Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Auteur Sujet: L'école et les enfants en Thaïlande  (Lu 70236 fois)

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15424
Re : L'école et les enfants en Thaïlande
« Réponse #200 le: mai 11, 2018, 09:10:48 am »


Le coréen de plus en plus prisé par les élèves thaïlandais

En Thaïlande, à partir de cette année, le coréen fait partie de la liste des 2e langues étrangères à option pour l’examen d’entrée à l’université. Depuis cette décision, de plus en plus d’établissements scolaires adoptent la langue coréenne comme matière régulière.

Dans ce contexte, le Centre d'éducation de Corée en Thaïlande a organisé, la semaine dernière, la première conférence destinée aux professeurs de coréen des établissements de l’enseignement secondaire. 90 enseignants thaïlandais y ont participé.

Cet événement avait pour objectif d’améliorer leurs capacités d’enseignement. Les participants ont suivi des formations sur la méthodologie éducative des différents domaines tels que la grammaire, la prononciation et le vocabulaire du coréen. Actuellement, dans ce pays, 112 écoles de l’enseignement secondaire enseignent le coréen. La totalité du nombre d’élèves qui l’apprennent dépassent les 32 000.
 


http://rki.kbs.co.kr/french/program/program_newsasia_detail.htm?No=10085725


---------------------------------
 

Pendant longtemps, le français était la principale voire seule LV2. Le français est toujours une option qui permet d'obtenir des points facilement (avec un minimum de travail) pour entrer à l’université.
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15424
Re : L'école et les enfants en Thaïlande
« Réponse #201 le: juin 18, 2018, 07:40:02 am »


Voile à l'école : la décision du ministère divise !

Les affaires s’aggravent au sujet de la décision du ministère de l’éducation de laisser les écoles et leurs directions religieuses décider du code vestimentaire de leurs élèves.

Le directeur de la coordination du Sud a avoué qu’il était fort inquiet que cette directive mène à des affrontements. Le Sud extrême de la Thaïlande est surtout peuplé de musulmans dont la population est aux prises avec des insurrections depuis plus qu’une décennie.

Cette dernière directive du ministère de l’éducation est considérée comme un avis clair que les enfants musulmans ne seront pas en mesure de protester si leur école les force à porter l’uniforme conventionnel – en fait cela les rend incapables de suivre les règles vestimentaires de leur religion qui prescrit le voile et les pantalons longs.

Le mois dernier des enfants ont défié l’école maternelle / primaire de Pattani sur ce que les enfants devraient porter. Se trouvant à l’intérieur d’un temple bouddhiste, cette école a depuis longtemps prescrit que les enfants devaient porter l’uniforme de l’école. A cette époque, le ministère prescrivait que les enfants pouvaient se vêtir selon les règles de leurs croyances. Mais la Gazette royale de mercredi dernier publiait la dernière version directive du ministère sur les règles vestimentaires. L’amendement stipule que les étudiants musulmans peuvent porter leur vêtements religieux en accord avec leurs croyances, mais pas dans les écoles qui se trouvent sur le campus d’un temple bouddhiste. – auquel cas ils doivent se conformer aux règles vestimentaires des dirigeants de l’école.

Or, des milliers d’écoles d’état en Thaïlande se trouvent localisées sur des sites monastiques bouddhistes.

Le porte-parole ne comprend pas l’objectif du gouvernement en révisant la réglementation. Il a expliqué que lorsque les élèves étaient inscrits dans des écoles privées, le gouvernement craignait leur enrôlement dans l’idéologie du soulèvement anti- Bangkok. « Pourquoi donc le ministre a-t-il apporté un changement qui va chasser les enfants musulmans des écoles d’état ? » (sous entendu : pour les pousser dans les bras des rebelles). Les autorités, selon le porte-parole, devraient au contraire promouvoir la diversité et l’harmonie. Les enfants de diverses origines religieuses devraient s’intégrer aux autres et apprendre ensemble. Ce qui ne se fera pas si le code vestimentaire éloigne certains enfants qui ne seront pas élevés dans un système d’intégration. La Commission des droits de l’homme prétend que ne pas permettre aux élèves musulmans de se vêtir selon leurs convictions est une violation de la liberté des droits religieux. On craint par ailleurs que ce code vestimentaire apportera des divisions dans la population de différentes croyances.

La Commission des droits a déjà reçu deux plaintes au sujet de l’école maternelle de Pattani. Des parents ont retiré leurs enfants de l’école. Ceux-ci y ont droit de porter des vêtements musulmans mais certains professeurs sont contre, causant ainsi des problèmes.

Le directeur de la Fondation  pour le dialogue des cultures a affirmé qu’il était temps de s’asseoir et de discuter. « Sinon, il y aura de l’animosité de part et d’autre dans la région, les deux parties étant déterminées à gagner. Les enfants méritent notre sympathie car ils sont l'enjeu de disputes entre adultes. Cette lutte, si elle persiste, causera des blessures de tous côtés. »


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/12137-voile-%C3%A0-l%C3%A9cole-la-d%C3%A9cision-du-minist%C3%A8re-divise/
IP archivée

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3419
Re : L'école et les enfants en Thaïlande
« Réponse #202 le: juin 21, 2018, 01:16:04 am »


Il faut augmenter les budgets si l'on veut que les cantines servent des repas corrects !

Les directeurs d'écoles et les enseignants réclament une augmentation du budget des cantines, actuellement 20 thb par tête / jour, après que deux écoles ont été exposées pour servir des repas constitués d'une louche de nouilles de riz assaisonnée de sauce de poisson, et des bols de riz sans viande ou autre.

Le budget - équivalent à 3.000 - 4.000 thb par repas pour une petite école de 150 à 200 élèves - peut à peine couvrir les coûts de base de nos jours, ont-ils dit.

En plus d'acheter des ingrédients, une école doit embaucher un cuisinier, acheter du gaz de cuisson et payer d'autres dépenses connexes, ont-ils dit.

Certaines écoles économisent également entre 100 Bt et 200 Bt par jour de ce budget pour financer les sorties scolaires des enfants de familles nécessiteuses, ont-ils dit.

