Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Auteur Sujet: Les différents styles de Bouddhas et les temples en Thaïlande  (Lu 94389 fois)

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité


En Thaïlande, il est toujours difficile de différencier les nombreuses représentations anthropomorphes du Bouddha Sakyamuni... Voici quelques éléments de réponse qui vous permettrons de mieux vous y retrouver...

J'en profite également pour vous parler un peu d'architecture religieuse afin de replacer les explications sur les Bouddhas dans leur contexte...
IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Les différents style de Bouddha en Thaïlande
« Réponse #1 le: août 13, 2010, 01:58:04 pm »


Avant de passer en revue les 8 styles de Bouddhas thaïlandais, petit rappel sur les les caractéristiques physiques du Maître...


Les caractéristiques physiques du Bouddha

    
Source de mérites et objet de vénérations pour les laïcs, instrument de liturgie pour les moines, la représentation du Bouddha sous forme humaine est régie par des règles précises. L’aspect physique du maître, la forme de ses vêtements monastiques, les fonctions de ses postures et gestes ont en effet été codifiées dès les origines et doivent être scrupuleusement respectées par les artistes.
          
Les caractéristiques physiques du Bouddha correspondent à 32 marques principales (Laksana) présentes sur son corps à chacune de ses renaissances. Complétées par 80 autres marques secondaires, elles signalent son état de grand homme prédestiné à l’illumination (Maha purisa) et sont l’expression de sa sagesse et de ses mérites acquis au cours de ses existences successives.

En voici la liste :
1. pieds à voûte plate (pieds plats).
2. une roue aux mille rais inscrits sur la voûte plantaire.
3. talons élevés.
4. doigts et orteils longs et fins de même taille.
5. mains douces et pieds tendres.
6. doigts et orteils joints.
7. genoux ronds comme des coquillages.
8. jambes telles celles d’une antilope.
9. bras assez longs pour que les mains puissent toucher les genoux.
10. organes sexuels masculins dissimulés dans un fourreau.
11. teint doré.
12. peau douce permettant à l’eau de glisser dessus.
13. un poil poussant dans chaque pore de la peau.
14. cheveux bouclés de couleur bleue noire, boucles tournantes vers
      la droite.
15. stature droite du corps.
16. corps divisé en sept surfaces convexes.
17. partie avant du corps telle celle d’un lion.
18. pas de sillon entre les épaules.
19. proportions symétriques (tel un arbre banyan).
20. poitrine arrondie.
21. goût aiguisé.
22. mâchoire de lion.
23. quarante dents.
24. dents régulières.
25. dents continues.
26. dents brillantes et lustrées.
27. langue longue.
28. voie divine tel un oiseau « karavika ».
29. yeux d’un bleu intense.
30. longs sourcils tels ceux d’une vache.
31. touffe de poils douce comme le coton située entre les sourcils
      (Urna).
32. crâne  muni d’une protubérance (Usnisha).

Note: Les oreilles démesurément allongées du Bouddha ne sont pas mentionnées dans la liste des 32 Laksana. Le prince portait dans sa jeunesse de lourdes boucles d’oreilles. Lorsqu’il les retira en devenant moine ascète, ses oreilles restèrent longues et pendantes.

...
          
Par ailleurs, le Bouddha ne peut être figuré que dans quatre attitudes (Asana) : assis, debout, marchant ou couché. Ces attitudes sont celles dans lesquelles le Bouddha s’est manifesté aux hommes.
          
En général, le Bouddha est représenté vêtu d’un ajustement monastique composé d’un manteau recouvrant l’épaule gauche et retombant sur le bras, d’une robe et d’une jupe presque transparentes.
          
Enfin,  la  tradition  impose  aux  représentations du  Bouddha des  gestes symboliques des mains (Mudra) inspirés du Yoga et des danses indiennes. Ils permettent d’évoquer les événements de la vie du maître et son enseignement. Six des quarante sept « Mudra » peuvent être considérées comme particulièrement significatives:

- « Dhyana mudra » ou position de la méditation. Le Bouddha est en position assise Virasana (jambe droite sur la jambe gauche) ou Vajrasana (jambes serrées et voûtes plantaires apparentes), les mains reposant l’une sur l’autre, paumes tournées vers le ciel.

- « Varada mudra » ou position de la charité, du don reçu ou octroyé. Le Bouddha est assis ou debout, les bras pendant le long du corps et les mains ouvertes, paumes tournées vers l’avant.

- «  Abhaya mudra » ou position de l’absence de peur. Le Bouddha apaise les querelles et la terreur. Il est debout, les bras relevés et pliés, les paumes vers l’avant.

- « Vitarka mudra » ou position de l’exposition de la Loi, de l’argumentation et du raisonnement. Le Bouddha est debout ou assis, le bras droit relevé, la main ouverte, le pouce et l’index se rejoignant et formant un cercle qui symbolise la roue de la loi.

- « Dharmachakra mudra » ou position de la mise en mouvement de la roue. Cette position rappelle le premier sermon du Bouddha dans le parc aux daims de Sarnath. Il est debout ou assis, les deux bras relevés, les pouces et les index des deux mains formant des roues de la loi (Dharmachakra).

