Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Auteur Sujet: Aaaaaaahhhhh le baht...  (Lu 143240 fois)

seanbad

  • Jr. Member
  • **
  • Messages: 99
Re : Aaaaaaahhhhh le baht...
« Réponse #450 le: juillet 10, 2019, 02:15:14 am »


Quand je vois que j ai acheté mes apparts à Pattaya au taux de 52, pour les europeens acheter devient trop dur...... :What? :What?
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14361
Re : Aaaaaaahhhhh le baht...
« Réponse #451 le: juillet 21, 2019, 08:05:59 pm »

http://www.gavroche-thailande.com/actualites/societe/110368-thailande-200-millions-de-bahts-plafond-bancaire-pour-les-non-residents


200 millions de bahts, plafond bancaire pour les non-résidents !

La banque de Thaïlande continue à limiter les tentatives de spéculation à la hausse sur le baht et les placements à court terme nous informe «les brèves de l'Asean» du service économique régional français.

Le plafond appliqué aux montants pouvant être détenus par des non-résidents sur un compte-courant (Non-resident Baht Account, NRBA) ou un compte pour les placements en titres (Non-resident Baht Account for Securities, NRBS) a été abaissé à 200 millions de bahts (6,5 Millions de dollars), contre 300 auparavant.

Il y a de la marge pour les non-résidents les moins fortunés. En théorie, la nouvelle limitation à 200 millions de bahts pour les dépôts bancaires sur les comptes de non-résidents ne concerne pas les épargnants « moyens ».

N’empêche: la volonté de limiter ces dépôts montrent la nervosité des autorités bancaires thaïlandaises face à l'afflux de capitaux dans le pays, en particulier en provenance de Chine.

Les contrôles sur l’identité des détenteurs de comptes NRBS ont également été renforcés. Un sujet à suivre, car l'envolée du baht en dépend...
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 16088
Re : Aaaaaaahhhhh le baht...
« Réponse #452 le: août 10, 2019, 08:38:12 am »


Le baht est plus têtu que la banque centrale. Les entreprises demandent une nouvelle baisse du taux directeur

La Banque de Thaïlande (BOT), sous la pression de la volonté générale d'une nouvelle réduction de son taux directeur, a averti les entreprises que le baht extrêmement fort pourrait évoluer dans les deux sens, malgré les mesures prises cette semaine pour réduire le taux directeur.

Le gouverneur adjoint de la banque centrale, Chantavarn Sucharitakul, a publié vendredi une déclaration selon laquelle la monnaie pourrait monter ou baisser, mettant en garde ceux qui s'inquiètent d'un renforcement ultérieur de la monnaie.

Chantavarn, qui a fait cette déclaration après une réunion avec des chefs d'entreprise, a déclaré que, compte tenu du fait que le baht pourrait augmenter ou diminuer, les importateurs et les exportateurs devraient se protéger contre les risques de change.

La réunion entre des responsables du BOT et des représentants de la Chambre de commerce thaïlandaise et de la Fédération des industries thaïlandaises s’est déroulée au milieu des préoccupations exprimées par les entreprises au sujet de l’impact du baht fort.

Le baht reste toujours fort après que la Banque de Thaïlande a abaissé son taux directeur de 0,25 point à 1,5% mercredi, poussant les entreprises à réclamer une nouvelle réduction. A 1,5%, le taux directeur thaïlandais est parmi les plus bas de la région et inférieur à celui des États-Unis, a déclaré la banque centrale.

La banque centrale a déclaré que le baht avait augmenté de 5% par rapport au dollar américain depuis le début de l’année, en raison du large excédent du compte courant du pays. Le baht s'est établi à 30,73 pour un dollar vendredi à midi, selon Reuters.

L'excédent du compte courant pour les sept premiers mois est important malgré une contraction des exportations. Une contraction plus importante des importations a contribué à l'excédent. Les faibles niveaux d'investissement dans le pays sont également un facteur majeur de l'excédent, et la banque centrale a besoin de la participation de tout le monde pour résoudre le problème, a déclaré Chantavarn. Les investissements publics et privés devraient être accélérés afin d’importer davantage de matières premières et de machines. Ces investissements améliorerait la compétitivité du pays (par exemple de meilleures routes et voies de chemin de fer rendraient le pays plus compétitif).

