce que certains pensent, la société thaïlandaise peut être très violente !


Des moto-taxis se tirent dessus en plein jour à Bangkok. Une victime collatérale est abattue

 Un Témoin tué par une balle perdue lors d'une bagarre entre motards

Un passant a été tué d'une balle perdue samedi lorsque deux groupes de moto-taxis se sont tirés dessus dans le district de Bang Na à Bangkok.

La police a déclaré que Weerawat Pheungkrut, 20 ans, employé de Kerry Express Thailand, avait été tué par une balle au sourcil gauche devant Soi Udomsuk 1 à 11h40.

Un autre homme non identifié a également été blessé par balle et emmené dans un hôpital voisin.

La police a déclaré que Thaweekiart Sutthisanong, 20 ans, avait également été blessé à la tête par un couteau et avait été conduit d'urgence à l'hôpital.

Selon la police, Weerawut a été tué par une balle perdue lorsque deux groupes de moto-taxis se sont battus devant Soi Udomsuk 1, parce qu'un groupe de moto-taxis a été contrarié qu'un nouveau groupe ait ouvert un stand à proximité.

La police vérifie des images de caméras de sécurité dans la zone avant de procéder à des arrestations.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/14068-des-moto-taxis-se-tirent-dessus-en-plein-jour-%C3%A0-bangkok-une-victime-collat%C3%A9rale-est-abattue/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : Délinquance, drogues, attentats, terrorisme en Thaïlande
« Réponse #533 le: juin 25, 2019, 07:47:29 am »


Seulement 6000 étrangers poursuivis pour avoir été employés comme vendeurs l'an passée

Plus de 6 000 étrangers ont été poursuivis en justice pour avoir occupé un emploi illégal en Thaïlande au cours de la dernière année.

Le chef du département de l'emploi a déclaré que plus de 6 000 étrangers travaillaient illégalement et occupaient des emplois réservés aux Thaïlandais au cours des 12 derniers mois.

Près de 1500 employeurs ont été condamnés à une amende pour les avoir employés.

Quelque 41 millions de bahts ont été collectés en amendes.

La répression de l'année écoulée concerne principalement les travailleurs migrants des pays voisins, bien que plus de 300 d'entre eux soient venus de plus loin.

Bangkok - en particulier Huay Kwang et Sukhumvit - ont été ciblés, de même que de nombreuses provinces où la main-d'œuvre migrante est élevée.

Petcharat Sin-uay a déclaré qu'il s'agissait notamment de Samut Sakhon, Pathum Thani, Phuket, Surat Thai, Songkhla et Chiang Mai.

Les migrants clandestins vendaient notamment de la nourriture et des boissons dans les rues et des articles dans des magasins - des emplois réservés exclusivement aux ressortissants thaïlandais.

Quelque 6 647 personnes ont été condamnées à une amende pour ne pas avoir de permis de travail ou pour occuper des emplois interdits du 1er juillet 2018 au 18 juin de cette année.

Dans tous les cas, le DoE a enquêté sur 417 546 cas.

Quelque 1 420 employeurs ont été identifiés et des amendes totalisant 41 millions de bahts au cours de la dernière année ont été perçues auprès des employeurs et des employés.

En tête des listes pour violation de la loi se trouvaient des ressortissants du Myanmar avec 4 250 cas, suivis du Cambodge 1 050, du Laos 665 et du Vietnam 349.

Le reste provenait d'autres pays non précisés.

6000 illégaux sur 3 millions, c'est infinitésimal et on peut affirmer que soit tout le monde respecte la loi, soit que les contrôles ne sont pas systématiques.

Par ailleurs, en raison du plein emploi en Thaïlande, le pays est obligé de faire appel à 3 millions d'étrangers qui, effectivement, vendent dans les marchés. Les migrants ont le droit d'être dans un magasin mais pas de toucher des bahts thaïlandais qui doivent aller directement dans la main du patron thaïlandais.