- « Bhumisparsa mudra » ou position de la prise de la Terre à témoin. Le Bouddha est assis, la main gauche reposant sur les jambes et les doigts de la main droite touchants le sol. Cette position rappelle l’Eveil du Bouddha et sa victoire sur le dieu Mara (Maraisijaya mudra).    
IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Les différents style de Bouddha en Thaïlande
« Réponse #2 le: août 13, 2010, 02:00:34 pm »


Les différents styles de Bouddhas en Thaïlande

          
Du 6e s. avant J.C. jusqu’au début de notre ère, il n’y eu pas de représentations humaines du Bouddha. La présence du maître dans l’iconographie archaïque était indiquée par des symboles : une roue de la loi (Dharmachakra), une empreinte de pied (Phutthabat), un pilier, un siège vide à la base de l’arbre de la Bodhi, une ombrelle, un lotus ou un stupa.
          
A la fin du 1er siècle après J.C., les premières représentations anthropomorphes du Bouddha apparurent à Gandhara (Afghanistan) et à Mathura (Inde du Nord). Au cours des siècles suivants, se développa le style Gupta, véritable âge d’or de la statuaire bouddhiste indienne qui allait se répandre rapidement au Sri Lanka et dans toute l’Asie du Sud-Est. Différentes écoles et courants artistiques allaient au cours des siècles suivants, en fonction des lieux et des cultures, produire des représentations du Bouddha aussi nombreuses que variées.
          
En Thaïlande, plusieurs styles artistiques se sont développés à partir du 5e siècle après J.C., chacun produisant des représentations du Bouddha particulièrement caractéristiques.

Huit courants artistiques principaux peuvent être distingués en fonction de leur époque et de leur localisation:
- Le style Dvaravati (VIème - XIème siècle)
- Le style Srivijaya (VIIIème - XIIIème siècle)
- Le style Lop Buri (VIIème - XIIIème siècle)
- Le style Sukhothai (XIIIème - XVème siècle)
- Le style Lan Na Chiang Saen (XIIIème _ XVIIIème siècle)
- Le style U-Thong (XIIème - XVème siècle)
- Le style Ayuthaya (XVème - XVIIIème siecle)
- Le style Ratanakosin - Bangkok (de 1782 à nos jours)

...

Les styles architecturaux thaïlandais

L’architecture tient une place prépondérante dans le domaine de l’art en Thaïlande. Qu’elle soit profane ou religieuse, elle est régie par des règles strictes en matière de proportion, d’emplacement, de décoration et de matériaux. Evoluant au cours des siècles et soumise à de nombreuses influences étrangères (khmère, laotienne, môn, birmane), l’architecture religieuse thaïe peut, tout comme pour les Bouddhas, être répertoriée en différents styles ou époques.
IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Les différents style de Bouddha en Thaïlande
« Réponse #3 le: août 13, 2010, 02:19:16 pm »


1/ Le style Dvaravati (VIème - XIème siècle).


L'architecture

          
Le royaume du Dvaravati s’étendait sur toute la Thaïlande centrale de Lamphun (royaume Môn d’Haripunchai), dans le Nord à Chaya dans le Sud dès le VIème siècle de notre ère. Inspiré par les styles indiens et le Bouddhisme Théravada, il utilisait des matériaux périssables (bois et briques de latérite) qui ne laissèrent que peu de traces. Les vestiges d’une vingtaine de villes au plan ovale ont été retrouvés ainsi que de nombreux chédis de briques à base carrée (Nakon Pathom, Lamphun).


Les Bouddhas
          
Fabriquées en pierre, terra cota ou stuc, plus rarement en bronze, la plupart des représentations du Bouddha durant la période Dvaravati s’inspirent du style Gupta indien.Le plus souvent, le Maître est représenté en position assise (Dhyana Mudra ou Bhumiparsa Mudra) ou debout (Vitarka Mudra).

Le corps est gracieux, vêtu d’un vêtement monastique presque transparent et adhérant aux formes, le visage est large, les lèvres fines, le nez droit et serré, le menton proéminent, les yeux mi-clos, les sourcils incurvés et liés entre eux, les boucles de cheveux larges et la coiffure  surmontée d’une protubérance en forme de bouton de lotus (ushnisha).


Photos:

1/ Chédi de style Dvaravati à Lamphun (Wat Phratat Haripunshai)

2/ Chédi de style Dvaravati à Lamphun (Wat Chamathevi)

3/ 4/ et 5/ Bouddhas assis en position de la méditation (Dhyana Mudra). Ecole Dvaravati, temple Wat Phratat Haripunshai de Lamphun.

6/ Bouddha debout en position de l'enseignement (Vitarka Mudra). Ecole Dvaravati, temple Wat Chamathevi de Lamphun.
IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Les différents styles de Bouddhas en Thaïlande
« Réponse #4 le: août 13, 2010, 02:48:10 pm »


2/ Le style Srivijaya (VIIIe - XIIIème siècles)


L'architecture

La période Srivijaya qui se développa entre les VIIIème et XIIIème siècles après JC, correspond à la colonisation indonésienne de la péninsule malaise. La capitale du royaume était près de la ville actuelle de Palembang sur l’île de Sumatra et son rayonnement s’étendait jusqu’à la ville de Si Thammarat dans le Sud de la Thaïlande. D’inspiration hindouiste, ses monuments (Phra Borom That Chaiya par exemple) ressemblent à ceux de Borobudur à Java avec des sculptures et bas-reliefs représentant Vishnou et le Bodhisattva Avalokitesvara.        


