Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Auteur Sujet: Fantômes et surnaturel en Thaïlande  (Lu 6842 fois)

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13631
Fantômes et surnaturel en Thaïlande
« le: janvier 30, 2011, 12:25:12 am »


Tatouages magiques: au coeur du surnaturel thailandais

Dans l'ancien royaume du Siam, bouddhisme, superstitions et pratiques occultes cohabitent en parfaite harmonie. Les sak yan témoignent de l'importance accordée au surnaturel par les Thaïlandais. Chaque année, à Nakhon Chaisi, une cérémonie mystique unique au monde est dédiée à ces tatouages protecteurs.
 
Six heures du matin, le jour se lève sur les rizières de la province de Nakhon Pathom, au coeur de la Thaïlande.

Bus, songtaew et motos encombrent la petite route qui mène au wat Bang Phra. Ce temple a fait la renommée de Nakhon Chaisi, bourgade calme, mibanlieue mi-campagne, à 60 km à l’ouest de Bangkok. Comme chaque année, à la fin du mois de février, le temple est envahi par des milliers de fidèles, venus participer à son célèbre wai khroo, rituel de gratitude célébré par les élèves pour leurs maîtres. Il est ici dédié à Luang Phor Phern. Abbé du temple pendant quarante ans, jusqu’à sa mort en 2002, c’est la figure la plus révérée par les amateurs de sak yan, les tatouages magiques.

Ils sont dix mille, au bas mot, assis dans la cour du temple, en face de l’estrade où se dresse la statue du « vénérable maître », et d’où quelques bonzes psalmodient des prières.On vient des quatre coins du pays pour prendre part au rituel, au prix d’éprouvants voyages en bus, en train ou dans la remorque d’un pick-up. Priant sagement, torses nus ou en T-shirts, tous les participants arborent des sak yan sur le dos, les épaules, parfois sur la nuque ou le crâne. Ils ont pour motifs des animaux (tigres, lions, serpents...) ou des personnages de la mythologie bouddhique, accompagnés de diagrammes, pentacles et autres symboles mystiques, et de prières écrites en khom (khmer ancien).

Régulièrement, des cris s’élèvent de la foule. L’esprit d’un tatouage se réveille et vient posséder un des participants.Assis, l’homme hurle de douleur. Pris de convulsions durant quelques instants, il se contorsionne, défiguré, puis se lève. Clou du spectacle, il imite la démarche d’une des figures qu’un de ses tatouages représente. On croirait voir des hommes changés en tigres, en oiseaux ou en sangliers. Plus étrange, ceux, dos courbé, qui adoptent le pas lent d’un ermite bouddhiste ; ou les pirouettes effectuées par un jeune homme, possédé par le singe tatoué sur son corps. Ces courtes scènes de possession fascinent les rares étrangers présents, et semblent amuser les locaux, plus habitués au spectacle.

 Les bonzes, dans leur carré de chaises réservé, demeurent impassibles. Ceux pris de cette transe mystique se dirigent vers la statue de Luang Phor Phern. Ils bondissent, rampent ou foncent droit devant eux, bousculant tous ceux qui se trouvent sur leur passage. Un cordon de sécurité protège la statue de leurs assauts continus. Quatre ou cinq personnes sont nécessaires pour les maîtriser. Une fois bloqués, il faut, pour les délivrer de la transe, leur parler, les rassurer, ou leur tirer les oreilles…

 A plusieurs reprises, l’estrade est assiégée par d’énormes vagues d’hommes déchaînés, tous possédés en même temps. S’ensuivent de violentes mêlées générales, que les agents contiennent difficilement. Dix heures du matin, après la dernière prière des bonzes, à peine audible dans le vacarme assourdissant des ultimes attaques, la cérémonie touche à sa fin. Les bonzes aspergent les fidèles d’une eau sacrée, censée les bénir. Tout rendre dans l’ordre. On se presse aux échoppes et buvettes installées un peu partout. Certains participants sont déjà repartis. Les plus chanceux arriveront chez eux dans l’après-midi, les autres, venus des provinces les plus éloignées, seulement le lendemain.

Le but de ce rituel peu commun est la réactivation des pouvoirs des sak yan. La transe est censée permettre l’expiation des péchés. La magie des tatouages ne pourrait fonctionner sans cette purification préalable. A chaque figure tatouée correspond une vertu : force de persuasion, charme, sagesse, puissance, acharnement. Les moines, pour les transmettre, doivent posséder des pouvoirs magiques. Personne ici n’en doute. En témoigne Boy, 37 ans, venu de Samut Prakarn : « Je viens très souvent. J’ai des tatouages de tigre, de lion, de serpent, et un ermite. Ils me protègent et rendent les gens autour de moi bienveillants. Ici, tous les bonzes ont des pouvoirs magiques. » Comme Boy, beaucoup de participants restent vagues quant à leur profession. Et pour cause. Populaires parmi les gens du peuple, les sak yan sont avant tout recherchés pour une raison particulière : ils sont censés protéger des balles et des armes en cas d’agression.

