Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Auteur Sujet: La nature et les Animaux en Thaïlande... et chez ses voisins  (Lu 519363 fois)

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : La nature et les Animaux en Thaïlande... et chez ses voisins
« Réponse #1250 le: mars 11, 2019, 07:58:30 am »


Le premier écoduc thaïlandais inauguré à Prachin Buri  :clap

Les écoducs (aussi nommés « passages fauniques » ou « passages à faune », ou encore « écoponts ») sont des passages construits dans un milieu aménagé, pour permettre aux espèces animales, végétales, fongiques, etc. de traverser des obstacles construits par l'être humain ou résultant de ses activités (agriculture, sylviculture, extraction…).

Les écoducs sont souvent construits en guise de mesures compensatoires résultant d'une étude d'impact.

Le premier écoduc créé par l'homme reliant deux parcs nationaux séparés par une autoroute à Prachin Buri a été inauguré samedi afin de prévenir la mort de nombreux animaux des deux parcs.

Le passage a été construit sur l'autoroute n ° 304 qui sépare le parc national de Thap Lan et le parc national de Khao Yai.

L'écoduc se trouve vers les KM 191 à 195.

La terre recouvre un tunnel routier en béton et de l'herbe est plantée pour transformer la traversée en une colline herbeuse permettant aux animaux sauvages de marcher entre les deux parcs. Des clôtures ont également été construites pour empêcher les animaux sauvages de s’égarer sur la route.
 
Avant l'inauguration, les responsables ont remarqué l'empreinte de nombreux animaux sauvages sur le passage. Ils considèrent donc que le projet est un succès.

L'inauguration a été présidée samedi matin par le ministre des Transports, Arkhom Termpittayapaisith.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13562-le-premier-%C3%A9coduc-tha%C3%AFlandais-inaugur%C3%A9-%C3%A0-prachin-buri/
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14178
Re : La nature et les Animaux en Thaïlande... et chez ses voisins
« Réponse #1251 le: mars 11, 2019, 11:14:56 pm »


Le premier écoduc thaïlandais inauguré à Prachin Buri  :clap

Les écoducs (aussi nommés « passages fauniques » ou « passages à faune », ou encore « écoponts ») sont des passages construits dans un milieu aménagé, pour permettre aux espèces animales, végétales, fongiques, etc. de traverser des obstacles construits par l'être humain ou résultant de ses activités (agriculture, sylviculture, extraction…).



super  :clap
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14178
Re : La nature et les Animaux en Thaïlande... et chez ses voisins
« Réponse #1252 le: mars 18, 2019, 09:40:10 pm »

http://lavdn.lavoixdunord.fr/553795/article/2019-03-18/une-baleine-s-echoue-et-meurt-elle-avait-40-kg-de-sacs-en-plastique-



Philippines Une baleine s’échoue et meurt, elle avait 40 kg de sacs en plastique dans l’estomac...  :What?

Les scientifiques qui ont autopsié cette baleine échouée aux Philippines ont fait part de leur consternation, après leur découverte : ils ont retrouvé près de 40 kg de sachets plastiques dans l’estomac du mammifère.

Pour eux, la baleine est morte à cause de cela, après un « choc gastrique ».


Quarante kilos de sacs en plastique. C’est ce qu’ont retrouvé des scientifiques dans l’estomac d’une jeune baleine, retrouvée échouée sur l’île de Mindanao, aux Philippines, rapporte le quotidien anglais, The Guardian. Les biologistes marins ont fait part de leur consternation sur Facebook.


Précisément, il y avait seize sacs de riz, quatre sacs de style bananeraie et plusieurs sacs de consommation courante. Et c’est bien cela qui a tué le mammifère.

Des images de l’autopsie ont montré que des tas d’ordures avaient été extraits de l’intérieur de l’animal, qui serait mort d’un « choc gastrique » après avoir ingéré tout ce plastique.

En juin dernier, une baleine est morte dans le sud de la Thaïlande après avoir avalé plus de 80 sacs en plastique, ce qui représentait huit kilos dans le ventre de la créature.

Il faut savoir qu’en Asie du Sud-Est, rappelle The Guardian, le sac plastique est encore autorisé pour un usage unique.

Selon un rapport publié en 2017 par Ocean Conservancy, la Chine, l’Indonésie, les Philippines, la Thaïlande et le Vietnam déversaient plus de plastique dans l’océan que le reste du monde.


Aucun écosystème marin n’est épargné par la pollution au plastique : des chercheurs ont également récemment découvert des microplastiques dans les entrailles de mini-crustacés vivant à près de 11 km de profondeur.


Mais quelle honte tous ces crétins qui jettent leurs poubelles dans les mers...  :hang :hang
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : La nature et les Animaux en Thaïlande... et chez ses voisins
« Réponse #1253 le: mars 19, 2019, 08:01:21 am »


Il y a maintenant une tonne de plastique par habitant sur terre !...  :'( :'( :'(
IP archivée

koh-lanta

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 185
Re : La nature et les Animaux en Thaïlande... et chez ses voisins
« Réponse #1254 le: mars 20, 2019, 06:55:13 am »

 :-[  écœurant, pauvre planète  :'(
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : La nature et les Animaux en Thaïlande... et chez ses voisins
« Réponse #1255 le: mars 26, 2019, 08:09:56 am »


Amendes dans les Parc nationaux thaïlandais

Voici les amendes et les éventuelles peines de prison encourues dans les parcs nationaux thaïlandais.
IP archivée

COCONUT PILOT

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 196
Re : La nature et les Animaux en Thaïlande... et chez ses voisins
« Réponse #1256 le: mars 27, 2019, 07:38:25 pm »

twitter scandal ?
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : La nature et les Animaux en Thaïlande... et chez ses voisins
« Réponse #1257 le: mars 28, 2019, 08:27:56 am »


Ce que j'explique depuis plus de 20 ans !...Et j'ai longtemps parlé dans le vide !...


Sous couvert d'éthique, la mort programmée des éléphants du Laos

Après avoir lu plusieurs articles sur la fin programmée des balades à dos d'éléphants, Olivier Rymer, directeur d'ASEV Travel et Co-Propriétaire du Mekong Eléphant Camp, a souhaité réagir et donner sa vision de l'activité.

J'ai lu avec beaucoup d'intérêt et un peu de désespoir l'article intitulé "Vers la fin des promenades à dos d'éléphant pour les touristes ?" sur le site de Tour Hebdo le 15 avril

Les promenades à dos d'éléphants seraient donc "une pratique" qu'il conviendrait "de ne pas cautionner".

Les TO anglais, précurseurs dans ce domaines, sont nombreux à renoncer "à l'exploitation des pachydermes à des fins touristiques".

La France va-t-elle suivre, s'interroge le rédacteur de l'article.

Le sujet n'est pas du tout anodin.