Les Bouddhas
          
Peu d’images du Bouddha datant de cette période ont été retrouvées. Les plus caractéristiques sont celles de Chaiya en Thaïlande du Sud et du Wat Hua Wiang fabriquées à la fin du XIIème siècle de notre ère. L’influence khmère est particulièrement évidente dans ce courant artistique.

Il n'existe pas d'image du Bouddha en position debout relevant de l'école Srivijaya. Le Maître est toujours représenté assis, parfois coiffé par un Naga. Il est en position Vajrasana, jambes étroitement croisées, plantes des deux pieds apparentes, et le torse, au lieu d'être franchement vertical, parait souvent incliné en arrière. Le geste de l'enseignement est exprimé par la Dharmashakra mudra. L'Ushnisha est plus développé que dans l'art du Dvaravati, le nez est franchement aquilin et les sourcils marqués.
          
Les images des Bodhisattvas, et tout particulièrement d'Avalokitesvara ont une importance beaucoup plus grande que celle des Bouddhas dans l'art du Srivijaya, tant par leur nombre que par la qualité des oeuvres. Réalisées en pierre ou en bronze, le plus souvent de taille moyenne ou grande, elle illustrent parfaitement l'originalité et la beauté de ce courant artistique qui s'est développé en Thaïlande continentale surtout au VIIIème et IXème siècles.


Photos:

1/ Bouddha Maravijaya

2/ Le plus célèbre buste du Bodhisattva Avalokitesvara de style Srivijaya conservé au musée de bangkok
IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Les différents styles de Bouddhas en Thaïlande
« Réponse #5 le: août 13, 2010, 02:48:55 pm »


3/ Le style Lop Buri (VIIème - XIIIème siècles).


L'architecture

C’est à partir du VII siècle que les Khmères étendirent leur domination sur une partie importante de l’actuelle Thaïlande, fondant une capitale à Lopburi et introduisant les styles artistiques de Baphuon, d’Angkor Vat et du Bayon.
Il fondèrent des temples de pierres (Prasat Hin) à la fois massifs et élégants (Phimai, Buriram, Surin), dont les harmonieux bas reliefs décrivaient des scènes religieuses (bramanisme, boudhisme Mahayana) et de vie quotidienne (travaux des champs, guerres, festins, musiques).
Le Prang Khmère (équivalent au chédi siamois) dont on trouve encore de nombreux vestiges en Thaïlande (Muang Tam, Lop Buri), est une tour massive à la forme très caractéristique d’un épi de blé.


Les Bouddhas       

- Du VIIème au IXème siècle, Les sculptures essentiellement situées sur des linteaux de temples trouvé à Prachinburi et Sisaket, représentent surtout Vishnu, Brahma et quelques Bodhistvas, ce qui confirme l'influence de l'Indouisme Khmer et du Bouddhisme Mahayana préanggkorien dans la partie centrale et est de la Thaïlande à cette époque.

Un ensemble de bronzes (parfois, l'alliage contient de l'argent) Mahayaniques découvert sur le Plateau de Khorat et dans la province de Buriram représente les Boddhisattvas Avalokitesvara et Maitreya ainsi que le Bouddha assis en méditation. Les Bouddha, debout, les deux mains en Vitarka Mudra sont directement apparentés à la tradition Môn du Dvaravati.

- Du Xème au XIIIème siècle qui marque l'apogée angkorienne, l'influence khmère se fait impérieusement sentir sur l'école de Lopburi. Des ateliers Khmers voient le jour dans la région mais la subordination politique n'entrainera pourtant jamais totalement celle de l'art et les sculpteurs locaux essayeront toujours de préserver leur originalité. Au XI et XIIème siècles, les Bouddhas, essentiellement en pierre, le plus souvent parés jusqu'alors (colliers, bracelets, pectoral) et abrités par le Naga, acquièrent une sérénité et une douceur qui semble être la marque de l'école. Au même moment apparaissent des images de bronze du Bouddha paré, debout et très hiératique, les deux mains élevées dans le geste de l'absence de la crainte (Abaya Mudra). Le visage du Maitre est carré et la protubérance crânienne (ushnisha)est en forme de cône. Les sourcils liés ont la forme d’une ligne droite et les yeux presque clos donnent à l’ensemble une physionomie assez austère.
 

Photos:

1/ et 2/ Prang de style khmer au temple Wat Sri Sawai de Sukhothai.

3/ Bouddha en méditation. Ecole de Lopburi. Musée national d'Ayuthaya.
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12738
Re : Re : Les différents styles de Bouddhas en Thaïlande
« Réponse #6 le: août 13, 2010, 05:04:57 pm »

Très sympa. ces jolies photos et merci de ces explications (que j'avais, hélas, bien oulbiées... à vrai dire, c'est un peu complexe...)     :smile

Nous attendons la suite...
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Les différents styles de Bouddhas en Thaïlande
« Réponse #7 le: août 14, 2010, 04:13:25 pm »


4/ Le style Sukhothai (XIIIème - XVème siècles)
           

L'architecture

La période de Sukhothai est considérée comme l’acte de naissance de l’art proprement thaï. Se développant dans le centre de l’actuelle Thaïlande autour des villes de Sukhothai, Si Satchanalai et Kamphaeng Phet, Il se traduit par la construction de vastes ensembles de temples et monastères (Wat Mahatat) constitués de nombreux Bot et Viharn en bois ou à double enceinte de briques.
         
