Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Auteur Sujet: Le fleuve MEKONG  (Lu 69763 fois)

PHILGOOD

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 550
Re : Le fleuve MEKONG
« Réponse #25 le: mars 12, 2010, 03:59:08 pm »

Effectivement, c'est plutôt inquiétant ! sans compter que la Phone et la flore du Fleuve va en subir aussi les conséquances ! Y pourraient pas faire sauter un barrage ou deux les Thaï ?! Enfin bon, moi s'que j'dis ...
Amicalement,
Philgood ...  ;D :juju :smile
IP archivée

Malco

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6065
Re : Le fleuve MEKONG
« Réponse #26 le: mars 12, 2010, 04:06:30 pm »

Salut Phigood,

Pas oublier que les chinois ont fait le plus grand barrage du monde , çi celui pète bonjour les dégâts . Lors d'un voyage en 99 en Chine ils étaient en pleine construction et à la télé chinoise ils montraient des images de la construction c'était énorme je ne sais plus combien de millions de gens qui ont étaient déplacé pour réalisé cet ouvrage gigantesque .
IP archivée
@+ Malco

letirailleur

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1072
  • Mon blog: http://udonthani-en-isan.over-blog.com
    • Le blog de Patrick en Thailande
Re : Le fleuve MEKONG
« Réponse #27 le: mars 12, 2010, 05:15:34 pm »

Photos que j'ai pris hier du Pont de l'Amitié à Nong Khai, le Laos n'a jamais été aussi proche de la Thailande.



IP archivée
Il vaux mieux etre vieux et vigoureux que jeune et inactif

http://udonthani-en-isan.over-blog.com

Malco

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6065
Re : Le fleuve MEKONG
« Réponse #28 le: mars 12, 2010, 05:21:35 pm »

En effet , les images sont bien plus parlantes , impressionnant.
IP archivée
@+ Malco

DV8

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 132
Re : Le fleuve MEKONG
« Réponse #29 le: mars 12, 2010, 10:02:35 pm »

Bon, j'ai été voir ce qu'il en était quelque kilomètre plus bas a Nakhon Phanom et effectivement c'est pas la joie.
Y'a encore de l'eau mais quant on sait que normalement le niveau le plus bas est atteint en avril ou mai, ca laisse de la marge.
J'ai eu mal au coeur en voyant ca.
La bonne nouvelle c'est que les travaux du nouveau pont de l'amitié ont pu avancer à une vitesse phénoménales.

Et puis là je viens de lire ca et je suis en colére:

Citer

"Jeremy Bird, directeur général du secrétariat de la Commission de la rivière Mékong (MRC), pointe plutôt du doigt les pluies extrêmement faibles au Laos et en Chine."


Je me demande de qui on se moque.
Pluie "extrêmement" faible? Ça veut dire quoi extrêmement?
Vous allez voir que demain matin ce sera la faute du réchauffement climatique.
Avec cette explication au moins on pourrait corréler les données avec les fontes des glaciers Himalayen. Ça serais toujours moins débiles que de faire référence à des statistiques chinoises sur le sujet qui commence en 1959 suite ...  à une sécheresse qui aurait fait quelques milliers (?) de morts (comme quoi y'a encore de la marge dans "l'extréme").

Ça ressemble à une lamentable diversions du MRC qui, s'il n'est pas acheter par la chine l'est sûrement par des compagnies occidentales qui attendent sagement le jour ou le Laos lâchera son moratoire sur hydro-électricité (qui a dit EDF?) sur le Mékong et ces affluents.

Toutes les personnes qui s'intéresser un temps soit peu au Mekong  savent que l'asséchement du Mekong est LE gros défis environnemental auquel l'Asie du Sud Est va avoir à faire face dans les décennies à venir.
On la entendu et répété mais là, on ne peu que le constater (même si on va toujours avoir des gros malin qui se prétendent "sceptiques" qui vont venir, à la sauce Allégre, prétendre que ce n'est qu'un effet du hasard!).
Donc on le répète et on le répétera encore:

Le Mekong se meurt du à la forte activité anthropiques sur ces rives. A savoir la constructions intensives et à toutes les échelles de réservoirs qui "retiennent"  l'eau normalement destinés à ces affluents.