"Ce qui se prépare, c'est la disparition des éléphants du Laos"

En réalité, la France a déjà commencé. L'article cite la position tranchée de Dolores Merino Cebrian, directrice responsabilité d'entreprise de Transat France.

Mais c'est également la position de TUI (donc Nouvelles Frontières, Marmara, Aventuria, TUI France ….) qui mettra l'an prochain les balades à dos d'éléphant en option dans ses brochures.

L'enfer, dit-on est pavé des meilleures intentions.

Car ce qui se prépare ainsi, c'est la disparition à court terme des éléphants du Laos.

Tout d'abord, il faut rappeler que ce qui tue à petit feu les éléphants du Laos, c'est leur exploitation en forêt, où ils travaillent au débardage (pour l'essentiel, illégal).

Cette activité est dangereuse, pour la forêt primaire du Laos qui disparaît à vue d'oeil, mais aussi pour les éléphants, qui se tuent, se blessent et sont abandonnés, s'épuisent.

Le système laotien de « copropriété familiale » amène les membres des familles à rentabiliser au mieux leur « part », exprimée en temps de disponibilité de l'éléphant. Et les pachydermes sont surexploités. La natalité est en chute libre. Au Laos, il y a plus de morts d'éléphants que de naissances d'éléphanteaux.

Les revenus des cornacs travaillant sur ces chantiers sont très élevés, pas seulement selon des standard laotiens.

Chaque éléphant sorti du cycle infernal des chantiers de coupe donne un répit au cheptel laotien.


"Une alternative"

Les camps d'éléphant offrent une alternatives.

Ils permettent au cornacs d'obtenir des revenus (très inférieurs …), et assurent aux éléphants des conditions de vie excellentes, leur permettant de vivre en bonne santé longtemps (deux touristes, c'est toujours moins lourd qu'un tronc d'une tonne, glissant le long d'une pente en saison des pluies, et auquel l'éléphant est attaché par une chaîne).

Les camps d'éléphant ont permis à la Thaïlande de reconstituer le cheptel et d'éloigner le risque d'extinction. Ils proposent aujourd'hui des activités diversifiés.

Les camps d'éléphant du Laos proposent diverses activités, mais le cœur est bien la balade à dos d'éléphant. Sans ces balades, aucun de ces camps ne serait rentable.

Car contrairement à la Thaïlande, les camps laotiens ne sont soutenus par aucune subvention publique. Et contrairement à la Thaïlande, il n'y a pas au Laos de marché intérieur, qui soutiendrait l'activité (ce qui est le cas en Thaïlande où les touristes nationaux sont plus nombreux que les voyageurs étrangers).

Donc pour le moment, la rentabilité des camps laotiens repose sur l'activité « incoming », et sur les balades.

Que se passera-t-il si les camps ne sont plus rentables ?

Les cornacs et leurs éléphants retourneront en forêt. S'ils sont incapables d'y travailler, ils seront abandonnés, car trop couteux à entretenir, et retourneront à la vie sauvage.


Là, ils seront chassés par les villages isolés qui les craignent, braconné, dépecés, leur squelette vendus aux musées, certaines parties de leur corps vendus aux acheteurs des ingrédients de la médecine traditionnelle chinoise, leur défenses aux collectionneur d'ivoire …. où alors ils seront vendus au cirques coréens, chinois, où ils termineront leur vie dans des conditions pitoyables.

Ce n'est pas une hypothèse d'école, tout cela a déjà largement commencé.


"Nos éléphants vont très bien"

Dans le sud du Laos, où il n'y a pas de camp, et où la coupe du bois est bel et bien interdite, il n'y a plus de femelle en âge d'enfanter. A très court terme, il n'y aura plus d'éléphant dans le sud du Laos.

Je suis propriétaire d'un camp, à Pakbeng. Nous avons quatre éléphants à nous, dont les cornacs sont nos salariés. Et 4 à 5 cornacs et éléphants « free lance ». C'est un joli petit camp, au milieu de la forêt, les balades sont magnifiques.

Nos éléphants vont très bien. Si nous ne pouvons plus organiser de balades, nous nous adapterons. Mais nous ne serons plus rentables. Nous continuerons à nous occuper de nos éléphants, bien entendu. Et subviendrons aux besoin de leur cornac. Nous pouvons nous le permettre.

Mais nous ne ferons malheureusement pas école.

Profitons de ce moment pour ouvrir entre nous un dialogue constructif sur les conditions dans lesquelles nos éléphants sont hébergés, et informons correctement les voyageurs, qui sont en droit de savoir comment sont nos éléphants sont traités. Il y a des mauvaises pratiques, inutile de le nier, mais donnons-nous les moyens de les repérer, et de les exclure de nos propositions.

Soyons attentifs a ce que disent les associations et ONG qui luttent au quotidien pour la survie de l'espèce au Laos, et ont des positions très similaires à la notre.

Je demande à tous ceux qui sont décisionnaires de prendre ce qui précède en considération, avant de prendre des positions radicales qui paraissent à première vue justifiées, mais dont les conséquences seraient dramatiques.


Olivier Rymer
Directeur de ASEV-TRAVEL


https://www.tourmag.com/Sous-couvert-d-ethique-la-mort-programmee-des-elephants-du-Laos_a80259.html?fbclid=IwAR0YNoIgNkh5b-Baej-3ezpgBAr6A2GeBcx3gG6J_NL0AWFO9LWGiNJIMD8
IP archivée

koh-lanta

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 185
Re : La nature et les Animaux en Thaïlande... et chez ses voisins
« Réponse #1258 le: avril 04, 2019, 05:25:00 am »

 :'(
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14178
Re : La nature et les Animaux en Thaïlande... et chez ses voisins
« Réponse #1259 le: avril 17, 2019, 07:30:57 pm »



Un éléphanteau coincé dans une citerne sauvé dans le Nord-Est de la Thaïlande ...   :clap


C’est un moment réconfortant lorsqu’un bébé éléphant échoué a été sauvé après s’être retrouvé coincé dans une citerne de village.

Les habitants ont entendu le bébé désespéré appeler à l’aide après être tombé dans un trou de 5 mètres de profondeur dans le nord-est de Bueng Kan plus tôt cette semaine.

Les villageois ont passé la soirée à chercher l’animal terrifié sans succès. Mais ils ont recommencé à chercher dans la matinée et ont découvert l’éléphant pris au piège au fond de la fosse située près d’une maison effondrée, détruite par des animaux sauvages.


https://www.youtube.com/watch?time_continue=10&v=2WVcOZ77nkI
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : La nature et les Animaux en Thaïlande... et chez ses voisins
« Réponse #1260 le: mai 13, 2019, 08:32:52 am »


J'ai peur que cela soit la porte ouverte à tous les abus !


L'exportation d'éléphants est à nouveau légale

Les éléphants et les produits liés aux éléphants peuvent à nouveau être exportés de Thaïlande en vertu d'une nouvelle réglementation du ministère du Commerce, ce qui peut susciter une controverse sur le point de savoir si elle enfreint la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES).