Le chedi, ayant à l’origine la forme du Prang khmer (Wat Si Sawai), s’arrondi à l’image du bouton de lotus comme à Ceylan, ou se creuse de niches contenant des représentations du Bouddha. Des Mondops munis de marches et contenant des statues monumentales de l’Eveillé en position assise (Wat Si Chum) ou debout (Wat Phra Phai Luang) sont également construits en nombre.


Les Bouddhas

L'mage idéale du Bouddha qui caractérise l'école de Sukhothai ne s'est pas imposée immédiatement et nous ne connaissons pas d'image du Bouddha en bronze ou en stuc antérieure au règne du roi Rama Khamaeng (1279-1318).

A la fin du XIIIème siècle apparaît un nouveau style de représentation du Bouddha que l'on remarque dans les Bouddhas Maravijaya en stuc des niches des chedis du Wat Chang Lom à Sri Satchanalai. Les corps tendent déjà à acquérir certains caractères peu naturels propre à l'école de Sukhothai, tels que la largeur des épaules modelées sans aucun souci de vérité anatomique. Les visages manquent encore de caractère et n'ont rien de ce qui distinguera les Bouddhas de Sukhothai de tous les autres. Le vêtement monastique possède un bord antérieur largement replié sur le coté gauche de la poitrine un étroit liseré marque la ceinture.

Il faut attendre le début du XIVème siècle pour pouvoir définir l'image du Bouddha caractéristique de l'école de Sukhothai. L'influence singhalaise joue un rôle prépondérant même si elle n'explique pas toute l'originalité du style. L'école de Sukhothai tente ainsi de mettre en valeur tout ce qui fait du Bouddha un être prédestiné possédant dès la naissance les marques du "Grand Homme" (Laksana), du monarque universel.
Esthétiquement, le visage du Maître s’affine considérablement, les boucles de cheveux sont petites et la protubérance de la coiffe (Ushnisa) est très développée et surmontée d’une longue flamme (rasmi). Le nez est long et fin, la physionomie souriante inspire la sérénité et la compassion. Le corps quant à lui, est svelte mais les épaules larges. Le vêtement est porté ouvert, ne couvrant le plus souvent que l'épaule gauche, le pan descent jusqu’au nombril ou il se termine par une partie plissée. Enfin, un liseré bien dessiné (parfois double) marque la ceinture et le rebord supérieur de la robe.

Le Bouddha est le plus souvent représenté assis (Bhumiparsa Mudra et Dhyana Mudra) sur un socle lisse ou décoré de fleur de lotus mais également debout (Abhaya Mudra) ou plus rarement couché (Parinibbana Mudra). Le Bouddha marchant semble avoir été très populaire, signe de l’avance de la nouvelle nation Thaïe.


Photos:

1/ Le wat Mahathat: situé dans le centre de Sukhothai, il est le principal temple de la cité. Il comprend plus de deux cents chedis. Le plus important d'entre eux, en forme de bouton de lotus, est entouré de huit autres chedis. Il témoigne de l'influence de l'art Khmer avant la diffusion de celui de Ceylan dans cette région.
 
2/ Chedi d'influence ceylanaise en forme de cloche au Wat Mahatat de Sukhothai.

3/ et 4/ Deux Bouddhas de style Sukhothai (première moitié du XIVème siècle). ils sont assis en Bhumiparsa Mudra.

5/ Le Bouddha marchant marque l'apogée de l'école de Sukhothai à partir du début du XVème siècle. Les formes du Maître sont stylisées à outrance, l'effet esthétique devant souligner son caractère exceptionnel d'être hors du commun.
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12738
Re : Les différents styles de Bouddhas en Thaïlande
« Réponse #8 le: août 14, 2010, 04:47:02 pm »



quest-ce que j'aime SUKHOTHAI... quel merveille ce site et celui qui se trouve à quelques kilomètres  Sri Satchanalai...     :clap
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Les différents styles de Bouddhas en Thaïlande
« Réponse #9 le: août 15, 2010, 09:39:00 am »


4/ Le style Lan Na (XIIIème - XVIIIème siècles)
          

L'architecture

Le style Lan Na apparut en Thaïlande du Nord au XIIIe siècle est appelé aussi style Chiang Saen en référence à une de ses villes principales située sur le Mékong. Il se développa surtout à Chiang Mai et à Chiang Rai.

Influencé par les styles Dvaravati, birman et Sukhothai, l’art Lan Na se caractérisait par des bâtiments aux formes fines et élancées, des toitures à deux ou trois étagements, décorées de Nagas et de Chofas (Wat Phra Sing de Chiang Mai). Les chédis les plus anciens reposaient sur des bases carrées (Wat Pa Sak de Chiang Saen) puis prirent des formes hexagonales (Wat Chedi Luang de Chiang Saen ou Doi Suthep de Chiang Mai). Ils étaient recouverts de stuc, de cuivre ou parfois d’or.
          
Utilisant des matériaux périssables comme le bois ou la brique badigeonnée de chaux blanche (influence birmane), la plupart des constructions Lan Na ont aujourd’hui disparu ou ont été reconstruites au 19e et 20e siècles.


