Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Auteur Sujet: Les Animaux en Thaïlande... et chez ses voisins  (Lu 133608 fois)

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Les Animaux en Thaïlande... et chez ses voisins
« le: août 25, 2009, 03:40:32 pm »

MAMMIFÈRE DE THAILANDE


Nous avions fait des fiches de tous les animaux importants vivant en Thaïlande sur notre ancien forum... On recommence pour reconstituer cette super base de données... avec des nouvelles photos bien sûr...

A tout seigneur, tout honneur:



L’éléphant.

L’éléphant est un mammifère ongulé (dont les pattes se terminent par des sabots) de la famille des proboscidiens. Il est facilement identifiable à sa grande taille (2,5 a 3 mètres de haut, 6,50 mètres de long avec la trompe, pour un poids de 5 tonnes), à sa peau de couleur grise, à son derme très épais (2 cms), à sa longue trompe et à ses défenses d’ivoire, incisives supérieures allongées. Ces dernières sont surtout visibles chez les mâles adultes et peuvent atteindre jusqu’à 1 mètre de long et peser 100 kilos. Sa longévité est de 70 ans mais la moyenne d’age se situe plutôt entre 40 et 50 ans.
         
Par rapport à leurs congénères d’Afrique, les éléphants d’Asie sont plus petits, possèdent des oreilles moins larges ainsi que deux bosses au sommet de la tête. Ils ont le dos rond ou plat au lieu d’être creusé et leur trompe, dont l’extrémité leur permet d’attraper et de saisir, n’est munie que d’un seul doigt au lieu de deux chez l’Africain.
         
L’éléphant d’Asie vit principalement dans les forêts sauvages, dans les zones marécageuses et les plantations. Il reste actif de jour comme de nuit et son régime alimentaire copieux (200 kilos par jour) est très varié : plantes sauvages, fleurs de palmiers, bananes, morceaux de bois ou d’écorce, feuilles, etc… Il se déplace dans la jungle, très facilement malgré sa stature imposante, et possèdent une grande stabilité due à la taille de ses pieds.
         
Longtemps utilisé par l’homme comme moyen de transport en forêt ou même comme animal de guerre dans les armées, c’est surtout comme animal de trait, chargé de transporter les troncs d’arbres abattus, qu’il fut employé ces dernières décennies.
         
En 1989, la loi interdisant l’abattage des grands arbres en Thaïlande (en particulier les tecks) eu pour conséquence de priver les éléphants de leur emploi traditionnel. Quelques spécimens devinrent l’attraction de centres de dressage ou furent exploités dans le secteur touristique. La plupart furent laissés pour compte, abandonnés par leurs propriétaires (Mahout) qui n’avaient plus les moyens de s’en occuper.
         
Au début du 20e siècle, plus de 100 000 éléphants étaient signalés sur le territoire thaïlandais. On en dénombre actuellement moins de 3000, concentrés dans le Nord et les parcs nationaux.

Beaucoup ont été exterminés par les braconniers, amateurs d’ivoire, même si depuis 1921, leur chasse est interdite.
IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Les Animaux en Thaïlande.
« Réponse #1 le: août 27, 2009, 10:52:11 am »


Une grande campagne de stérilisation des macaques a été lancé dans la ville de Lopburi aussi appelé la ville au singes...

Les habitants se plaignaient depuis quelques années déjà de l'agressivité des singes vis à vis des hommes. Le gouvernement a donc décidé d'instaurer un programme de limitation des naissances.

On peut voir sur ces photos le docteur Juthamas Sumanam réalisant une vasectomie sur un grand mâle.
IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Les Animaux en Thaïlande.
« Réponse #2 le: août 27, 2009, 11:05:57 am »


Les autorités thaïlandaises restent vigilantes quant au braconnage et c'est bien !

Ce mois-ci, la Police des douanes a saisi à l'aéroport Suvarnabhumi  de bangkok un chargement d'ivoire en provenance d'Ouganda et du Kenya. Celui-ci contenait 316 défenses pour une valeur de 50 millions de bahts...

IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Les Animaux en Thaïlande.
« Réponse #3 le: août 28, 2009, 08:55:19 am »

MAMMIFÈRE DE THAILANDE


Le buffle d’eau sauvage.

         
Le buffle d’eau sauvage appartient à la famille des bovidés. Plus grand que son homologue domestique, il mesure entre 150 et 190 centimètres de longueur, pour un poids de 700 à 1200 kilos.

Sa robe est marron foncé et son corps massif et musclé. Le mâle, comme la femelle, portent des cornes, longues de 120 centimètres, qui se prolongent vers l’extérieur et dont les pointes remontent vers l’intérieur.  Il vit en troupeau, pouvant compter une centaine de bêtes, et privilégie les zones de pâturage près des points d’eau. La période d’accouplement a lieu en octobre et novembre. La femelle met bas au bout de dix mois de gestation.

De nos jours, les buffles d’eau sont victimes de la modernisation agricole ou de la chasse. Les spécimens sauvages sont contraints à la domestication ou utilisés dans les compétitions et combats de buffles, célèbres, en particulier dans le Sud du pays.
IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Les Animaux en Thaïlande.
« Réponse #4 le: août 29, 2009, 08:54:41 am »


Je ne peux pas m'empêcher de remettre ce topic car je trouve leur action formidable...