Cependant, le Département de la conservation des parcs (DNP) insiste sur le fait que le nouveau règlement sera suffisamment strict pour prévenir les abus potentiels des trafiquants d’espèces sauvages.

Adul Chotinisakorn, du Département du commerce extérieur, a déclaré que le ministère du Commerce avait levé l'interdiction de 2009 et avait publié le 10 avril une nouvelle réglementation régissant l'exportation des éléphants domestiqués et de leurs produits.

La réglementation en matière d'exportation devrait être approuvée cette année, a-t-il déclaré, et respectera des conditions strictes pour garantir que cela n'enfreint pas l'accord CITES ou d'autres lois sur la conservation des animaux.

« Les éléphants et leurs produits ne peuvent être exportés qu’à des fins de recherche, à des fins diplomatiques ou pour des échanges entre instituts universitaires et musées», a-t-il déclaré.

« Nous avons soigneusement rédigé ce règlement en étroite collaboration avec les agences concernées et pouvons nous assurer que les éléphants thaïlandais exportés seront bien pris en charge par des experts dans un bon environnement lorsqu'ils seront à l'étranger.»

Il a ajouté que, selon le nouveau règlement, le DNP serait responsable de la vérification et de l'approbation des permis d'exportation.

« Nous sommes conscients que l’envoi d’éléphants thaïlandais à d’autres pays est une question très délicate. Nous veillerons donc à ce que les décisions prises en la matière soient soigneusement prises en compte, l’intérêt national étant la priorité absolue», a-t-il ajouté.

Seuls les éléphants domestiques enregistrés peuvent être exportés.

Les agences gouvernementales et les instituts universitaires seront autorisés à exporter les animaux et les produits connexes en vertu du nouveau règlement, il est ainsi très improbable que cette règle puisse être utilisée par les trafiquants d'espèces sauvages.


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13886-lexportation-d%C3%A9l%C3%A9phants-est-%C3%A0-nouveau-l%C3%A9gale/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : La nature et les Animaux en Thaïlande... et chez ses voisins
« Réponse #1261 le: mai 31, 2019, 10:24:26 am »


Le dernier rhinocéros mâle de Sumatra vient de mourir

Tam, le dernier rhinocéros de Sumatra mâle de Malaisie vient de mourir. Un coup dur pour cette espèce en danger critique d'extinction, dont le destin est malheureusement déjà scellé en Malaisie.

Aperçu en 2008 alors qu'il errait dans une plantation d'huile de palme, Tam fut capturé puis transféré dans la réserve naturelle de Tabin dans l'état de Sabah. Les tentatives de l'amener à se reproduire avec deux rhinocéros femelles (Puntung capturée en 2011, Iman capturée en 2014) se sont toutes révélées infructueuses.

Avec l'euthanasie de Puntung en 2017 en raison d'un cancer, Iman est à présent la dernière représentante de son espèce en Malaisie. Suite à des décennies de réduction de leur habitat et de braconnage, il ne resterait désormais plus que 80 rhinocéros de Sumatra à l'état sauvage, la plupart sur l'île voisine de Sumatra. Le reste est dispersé à travers Kalimantan, sur la partie indonésienne de Bornéo.

Il reste si peu de rhinocéros de Sumatra que les experts pensent aujourd'hui que l'isolation est la plus grande menace pour la perpétuation de l'espèce. Cela est dû au risque pour les femelles de cette espèce de développer des kystes et des fibromes au niveau de leur appareil reproducteur si elles restent trop longtemps sans s'accoupler. C'est en effet ce qui a provoqué l'infertilité de Puntung et Iman.

C'est pourquoi les plus grandes organisations à but non lucratif au monde, dont la National Geographic Society, avaient annoncé en 2018 un projet de collaboration sans précédent appelé Sumatran Rhino Rescue. Son objectif ? Trouver et capturer en toute sécurité le plus grand nombre de rhinocéros possible afin de les regrouper pour procéder à une reproduction en captivité.

« Nous devons capturer les rhinocéros restants isolés à Kalimantan et Sumatra puis faire de notre mieux pour les pousser à faire des petits. »

 
UN RAPIDE DÉCLIN

L'état de santé de Tam se détériorait depuis la fin du mois d'avril, époque à laquelle il avait commencé à perdre appétit et vivacité, a confié la directrice du Sabah Wildlife Department, Augustine Tuuga, au journal malaisien The Star. Des analyses d'urine avaient alors révélé un dysfonctionnement des reins du rhinocéros et peut-être même d'autres organes.

Les autorités ne peuvent pas encore se prononcer sur les raisons de la rapide détérioration de l'état de santé de Tam, mais elle pourrait n'être due qu'à son âge avancé. L'âge du rhinocéros avait été estimé à une trentaine d'années et la durée de vie de ces animaux ne dépasse habituellement pas les 35 à 40 ans, a expliqué Tuuga au journal de Singapour The Straits Times.

« Nous avions mis tant d'espoir sur Tam et sa capacité à se reproduire en captivité, mais ces espoirs ont été réduits à néant lorsque nous avons découvert que les deux dernières femelles de la réserve de Tabin n'étaient pas en mesure de porter les fœtus, » rapporte Kinnaird.

Alors que Tam n'a bien entendu pas pu pérenniser seul sa lignée, sa présence en captivité nous a permis de mieux comprendre son espèce.

« Le travail accompli par la Borneo Rhino Alliance avec des techniques reproductrices de pointe, notamment le prélèvement d'ovules et la tentative de création d'embryons, nous a permis de passer à l'étape suivante dans la compréhension de la biologie de cette espèce, » déclare Susie Ellis, directrice de l'organisme International Rhino Foundation.

 
UN NOUVEL ESPOIR

Aussi tragique que puisse être la mort de Tam, elle constitue un puissant avertissement quant à l'urgence de trouver d'autres animaux à l'état sauvage, poursuit Kinnaird, qui coordonne depuis deux ans les efforts internationaux de la WWF en lien avec la protection des rhinocéros de Sumatra. Notons que WWF fait également partie de la coalition Sumatran Rhino Rescue.

La bonne nouvelle en revanche, c'est le succès de la coalition en fin d'année dernière dans la capture d'une femelle rhinocéros baptisée Pahu. Son transfert vers une nouvelle infrastructure de reproduction à Kelian revêtait une importance telle que la femelle a bénéficié d'une escorte de la police et d'engins de chantiers utilisés pour dégager la route. (À lire : Une femelle rhinocéros de Sumatra capturée pour tenter de sauver l'espèce.)

Pour l'instant, les experts n'ont décelé aucun problème au niveau de son appareil reproducteur, indique Kinnaird. Elle profite paisiblement de la vie sur son nouveau territoire et, avec un peu de chance, pourrait bientôt avoir de la compagnie.