Photos:

1/ Le chedi principal du Wat Paa sak de Chiang Saen construit probablement en 1319. La base carré est caractéristique de l'école pré-Lan Na.

2/ Le chédi principal du Wat Phra Sing de Chiang Mai. Bien que reconstruit en partie au début du 20ème siècle, le style Lan Na original est parfaitement conservé. Le Bot en bois avec son toît à trois étagements est également caractéristique de cette école.

3/ Le célèbre chédi du Wat Phratat Doi Suthep qui domine la ville de Chiang Mai. Il fut construit La forme devient hexagonale. Les chédis contenant des reliques du Bouddha Sakyamuni sont recouverts de plaques d'or ou de cuivre lacqué.

4/ Le grand chédi du Wat Chédi Luang de Chiang Saen. Batît en 1331 et agrandit en 1515, il est avec ses 58 mètres de hauteur, un des plus grands chédi Lan Na connu.
IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Les différents styles de Bouddhas en Thaïlande
« Réponse #10 le: août 15, 2010, 10:52:11 am »


5/ Le style Lan Na (XIIIème - XVIIIème siècles)
          

Les Bouddhas

Le style Chiang Saen apparaît avec la fondation du royaume Lan Na (ou Yonakarattha - royaume des Yûon) au début du XIIIème siècle. Les images du Bouddha appartiennent à l’école Theravada et peuvent être classées en deux groupes :

- Au XIIIème et XIVème siècles, le statuaire s’inspire du style Pala indien et du Dvaravati. La protubérance crânienne prend la forme d’un bouton de lotus, les boucles de cheveux sont larges, le visage est rond avec un menton proéminent. La physionomie est souriante, le corps est massif, la poitrine développée et le pan de la robe s’arrête au-dessus du sein gauche. Le Bouddha est le plus souvent assis sur un socle piédestal décoré de pétales de fleurs de lotus (Bhumiparsa Mudra ou Dhyana Mudra).
Néanmoins, les plus anciens Bouddhas de l'école Lan Na, que l'on peut admirer dans l'ancienne cité du Wiang Kum Kam, au sud de Chiang Mai, sont également représentés en position debout (Abhaya Mudra).
La plupart des statues sont encore à cette époque en pierre ou en stuc, plus rarement en bronze.

- Du XVème au XVIIIème siècle, les Bouddhas de style Chiang Saen, Lan Na ou Chiang Mai s’inspirent des influences de Sukhothai. Le visage prend une forme plus ovale et se coiffe d'un chignon Ushnisa surmontée d'une longue flamme (rasmi). Les boucles de cheveux sont plus petites. Le corps reste massif et le pan de la robe descend jusqu’au nombril. Les jambes sont croisées sur un socle plein.
Durant cette période, de nombreuses statues sont fabriquées par les artisans du Nord en métal précieux ou semi précieux, parfois même en cristal.  


Photos:

1/ Au Wiang Kum Kam, cité fondé par le roi Mangrai en 1286, les Bouddhas de stuc du Wat Chedi Liam sont en position debout (Abaya Mudra)

2/ Bouddha de style Lan Na Chiang Saen, 1ere époque, très reconnaissable à son bouton de lotus tenant lieu d'Ushnisa. Il est en position assise (Bhumiparsa Mudra), presque systématique dans cette école artistique. Temple Wat Phra Sing - Chiang Mai.

3/ Bouddha de style Lan Na Chiang Saen, 1ere époque en position assise (Bhumiparsa Mudra). Temple Wat Phratat Doi Suthep - Chiang Mai.

4/ Bouddha de style Lan Na Chiang Saen, 2ere époque. S'inspirant du style Sukhothai, le visage s'est allongé et le bouton de lotus a été remplacé par un Ushnisha surmonté d'une flamme Ramsi. Temple Wat Phra Sing - Chiang Mai.
IP archivée

DocTournesol

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 327
Re : Les différents styles de Bouddhas en Thaïlande
« Réponse #11 le: août 15, 2010, 06:40:25 pm »

Très intéressant. Merci Manu  :clap
IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Les différents styles de Bouddhas en Thaïlande
« Réponse #12 le: août 16, 2010, 11:54:13 am »

6/ Le style U-Thong (XIIème - XVème siècles)
           

Les Bouddhas

Se développant le long de la Chao Praya à la même époque que les styles de Sukhothai et du Lan Na, l'école d'U-Thong nous a laissé de nombreuses images du Bouddha en bronze ainsi que quelques statues en grès ou plus rarement en stuc.

Influencées par l'art khmer, môn et Thaï, les images du Bouddha, qui sont pratiquement la seule production du style (pas de Boddhisatva), sont communément classés en trois groupes A, B et C qui, tout en témoignant de différences stylistiques, n'en présentent pas moins un certain nombre de particularités communes. Le visage est long, de forme rectangulaire et surmonté de petites boucles de cheveux et d'un Ushnisha. Le front est séparé de la chevelure par un étroit bandeau. Le nez est large ainsi que la bouche dont les lèvres sont marquées par une double ligne. Les épaules sont hautes et le pan du vêtement s’arrête au-dessus du nombril en ligne droite ou en "accolade". Le socle est le plus souvent une base concave non décorée.