La banque centrale a déclaré qu'elle avait soigneusement géré le baht afin d'éviter d'être accusée de manipulation monétaire, indique le communiqué, faisant apparemment référence à la politique hostile du gouvernement américain à l'encontre de ses partenaires commerciaux. La semaine dernière, les États-Unis ont dénoncé la Chine comme un manipulateur de monnaie après que le yuan a dépassé la barre des 7 pour un dollar. La banque centrale a également appelé les importateurs et les exportateurs à utiliser les devises locales dans leurs contrats. La part des exportations thaïlandaises aux États-Unis représente environ 10% du total, mais les entreprises thaïlandaises calculent leurs prix en dollars à hauteur de 80%.

Kalin Sarasin de la chambre de commerce thaïlandaise suggère que la Thaïlande devienne un centre financier régional et que la BOT baisse encore son taux directeur.
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14361
Re : Aaaaaaahhhhh le baht...
« Réponse #453 le: août 13, 2019, 04:39:03 pm »

http://www.gavroche-thailande.com/actualites/ailleurs-en-asie/110480-asie-finance-les-banques-asiatiques-dans-la-tourmente-chine-tats-unis


Les banques asiatiques dans la tourmente Chine États-Unis...

La banque Edmond de Rotschild gratifie régulièrement ses clients d'analyses très complètes sur la situation financière mondiale. Les turbulences commerciales entre la Chine et les Etats-Unis sont bien sur suivies de près par ses analystes. Les banques asiatiques vont-elles faire les frais de ces douloureux règlements de compte entre Pékin et Washington ? Benjamin Melman, Global Chief Investment Officer, Edmond de Rothschild Asset Management livre ses conclusions dont nous publions ici des extraits pour notre public de lecteurs intéressés par l'Asie.


Les banques asiatiques et la région en général doivent se tenir sur leurs gardes.

L’incompréhension entre les deux parties s’est accentuée, la Chine semblant sous-estimer le large consensus politique entre Républicains et Démocrates sur la question du déséquilibre profond et injuste des règles commerciales pratiquées à Pékin et du manque de respect pour la propriété intellectuelle de même que les États-Unis intègrent probablement trop peu l’atteinte à la souveraineté chinoise que comportent certaines de leurs revendications.

La mauvaise nouvelle est que certaines étapes, potentiellement dangereuses, dans l’escalade sino-américaine ont été franchies. La bonne nouvelle est qu’aucun des deux pays n’a fondamentalement intérêt à un conflit et qu’après une telle manifestation des déterminations respectives, il y a probablement une volonté de ne pas franchir un point de non-retour.


Multiplication des sujets de crispations

Il est très difficile à ce stade de savoir comment le dialogue sino-américain va évoluer mais on notera que les sujets de crispation potentiels se multiplient : Les mesures de rétorsion chinoises visent probablement intentionnellement le président américain : la Chine devait pertinemment savoir que la baisse de sa devise provoquerait une secousse sur les marchés financiers, un sujet particulièrement cher au président Donald Trump, de même que si les biens agricoles devaient pâtir des restrictions, les électeurs du futur candidat républicain, déjà en campagne électorale, seront impactés. Elles peuvent tout aussi bien amener le président Donald Trump à transiger qu’à surenchérir.

Risque de guerre des changes ?

Le discours du Président comme du Trésor américain est volontairement ambigu sur le dollar, il peut donc être utilisé comme instrument. Les marchés y seraient vraisemblablement très sensibles. La dépréciation du Yuan de 3% en août 2015 avait suscité une correction des marchés financiers, de même que « l’accord de Shanghai » visant à mettre fin au désaccord sur les changes de février 2016 avait été accueilli par les investisseurs avec soulagement.

Dans un contexte de décélération économique et de faiblesse chronique de l’inflation, toute politique visant à faire baisser sa devise serait vécu comme une politique visant à exporter son risque déflationniste et perturberait les repères des investisseurs.

Une crise des missiles ?

Les États-Unis, qui ont dénoncé le Traité de désarmement INF, cherchent à installer des missiles de portée intermédiaire en Asie. « La Chine ne restera pas les bras croisés et sera dans l’obligation de prendre des mesures de rétorsion si les États-Unis devaient déployer des missiles dans cette région du monde » a répondu un directeur général d’un Département du Ministère des affaires étrangères.