« Nos relevés les plus récents indiquent qu'il y a d'autres rhinocéros en vadrouille dans les forêts de Kalimantan, » nous informe Kinnaird, « ce qui me redonne de l'espoir. »

« Nous devons continuer à être entièrement concentrés sur la sauvegarde des 80 rhinocéros de Sumatra restants en mettant en place une combinaison de mesures intensives de protection et de reproduction en captivité tout en travaillant avec les locaux afin qu'ils prennent conscience que les rhinocéros constituent une facette majeure de leur héritage biologique, » explique Ellis. « Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre cette bataille. »



https://www.nationalgeographic.fr/animaux/2019/05/le-dernier-rhinoceros-male-de-sumatra-vient-de-mourir?fbclid=IwAR2nspkGx__nj-e9_-SDms76G7s1wzq4_400v--w08UCZP_NFQFVWQYl9mw
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : La nature et les Animaux en Thaïlande... et chez ses voisins
« Réponse #1262 le: juin 06, 2019, 08:22:05 am »


Parties du tigre utilisées par la médecine chinoise

Voici les différentes parties du corps du tigre utilisées par la médecine chinoise. Je précise qu'aucun de ces principes médicaux ne fonctionnent !
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14178
Re : La nature et les Animaux en Thaïlande... et chez ses voisins
« Réponse #1263 le: juin 06, 2019, 10:33:28 pm »


Parties du tigre utilisées par la médecine chinoise

Voici les différentes parties du corps du tigre utilisées par la médecine chinoise. Je précise qu'aucun de ces principes médicaux ne fonctionnent !


Lamentable...  >:( >:( >:( >:( >:(  vraiment cinoques ces Chinois   :hang
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : La nature et les Animaux en Thaïlande... et chez ses voisins
« Réponse #1264 le: juin 07, 2019, 07:44:09 am »


Oui, lamentable, Line... Et les Chinois (ainsi que les Vietnamiens) font la même chose avec les ours, les pangolins, les rhinocéros, les éléphants, etc...

Quand tu penses qu'au Vietnam, lors des soirées organisées par les gens riches, il est bien vu de proposer à ses invités de la poudre de corne de rhinocéros !... Ces idiots imaginent que de la simple kératine, protéine qui constitue les ongles, les cornes et les défenses, peut même soigner le cancer !

Ces gens sont fous !  :hang
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : La nature et les Animaux en Thaïlande... et chez ses voisins
« Réponse #1265 le: juin 12, 2019, 08:24:05 am »


Premchai, le richissime Thaïlandais qui braconnait des panthères noires, reconnu coupable de corruption et condamné à un an de prison

Le magnat de la construction Premchai Karnasutra a été condamné à un an de prison mardi après avoir été reconnu coupable de tentative de corruption de fonctionnaires alors qu'il a été arrêté dans le sanctuaire de faune de Thung Yai Naresuan à Kanchanaburi au début de l'année dernière.

Le tribunal pénal chargé des affaires de corruption a acquitté Yong Dodkhruea, un assistant de Premchai.

La peine d'un an de prison du puissant richissime, pourtant bien connecté, président de la société ital-thaï sera ajoutée à la peine de 16 mois de prison qui lui a été infligée par la cour provinciale de Thong Pha Phum le 20 mars pour braconnage.

Dans ce procès, Premchai avait pris six mois pour avoir porté des armes à feu en public sans autorisation, huit mois pour «avoir aidé des tiers à chasser du gibier dans une réserve faunique sans autorisation» et deux mois pour avoir possédé la carcasse d'une espèce protégée - un faisan Kalij - sans autorisation.

Yong a été condamné à 13 mois pour possession d'une arme et possession illégale de la carcasse d'un léopard noir.

Deux autres accusés, le chauffeur et le cuisinier qui travaillaient tous deux pour Premchai, ont également été reconnus coupables d'infractions connexes.

Premchai et Yong sont en liberté sous caution dans l'attente d'un éventuel appel. En mai, le Département des litiges a fait appel de la décision du premier procès, affirmant que Premchai aurait également dû être puni pour "chasse" et non "aide à la chasse".



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/14048-premchai-le-richissime-tha%C3%AFlandais-qui-braconnait-des-panth%C3%A8res-noires-reconnu-coupable-de-corruption-et-condamn%C3%A9-%C3%A0-un-an-de-prison/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : La nature et les Animaux en Thaïlande... et chez ses voisins
« Réponse #1266 le: juin 14, 2019, 07:40:04 am »


Thaïlande : comment lutter contre la maltraitance des animaux ?

Beaucoup d'entreprises d'exploitation éhontée des animaux subsistent encore en Thaïlande, malheureusement entretenues par l'ignorance des touristes.

Des tigres drogués transformés en machine à selfie, des orangs-outans déguisés en boxeurs obligés de se frapper, des singes habillés en bikini en train de faire du vélo : la liste des horreurs visibles dans les parcs animaliers de Thaïlande est longue.

La maltraitance des animaux est malheureusement une des conséquences du tourisme de masse, qui contribue en grande partie aux recettes de ce genre d’établissements.

Le fameux temple des tigres près de Kanchanaburi n’était pas seulement un piège à touristes comme l’avions déjà constaté en 2014, mais aussi un centre de trafic pour des espèces protégées, à commencer par les tigres.

Cet endroit a été fermé en 2016 suite a de nombreux abus, mais bien d’autres entreprises d’exploitation éhontée des animaux subsistent encore en Thaïlande, malheureusement entretenues par l’ignorance des touristes.

Pourtant, la plupart des touristes ne sont pas conscients des abus et de la cruauté qui entourent la vie de ces animaux en captivité.

Thailandefr soutient le travail de documentation remarquable du photographe Aaron Gekoski et demande à ses lecteurs de ne pas se rendre dans ce type d’établissements.

Un lien pour une pétition demandant la fermeture de Safari World figure en fin d’article, ainsi qu’un lien pour soutenir financièrement Aaron Gekoski, dont les photos illustrent cet article.

Le photojournaliste environnemental Aaron Gekoski, 37 ans, a été témoin de la façon dont les animaux sont exploités dans des spectacles grotesques et cruels lors de visites effectuées dans des zoos et parcs animaliers en Thaïlande.

Citer

« Ce dont j’ai été témoin était incroyablement pénible. C’était comme une maison des horreurs pour la faune. Beaucoup d’animaux sont battus et maltraités et leur esprit est brisé par les dresseurs, ce qui les rend complètement soumis ».


Ses photos affligeantes montrent comment des singes vêtus de bikini sont habillés en «ring girls» tandis que des éléphants sont forcés d’exécuter des tours de cirque ridicules comme jouer au football sur une scène devant le public.

« J’ai vu des éléphants drogués enchaînés à des chaînes la nuit, puis obligés de danser ou jouer au football toute la journée; des orangs-outans gardés dans de minuscules cages et forcés de se boxer; des tigres émaciés maintenus sur de minuscules chaînes afin qu’ils puissent à peine bouger; un gorille vivant dans une cellule sale au sommet d’un centre commercial; et des singes déguisés pour faire du vélo. »

a t-il ajouté.

