Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Auteur Sujet: Et si les Thaïs buvaient de l'eau... L'ALCOOL en Thaïlande !  (Lu 21284 fois)

Malco

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 5917
Re : Et si les Thaïs buvaient de l'eau... L'ALCOOL en Thaïlande !
« Réponse #75 le: juillet 11, 2017, 02:06:41 pm »

Citer
       

même pas en rêve...     


Alors là si ils le font demain je suis moine ....  :huhu :huhu
IP archivée
@+ Malco

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12376
Re : Et si les Thaïs buvaient de l'eau... L'ALCOOL en Thaïlande !
« Réponse #76 le: juillet 20, 2017, 08:43:56 am »


OMS : Déplacer les montagnes et en finir avec les méfaits de l’alcool en Thaïlande

Rares sont les pays à revenu faible ou intermédiaire qui en ont fait autant pour protéger leurs citoyens des méfaits liés à l’alcool, pourtant la Thaïlande a encore des défis à relever.

Kumron Choodecha se rappelle comment, du jour au lendemain, un mouvement populaire spontané a vu le jour pour s’opposer à l’influence de l’industrie de l’alcool dans son pays.

Des boudhistes qui se sont abstenus de boire de l'alcool pendant 3 mois à l'occasion dune fête relignieuse, se retrouvent dans un temple ThaiHealth.

En 2005, Kumron faisait partie des milliers de personnes descendues dans la rue de Bangkok, la capitale, pour protester contre la demande d’entrée en bourse de la plus grande brasserie et distillerie du pays. Le succès a été au rendez-vous et la candidature de Thai Beverage n’a pas été retenue.

En tant qu’organisateur d’événements sportifs et musicaux dans les années 1990, Kumron était aux premières loges pour constater les ravages de l’alcool sur la vie sociale et la santé des adolescents et des jeunes adultes.

«Certains buvaient tellement qu’ils se sont fâchés avec leurs familles, ont eu des mauvais résultats scolaires, des accidents et des blessures, se sont battus et ont fini par avoir des ennuis avec la police», se rappelle Kumron.

Kumron dirige Alcohol Watch (sentinelle de l’alcool), une organisation non gouvernementale qui milite aux côtés de groupes de la société civile en Thaïlande pour des politiques et des mesures renforcées de contrôle de l’alcool, et joue un rôle capital pour mobiliser des soutiens en particulier parmi les jeunes.

Ce mouvement populaire est un des 3 piliers de la politique de contrôle de l’alcool du pays que les Thaïlandais appellent le «triangle qui déplace les montagnes», les 2 autres étant une communauté scientifique solide qui fournit des preuves des méfaits de l’alcool et des politiques robustes fondées sur ces preuves.

Près de 13 millions de personnes – soit près d’un cinquième de la population thaïlandaise – ont signé une pétition en faveur de la loi sur le contrôle des boissons alcoolisées (Thailand’s Alcohol Beverage Control Act) lors de sa première présentation.

Adoptée en 2008, cette loi interdit la publicité et la promotion directes pour des boissons alcoolisées et fixe à 18 ans l’âge minimum légal pour en consommer. Elle rend obligatoire la présence, sur ces produits, de mises en garde indiquant que la vente d’alcool à toute personne de moins de 20 ans est interdite et que le fait de boire peut réduire les capacités de conduite. Elle limite également la vente d’alcool à certains jours et certaines heures.

En 2009, l’Assemblée nationale de la santé thaïlandaise a adopté un plan stratégique pour le contrôle de l’alcool afin d’unir tous les secteurs pour combattre les dommages liés à la consommation d’alcool.

Aujourd’hui, la Thaïlande fait partie des rares pays en voie de développement dont les lois et les politiques visent à empêcher la survenue de problèmes liés à l’alcool, tels que les maladies du foie, les cancers et l’alcoolisme ainsi que les accidents de la route, la pauvreté, la violence et la criminalité.

En dépit de tous les progrès accomplis, le pays reste confronté à des enjeux majeurs.

La Thaïlande affiche la consommation d’alcool par habitant la plus forte par rapport aux autres pays dans la Région OMS de l’Asie du Sud-Est et, avec une consommation de 7,2 litres chez les personnes âgées de 15 ans et plus, elle est au-dessus de la moyenne mondiale de 6,4 litres d’alcool pur par an.

