Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Auteur Sujet: Retraité ou expatrié en Thaïlande...  (Lu 119578 fois)

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14689
Re : Retraité ou expatrié en Thaïlande...
« Réponse #375 le: janvier 28, 2019, 08:51:21 am »


Pourquoi s'expatrier en Thaïlande ?

La communauté des expatriés qui vivent en Thaïlande n’a plus grand chose à voir avec celle du début des années 2000, qui disposait de revenus bien supérieurs et de peu de source d’informations.

La baisse de l’euro a amputé de 40% de leur pouvoir d’achat. Les associations d’expatriés ont sombré, malgré les efforts désespérés de certains d’empocher des cotisations devenues sans objet.

Les réseaux sociaux ont tout balayé, sans que cela améliore la qualité de l’information. Bien au contraire. Il n’y a aucune page Facebook sérieuse qui renseigne utilement et complètement. Cela navigue entre le grand n’importe quoi, et l’à-peu-près, avec parfois des tentatives avortées de plagier notre contenu.

Voici ce qu’il faut savoir avant de s’installer en Thaïlande.


MOTIVATIONS

On distingue plusieurs catégories d’expatriés qui ont un seul point commun, celui de vouloir fuir la France à tout prix. Tout dépend ensuite de l’âge, des revenus, de la situation patrimoniale et de la manière d’envisager l’avenir.

- Le célibataire d’un certain âge qui s’installe à proximité de Beach Road à Pattaya finira parfois sur la paille. Il vit au jour le jour, de plus en plus mal en raison de la baisse de l’euro. Certains rentrent France au bout de quelques années pour soigner les effets indésirables du viagra, de l’alcool, et/ou une maladie chronique liée à l’âge. C’est un monde à part.

- Le nombre de couples âgés devrait diminuer, en raison du report progressif de l’âge de départ à la retraite, de la baisse du pouvoir d’achat, et de la hausse vertigineuse des cotisations d’assurance santé. La réforme suicidaire de la CFE devrait précipiter le mouvement.

Les conditions de vie des retraités seront plus difficiles à l’avenir. Le coût des loyers dans les grandes villes va exploser, sous la pression acheteuse des Chinois et des efforts entrepris pour développer l’économie de certaines régions, notamment à Pattaya. La construction du TGV devrait augmenter le prix au m2 de 50% d’ici 2024. Les Chinois originaire de la partie continentale ont investi environ 10 milliards de dollars dans l'achat de condos en Thaïlande au cours des trois dernières années, contribuant à une augmentation annuelle des prix de 20% dans les grandes villes telles que Bangkok. Les investisseurs japonais ont dépensé 8 milliards de dollars et les acheteurs singapouriens, 2 milliards de dollars (Bloomberg). La Thaïlande devrait rester le pays le plus prisé des investisseurs immobiliers chinois en 2019, avec une croissance attendue d'au moins 10% par rapport à l'année dernière, notamment à Bangkok, Chiang Mai, Pattaya et Phuket (Bangkok Post). Carrie Law, directrice du site immobilier chinois Juwai.com (3,1 millions d'utilisateurs), considère que les investisseurs chinois ont confiance dans le potentiel économique de la Thaïlande à long terme, du fait du développement des infrastructures ... Sixième destination la plus populaire en matière de consultations en 2016, la Thaïlande est passée à la troisième place en 2017 avant de se hisser à la première place l'année dernière.

- Les expatriés qui vivent de leur business en Thaïlande appartiennent à l’histoire. Ils sont presque tous fait faillite, à l’exception des développeurs informatiques qui travaillent à distance pour des sociétés occidentales, de plus en plus nombreux.

- Reste enfin les expatriés, toujours aussi nombreux, qui épousent une Thaïlandaise. Les chiffres du consulat de France confirment la tendance. Ils enregistrent beaucoup plus de mariages et de naissances que de décès. C’est le seul cas de figure qui justifie l’achat d’un bien immobilier en Thaïlande, à la condition d’en être le réel propriétaire (company name dans le cas d’une maison). Fonder une famille en Thaïlande coûte cher. Il faut financer de bonnes écoles, les assurances ... et envoyer un peu de sous tous les mois à la belle-mère ...


PRISE DE DECISION

La plupart de ceux qui s’installent en Thaïlande ont pris leur décision depuis longtemps. Certains attendent de divorcer, d’autres de partir à la retraite, avant de prendre un aller simple pour Bangkok. Nous recommandons vivement à ceux qui s’engagent dans le processus de vendre tout ce qu’ils possèdent en France, avant d’être spolié par d’administration fiscale. C’est un préalable indispensable, sauf pour ceux qui envisagent l’expatriation de manière temporaire.


S’installer en Thaïlande comporte de nombreux risques qu’il convient d’apprécier sur la durée avant de faire le saut.

