Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Auteur Sujet: HORS SUJET : LE CAMBODGE  (Lu 84602 fois)

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13582
Re : HORS SUJET : LE CAMBODGE
« Réponse #250 le: octobre 12, 2018, 11:05:36 pm »

https://www.la-croix.com/Monde/Au-Cambodge-eleves-collectent-dechets-pouvoir-etudier-2018-10-12-1300975442


Au Cambodge, des élèves collectent les déchets pour pouvoir étudier...

Des déchets plastiques en guise de frais d'inscription: au sommet d'une montagne dans un luxuriant parc national, une petite école a été édifiée à partir de pneus, de bouteilles et d'emballages que les élèves collectent pour pouvoir étudier.

Roeun Bunthon, ancien enfant des rues, est l'un d'eux. "J'ai arrêté de mendier. C'est comme si on m'avait donné une seconde chance", raconte l'adolescent de 12 ans, tout en prenant des notes pendant un cours d'anglais.

Sun Sreydow, 10 ans, espère, elle, que cet apprentissage lui permettra d'accomplir son rêve: devenir médecin.

Située à une centaine de kilomètres de Phnom Penh, au coeur de la chaîne des Cardamomes, l'école Coconut School est presque entièrement construite à partir de déchets. Les murs ont été érigés avec des pneus peints, les toits avec des bouteilles en plastique et des centaines de capsules colorées dessinent le drapeau national à l'entrée de l'établissement.

Ouverte en 2017, elle ne remplace pas l'école publique à laquelle les enfants sont toujours tenus d'aller, mais complète l'enseignement dans plusieurs matières – l'anglais, les mathématiques, le khmer, l'informatique – tout en apprenant aux élèves à recycler.

Le but de Ouk Vanday, un ancien directeur d'hôtel à l'origine de cette initiative, est double.

Il s'agit d'abord d'offrir une éducation complémentaire aux enfants les plus défavorisés dans un pays où ces derniers sont souvent envoyés mendier pour contribuer à subvenir aux besoins de leur famille.

Soutenue par des enseignants bénévoles et des dons, Coconut School, qui accueille une soixantaine d'élèves, "ne demande pas d'argent, même si elle n'est pas gratuite pour autant", souligne Ouk Vanday.

Pour s'acquitter du droit d'entrée et payer les frais mensuels, les élèves apportent des emballages plastiques qui serviront notamment à agrandir l'établissement.

"Je dis toujours aux enfants: donnez-moi des ordures et je vous donnerai une instruction", souligne Ouk Vanday, 34 ans, qui a lancé une première école de ce type sur une île près de Phnom Penh en 2013.


- 3,6 mégatonnes de déchets -

L'objectif est aussi de lutter contre la prolifération des déchets alors que le petit pays d'Asie du Sud-Est en a produit 3,6 millions de tonnes en 2017, d'après les statistiques du ministère de l'Environnement.

Seules 11% des ordures sont recyclées dans le royaume, 48% sont brûlées ou jetées dans des rivières, le reste étant acheminé vers des sites d'enfouissement ou des dépotoirs en constante expansion, ce qui comporte de grands risques sanitaires et écologiques.

Ouk Vanday estime qu'il faudra peut-être "10 à 15 ans" aux Cambodgiens pour prendre conscience de ces enjeux, mais espère que ses élèves vont aider au changement.

"Ces jeunes deviendront de nouveaux militants (environnementaux) au Cambodge, qui auront compris comment utiliser, gérer et recycler les déchets", relève-t-il.

En attendant, il a plusieurs projets en tête.

Il souhaite construire à partir de déchets recyclés, notamment de pneus usagés, une réplique du célèbre temple Angkor Vat et ouvrir "un musée des ordures".

Il prévoit aussi en 2022 une école flottante à partir des déchets jetés dans le lac Tonlé Sap près de Siem Reap (centre), le plus grand lac d'eau douce d'Asie du Sud-Est.

Quant à Coconut School, une classe maternelle va ouvrir l'année prochaine et l'établissement espère pouvoir accueillir prochainement quelque 200 enfants.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14143
Re : HORS SUJET : LE CAMBODGE
« Réponse #251 le: novembre 16, 2018, 01:35:11 pm »


Cambodge : verdict historique dans le procès pour génocide des derniers chefs khmers rouges

Quarante après la chute d'un régime qui a fait quelque deux millions de morts, le tribunal parrainé par l'ONU rend vendredi un verdict historique au Cambodge contre les deux plus hauts dirigeants khmers rouges encore en vie, poursuivis cette fois pour génocide.