La consommation d’alcool est l’un des 4 principaux facteurs de risques pour la santé avec le tabagisme, l’alimentation et l’hypertension, selon le Global Burden of Disease project (l’étude sur la charge mondiale de la morbidité).

Les inquiétudes grandissent quant aux effets négatifs de la consommation d’alcool sur la vie d’autrui: la conduite en état d’ivresse, la violence exercée par le partenaire intime et les autres types de violence, ainsi que la consommation d’alcool durant la grossesse pouvant entraîner des anomalies congénitales.

Quelques années après avoir lu qu’il y avait un manque d’études relatives à ces problèmes, Orratai Waleewong, chercheuse à l’International Health Policy Program (Programme international de politique de la santé) en Thaïlande, a commencé à étudier les effets indirects de la consommation d’alcool.

Une étude qu’elle a publiée en 2015 montre que 80% des personnes interrogées dans le cadre de l’enquête souffrent des effets indirects de la consommation d’alcool par d’autres personnes. «Nous ne connaissons pas encore toute la portée de ces effets en Thaïlande étant donné qu’un grand nombre de ces problèmes sont dissimulés du fait de la honte, de la peur, des tabous ou d’autres normes sociales», explique-t-elle.

« Un grand nombre de ces problèmes sont dissimulés du fait de la honte, de la peur, des tabous ou d’autres normes sociales.»
« Les données relatives aux nuisances de la consommation d’alcool pour les autres, nous permettront de mieux comprendre qui est susceptible d’être affecté et quels sont les programmes et les services de riposte à mettre en place pour empêcher la survenue de ces problèmes», indique-t-elle.

La Thai Health Promotion Foundation, (ThaiHealth, Fondation thaïlandaise pour la promotion de la santé) est un élément central de l’arsenal pour le contrôle de la consommation d’alcool. Créée en 2011, elle utilise les recettes des taxes sur l’alcool et le tabac pour mener des campagnes et financer la recherche.

Selon Bundit Sornpaisarn, un chercheur de longue date en matière d’alcool et de tabac, les deux enjeux majeurs auxquels il est confronté en tant que Directeur de la section de contrôle des principaux facteurs de risques à ThaiHealth, sont la manière d’empêcher les jeunes de se mettre à boire et de réduire la consommation en général.

« La consommation d’alcool s’est mise à augmenter dans notre pays à partir des années 1980 et à moins de prendre des mesures plus sévères, elle augmentera encore chez les jeunes et les femmes (des groupes où traditionnellement l’abstinence était forte) », signale Bundit.

Afin de réduire le nombre de personnes qui commencent à boire tout en diminuant la consommation globale, Bundit annonce que la Thaïlande projette de mettre en place un nouveau régime de droits d’accises cette année pour augmenter le prix des boissons alcoolisées.

Ces mesures sont soutenues par les campagnes de marketing social de ThaiHealth qui comprennent des annonces à la télévision et à la radio relatives aux méfaits de l’alcool, tels que la conduite en état d’ivresse, la violence domestique et les risques liés aux rapports sexuels non protégés, dont les grossesses chez les adolescentes et les infections par le VIH.

« La majorité des Thaïlandais, 95% d’entre nous, sont Bouddhistes. Selon les préceptes religieux, les Thaïlandais ne buvaient traditionnellement pas d’alcool mais malgré cela, la consommation a augmenté dans notre pays au cours des dernières décennies», indique Bundit.

Certaines campagnes mettent l’accent sur les traditions bouddhiques, l’une d’elles par exemple fait la promotion d’un carême bouddhiste, la période annuelle de jeûne et de méditation, sans alcool, d’autres militent pour la limitation des ventes d’alcool pendant les fêtes nationales comme Songkran, le Nouvel an thaïlandais.

La loi de 2008 interdit la commercialisation des boissons alcoolisées dans les médias grand public, mais elle ne s’applique pas à certains parrainages, telle la promotion sur place, ni aux médias numériques tels que les sites Internet, les réseaux sociaux, les applications pour téléphones mobiles et les placements de produits au cinéma et à la télévision.