On ne sait pas comment les patron de petites boutiques feraient s'ils ne pouvaient pas embaucher des étrangers car ils ne trouveraient pas de Thaïlandais pour les remplacer.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/14107-seulement-6000-%C3%A9trangers-poursuivis-pour-avoir-%C3%A9t%C3%A9-employ%C3%A9s-comme-vendeurs-lan-pass%C3%A9e/
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14174
Re : Délinquance, drogues, attentats, terrorisme en Thaïlande
« Réponse #534 le: juillet 04, 2019, 01:55:41 am »

https://www.illicit-trade.com/fr/2019/07/ancienne-mule-contre-trafic-detre-humains/?


Une ancienne mule contre le trafic d’être humains ...  :'(

Une ancienne mule condamnée pour trafic d’héroïne en Thaïlande veut désormais participer à la lutte contre le trafic d’êtres humains

Cette femme originaire d’Afrique du Sud se nomme Nontando Pendu. Elle a été emprisonnée pendant 10 ans en Thaïlande après avoir été contrôlée avec de l’héroïne en 2009. Son travail de mule consistait à faire passer la drogue en Chine. Son objectif est désormais de devenir une militante contre le trafic d’êtres humains.


Mule ou victime ?

Pendu vient de Welkom dans le Free State. Une amnistie lui a été accordée et elle a été libérée récemment de la prison Centrale de Bangkok ; Klong Prem. Elle y était détenue depuis octobre 2009.

Elle s’est adressée au producteur Hazel Friedman lors d’une interview. Cette entrevue a eu lieu à son arrivée à l’aéroport international de Tambo le 22 juin. 

L’émission traitait des enquêtes internationales sur le trafic de drogue et suivait l’histoire de Pendu et d’autres sud-africains incarcérés à l’étranger pour trafic de drogue. Selon Pendu ; “Ce qui m’est venu à l’esprit c’est “tu sais Pendu, tu dois essayer de parler de ce trafic d’êtres humains.

Ils profitent des jeunes filles et spécialement de celles qui viennent de famille pauvres et celles qui essaient de faire de l’argent rapidement.”

L’ancienne mule est restée un certain temps au centre de détention de Bangkok après sa libération ; le temps que sa citoyenneté soit confirmée aux autorités thaïlandaises. Pendu avait 24 ans quand on lui a offert un prétendu travail via une rabatteuse du nom de Thembi.

Pendu devait devenir conductrice d’ambulance. A son arrivée en Thaïlande Pendu a été informée qu’elle devait rembourser le prêt pour son ticket en faisant passer des drogues vers la Chine. Elle a été arrêtée pendant cette opération par les autorités qui avaient eu vent du trafic. Thembi a niée avoir connaissance de la drogue.


Lutter contre le trafic d’êtres humains

Pendu dit que maintenant qu’elle rentre finalement chez elle, elle veut tenter d’améliorer les choses grâce à son expérience dans les prisons de Thaïlande. Elle a ajouté qu’elle était très enthousiaste à l’idée de rentrer à la maison après tant d’années loin de sa famille.

Elle était en cellule avec trois autres femmes sud-africaine il comprit la célèbre Nolubabalo « Babsie » Nobanda. Cette dernière avait été arrêtée avec de la cocaïne à l’intérieur de ses dreadlocks. Les autorités de l’aéroport ont arrêté Nobanda en décembre 2011. Elle venait de Makhanda dans l’ Eastern Cape. Elle portait 1.5kg de cocaïne dans ses dreadlocks.

Pendu raconte : “Il y a des jours où je me demandais : mon Dieu, mon Dieu pourquoi tu m’as permis d’arriver ici pourquoi tu n’as pas fait s’écraser mon avion alors que je venais là pourquoi tu m’as punie dans cette prison.”