Un directeur d'école primaire basé dans le nord-est qui a demandé à ne pas être nommé dit:

"La triche budgétaire sur les cantines peut être faite de diverses manières. On peut garder le budget cantine pour soi et demander aux élèves d'apporter leur propre panier-repas. Deuxièmement, ne dépenser qu'une partie du budget pour acheter de la nourriture et garder le reste; troisièmement, utiliser le budget du déjeuner pour acheter de la nourriture mais demander une rétrocommission aux fournisseurs. Il appartient aux directeurs d'école ou à la conscience de l'enseignant responsable de ne pas le faire. "

Certains soumissionnaires pour les contrats alimentaires dans les grandes écoles peuvent soudoyer le directeur, mais avec un budget déjà faible, les étudiants se retrouvent avec des repas moins nutritifs, a-t-il dit.

Le détournement de fonds est plus difficile à détecter dans les grandes écoles parce que le budget global est plus important, on peut donc donner à manger et voler en même temps.

Tricher dans une petite école se voit tout de suite, car la somme d'argent n'étant pas importante le détournement se retrouve immédiatement dans l'assiette, a-t-il dit.


"20 thb par tête est déjà insuffisant pour fournir un repas. Parfois, les élèves de mon école veulent manger quelque chose de délicieux, alors nous leur demandons d'apporter leur propre riz cuit afin que l'école puisse donner le plat spécial demandé. Avec le budget 20 thb, nous ne pouvons donner qu'un seul plat ", a-t-il déclaré. Donc pratiquement jamais de fruits.

"Je voudrais que le budget soit plus élevé. La plupart des 3000 thb qu'il faut pour nourrir 150 enfants ne couvrent que le coût du riz, laissant peu d'argent pour les ingrédients alimentaires et les fruits », a déclaré le directeur de l'école. Un plat de riz avec du curry par dessus, de nos jours, coute au moins 40 thb.

Un enseignant de l'école primaire de Surin a déclaré que sa petite école était peu exposée au risque de malversation car elle se trouvait au milieu d'une communauté où les villageois pouvaient venir contrôler les enseignants et les activités.

"Les enseignants doivent également aider à préparer le repas parfois parce que le cuisinier ne peut pas tout faire à temps. Certains enseignants mangent également le même repas et apportent leur aide (parfois financière) pour que le repas du midi comporte deux plats », a-t-il dit.

 Si vous avez des enfants dans le système scolaire local vous savez que ce problème ne se pose que dans les provinces très pauvres.

Ailleurs, les enfants ne touchent pas aux plats de la cantine, plus mauvais encore que ceux des prisons ,et s'achètent des plats dans les stands situés dans l'enceinte de l'école. Les portions y sont d'un excellent rapport qualité / prix mais évidemment, les enfants doivent arriver à l'école avec de l'argent.




https://www.thaivisa.com/forum/topic/1043896-call-for-increase-in-budgets-to-provide-nutritious-lunches/
IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14069
Re : L'école et les enfants en Thaïlande
« Réponse #203 le: juillet 29, 2018, 08:31:32 pm »


BREVE


Selon une illustration destinée à enseigner les adjectifs anglais aux élèves thaïlandais, la peau noire est "ugly" (moche), le cochon est gras, la girafe est grande...  :D
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15424
Re : L'école et les enfants en Thaïlande
« Réponse #204 le: septembre 06, 2018, 08:30:48 am »


"Comme disait ma Maman, il n'y a de stupide que la stupidité !" (Forrest Gump)


Les étudiants menacent de manifester si l'interdiction de se faire la bise est maintenue

De nouvelles règles interdisent aux étudiants de se montrer « indécents » et de se manifester de l'affection «inappropriée» Le Conseil des Ministres a pris ce problème prioritaire à bras le corps et a approuvé la nouvelle réglementation du ministère de l’Éducation.

Se faire la bise est simplement un symbole que les Français comprennent bien mais le problème est plus grave. Le syndicat menace de protester à moins que les règlements « antidémocratiques » contre les étudiants ne soient retirés.

Un syndicat d’étudiants a menacé d’organiser une manifestation si le ministère de l’Éducation n’abandonnait pas ses règlements régissant la conduite des étudiants.

Le 14 août, le Cabinet a approuvé une refonte de la réglementation de 2005 sur la conduite des étudiants, mettant en place des dispositions interdisant les marques inappropriées d'affection (se faire la bise) et tout ce qui provoquerait une nuisance pour le public (intentionnellement vague, disent les étudiants) et la réunion de groupes causant des troubles.

Le réseau d'étudiants considère les nouvelles réglementations comme ambiguës, politiques et antidémocratiques.

Le réseau, comprenant des étudiants siégeant dans les conseils d’étudiants des universités de Chulalongkorn et de Thammasat et de l’école Puey Ungpakorn, demande que les règlements soient abandonnés et que de nouveaux projets soient rédigés avec la participation des étudiants.

«Nous organiserons une manifestation si le ministère ignore ou refuse notre demande. Nous devons avoir notre mot à dire sur les règles qui nous régissent », a déclaré Thanawat Wongchai, membre du conseil étudiant de Chulalongkorn.

« La majorité des étudiants sur les réseaux sociaux et dans les conseils d'étudiants à travers la Thaïlande sont opposés à la réglementation. Beaucoup se joindront à nous pour lutter dans la rue », a-t-il déclaré.

Le réseau étudiant a organisé une réunion vendredi dernier à l'université de Thammasat et a invité le ministre de l'Education, Teerakiat Jareonsettasin, qui a envoyé des représentants. Ces derniers ont assuré que le règlement n’avait pas de but politique.

 « La réglementation vise à aider 7 millions d’élèves à terminer leur scolarité obligatoire de 12 ans. Les règlements nous aideront à prendre en charge les élèves risquant de décrocher, de se livrer à des bagarres ou de s'adonner à des rapports sexuels et à la drogue."

Le ministre de l’Éducation s'était déjà engagé à ne pas utiliser les règlements révisés pour atteindre des objectifs politiques.

Cependant, Thanawat et ses amis ont rejeté cette explication.

“Je pense que leur argument ne tient pas. Le règlement vise à interdire aux étudiants les manifestations politiques contre le gouvernement de la junte », a déclaré Thanawat. "Jusqu'à maintenant les règlements de 2005 interdisaient déjà l'école buissonnière, les jeux de hasard, le vol, l'utilisation d'armes, la bagarre et la prostitution, ainsi que l'utilisation de substances addictives comme l'alcool, les cigarettes et la drogue. Une nouvelle loi n'était pas nécessaire", a-t-il déclaré.