StopDrink Network Thailand

« Les réseaux sociaux sont le nouvel outil qui permet aux industriels de l’alcool de promouvoir leurs produits auprès des adolescents et des jeunes adultes », déplore Dr Samarn Futrakul, ancien directeur du bureau thaïlandais de la commission de lutte contre l’alcoolisme qui travaille désormais au contrôle de l’alcool au sein du Ministère de la santé. Il fait référence aux célébrités thaïlandaises qui publient des photos d’elles consommant des boissons alcoolisées de marque.

L’image d’un acteur thaïlandais se servant un verre de bière à l’aide d’une bouteille à la marque bien visible avec la légende «que la fête commence» est récemment devenue virale sur les réseaux sociaux, ce qui a déclenché un débat public en Thaïlande à propos du contrôle de la consommation d’alcool et des appels à combler les lacunes de la loi.

Samarn, préoccupé par les interventions de l’industrie de l’alcool, indique: «Nos efforts pour développer une politique forte de contrôle de la consommation d’alcool sont entravés par l’implication du secteur privé, dont l’industrie de l’alcool, dans le processus d’élaboration des politiques».

Kumron partage cet avis. Il est convaincu que c’est une des raisons pour lesquelles la commission nationale de lutte contre l’alcoolisme, mise en place en 2009 dans le cadre de la stratégie du pays pour contrôler la consommation, n’a pas été très active récemment.
«Nous souhaitons que les autorités fassent strictement respecter les lois sur l’alcool déjà en vigueur, telles que le «zonage» et l’imposition pour réduire la consommation. Mais les chances d’y parvenir sont limitées lorsque le directeur d’une société de l’alcool siège à l’organe national chargé de l’élaboration des politiques», explique Kumron. Le «zonage» consiste à interdire la vente d’alcool à proximité des écoles et des collèges.

La Thaïlande n’a pas remporté tous ses combats pour lutter contre la consommation d’alcool. Inspirée des mises en garde présentes sur les paquets de cigarettes dans de nombreux pays, une proposition de loi qui exigeait des entreprises de boissons alcoolisées qu’elles apposent sur les bouteilles des images révélant les dommages sur la vie sociale et la santé causés par l’alcool, a été rejetée en 2010 sur la base des accords commerciaux internationaux.

« La bataille que livre la Thaïlande contre les méfaits de l’alcool a lieu sur deux fronts: l’un l’oppose à l’industrie locale de l’alcool et l’autre aux entreprises transnationales de ce secteur», indique Bundit.

Trois entreprises représentent 92 % du marché thaïlandais des boissons alcoolisées, mais il y a un développement rapide des compagnies transnationales en Thaïlande et dans d’autres pays en développement où l’abstinence est forte, les populations sont jeunes et les économies en pleine croissance.

La Thaïlande n’est pas le seul pays qui lutte contre l’usage de l’alcool sur la scène nationale et mondiale. En 2010, l’Assemblée mondiale de la Santé a approuvé la Stratégie mondiale visant à réduire l’usage nocif de l’alcool de l’OMS pour soutenir les pays dans leurs efforts de réduction des problèmes sanitaires et sociaux liés à la consommation d’alcool.

« Dès lors, des progrès considérables ont pu être constatés dans le monde entier avec la mise en place de la Stratégie mondiale visant à réduire l’usage nocif de l’alcool, même si cela a été essentiellement le cas dans les pays les plus riche», signale D. Rekve.

« Les progrès ont été moins importants dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, où la consommation d’alcool et les problèmes qu’elle engendre sont en hausse », déclare D. Rekve, qui remarque qu’un engagement politique suffisant et une politique nationale sur l’alcool font toujours défaut à un grand nombre de ces pays ; des étapes initiales importantes pour parvenir à un contrôle efficace.

La stratégie mondiale de l’OMS demande un engagement politique et recommande de mettre en place un éventail de politiques et de mesures pour diminuer les risques liés à la consommation d’alcool, parmi lesquelles, l’augmentation des prix, la taxation, les sanctions pour conduite en état d’ivresse, les interdictions sur le marketing et le parrainage. Elle préconise également d’apporter du soutien aux programmes communautaires de sensibilisation, ainsi qu’au suivi et à la surveillance.

En 2012, le Plan d'action mondial de l'OMS pour la lutte contre les maladies non transmissibles 2013-2020 a fixé pour les pays l’objectif de réduire la consommation d’alcool de 10%.

En outre, l’objectif 3.5 du développement durable est de renforcer la prévention et le traitement de l’abus de substances psychoactives, notamment de stupéfiants et d’alcool.

« Notre expérience en Thaïlande démontre tout ce qui peut être accompli par une association judicieuse du soutien populaire, de l’engagement politique et de la science », affirme Orratai. Elle ajoute: lLa connaissance des dommages causés par la consommation d’alcool pour les buveurs et leur entourage nous indique la voie à suivre et le chemin qu’il nous reste parcourir».


http://www.who.int/bulletin/volumes/95/7/17-020717/fr/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12376
Re : Et si les Thaïs buvaient de l'eau... L'ALCOOL en Thaïlande !
« Réponse #77 le: août 08, 2017, 08:42:54 am »


Le Premier Ministre s'implique dans la lutte contre la vente d'alcool près des universités

BANGKOK, 7 août 2017 (NNT) - Le Premier ministre a ordonné une réglementation stricte sur l'interdiction de la vente d'alcool à proximité des instituts d'éducation, encourageant le public à informer les fonctionnaires s'ils constatent une violation.

En fait, la loi existe déjà. Il veut sans doute dire "l'application stricte".

Le Premier ministre Gen Prayut Chan-o-cha parle d'abord des courses illégales de scooters. Il a reçu le dernier rapport concernant la lutte contre les courses de rue illégales affirmant que des mesures ont été prises contre des personnes qui ont violé l'interdiction, y compris les parents des jeunes impliqués.

Il évoque ensuite l'école près des universités.

Le gouvernement a reçu des plaintes récurrentes concernant la violation de la loi qui interdit la vente d'alcool près des établissements scolaires (surtout les universités), ce qui a entraîné un raid récent dans un club près du campus de Kampaengsan de l'Université de Kasetsat. Des boissons alcoolisées y étaient vendues illégalement avec des promotions spéciales pour attirer de nouveaux buveurs. Il faut préciser que la descente de police a eu lieu en pleine nuit. Ainsi la loi d'interdiction de vente de l'alcool s'entend H24.

La plupart des personnes présentes dans le club ont été identifiés comme étant des étudiants, dont certains ne possédaient pas leur carte d'identité sur eux, et d'autres étaient sous l'influence des stupéfiants. Le propriétaire du club a été accusé d'exploitation illégale d'un lieu de divertissement, ainsi que de vente illégale d'alcool et de publicité (pour des marques d'alcool). Le club sera fermé pendant au moins 30 jours. En même temps, s'il est proche de l'université comment pourrait-il rouvrir? En effet, la loi fait référence à des périmètres d'exclusions clairs.

Le Premier ministre a exhorté toutes les agences concernées à prévenir toute violation de cette interdiction et à exercer des poursuites judiciaires à l'encontre des contrevenants. Le grand public est également encouragé à jouer un rôle actif en informant les fonctionnaires de toute violation de la loi en appelant le 0 2141 3623 ou en informant directement tout policier, soldat ou fonctionnaire du gouvernement.


https://www.thaivisa.com/forum/topic/995996-pm-prayut-orders-strict-regulation-on-alcohol-ban-near-schools/
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12738
Re : Et si les Thaïs buvaient de l'eau... L'ALCOOL en Thaïlande !
« Réponse #78 le: août 24, 2017, 04:30:29 pm »

Français ensemble dans le Club de Pattaya


Les Thaïs aiment aussi la bière...  


Une étude du site britannique FX Travelex classe les pays en fonction du coût d'un demi-litre de bière dans 32 pays. La Thaïlande occupe une honorable 6ème place... :D

Voici le palmarès :

1) Bulgarie
2) République Tchèque
3) Hongrie
4) Mexique
5) Portugal
6) Thaïlande
7) Afrique du Sud / Rand
8  Pologne
9) Jamaïque
10) Barbade
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 2881
Re : Et si les Thaïs buvaient de l'eau... L'ALCOOL en Thaïlande !
« Réponse #79 le: octobre 22, 2017, 11:32:25 pm »

Crémation du Roi Rama IX


25 - 29 octobre : prière de ne pas boire d'alcool !