Chris Draper, responsable du bien-être animal et de la captivité à la Born Free Foundation, a déclaré:

« Ces images montrent l’utilisation abusive et totalement irrespectueuse des animaux sauvages, obligés de divertir des personnes mal informées ou stupides. »

La Wildlife Friends Foundation of Thailand a déclaré:

« La Thaïlande a de nombreux zoos et autres attractions qui exploitent clairement les animaux sauvages et domestiques. Beaucoup des animaux présents dans ces parcs ont été clandestinement introduits dans le pays ou illégalement braconnés dans la nature.


Un porte-parole de Peta a ajouté:

« Quand vous voyez ces animaux effectuer des tours  inconfortables et stressants, sachez qu’ils le font parce qu’ils ont peur d’être punis avec des décharges électriques, des brûlures de cigarettes ou des coups. »

« Les orangs-outans sont très intelligents, étroitement liés aux humains et partagent ainsi notre capacité de souffrance. »

« Les gens ont besoin d’être éduqués par les opérateurs touristiques sur ce qui se passe réellement dans les coulisses. Beaucoup ne comprennent pas que les animaux souffrent.

Soutenez le photojournalisme d’Aaron exposant la maltraitance des animaux dans l’industrie du tourisme animalier à https://www.gofundme.com/wildlife-tourism .

Signez une pétition contre la cruauté envers les animaux dans l’industrie du tourisme animalier en Thaïlande à https://www.change.org/p/shut-down-safari-world-for-exploiting-orangutans-in-boxing-matches .



https://www.thailande-fr.com/societe/environnement/61584-thailande-comment-lutter-contre-la-maltraitance-des-animaux
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : La nature et les Animaux en Thaïlande... et chez ses voisins
« Réponse #1267 le: juin 16, 2019, 08:18:18 am »


Je rappelle qu'il reste moins de 600 éléphants sauvages au Cambodge, victimes du braconnage (la Chine est toute proche !) et 160 éléphants domestiques dont seulement 14 travaillent à Angkor. Avant 30 ans, les éléphants auront disparu du pays si rien ne change !


À Angkor Wat, les touristes ne pourront bientôt plus monter à dos d’éléphant !

Les promenades à dos d’éléphant seront interdites dès 2020 à Angkor Wat. Une belle décision destinée à mettre fin au calvaire des pachydermes.

Le site d’Angkor Wat, au Combodge, a pris l’excellente initiative d’interdire les balades à dos d’éléphant. C’est une pratique qui est souvent critiquée par les défenseurs des animaux. Il y a quelques semaines en Thailande, un éléphanteau s’est écroulé de fatigue sous une chaleur accablante alors qu’il était attaché au pied de sa mère qui, elle, transportait des touristes.

En 2016, un éléphant d’Angkor Wat est mort d’épuisement alors qu’il transportait des touristes. Ces évènements ont provoqué l’indignation de nombreuses personnes à travers le monde. Depuis, Angkor Wat s’est engagé à interdire l’exploitation des éléphants utilisés pour transporter des touristes.

Au total, ce sont 14 éléphants qui sont utilisés pour transporter des touristes autour des temples d’Angkor Wat. Quand cette pratique sera interdite, les éléphants seront transférés vers un centre de conservation. Les touristes pourront toujours venir les voir pour prendre des photos.

Cette décision a été confirmée par le directeur du comité du groupe des éléphants d’Angkor, Oan Kiry : « Début 2020, notre association prévoit de mettre fin à l’utilisation des éléphants pour transporter les touristes. Ils pourront toujours regarder les éléphants et les prendre en photo dans notre centre de conservation et d’élevage. Nous voulons que les éléphants vivent de la manière la plus naturelle possible. »

Espérons que d’autres pays suivront la décision d’Angkor Wat. À travers le monde, des éléphants sont encore forcés de transporter des touristes dans des conditions déplorables. De plus, les éléphants sont en danger dans d’autres pays d’Asie du Sud-Est en raison de la chasse illégale, de la destruction de leurs habitats et du conflit entre les animaux et les humains.



https://dailygeekshow.com/elephant-angkor-wat/?fbclid=IwAR00O6NShQ2FLpGmyoJbtkASLw3d8JwqC7wDULciPH-L6uOa7TtrNSHWo3E
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : La nature et les Animaux en Thaïlande... et chez ses voisins
« Réponse #1268 le: juin 16, 2019, 08:20:42 am »


Au sujet des éléphants domestiques !

Travaillant moi-même avec de nombreux vétérinaires thaïlandais depuis 20 ans, je me dois de préciser un ou deux points !...

Les charges que portent les éléphants qui travaillent dans le tourisme sont en général dérisoires. On peut parfaitement monter sur un éléphant de 4,5 tonnes sans le brutaliser et sans qu'il éprouve la moindre souffrance (l'histoire de la faiblesse de la colonne vertébrale du pachyderme est une bêtise inventée sur internet que les gens hélas répètent à l'infini... Dans le passé, les éléphants de guerre portaient même des canons !)... Pour lui, porter un poids de 80 kilos est l'équivalent d'un poids d'un peu moins d'1 kilo pour un homme adulte !... Une nacelle pèse 30 kilos, avec deux passagers d'environ 70 kilos, cela fait 170 kilos. Pour un éléphant de 4500 kilos, c'est l'équivalent d'un poids de 3 kilos porté par un homme de 80 kilos...

En fait, la véritable souffrance qu'éprouvent les éléphants de certains camps touristiques ne vient pas des charges portées mais de la fréquence du travail (répétitions trop nombreuses et durée trop longue) ainsi que souvent (et surtout) de la carence alimentaire qui lui est inévitablement liée...

Dans la Nature, un éléphant passe 75 % de son temps en quête de nourriture (c'est l'activité principale de sa routine naturelle car son système digestif peu efficace n'est capable de digérer que 30 à 45 % des aliments qu'il consomme !) et cette dernière est variée et abondante. Or dans un camp, soumis à une activité intensive, il lui est impossible de se nourrir correctement ce qui provoque des carences importantes et des troubles d'ordre médical. Dans de nombreux cas, les rations alimentaires peu variées fournies en quantité insuffisante et pas assez régulièrement (par mesure d'économie évidemment !) ainsi que la perturbation provoquée sur sa routine naturelle, sont à l'origine de la dégradation de la santé des pachydermes (problèmes physiques et psychiques) et de leur amaigrissement (nous avons tous vu des éléphants ultra maigres arriver dans les zones de préservation !). Dans bien des cas, on peut même parler de "burn out", c'est à dire de syndrome d'épuisement professionnel...