Les soldats et les combattants de muay thaï en portent fréquemment… et les «mauvais garçons » en raffolent. Le sujet ne gêne pas Seksan, un des bonzes tatoueurs. « Nous ne savons pas qui nous tatouons », admet-il volontiers, « mais les tatouages ne fonctionnent pas si ceux qui les portent font du mal aux autres. Ils ne marchent que dans des situations d’urgence, en cas de danger. » On se fait aussi tatouer pour d’autres raisons, plus matérielles celles-là. Interrogés sur leurs attentes en matière de magie, les tatoué(e)s fournissent, presque invariablement, les mêmes réponses : « richesse », « réussite dans les affaires », « prospérité », « puissance ». Certains viennent de très loin pour profiter de la magie des tatouages.
« De Chine, de Hong Kong, de Singapour. Des gens qui font des affaires et qui souhaitent qu’elles marchent », précise Seksan. KK Wa, 48 ans, a fait le voyage depuis la Malaisie. Il exhibe fièrement ses sak yan : sur le torse, le dos, les bras et les cuisses. Lui aussi « fait des affaires ». Il voue un culte à Luang Phor Phern et assure qu’ici, « ce n’est pas du business. Les tatouages sont gratuits. Je viens pour avoir du succès, pour gagner de l’argent, et pour rester en bonne santé. »

Nichapaa, 41 ans, est plus représentative du public présent aujourd’hui. Elle est femme de ménage à Phuket, à mille kilomètres d’ici. Elle porte un tatouage représentant Nang Kwak, divinité du folklore thaïlandais, symbole de prospérité. « Parfois je sens que mon tatouage se réveille. Je le touche, et je sais qu’il va me révéler les chiffres gagnants de la loterie. Ensuite, ils sont très faciles à deviner. J’ai gagné plusieurs fois. » Le recours à la magie pour gagner à la loterie n’est pas anecdotique, dans un pays accro aux jeux d’argent. Certains frottent interminablement les arbres « magiques » pour se voir révéler les bons numéros. Une autre croyance veut que les somnambules, lors de leurs marches nocturnes, soient en mesure de fournir les chiffres recherchés…

Le rituel des sak yan n’est qu’un des innombrables exemples de l’importance accordée aux superstitions par les Thaïlandais. Pratiques occultes, magie, croyances dans les esprits, divination et exorcisme font partie de la vie quotidienne ; fantômes, esprits maléfiques et monstres peuplent l’imaginaire. Le bouddhisme theravada a intégré les croyances populaires des villages et des campagnes et les pratiques qui leur sont liées, teintées d’animisme, au point que, dans la vie de tous les jours, elles prennent souvent le pas sur bon nombre de principes religieux, plus difficiles d’accès. Les rituels de protection sont nombreux. Les Thaïlandais consultent des bonzes pour se procurer des formules magiques protectrices à réciter. Beaucoup portent des amulettes à l’effigie de religieux, dont on dit l’efficacité proportionnelle aux pouvoirs magiques de ces derniers.
 
En outre, chaque village possède son guérisseur traditionnel, qui soigne avec des décoctions à base de plantes et de produits rares. Certains ingrédients peuvent faire frémir. Des sorciers utilisent par exemple le nam man phrai, une graisse prélevée sous le menton des défunts ayant eu une morte violente… Dans les campagnes, des cérémonies d’exorcisme sont pratiquées régulièrement. Elles varient en fonction des croyances locales, et, comme lors du wai khroo du wat Bang Phra, on entre parfois en transe pour se libérer des mauvais esprits. Le voyageur se trouvant au bon endroit au bon moment peut ainsi assister, dans le sud de l’Isan, à une mae mot (littéralement, « sorcière »), cérémonie d’exorcisme des villages khmers réservée aux femmes, ou à d’autres rituels de ce type, témoins de la survivance de pratiques animistes millénaires dans un pays engagé de plein fouet dans la modernité.

Il semble que le tatouage ait été pratiqué il y a plus de deux mille ans par certaines minorités de Chine pour se protéger des mauvais esprits. Puis de nombreux peuples d’Asie du Sud-est les ont utilisés comme médecine, ou comme offrandes faites aux esprits, bien avant l’implantation du bouddhisme Theravada en ces terres. Les sak yan, ou des tatouages semblables, sont portés dès le XVIIIème siècle par les soldats du roi siamois Taksin, souverain de Thonburi. Les soldats cambodgiens et thaïlandais en portent encore aujourd’hui, ainsi que les rebelles karens de Birmanie.
 