- Quel sera le cours de l’euro face au baht dans 10 ans ? Le pire n’est jamais certain. Ce n’est pas pour autant qu’il faut faire preuve d’angélisme. La monnaie d’un pays qui affiche une croissance moyenne de 3,5% progresse beaucoup plus vite celle des économies en quasi récession. Plusieurs pays de la zone euro seront incapables, à relativement court terme, de supporter la hausse des taux d’intérêt, notamment la France et l’Italie. Une crise monétaire n’est pas à exclure.
- Quel sera le montant des retraites dans 10 ans ? Une baisse de 30% (en euros) n’est pas la pire des hypothèses.

- Quel est le coût des assurances qu’il faut impérativement souscrire quand on s’installe en Thaïlande ? Il est impossible de faire l’impasse sur les assurances “premium” moto et auto, ni celles qui concernent les cas d’hospitalisation et assistance rapatriement basique en cas d’urgence ou d’accident, autant de risques qui ne sont pas ou très mal couverts par la CFE.

Cette caisse est appelée à disparaître, compte-tenu du quadruplement de ses tarifs, de son positionnement qui ne correspond pas aux besoins du plus grand nombre, et au fait qu’elle rembourse très mal les interventions chirurgicales et les hospitalisations. Elle permettait jusqu’alors de souscrire à une caisse complémentaire à un tarif avantageux, et d’obtenir le remboursement de l’aspirine à hauteur de 60%. C’était hier.

Les assurances privées vont profiter de l’aubaine. April propose une assurance limitée aux urgences médicales, ce qui réduit considérablement le coût de la cotisation, surtout si l’on accepte une franchise. Ce n’est malgré tout pas donné. Entre cela et la prise en charge alambiquée et incomplète de la CFE qui risque de vous ruiner en cas d’intervention, l’hésitation n’est pas permise. Cette dernière va perdre beaucoup d’argent au cours des dix prochaines années en assurant une population vieillissante qui bénéficie d’un tarif ridiculement faible, et les expatriés malades que les autres compagnies refusent de prendre en charge.
La réforme de la CFE est le parfait exemple de ce qui ne fallait surtout pas faire.

Nous rappelons, qu’en matière d’assurance, le recours à un courtier (pas en ligne) est quasiment indispensable. C’est gratuit et cela n’augmente pas le coût des cotisations. Il y a des bons, des mauvais, et des très mauvais courtiers. Il est assez facile de faire le tri, en choisissant ceux qui exercent depuis de nombreuses années et ne font que cela.

Pour les nouveaux expatriés, la réforme suicidaire de la CFE balaie d’un revers de la main l’intérêt des assurances complémentaires qui gravitent dans son orbite. C’est une évidence.


VISA

Obtenir un visa longue durée est relativement facile en Thaïlande pour les personnes âgées de plus de 50 ans et ceux qui fondent un foyer.
Voici ce qu’il faut savoir :

1 - Les officiers de l’immigration n’ont aucun pouvoir de négociation dès lors que les procédures sont précises. C’est à la marge que le problème se pose, toujours au désavantage de l’expatrié. Ils ont procédé à des contrôles de revenus au cours des derniers mois, avant que la circulaire qui impose des certificats bancaires ou consulaires certifiés n’entre en application. Beaucoup de bureau d’immigration vérifie maintenant, comme nous l’avons annoncé il y a plusieurs semaines, l’origine des 400.000 ou 800.000 bahts déposés sur en compte. Il semble plus facile, notamment à Pattaya, d’obtenir un visa retraité qu’un visa famille. Beaucoup se plaignent de contrôles tatillons dans le deuxième cas.

2 - Les services de l’immigration envisagent la suppression du pointage obligatoire tous les 90 jours.

3 - Les services de l’immigration souhaitent imposer une assurance santé aux expatriés, ce qui suppose que pratiquement aucun d’entre eux ne soit victime d'antécédents médicaux !



https://www.facebook.com/enthailandedepuistroplongemps/posts/1262838957201719?__tn__=K-R
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14689
Re : Retraité ou expatrié en Thaïlande...
« Réponse #376 le: février 06, 2019, 08:40:18 am »


LA CFE EST MORTE - COMMENT LA REMPLACER

S’installer en  Thaïlande sans souscrire une assurance est irresponsable, surtout quand on est retraité. Les hôpitaux appliquent une règle simple : vous payez avant d’être soigné. Si vous n’êtes pas couvert ou ne disposez pas d’une couverture bancaire suffisante, vous êtes transféré vers un hôpital public dans un “fourgon à bestiaux”, et placé dans une salle commune avec des cachets d’aspirine en attendant un éventuel virement, ou que vos amis lancent une cagnotte.