Pour conclure, ce n'est pas l'interdiction des promenades à dos d'éléphants qui améliorera le sort des pachydermes, c'est la modification de leur routine quotidienne et de leur régime alimentaire !... Mais pour cela, il faudrait que les touristes soient prêts à payer les prestations plus chères !
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : La nature et les Animaux en Thaïlande... et chez ses voisins
« Réponse #1269 le: juin 20, 2019, 07:40:06 am »


Plus de 4500 tortues entrées en fraude de Birmanie ont été saisies !

Sous une pluie battante, la police a fait signe de s'arrêter au minibus de Sanchai Tongkapurana à un barrage situé près de la frontière entre la Thaïlande et le Myanmar. À l'intérieur: des migrants légaux du Myanmar. Mais dans le coffre: des milliers de bébés tortues.

La police a saisi un total de 4 546 tortues introduites illégalement dans le véhicule de Sanchai mardi soir près du village de Baan Huay Hin Fon, dans le district de Mae Sot.

Cachés dans les bagages du minibus il y avait quatre cartons fermés mais percés de trous d'aération. La police les a ouverts de force et a trouvé des filets verts remplis de jeunes tortues : 75 tortues serpentines https://fr.wikipedia.org/wiki/Tortue_serpentine, 586 pangshua tecta https://fr.wikipedia.org/wiki/Pangshura_tecta et 3 885 tortues de Floride https://fr.wikipedia.org/wiki/Tortue_de_Floride

Les deux dernières espèces sont des animaux de compagnie communs, bien que les tortues de Floride soient une espèce invasive connue. Les tortues ont été trouvées dans un état de faiblesse car serrées les unes contre les autres.

Des sacs remplis d’eau contenant 35 poissons à tête de serpents https://fr.wikipedia.org/wiki/Channidae vivants se trouvaient également dans les boîtes.

La police avait été informée que des animaux seraient introduits en contrebande du Myanmar. Sanchai, 44 ans, a été appréhendé pour un interrogatoire supplémentaire.

Les tortues en Thaïlande sont continuellement passées en contrebande pour être vendues comme animaux de compagnie ou pour des cérémonies religieuses douteuses. A priori, ces tortues ne faisaient pas partie d'espèces en voie de disparition.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/14083-plus-de-4500-tortues-entr%C3%A9es-en-fraude-de-birmanie-ont-%C3%A9t%C3%A9-saisies/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : La nature et les Animaux en Thaïlande... et chez ses voisins
« Réponse #1270 le: juin 21, 2019, 07:50:47 am »


Les éléphants sauvages sont des animaux irascibles !... je peux vous avouer que je fais très attention à chaque fois que je fais des photos d'éléphants à très courte distance !


Un mari tué par un éléphant sauvage alors que sa femme fait le mort pour survivre

Un homme a été tué par un éléphant sauvage dans sa plantation de tapioca du district de None Din Daeng à Buri Ram, alors que sa femme a fait le mort pour échapper à l'agression, a annoncé la police.

Surasak Phijaranakhonburi, 26 ans, a été transpercé à mort par la défense d'un éléphant du côté gauche de la poitrine alors que lui et sa femme campaient dans leur plantation à Tambon Nong Bua.

Sureerat Tabuangsri, 27 ans, épouse de Surasak, a déclaré à la police qu'après la fin de la récolte de tapioca mercredi, ils avaient décidé de dormir dans une moustiquaire près de leur camion dans la plantation afin que son mari puisse pulvériser un pesticide le lendemain matin.

Mais ils ont été réveillés tard mercredi soir par trois éléphants sauvages qui ont renversé leur moustiquaire, a déclaré Sureerat.

Elle a dit que Surasak avait eu peur et s'était levé et avait essayé de s'enfuir, mais il avait trébuché et était tombé et avait été tué par l'un des éléphants.

Sureerat a déclaré qu'elle s'était enveloppée dans la moustiquaire, s'y est étendue comme si elle était morte. Puis elle réussit à se cacher en rampant sous le camion et attendit le départ des éléphants.

Elle a constaté que son mari était décédé et a ensuite appelé la famille et la police.


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/14086-un-mari-tu%C3%A9-par-un-%C3%A9l%C3%A9phant-sauvage-alors-que-sa-femme-fait-le-mort-pour-survivre/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : La nature et les Animaux en Thaïlande... et chez ses voisins
« Réponse #1271 le: juin 30, 2019, 09:04:58 am »


L’ASEAN s’engage contre le trafic illégal d’espèces protégées

Malgré une absence totale de preuves scientifiques, le trafic illégal d'espèces protégées alimente souvent un marché parallèle de médecines traditionnelles.

Lors d’une réunion des dirigeants des pays de l’ASEAN, un document visant à lutter davantage contre le trafic d’espèces sauvages protégées a été signé.

C’est la « Déclaration de Chiang Mai des ministres responsables de la CITES et de la protection de la vie sauvage ».

« Lutter contre  le trafic d’espèces sauvages est difficile car le commerce illégal est un  crime transnational qui génère des profits énormes pour ces seigneurs du crime », a déclaré Surapon Duangkhae, explique The Nation.

Avec l’ampleur que prend le trafic, Surapon, directeur de la fondation Seub Nakhasathien souhaite établir un plan clair pour réprimer ce réseau illégal.

Somkiat Soontornpitakkool, directeur de la Division de la protection de la faune et de la flore sauvages du Département des parcs nationaux, de la conservation de la faune et de la flore, a déclaré que les États membres de l’ASEAN devront élaborer leur propre plan d’action et s’entraider pour que les trafiquants ne voyagent pas d’un État à l’autre  et ne déplacent pas leur itinéraire.


La Tanzanie montre l’exemple à la Thaïlande

Preuve qu’une lutte correctement organisée porte ses fruits, la Tanzanie offre à la Thaïlande une leçon de protection de la faune. Mbanjoko Peter Manyenga, commandant de l’unité anti-braconnage de la zone nord de la Tanzanie, a récemment exprimé à nos journalistes thaïlandais, leur efficacité dans ce domaine.

« Depuis que nous avons commencé à prendre des mesures strictes pour supprimer le braconnage et le trafic, nos performances se sont considérablement améliorées. Au cours des cinq premiers mois de cette année, seuls 35 cas ont été signalés dans la région et les populations d’animaux en danger se reconstituent lentement », a déclaré Manyenga.

Cela est notamment dû à une application stricte de la loi et des enquêtes intensives. Un exemple que veut suivre la Thaïlande. Avant cette déclaration, le Tanzanie faisait partie du « gang des huit ». Il s’agit des pays où le commerce illégal d’espèces sauvages était le pire, dont la Thaïlande fait partie.