Ces tatouages protecteurs, comme les amulettes, ne vont pas sans susciter le débat en Thaïlande. Des observateurs, religieux ou non, critiquent l’aspect mercantile de l’événement du wat Bang Phra, et laissent entendre qu’il n’est qu’un moyen de plus pour le temple d’attirer les fidèles. La course à la renommée et aux financements menée par certains temples thaïlandais est bien connue. Des scandales financiers les concernant sont même régulièrement révélés par la presse locale. Bien que les tatouages du wat Bang Phra soient gratuits, les dons personnels affluent. Lors du wai khroo, chaque fidèle donne 100, 200, 500 bahts, parfois davantage. Si des critiques apparaissent ici ou là, rares sont celles qui touchent aux fondements de ces croyances.

Et les Thaïlandais qui rejettent en bloc toutes pratiques liées à la magie ou aux superstitions sont peu nombreux.
Ces traditions sont bel et bien vivaces, et rien ne semble annoncer leur abandon dans un futur proche. Le wai khroo du wat Bang Phra évoque une Thaïlande ancienne, profondément religieuse et superstitieuse, où les croyances populaires ont une importance considérable
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Rugby15

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1195
Re : Tatouages magiques: au coeur du surnaturel thailandais
« Réponse #1 le: janvier 30, 2011, 11:48:41 am »

Il parait que les tatouages fait par les moines font super mal ! C'est fait au bambou pointu et pas à l'aiguile comme chez nous !
IP archivée
"En avant poussez, poussez, les Avants de Bayonne..."

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Re : Tatouages magiques: au coeur du surnaturel thailandais
« Réponse #2 le: janvier 30, 2011, 12:31:52 pm »


Il parait que les tatouages fait par les moines font super mal ! C'est fait au bambou pointu et pas à l'aiguile comme chez nous !


Effectivement Nono, le bambou se termine par une pointe en crochet ce qui n'est pas le cas de l'aiguille des tatoueurs occidentaux...
IP archivée

Rugby15

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1195
Re : Tatouages magiques: au coeur du surnaturel thailandais
« Réponse #3 le: février 01, 2011, 01:39:21 pm »

Sacrée torture. Un coup de lao krao et on oublie tout ! :D
IP archivée
"En avant poussez, poussez, les Avants de Bayonne..."

MysteryMan

  • Invité
Re : Tatouages magiques: au coeur du surnaturel thailandais
« Réponse #4 le: avril 19, 2011, 03:52:17 pm »

Merci pour cet article fort intéressant.
Ça me donne bien envie de rajouter un tatouage, mais thaï cette fois-ci. (non, je ne suis pas maso)
A organiser pour ma prochaine venue.
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13631
Re : Tatouages magiques: au coeur du surnaturel thailandais
« Réponse #5 le: avril 19, 2011, 04:04:20 pm »


en pointe de bambou, Phil... ??   ouille...  ca fait mal...    :)
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

MysteryMan

  • Invité
Re : Re : Tatouages magiques: au coeur du surnaturel thailandais
« Réponse #6 le: avril 19, 2011, 04:27:29 pm »


en pointe de bambou, Phil... ??   ouille...  ca fait mal...    :)


Oui, bien avec le bambou.
J'ai déjà vu des tatouages faits aux bambou et je dois dire que ce sont des vrais chef d’œuvres.
Pour le moment j'en ai deux (faits à la machine) donc un que j'ai fait faire à Koh Phangan.
Je suis heureux, car il représente beaucoup pour moi.
Le suivant (fait aux bambous si possible) aura encore une bien d'autre signification pour moi.
Et je suis de l'avis que la douleur se maitrise, comme tout autre sentiment, c'est une histoire de mental, sans pourtant partir dans des délires SM
 ;D
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14328
Re : Fantômes et surnaturel en Thaïlande
« Réponse #7 le: janvier 10, 2015, 09:45:50 am »


Fureur en Thaïlande contre un groupe se moquant des fantômes !  :hang

Un groupe baptisé "Merde aux fantômes" a déchaîné la fureur des internautes en Thaïlande, où les spectres tiennent une place importante dans la culture populaire.

A l'origine du scandale, une photo postée sur la page du groupe "Fuckghosts" montrant un homme mettant le pied sur une rangée de zèbres en plâtre déposés par des anonymes dans une rue de Bangkok.

Ils sont censés protéger les automobilistes d'un virage réputé hanté.

"Fuckghosts" est populaire, avec 200.000 "like". Et la photo controversée a été partagée des milliers de fois sur internet.

"J'espère que les fantômes vous hanteront et vous empêcheront de dormir", critique un internaute thaïlandais, entre autres commentaires acerbes de cette image sacrilège de "Kong Roi Sop", "le tournant aux cent morts".