La réglementation du Ministère de l’éducation ne couvre légalement que les personnes de moins de 18 ans. Toutefois, Decharut Sukkumnoed, chargé de cours à la faculté d’économie de l’Université Kasetsart, a déclaré que la nouvelle réglementation s’appliquerait aux personnes de plus de 18 ans si elles étudient, infantilisant ainsi encore plus des étudiants largement infantilisés par le système scolaire. La nouvelle loi prévoit également des sanctions pour quiconque encourage les étudiants à enfreindre les règles pouvant aller jusqu’à trois ans de prison, une amende allant jusqu’à 30 000 Bt ou les deux.

Les règlements approuvés par le Cabinet entreront en vigueur une fois publiés dans la Gazette royale.


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/12578-les-%C3%A9tudiants-menacent-de-manifester-si-linterdiction-de-se-faire-la-bise-est-maintenue/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15424
Re : L'école et les enfants en Thaïlande
« Réponse #205 le: septembre 30, 2018, 07:55:46 am »


Trois quarts des professeurs d'anglais thaïlandais ont un niveau basique voire débutant

Le ministère de l’Éducation thaïlandais a entamé une collaboration avec le British Council après que le niveau des Thaïlandais qui enseignent l'anglais dans les écoles du pays s'est révélé consternant.
 
Sur une échelle européenne, 75% des professeurs d’anglais thaïlandais sont seulement au niveau A2, soit élémentaire, ou pire A1 qui est décrit comme "débutant".
 
Ceci est basé sur le CECR ou Cadre européen commun de référence pour les langues.
 
Le niveau C2 est le plus élevé correspond à la «maîtrise» d'une langue, utile quand on enseigne, mais peu de profs thaïlandais l'atteignent.
 
Une trentaine de « maîtres formateurs » - des Thaïlandais compétents en anglais dont on ne connait pas précisément le niveau - sont employés pour former 17 000 des 40 000 professeurs d’anglais du pays aux niveaux primaire et secondaire.
 
Le cours est supervisé par le British Council, l'organisation internationale britannique pour les relations culturelles et éducatives.
 
L’objectif est de promouvoir une véritable communication en s’appuyant moins sur l’apprentissage par cœur.
 
Les enfants apprendront à parler anglais - plutôt que d'apprendre le vocabulaire et la grammaire.
 
Mais vient d'abord la formation des enseignants qui vont ensuite retourner dans leurs écoles pour mettre en pratique.


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/12714-trois-quarts-des-professeurs-danglais-tha%C3%AFlandais-ont-un-niveau-basique-voire-d%C3%A9butant/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15424
Re : L'école et les enfants en Thaïlande
« Réponse #206 le: octobre 04, 2018, 07:58:58 am »


Les écoliers de familles « misérables » recevront une petite aide financière à partir de novembre

Le Fonds pour l’éducation EQUITABLE (EEF) espère bientôt commencer à fournir une aide financière aux écoliers « très pauvres ».

Une évaluation des candidats potentiels à l'assistance sera faite en collaboration avec le Bureau de la commission de l'éducation de base (Obec) avant la fin du mois prochain.

On peut parler de familles misérables car « Les écoliers très pauvres viennent de familles qui ne gagnent que 1 281 thb par mois soit  42,7 thb par jour / personne », a déclaré Supakorn Buasai, responsable intérimaire de l’EEF. Il a précisé que l'examen porterait d'abord sur les étudiants du premier cycle du secondaire.

Le processus contrôlera les numéros de carte d’identité nationale des jeunes, les biens de la famille, l’état de leur maison (cabane).

Une enquête menée dans 16 écoles auprès d'élèves de familles très pauvres a révélé que ces jeunes étaient confrontés à plusieurs problèmes. Environ un tiers d'entre eux sont issus de familles brisées ou ont vu des membres de leur famille se droguer. La plupart prennent rarement de petit-déjeuner et beaucoup marchent de 30 minutes à une heure pour aller à l'école. Souvent, ils ont aussi des problèmes médicaux.

« Ce groupe d’écoliers risque de décrocher », a déclaré Supakorn, qui se préoccupe de l’impact que cela pourrait avoir sur leur vie. Il a ajouté que l'EEF avait pour objectif d'aider les étudiants démunis en fournissant les fonds nécessaires pour payer leur petit-déjeuner, leur transport et de meilleures conditions d'éducation.

EEF et Obec suivraient les besoins de ces jeunes jusqu'à l'obtention de leur diplôme.

Étant proches des élèves, les enseignants et les écoles joueraient un rôle dans le signalement de ceux qui ont besoin d’aide, a-t-il déclaré.

Le directeur adjoint de l'EEF, Kraiyos Patrawat, a déclaré que son organisation avait déjà développé une plate-forme informatique pour faciliter le processus.

« Cela s’appelle iSEE. Les utilisateurs peuvent y accéder via son site Web ou son application mobile », a-t-il déclaré.

Il a déclaré que iSEE était facile à utiliser et assurait le traitement rapide de l'information.

« Le fardeau de la paperasse pour les enseignants et les directeurs d’école va considérablement diminuer », a déclaré Kraiyos.


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/12736-les-%C3%A9coliers-de-familles-%C2%AB-mis%C3%A9rables-%C2%BB-recevront-une-petite-aide-financi%C3%A8re-%C3%A0-partir-de-novembre/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15424
Re : L'école et les enfants en Thaïlande
« Réponse #207 le: octobre 15, 2018, 07:41:33 am »


Une nouvelle directive interdit l'expulsion des étudiantes enceintes

Une nouvelle directive ministérielle a été annoncée vendredi interdisant l'expulsion des étudiantes enceintes et leur accordant un congé de maternité.

La directive, annoncée vendredi dans la Gazette royale couvre toutes les écoles, collèges et universités du royaume.

La nouvelle directive du ministère de l’éducation exige que tous les établissements d’enseignement apportent leur soutien aux étudiantes enceintes en leur proposant des programmes d’éducation et des services et conseils flexibles.

Les étudiantes enceintes sont également autorisées à être transférées dans un autre établissement si cela leur convient.

Jusqu'à ce que la nouvelle réglementation soit adoptée vendredi, les écoles s'attendaient généralement à ce que les élèves enceintes abandonnent leurs études, certaines étant même expulsées.

La nouvelle directive prévoit également une éducation sexuelle pour prévenir les grossesses adolescentes.