Il existe une tripoté de rapport et de bouquin sur le sujet, commandité par une tripoté d'ONG, d'indépendant ou de gouvernement  et tous arrivent a cette même conclusion.
Le mec qui pour parler de la sécheresse du Mékong avance l'argument d'une pluie "extrêmement faible" soit il est sacrément culotté, soit c'est simplement un gros abrutis.

Histoire de détendre l'atmosphère, vous savez ce que j'ai visité hier à Nakhon Phanom après avoir vu le morne Mékong?
Un bon gros et grand champs de mais de plusieurs centaines d'hectares, similaire en tout point à ceux qu'on trouve dans mon Anjou natale, terre fameuse pour ca "douceur" (comprendre humidité), bordant la Loire, riche en eau et ou mes parents ne peuvent plus cultiver leur jardin en juillet car leur puits est mis à sec par...

Monde de m...
IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Le fleuve MEKONG
« Réponse #30 le: mars 13, 2010, 08:11:20 am »


L'année dernière (2009) a été la plus chaude depuis 44 ans en Asie du sud-est... Apparement, cette année (2010) connaitrait la plus grosse sécheresse depuis 50 ans !...

 :-X
IP archivée

DV8

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 132
Re : Le fleuve MEKONG
« Réponse #31 le: mars 13, 2010, 08:40:43 am »

Effectivement, il n'y a sûrement aucun doute sur ce point.
Mais affirmer que cette sécheresse est à l'origine du niveau le plus bas jamais constaté sur le Mékong pour cette période c'est montré du doigt l'arbre qui cache la forêt. Car cette sécheresse n'est pas la cause principale et tous le monde le sait (le MRC en priorité d'ailleurs).

Histoire d'être clair pour ceux qui ne connaissent pas le problème: les chinois, dans leur volonté de dompter tous les fleuves de leur territoire ont ou vont installer une série de réservoir directement sur le cours du fleuve. Le but: retenir l'eau en Chine lors des grandes sécheresses comme celle qu'ils subissent actuellement. Le problème étant qu'ils considère qu'aucune concertation n'est possible sur le sujet (les quatre voisins n'ont qu'a bien se tenir sinon représailles économique) et que les grandes sécheresses en Chine c'est une bonne excuse pour s'approprier un bien censé être universel ( pas pour le gouvernement chinois qui trafique ces statistique allégrement afin de s'acheter une légitimité sur le sujet).
Vous rajoutez à ca un nombres conséquents de petits et moyens réservoir qui fleurissent de la Thailande au Cambodge sur les affluents du fleuve et qui servent... à cultiver du mais!

C'est ca qui me met en colère car je trouve ca simplement criminel: on repousse les échéances, on regarde ailleurs et un jour on se réveille avec une frontière autrefois fluviale devenu terrestre...
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13587
Re : Le fleuve MEKONG
« Réponse #32 le: mars 13, 2010, 03:15:27 pm »


Merci de vos photos et explications très intéressantes, quelle cata. l'être humain et bel et bien un fou...   >:(
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Le fleuve MEKONG
« Réponse #33 le: mars 18, 2010, 07:56:03 am »


Et oui, l'éternel dilemme... D'un coté, les barrages électriques sont nécessaires pour fournir une électricité non polluante aux populations et d'un autre coté, ils innondent des régions complètes et détruisent une partie de l'environnement aquatique et terrestre...

Alors que choisir entre la peste et le cholera ?...