- Le groupe A s'inspire directement de l'art khmer de Lopburi et dans une moindre mesure de celui du Dvaravati. Le visage du Maître est large, le menton fort, la bouche grande et les sourcils peu arqués, ce qui contribut à souligner la fermeté de l'attitude. L'Ushnisha n'est pas surmonté d'une flamme (Rasmi) sauf dans le cas de restauration postérieure. La physionomie générale traduit une sérénité un peu froide renforcée par la stylisation géométrique des volumes. La prédominance des lignes horizontales dans les Bouddha d'Uthong de type A s'oppose à la recherche des courbes beaucoup plus déliées du style de Sukhothai.

- Le groupe B est surtout caractérisé par l'adoption de la flamme (Ramsi) coiffant l'Ushnisha, ce qui témoigne de l'influence du Bouddhisme singhalais sur cette deuxième époque de l'école d'U-Thong qui commencent à la fin du XIIIème siècle. Les figures assises du Bouddha perdent les proportions massives du groupe A et s'allongent considérablement. Elles sont le plus souvent en Bhumiparsa Mudra ("prise de la Terre à témoin"). Des statues de bronze, de taille importante, montrant un Bouddha en position debout et "en marche" s'inspirent alors directement du style de Sukhothai, ce qui peut s'expliquer par l'influence du royaume de Rama Kamheng sur la région Suphanburi-Ayuthaya à cette époque.

- Le groupe C est de très loin le plus bondant et aussi le plus éloigné de l'esthétique d'U-Thong. Presque plus rien ne relie le groupe C au groupe A, hormis peut être la forme des piédestaux. La silhouette des statues du groupe C reste la même que celle du groupe B et se caractérise par le même allongement des formes. Le pan-écharpe du vêtement ne se termine plus horizontalement mais en "accolade" comme à Sukhothai. La flamme de l'Ushnisha est égalament désormais la même qu'à Sukhothai. L'expression générale plutôt froide annonce déjà le classissisme qui caractérisera l'école d'Ayuthaya.


Photos:

1/ Bouddha de style U-Thong - Groupe A

2/ Bouddha de style U-Thong - Groupe B

3/ Bouddha de style U-Thong - Groupe C

IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12738
Re : Les différents styles de Bouddhas en Thaïlande
« Réponse #13 le: août 16, 2010, 02:58:48 pm »


Elles sont chouettes ces photos en noir... merci Manu     :)
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Les différents styles de Bouddhas en Thaïlande
« Réponse #14 le: août 16, 2010, 03:01:30 pm »


7/ Le style Ayuthaya (XVème - XVIIIème siècles)
          

L'architecture

A la fois inspirée des styles Sukhothai et Khmer, l’architecture d’Ayuthaya s’exprime dès les origines (1350) dans la construction de majestueux palais de pierres ou de temples aux piliers en forme de fleurs de lotus, aux murs finement ornementés ou peint de fresques illustrant les Jatakas.
          
Les Prangs sont des tours-reliquaires à base carrée ou polygonale, couverts de décorations de stuc. Les chédis sont effilés et arrondis comme à Sukhothai ou creusés de niches contenant des images du Bouddha. La majorité des bâtiments d’Ayuthaya nous sont cependant inconnus : ils disparurent lorsque la ville fut détruite par les Birmans en 1767.  


Les Bouddhas

Pour beaucoup d'historiens, l'école d'Ayuthaya ne témoigne pas d'une originalité aussi marquée que dans celles des écoles précédentes mais elles a néanmoins produit des oeuvres d'une indéniable qualité et d'une grande variété.
S’inspirant à la fois des styles d'U-Thong, de Sukhothai et de Lopburi, les représentations de Bouddhas de style Ayuthaya sont davantage tournés vers une recherche de distinction et de beauté esthétique que de spiritualité.

Même si le bronze reste le matériau privilégié des sculpteurs de cette période, les images de pierre, de grès et même de stuc semblent tenir une place aussi importante que dans celle de Lopburi. Le bois, la terre cuite et les métaux semi-précieux commencent également à être utilisés avec succès.

Durant quatre siècles, l'iconographie du Bouddha connait des développements nouveaux; importance donnée aux images parée et évocation d'épisodes plus nombreux de la carrière du Maître (existences antérieures). Contrairement à l'excès de réalisme du style Lopburi ou au suréalisme du style Sukhothai, l'idéal qui prévaut à Ayuthaya semble être le refus de toute outrance et le respect des normes, ce qui aboutit à un classissisme un peu froid et à une beauté du statuaire presque trop parfaite et dénuée de toute sensualité. Les proportions les plus classiques sont respectées à la lettre: Le visage est large et ovale, le menton est fort, la bouche moyenne parait légèrement souriante, les yeux sont a demi baissés avec des paupières fortement galbées, les arcades soucillières dessinent deux fines arrêtes dont les courbes se réunissent à la racine du nez, les boucles de cheveux petites, séparées du front par une bande et l'usnisha est surmontée d’une flamme (Ramsi) avec comme dans le style d'U-Thong une base en corolle. La lèvre supérieure s'orne parfois d'une fine moustache, tout particulièrement sur les statues de grès.
Poue les Bouddhas assis, le vêtement aux bords marqués couvre généralement l'épaule gauche et le pan s’arrête en ligne droite ou en accolade au niveau du nombril. Pour les Bouddhas debouts, la robe couvre les deux épaules comme dans l'école de Lopburi.