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/12805-une-nouvelle-directive-interdit-lexpulsion-des-%C3%A9tudiantes-enceintes/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15424
Re : L'école et les enfants en Thaïlande
« Réponse #208 le: octobre 18, 2018, 07:45:49 am »


La Thaïlande handicapée par son système éducatif

La Thaïlande a obtenu un score de 0,6 et s'est classée 65ème parmi les 157 pays du monde évalués.

La faiblesse du système éducatif freine la progression de la Thaïlande dans l’indice mondial de capital humain de la Banque mondiale.

La Thaïlande a obtenu de meilleurs résultats que la moyenne dans son groupe de revenu dans le nouvel indice de capital humain de la Banque mondiale, mais trois autres pays de l’Asean l’ont dépassé: Singapour, le Vietnam et la Malaisie.


Un système éducatif peu efficace

Un résultat décevant du en grande partie aux faiblesses du système éducatif du Royaume.

Pourquoi un pays doit-il investir dans son capital humain ? Quelle est l’importance des soins de santé et de l’éducation pour la réussite et la prospérité des futurs adultes ? C’est à ces questions que tente de répondre l’indice de capital humain.

L’indice mondial de capital humain de la Banque mondiale mesure la productivité d’un pays en tenant compte principalement des critères de l’éducation et de la santé.


Singapour en tête du classement

Singapour est en tête de ce classement, avec un indice de 0,88 sur 1. La Corée du Sud et le Japon viennent en deuxième et troisième position. Hong Kong est classée 4ème tandis que la Finlande occupe la 5ème place.

La Thaïlande a obtenu un score de 0,6 et s’est classée 65ème parmi les 157 pays du monde évalués.

Citer

« Les enfants thaïlandais peuvent espérer terminer 12,4 années d’école d’ici à 18 ans. Toutefois, l’ajustement des années d’enseignement à la qualité de l’apprentissage n’équivaut que à 8,6 ans, un déficit d’apprentissage de 3,8 ans», a calculé la Banque mondiale.


L’indice de capital humain mesure la quantité de capital humain qu’un enfant né aujourd’hui doit pouvoir atteindre avant 18 ans, compte tenu des conditions de santé et du niveau d’éducation qui prévalent dans le pays où l’enfant vit.

Le « Projet sur le capital humain » a pour objectif d’accélérer la réalisation d’investissements nombreux et de qualité dans les populations, et de favoriser ainsi l’équité et la croissance économique.


Cinq critères d’évaluation

L’indice a utilisé cinq indicateurs: la probabilité de survie jusqu’à cinq ans, le nombre d’années de scolarisation de l’enfant, les résultats des tests harmonisés comme mesure de la qualité de l’apprentissage, le taux de survie des adultes, et la proportion d’enfants non exclus du système éducatif et de santé.

Citer

« La Thaïlande a beaucoup progressé dans le développement de l’éducation de base et le taux de retard de croissance chez les enfants est faible en raison des efforts précédents du gouvernement »


a déclaré Mara K Warwick, directrice de la Banque mondiale pour le Brunéi Darussalam, la Malaisie, les Philippines et la Thaïlande.

« Cependant, il est nécessaire de mettre davantage l’accent sur l’apprentissage pour donner à un enfant né aujourd’hui les compétences et les connaissances nécessaires pour devenir un citoyen du futur productif.

Le gouvernement thaïlandais en est conscient et collabore avec la Banque mondiale pour améliorer l’efficacité des dépenses d’éducation afin d’améliorer la qualité et de réduire les inégalités dans l’affectation des ressources pour l’éducation.»

Le président du Groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, a déclaré que le capital humain était un facteur clé de la croissance économique durable et inclusive, mais que l’investissement dans la santé et l’éducation n’avait pas reçu l’attention qu’il méritait.

« L’indice de capital humain crée une ligne directe entre l’amélioration des résultats en matière de santé et d’éducation, la productivité et la croissance économique. J’espère que cela incitera les pays à prendre des mesures urgentes et à investir davantage – et plus efficacement – dans leurs populations », a-t-il ajouté.

Source : The Nation et Banque Mondiale


https://www.thailande-fr.com/societe/65533-la-thailande-handicapee-par-son-systeme-educatif
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15424
Re : L'école et les enfants en Thaïlande
« Réponse #209 le: octobre 28, 2018, 07:49:07 am »


Le niveau de l'enseignement baisse ? Le gouvernement réduit la formation des professeurs

La transition actuelle du secteur de l’éducation en une nouvelle et prometteuse génération risque de trébucher en raison des décisions des autorités de ramener la durée de la formation des enseignants à quatre ans (contre cinq actuellement) malgré les alertes des experts.

« Allons-nous défaire les modifications qui ont été entreprises dans ce secteur ? » se demande un éminent professeur de Chulalongkorn.

Les craintes grandissent à la lumière du fait que les universités Rajabhat en sont réduites à offrir un programme de quatre ans à partir de 2019.

Si les changements prennent effet l’an prochain, ces universités devront se dépêcher d’ajuster leur programme de façon à prévenir leurs étudiants à l’avance.

Lorsqu’on a dû réduire en vertu des nouvelles politiques du ministère de l’éducation pour les universités Rajabahat, les autres institutions ont dû suivre. Elles devront toutes réduire de cinq à quatre ans le programme prévu en 2004 dans le but d’augmenter la qualité de formation des enseignants et donner du prestige à la profession.

« Plusieurs diplômés du programme de cinq ans sont déjà entrés sur la marché du travail de l’éducation.  Certains y sont depuis dix ans et ont une influence positive depuis lors. Un grand changement en est déjà intervenu. Pourquoi devrions-nous arrêter ? »

Si le programme de cinq ans continue, les diplômés mieux formés vont remplacer les enseignants qui partent à la retraite et qui était moins adaptés au monde d’aujourd’hui.

Un directeur d’une petite école secondaire de Nakhon Sawan, qui tient à garder l’anonymat, dit que la nouvelle génération d’enseignants aux cinq années de programme a déjà prouvé qu’elle était efficiente et professionnelle.  Il ne comprend pas pourquoi le programme a été changé.

Un autre prétend que les étudiants ont reçu de ces enseignants beaucoup plus que de leurs prédécesseurs. Ils ont appris à rédiger un syllabus de cours, à faire des recherches en rapport avec leurs classes et sont mieux préparés à enseigner.

Les superviseurs peuvent aussi conseiller leurs élèves de plus près pendant leur stage dans les écoles.

« Notre programme de cinq ans est prévu pour donner de hauts standards professionnels conformes aux attentes du ministère et du conseil des enseignants de Thaïlande.