"Il y a bien trop de superstitions en Thaïlande", a expliqué à l'AFP par téléphone le fondateur du groupe, sous couvert de l'anonymat dans ce pays où l'on ne plaisante pas avec les fantômes.

La Thaïlande bouddhiste est marquée par une croyance animiste dans les fantômes particulièrement forte par rapport à d'autres pays d'Asie. Les fantômes imprègnent la culture populaire, mais aussi livres et films.

Les automobilistes portent souvent des amulettes pour se protéger des accidents, au détriment de mesures de sécurité plus rationnelles. Le nombre de morts sur les routes de Thaïlande est l'un des plus élevés au monde.


Par AFP le 09 janvier 2015


http://www.notretemps.com/internet/fureur-en-thailande-contre-un-groupe-se,i76053
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13631
Re : Fantômes et surnaturel en Thaïlande
« Réponse #8 le: janvier 10, 2015, 09:50:35 pm »

Fureur en Thaïlande contre un groupe se moquant des fantômes !  :hang

certes, bizarre pour nous mais coutumes, croyances... rien à dire   :juju   sinon de les respecter...   
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14328
Re : Fantômes et surnaturel en Thaïlande
« Réponse #9 le: janvier 11, 2015, 07:58:14 am »

 
Ma femme (BAC +4) me disait encore hier qu'elle avait croisé un fantome à la maison il y a quelques jours... En Thaïlande, la superstition est partout !  :hang
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14328
Re : Fantômes et surnaturel en Thaïlande
« Réponse #10 le: juillet 29, 2015, 09:22:01 am »


Un article vraiment savoureux...


Les fantômes, au cœur de la société moderne thaïlandaise

par Pierre Farang Thaï : http://www.kohlidays.com/blog/les-fantomes-au-cur-de-la-societe-moderne-thailandaise.html


Des cérémonies bouddhistes chassant les fantômes des usines ou aéroports aux "maisons aux esprits", protégeant les gratte-ciel de Bangkok, la vie moderne en Thaïlande est envahie par les superstitions. Mais certains se rebellent contre une tradition qu’ils jugent rétrograde.

Un jeune Thaïlandais a fait scandale en janvier dernier en postant sur "Facebook" une photo le montrant en train de piétiner des zèbres en plâtre censés protéger les automobilistes des fantômes du "tournant aux 100 morts", sur une voie rapide très fréquentée de Bangkok.

"Je voulais carrément les détruire, mais il y a des caméras de surveillance. Et je crains que la société ne soit pas prête à accepter ça", explique ce fonctionnaire au discours très argumenté.

L'homme souhaite rester anonyme après les accusations de sacrilège reçues en pagaille sur sa page "FuckGhosts". Suivie par plus de 270,000 internautes, elle recense avec ironie les histoires de fantômes relayées dans les quotidiens nationaux.

Alors que les films de fantômes sont légions dans le Royaume de Siam, certains les tournent en dérision, comme "Phi Mak", record du box-office dans le pays, qui revisite avec humour une "histoire vraie" qui a bercé tous les Thaïlandais dès l’enfance : Mak, de retour de la guerre, reprend la vie conjugale avec le fantôme de sa femme Nak, morte en couches en son absence.

Mais globalement, croire aux fantômes n’a rien d’étrange, même parmi les classes éduquées de Bangkok, où il n’est pas rare de voir des employés de bureau s’incliner devant la "maison aux esprits" d’un immeuble en verre. Rares sont celles et ceux qui n’ont pas également chez eux ce petit temple qui protège les foyers des esprits maléfiques.

Dans cette société très superstitieuse, où l’étage "13" serait banni des immeubles et où les dirigeants politiques recoureraient à la numérologie ou aux conseils de voyantes, les fantômes font partie du quotidien.

Casernes, usines ou aéroports payent des moines bouddhistes chaque année pour des cérémonies censées protéger le lieu des esprits malins. A l’origine de cette croyance, se mêlent les influences du folklore populaire, hérité de l’animisme, et des mythologies bouddhiste ou hindouiste.

Au "tournant aux 100 morts", les dizaines de zèbres déposés par des anonymes viennent finalement d’être retirés lors d’une cérémonie bouddhiste qui a fait la "Une" des journaux siamois. Ils ont été transférés dans un temple en province.

"Au début, les employés municipaux étaient assez inquiets. Mais après le chant du moine, ils se sont sentis plus à l’aise pour faire leur travail", explique Supit Kraimak, en charge de la maintenance des espaces verts pour la mairie.

Représentant une tendance minoritaire, mais grandissante chez les plus jeunes, le créateur de "FuckGhosts" dénonce ces croyances comme "un facteur maintenant le pays dans le sous-développement", prompt à trouver des explications magiques plutôt que logiques, comme de porter une amulette ou un tatouage au lieu d’un casque de moto. La Thaïlande a l’un des taux de mortalité sur la route parmi les plus élevés au monde.