Afin d'illustrer un plus grand nombre de moment de la vie du Bouddha, les attitudes et les gestes sont beaucoup plus variés que dans les écoles antérieures. Les Bouddhas assis en Bhumiparsa Mudra ou en Dhyana Mudra demeurent les plus nombreux, mais les représentations du Maître en position de l'offrande à Sujâtâ ou du miracle de la forêt de Pârileyyaka se multiplient. Les Bouddhas debouts connaissent une popularité croissante afin de permettre une plus grande différenciation d'image: Bouddha aux mains croisées, tenant le bol à aumones, exposant la loi (Vitarka Mudra), etc...

Enfin, on constate une forte progression des représentations de Bouddhas parés dans l'école d'Ayuthaya. Fortement inspirées de l'art de Lopburi, ces images vont connaitre un enrichissement progressif de leur parures avec l'ajout de diadèmes (avec haut "Mukuta" conique et bulbeux), bracelets, colliers, pendants d'oreilles, anneaux aux chevilles, bagues, etc... Dès la fin du XVIIème siècle, le Bouddha "song kruang" ("revêtu des ajustements royaux") reçoit une robe monastique enrichie de lourds galons brodés ressemblant à celle que portent les souverrains lors de leur couronnement.


Photos:

1/ Le Wat Chaiwatthanaram à Ayuthaya. Influencé par l'école de Lopburi, on peut distinguer le Prang de type khmer et les chédis latéraux éffilés fait de briques recouvertes de stuc.

2/ Le Wat Phra Si Sanphet et ses trois chédis en cloche, caractéristiques de l'architecture d'Ayuthaya à partir du XVIème siècle.

3/ Bouddhas en grès au Wat Chaiwatthanaram d'Ayuthaya. L'aspect général est classique et fortement inspiré par l'école de Lopburi.

4/ Bouddha en bronze de style Ayuthaya en position assise (Bhumiparsa Mudra). Notez l'Ushnisha en forme de bulbe surmonté d'une flamme Ramsi très haute. Les arcades sourcilières très marquées, le visage large, le menton fort, les paupières presque fermées sont très caractéristiques du style Ayuthaya. Wat Mongkonbophit - Ayuthaya.

5/ Bouddha en bronze de style Ayuthaya en position debout (Abhaya Mudra). Wat Benchamabophit, Bangkok.

6/ Bouddha paré en bronze de style Ayuthaya en position debout (Abhaya Mudra). Notez l'important diadème avec le haut "Mukuta" conique et bulbeux, le pectoral et les bracelets.
IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Les différents styles de Bouddhas en Thaïlande
« Réponse #15 le: août 18, 2010, 06:15:32 pm »


8/ Le style Ratanakosin - Thonburi et Bangkok (de 1782 à nos jours).
          

L'architecture
          
Après la destruction d’Ayuthaya en 1767, la capitale siamoise se déplaça à Thonburi (1767-1782) sur la rive droite du Ménam Chao Phraya puis à Bangkok sur la rive gauche. Cette ère brillante qui débute avec l'installation des souverrains à Bangkok a reçu des historiens thaïlandais le nom de "Ratanakosin", "Joyau d'Indra" et renoue avec la tradition de la dernière période d'Ayuthaya, se signalant par une activité artistique intense nullement limité à la capitale.
L'école Ratanakosin peut se diviser en deux périodes:
- La première qui débute avec l'avènement de Rama ier (1782-1809) et qui prend fin en 1851 avec le règne de Rama III (1824-1851) se caractérise par sa fidélité aux enseignements d'Ayuthaya, son traditionnalisme  et son dynamisme.
- La seconde période, débutant avec le règne de Rama IV (1851-1868) se poursuit jusqu'à nos jours. elle est marquée par l'influence croissante des conceptions occidentales dans le domaine artistique.
          
Les premières constructions (Bot, Viharn, etc…) furent d’abord très influencées par celles de l’ancienne capitale puis s’inspirèrent du style occidental : les Cho Fa en forme d’oiseau apparurent sur le sommet des toitures et les murs se couvrirent de décorations faites de pièces de verre et de mosaïque. Les piliers des temples thaïs en forme de lotus furent remplacés par des piliers droits et pleins. D’immenses ensembles religieux comme le Wat Phra Kéo (temple du Bouddha d’émeraude) ou profanes comme le Palais Royal furent mis en chantier au début du XIXe siècle.    
Les chédis s’arrondirent, s’effilèrent comme dans le style cinghalais et les Prangs, ressemblant à ceux d’Ayutthaya, se couvrirent de décorations faite de stuc, de morceaux de verre ou de porcelaine (Wat Kukut).  


Les Bouddhas

Durant la période qui correspond aux premiers règnes de la dynastie Chakri, les représentations du Bouddha se présentent en continuateur de l'art d'Ayuthaya qu'il s'agisse d'images parées ou non. Avec les grandes statues en stuc, sur maçonnerie de brique, telles que celles érigées au Wat Mahathat de Bangkok (règne de Rama ier), prévalent une anatomie très simplifiée et des visages d'une froide sérénité qui rappelle un peu l'expression des styles A et B d'U-Thong au travers d'une stylisation qui tourne au poncif. Le vêtement traditionnel lui aussi, révèle la même tendance. Les statues colossales fondues sous le règne de Rama III et exposées au Wat Suthat et au Wat Ratchnadda à Bangkok, au Wat Ratcha Orot à Thonburi obéissent aux mêmes critères et ne se signalent pas par la qualité de leur exécution. Le Bouddha couché du Wat Po (50 mètres de long) en brique stuquée et dorée confirme cette tendance au monumental.