Le président des doyens de Rajabhat est en désaccord avec le raccourcissement du programme.

« Mais telle est la politique officielle, nous devrons compenser. Nos étudiants devront suivre des études supplémentaires pendant les vacances d’été. »

C’est la semaine dernière que le porte-parole du ministre de l’éducation a annoncé la réduction du programme. C’est un changement brusque au moment où les présidents des universités discutaient de leur intégration au programme de cinq ans pour une meilleure qualité.

Sur quel critère a-t-on décidé de couper dans la durée du programme ?  Ou a-t-on déjà pris la décision et on cherche à la justifier ? Aucun autre pays au monde accepterait de raccourcir son programme de formation des enseignants sur la base du fait accompli, faisant fi des besoins réels du secteur de l’éducation du pays.

La formation des maîtres a un impact direct sur la qualité de l’éducation. Il semble donc que cette qualité de l'éducation n'est pas une priorité pour le gouvernement.

« A l’avenir, tous les cours de notre institut devront être abrégés alors que les étudiants devront apprendre davantage hors classe.   Cela affectera non seulement la formation des maîtres mais aussi d’autres domaines des études. Les nouveaux standards ne nous sont pas encore parvenus. Quand devrons-nous commencer à revoir notre curriculum ?  Nous ferons de notre mieux pour assurer la qualité des diplômes.»

On s’inquiète pour la garantie de la qualité des programmes.  Et si cette hâte conduit à un échec, qui en prendra la responsabilité ? Les élèves et les profs comme d'habitude ?


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/12881-le-niveau-de-lenseignement-baisse-le-gouvernement-r%C3%A9duit-la-formation-des-professeurs/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15424
Re : L'école et les enfants en Thaïlande
« Réponse #210 le: novembre 05, 2018, 08:26:44 am »


Etudiantes et mères !

Selon l'ONU, le taux de natalité chez les adolescentes en Thaïlande était de 47 pour 1.000 pour les années 2006-2010. Et surtout, ce chiffre est en augmentation "ces huit dernières années" au lieu de diminuer "comme attendu avec un meilleur niveau d'alphabétisation, de développement, d'argent", note Caspar Peek, représentant du Fonds des Nations unies pour la population en Thaïlande.

Concrètement, en 2012, quelque 130.000 adolescentes thaïlandaises ont accouché, explique à l'AFP le ministre de la Santé Pradit Sintavanarong, qui estime qu'il faut probablement multiplier ce chiffre par deux pour avoir le nombre de celles qui tombent enceintes. La moitié aurait en effet recours à l'avortement, pourtant illégal sauf exception.

"C'est un problème de plus en plus important", et 12% de ces adolescentes retombent enceintes avant d'avoir 20 ans, insiste Pradit.

Les établissements scolaires ont récemment reçu des instructions pour ne plus écarter les élèves enceintes ou qui ont accouché.

Dans un pays à qui colle une image de liberté sexuelle, et qui affiche une fécondité de seulement 1,5 à 1,6 enfant par femme, preuve de l'accès à la contraception, la situation a de quoi surprendre.
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15424
Re : L'école et les enfants en Thaïlande
« Réponse #211 le: novembre 06, 2018, 08:02:18 am »


Un tribunal déclare que les écolières de Pattani peuvent porter le hijab

Le tribunal administratif provincial de Songkhla a décidé que les étudiantes musulmanes sont autorisées à porter un hijab à l'école Anuban Pattani, dans la province à majorité musulmane de Pattani.
 
Le 29 octobre, le tribunal a maintenu une injonction contre l’interdiction des hijabs à l’école, mentionnant le droit des élèves à s’habiller conformément à leurs convictions religieuses. Il s'agit d'une réponse à une plainte déposée par 20 parents.

Les parents ont déclaré que leurs filles avaient été punies par une mauvais note en "comportement" parce qu'elles portaient des hijabs.

Située dans un monastère bouddhiste de Pattani, l’école Anuban Pattani a considéré le foulard musulman comme une violation du code vestimentaire.

Ses administrateurs ont cité une règle récente du ministère de l'Éducation autorisant les écoles à appliquer leurs propres codes vestimentaires.

La question a fait l'objet de débats houleux pendant des mois. En mai, le vice ministre de l'Éducation, le lieutenant-général Surachet Chaiwong, est intervenu pour empêcher l'escalade de la dispute liée au code vestimentaire dans une région extrêmement sensible.

L’injonction du tribunal administratif peut toujours être contestée.


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/12929-un-tribunal-d%C3%A9clare-que-les-%C3%A9coli%C3%A8res-de-pattani-peuvent-porter-le-hijab/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15424
Re : L'école et les enfants en Thaïlande
« Réponse #212 le: novembre 22, 2018, 08:02:50 am »


La scolarité offre un avenir prometteur aux enfants de migrants

L’ÉDUCATION GRATUITE et des cours intensifs de thaï peuvent changer la vie des enfants migrants et apatrides.

De chantier en salle de classe, Aung Chan, 22 ans, affirme que l'éducation lui a ouvert «un autre monde». Avant de s'inscrire à l'école Wat Srisutaram dans la province de Samut Sakhon, le migrant birman de 13 ans avait travaillé sur un chantier de construction avec ses parents. Il espère maintenant obtenir un diplôme d'ingénieur dans une université thaïlandaise et créer une entreprise dans son pays d'origine.

Aung Chan est un exemple parmi les quelque 300 jeunes migrants et apatrides qui étudient gratuitement à l'école Wat Srisutaram. Ils sont le fruit de l'initiative «Éducation pour tous» subventionnée par le gouvernement, qui est soutenue par le conseil scolaire et la Fondation du droit du travail (LPN). Cette initiative assure une éducation gratuite pour tous.

Le gouvernement fournit le financement, tandis que l'école et les ONG proposent des classes spéciales où les enfants apprennent le thaï avant de pouvoir entrer en 1re année et d'étudier avec leurs camarades thaïlandais.

L’école reçoit également le soutien financier de sociétés de la province de Samut Sakhon, telles que la grande chaîne de fruits de mer Thai Union, a déclaré Prasan Sarawong, de la Wat Srisutaram School, lors d’un séminaire organisé par LPN, Safe Child Thailand, Terre Des Hommes et Chulalongkorn University. Les travailleurs migrants représentent près de la moitié de la population de Samut Sakhon.