Le 16 Aout, la fondation Thaïlandaise des prothèses ("Thai protheses fundation") a équipé deux éléphants ayant perdu une patte en sautant sur des mines à la frontière de Birmanie... Motola, une femmelle âgé de 48 ans (photo 1) et Mosha, un jeune mâle de 3 ans (photo 2)...

(posté par Malco dans la Journée Eléphants http://fr.news.yahoo.com/55/20090820/tod-une-femelle-lphant-quipe-dune-jambe-17baed7_1.html)


BRAVO !
IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Les Animaux en Thaïlande.
« Réponse #5 le: août 30, 2009, 01:29:43 pm »

MAMMIFÈRE DE THAILANDE


Un de mes animaux préférés en Thaïlande (j'ai eu la chance d'en croiser un une fois dans la jungle)...


Le galéopithèque (Colugo)  ou « lémur volant ».

Le galéopithèque, de l’ordre des dermoptères, est un rongeur volant de la famille des marsupiaux vivant dans la péninsule sud-thaïlandaise. Il se caractérise par sa petite taille (34 à 42 centimètres de long dont 25 centimètres de queue). Son museau est semblable à celui des chiroptères (chauves souris).

Ses membres antérieurs sont reliés aux membres postérieurs et aux flans par une membrane alaire, le « patagium », qui lui permet un vol  plané prolongé de plusieurs dizaines de mètres (parfois même de plus de 100 mètres). Cette membrane enserre également la queue et les doigts, toujours au nombre de cinq et munis d’ongles courts recourbés.
         
Le galéopithèque est actif la nuit et vit dans les arbres. Pendant la journée, il se suspend aux branches le dos vers le bas, protégé par son pelage moucheté mimétique. Il se nourrit de feuilles et de fruits qu’il porte à sa bouche avec ses mains.

La femelle porte les petits (2 maximums) agrippés à son ventre.
IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Les Animaux en Thaïlande.
« Réponse #6 le: septembre 01, 2009, 10:12:50 am »

MAMMIFÈRE DE THAILANDE


Le tupaie commun.
         
Le tupaie commun est un animal de petite taille (de 15 à 20 centimètres et autant pour la queue) ressemblant à une musaraigne vivant dans le sud de la Thaïlande.

Sa corpulence est élancée, ses membres sont relativement courts et ses doigts sont munis d’ongles minces en forme de griffes. Son museau est allongé et pointu, ses yeux sont placés latéralement et ses oreilles sont arrondies, fines et assez grandes. La queue est touffue et ébouriffée. Le pelage est dense et doux, de couleur grisâtre.
         
Le tupaie est un animal diurne et actif autant sur le sol que dans les arbres. Il se nourrit d’insectes et autres invertébrés, d’œufs, de petits oiseaux et de végétaux. Il vit seul ou en couples, défendant son territoire personnel.
IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Les Animaux en Thaïlande.
« Réponse #7 le: septembre 05, 2009, 11:09:07 am »

MAMMIFÈRE DE THAILANDE


Le tarsier.         
         
 
Nom latin : Tarsius Spectrum

Sa taille : Environ 39 cm (16cm: corps + 23 cm: queue)

Son poids : 80-100 g.

Classe : Mammifères

Ordre : Primates

Famille : Tarsiidés

Longévité : 8-12 ans

Caractéristiques : Le tarsier est un animal de la taille d'un rat. Il a un crâne rond, des cuisses musclées,des jambes grêles,une longue queue écailleuse et une curieuse face aplatie aux yeux gigantesques (diamètre de 1,5 cm). Il a 34 dents. Il ne peut pas marcher donc il se déplace en sautant. Ses oreilles peuvent tourner dans toutes les directions pour entendre différents sons provenant de plusieurs directions.

Comportement : Le tarsier est un animal nocturne. Il dort pendant toute la journée. Au crépuscule, quand il se réveille, premièrement il fait sa toilette. Ensuite, il va à la chasse. Le tarsier est un animal qui vit en famille. Il marque son territoire avec de l'urine.

Alimentation : Le tarsier est un animal omnivore. Il est un grand amateur de fruits, de lézards, d'insectes, de serpents,d'oiseaux etc. Cet animal mange presque toutes les parties de ses proies. Même les becs et les plumes!
 
Reproduction : Le tarsier et un animal vivipare. Sa saison de reproduction (rut) dure l'année entière. Donc, il y a des naissances  tout au long de l'année. La période de gestation est d'approximativement 6 mois. La femelle n'a qu'un petit à la fois. Le petit tarsier voyage habituellement accroché à la fourrure de l'abdomen de sa mère et il reçoit de la nourriture vivante dès l'âge de 3 semaines. Quand les petits naissent, ils ont des poils et les yeux ouverts.

Son habitat : Le tarsier vit en Asie et en Océanie. Il est présent en Malaisie,en Indonésie et sur les Îles de l'Asie. Cet animal est protégé dans des pays comme l' Indonésie et la Malaisie (comme il est un animal en danger).
 
 
Saviez-vous ?