Les Bouddhas parés de l'école Ratanakosin obéissent aux même règles iconographiques que ceux de la dernière période d'Ayuthaya. Les représentations sont assez rigides, le Maître est couronné, vêtu de vêtements princiers très détaillés et le plus souvent debout sur un piedestal en position de l’Abhaya mudra.

Durant la seconde période commençant avec le règne de Rama IV (1851 - 1868), les représentations du Bouddha deviennent plus vivantes et réalistes, les artistes s’attachant plus à la vérité historique qu'au coté merveilleux du personnage, ce qui semble d'ailleurs être une réaction aux excès de stylisation du début du siècle.
Le visage du Bouddha semble s'animer, les cheveux sont peignés et dressés en chignon, l'Ushnisha disparait. Les plis du vêtement sont traités d'une façon particulièrement réaliste. Sous le règne de Rama V, l'art officiel rendra au statues leur Ushnisha.
Enfin, la tendance à copier des images célèbres, de tous styles et de toutes provenances, dans une optique occidentale, c'est à dire avec une entière fidélité à la forme, va se propager durant la deuxième moitié du XIXème siècle.


Photos:

1/ et 2/ Sous l'ère Ratanakosin, les chédis et les constructions religieuses se couvrent de décoration faites de morceau de verre ou de porcelaine. Le chédi conserve la forme du Prang d'Authaya ou s'éfille. Wat Arun - Bangkok

3/ Le Bouddha couché du Wat Po de Bangkok confirme la tendance au gigantisme des représentation du Bouddhas durant la première moitié du XIXème siècle.

4/ Bouddha monumental au Wat Po - Ecole Ratakosin

5/ Bouddha paré - Ecole Ratakosin

6/ Durant la seconde période Ratanakosin, la tendance à copier des images de Bouddhas célèbres se propage - Galerie au wat Po de Bangkok
IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Les différents styles de Bouddhas en Thaïlande
« Réponse #16 le: août 18, 2010, 06:41:40 pm »


Voilà les Amis, c'est fini pour les différents styles de Bouddhas thaïlandais... J'ai fais court pour le forum mais le sujet est beaucoup plus complexe que cela...

Si vous avez des questions, n'hésitez pas...

 :)
IP archivée

Malco

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 5917
Re : Les différents styles de Bouddhas en Thaïlande
« Réponse #17 le: août 18, 2010, 07:15:50 pm »

Magnifique reportage et très intéressant , que de belles photos . Merci Manu.  :clap :clap
IP archivée
@+ Malco

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Les différents styles de Bouddhas en Thaïlande
« Réponse #18 le: août 19, 2010, 10:26:24 am »


Pour voir si vous avez tout compris, une petite question-test... Quelle est l'école artistique de ce Bouddha ?

Si vous regardez bien la coiffure, le vêtement et la forme du visage, ce devrait être assez facile...
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12738
Re : Les différents styles de Bouddhas en Thaïlande
« Réponse #19 le: août 19, 2010, 03:40:51 pm »

Vraiment très beau reportage, Manu...    :clap


C'est pas facile de répondre à ta question, ou bien alors, je n'ai vraiment pas tout compris, car il y en a plusieurs qui sont habillés de la même façon...

Je ne sais pas.. mais j'essaie de dire le style Lan Na...  mais je sens que je me trompe...   ???
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Rugby15

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1211
Re : Les différents styles de Bouddhas en Thaïlande
« Réponse #20 le: août 21, 2010, 12:33:28 pm »

C'est Lanna avec le lotus sur la tête. J'ai bon ?  :What?
IP archivée
"En avant poussez, poussez, les Avants de Bayonne..."

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Les différents styles de Bouddhas en Thaïlande
« Réponse #21 le: août 21, 2010, 01:38:51 pm »


Effectivement, les amis, c'est un Bouddha de style Lan Na Chiang Saen assez facile à reconnaître... Ushnisha coiffé d'un bouton de lotus, pan de la robe s'arrêtant à la poitrine, visage arrondi, socle décoré de fleurs de lotus...
IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Les différents styles de Bouddhas en Thaïlande
« Réponse #22 le: septembre 12, 2010, 02:10:00 pm »


Pour le plaisir des yeux, un beau Bouddha de grès au Wat Chaiwatthanara à Ayuthaya...
IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Les différents styles de Bouddhas en Thaïlande
« Réponse #23 le: octobre 10, 2010, 10:19:53 am »


Ayuthaya, ville plus grande que Paris ou Londres au 16ème et 17ème siècles, fut presque totalement détruite par les Birmans lors d'un terrible siège qui dura un an (1766-1767)...

Il ne reste plus aujourd'hui que que quelques statues du Bouddha sur les milliers que comptait la cité à l'époque...

Photos:

1/ 2/ 3/ Bouddhas Wat Mahatat - Ayuthaya

4/ Bouddhas Wat Phra Si Sanphet - Ayuthaya
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12738
Re : Les différents styles de Bouddhas en Thaïlande
« Réponse #24 le: octobre 11, 2010, 09:43:36 pm »


J'aime ces vestiges...   :D
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".