Notamment situé entre le Laos, le Vietnam et la Thaïlande, le trafic est pourtant souvent utilisé pour la médecine traditionnelle. Cependant, on note une «absence totale de preuves scientifiques quant à son efficacité et les campagnes du gouvernement visant à mettre fin à ce commerce», explique The Nation.



https://www.thailande-fr.com/asean/86862-lasean-sengage-contre-le-trafic-illegal-despeces-protegees
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : La nature et les Animaux en Thaïlande... et chez ses voisins
« Réponse #1272 le: juillet 02, 2019, 08:54:55 am »


La Thaïlande est un véritable paradoxe !... D'un côté, ce pays fait des efforts exceptionnels depuis quarante ans pour protéger sa faune sauvage avec des parcs nationaux de plus en plus performants (la population d'éléphants sauvages a ainsi pu augmenter pour la première fois en 2018 !) et de l'autre, ses animaux domestiques subissent une maltraitance qui, contrairement à ce que dit cet article n'est pas systématique (un nombre important d'éléphants domestiques sont parfaitement bien traités dans le Royaume !) mais que l'on ne peut pas nier dans bien des cas (en particulier dans celui des tigres) !

PS : L'article parle de 150 gardes forestiers tués chaque année mais ne précise pas où et ne donne pas ses sources ?... J'imagine que c'est au niveau de toute l'Asie mais surement pas en Thaïlande uniquement !... Etant moi-même souvent en contact avec les rangers thaïlandais dans tous les parcs nationaux du Royaume, je n'ai jamais entendu parler d'une telle hécatombe ! Les plus grands parcs nationaux (qui comptent les plus grandes unités de Rangers) comme Khao Yai, Kaeng Krachang, Huai Kha Keng, Kuiburi, Khao sok, Khao Sam Roi Yot, etc. n'ont pas eu de victimes ces dernières années !



Tigre: la marchandisation du roi de la jungle

Zoos insalubres, maltraitance généralisée, tigres drogués et enchainés pour servir d'usines à selfies touristiques dominent le paysage en Thaïlande.

L’Homme est aujourd’hui un véritable prédateur pour le tigre, autrefois roi de la jungle. Le tourisme, le trafic d’os ou encore l’utilisation de parties du corps pour des « médecines » chinoises ont eu raison du plus grand fauve, qui n’a jamais aussi été menacé et exploité.
Les tigres sauvages en voie d’extinction

“Les gouvernements et les ONG veulent donner des bonnes nouvelles, en disant où sont les tigres… Mais il n’y pas de bonnes nouvelles » se désole Tim Redford, directeur de programme au sein de l’association de protection Freeland.

Ces cinq dernières années, la population de tigres sauvage a drastiquement chuté: on compte actuellement plus de tigres en captivité qu’à l’état sauvage. En 2018, selon le WWF, ils n’étaient plus qu’environ 3 900 à l’état sauvage au niveau mondial.

Une lueur d’espoir persiste en Inde, où le nombre de tigres sauvages a dépassé les 2 200, selon un récent recensement.

De plus, le pays ne compte aucune ferme de tigres : tout cela est le résultat du fort engagement du gouvernement dans la préservation, du financement des parcs nationaux et du très bon travail des gardes forestiers.


Les tigres 4.0 : selfies et queue enflammée

La Thaïlande est une grande destination touristique, où les animaux sont souvent au centre des activités : balade à dos d’éléphant, selfie avec des animaux dangereux, nage avec les dauphins, spectacle de feu, combats d’animaux, charmeur de serpent… Le tourisme est devenu un véritable fléau pour le bien-être animal.

    “Une vie de captivité, enchaîné et forcé à interagir avec les humains… Ce n’est pas une vie pour un animal sauvage comme le tigre »

se désole Somsak Soonthornnawaphat, chef de la campagne thaïlandaise de la Société Mondiale de Protection des animaux (WAP), lors d’une conférence de presse au FCCT.


Une maltraitance généralisée

Somsak a également insisté sur le fait que les animaux sont souvent maltraités et que des bêtes sauvages ne sont pas faits pour interagir avec des touristes.

Dans de nombreux zoos, les animaux n’ont même pas d’eau fraîche, les tigres sont gardés dans de toutes petites cages et reçoivent peu ou pas de traitement médicaux.

Un rapport du WAP montre que plus de 600 tigres souffrent du tourisme. Par ailleurs, une fois qu’un animal a été habitué à la captivité, il n’est plus capable de vivre à l’état sauvage.

Par exemple au Zoo de Si Racha Tiger, qui accueille des milliers de touristes, principalement chinois, russes et indiens, de multiples attractions sont proposées.
Selfies avec des tigres drogués.

Ainsi ces derniers peuvent nourrir les bêtes, prendre des selfies avec les fauves, qui sont alors complètement drogués, ou encore voir des spectacles de feu, où il n’est pas rare que des accidents arrivent, et que par exemple les queues des tigres prennent feu.

Chaque année, huit millions de chinois visitent la Thaïlande. Ces touristes, sont pris, de manière plus ou moins consciente, dans le commerce de tigre.

En effet les os de tigres sont vendus au détail dans des marchés, où des bus, transportant entre 1000 et 2000 personnes, s’arrêtent chaque jour.

Les vendeurs expliquent aux touristes qu’ils peuvent ramener en Chine les os de tigres et que c’est « seulement un peu illégal ». De plus le commerce d’os de tigres est souvent mélangé avec celui d’os de lion, qui est lui légal.


Environ 2000 tigres en captivité en Thaïlande

Ces dix dernières années, le nombre d’élevages de tigres a considérablement augmenté : environ 2 000 de ces fauves vivent actuellement en captivité en Thaïlande, soit dans des élevages soit dans des zoos.

L’existence d’élevages de tigres constitue une sérieuse menace.

Ces installations fonctionnent sous l’apparence d’un zoo, mais ce sont en fait des fermes qui élèvent des tigres afin d’alimenter le commerce illégal. Le Zoo de Si Racha, qui compte environ 300 tigres, est ainsi suspecté d’alimenter le trafic, selon l’inspection annuelle des installations de tigres de For Tiger.

De nombreuses fermes thaïlandaises se sont rapprochées de la frontière du Laos afin de faciliter le trafic illégal, qui constitue souvent une première étape vers la Chine. Au Laos il est d’ailleurs encore légal de posséder un tigre pour les particuliers comme « animal domestique ».

Si le nombre de tigres en captivité augmente, les braconniers préfèrent cependant les fauves sauvages, qui valent plus cher à la vente.


Le braconnier, bête noire du plus grand fauve.

En Thaïlande, les principaux responsables sont les braconniers qui chassent les tigres afin de revendre certaines parties de leur anatomie, principalement sur des marchés chinois et vietnamiens.

Les gardes forestiers, qui sont essentiels à la préservation des tigres, se retrouvent eux aussi souvent blessés voire tués par les braconniers. Ainsi, chaque année 150 gardes sont tués, soit une moyenne de trois par semaine (de quelle source provient ce chiffre ?)

La construction de routes et chemins ferrés, notamment par la Chine dans le cadre de sa BRI ou des corridors industriels, aggravent aussi fortement le déclin des populations de tigres sauvages. L’urbanisation fragmente les habitats naturels et réduit la biodiversité.