Le directeur de l’école a déclaré qu’il se considérait comme le « grand père » des élèves et s’efforçait de faire en sorte que les enseignants soient justes avec tous les élèves, quelle que soit leur nationalité.

Les écoles offrent plus qu'un avenir prometteur, elles offrent également une "sécurité", a déclaré Patima Tungpuchayakul, cofondatrice de LPN.

Elle a mis en place le réseau avec le militant Songpong Srakaew.

Elle a déclaré qu'éduquer les enfants réduisait les risques qu'ils soient utilisés comme "enfants au travail" dans des usines ou soumis à des conditions de travail dangereuses.

Surapong Kongchantuk, président du comité des LPN, a déclaré que le gouvernement devrait fournir davantage de soutien pour rendre la politique de l'éducation pour tous accessible à davantage d'enfants migrants et apatrides. Il a également appelé à un soutien concret pour les étudiants ne parlant pas le thaïlandais, en termes de budget et de personnel, afin de leur permettre d'acquérir des connaissances de base en thaï et de rejoindre les écoles publiques.

 

https://www.thaivisa.com/forum/topic/1069625-schooling-offers-bright-future-for-migrants/


---------------------------------
 

Comme tous les enfants du monde, les enfants migrants sont des éponges et apprennent le thaï sur le tas, simplement en vivant en Thaïlande. En revanche, l’alphabétisation doit être menée à bien.

La situation est plutôt bonne pour les enfants de migrants. Les écoles publiques thaïlandaises devraient les accepter sans trop de difficulté, au moins dans le primaire.

Les enfants étrangers sont motivés et sages à l'école car ils savent qu'un mauvais comportement peut nuire à leurs parents. Ils réussissent bien.

Le gouvernement a compris que ces enfants étaient une aubaine pour la Thaïlande. Tant que la Thaïlande ne sera pas automatisée elle aura besoin de beaucoup de main d’œuvre étrangères puisque les Thaïlandais ne sont pas assez nombreux ou refusent certains emplois. Plutôt que d’aller chercher à chaque fois des étrangers dans les pays voisins, les autorités préfèrent former des enfants étrangers déjà sur le sol thaïlandais pour remplacer leurs parents. Main d’œuvre formée en Thaïlande, sage et courageuse.

Nous connaissons des jeunes étrangers meilleurs en langue thaïe que leurs camarades thaïlandais.

Les migrants qui ne mettent pas leurs enfants à l'école ont peur.


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13007-la-scolarit%C3%A9-offre-un-avenir-prometteur-aux-enfants-de-migrants/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15424
Re : L'école et les enfants en Thaïlande
« Réponse #213 le: décembre 07, 2018, 06:54:35 am »


Les directives de 1959 sur l’éthique des enseignants seront actualisées

Nouvelle réglementation pour clarifier les limites et les responsabilités du personnel dans les écoles

Les AUTORITÉS sont sur le point de mettre à jour les directives en matière d’éthique des enseignants qui ont été introduites pour la première fois en 1959.


« Nous devons adapter ces directives au monde d’aujourd’hui », a déclaré cette semaine le président du Comité pour la réforme de l’éducation, Charas Suwanwela, ajoutant qu’il serait également nécessaire de mettre l’accent sur les questions de sécurité.

« Nous devons préciser très clairement ce qui est autorisé et ce qui est interdit dans les écoles », a-t-il déclaré.

Charas parlait après une réunion avec le Conseil de l'éducation.

« Comme les enseignants ont une influence et un pouvoir sur les élèves, ils risquent d'abuser de leur autorité. Nous devons donc prendre des mesures pour protéger la sécurité des étudiants », a-t-il déclaré.

Par exemple, a-t-il déclaré, les enseignants et les élèves, en particulier ceux du sexe opposé, ne devraient pas être autorisés à se retrouvés seuls dans la même pièce.

En outre, a-t-il ajouté, les enseignants ne devraient pas être autorisés à frapper les enfants et les jeunes.

Watanaporn Ra-ngubtook, secrétaire général adjoint du bureau, a déclaré que les questions de sécurité seraient également intégrées à la nouvelle directive.

M. Charas a, quant à lui, recommandé l’éducation artistique, dans l’espoir que le système éducatif ne soit pas trop obsédé par la technologie.

« Les étudiants doivent apprendre à connaître l’art et les sciences humaines », a-t-il déclaré.

La professeure Tisana Khammani, qui préside le groupe de travail chargé de mettre à jour les compétences des étudiants, a déclaré que son équipe avait remarqué que de nombreux étudiants étaient toujours incapables d’appliquer leurs connaissances à la vie réelle.

Elle a déclaré que 10 compétences ont été identifiées comme prioritaires pour les enfants de Prathom 1 à 3. (CP à CE2).

« Nous les avons déjà testés dans 24 écoles et avons obtenu des réponses positives », a déclaré Tisana.

Ces 10 compétences sont la langue thaïlandaise pour la communication; les mathématiques dans la vie quotidienne; expériences et esprit scientifiques; Anglais pour la communication; développement personnel; compétences professionnelles et esprit d'entreprise; capacité de raisonnement et innovation; médias, information et culture numérique; collaboration, travail d'équipe et leadership; et citoyenneté et attention au monde entier.

« Nous devons cesser d’enseigner / apprendre par cœur et nous concentrer sur la pratique », a déclaré Tisana, ajoutant que cela contribuerait à initier de grands changements dans le secteur de l’éducation en Thaïlande.

« Nous aurons bientôt un programme national et un institut d'apprentissage », a-t-elle déclaré.

 

https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13091-les-directives-de-1959-sur-l%E2%80%99%C3%A9thique-des-enseignants-seront-actualis%C3%A9es/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15424
Re : L'école et les enfants en Thaïlande
« Réponse #214 le: décembre 27, 2018, 08:14:03 am »


Le gouvernement prié instamment de promouvoir l'enseignement professionnel

AMÉLIORER L'enseignement PROFESSIONNEL sera la clé pour renforcer la compétitivité du pays et l'aider à sortir du piège des revenus trop bas, a conseillé le FIT (Future Innovative Thailand Institute).

Pour cela, le FIT a appelé le gouvernement à fournir une aide salariale aux étudiants en formation professionnelle pendant leur stage - qui dure environ six mois par année universitaire -.

"Ce soutien devrait représenter entre 50 et 70% du salaire minimum", a déclaré le FIT. Fondé en 2013, le FIT est une organisation non gouvernementale qui s’efforce de cerner les problèmes du pays et de proposer des solutions pratiques.