Quand on lui demande ce qu’elle voudrait dire à la personne qui l’a rabattue, Pendu dit qu’elle lui a pardonné. Au contraire elle voudrait la remercier parce qu’elle a beaucoup appris en prison ;

“Ce que j’ai appris ici a changé ma vie. Les choses que j’ai acquises, la confiance que je ressens maintenant je ne les aurais jamais obtenues si je n’avais pas été ici.”
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : Délinquance, drogues, attentats, terrorisme en Thaïlande
« Réponse #535 le: juillet 05, 2019, 08:36:09 am »


Le DSI s'attaque à un usurier important

Le Département des enquêtes spéciales (DSI ou FBI local), l'armée et des policiers ont effectué une descente dans trois endroits à Bangkok, notamment le domicile d'un prétendu prêt d'emprunt, alors qu'ils cherchaient à constituer un dossier contre le prêt, a déclaré le chef de la DSI, le colonel Paisit Wongmuang. mercredi.

Le centre d'aide juridique du DSI pour les débiteurs et les victimes d'injustice avait reçu des plaintes concernant un usurier - dont le nom n'a pas encore été dévoilé, les autorités prenant toujours des gants avec les usuriers souvent intouchables - qui accordait des prêts à un taux d'intérêt mensuel de 10 à 20% (240 % par an) aux personnes vivant principalement à Bang Khen et de Lat Phrao, a déclaré Paisit.

La perquisition a conduit les policiers à trouver «des preuves évidentes » chez le suspect, notamment une liste des noms et des remboursements de dette des débiteurs, des comptes bancaires et des cartes ATM des débiteurs, ainsi que des copies de dépôts de plainte faites par l'usurier .

Les officiers ont rassemblé un total de 11 boîtes et 13 sacs de documents en vue d'actions en justice menées par le Centre d'action de la police royale thaïlandaise pour la répression de la fraude publique, a déclaré Paisit.

L'enquête de la DSI a révélé que l'usurier aurait exploité une entreprise de prêt illégal pendant 10 ans et qu'il aurait profité des débiteurs en leur faisant signer des contrats de prêt d'un montant supérieur au montant effectivement donné, a déclaré Paisit.

Certains débiteurs ont été contraints de signer des contrats encore plus injustes, obligeant par exemple à payer quotidiennement un intérêt de 200 Bt sur un emprunt de 10 000 Bt.

Beaucoup n’ont pas non plus reçu de récépissé de remboursement de leur dette ou ont reçu l’ordre de détruire ces récépissés. D'autres sur le point de rembourser intégralement leur dette au prétendu usurier auraient été victime d'intimidation. Le suspect aurait menacé de renvoyer devant un tribunal les victimes ( avec le contrat contenant le montant exagéré des intérêt) afin de les forcer à payer les montants énormes, a ajouté Paisit. Ce qui prouve que l'usurier ne craignait pas la justice.

De 2009 à ce jour, le suspect aurait déposé 460 actions en justice (374 actions civiles et 86 actions pénales) contre 852 débiteurs pour des dettes d'une valeur de 24,6 millions de Bt, a déclaré Paisit.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/14149-le-dsi-sattaque-%C3%A0-un-usurier-important/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : Délinquance, drogues, attentats, terrorisme en Thaïlande
« Réponse #536 le: juillet 09, 2019, 09:07:06 am »


Saisie de vin de contrebande d'une valeur de 600 000 Bahts
 
Hier (8 juillet 2019), des soldats de l'armée thaïlandaise ont saisi 40 caisses de vin de contrebande provenant d'un bateau amarré du côté Thaïlandais du fleuve Moei dans le District de Mae Sod, dans la Province de Tak.

Les soldats inspectaient régulièrement les embarcations. Sur l'un des bateaux, ils ont trouvé 40 packs de vin Robert Mondavi 2015 d'une valeur totale de 600 000 baht.

Le bateau a été saisi pendant que les agents des douanes interrogeaient les contrebandiers.



http://thairesidents.com/local/smuggled-wine-worth-b600000-seized/?fbclid=IwAR16cn48h2omE8ZDYduHJ4GMyncd9Ezniy1vNSuR3FefmOLRmNvaveChcFY
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : Délinquance, drogues, attentats, terrorisme en Thaïlande
« Réponse #537 le: juillet 10, 2019, 09:17:03 am »


Dites-vous qu'en France, ces monstres qui ont massacrés une famille complète auraient été punis à 20 ans de prison et seraient sortis au bout de 15 ans !