Le tarsier est un animal très doux et il est très affectueux envers les membres de son espèce et envers les humains qu'ils connaissent. Bien que cet animal aie des yeux plus gros que son cerveau, il est très intelligent. Il est un animal tellement bizarre que les indigènes inventaient des légendes sur son compte. Comme par exemple qu'il mange des charbons ardents et qu'il est une forme miniature du lion! Le tarsier peut tourner sa tête de 180°. Cette particularité effrayait nos ancètres.

Ce magnifique animal était sculpté dans plusieurs des tottems des indigènes. En Asie, en Europe et en Amérique, des fossiles du tarsier ont été trouvé. Ces derniers datent de 40 000 000 d'années.

IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Les Animaux en Thaïlande.
« Réponse #8 le: septembre 08, 2009, 10:31:08 am »

REPTILE DE THAILANDE


Le Crocodile du Siam


Règne : Animalia
Embranchement : Chordata
Classe : Reptilia
Ordre : Crocodilia
Famille : Crocodylidae
Genre : Crocodylus
Statut de conservation IUCN : en danger critique d'extinction
       
 
Le Crocodile du Siam (Crocodylus siamensis) est une espèce de crocodile pouvant atteindre les 3 mètres de long, beaucoup plus rarement 4 mètres. Il se trouve en Asie du Sud-Est : à Brunei Darussalam, au Cambodge, en Indonésie, au Laos, en Malaisie, à Myanmar, en Thaïlande et au Viêt Nam. Mais l'espèce a très fortement regressé dans tous ces pays et elle a pu disparaître de la plupart d'entre eux.

Biologie : On ignore presque tout de sa biologie et de son écologie. Il semble fréquenter les eaux douces.

Conservation : les populations actuelles sont très faibles : moins de 5 000 individus. L'avenir de l'espèce semble très critique d'autant que l'on ignore encore presque tout de sa réelle distribution. Si les populations semblent avoir disparues de Thaïlande, les programmes d'élevage au Cambodge sont une réussite. Mais dans ce pays, la réduction de nombreuses populations semble irrémédiable.

Les principales menaces sont la chasse et la destruction de son habitat qui est converti pour l'agriculture. La valeur de sa peau devrait permettre un essor de son élevage. De plus, le faible danger qu'il représente, devrait être un argument supplémentaire pour les populations. La possible hybridation avec Crocodylus porosus dans ces fermes d'élevage pourrait être une nouvelle menace.
IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Les Animaux en Thaïlande.
« Réponse #9 le: septembre 12, 2009, 10:47:45 am »

MAMMIFÈRE DE THAILANDE


Le Binturong.


1/ Classification classique :

Règne : Animalia
Embranchement : Chordata
Sous-embr. : Vertebrata
Classe : Mammalia
Sous-classe : Theria
Infra-classe : Eutheria
Ordre : Carnivora
Sous-ordre : Feliformia
Famille : Viverridae
Sous-famille : Paradoxurinae


2/ Mode de vie :

Son régime alimentaire est principalement composé de végétaux.

On connaît encore bien mal le mode de vie du binturong dans la nature. C'est un habitant solitaire des grandes forêts d'Asie tropicale et il n'est commun nulle part, ce qui est la règle pour tous les animaux forestiers tropicaux. De surcroît, ses mœurs sont entièrement nocturnes, aussi y a-t-il fort peu de chances qu'on le rencontre au hasard d'une randonnée en forêt. Le binturong passe la journée enroulé sur lui même, confortablement installé dans une fourche d'arbre ou au fond d'un tronc creux. C'est un animal arboricole, qui grimpe à merveille ; au sol il se déplace gauchement en sautillant plutôt qu'en marchant. Il lui arrive de cheminer suspendu sous une branche à la manière des paresseux. Il est à noter que l'odeur du musc du binturong s'apparente à celle du pop-corn chaud[1]. Le binturong a pour habitude de brosser sa queue contre un arbre. Lorsqu'il aperçoit d'autres congénères, il annonce sa présence par un hurlement.


3/ Reproduction :

Gestation : 3 mois environ
Nombre de petits : 1 à 3


4/ Relation avec l'homme :

On l'appelle parfois chat-ours ; son nom de "binturong" nous vient du malais. Cet animal au poil hirsute a la particularité de se laisser apprivoiser relativement facilement par l'homme. Il semble par ailleurs que cette faculté soit à l'origine de la prolifération de l'espèce en captivité. Il devient très affectueux envers ses maîtres, aussi l'élève-t-on souvent pour cette aptitude et non pour sa valeur spectaculaire. Il y a lieu toutefois de se méfier de son humeur versatile, car lorsqu'il est apeuré ou en colère, il peut se muer en une véritable furie. Ses morsures sont par ailleurs profondes et douloureuses.

IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Les Animaux en Thaïlande.
« Réponse #10 le: septembre 17, 2009, 09:55:04 am »


Savez-vous que certains moines bouddhistes ont pris l'habitude de récuperer le guano de chauve-souris (excréments) dans une grotte près du Wat Khao Chong Pran, non loin de Ratchaburi (130 kilomètres à l'ouest de Bangkok)...

Cette collecte permet au temple d'encaisser une somme mensuelle de 4800 dollars US grace à la récupération de 7 tonnes de guano ainsi que grace aux visites touristiques...

Ils ne perdent pas le nord, nos amis bouddhistes...  :)
IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Les Animaux en Thaïlande.
« Réponse #11 le: septembre 20, 2009, 10:57:02 am »

MAMMIFÈRE DE THAILANDE


Le Pangolin.


1/ Classification classique :

Règne : Animalia
Embranchement : Vertebrata
Classe : Mammalia
Ordre : Pholidota
Famille : Manidae


2/ Description :

Le pangolin possède des similarités extérieures avec l'oryctérope et le tatou. Selon les espèces, le corps, brunâtre et allongé, mesure entre 30 et 80 cm de long. Il est prolongé par une queue parfois plus longue encore. Le pangolin géant, le plus grand, pèse jusqu'à 35 kg et mesure 1,5 m. La tête est étroite et allongée. Les pattes, courtes, se terminent par cinq doigts griffus. Les écailles, entre lesquelles poussent quelques poils, s'imbriquent pour recouvrir les surfaces supérieures et latérales du corps, queue comprise ; seuls le museau, le ventre et l'intérieur des pattes en sont dépourvus. La langue est très longue et mesure jusqu'à 30 cm chez le pangolin géant.


3/ Habitat :

Les pangolins peuplent les forêts et les savanes des régions tropicales et équatoriales d'Afrique et d'Asie du Sud-Est. Ils préfèrent les sols sableux ou terreux dans lesquels ils peuvent fouir afin de trouver leur nourriture.


4/ Alimentation :

Le pangolin se nourrit de fourmis et de termites grâce à sa langue visqueuse sur laquelle les insectes restent collés. Il prend un nombre de repas peu important à cause de la durée peu commune de ceux-ci. En raison de la causticité de l'acide formique que les fourmis expulsent pour se défendre, ses repas sont assez douloureux et doivent être très souvent écourtés.


5/ Éthologie :

Le pangolin est généralement nocturne et reste à l'abri durant la journée. Les espèces terrestres creusent un terrier et les espèces arboricoles — telles le pangolin à petites écailles — utilisent leur queue pour grimper et s’enrouler autour des branches. La vue médiocre est compensée par un bon odorat et une ouïe fine.

En cas de danger, à l'instar des tatous, le pangolin rabat sa tête entre ses pattes antérieures et s'enroule sur lui-même. Il peut blesser l'attaquant en contractant ses puissants muscles afin de hérisser ses écailles.

Le pangolin étant solitaire, le mâle et la femelle ne se rencontrent que pour s'accoupler. La reproduction est difficile car l'espèce est susceptible et délicate : le pangolin se froisse facilement et la pangolaine ne supporte pas la chaleur. La femelle ne donne généralement naissance qu'à un petit, dont les écailles ne durcissent qu’après quelques jours. Lors du déplacement, les petits s’accrochent sur le dos ou à la queue de la mère.


Photos:

1/ Le pangolin.

2/ Le pangolin se roule en boule pour se proteger.

3/ Les écailles épaisses du pangolin.
IP archivée

banedon

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 804
Re : Les Animaux en Thaïlande.
« Réponse #12 le: septembre 20, 2009, 01:27:10 pm »

ARTHROPODE DE THAILANDE


LA SCOLOPENDRE:


Classification:

La Scolopendre est un genre de chilopode de la famille des Scolopendridae.


Genre:

Les chilopodes (Chilopoda) sont une classe d'arthropodes myriapodes. Chacun des nombreux segments porte une paire de pattes sauf le premier dont la paire d'appendices est transformée en paire de crochets à venin appelés « forcipules ». La morsure des plus grandes espèces est douloureuse pour un homme adulte et peut parfois être dangereuse pour un enfant.On le trouve partout dans le pourtour méditerranéen et dans tous les pays tropicaux. Il existe de nombreuses espèces différentes pouvant dépasser les 30 cm de long sous les tropiques.

Ils sont tous terrestres mais ont besoin d'un milieu humide car leur cuticule ne possède pas de couche de cire leur permettant de résister à la déshydratation. Ce sont des espèces lucifuges (qui fuient la lumière). Ils affectionnent les lieux sombres, humides et chauds (bois, litière ou friches, recoins sous les pierres, écorce des arbres). Ils se faufilent occasionnellement dans les maisons, bâtiments, tentes… par de petits orifices. Ils quittent leur abri pour chasser la nuit et se nourrissent d’insectes (araignées, fourmis, cafards...) et d’autres anthropodes plus petits. Les plus gros spécimens n’hésitent pas à s’attaquer à de petits mammifères (souris, lézards…). Les scolopendres attaquent leurs proies de manière foudroyante ! Ils peuvent vivre cinq ou six ans et jouent un rôle important dans les communautés d'espèces qui contribuent à la production du sol et en particulier de l'humus.


La Biologie sexuelle du Scolopendre:

Les sexes sont séparés et seule une race de Pénicillates est parthénogénétique. Dans plusieurs espèces, le pourcentage des mâles diminue suivant les régions géographiques considérées (spanandrie).

La fécondation s'effectue dans l'oviducte, mais chez les Symphyles c'est la femelle qui féconde elle-même ses propres œufs lors de la ponte, en utilisant les spermatozoïdes stockés dans des poches de la cavité buccale. La fécondation est indirecte et externe. C'est le type le plus primitif qui soit réalisé chez les Arthropodes terrestres.
L'accouplement n'existe que chez les Diplopodes. Le mâle fabrique les spermatophores chez les autres Myriapodes.


Accouplement:

En arrière de la deuxième paire de pattes ambulatoires débouchent les conduits génitaux pairs; il existe à leur orifice des organes complexes: vulves et pénis qui sont des appendices ambulatoires modifiés. Les gonopodes recueillent le sperme, issu du "pénis", grâce à une pièce spéciale, creusée en gouttière, qui le prélève et le transporte sur les vulves. Les gonopodes résultent de la transformation des huitième et neuvième paires de pattes du septième anneau, ensemble ou séparément . Chez les Spirostreptoidea, la gouttière est munie d'une pièce en piston, glissant dans la rainure, aidant ainsi à l'éjaculation du liquide.
Chez les Glomérides, le comportement est très particulier et même unique. Il y a accouplement en ce sens que le mâle saisit les vulves de la femelle avec ses télopodes pour la maintenir, mais il utilise, pour le transport du sperme, une boulette de fèces ou de terre modelée pendant l'accouplement. La boulette équivaut à un spermatophore sur lequel du sperme est déposé; ce dernier est ensuite introduit dans les vulves par les pièces des télopodes (Haacker).


Reproduction par spermatophore:

Un spermatophore est une capsule ou une masse créée par les mâles de nombreux animaux, invertébrés comme les arachnides ou les insectes, ou vertébrés comme les tritons, et qui contient des spermatozoïdes. Elle est entièrement transférée au pore génétial femelle lors de l'accouplement.

Le spermatophore est généralement déposé, en présence de la femelle, sur une toile filée par le mâle. La succession des mouvements est une véritable danse chez Scutigère. Le mâle dirige généralement la femelle sur le spermatophore dont la fabrication s'effectue progressivement dans les voies génitales postérieures. L'appareil, complexe, comprend trois enveloppes chez les Scolopendromorphes; toutes présentent un point de moindre résistance correspondant à une invagination qui pénètre par évagination dans les voies génitales femelles; il éclate et projette le sperme sous la pression de l'enveloppe externe gonflée au contact du mucus de la région génitale.

Les Polyxènes mâles tissent une toile complexe, déposent deux gouttes de sperme au centre et laissent une double rangée de fils parallèles. Ce tissage spécial, conducteur chimique, guidera les femelles de passage qui suivront alors scrupuleusement le chemin soyeux du mâle jusqu'à la semence. Chaque mâle de passage renouvellera celle-ci. Il se produit là une entreprise collective de la part des mâles, résultant d'un certain comportement social correspondant au mode de vie en groupe. Une femelle parthénogénétique ne réagira naturellement pas au contact de la toile; elle la franchira par un côté quelconque.
Chez les Symphyles, la femelle stocke dans des réservoirs spéciaux, les poches gnathales, les spermatozoïdes, qui seront utilisés ultérieurement, d'une façon originale, pour la fécondation externe de l'œuf.


Ponte, instinct maternel:

La ponte a lieu souvent dans les fentes du sol, en avril-mai dans les régions tempérées.

Les femelles de Diplopodes surveillent rarement leurs pontes (40 à 1 200-1 300 œufs suivant les espèces), mais elles les mettent au moins à l'abri soit dans un cocon de soie produite par les glandes séricigènes lorsqu'elles existent (Nématophores), soit dans des oothèques terreuses. Chez les Polydesmides, ce sont de véritables constructions en cloche avec cheminée centrale d'aération. Les parois sont crépies par un ciment fluide provenant du tube digestif. L'enveloppe sert de premier aliment aux jeunes larves. Les Iulides crépissent de même les parois d'une cavité préformée.
Les Spirobolides et les Glomérides enrobent les œufs séparément dans une capsule et les abandonnent sur le sol.
Quelques Diplopodes tissent un cocon dans lequel s'enferme la femelle. Cas unique, chez une espèce du Japon, le mâle se saisit des œufs un à un au fur et à mesure de leur ponte et surveille ensuite la couvée.
Chez les Chilopodes, la Scolopendre s'enroule autour de sa ponte pour la protéger du contact du sol, des moisissures, et la défendre contre les prédateurs. Lithobius confectionne des oothèques terreuses à l'aide des griffes en pelle des gonopodes femelles.


En Thailande:

La Thaïlande abrite quelques unes des espèces tropicales de grande taille et en rencontrer durant la saison des pluie n’est pas rare… même en ville. Quelques précautions s’imposent. Les conseils du BNH Hospital:
 

Morsures et venin:

L’animal ne mord que lorsqu’il se sent menacé. La morsures venimeuses, est très douloureuses (sensation de brûlure), notamment pour les espèces tropicales. Dans la très grande majorité des cas, elles ne sont pas dangereuses. Les morsures mortelles sont rarissimes et surviennent surtout chez les très jeunes enfants mordus à des endroits très sensibles comme le cou ou la tête et les individus présentant une allergie sévère au venin.


Les symptômes:

Les signes sont locaux : rougeur avec parfois œdème, des troubles de la sensibilité. La plupart des morsures n’engendrent pas de complications. Cependant, une nécrose cutanée peut apparaître (mort des tissus). Les signes généraux (vomissements, fièvre, augmentation des ganglions lymphatiques, maux de tête voire un pouls irrégulier) sont très rares et généralement modérés.


Que faire en cas de morsure ?

Nettoyez avec de l’eau et du savon puis utilisez un antiseptique si vous en avez. Vous pouvez appliquer des compresses froides. Si la morsure concerne un enfant, une personne ayant des antécédents d’allergie, si des symptômes sévères apparaissent ou si la douleur persiste au delà de 12h, vous devez absolument consulter un médecin qui décidera d’un traitement adapté.


Prévention:

Il existe bien entendu des insecticides et répulsifs. Cependant, quelques moyens de préventions naturels peuvent permettre d’éviter les contacts rapprochés avec les scolopendres :

• Nettoyer les alentours de votre maison, ôtez feuilles et végétation en décomposition afin d’améliorer la ventilation.
• Laisser sécher le sol entre deux arrosages.
• Obturer les fentes et orifices dans les murs de fondation, autour des fenêtres et des portes en particulier avant la saison humide.
• Éviter de marcher pieds nus dans les feuilles.
• Assécher sa maison en aérant fréquemment.
• Toujours vérifier vêtements et chaussures avant de les enfiler.
• Les pièges collants dans les parties très humides de la maison peuvent être utiles.

Toucher une scolopendre est vivement déconseillé !


IP archivée
Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort

makrook

  • Newbie
  • *
  • Messages: 42
Re : Les Animaux en Thaïlande.
« Réponse #13 le: septembre 20, 2009, 11:36:03 pm »

ce qui m'étonne un peu dans la description du résultat des morsures c'est que tous les gens à la campagne qui m'ont dit s'être fait mordre on des souvenirs un peu plus forts que ce qui est décrit ici : forte fièvre pendant plusieurs jours semble être la norme.
IP archivée

Piisai

  • Invité
Re : Les Animaux en Thaïlande.
« Réponse #14 le: septembre 21, 2009, 12:18:14 pm »


Chien Thaïlandais à Crête Dorsale

La région de Trad, Chonburi et Rayong sont origines de chien qui est une race ancienne citée dans des documents archéologiques datant de 380 ans environ, de l'époque d'Ayutthaya.

La race est reconnue par la FCI depuis 1993 et aujourd'hui, ils sont élevées beaucoup au Japon, en Angleterre et aux Etats-Unis.

Sa particularité est d'avoir sur le dos une bande de poils qui poussent à l'envers des autres poils, la queue ayant une forme d'épée et les oreilles bien dressées.

Avant ils étaient utilisés pour la chasse mais aujourd'hui que pour les concours et pour la garde.
IP archivée

Piisai

  • Invité
Re : Les Animaux en Thaïlande.
« Réponse #15 le: septembre 21, 2009, 12:20:50 pm »

Chien Thailandais à Crete Dorsale avec les couleurs préférables.
IP archivée

Malco

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3886
Re : Les Animaux en Thaïlande.
« Réponse #16 le: septembre 21, 2009, 12:25:48 pm »

Bonjour Pïïsai ,

Ils sont beaux ces chiens , perso j'adore la deuxième photo le chien avec ce regard on dirait qu'il se demande quoi .  8)
IP archivée
@+ Malco

Piisai

  • Invité
Re : Re : Les Animaux en Thaïlande.
« Réponse #17 le: septembre 21, 2009, 01:17:37 pm »


Bonjour Pïïsai ,

Ils sont beaux ces chiens , perso j'adore la deuxième photo le chien avec ce regard on dirait qu'il se demande quoi
.  8)



Bonjour Malco,

Comme ils sont les chiens thailandais, ils disent A-Rai. Et quoi quoi, c'est pour les crapauds, non??  ;D

Amicalment,
Piisai
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 7873
Re : Les Animaux en Thaïlande.
« Réponse #18 le: septembre 21, 2009, 05:06:09 pm »

MAMMIFÈRE DE THAILANDE


LE SIAMOIS (CHAT)


Le Siamois est une race de chat originaire de Thaïlande. Ce chat est caractérisé par son physique de type oriental et est l'une des premières races de chat orientaux identifiées.


Origine

L'origine exacte de la race est inconnue, mais on pense qu'elle se trouve dans le Sud-Est de l'Asie : la race pourrait descendre des chats sacrés des temples de Siam (d'où leur nom). Ces chats étaient déjà représentés dans certains manuscrits retrouvés à Ayuthia (ancienne capitale du Siam) et datant de 1350. Un naturaliste allemand a également décrit des chats aux extrémités foncées dans le courant du XIXe siècle.


On dit que ce chat était sacré pour les rois du Siam et qu'ils étaient précieusement gardés au palais et réservés aux membres de la famille royale. D'autres légendes racontent au contraire qu'à l'arrivée des Anglais et des Français, le roi avait caché ses chats préférés, des Khao Manee, et donna des Siamois en cadeaux aux étrangers en les faisant passer pour sacrés et éviter ainsi d'être volé de ses véritables chats porte-bonheur.


La race a été observée pour la première fois hors de son berceau asiatique en 1884, lorsque le consul-général britannique à Bangkok, Edward Blencowe Gould, rapporta un couple de chats Siamois en Angleterre pour sa sœur, Mme Veley (qui sera plus tard la co-fondatrice du Club de chats Siamois en 1901).


Les chats furent montrés au Crystal Palace en 1885 et, l'année suivante, un autre couple de chats fut rapporté par une certaine Mme Vyvyan et sa sœur. Un petit nombre de chats furent rapportés dans les années qui suivirent, et formèrent ainsi la base de la race entière en Grande-Bretagne.


Un Français nommé Auguste Pavie rapporta également des Siamois en 1885 ainsi qu'un certain M. Oustalet, professeur au Muséum d'Histoire Naturelle de Paris.


Le premier standard de la race est édité en 1892 par le GCCF. Deux ans plus tôt, le Siamois était exporté vers les États-Unis. La création de clubs de passionnés ne tarda pas à suivre en Angleterre dès 1901.


Dès les années 1950, le Siamois connaît une grande popularité et son physique change. Le corps et les pattes s'allongent et s'affinent, la queue également, les oreilles s'agrandissent. Dès les années 1980 le Siamois dit "traditionnel" est de moins en moins populaire et le standard s'adapte au nouveau physique du Siamois moderne.


Cependant, quelques éleveurs militent pour la préservation du Siamois originel. À la fin des années 1980, la création de la race Thaï présente des Siamois de type traditionnel.


Cependant, une polémique existe encore à ce sujet. Pour certain le Thaï n'est qu'une race artificielle pour d'autres, elle regroupe de véritables Siamois ancien type.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 7873
Re : Les Animaux en Thaïlande.
« Réponse #19 le: septembre 21, 2009, 05:17:34 pm »

/...


Standards

A l'origine le vrai chat siamois présente une tête ronde, son corps est robuste et sa musculature athlétique. Les pattes sont fines et avec des postérieures légèrement plus hautes que les antérieures et des petits pieds ovales. La queue est assez longue et, en forme de fouet. L'extrémité est pointue.


Le Siamois a un port de tête élégant. Elle est de taille moyenne. La crâne et le front sont plats ou un peu arrondis. Le nez peut être droit ou légèrement convexe. Les yeux sont d'un bleu profond, en amandes et inclinés vers le nez. Les oreilles larges à la base sont placées bas sur les côtés du crâne.Les moustaches sont en partie orientées vers le bas.


La fourrure est courte, près du corps, lustrée. Au toucher, elle est fine et soyeuse. Son corps est de base blanche, seules ses extrémités (tête, pattes et queue) sont colorées (à l'exception des sujets très foncés qui peuvent avoir une coloration sur le dos, ce que l'on appelle une robe colourpoint).


Depuis les années 1960, certains éleveurs ont sensiblement fait évoluer la race, en la croisant avec des sujets orientaux. Ils ont ainsi allongé la tete, et affiné, parfois démesurèment, le corps.


Aux États-Unis par contre, seulement quatre colorations sont autorisées : brun, bleu, chocolat, et lilas. La CFA fait une exception et les siamois d'autres couleurs sont appelés colorpoint shorthair.


Depuis peu, il existe des Siamois bicolores que l'on nomme seychellois ou siamois bicolore mais ils ne sont pas reconnus en France.


Tous les chatons siamois, bien qu'intégralement blancs ou crème à la naissance, développent des colorations visibles dès les premiers mois sur les parties les moins chaudes du corps. À l'âge de quatre mois, les motifs sont suffisamment identifiables pour qu'il soit possible de déterminer de quelle couleur sera le chat.


Beaucoup de Siamois louchent afin de compenser une connexion anormale du chiasme optique, résultant de l'allèle albinos, qui est également à l'origine de la coloration des parties les moins chaudes.


Des taches blanches sur les parties colorées du corps, un nez ou des coussinets dépigmentés sont éliminatoires en exposition. Des yeux ou une tête ronde, des pattes courtes, une ossature épaisse ou encore un corps massif sont quelques-uns des défauts pénalisant en championnat, ce qui est absurde si l'on considère que l'ancien type présente effectivement une tête ronde.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 7873
Re : Les Animaux en Thaïlande.
« Réponse #20 le: septembre 21, 2009, 05:21:58 pm »

suite et fin  :smile
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Les Animaux en Thaïlande.
« Réponse #21 le: septembre 22, 2009, 10:26:46 am »

MAMMIFÈRE DE THAILANDE


Le Langur (Entelle).


1/ MORPHOLOGIE:

- Taille : 41 à 78 cm + queue de 69cm à 1m de long
   
- Poids : 5 à 23 kg
   
- Longévité : 20 ans; 25 ans en captivité   
   
- Alimentation : Feuilles, graines, bourgeons, fleurs, et  tout  ce qu'il  peut trouver dans les villes.
     
- Mode de vie : arboricole:
   
- Caractéristiques :
             
Estomac divisé en 2 parties: la partie supérieure, contrairement à l'estomac de la plupart des autres animaux, ne contient pas d'acide, mais une bactérie qui fait fermenter les feuilles qu'il mange.
La pulpe de la feuille descend dans la seconde partie de l'estomac où elle est digérée à la manière habituelle.


2/ SEXUALITE :

- Reproduction :
             
Maturité sexuelle :  femelle: 3/4 ans
                           mâle: 4/5 ans
                           s'unissent à partir de 6/7 ans
                           Gestation: 168 à 200 jours
   
- Les jeunes:  

- 1 petit tous les 2 ans, rarement des jumeaux;

- Sevrage: 10 à 12 mois


3/ HABITAT :

En Thaïlande, les langurs habitent exclusivement les forêts ombrophyles tropicales (péninsule malaise essentiellement). Une seule espèce, le Langur de Phayrei est localisé en forêt ombrophyle humide d'altitude dans tout le Nord-Ouest du pays.


4/ COMPORTEMENT SOCIAL :
       
Infanticides: Selon la région où ils vivent, les langurs forment des groupes unimâles ou multimâles. Là où le mode de vie unimâle prédomine les combats de prise de contrôle sont monnaie  courante et le mâle dominant change fréquemment. Il ne reste guère plus d'une année à la tête d'un groupe ce qui explique l'infanticide perpétrés dans l'optique de rendre à nouveau fertiles les femelles en stoppant leur production de lait.

Les jeunes mères sont en effet infertiles du fais de l'allaitement qui inhibe la production des hormones responsables de l'ovulation. Ce phénomène cesse lorsque le petit est sevré, et la mère peut à nouveau être enceinte. Dans le cours normal des choses cela peut prendre de 18 à 24 mois, une période bien trop longue pour un mâle qui ne restera pas à la tête du groupe plus d'une année. La seule façon pour lui accroître ses chances d'engendrer sa propre progéniture est de tuer tous les petits issus d'autres mâles présents au moment de sa prise de pourvoir, de façon à accélérer le retour de couches des mères.

Mais  les femelles ne voient pas à cela du même oeil et elles s'associent volontiers, formant de vastes coalitions pour tenter de protéger leurs vulnérables rejetons. Elles parviennent généralement à maintenir les mâles agressifs à distance durant quelques semaines, mais ceux-ci se montrent très persévérants. L'enjeu est tout simplement beaucoup trop élevé pour qu'ils acceptent de laisser vivre la progéniture d'autres mâles. Malgré tous les soins de leurs mères, les petits succombent massivement, avec le mâle dominant du groupe, ce qui leur permettra d'avoir d'autres bébés et de compenser une partie des pertes.
       
Les Langurs vivent en harem, parfois en bande de 10 à 100 individus.

Chaque groupe possède un mâle dominant. Les mâles adolescents sont chassés et forme un groupe de célibataire. Après un moment, ils commencent à harceler le groupe qui les a expulsés et défient le chef pour obtenir la conduite de la troupe. Si une attaque par un groupe de célibataire est réussie, ils tuent le chef et s'engagent dans une lutte de puissance: c'est-à-dire que tout d'abord ils tuent tous les enfants en bas âge engendré par le chef précédents et ensuite les célibataires combattent entre eux se tuant jusqu'à ce qu'un seul reste et devient alors le chef.


5/ ESPECES VIVANT EN THAILANDE:

On trouve 4 espèces de Langur en Thaïlande:

- Langur brun (semnopithecus obscurusus),

- Langur argenté (semnopithecus cristatus),

- Langur de Phayre (semnopithecus Phayrei),

- Langur rayé (Presbytis femoralis).


Plusieurs autres espèces de Langurs sont localisées en Asie et surtout en Inde:

- Langur gris du Népal (semnopithecus schistaceus), Langur gris Cachemir (semnopithecus ajax), Langur gris de Tarai (semnopithecus fanfaron), Langur gris des plaines nordiques (semnopithecus entellus), Langur gris aux pieds noirs (semnopithecus hypoleucos), Langur gris des plaines méridionales (semnopithecus dussumieri), Langur gris tuffé (semnopithecus priam)
IP archivée

letirailleur

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 983
  • Mon blog: http://udonthani-en-isan.over-blog.com
    • Le blog de Patrick en Thailande
Re : Les Animaux en Thaïlande.
« Réponse #22 le: septembre 22, 2009, 10:41:17 am »

Tiens, c'est le meme singe qu'a Amjolianne a Loei.
IP archivée
Il vaux mieux etre vieux et vigoureux que jeune et inactif

http://udonthani-en-isan.over-blog.com

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Les Animaux en Thaïlande.
« Réponse #23 le: septembre 22, 2009, 02:02:33 pm »


Oui, Letirailleur, c'est pour cela que j'ai fais sa fiche...  :)
IP archivée

makrook

  • Newbie
  • *
  • Messages: 42
Re : Les Animaux en Thaïlande.
« Réponse #24 le: septembre 22, 2009, 03:49:03 pm »

ils en avaient un bébé au mae sa monkey show, il était vraiment adorable, complètement apprivoisé, j'espère qu'il y est encore.
par contre, ils ont l'air si gentils, mais leur mode de vie est pas vraiment peace and love, à lire l'article on a l'impression que leur préoccupations principale c'est s'etriper ??
IP archivée