« Aujourd'hui, la Thaïlande ne bénéficie pas d'un avantage comparatif résultant d'une importante main-d'œuvre non qualifiée et peu coûteuse dans les industries à forte intensité de main-d'œuvre. Cet avantage existait dans les années 1980, pas aujourd'hui », a déclaré récemment le président de la FIT, Pisit Leeahtam. D'autant que les Thaïlandais ne veulent pas occuper ces emplois et que ce sont les 2 ou 3 millions de migrants qui sont devenus maintenant la main d’œuvre non qualifiée.

Le salaire minimum journalier varie actuellement de 308 à 330 bahts en Thaïlande, ce qui représente une nette augmentation par rapport aux années 80, alors qu'il était inférieur à 100 Bt. Ce qui est inquiétant n'est pas que les "pauvres" gagnent trop mais que les travailleurs qualifiés ne gagnent pas assez. Ainsi le pays est incapable de moderniser son secteur industriel.

«Il est nécessaire d’investir de toute urgence davantage dans l’enseignement professionnel afin d’accroître le nombre de travailleurs qualifiés, notamment d’ingénieurs et de techniciens, et de faire passer le secteur industriel au niveau des technologies de pointe», a déclaré Pisit. Comme les observateurs l'ont déjà fait remarquer, si la Thaïlande ne forment pas de techniciens, il faudra en importer de l'étranger. Les Thaïlandais ne voulant pas occuper les emplois bas de gamme et ne sachant pas occuper les emplois qualifiés, ils n’auront pas d'avenir.

Une meilleure formation génère une productivité qui aidera la Thaïlande à sortir du piège du revenu intermédiaire. La Thaïlande est un pays à revenu intermédiaire depuis plusieurs décennies déjà et ne progresse plus.

Selon le FIT, alors que le revenu national par habitant de la Thaïlande en 2017 était d’environ 16 300 Bt par mois, une enquête a montré que 74,84% (trois quart) des Thaïlandais gagnaient moins de 15 000 Bt. De tels chiffres reflètent le fait que la plupart des travailleurs thaïlandais ont peu de compétences et gagnent moins que la moyenne, a déclaré Pisit.

Le FIT a présenté ses propositions lors d'un forum récent dans le but d'attirer l'attention des universitaires et des politiciens sur l'enseignement professionnel.

Le Dr Tharadol Piempongsant et le Dr Wipattra Totemchokchaikarn du FIT ont déclaré que le gouvernement devrait soutenir la gratuité de la formation professionnelle tant publique que privée, dans les domaines technique, commercial et autres.

Ils ont souligné que, sans financement adéquat, les établissements d'enseignement professionnel continueraient de ne pas disposer d'équipements modernes pour former correctement leurs étudiants.

Ils ont également recommandé au gouvernement de créer un centre de stages offrant trois mois de cours théoriques et trois mois de stage.

Le FIT a également suggéré au gouvernement d'organiser une formation professionnelle gratuite pour les personnes intéressées afin qu'elles puissent acquérir de nouvelles compétences.

"La formation gratuite pourrait être fournie via un million de coupons de formation d'une valeur de 3 500 thb chacun", a-t-il déclaré.

Si possible, le gouvernement devrait impliquer davantage le secteur privé dans la formation professionnelle et de la formation professionnelle, a ajouté la FIT.

Le FIT espère qu'à l'avenir, le rapport entre les étudiants en formation professionnelle et les étudiants en formation générale soit de 1 pour 1. Ce débat existe dans de nombreux pays, dont la France.

Il a ajouté que les salaires des personnes ayant un diplôme professionnel devraient être presque égaux à ceux des titulaires d’un baccalauréat.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13168-le-gouvernement-pri%C3%A9-instamment-de-promouvoir-lenseignement-professionnel/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 15424
Re : L'école et les enfants en Thaïlande
« Réponse #215 le: janvier 19, 2019, 10:23:04 am »


Éducation : alors que le niveau est faible, la banque mondiale demande plus d'égalité et Prayut plus de morale

L'INÉGALITÉ DANS L'ÉDUCATION demeure un problème critique pour la Thaïlande, qui peut être résolu en consolidant / fusionnant les petites écoles, a suggéré la Banque mondiale.

La banque estime qu'une telle mesure contribuerait à améliorer la qualité de l'éducation et, en réalité, à réduire l'écart croissant entre les revenus.

La croissance économique thaïlandaise devrait ralentir à 3,8% cette année, selon le Thailand Economic Monitor de la Banque mondiale publié hier.

Le niveau d’inégalité en Thaïlande, mesuré par le coefficient de Gini reste une question qui devrait être une priorité nationale, selon le rapport de la Banque mondiale.

« L’écart d’inégalité des revenus s’est réduit au début du millénaire, mais il est resté stable ou a augmenté ces dernières années », a déclaré Kiatipong Ariyapruchya, économiste de la Banque mondiale pour la Thaïlande.

La Thaïlande consacre chaque année environ 5% de son produit intérieur brut à l'éducation, comme certains pays développés, a-t-il déclaré.

Cependant, l'efficacité des dépenses doit être améliorée, a suggéré la banque.

Les familles et les ménages pauvres des zones rurales envoient leurs enfants dans des écoles proches de chez eux afin de réduire les coûts de transport.

Les petites écoles sont confrontées à une pénurie d'enseignants et de matériel pédagogique, ce qui se traduit par de mauvais résultats au programme PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves).

La banque a souligné que la qualité de l’enseignement en Thaïlande était inférieure à la moyenne de l’Asean et à celle du Cambodge.

En Thaïlande, un enfant né aujourd'hui n'atteindra que 60% de son potentiel, en termes de productivité et de revenus. «L’inégalité de la qualité de l’enseignement en Thaïlande est l’un des principaux problèmes. », a déclaré la banque. Environ 1 million d'enfants pauvres ont droit actuellement à une éducation de qualité inférieure.

Les 12,4 années de scolarisation de base attendues d'un enfant né aujourd'hui en Thaïlande équivalent à 8,6 années seulement, soit un déficit d'apprentissage de 3,8 années, selon la Banque mondiale. Un élève de Terminale a le niveau de 3e en France.