Septième condamnation à mort pour le massacre de la famille Worayuth

Un septième accusé dans l'assassinat d'une famille de huit personnes dans le sud de la province de Krabi, il y a presque exactement deux ans, a été condamné à mort mardi, alors que la même peine était confirmée pour le cerveau responsable du crime et pour cinq complices.

La cour d'appel de Krabi a également confirmé la peine de 12 mois de prison prononcée contre Chalita Sangchote, épouse du chef de file condamné, Surifath «Bang Fath» Bannopwongsakul.

Le tribunal a également ordonné aux sept hommes condamnés à mort de verser conjointement 5 millions de Bt à titre d’indemnisation aux proches des victimes.

Tawatchai Boonkong, le septième accusé condamné à mort, âgé de 38 ans, avait été condamné en première instance à 13 mois de prison. Chalita et lui avaient déjà purgé leur peine au moment de l'audience en appel.

L'année dernière, la première instance a étudié les faits concernant l'assassinat du chef du village de Ban Khao Ngam, Worayuth Sunglung, et de sept membres de sa famille, commis le 10 juillet 2017 à leur domicile dans le district de Khao Leuk.

En mars 2018, Surifath, 43 ans, Komsan Wiangnon, 42 ans, Prajak Boontoy, 37 ans, Abdulloh Doloh, 31 ans, Arun Thongkham, 30 ans, et Thanachai Jamnong, 42 ans, ont été condamnés à mort et incarcérés à la prison de Nakhon Si Thammarat.

Surifath a été reconnu coupable d'avoir ordonné que Worayuth et sa famille soient exécutés à la suite d'un conflit concernant une propriété foncière. Worayuth a donné des titres de propriété à Surifath en garantie d'un prêt et a finalement remboursé la dette, mais Surifath a refusé de rendre les titres.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/14170-septi%C3%A8me-condamnation-%C3%A0-mort-pour-le-massacre-de-la-famille-worayuth/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : Délinquance, drogues, attentats, terrorisme en Thaïlande
« Réponse #538 le: juillet 16, 2019, 08:09:24 am »


La hotline anticorruption du NCPO a reçu plus de 5 000 plaintes au cours des deux dernières années

Le Conseil national pour la paix et l'ordre (NCPO ou junte) a reçu plus de 5 000 plaintes pour corruption au cours des deux dernières années.

La colonel Sirichan Ngathong, porte-parole adjoint du NCPO, a révélé que le centre de traitement des plaintes du NCPO, officiellement ouvert en juillet 2017, avait reçu 5 073 plaintes au total. Les plaintes ont été signalées via la hotline 1299, postées à la boîte postale no. 444, ou soumises à des unités militaires à l'échelle nationale.

Elle a ajouté que 912 plaintes avaient été déposées contre des représentants de l’État pour inconduite et pratiques de corruption. Les plaintes ont été transmises au Centre national de lutte contre la corruption pour complément d'enquête et 842 cas ont été résolus.

Les 4 161 autres plaintes concernaient des problèmes rencontrés par des particuliers. Elles ont été transmises au cabinet du Premier ministre pour être résolues par les voies gouvernementales.

Alors que le mandat du NCPO / junte expire conformément à la Constitution, le fonctionnement des centres de traitement des plaintes prend également fin. Les personnes qui ont encore des problèmes peuvent déposer une plainte auprès d'autres agences gouvernementales, telles que le Bureau de la Commission anti-corruption du secteur public, le Cabinet du Premier ministre, les Centres Damrongtham / médiateurs de district ou directement à l'organisme concerné.

La colonelle n'a pas donné d'exemple de cas de corruption ou de problèmes rencontrés.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/14196-la-hotline-anticorruption-du-ncpo-a-re%C3%A7u-plus-de-5-000-plaintes-au-cours-des-deux-derni%C3%A8res-ann%C3%A9es/
IP archivée