En tout cas, je préfère un barrage à une usine électrique fonctionnant au charbon...
IP archivée

DV8

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 132
Re : Le fleuve MEKONG
« Réponse #34 le: mars 18, 2010, 02:45:10 pm »

EDF et son lobbying à fonctionné au Laos.
Effectivement on peu voir ca comme un projet génial pour désenclaver le Laos mais se serait oublier que le Laos est encore une dictature communiste et que le gouvernement laotien n'a rien à carré des études d'impacts et de ce genres de conneries.
Du moment que l'argent investis arrive directe dans leur poches...
IP archivée

DV8

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 132
Re : Le fleuve MEKONG
« Réponse #35 le: mars 19, 2010, 09:17:07 am »


LE MONDE | 18.03.10 | 16h55
   
La sécheresse aiguë qui touche le sud-ouest de la Chine, et dont l'épicentre, au confluent des provinces du Yunnan et du Guizhou et de la région autonome Zhuang du Guangxi, recouvre une superficie équivalente à plus de la moitié de la France, soulève de nouvelles questions sur la durabilité du modèle de développement chinois.

Certes, on se rassure en se disant que la mousson sera là dès le mois de mai. Mais c'est l'urgence sociale dans ces campagnes très pauvres et parfois extrêmement reculées, où l'armée assure des distributions d'eau potable.

Le premier ministre Wen Jiabao s'est lui-même déplacé mi-février, juste avant le Nouvel An chinois, dans la région de la ville de Hechi, dans le Guangxi, pour conforter les populations sinistrées.

L'impact du réchauffement climatique sur les glaciers tibétains, châteaux d'eau de la Chine mais aussi du reste de l'Asie, les conséquences de l'urbanisation et de l'industrialisation accélérées du pays, et notamment de tout le Sud-Ouest sous-développé mais cible d'investissements colossaux, l'exploitation frénétique du potentiel hydraulique de ses grands fleuves, sont autant de facteurs qui, à la faveur de cette nouvelle sécheresse, inquiètent les experts sur les risques maintes fois signalés, d'une crise systémique des ressources en eau en Chine : "Le système écologique chinois est très fragile", explique le géologue Yang Yong, au retour d'un périple de quatre mois à travers cinq provinces du Nord-Ouest de la Chine, destiné à dresser un état des lieux des ressources en eau du pays.

La gravité de la sécheresse dans la province du Yunnan, qui partage une frontière avec la Birmanie et le Laos, a cette année des conséquences directes en Asie du Sud-Est. En Thaïlande où le Mékong a atteint un niveau très bas en cette période de saison sèche, des voix s'élèvent ces dernières semaines pour demander des comptes à la Chine. Quatre barrages sont opérationnels le long du Lancang, le "fleuve tumultueux", nom chinois du Mékong. Quatre autres sont en projet. Si les barrages n'ont pas provoqué la sécheresse, la gestion discrétionnaire des volumes d'eau, en fonction des impératifs de rentabilité économique des centrales et, en cas de crise, des besoins de l'agriculture locale, peuvent l'aggraver. Un éditorial récent du Bangkok Post fustige le manque de transparence de la Chine, et les "dénis répétés et irresponsables" des officiels chinois.

Selon l'agence Chine nouvelle, près de 27 millions de personnes seraient directement touchées en Chine par la sécheresse actuelle, qui a commencé en septembre (l'hiver est traditionnellement une saison sèche) et a aussi frappé pendant plusieurs mois le Guangdong et le Hunan, frontaliers du Guangxi : 17 millions sont menacés de manquer d'un "accès normal" à de l'eau potable au Guizhou, où 86 des 88 villes de la province sont sinistrées. Huit millions de personnes sont concernées au Yunnan. Et 1,8 million dans la région autonome Zhuang du Guangxi, où douze des quatorze villes de niveau préfectoral que compte la région sont concernées par le manque d'eau.

Au Yunnan, toutefois, l'impact économique, mais aussi environnemental, a une autre dimension : la sécheresse aurait réduit de moitié la production agricole en provenance des plantations d'hévéa, de thé, de fruits et de fleurs, selon l'agence Chine nouvelle, soit une perte de 13 milliards de yuans (1,2 milliard d'euros). Les précipitations auraient été inférieures de 60 % sur la période de septembre à mars par rapport à leur niveau d'il y a un an. C'est la pire sécheresse en cent ans, selon la presse officielle. Deux millions d'hectares de terres agricoles, soit 86 % du total du Yunnan, seraient affectés, d'après le gouvernement de la province. Le magazine en ligne Caixing, connu pour ses positions critiques, déplore les projets somptuaires de certaines mairies, comme Chuxiong ou Honghe, la course aux investissements, et les faiblesses du système d'irrigation et de conservation de l'eau. Le manque d'eau affecte aussi la province du Sichuan et la municipalité géante de Chongqing, mais pas plus que les sécheresses précédentes de 2001 et de 2006.