Ce jugement conclut un procès qui sera probablement le dernier intenté contre d'ex-membres du régime ultra-maoïste.

Bien que les exactions aient été perpétrées à très grande échelle entre 1975 et 1979, le Premier ministre Hun Sen, lui-même ancien cadre khmer rouge, a demandé à plusieurs reprises qu'aucun autre suspect ne soit renvoyé devant le tribunal, insistant sur le fait que cela pourrait provoquer des troubles dans le royaume.

L'audience doit débuter à 09H30 (03H30 GMT) et se poursuivre pendant plusieurs heures. Quelque 800 personnes sont attendues.

Les deux accusés, l'idéologue du régime Nuon Chea, 92 ans, et le chef de l'Etat du "Kampuchéa démocratique" Khieu Samphan, 87 ans, seront présents, a indiqué à l'AFP Neth Pheaktra, porte-parole des Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens (CETC), l'appellation officielle du tribunal.

Ils comparaissent depuis 2011 devant cette juridiction. Mais pour tenter d'accélérer la procédure afin d'obtenir au moins un verdict avant leur mort et au vu de l'étendue des charges, les débats ont été scindés en plusieurs procès.

A l'issue du premier, qui se concentrait sur "les crimes contre l'humanité", les deux hommes ont été condamnés en 2014 à la prison à perpétuité, une peine confirmée en appel en 2016.

Le second procès, dans lequel un verdict est attendu ce vendredi, porte principalement sur des accusations de "génocide" à l'encontre des Vietnamiens et de la minorité musulmane cham.

Il ne concerne pas les massacres, fussent-ils de masse, des Khmers par les Khmers qui ne sont pas considérés par les Nations unies comme un génocide.

Autodafés de Corans, noyades collectives : entre 100.000 et 500.000 chams, sur un total de 700.000, ont été tués entre 1975 et 1979 par le régime de Pol Pot.

Quelque 200 membres de la minorité musulmane devraient assister à la lecture du jugement, d'après Neth Pheaktra.


Viols et cannibalisme

Lors de ce second procès, une centaine de témoins sont passés à la barre pour dénoncer décapitations, viols, mariages forcés et cannibalisme. Les deux accusés ont nié les atrocités.

"Le Vietnam a inventé cette idée inacceptable du génocide cambodgien", a lancé lors de la dernière audience, en juin 2017, Khieu Samphan, ressassant une rhétorique classique contre le grand voisin vietnamien.

Quant à Nuon Chea, il se moque d'être condamné encore à la prison à vie (...) Il ne prend pas cette institution au sérieux", avait déclaré son avocat, Victor Koppe.

Pour Youk Chhang, chef du Centre de Documentation du Cambodge, un organisme de recherche qui a fourni de nombreuses preuves au tribunal, ce verdict va permettre que "les terribles souffrances soient reconnues".

"Cela pourrait aussi aider à refermer un chapitre horrible de l'histoire cambodgienne", a-t-il ajouté.

Ce jugement va avoir "un poids très important pour le Cambodge, la justice pénale internationale et les annales de l'Histoire", a déclaré de son côté David Scheffer, expert auprès du secrétaire général de l'ONU lors des procès.

A l'ouverture du procès, en juin 2011, quatre anciens responsables étaient dans le box des accusés. Mais la ministre des Affaires sociales du régime Ieng Thirith, considérée inapte à être jugée pour cause de démence, a été libérée en 2012. Elle est décédée depuis. Son mari Ieng Sary, ancien ministre des Affaires étrangères, est mort en 2013 à 87 ans.

Hormis Nuon Chea et Khieu Samphan, le tribunal a déjà condamné un autre accusé, Douch, de son vrai nom Kaing Guek Eav, chef de la prison de Phnom Penh S-21, ou Tuol Sleng, où 15.000 personnes ont été torturées avant d'être exécutées en dehors de la ville. Il a lui aussi été condamné en appel en 2012 à la prison à perpétuité.

Pol Pot, le "frère numéro un", est mort en 1998 sans avoir été jugé.

Phnom Penh (AFP)


https://www.lepoint.fr/monde/cambodge-verdict-historique-dans-le-proces-pour-genocide-des-derniers-chefs-khmers-rouges-15-11-2018-2271827_24.php?fbclid=IwAR1BwAi0QCIUrI3T4XYCyQC_ir9Agq0Dkxkwn1GydoHMd2byJ6VzF61FDog
IP archivée