Les retraités modestes pouvaient souscrire une assurance “santé” auprès de la CFE en payant une cotisation de 78 euros/mois, qui couvraient 80 % des dépenses d’hospitalisation, à la condition que l’établissement soit choisi par IMA. La caisse prenait également en charge les dépenses de santé de la famille, en appliquant le barème de la sécurité sociale. Tous les étrangers nous enviaient. Ils avaient raison. La plupart des expatriés souscrivaient une assurance complémentaire qui leur permettait, dans des conditions avantageuses, d’être couvert au premier euro. Tout ceci appartient à l’histoire, sauf pour les anciens adhérents qui conservent leurs avantages pendant dix ans au prix d’un petit effort financier. Comme toujours en France, les réformes sont supportées par les nouveaux entrants.    Plus personne n’a aujourd’hui intérêt à souscrire une assurance auprès de la CFE, sauf les personnes de plus de 70 ans ou celles qui ne sont pas prises en charge par les assurances privées en raison d’antécédents médicaux.     

Pour les autres ?   Il existe plusieurs options. 
 
1 - Ceux qui sont déjà assuré par le CFE n’ont aucun intérêt à changer de formule. Ils doivent souscrire une assurance complémentaire basique, s’ils en ont les moyens et qu’ils remplissent les conditions. Il ne faut pas négliger l’assurance de la femme et des enfants.

2 - Beaucoup de nouveaux retraités modestes ne vont plus d’expatrier à l’année, mais faire un ou deux séjours de 90 jours/an en Thaïlande, en bénéficiant de l’assurance des cartes Visa ou Mastercard Gold. L’économie réalisée sur l’assurance finance les billets d’avions, surtout hors saison. La formule impose de conserver un domicile en France, ce qui a un coût.

3 - Ceux qui ne sont pas couverts et veulent limiter les risques doivent souscrire une assurance “accident”, notamment ceux qui circulent à moto. Cela règle, statistiquement, la moitié du problème. C’est la roulette russe avec 3 balles.

4 - Les expatriés modestes peuvent souscrire une assurance limitée aux interventions chirurgicales d’urgence et rapatriement . Cyril Devouassoux, un courtier sérieux de Pattaya qui a contribué à la rédaction de cet article, recommande de souscrire “Emergency” d’April. Il y a sans doute d’autres assurances de ce type. Ce n’est donc qu’une base de réflexion. Cette formule (95 euros/mois à 50 ans - 205 euros/mois à 65 ans) est suffisante pour ceux qui ont les moyens de soigner en France les maladies chroniques (cancer ...). Elle couvre au premier euro aussi bien que la CFE+mutuelle  dans le cas très limité des urgences, et permet de choisir son hôpital.     

5 - La formule “essential” d’April, qui couvre les hospitalisations d’urgence et les autres est en concurrence directe avec le contrat local April/LMG (Liberty Mutual Company), beaucoup moins cher.  https://hk.april-international.com/fr/vivre-l-etranger/myhealth-thailande C’est la formule “petit budget” gérée par April qui conviendra au plus grand nombre. Personne n’est parle. C’est notre contrat préféré. Entre 61 et 65 ans, il en coûte 63.502 bahts/an (146 euros/mois) pour une couverture de 3.275.000 bahts, ce qui est suffisant pour être pris en charge dans n'importe quel hôpital en cas d'intervention (urgente ou non), pas pour des soins dispendieux sur une longue période. Le tarif passe à 79.353 bahts/an (183 euros/mois) avec la couverture à 16.375.000 bahts. Les remboursements se font au premier euro. Le niveau de couverture "hospitalisation" est identique a celui de la CFE+mutuelle, à un tarif très inférieur. La médecine de ville n'est pas remboursée. Il n'y a pas de contrat famille mais des remises en fonction du nombre de personnes assurées (5% pour 2, 7.5% pour 3). Les tarifs sont raisonnables pour les enfants (34 euros/mois) et les moins de 45 ans (64 euros/mois). On peut obtenir une réduction de 10% de la prime en acceptant de prendre en charge une franchise annuelle de 16.375 bahts. 

Il n’y a aucune forme de publicité déguisée dans cet article. Nous sommes les seuls à proposer des solutions alternatives à l’ancien contrat de la CFE, qui ne sont que des bases de comparaison. Il nous semble inutile de pleurnicher dans les jupons des pisseuses pour espérer un miracle.     
   
La CFE est morte, il faut trouver autre chose. Notre étude sommaire ne prend en compte que des contrats d’assurance viagers (vous seul décidez d’en sortir), dont les tarifs sont indépendants du nombre de prises en charge, gérés par des interlocuteurs français basés à Bangkok, qui pratique le tiers-payant dans les meilleurs hôpitaux du royaume ...



https://www.facebook.com/notes/vous-savez-que-vous-vivez-en-tha%C3%AFlande-depuis-trop-longtemps/la-cfe-est-morte-comment-la-remplacer/1264391780379770/
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13778
Re : Retraité ou expatrié en Thaïlande...
« Réponse #377 le: février 13, 2019, 03:23:49 pm »



Pouvoir d'achat des expatriés exprimé en bahts...  ??? :'( ;)
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".