"FRONTIÈRE DES NEIGES"

Pour l'écologiste Wu Dengming, fondateur de l'ONG Green Volonteer League, à Chongqing, le Yunnan est le plus affecté, car "le climat y est directement influencé par le plateau du Tibet. Or, le réchauffement climatique global a fait fondre les glaciers et le pergélisol. La "frontière des neiges" a reculé. Elle oscillait entre 4 600 et 5 500 mètres dans les années 1980, elle est systématiquement au-dessus de 5200, voire 5 500 mètres", dit-il. Si le réchauffement est d'après lui le premier responsable de la sécheresse actuelle, celle-ci est exacerbée par les problèmes de qualité de l'eau : à Chongqing, certains cours d'eau, en zones rurales, sont devenus impropres à l'irrigation car l'eau est trop polluée, insiste-t-il.

L'agriculture et les techniques d'irrigation sont moins problématiques dans le Sud-Ouest de la Chine, zone essentiellement rizicole - les rizières sont inondées au moment de la saison des pluies - que dans la partie nord du pays, notamment la région de Pékin, frappée, elle, de pénurie structurelle.

Brice Pedroletti
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13587
Re : Le fleuve MEKONG
« Réponse #36 le: mars 21, 2010, 01:47:05 pm »


Bien cet article, DV8...

Je me souviens, quand j'étais lycéenne, j'avais un prof. de géo. qui nous parlait toujours "du péril jaune"... Ca nous laissait, nous des élèves françaises, assez indifférentes à l'époque... Et bien, maintenant, je crois que nous avons bien tous compris...

Pour résumer : l'un des derniers pays sous régime communiste (vous m'arrêtez si je me trompe) qui devient capitaliste et ce, à n'importe quel prix... et dans tous les sens...  :o sauf pour les libertés des "Droits de l'homme"...
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Malco

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6065
Re : Re : Le fleuve MEKONG
« Réponse #37 le: mars 21, 2010, 01:50:03 pm »


Bien cet article, DV8...

Je me souviens, quand j'étais lycéenne, j'avais un prof. de géo. qui nous parlait toujours "du péril jaune"... Ca nous laissait, nous des élèves françaises, assez indifférentes à l'époque... Et bien, maintenant, je crois que nous avons bien tous compris...

Pour résumer : l'un des derniers pays sous régime communiste (vous m'arrêtez si je me trompe) qui devient capitaliste et ce, à n'importe quel prix... et dans tous les sens...  :o sauf pour les libertés des "Droits de l'homme"...



Pas oublier que un jour Napoléon avait dit "" Tant que la Chine dort laissons là dormir "" et il avait raison .  8)
IP archivée
@+ Malco

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Le fleuve MEKONG
« Réponse #38 le: mars 21, 2010, 03:25:40 pm »


T'inquiète pas Line, tans que 80 % des Chinois (c'est à dire plus d'un milliard de personnes) continueront à toucher 100 euros de salaire mensuel, la Chine ne sera pas si dangereuse que cela...

Un colosse au pied d'argile !
IP archivée

Malco

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6065
Re : Le fleuve MEKONG
« Réponse #39 le: avril 03, 2010, 04:37:12 pm »


« La Chine a fait main basse sur le fleuve »

REPORTAGE - Fleuve mythique, puissant et poissonneux, le Mékong est à son plus bas niveau depuis cinquante ans. «Aujourd'hui, le niveau de l'eau dépend de la quantité d'eau dont la Chine a besoin», s'inquiètent les pêcheurs thaïlandais.
 