Le plus célèbre fantôme de Thaïlande est sans conteste "Nak", la femme morte en couches pendant que son mari était à la guerre. Un autel lui est même dédié dans un important temple de Bangkok, signe de l’intégration des fantômes dans la croyance bouddhiste.

Autour du temple de "Nak", se mêlent voyantes se réclamant du fantôme et marchandes de poissons et batraciens. Les relâcher dans le canal voisin aiderait à accumuler des "Mérites", selon la tradition bouddhiste. Une anguille apporte la "réussite professionnelle", une grenouille "réduit les péchés".

Le petit écran n’échappe pas à la tendance, avec une émission hebdomadaire baptisée "Les humains défient les fantômes", mélange d’expéditions à la bougie dans des maisons hantées et de "talk-show" avec des témoins.

Le présentateur raconte l’histoire d’une enfant de 2 ans ayant survécu, à côté du corps de sa mère morte, pendant 3 jours.

"Qui t’a préparé ton lait ?" "Maman", répond la fillette, sur un plateau plongé dans la pénombre, persuadée comme les adultes que le fantôme de sa mère a pris soin d’elle.

"Dans tous les pays, les gens pensent à ce qui ce passe après la mort. Les vivants créent ces croyances par amour pour leurs disparus", explique Kapol Thongplab, un des présentateurs. "Expert en fantômes". Il anime aussi une émission de radio populaire, "The Shock", qui ouvre son antenne toutes les nuits aux auditeurs confrontés à des fantômes.

La croyance dans les fantômes maléfiques a, quant à elle, une utilité sociale, "comme Satan en Occident" pour "que les gens se retiennent de commettre le mal". "Ils se disent : "si je tue untel, il va se transformer en fantôme et venir me hanter", explique Kapol.

En Thaïlande, comme en Chine et d’autres pays d’Asie du Sud-Est, la fête traditionnelle des "Hungry ghosts" reste importante pour les communautés chinoises, qui nourrissent alors les esprits de leurs ancêtres, afin de les apaiser.

Ce jour marque le début du mois des fantômes  ("Sart Chin"), un mois pendant lequel les esprits non apaisés sont relâchés sur Terre. Il faut alors les nourrir et faire des offrandes pour les apaiser. Le mois des fantômes est considéré comme dangereux. En effet, outre le fait que les esprits non apaisés sont susceptibles de jouer de mauvais tours, leur nature trop "yin" est préjudiciable à la santé des vivants. C'est pourquoi, traditionnellement, pendant ces 30 jours, on évite autant que possible les activités et endroits à risque, ainsi que les événements importants (mariages, déménagements, etc..).

Les communautés chinoises à Bangkok, Phuket et Chiang Mai, notamment, célèbrent le Festival de "Hungry Ghosts". A la pleine lune du septième mois lunaire du calendrier chinois, les "Portes de l'Enfer" s'ouvrent pour laisser s'échapper les fameux esprits des fantômes affamés. Ces fantômes ont besoin de nourriture et de "Mérites". Les gens peuvent alors les aider en leur offrant de la nourriture, de l'argent, des bougies ou des fleurs, dans l'espoir de recevoir des "Mérites" à leur tour.

Cette année, le "Festival Hungry Ghosts" débute le 28 août 2015.


Sources : le petit journal et Kohlidays
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14328
Re : Fantômes et surnaturel en Thaïlande
« Réponse #11 le: juillet 17, 2016, 08:39:56 am »

Une incroyable vidéo: est-ce réel ou tout simplement du cinéma ?!!...  :What? :huhu


Thaïlande: une actrice « possédée par un fantôme cannibale »

Possédée par un fantôme cannibale, cette actrice thaïlandaise affirme être habitée par Pop, un esprit maléfique, avant de piquer une crise devant les caméras.

Hurlant et réclamant du sang de cochon, Thippawan Chaphupuan affirme dans une voix étrange que « quelqu’un [l’a] envoyé ici » et que cet esprit désire la manger en raison de sa beauté.

Après une séance d’exorcisme, on peut se demander si cette vidéo constitue un buzz grossier ou si Pop, ce démon très répandu en Thaïlande pour habiter les jeunes filles et les dévorer de l’intérieur, a vraiment investi le corps de la demoiselle qui n’aurait peut être pas effectué son quota d’offrandes habituelles.

On peut toutefois regretter le manque d’action pendant la tentative de dépossession avec l’amulette. Une bonne salve d’insultes et tremblements est normalement de rigueur.

Quoique certains possédés préfèrent répondre au téléphone au risque de démasquer la supercherie.