A cause de l’empiètement humain sur le territoire des tigres, ces derniers souffrent du virus de la maladie de Carré, une maladie mortelle qui se transmet par les chiens infectés, le plus souvent par contact avec des excréments contaminés.

Cette maladie est une véritable menace pour les tigres sauvages, qui peut dévaster les populations, comme ce fut le cas dans le Serengeti (Afrique) où 30% des lions ont été exterminés lors d’une épidémie.

« Pour conserver les tigres, nous avons besoin de planification, de moyens et de lois fortes » affirme Tim Redford, en expliquant que c’est la raison pour laquelle des pays comme le Myanmar ou le Laos n’ont plus de tigres.

« J’espère que l’éducation nationale thaïlandaise inclura un programme d’enseignement sur la conservation et expliquera pourquoi c’est important de préserver la forêt ».


Une nouvelle loi thaïlandaise pour protéger les tigres

Le 22 mai dernier la Thaïlande a adopté une loi concernant l’élevage des tigres en captivité et le braconnage. Auparavant, les braconniers et les trafiquants d’espèces sauvages étaient très peu sanctionnés . Avec la nouvelle loi, les contrevenants peuvent être emprisonnés entre trois et 14 ans et pourraient se voir infliger une amende de 2 millions de bahts pour avoir tué un tigre.

Avec la nouvelle loi, Edwin Wiek, directeur du WWF en Thaïlande, espère voir une évolution… « Mais le mal a déjà été fait… »

Dans l’ensemble, les ONG portent un discours pessimiste et alarmant sur la question des tigres, et remettent en avant l’ampleur du problème.

La conservation et le bien-être des tigres n’a jamais été aussi menacé et sans des lois plus strictes, une application efficace, l’engagement des ONG et du secteur privé, l’avenir de ce grandiose animal semble vraiment très sombre.



https://www.thailande-fr.com/societe/environnement/87010-tigre-la-marchandisation-du-roi-de-la-jungle
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : La nature et les Animaux en Thaïlande... et chez ses voisins
« Réponse #1273 le: juillet 04, 2019, 07:48:03 am »


Un bébé dugong orphelin, star de la protection marine en Thaïlande

Des câlins au moment du nourrissage sont l’une des nombreuses techniques utilisées par des vétérinaires thaïlandais pour élever un bébé dugong orphelin du nom de Mariam. Des techniques efficaces qui ont, par la même occasion, contribué à susciter un intérêt croissant pour la conservation des océans.

Retrouvé échoué sur une plage en mai dernier, âgé de six mois, le jeune mammifère marin, adopté par le Centre de biologie marine de Phuket, reçoit des soins quotidiens de la part des responsables et des vétérinaires de la réserve, ainsi que d’organisations écologistes locales.

Mariam est devenue une star lorsque des photos la montrant en train de se faire bercer par les vétérinaires ont connu un succès viral sur les médias sociaux, le Département des ressources marines et côtières (DMCR) publiant ensuite des mises à jour régulières sur son état.

Le vétérinaire Pathompong Kongjit a confié à l'AFP que Mariam - qui vit maintenant dans les eaux baignant l'île de Ko Libong, dans la province de Trang - est devenue un symbole du besoin urgent de nettoyer les mers recouvertes de plastique de la Thaïlande.

"Mariam a allumé la flamme chez des Thaïlandais les amenant à se soucier des animaux marins, des espaces marins thaïlandais et de la nature en général", estime-t-il.

Mais jusqu'à présent, son plus grand défi est de se nourrir car elle rencontre des difficultés pour déterrer les herbiers du fond de la mer. "Mariam ne parvient à manger que les herbes qui dépassent", dit-il, ajoutant qu'elle "s'améliore".

Les dugongs allaitent aussi généralement leurs bébés pendant qu'ils nagent - ce que les vétérinaires ne peuvent pas faire. "Nous la tenons donc pendant que nous lui donnons du lait et, après cela, nous devons la faire nager pour exercer son système de digestion", explique Pathompong.

Ses gardiens utilisent également un canot orange - surnommé "Maman Orange" - pour l’inciter à suivre et ainsi s’exercer.

Malgré la dépendance manifeste de Mariam vis-à-vis de ses amis humains, Pathompong estime qu'elle a "appris à s'adapter à l'environnement" et qu'elle ne s’échouait plus sur la plage.

Mais "peu importe le nombre d'animaux marins que nous pouvons sauver... si leur habitat marin est dégradé", regrette le vétérinaire, ajoutant que Mariam va sans doute rester sous leur tutelle pendant encore au moins un an.

La vague d'intérêt auprès du public pour les progrès de Mariam a incité le DMCR à mettre en place une plateforme de diffusion en direct pour suivre l’évolution du bambin en pleine croissance, qui devrait être diffusée à la fin de cette semaine.

Un autre bébé dugong a également été retrouvé échoué à Krabi au début de cette semaine.

Le Centre de biologie marine de Phuket a indiqué dans un communiqué que des dugongs se retrouvaient coincés sur des plages en raison de la pêche et d'autres activités humaines.

Les eaux du sud de la Thaïlande abritent environ 250 dugongs.


https://lepetitjournal.com/bangkok/un-bebe-dugong-orphelin-star-de-la-protection-marine-en-thailande-261003?fbclid=IwAR2Ku5A16WBr-awR6h3EhlTqM3eIrLg_E22oXZkbrzJeRJ7-fgmsxJdbh90
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15657
Re : La nature et les Animaux en Thaïlande... et chez ses voisins
« Réponse #1274 le: juillet 04, 2019, 08:42:27 am »


Record de pêche en Thaïlande

Le Britannique John Harvey vient de battre son record du monde en pêchant une carpe siamoise pesant 232 livres (116 kilos).

Il a battu son vieux record de 10 livres et a fêté l'événement en achetant des bières pour tous les autres pêcheurs au Palm Tree Lagoon de Chedi Hak, dans le sud de la Thaïlande.

Le poisson a fait basculer la balance. il était plus lourd qu'une mini voiture.

L'investisseur immobilier de Westleigh, dans le Devon, a déclaré: "Ce n'était pas un combat difficile, c'était le poids qui constituait le véritable défi. Et c’était énervant parce que je ne voulais pas commettre une erreur."

"Après 80 minutes, je l’ai finalement ramené sur la rive et je ne pouvais pas en croire mes yeux !"

"Il était absolument énorme et les photos ne lui rendent pas justice du tout."

"Quand j’ai finalement ramené sur la rive, je ne pouvais pas en croire mes yeux."


PS : je rappelle qu'en pêche sportive en Thaïlande, les poissons sont relâchés dans l'eau après avoir été capturés.


https://www.thesun.co.uk/news/9432366/worlds-biggest-carp-british-angler-thailand/?fbclid=IwAR3VPn-BI2A0Cz_ikzi9sP7LcDadO51McdHGOw97cOunUmWSiyLd1V76idk
IP archivée