Silhouettes fantomatiques sur les berges du Mékong, les habitants d'un village regardent, impuissants, le fleuve se vider de ses eaux.

Plongés dans un sfumato provoqué par la culture sur brûlis qui enfume tout le nord de la Thaïlande en cette saison sèche, les pêcheurs de Chiang Khong accueillent sous les quolibets le seul d'entre eux qui ait lancé ses filets. Au fond de sa barque, un poisson, si minuscule qu'il n'ose le montrer. À 71 ans, Kean Sreesupan, écharpe nouée autour des hanches, n'a jamais vu cela : «Il n'y a plus d'eau, alors il n'y a plus de poisson.»

Fleuve mythique, puissant et poissonneux, le Mékong, à son plus bas niveau depuis cinquante ans, a piètre allure. «Autrefois, le niveau de l'eau variait selon les saisons. Aujourd'hui, il dépend de la quantité d'eau dont la Chine a besoin», enrage le pêcheur. Les 60 millions de personnes qui vivent dans le bassin du Mékong (Thaïlande, Laos, Cambodge et Vietnam) pestent contre la Chine, le pays le plus en amont, qui «garde toute l'eau pour lui», insiste Kean Sreesupan. L'éditorialiste du Bangkok Post ne dit pas autre chose : «Les barrages chinois tuent le Mékong.» Graphiques à l'appui, Montree Chantavong, écologiste de l'association Terra, confirme la gestion discrétionnaire de la Chine des volumes d'eau en fonction des impératifs de rentabilité économique des centrales. Depuis vingt ans, il suit les fluctuations du niveau du Mékong enregistrées à Chiang Saen, ville du Triangle d'or où le volume d'eau dépend de la Chine à 95 %, et note les anomalies : «Comment expliquer qu'au cœur de la saison sèche, sans que la moindre goutte d'eau ne soit tombée, le niveau remonte si ce n'est par les barrages chinois ?»


Le spectre des famines 

«En quinze ans, le fleuve est devenu un gigantesque générateur électrique , explique Carl Middleton, membre d'International Rivers. Avec quatre barrages opérationnels et quatre autres en projet, la Chine a fait main basse sur le Mékong sans consulter ses voisins, ni encore moins chercher leur approbation.» Les écologistes craignent que cela compromette l'avenir des pêcheurs et de la vie traditionnelle le long des rives. Surtout que onze autres projets sont à l'étude au Cambodge, au Laos et en Thaïlande. Les aspects les plus controversés des barrages sont leurs effets sur les poissons migrants et la riziculture dans le delta, au Vietnam, où sont concentrées plus de la moitié des cultures du pays. L'agriculture y est tributaire du limon que les barrages chinois retiennent.

Au Cambodge, pays le plus dépendant des courants et des inondations, on craint même des famines. Toutes les grandes villes du Laos sont sur le fleuve ainsi que Ho Chi Minh-Ville, au Vietnam, menacée par l'insuffisance du courant et la pollution.

«Depuis Manwan, le premier barrage chinois, les poissons se sont raréfiés et leur taille moyenne a rétréci. 20 % des espèces ont déjà disparu», assure Miti Yaprasit, qui étudie l'activité piscicole du Mékong. Il tente des explications : «Le niveau du fleuve a baissé et quand l'eau est relâchée par les barrages, elle provient du fond des lacs de retenue. Sa température est de 10 à 15 degrés. C'est trop froid pour les espèces tropicales qui peuplent le Mékong.» Sombat Maitree, lui, pleure les poissons-chats géants, dont la population a décliné de manière dramatique. «Depuis que les Chinois ont construit leurs barrages et ont dynamité les rapides du Yunnan, on ne trouve plus de trace du pla beuk dans le nord de la Thaïlande.» «C'est vraiment triste car c'est le symbole de Chiang Khong», explique ce membre de l'association des poissons-chats, intarissable sur ce vorace qui «grossit de 10 kilos par an pour atteindre 350 kilos et vit un demi-siècle» et qu'il guette, depuis l'enfance, lors de sa remontée vers ses lieux de fraie en Chine. Sans desserrer les dents, il explique : «Nous avons adapté nos bateaux au Mékong mais les Chinois veulent adapter le Mékong à leurs bateaux, ils veulent en faire un canal», estime-t-il dans une moue de dédain.