« La qualité des réformes structurelles seront essentiels pour réduire la pauvreté et maintenir une croissance à plus de 4% face aux défis démographiques causés par le vieillissement rapide », a déclaré Birgit Hansl, directrice de la Banque mondiale pour la Thaïlande.

Il existe actuellement environ 334 000 salles de classe dans tout le pays, de la maternelle à la 12e année. La Thaïlande pourrait regrouper les écoles dans un rayon de 10 à 20 kilomètres, ce qui n’augmenterait pas beaucoup les coûts de transport pour les familles, a déclaré Dilaka Lathapipat, économiste du développement humain à la Banque mondiale. La consolidation / fusion pourrait réduire le nombre de salles de classe à environ 259 000, a-t-il déclaré. Le nombre d’enseignants requis serait alors d’environ 370 000. « Il y a actuellement plus de 400 000 enseignants, ce qui signifie que nous ne manquons pas d'enseignants », a déclaré Dilaka. Dans de nombreuses petites écoles, le nombre moyen d'élèves par classe est de 14 contre 25 en moyenne dans les pays développés, a-t-il déclaré.

Si la consolidation des écoles devait être mise en place, l'effectif de la classe passerait à 25 enfants, a-t-il déclaré.

Le Japon, qui est confronté au problème d’une société vieillissante, a connu une consolidation scolaire qui a eu pour résultat d’obtenir des résultats plus élevés au PISA, a-t-il noté.

Depuis 1987, le nombre d'enfants et de jeunes a considérablement diminué en Thaïlande, passant de plus de 18 millions à 12,5 millions l'an dernier, pour atteindre 10,5 millions dans les dix prochaines années. « La tendance à la baisse de la population d'enfants et de jeunes est évidente, mais nous ne prévoyons jamais les regroupements d'écoles », a-t-il déclaré.

Dans le même temps, Kobsak Pootrakool, ministre au Cabinet du Premier ministre, a assuré que le gouvernement avait donné la priorité à la résolution de l’inégalité des revenus. Il existe de nombreuses lois conçues pour aider les pauvres qui entreront en vigueur dans les prochains mois, a-t-il déclaré. Il a convenu que la Thaïlande devait regrouper les petites écoles.

Dans le contexte d'un ralentissement mondial et de tensions commerciales élevées, l'économie thaïlandaise devrait connaître une croissance de 3,8% en 2019 et de 3,9% en 2020, selon la Banque mondiale. La croissance des exportations est estimée à environ 5% cette année. L’incertitude politique constitue également un risque pour l’économie thaïlandaise, car elle pourrait retarder les projets d’investissements publics, a-t-il averti.

On estime que la croissance de l'économie thaïlandaise s'est accélérée l'an dernier pour atteindre 4,1%, indique le rapport.

Investir dans le capital humain et poursuivre les réformes économiques sont essentiels pour que la Thaïlande devienne un pays à revenu élevé avec des chances égales pour tous les citoyens, a déclaré la Banque mondiale.

 

https://www.thaivisa.com/forum/topic/1078629-world-bank-urges-thailand-to-urgently-tackle-education-inequality/

 
-------------------------------------------
 

Lors de la Journée des Enseignants le Gen Prayut a déclaré que les enseignants devraient guider leurs élèves pour qu'ils sachent ce qui est juste et ce qui ne l'est pas.

"La calomnie a lieu tous les jours sur les réseaux sociaux", a déclaré le Premier ministre.

Tout en prônant l'expression chez les enfants, Prayut a déclaré qu'ils devraient également apprendre les limites.

«Vous devez en apprendre davantage sur la ligne de conduite avant de sortir de la boîte», a-t-il déclaré, ajoutant que le souci des libertés et des droits de l'homme ne fait que provoquer des troubles.

Il a également exhorté les enseignants à inculquer la morale à leurs élèves. «Fais de bonnes actions ! La société thaïlandaise n'a toujours pas l'esprit de bénévolat », a-t-il déclaré.

Le Premier ministre s'exprimait lors de la cérémonie d'ouverture d'un colloque de trois jours organisé par le ministère de l'Éducation pour marquer la Journée nationale des enseignants, célébrée le 16 janvier de chaque année.

Par le passé, le chef de la junte militaire avait déjà dit qu'apprendre la discipline était plus important que d'apprendre des notions scolaires.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13281-%C3%A9ducation-alors-que-le-niveau-est-faible-la-banque-mondiale-demande-plus-d%C3%A9galit%C3%A9-et-prayut-plus-de-morale/
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14069
Re : L'école et les enfants en Thaïlande
« Réponse #216 le: mars 02, 2019, 07:34:55 pm »

Français Ensemble dans le Club de Pattaya


Programmes d'études internationnaux en Thaïlande...


Il existe de nombreux programmes d'études internationaux en Thaïlande, allant du premier au troisième cycle. En fonction du programme, la langue d'enseignement est soit l'anglais, soit le chinois.

Pour suivre des études en anglais, vous devrez justifier d'un niveau suffisant en langue anglaise, en général TOEFL 550 et IELTS 6.0.

Il en est de même avec le chinois, en général un niveau 6 au HSK. Il n'est pas obligatoire de s'inscrire dans un cursus pour passer ce genre de tests.

Cependant, dans le but d'obtenir la meilleure note possible, vous pouvez envisager de suivre une formation au TOEFL ou à l'IELTS. De nombreux organismes proposent ce type de programme.

Un séjour linguistique avant le passage du test, vous apportera une plus-value inestimable. Il est possible d'associer une formation avec un séjour à l'étranger.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14069
Re : L'école et les enfants en Thaïlande
« Réponse #217 le: avril 10, 2019, 04:23:48 pm »

Français Ensemble dans le Club de Pattaya


Scolarité des petits enfants...


 Emploi du temps d'un enfant de trois ans en maternelle. La rentrée scolaire est programmée début mai. Si l'avenir de votre enfant est en Thaïlande, ne faites surtout pas l'erreur de l'inscrire dans une école francophone.

Certains établissements francophones ont opté pour le statut d'écoles internationales, qui permet aux parents (un par enfant) de solliciter un visa de "tuteur".

Ils sont en concurrence avec des écoles anglophones ayant le même statut, souvent plus chères.

Cela conduit à remplir les classes de maternelles d'enfants qui ne parlent souvent ni le thai, ni l’anglais, souvent le russe. Elles deviennent des garderies.

Une école de Pattaya ne compte qu'une quinzaine d'enfants qui étudient en français, sur une centaine au total. La rentabilité impose ses règles...
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".