La vidéo, ici : http://defimedia.info/video-thailande-une-actrice-possedee-par-un-fantome-cannibale-36167/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14328
Re : Fantômes et surnaturel en Thaïlande
« Réponse #12 le: octobre 06, 2016, 03:28:06 pm »


Pour beaucoup, cette vidéo d'un accident mortel est la preuve que les esprits existent

La vidéo d’un terrible accident de la route en Thaïlande provoque bien plus que de la tristesse sur la toile. Si la vidéo est particulièrement choquante et le contexte terrible puisqu’une dame a perdu la vie, les internautes s’interrogent sur autre chose…

Alors qu’ils roulaient à pleine vitesse à moto à Phibun Songkram Camp, en Thaïlande, un homme et une femme ont été percutés de plein fouet un véhicule qui leur coupait la route. Un choc terrible puisque, si le conducteur s’en est sorti avec de sérieuses blessures, la dame a percuté contre un poteau et a perdu la vie.

Mais si cette vidéo fait le tour de la toile, ce n’est pas que pour son caractère violent : de nombreux internautes sont en effet persuadés que l’esprit de la victime sort du corps suite au crash. Sur la vidéo ci-dessous, on remarque en effet une ombre un peu particulière apparaître au-dessus du corps.

Une preuve évidente que l’âme de la victime s’est envolée à ce moment-là pour certains. Une illusion d’optique pour d’autres…

La vidéo ici: http://www.sudinfo.be/1688283/article/2016-10-05/pour-beaucoup-cette-video-d-un-accident-mortel-est-la-preuve-que-les-esprits-exi
IP archivée

Malco

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6065
Re : Fantômes et surnaturel en Thaïlande
« Réponse #13 le: octobre 06, 2016, 03:36:57 pm »

Citer
       

Une preuve évidente que l’âme de la victime s’est envolée à ce moment-là pour certains. Une illusion d’optique pour d’autres…     


C'est une illusion d'optique bien sur , pas possible .
IP archivée
@+ Malco

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13631
Re : Fantômes et surnaturel en Thaïlande
« Réponse #14 le: juillet 03, 2017, 11:50:28 am »

http://www.ulyces.co/news/la-police-thailandaise-est-sur-les-traces-dun-fantome-mangeur-dentrailles/

La police thaïlandaise est sur les traces d'un fantôme mangeur d'entrailles... :What?  :huhu


Mercredi 28 juin, la police royale thaïlandaise a dû intervenir dans un village rural de la province d’Amnat Charoen, dans le nord-est du pays. Le média thaïlandais en langue anglaise Khaosod English rapporte que les villageois se disaient victimes des assauts d’un spectre de femme, ou phi pob, venu les tourmenter.

La police a dû rassurer la communauté et assurer les villageois de leur protection. « Les habitants sont terrifiés », a confié Adul Chaiprasithikul, le chef de la police de Pathum Ratchawongsa, au téléphone.

« La lettre qu’ils nous ont adressée demande à la police de faire des patrouilles régulières. » Les villageois ajoutent que le fantôme serait responsable de la mort de quatre vaches cette année, ainsi que des tourments de la police aux frontières (la province est limitrophe du Laos), dont quatre agents de police seraient mystérieusement tombés malades.

D’après les légendes dont se bercent les communautés rurales de Thaïlande, le phi pob est un fantôme à l’apparence d’une femme, capable de posséder les vivants et de provoquer des ravages dans les villages.

Chaque année, de nombreux villages thaïlandais frappés de malheureux coups du sort attribuent leur infortune aux facéties sanglantes d’un phi pob.

Mais contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, les autorités thaïlandaises ont pris la lettre très au sérieux. Les patrouilles ont ainsi commencé en fin de semaine, d’après le chef de la police locale Adul Chaiprasithikul. « Il y a plus de gens qui y croient que de gens qui n’y croient pas », a-t-il ajouté.

C'est pourquoi une cérémonie bouddhiste aura lieu dans deux semaines pour débarrasser les habitants de la menace fantôme...  ;)
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14328
Re : Fantômes et surnaturel en Thaïlande
« Réponse #15 le: juillet 04, 2017, 08:05:25 am »


INCROYABLE !...  :hang :hang :hang
IP archivée

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3298
Re : Fantômes et surnaturel en Thaïlande
« Réponse #16 le: juillet 04, 2017, 04:22:20 pm »

IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3298
Re : Fantômes et surnaturel en Thaïlande
« Réponse #17 le: novembre 06, 2017, 06:33:16 pm »


Les officiels de la santé publique pour aider des villageois effrayés par un fantôme !   :juju  :hang

Des responsables de la santé publique, notamment un médecin et des psychologues, ont été envoyés dans un canton du district de Nong Kung Si, dans la province de Kalasin, à la suite de rumeurs selon lesquelles un fantôme "porb" aurait tué quatre hommes récemment.

Les "porb" ne sont pas rares dans les villages thailandais pour ceux qui y croient !

Mais l'arrivée des scientifiques a été apparemment trop tardive, car les villageois de trois villages concernés avaient déjà pris leur propre disposition en embauchant un "ermite" pour effectuer un rite superstitieux afin de chasser le fantôme.

Les villageois croient que le fantôme a mangé les organes internes des quatre hommes, ce qui, bien évidemment, a entrainé leur décès. Personne n'a parlé d'autopsie ! 

Prasit Singhamat, chef du village de Moo 3, a déclaré que le rite a calmé les villageois et qu'ils semblaient avoir cessé de s'inquiéter. La plupart d'entre eux sont revenus du rite avec le sourire.

Indépendamment de cela, le chef de l'équipe de santé publique, le Dr Pairat Songkhram, spécialiste en médecine préventive, a déclaré que les responsables continueraient de se pencher sur les causes scientifiques des décès et que les psychologues interrogeraient les familles des quatre hommes.

Pairat a dit qu'il a demandé aux membres de l'équipe d'éviter de dire quoi que ce soit qui ridiculiserait ou déprécierait les croyances des villageois... !

 
https://www.thaivisa.com/forum/topic/1010053-health-team-sent-to-help-thai-villagers-frightened-by-‘deadly-ghost’/
IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14328
Re : Fantômes et surnaturel en Thaïlande
« Réponse #18 le: mars 31, 2018, 08:26:49 am »


Des moines organisent un exorcisme, la jeune fille, en pleine forme auparavant, en meurt !

Des SUPERSTITIONS sentant davantage le 16ème siècle que le 21ème ont enlevé la vie d'une adolescente, qui a succombé après avoir subi un rituel pour bannir la "malédiction liée à la magie noire".
 
La police du district de Chaiyaphum, Kaeng Khro, cherche maintenant trois hommes qui se seraient identifiés comme des moines impliqués dans un rituel exigeant que la jeune fille de 18 ans boive deux grands bols "d'eau bénite", après quoi elle est morte.

La cause de la mort de la fille reste un mystère car les moines ont fui et ôté toutes traces de ce liquide appelé "eau bénite". Le corps a déjà été incinéré.

Pendant le rituel de dimanche, la fille a vomi et est entrée en état de choc, après quoi elle a été emmenée à l'hôpital Krang Khro. Puis, alors qu'elle se trouvait dans un état critique, elle a été transportée à l'hôpital de Chaiyaphum, mieux équipé, où elle a été déclarée morte après une crise violente qui a privé son cerveau d'oxygène.

L'affaire a attiré l'attention du public lorsque les parents de la jeune fille, Khan Cherdjorhor, 48 ans, et Doungjit Khanakhao, 38 ans, ont déposé une plainte à la police mardi.

Khan a dit qu'ils regrettaient avoir cru l'un des moines, un visiteur du village résidant temporairement dans un temple abandonné depuis le 18 mars, qui lui a dit que sa fille était maudite et devait subir un rituel.

Le père de la fille a ajouté qu'avant le rituel, sa fille avait l'air bien et ne présentait aucun symptôme de maladie. On ne sait pas pourquoi il a laissé les moines pratiquer le rituel.

Le Dr Passakorn Chaiyaset, responsable de la santé publique à Chaiyaphum, a déclaré qu'il était difficile de déterminer la cause de la mort car les moines avaient fui le temple et qu'il n'y avait plus aucun échantillon du liquide qui aurait pu être testé pour connaitre sa toxicité.

Le corps de la jeune fille a été incinéré sans autopsie, a-t-il dit, ajoutant que l'affaire dépendait des efforts de la police pour localiser et interroger les moines.

Passakorn a également conseiller à la population de ne pas participer à d'étranges rituels, notamment en buvant ou en mangeant quelque chose d'origine inconnue.

Khan a indiqué que la famille avait tenu la cérémonie funéraire mercredi conformément à une tradition locale de crémation après une prière maximale de trois jours.

Il a ajouté que le moine qui avait pratiqué le rituel avait insisté sur le fait que l'eau bénite ne contenait rien qui aurait pu nuire à la jeune fille, ajoutant que cela n'aurait pas pu être un facteur dans sa mort.

Khan le papa, a dit que les moines lui avaient promis qu'ils assumeraient la responsabilité de la mort de la jeune fille, mais qu'ils avaient ensuite fui le temple, l'amenant à porter plainte à la police.

L'un des moines est décrit comme âgé, tandis que les deux autres sont d'âge moyen.

 

https://www.thaivisa.com/forum/topic/1031370-superstition-leads-to-senseless-death-in-chaiyaphum-girl-dies-after-monks’-administer-‘black-magic’-exorcism/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14328
Re : Fantômes et surnaturel en Thaïlande
« Réponse #19 le: mai 10, 2018, 05:48:32 pm »


Plus de 600 fantômes capturés dans le sud de la Thaïlande

En Thaïlande le problème des esprits errants et des fantômes est pris très au sérieux. Un groupe chamanique est spécialement chargé de traquer ceux qui hantent les routes, peu sûres, du royaume.

C’est une tradition d’origine shamanique d’une semaine qui réunit des shamans thaïlandais et étrangers pour chasser  les fantômes et les esprits errants des routes de Thaïlande.

Il s’agit de permettre aux  esprits disloqués de ceux qui sont morts dans des accidents de la route de trouver le repos.

« Nous invoquons les esprits le long des routes où des accidents ont eu lieu »

explique Jittiphum Chantachote, coordinateur de la Fondation Tekka Jikung à Nakhon Si Thammarat.

Une fois qu’ils ont attiré l’esprit du défunt, une cérémonie envoie les âmes capturées à la paix dans l’au-delà.

Le groupe de Jittiphum est l’une des nombreuses fondations de sauvegarde du patrimoine chinois à organiser la chasse aux fantômes avec l’aide de ses homologues en Malaisie.

Les médiums vêtus de blanc parcourent les routes à bord de pickups et s’arrêtent pour brûler de l ‘«argent de l’enfer» chinois chaque fois qu’ils rencontrent une activité paranormale.

On pense que la flamme oblige les esprits à suivre les chamanes. Plus de 600 fantômes auraient été capturés hier. Un chiffre relativement modique compte tenu des statistiques de mortalité routière en Thaïlande.

La Thaïlande est régulièrement classée parmi les pays plus meurtriers au monde en matière de mortalité routière. En 2016, plus de 22 000 personnes sont mortes dans des accidents de la circulation et 60 000 sont restées handicapées selon les chiffres de l’OMS.

Le point culminant des cérémonies est prévu pour jeudi. Cette nuit-là, les nécromanciens défileront autour du centre-ville de Nakhon Si Thammarat, après quoi l’argent de l’enfer sera brûlé dans le dévouement aux esprits au cours des jours suivants.
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14328
Re : Fantômes et surnaturel en Thaïlande
« Réponse #20 le: octobre 07, 2018, 07:34:00 am »


En Thaïlande, ces hommes se vernissent les ongles pour ne pas être tués par un fantôme !  :hang

À Pu Hong, petit village de la province de Kalasin, au nord-est de la Thaïlande, des jeunes hommes ont décidé de se vernir les ongles. Après les décès successifs de cinq individus (deux hommes et trois femmes) en trois semaines, ils pensent que le fantôme présumé d’une veuve meurtrière serait derrière la perte des cinq villageois, rapporte le site d’information thaïlandais Coconuts. Se vernir les ongles — selon ces hommes, comme pourrait le faire une femme — aurait pour effet de repousser la veuve-fantôme meurtrière…

Parmi les défunts, deux hommes de la même famille. Les causes de leur mort sont encore non-élucidées, mais d’après les rapports des autorités, ils se seraient morts « sans raisons apparentes ». La troisième victime est décédée dans un accident de moto. Quant aux deux autres, aucune information n’a été partagée pour le moment. Pour Pongpipat Pukrongtoong, le maire adjoint du village, les habitants ne pensent pas qu’il s’agisse d’une coïncidence. Au contraire, ils blâment la caractère surnaturel du village d’être derrière cette vague de mort.

Bussadee Malasee, la médium du village, est également de cet avis et dit être convaincue de la culpabilité de deux fantômes bien spécifiques : celui de la fameuse veuve et un pop (une sorte de fantôme Thaïlandais). Elle ajoute que la veuve fantôme veut tuer des hommes alors que le pop « possède » les personnes âgées et les faibles de son village avant de les manger de l’intérieur. C’est pour cette raison que les jeunes hommes du village ont décidé de se vernir les ongles. A priori, ils ne seraient pas des potentielles victimes du « pop ».  Ils ne s’arrêtent pourtant pas là. Pour faire fuir la veuve fantôme, les hommes ont également accroché des panneaux devant leur maison. Sur cette photo, on peut lire : « Aucun homme ne vit ici ».
 
Selon un autre média local, le docteur Pornpat Phunwong a rendu visite aux villageois, accompagné d’une infirmière spécialiste en épidémiologie pour étudier les cas. Selon eux, la cause des décès étaient tout simplement : le diabète, un arrêt cardiaque, une maladie artérielle et un accident de moto. En partant, le docteur a conseillé aux habitants de Pu Hong de faire de l’exercice, diminuer leur consommation d’alcool, arrêter de fumer, conduire de manière prudente et surtout, d’arrêter de croire aux histoires de fantômes.


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/12754-en-tha%C3%AFlande-ces-hommes-se-vernissent-les-ongles-pour-ne-pas-%C3%AAtre-tu%C3%A9s-par-un-fant%C3%B4me/
IP archivée