Le département de contrôle des maladies a exhorté les gens à s'abstenir de consommer des boissons alcoolisées pendant les cinq jours de la période de crémation royale pour rendre hommage à Sa Majesté le Roi Bhumibol Adulyadej.

Le docteur Suwannachai Wattanayingcharoenchai, directeur général du département, a envoyé une lettre au département des relations publiques du gouvernement demandant d'aider à diffuser un message décourageant les gens de boire du 25 au 29 octobre.

La lettre adressée au directeur général du département des relations publiques, le lieutenant-général Sansern Kaewkamnerd, suggérait que la chaîne NBT lance des messages d'intérêt public décourageant la consommation d'alcool durant cette période.

A cette minute aucune interdiction formelle de consommation ni de vente a été ordonnée mais il est possible que la vente d'alcool soit interdite le 26 et que les ivrognes sur la voie publique soient pourchassés durant les 5 jours.. !!


https://www.thaivisa.com/forum/topic/1007972-public-urged-to-not-drink-during-royal-cremation-period/
IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12738
Re : Et si les Thaïs buvaient de l'eau... L'ALCOOL en Thaïlande !
« Réponse #80 le: novembre 10, 2017, 08:12:54 am »

Français Ensemble dans le Club de Pattaya


Un nouveau parti : "Youth Network Against New Drinkers"...

Trente étudiants du "Youth Network Against New Drinkers" (jeunes contre les nouveaux buveurs) ont demandé hier au Premier ministre Prayut Chan-o-cha, en sa qualité de chef de la junte (National Council for Peace and Order), d'interdire l'ouverture en décembre d'un "beer garden" dans le centre commercial "Central" de Nakhon Ratchasima ...

Theerapat Khahawong, coordinateur du réseau qui milite pour interdire les bars à proximité des établissements scolaires, a indiqué que le centre commercial avait demandé au gouverneur de la province de modifier le zonage pour des raisons économiques.

Selon Theerapat, les étudiants de la Nakhon Ratchasima Rajabhat University, la Rajamangala University of Technology Isan et la Vongchavalitkul University seraient menacés par l'ouverture du débit de boisson dans le centre commercial, si le gouverneur accordait sa permission.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12376
Re : Et si les Thaïs buvaient de l'eau... L'ALCOOL en Thaïlande !
« Réponse #81 le: novembre 20, 2017, 08:05:54 am »


La plupart des Thaïlandais approuvent l'interdiction de vente d'alcool lors des fêtes bouddhistes !

Une majorité de Thaïlandais soutient l'interdiction de la vente de boissons alcoolisées lors des fêtes bouddhistes nationales et autour des institutions éducatives, a révélé une enquête.

L'enquête a été réalisée par l'organisation Super Poll auprès de 2 218 personnes de tous horizons du 1er au 17 novembre.

Dans les résultats annoncés samedi, 76,4% des répondants ont convenu que la bière et les boissons alcoolisées font plus de tort à la société que de bien.

De plus, 84,2% des répondants ont blâmé l'alcool pour les accidents de la route, la violence familiale, les crimes, les querelles et les agressions sexuelles.

On a demandé aux répondants de nommer des mesures pour minimiser les problèmes liés à la consommation d'alcool, et ils ont été autorisés à citer plus d'une mesure.

Un peu plus de 77% ont exprimé leur soutien à l'interdiction actuelle de la vente de boissons alcoolisées lors des fêtes bouddhistes, même si la Thaïlande est un pays laïc.

Près des trois quarts des répondants (73,8%) ont soutenu l'interdiction de la vente de boissons alcoolisées dans un rayon de 500 mètres autour des établissements d'enseignement, tandis que 70,7% ont déclaré qu'il devrait y avoir des lois interdisant aux fonctionnaires de recevoir des "pots de vin" de la part des entreprises fabriquant des boissons alcoolisées.

Et 75,7 pour cent des répondants ont déclaré que les lois et autres mesures devraient être appliquées strictement pour prévenir les problèmes liés à la consommation d'alcool.


https://www.thaivisa.com/forum/topic/1011995-most-thais-support-alcohol-sales-ban-on-buddhist-holidays/
IP archivée