Selon le Financial Times, les américains surveillent de près les mouvements des cargos chinois, certains étant soupçonnés de transporter du pétrole iranien vers la Chine. Enfin, l’ampleur des manifestations et le mouvement de grève qui s’étend à Hong-Kong  - avec une paralysie de l'aéroport du territoire ce lundi 12 août - commence à faire résonner les menaces de Pékin qui cherche à siffler la fin de la partie. Quelles seraient les répercussions internationales en cas d’intervention directe des autorités chinoises ? Remarquons que l’Occident jusqu’ici a soigneusement évité de communiquer sur ce sujet.


Conclusion

Tout repli des marchés constitue une opportunité potentielle de se repositionner, d’autant plus que notre allocation d’actifs est globalement prudente, et que si l’économie mondiale est indéniablement en ralentissement, le contexte aux États-Unis ainsi qu’en Chine reste plutôt résilient. Mais la montée de cette tension géopolitique de surcroît dans un contexte électoral aux États-Unis trouble surtout la visibilité, les répercussions d’une surenchère pouvant être matérielles.

La baisse des marchés en elle-même n’est pas suffisante pour considérer que cette incertitude est bien intégrée, d’autant plus qu’elle évolue de façon erratique en temps réel. La forte contre-performance relative des actions émergentes cette année par rapport aux autres indices montre malgré tout que certains indices retrouvent de la valeur, mais le terrain à court terme demeure incertain. Après le récent abaissement du risque dans les portefeuilles, nous  conservons notre allocation d’actifs et continuons à surveiller la situation de près.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14361
Re : Aaaaaaahhhhh le baht...
« Réponse #454 le: août 29, 2019, 11:05:13 pm »

http://www.gavroche-thailande.com/actualites/societe/110549-thailande-finance-baht-fort-colere-fran-aise-economie-solide


Baht fort, colère française, économie solide...   :wonder

Certaines analyses économiques de Gavroche entraînent plus de commentaires que d'autres parmi nos lecteurs. Et c'est tant mieux. Dernier exemple: la chronique de nos partenaires de Thai property Promotion (TPP) sur la montée du baht, qui n'a cessé ces derniers mois de se renforcer.

Conséquence: le coût de la vie augmente pour ceux sont les revenus viennent de l'étranger. Dont acte. Mais doit-on voir seulement cet aspect de la question ? Les fondamentaux économiques de la Thaïlande doivent-ils être écartés ? Nous répondons non. Qui dit monnaie forte dit rarement pays faible et fragile.

Nous avons consulté nos partenaires de Thai property Promotion (TPP) à la suite des nombreux messages reçus de nos lecteurs sur la montée problématique du baht et les conséquences souvent désagréables sur le niveau de vie des étrangers vivant en Thaïlande, mais dont les revenus ne sont pas issus de leurs activités dans le royaume.

Touristes, retraités, ou simplement résidents bénéficiaires d'une rente étrangère (location, investissements...) voient fondre leur pouvoir d'achat en Thaïlande. C'est une réalité indéniable qui, souvent, leur pose problème.


Réalité monétaire

Faut-il pour autant nier les faits qui, derrière cette réalité monétaire, expliquent la montée du baht et le fait que la devise thaïlandaise est perçue comme une « monnaie refuge » ? Nos amis de TPP et Gavroche pensons que non. Un baht fort rime, pour l'heure, avec une Thaïlande solide.

L'afflux de capitaux étrangers témoigne de la confiance des investisseurs institutionnels dans le pays, malgré la baisse de croissance anticipée pour 2019.

Pourquoi cet afflux ? Parce que la Thaïlande a démontré sa stabilité politique - autre sujet de commentaires ouvert à débat - et parce que les projets d'infrastructures devraient, dans les cinq prochaines années, considérablement moderniser ses poumons économiques que sont le sud-est et la région de Bangkok.

N'oublions pas non plus - une visite à Pattaya le prouve - que la Thaïlande est située pile à mi-chemin des deux plus importantes classes moyennes d'Asie: la classe moyenne chinoise et indienne. Ces gens veulent dépenser. Ils veulent se distraire. Le choix de la Thaïlande est presque naturel comme destination touristique.

Alors, le débat se poursuit ? Quels arguments pour contredire notre analyse ? Investir en Thaïlande, pays à monnaie forte, a du sens. Un baht solide est une protection pour vos investissements et une garantie de rentabilité accrue. Qui dira le contraire ? Nous attendons vos réponses et vos avis !
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".