Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Auteur Sujet: MEDECINE - SANTE...  (Lu 196067 fois)

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15878
Re : MEDECINE - SANTE...
« Réponse #650 le: juillet 23, 2019, 08:25:12 am »


Palu: la résistance aux traitements s'est aggravée en Asie du Sud-Est

Le problème de la résistance multiple aux traitements des parasites responsables du paludisme, source d'inquiétants échecs thérapeutiques, s'est considérablement aggravé dans le Sud-Est asiatique, s'alarment des chercheurs.

Plus de 200 millions de cas de paludisme surviennent chaque année dans le monde, en majorité dus au parasite Plasmodium falciparum, responsable de neuf décès sur dix. Les patients sont généralement traités par des dérivés de l'artémisinine, administrés en combinaison avec d'autres médicaments antipaludéens.

Jusqu'à 80% des parasites les plus courants du nord-est de la Thaïlande et dans d'autres parties de la région sont maintenant résistants à la combinaison de deux médicaments la plus utilisée (l'artémisinine et la pipéraquine), selon deux études, publiées mardi dans la revue spécialisée The Lancet Infectious Diseases.

Cette résistance au traitement avait fait son apparition en 2008 dans l'ouest du Cambodge. Ces parasites (Plasmodium falciparum), qui se propagent rapidement, ont également acquis de nouvelles capacités de résistance aux traitements, par le biais de mutations génétiques.

Ils provoquent ainsi l'échec d'une association médicamenteuse de première ligne contre le paludisme, la "DHA-PPQ" à base d'artémisinine (dihydroartémisinine associée à la pipéraquine), dans la moitié des cas dans le sud-ouest du Vietnam, dans 67% des cas dans l'ouest du Cambodge et 87% des cas dans le nord-est de la Thaïlande.

"Ces résultats inquiétants indiquent que le problème de la multirésistance à Plasmodium falciparum s'est considérablement aggravé en Asie du Sud-Est depuis 2015", déclare le professeur Olivo Miotto du Wellcome Sanger Institute et de l'Université d'Oxford, co-signataire des deux études et qui a codirigé l'étude dite d'épidémiologie génomique.

"Cette souche parasitaire résistante très efficace est capable d'envahir de nouveaux territoires et d'acquérir de nouvelles propriétés génétiques", poursuit-il.

Il évoque "la perspective terrifiante" de la propagation du parasite en Afrique, où la plupart des cas de paludisme surviennent. Une propagation similaire de la résistance à la chloroquine dans les années 1980 a contribué à des millions de décès en Afrique sub-saharienne, notent les chercheurs.

Pour leur part, les auteurs d'un essai comparatif dans trois pays de la région, dirigé par le professeur Arjen Dondorp de l'université Mahidol-Oxford (Bangkok, Thaïlande), appellent à l'abandon de la combinaison thérapeutique de première ligne "DHA-PPQ" couramment utilisée dans la sous-région orientale du Grand Mékong (Cambodge, sud de la Chine, Laos, Birmanie, Thaïlande et Vietnam), même là où la résistance contre ce traitement n'a commencé à se manifester que très récemment.

"L'une des options consiste à remplacer la pipéraquine par un médicament actuellement efficace comme la méfloquine ou la pyronaridine, comme l'ont déjà fait le Cambodge et la Thaïlande", selon l'un des chercheurs, le Pr Tran Tinh Hien (Oxford University Clinical Research Unit, Vietnam).

Une autre option est d'utiliser une trithérapie ("triple ACT") associant l'artémisinine à deux médicaments au lieu d'un, relève-t-il.

Les résultats préliminaires de l'essai d'une triple association (dérivé d'artémisinine DHA, pipéraquine, méfloquine) indiquent qu'elle était "pleinement efficace en Thaïlande, Cambodge et au Vietnam", écrivent-ils dans The Lancet Infectious Diseases.


https://lepetitjournal.com/bangkok/palu-la-resistance-aux-traitements-sest-aggravee-en-asie-du-sud-est-262160?fbclid=IwAR0nHc2ioMYJVqROyykef9I5WVmOmTojd89HY-dFYKMG_H476iI79g3_Yc8
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14277
Re : MEDECINE - SANTE...
« Réponse #651 le: août 08, 2019, 04:09:22 pm »

http://www.gavroche-thailande.com/actualites/societe/110458-tha-lande-marijuana-c-est-parti-pour-le-medical-weed-dans-l-ex-royaume-de-siam?


MARIJUANA: C'est parti pour le «medical weed» dans l'ex Royaume de Siam...

Le nouveau ministre de la santé thaïlandais Anutin Charnvirakul, allié indispensable des militaires au sein de la coalition gouvernementale issue des élections du 24 mars, est déjà passé à l'acte. Grand partisan de la légalisation de la marijuana à des fins médicales, cet homme d'affaires a présenté le 7 août le premier flacon industriel d'extrait d'huile de cannabis. 4500 flacons produits par l'organisation pharmaceutique nationale (laboratoire public) vont être distribué dans les hôpitaux et dispensaires.

C'est parti pour le cannabis médical en Thaïlande.

La promesse de campagne de l'actuel ministre de la santé Anutin Charnvirakul est en train de devenir réalité.

4500 flacons d'extrait d'huile de cannabis, produit par le laboratoire pharmaceutique public thaïlandais, viennent d'être produits et seront bientôt distribués à des fins thérapeutiques.


12 hôpitaux pionniers recevront rapidement ce précieux « médicament ». 2000 autres flacons seront produits d'ici la fin du mois d'août.

La nouvelle législation va permettre à terme aux thaïlandais titulaires d'une permission médicale de planter jusqu'à six pieds de marijuana chez eux.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15878
Re : MEDECINE - SANTE...
« Réponse #652 le: août 10, 2019, 08:53:04 am »


Un Thaïlandais meurt d'une crise cardiaque toutes les 10 minutes

En Thaïlande, six personnes décèdent d'une crise cardiaque chaque heure. Il est important de connaître la RCP :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Réanimation_cardio-pulmonaire


L'agence de presse nationale a publié de nouvelles données sanitaires. Six Thaïlandais meurent toutes les heures d’un arrêt cardiaque soudain.

Des crises cardiaques inattendues causent la mort de 50 000 Thaïlandais chaque année. 140 000 morts en France par an mais cela englobe toutes les maladies cardiaques pas seulement les crises cardiaques soudaines.

A Bangkok, 47 564 appels d'urgence au 1669 ont été traités (l'an passé ?). 1 197 appels concernaient un arrêt cardiaque soudain qui ont entraîné la mort de 656 personnes (54 %) à la suite d'une RCP incorrecte, de proches ou d'autres personnes ne sachant pas comment faire une RCP.

Il faut faire plus pour former la population à la RCP afin de sauver davantage de vies, ont déclaré les autorités.

Par ailleurs, 300 000 Thaïlandais meurent chaque année de maladies non transmissibles, 6 fois plus que des maladies cardiaques proprement dites. Les maladies cardiaques font partie des maladies non transmissibles comme les affections rénales et le diabète.

L'âge moyen des personnes décédées des maladies non transmissibles est de 60 ans.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/14345-un-tha%C3%AFlandais-meurt-dune-crise-cardiaque-toutes-les-10-minutes/
IP archivée