Pour faire entendre leur désespoir, les riverains du Mékong s'organisent : ils ont décidé d'aller manifester devant l'ambassade de Chine à Bangkok. Selon Nopparat Lamun, un villageois en colère, «pour se dédouaner, Pékin manipule les chiffres, il dit ne contribuer au volume du fleuve qu'à hauteur de 13 %. Mais c'est une mesure faite en bout de course, quand le Mékong se jette dans la mer de Chine méridionale». «Ce que nous reprochons aux officiels chinois, c'est leur manque de transparence, leurs dénis répétés et irresponsables.» Pensif, il plonge ses mains dans les eaux boueuses, en retire une poignée d'algues et interroge : «Pourquoi une grenouille peut-elle sauter plus haut qu'un arbre ? Réponse : parce qu'un arbre ne saute pas.» Bref, on ne peut comparer l'incomparable. «Quand nous parlons des barrages, pourquoi la Chine nous répond-elle réchauffement climatique ?»

Si la Commission du Mékong, une agence intergouvernementale de consultation sur le partage de l'eau, a été créée, en 1995, elle exerce une autorité limitée et Pékin a refusé d'y adhérer. Pour l'activiste Carl Middleton, il y a pourtant urgence : «La multiplication des barrages sur le Mékong pourrait engendrer un conflit international.»

http://www.lefigaro.fr/international/2010/04/03/01003-20100403ARTFIG00008-un-sommet-a-quatre-pour-sauver-le-mekong-.php
IP archivée
@+ Malco

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Le fleuve MEKONG
« Réponse #40 le: avril 10, 2010, 09:59:59 am »


Le "King Naga" du Mékong... un faux ?!...

La photo du haut est probablement une des plus connues de Thaïlande (on peut la voir partout !)... Tous les Thaïlandais vous diront qu'elle représente des soldats américains qui pêchèrent un serpent géant d'eau douce dans le Mékong en 1996...

Oui, ce serpent existe bien, c'est un Régalec ou "poisson ruban" (famille des Regalecidés). Il vit dans les fosses marines et peut atteindre des longueurs impressionnantes (4 à 8 mètres).

Cependant, il n'a pas été pêché dans le grand fleuve d'Asie mais en face de la plage de Coronado près de San Diego aux Etats Unis, lors d'un entrainement de "navy Seals" (commandos marines américains)... On peut d'ailleurs voir en dessous un autre spécimen attrapé cette fois par des ouvriers du batiment au même endroit en 2007...

Ce poisson serpent est d'ailleurs répertorié à l'Institut d'Oceanographie de San Diego...

On peut vraiment faire dire n'importe quoi à une photographie...  :)
IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Le fleuve MEKONG
« Réponse #41 le: avril 10, 2010, 10:09:07 am »


Petite fiche sur le Régalec... pour info...  :)


Le Régalec


1/ Description:

Le régalec (Regalecus glesne, "oarfish" en anglais) dit roi des harengs ou ruban de mer est un poisson étrange de 5 à 8 mètres de long, de la famille des régalécidés. Il est caractérisé par sa nageoire dorsale colorée dont les premiers rayons partiellement libres sont très longs. De plus, leurs nageoires ventrales sont constituées d'une paire de longs rayons non segmentés. Comme pour les autres poissons de cette famille, les jeunes ont un aspect très différent des adultes. Les œufs et les larves font partie du plancton.

Il peut atteindre une taille maximum de 11 mètres, pour un poids de 270 kg. C'est le plus long des poissons osseux, le plus grand et le plus lourd de tous les poissons étant le requin baleine (qui est un poisson cartilagineux). On trouve le régalec dans l'océan Atlantique nord, mais il semblerait plus largement répandu car on en a retrouvé aussi en Indonésie[1].


2/ Légende:

Les marins ont longtemps pris le régalec pour une sorte de serpent marin. Son aspect étonnant, sa rareté et ses couleurs ont suscité chez les marins et pêcheurs des histoires et des superstitions. On le prenait par exemple pour un roi qui guidait les harengs et les saumons lors de leurs migrations. En réalité, c'est un animal non agressif malgré des traits de monstre : yeux protubérants, nageoire dorsale rouge et brillante. Et pourtant il n'est pas gêné par la présence de plongeurs qui peuvent même le caresser.

À Taïwan, il a le surnom de « poisson séisme » (dizhenyu) car les rares fois où les pêcheurs en ont découvert, c'était peu après un tremblement de terre dont l'épicentre se situait en mer. L'interprétation populaire est que les poissons remontent vers la surface dérangés par les secousses, mais la relation possible entre ces deux évènements n'a pas encore fait l'objet de recherche scientifique.
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13587
Re : Le fleuve MEKONG
« Réponse #42 le: avril 11, 2010, 08:54:17 pm »


Vraiment très bizarre celui-ci...    :smile
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Le fleuve MEKONG
« Réponse #43 le: avril 22, 2010, 06:02:56 pm »


Avec Banedon, nous nous sommes fait aujourd'hui (22 avril 2010) une magnifique ballade en bateau de Luang Prabang aux grottes de Pak Ou....

Nous n'avions jamais vu ni l'un ni l'autre le Mékong aussi bas ! Incroyable, la preuve en images:

1/ Départ en bateau avec notre sympatique pilote Sam Wee

2/ D'habitude, on voit juste le haut de la borne (la partie rouge) au dessus de l'eau !...

3/ En temps normal, la dernière marche de l'escalier partant de la maison touche l'eau !...

4/ Des rochers qui devraient être sous l'eau...

5/ et 6/ de magnifiques plages qui apparaissent... Elles constituent d'habitude le fond du fleuve...
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13587
Re : Le fleuve MEKONG
« Réponse #44 le: avril 22, 2010, 10:42:01 pm »


Très jolies photos, Manu...  :smile

J' ai toujours été impressionnée par tous ces grands fleuves : Mékong, Maroni etc... J'aime beaucoup  :-*
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Rugby15

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1195
Re : Le fleuve MEKONG
« Réponse #45 le: avril 23, 2010, 11:28:09 am »


voius vous régalez les cocos ! pedibus jambus le Laos ca déchire !
IP archivée
"En avant poussez, poussez, les Avants de Bayonne..."

Rugby15

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1195
Re : Le fleuve MEKONG
« Réponse #46 le: avril 28, 2010, 10:07:39 am »

c'est quand que vous revenez les baroudeurs?
IP archivée
"En avant poussez, poussez, les Avants de Bayonne..."

letirailleur

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1072
  • Mon blog: http://udonthani-en-isan.over-blog.com
    • Le blog de Patrick en Thailande
Re : Le fleuve MEKONG
« Réponse #47 le: avril 28, 2010, 06:16:49 pm »

Je suis allé voir le Mékong à Nongkhai dimanche et le niveau a monté. Il y a du bon.
IP archivée
Il vaux mieux etre vieux et vigoureux que jeune et inactif

http://udonthani-en-isan.over-blog.com

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Le fleuve MEKONG
« Réponse #48 le: mai 01, 2010, 04:36:30 pm »


Je ne sais pas vous mais pour ma part, j'ai toujours eu une affection particulière pour les petits pêcheurs du Mékong...

Vous savez, c'est gens adorables que l'on rencontre un peut partout sur le fleuve et qui pratiquent une pêche d'auto-subsistance, si éloignée de la dramatique surpêche des grands groupes industriels...

Quelques photos prise au Laos...
IP archivée

banedon

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 819
Re : Le fleuve MEKONG
« Réponse #49 le: mai 01, 2010, 04:45:50 pm »


Oui et en plus, on s'est s'est même trempé le cul dans le Mékong.... PLOUF! Le Manu dans la flotte !
IP archivée
Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort