Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Auteur Sujet: L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.  (Lu 318982 fois)

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13793
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1025 le: juin 05, 2018, 01:52:39 pm »


La France et le Canada parmi les 35 pays qui exportent leurs ordures en Thaïlande !

Des déchets plastiques en provenance de 35 pays sont importés en Thaïlande, a déclaré le vice-directeur de la police nationale, Wirachai Songmetta, après la dernière découverte de conteneurs chargés de déchets de contrebande à Chon Buri.

La police nationale adjointe faisait référence aux 58 tonnes de déchets plastiques interceptées mercredi au port de Laem Chabang.

Initialement, l'autorité s'attendait à découvrir des déchets électroniques, qui avaient été découverts dans des usines situées près du port au début de la semaine.

Cependant, ce qu'ils ont trouvé était des déchets plastiques non recyclables de mauvaise qualité envoyés de 35 pays, a déclaré Pol Gen Wirachai.

"Cette constatation montre que la Thaïlande est devenue un dépotoir mondial et que le gouvernement doit lutter pour empêcher les entreprises d'importer illégalement des déchets d'outre-mer", a déclaré Pol Gen Wirachai, qui a procédé vendredi à une perquisition dans la zone industrielle de Lat Krabang. Bangkok.

Parmi les 35 pays d'où provenaient les plastiques saisis se trouvaient Hong Kong, États-Unis, Grande-Bretagne, Canada, Australie, Allemagne, Corée, Pays-Bas, Japon, Malaisie, Chine, Nigeria, Iran, Espagne, Vietnam, Turquie, France, Pakistan, Dubaï et les Emirats Arabes Unis (EAU), a déclaré Pol Gen Wirachai.

Les déchets plastiques saisis, trouvés dans quatre conteneurs, ont été déclarés dans les documents d'importation pour appartenir à une société à Samut Sakhon, appelée Long Luck Plastic et Metal Co, a déclaré Pol Gen Wirachai.

Lors d'un raid, la police n'a trouvé aucune machine de recyclage de plastique dans l'usine, bien que les déchets saisis aient été déclarés pour être recyclés. Et comme l'usine n'est apparemment pas une installation de recyclage, les déchets plastiques saisis sont considérés comme faussement déclarés et donc illégaux, a-t-il ajouté.

La police examine actuellement les dossiers fiscaux de l'entreprise pour vérifier ses sources de revenus et d'autres activités.

Le Département des travaux industriels avait inspecté les plastiques saisis et constaté qu'ils enfreignaient les ordonnances du Ministère de l'industrie de 1979 qui permettaient aux entreprises locales d'importer uniquement des déchets plastiques recyclables de bonne qualité.

Cette infraction peut entraîner une peine d'emprisonnement maximale de 10 ans et une amende de cinq fois la valeur des produits importés.

L'importateur pourrait également encourir une pénalité pour une fausse déclaration en vertu de la Loi sur les douanes, qui prévoit une amende pouvant aller jusqu'à 500 000 bahts.

Tara Buakamsri, directrice nationale de Greenpeace en Asie du Sud-Est, a déclaré que les dernières arrestations ne sont "que la pointe de l'iceberg", ajoutant qu'il existe des centaines d'usines de recyclage qui importent des déchets non recyclables.

"Ces déchets pollueront l'environnement, certains seront également brûlés et libéreront des émissions toxiques", a déclaré M. Tara.

M. Tara a déclaré que le ministère de l'industrie doit réviser les lois régissant les entreprises de recyclage en imposant une interdiction totale de l'importation de déchets plastiques.

"Ce pays n'a pas la capacité d'examiner tous les déchets plastiques importés, il serait donc plus réaliste d'arrêter toutes ces importations", a-t-il dit, ajoutant que les usines peuvent encore faire des affaires en absorbant les déchets plastiques locaux.


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/12065-la-france-et-le-canada-parmi-les-35-pays-qui-exportent-leurs-ordures-en-tha%C3%AFlande/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13793
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1026 le: juin 05, 2018, 01:55:17 pm »


Brûlons les déchets en plastique pour en récupérer l'énergie, dit le ministère

Les AUTORITÉS se tournent vers la combustion des déchets plastiques et impliquent l'industrie dans le choix des politiques contre les pollutions environnementales terrestres et aquatiques.

Mais un expert en environnement a déclaré que les changements de comportement des consommateurs sont également nécessaires pour faire de réels progrès et réduire le volume des déchets.

Le problème des déchets plastiques étant le thème de la Journée mondiale de l'environnement demain, et les problèmes liés aux déchets plastiques et aux déchets électroniques faisant presque quotidiennement la une des journaux locaux, le ministère des Ressources naturelles et de l'Environnement a décidé d'adopter une approche axée sur le recyclage. Le ministère appelle à la coopération des producteurs de plastique, d'autres secteurs d'activité, des consommateurs et des agences officielles.

Un sous-comité a été mis en place pour s'attaquer aux problèmes chroniques causés par les déchets plastiques, a déclaré le secrétaire permanent du ministère de l'Environnement, Wijarn Simachaya. Il préside le sous-comité, qui vise à résoudre les problèmes de façon exhaustive par la consultation et la planification des politiques avec toutes les parties prenantes.

"Nous avons pour objectif de réduire les déchets plastiques en ajustant les politiques et les pratiques.", a déclaré M. Wijarn.

"Après avoir obtenu un résultat satisfaisant de la campagne d'interdiction des opercules sur les bouteilles d'eau, le sous-comité discute maintenant des prochaines politiques nécessaires pour encourager les Thaïlandais à réduire leur consommation de produits comme les pailles, les sacs en plastique et les bouteilles d'eau."

Il a dit que le sous-comité avait discuté de diverses options, y compris faire payer les sacs en plastique, l'interdiction des pailles en plastique et l'encouragement de l'utilisation de plastique biodégradable.

Le ministère des Ressources naturelles et de l'Environnement collabore également avec ses homologues d'autres pays de l'ASEAN pour s'attaquer aux déchets plastiques au niveau régional, a-t-il ajouté. C'est pertinent, a-t-il dit, car de nombreux pays de cette région sont parmi les plus grands producteurs mondiaux de déchets plastiques en particulier ceux qui se retrouvent dans la mer.

Seulement 500 000 tonnes des 2 millions de tonnes de déchets plastiques ont été recyclées en Thaïlande l'an passé.

Wijarn a déjà reconnu l'urgence de s'attaquer aux déchets plastiques qui finiront par se retrouver dans la mer et entraîneront une menace encore plus grande pour les écosystèmes océaniques. Les déchets océaniques sont particulièrement difficiles à traiter, a-t-il déclaré.

L'approche actuelle du ministère à l'égard des déchets plastiques non recyclés consiste à les brûler pour créer de l'énergie. "Nous laissons le secteur privé investir dans des projets d'usines de valorisation énergétique, avec la coopération des administrations locales. ". On ne connait pas l'impact environnemental d'usines qui brûleraient des sacs en plastique et donc rejetteraient des fumées dans l'atmosphère.

Buntoon Srethasirote, directeur de l'Institut de la bonne gouvernance pour le développement social et l'environnement, a donné son feu vert à ce plan. Toutefois, a déclaré Buntoon, beaucoup de choses doivent encore être coordonnées afin de s'assurer que les plans ont été correctement mis en œuvre sans causer eux-mêmes plus de problèmes.

"Sur le plan de perception des frais pour les sacs en plastique, je suggère que les autorités placent l'argent récolté dans un fonds environnemental". .

Il a également exhorté le gouvernement à veiller à ce que les populations locales participent activement à ces opérations. Cela aiderait à prévenir les conflits et l'opposition des communautés locales aux projets de valorisation énergétique des déchets.

Selon M. Buntoon, la ségrégation des déchets a toujours été le principal obstacle à la bonne gestion des déchets en Thaïlande. Il a donc suggéré que le grand public et les organismes officiels travaillent ensemble pour changer leurs vieilles habitudes.


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/12069-br%C3%BBlons-les-d%C3%A9chets-en-plastique-pour-en-r%C3%A9cup%C3%A9rer-l%C3%A9nergie-dit-le-minist%C3%A8re/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13793
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1027 le: juin 06, 2018, 01:40:34 pm »


Thaïlande : une croissance économique de 4% prévue au 2e trimestre

L'économie thaïlandaise pourrait atteindre une croissance de 4% au deuxième trimestre de 2018 grâce à la consommation privée, aux dépenses publiques et à l'augmentation des exportations, a annoncé l’Office de la politique fiscale (FPO - Fiscal Policy Office) du ministère thaïlandais des Finances.

Le FPO a indiqué qu’en avril, les exportations thaïlandaises avaient augmenté pendant 14 mois consécutifs et devraient connaître une croissance de 10% au deuxième trimestre de cette année. Le flux de touristes étrangers a progressé de 9,4% avec 3,09 millions d’arrivées. Le ratio dette publique/PIB est resté stable, s'établissant à 41,2% en avril. En outre, l'indice de confiance des consommateurs en Thaïlande a atteint 67,8 points, le plus haut niveau depuis mars 2015.

Par ailleurs, l’Association des exportateurs de riz de Thaïlande (TREA) a revu à la hausse son objectif d'exportation de 2018 à 10 millions de tonnes, contre 9,5 millions de tonnes, vu les résultats au-delà des attentes au cours des quatre premiers mois de l'année.

De janvier à avril, la Thaïlande a exporté 3,31 millions de tonnes de riz, soit une hausse de 38% sur un an. Cela a aidé le Royaume à dépasser les autres grands exportateurs de riz comme l'Inde, le Vietnam et le Pakistan.

Selon le président de la TREA, Charoen Laothamatas, au cours du premier trimestre, les exportations de riz sont allées au-delà des attentes car les demandes de plusieurs pays importateurs ont augmenté. Les commandes croissantes de l'Afrique et de l'Asie aideront la Thaïlande à exporter 10 millions de tonnes cette année.

 

https://fr.vietnamplus.vn/thailande-une-croissance-economique-de-4-prevue-au-2e-trimestre/104100.vnp
IP archivée

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3263
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1028 le: juin 06, 2018, 11:03:05 pm »


Bangkok: acteurs et opportunités économiques de la région du Mékong !

Les relations économiques fleurissent entre la Thaïlande et les pays voisins. De ce fait, une grande rencontre entre professionnels organisée par les principaux acteurs économiques français et thaïlandais aura lieu le 8 juin prochain à l’hôtel Pullman à Bangkok dans le but d’appréhender les possibilités de développement dans la région du Mékong.

Les Conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF), l’ambassade de France, la Chambre de commerce Franco-Thaïe et Business France sont à l’initiative d’une grande journée consacrée aux possibilités économiques des entreprises en Thaïlande dans les pays de la région du Mékong le vendredi 8 juin à l’hôtel Pullman King Power à Bangkok.

Avec 3.6% de croissance en 2017, la Thaïlande bénéficie d’une situation économique relativement favorable.

Tout autour, ses voisins, les CLMV (Cambodge, Laos, Birmanie et Vietnam) captent plus de la moitié des exportations thaïlandaises (56%) et sont part de deux grandes communautés économiques internationales : l’ASEAN et la Nouvelle route de la soie.

Le 8 juin, tout au long de la journée, les différents acteurs industriels et institutionnels proposeront, autour de conférences et d’ateliers animés par des représentants de grandes entreprises françaises et thaïlandaises, d’explorer et évaluer les opportunités dans la région, de la macro-économie aux conseils pratiques.

Éric Durant, Président de la CCE en Thaïlande, souligne à cet égard l’effervescence de la rencontre entre des géants français (Michelin, Airbus, L’Oréal etc) et thaïlandais (CP Groupe, Central, Amata) et la dynamique engendrée " de nombreuses autres entreprises thaïlandaises et françaises, en Thaïlande et dans la région, bénéficieront de ces nouvelles opportunités".

Toutes les présentations et discussions se tiendront en anglais.

Pour plus d’informations ou réservation :
clmv@ccethailande.org
+66 (0)65 581 6343
www.ccethailande.com
www.facebook.com/CCEThailande/
Tarif pour la journée : 3.000 THB (déjeuner et activités compris)
IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13793
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1029 le: juin 07, 2018, 08:50:22 am »


La Thaïlande noyée sous les déchets plastiques

La Thaïlande est l'un des pays qui consomme le plus de sacs en plastique au monde, causant chaque année la mort de centaines de créatures marines.

Au moins 300 animaux marins dont des baleines, des tortues de mer et des dauphins meurent chaque année dans les eaux thaïlandaises après avoir ingurgité du plastique, a déclaré à l’AFP Thon Thamrongnawasawat, biologiste marin et défenseur de l’environnement.

La Thaïlande est l’un des pays qui consomme le plus de sacs en plastique au monde, causant chaque année la mort de centaines de créatures marines qui vivent près des plages très fréquentées du pays.

Dans un récent rapport, l’ONG américaine Ocean Conservancy affirme que cinq pays, tous asiatiques, sont responsables de 60% des déchets plastiques présents dans les océans: la Chine, l’Indonésie, les Philippines, le Vietnam et la Thaïlande.

En attendant une hypothétique  interdiction des sacs jetables, l’un des défis consiste à impliquer de manière volontaire toutes les agences d’Etat concernées dans le traitement des ordures ménagères, ainsi que les centres commerciaux qui distribuent assez généreusement sacs et couverts en plastiques jetables aux consommateurs.


Huit sacs jetables par jour

Les gouvernements de ces dernières années on essayé d’inciter les consommateurs thaïlandais à réduire l’usage des sacs plastiques, mais sans aucune mesure contraignante. Un Thaïlandais utilise en moyenne huit sacs jetables par jour.

En février 2017 la Thaïlande avait entrepris de nettoyer un immense amas de détritus plastiques d’environ 300 tonnes et mesurant près d’un kilomètre de long flottant dans le golfe de Thaïlande.

Selon le ministère de la Lutte contre la pollution, la Thaïlande produit 27,4 millions de tonnes de déchets par an, dont 11,70 millions de tonnes sont correctement gérées et 8,52 millions de tonnes sont recyclées. On estime qu’environ 80% des débris marins proviennent de déchets continentaux mal gérés.
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13793
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1030 le: juin 08, 2018, 07:57:41 am »

Le SMIC en Thaïlande

Voici la notification du gouvernement thaïlandais qui établit le montant su salaire minimum pour l'année 2018 dans le Royaume. Il s'échelonne entre 308 et 330 bahts par jour avec une moyenne d'environ 315 bahts.

Notons qu'en 2012, le SMIC thaïlandais n'était que de  de 170 à 190 bahts par jour. Il a donc énormément progressé.

Notons également que les personnes payées au SMIC n'hésitent pas, le plus souvent, à effectuer de nombreuses heures supplémentaires, voire à exercer un second travail, afin d'atteindre un salaire mensuel de plus de 12 000 bahts. Le travail au noir est lui aussi, très développé en Thaïlande, ce qui permet à un grand nombre de travailleurs et d'étudiants d'arrondir les fins de mois.

Enfin, les travailleurs étrangers, principalement birmans et Cambodgiens, ainsi que les paysans non déclarés, sont souvent payés à des tarifs inférieurs au SMIC, soit entre 150 et 300 bahts en fonction du travail demandé.
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13793
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1031 le: juin 12, 2018, 08:32:59 am »


La Thaïlande compte devenir un grand exportateur mondial de produits alimentaires

Le gouvernement thaïlandais va revitaliser la campagne "Kitchen of the world" (Cuisine du monde) qui vise à faire de la Thaïlande un grand exportateur de produits alimentaires dans le monde, à développer des start-up dans ce secteur et à renforcer l’aide en faveur des restaurants thaïlandais à l'étranger.

L'objectif de la campagne est de porter à plus de 6% la part de l’exportation de produits alimentaires dans le PIB du pays. Le 11 juin, lors du salon de l’alimentation d’Asie 2018 (Thaifex) 2018, le vice-Premier ministre Somkid Jatusripitak a déclaré que la production alimentaire thaïlandaise devrait comporter plus de valeur ajoutée et développer toutes les chaînes d'approvisionnement des produits traçables pour obtenir la reconnaissance des normes internationales de sécurité et hygiènes alimentaires alimentaire.

Il a souligné que le ministère du Commerce devait coopérer étroitement avec la Chambre de commerce  pour relancer le projet "Kitchen of the world". Le financement de l'industrie alimentaire est complet, concernant non seulement la qualité des produits mais aussi la qualité de chefs de cuisine, l’e-commerce, les technologies, l'innovation et le start-up pour créer des produits et services thaïlandais authentiques au service des consommateurs.

La Banque d’import-export jouera également un rôle plus actif, en soutenant l’ouverture de restaurants thaïlandais dans le monde entier. Selon le vice-Premier ministre Somkid Jatusripitak, la demande alimentaire mondiale augmente chaque année et la Thaïlande est le 15ème exportateur mondial de produits alimentaires, avec 2,3% du marché alimentaire mondial.

En 2018, la Thaïlande se concentre sur l'innovation et la création de nouveaux aliments pour affirmer qu’elle est l’une des pays les plus créatifs du monde en matière de gastronomie, a indiqué Chantira Jimreivat, responsable du Département de promotion du commerce international.

Bangkok est le plus gros exportateur de produits alimentaires en Asie du Sud-Est, avec un montant estimé à 29,4 milliards de dollars en 2018,  + 6% par rapport à 2017.

Lancée il y a 15 ans, la campagne "Kitchen of the world" vise non seulement à faire de la Thaïlande un exportateur majeur de produits alimentaires dans le monde, mais aussi à stimuler l'exportation des produits dans la stratégie "Un village, un produit" (OTOP).

En 2017, les exportations de produits alimentaires de la Thaïlande ont atteint environ 27,7 milliards de dollars. Plus de 70% des produits alimentaires sont destinés au marché intérieur, les 30% restants à l'exportation. Les 10 principaux produits d'exportation thaïlandais sont riz, poulet transformé, fruits de mer en conserve et transformés, crevettes congelées et transformés, épices.
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13793
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1032 le: juin 13, 2018, 07:51:47 am »


Il y a là un paradoxe... d'un côté, ls Thaïlandais ne veulent plus que l'on importe des déchets chez eux et de l'autre, je passe ma vie à voir des Thaïlandais balancer leurs déchets un peu partout par terre, y compris dans la forêt !...

 :hang



Les Thaïlandais ne supportent plus d'habiter dans la poubelle du monde

Plus de 60% des Thaïlandais craignent que la Thaïlande ne devienne une plaque tournante de déchets dangereux importés en raison de la corruption généralisée, de la cupidité, du manque de discipline du peuple thaïlandais, de la réglementation laxiste et de l'absence d'un organisme efficace pour la gestion des déchets. M. Noppadol Kannikar, directeur de Super Poll, citant le résultat d'un sondage d'opinion.

Super Poll a évalué les opinions de 1 037 personnes de tous les horizons sur l'importation de déchets électroniques et de déchets plastiques dans le pays.

En plus des 64,7% de personnes interrogées qui s'inquiètent de la possibilité que la Thaïlande devienne une plaque tournante de déchets dangereux importés, le sondage montre que 35,3% pensent qu'il se sera pas possible d'y échapper.

96,9% des répondants veulent que le gouvernement interdise l'importation de déchets dangereux et 97,5% sont d'accord que le gouvernement devrait modifier la loi pour augmenter les sanctions contre l'importation illégale des déchets.

82,8% soutiennent que la plus grande part des déchets importés provient de Chine, suivie par les États-Unis, le Japon, la Malaisie et la Corée du Sud.

69,9% ne croient pas que le gouvernement peut assurer la sécurité du public contre les déchets dangereux, tandis que 88,1% estiment que le gouvernement n'a pas fait assez pour éduquer le public sur les menaces provenant des déchets dangereux.

Cependant, le général de police Veerachai Songmetta, le chef de la police nationale adjointe, a blâmé les failles juridiques et l'incapacité des fonctionnaires des douanes à vérifier chaque conteneur entrant pour rechercher les déchets électroniques introduits clandestinement.

Le ministère du Revenu a signalé que les 12 entreprises qui exploitent le recyclage des déchets étaient soupçonnées d'être impliquées dans des fraudes fiscales. Seuls quelques-unes d'entre eux ont payé seulement 90 000 baht d'impôt sur les sociétés, tandis que les autres n'ont pas payé d'impôt en prétendant fonctionner à perte.


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/12114-les-tha%C3%AFlandais-ne-supportent-plus-dhabiter-dans-la-poubelle-du-monde/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13793
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1033 le: juin 15, 2018, 07:50:00 am »


L'équipementier français Akwel s'implante en Thaïlande

Après avoir ouvert trois nouvelles usines en Chine et au Mexique en 2017, l'équipementier automobile va s'implanter en Thaïlande et en Bulgarie d'ici à 2020.

Akwel, qui vient de troquer son patronyme familial MGI Coutier pour une appellation plus impersonnelle, continue à tracer sa route loin de son fief de Champfromier (Ain). L'équipementier automobile de rang 1, qui fabrique des pédaliers, des poignées, des bouchons de réservoirs, des pompes doseuses, a investi 148,1 millions d'euros en 2017. Trois nouvelles usines ont démarré : deux en  Chine et une au Mexique. L'ouverture de deux autres unités est programmée d'ici à 2020. La première ouvrira dès cette année en Thaïlande et fournira des systèmes de refroidissement à Ford et Renault-Nissan, elle emploiera 200 personnes. La seconde est prévue en Bulgarie, à la charnière des marchés roumains et turcs. Elle se déploiera sur 7.000 mètres carrés. 300 personnes y travailleront. « A chaque fois, on investit entre 5 et 10 millions d'euros », indique le président du directoire Mathieu Coutier.
 
Le niveau d'investissement global sera moindre en 2018, entre 120 et 130 millions. Les dépenses de recherche-développement resteront élevées à 5,7 % du chiffre d'affaires. Le groupe a déposé près de 200 brevets en cinq ans. Il a été distingué notamment pour la poignée Flush qui équipe le concept car de véhicule autonome de Renault.
Usine 4.0

Akwel mise aussi sur la robotisation. 129 robots ont été installés sur ses sites en 2017 dans le cadre de son projet d'usine 4.0. L'équipementier a aussi fait une percée dans les réservoirs SCR qui réduisent les émissions d'oxyde d'azote. Ce type de produit fabriqué en France pour le groupe PSA depuis 2013 représente aujourd'hui 20 % de son chiffre d'affaires.

En 2017, Akwel qui a doublé de taille en six ans, a franchi le seuil du milliard d'euros de chiffre d'affaires. L'objectif de Mathieu Coutier est d'atteindre 1,2 milliard en 2020. Pour y arriver, son regard se porte vers l'Asie qui pèse avec le Moyen-Orient 13,3 % de ses activités et où des opérations de croissance externe sont envisagées. Malgré son internationalisation accrue, Akwel reste encore un équipementier très présent en France. Sur ses 42 usines, 12 sont implantées dans l'Hexagone. En particulier les sites de Frank & Pignard et Précialp repris l'an dernier.
 
 

https://www.lesechos.fr/pme-regions/actualite-pme/0301761699291-lequipementier-akwel-simplante-en-thailande-2184053.php
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13793
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1034 le: juin 16, 2018, 08:19:28 am »


Satellite d'observation d'Airbus acheté par Bangkok, le chef de la junte à l'Elysée

Le chef de la junte militaire thaïlandaise, le général Prayut Chan-O-Cha, va être reçu le 25 juin à l'Elysée, où sera annoncé l'achat par Bangkok d'un satellite d'observation d'Airbus pour un budget de 200 millions d'euros, a-t-on appris de source diplomatique à Bangkok vendredi.

"La négociation pour le contrat du satellite Theos-II est bouclée" et "l'annonce officielle sera le 25 juin à l'Elysée", a annoncé cette source à l'AFP, au soir d'une visite d'un haut-responsable d'Airbus en Thaïlande.

Aucun commentaire d'Airbus ni du gouvernement thaïlandais n'a pu être obtenu dans un premier temps.

"Ce n'est pas un satellite militaire, il a été développé pour surveiller l'agriculture et l'érosion du littoral", a assuré cette source, précisant que le contrat d'Airbus était signé avec l'Agence spatiale thaïlandaise.

En 2008, la Thaïlande s'était déjà dotée d'un premier satellite Theos, pour surveiller ses rizières, les niveaux d'eau de ses réservoirs, les élevages de crevettes ou la progression de l'érosion de ses côtes.

Avant sa rencontre avec Emmanuel Macron à l'Elysée le 25, le général Prayut se rendra le 22 juin à Toulouse, dans le sud-ouest de la France, pour visiter le siège d'Airbus.

Airbus espère remporter le renouvellement des gros porteurs de la compagnie Thai Airways, soit une douzaine d'appareils.

La Thaïlande s'est lancée dans une ambitieuse politique de grands travaux, qui intéresse plusieurs grandes entreprises françaises, notamment Thalès pour le ferroviaire ou Vinci pour le développement d'autoroutes.

La Thaïlande est la deuxième économie d'Asie du Sud-Est et la 26ème économie mondiale, juste derrière la Belgique. Son Produit intérieur brut est plus de deux fois celui du Vietnam ou du Portugal, rappelle l'ambassade de France en Thaïlande.

La France est le deuxième exportateur européen vers la Thaïlande derrière l'Allemagne et devant la Grande-Bretagne.

Le secteur des "aéronefs et engins spatiaux" (54 % du total en 2017) est le premier poste d'exportations pour Paris.

Le général Prayut se rendra également en Grande-Bretagne, où il sera reçu par Teresa May le 20 juin à Downing Street. La question de l'organisation d'élections en Thaïlande, promises pour 2019, y sera abordée, mais à huis-clos.


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/12134-satellite-dobservation-dairbus-achet%C3%A9-par-bangkok-le-chef-de-la-junte-%C3%A0-lelys%C3%A9e/
IP archivée

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3263
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1035 le: juin 24, 2018, 10:26:44 pm »



Toujours plus d'automobiles construites en Thaïlande. + 14 % en un an !


La Thaïlande a produit le mois dernier plus de 193 000 véhicules, soit une augmentation de 13,94% par rapport au même mois de 2017, selon la Fédération des industries thaïlandaises (FTI).

Surapong Paisitpatnapong, du Club de l'industrie automobile thaïlandaise, a révélé que 193 130 véhicules avaient été fabriqués en mai, dont 98 875 ont été expédiés à l'étranger, soit une hausse de 9,75% par an. an. Mai a été le septième mois consécutif en Thaïlande voyant une augmentation des exportations automobiles.

En mai, 90 320 véhicules ont été produits pour le marché intérieur alors que le nombre réel d'unités vendues était de 84 965 véhicules, soit une augmentation de 27,9% d'une année sur l'autre. Surapong attribue l'augmentation des ventes domestiques à une plus grande confiance des consommateurs et à des campagnes publicitaires attrayantes.

Si le pays est en mesure de maintenir l'augmentation mensuelle de la production automobile de 3 à 4%, Surapong estime que la Thaïlande atteindra l'objectif de 2 millions de véhicules cette année, dont 1,1 million d'unités seront vendues à des acheteurs étrangers et 900 000 véhicules à consommateurs domestiques.

 
https://www.thaivisa.com/forum/topic/1044618-thailand-produces-more-than-190000-vehicles-in-may/
IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13793
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1036 le: juin 29, 2018, 07:20:12 am »


La décision est prise : la Thaïlande ne sera plus la poubelle du monde !

Le Département des travaux industriels (DIW) a rendu une ordonnance interdisant les importations de déchets électroniques et plastiques.

Le directeur général du DIW, Mongkol Pruekwatana, a déclaré aujourd'hui que son département allait inspecter 2 240 usines de recyclage à travers le pays.

Il a ajouté que le ministère avait immédiatement interdit les nouvelles importations de déchets électroniques et plastiques et qu'il proposerait au ministère de l'Industrie d'interdire ces importations pour une durée indéterminée.

Les sept sociétés autorisées à importer des déchets électroniques et les 26 entreprises autorisées à importer des déchets plastiques ne peuvent plus importer, tandis que tous les articles importés actuellement stockés dans les ports devront subir d'autres inspections.

À ce jour, 37 000 tonnes de déchets électroniques ont déjà été importés en Thaïlande cette année, en plus des 120 000 tonnes de déchets plastiques. La plupart des déchets électroniques importés comprennent des parties de composants électroniques et de circuits imprimés, Singapour et Hong Kong étant les principaux exportateurs.

Le DIW travaille également avec le Département des douanes pour bloquer toute nouvelle importation de ces articles dans le pays, et travaillera avec les administrations locales pour inspecter les 2 240 usines de recyclage du pays.


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/12186-la-d%C3%A9cision-est-prise-la-tha%C3%AFlande-ne-sera-plus-la-poubelle-du-monde/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13793
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1037 le: juin 29, 2018, 11:14:05 am »


Juste une petite remarque : l'article semble s'étonner que la Thaïlande compte 2 ou 3 millions de travailleurs migrants alors que de nombreux jeunes thaïlandais sont au chômage... Il faut donc rappeler que bon nombre de Thaïlandais (même non diplômés) ne veulent plus effectuer certains travaux comme ceux du bâtiment ou encore ceux ayant rapport au nettoyage en général (éboueurs, femmes de ménage, etc.) !


Thaïlande, 4e pays du monde avec le chômage le plus faible

Des sites web en ont classé la Thaïlande parmi les pays ayant le moins de chômage dans le monde, rapporte le ministère du Travail.

Le directeur général du Département de l'emploi, Anurak Tossara, a déclaré aujourd'hui que les autorités cherchaient une solution au problème du chômage des étudiants nouvellement diplômés.

Il a dit qu'une étude récente par Trading Economics.com et Index mundi.com sur le statut d'emploi global, a classé la Thaïlande au 4ème rang parmi les pays avec le moins de chômage. L'enquête a examiné la situation de l'emploi dans 215 pays. Taux de chômage en Thaïlande : 1,2 %.

Il a également noté que selon le rapport de l'Office national de la statistique, 170 900 nouveaux étudiants seraient au chômage. Le ministre du Travail Pol Gen Adul Saengsingkaew a convoqué une réunion des agences gouvernementales et du secteur privé pour trouver une solution à ce problème.

Le ministère du Travail offrira une aide à la recherche d'emploi grâce aux services du Smart Job Center, des bureaux locaux de l'emploi et des services en ligne sur www.doe.go.th/smartjob et l'application pour Smartphone du Centre pour l'emploi.

Alors que la pays fait appel à 2 ou 3 millions de travailleurs migrants, il serait facile de donner des emplois à des Thaïlandais mais Le chef du DOE a expliqué que le chômage en Thaïlande est dû au fait que l'enseignement supérieur forme des jeunes dans des domaines qui ne sont pas actuellement demandés sur le marché du travail ou par des décisions personnelles de prolonger la recherche d'emploi (sic).

Le DOE offrira des séances d'orientation aux étudiants avant leur entrée à l'université, leur fournissant une perspective précise sur le marché du travail actuel.


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/12184-tha%C3%AFlande-4e-pays-du-monde-avec-le-ch%C3%B4mage-le-plus-faible/
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13457
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1038 le: juillet 01, 2018, 09:42:45 pm »

Source: https://www.journal-aviation.com/actual … -est-lance


Un gigantesque centre de maintenance et réparation (MRO) sera lancé à U-Tapao...

C’est signé ! Airbus et Thai Airways International (THAI) ont officialisé l’accord pour la création d’une joint-venture dédiée à la maintenance, un projet né de la volonté du gouvernement thaïlandais de développer son industrie aéronautique il y a quelques années.

Comme prévu, ce gigantesque centre MRO sera implanté sur la plateforme d’U-Tapao, à 150 km au sud-est de Bangkok et au coeur du corridor économique de l’Est de la Thaïlande (EEC).

Cette installation, dédiée à la maintenance en base et en ligne d’appareil à fuselage large, sera l’une des plus modernes et l’un des plus importants en Asie-Pacifique.

Elle bénéficiera des toute dernières technologies numériques pour analyser les données des appareils, ainsi que des techniques d’inspection avancées, y compris avec l’utilisation de drones pour la surveillance des cellules.

Selon le Premier ministre de Thaïlande, le nouveau complexe de maintenance d’U-Tapao pourrait être opérationnel dès 2022.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13793
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1039 le: juillet 02, 2018, 07:29:20 am »


La Thaïlande grimpe à la 26e place du classement Doing Business de la Banque mondiale

La progression de la Thaïlande est spectaculaire, puisque le royaume progresse de 20 points cette année, dans le classement de référence du milieu des affaires, celui de la World Bank.

Le classement de la Thaïlande sur la facilité de faire des affaires en 2018, publié par  la Banque mondiale, est passé de la 46e à la 26e place dans 190 pays du monde.

La progression de la Thaïlande est spectaculaire dans le rapport de 2018, puisque le royaume progresse de 20 points cette année dans le classement de référence du milieu des affaires, celui de la World Bank.

C’est aussi la première fois que la Thaïlande figure parmi les 10 pays du monde les plus performants, c’est à dire ayant mis en oeuvre le plus de réformes dans l’année.

    « La Thaïlande a fait d’immenses progrès dans la réforme des entreprises cette année, avec un fort leadership gouvernemental aux plus hauts niveaux », a déclaré Ulrich Zachau, Directeur de la Banque mondiale pour la Thaïlande.

La Thaïlande occupe désormais la troisième place dans les pays de l’Asean en termes de facilité de faire des affaires, derrière Singapour, qui reste deuxième, et tout près de la Malaisie, qui descend d’un cran au 24e rang mondial.

« Le démarrage d’une entreprise en Thaïlande nécessitait auparavant un délai de 27,5 jours. Aujourd’hui, grâce à une série de réformes de la réglementation des affaires, le processus ne prend que 4,5 jours » , indique le rapport de la Banque mondiale.

Les autres pays membres de l’Asean évalués dans le rapport de 2018 sont:  Brunéi qui se classe au 56e rang; le Cambodge 135ème (en baisse de 4); l’Indonésie 72e (en hausse de 19); le Laos 141e (en baisse 2); Myanmar 171e (en baisse de 14); Philippines 113ème (en baisse de 14) et le Vietnam 68ème (en hausse de 14).

Selon « Ease of Doing Business 2018 » de la Banque mondiale, la Thaïlande a réalisé d’importantes améliorations dans six domaines, notamment le démarrage d’une nouvelle entreprise, l’obtention d’une installation d’électricité, l’obtention de crédit, la protection des investisseurs minoritaires, le paiement des impôts et l’exécution des contrats.


La Thaïlande parmi les 10 pays les plus performants en terme de réformes

Par région, les économies d’ Asie de l’Est et du Pacifique ont mis en œuvre 45 réformes au cours de l’année écoulée. La région abrite deux des 10 premières économies mondiales, Singapour et Hong Kong RAS, et deux des 10 meilleures améliorations de cette année, le Brunéi Darussalam et la Thaïlande.

Au cours des 15 dernières années, la région a mis en œuvre 371 réformes. En conséquence, le temps nécessaire pour démarrer une nouvelle entreprise a été réduit de plus de moitié à 24 jours, au lieu de 50 jours en 2003.

Mme Duangjai Asawachintachit, Secrétaire générale du Board of Investment, s’est félicitée de ce rapport.

« La Thaïlande a mis en œuvre de nombreuses mesures et projets pour améliorer l’environnement des affaires, y compris la modification des lois et l’introduction des services électroniques. Les résultats de ce dernier sondage reflètent clairement les efforts continus de la Thaïlande pour faire de la Thaïlande l’une des destinations préférées des affaires en Asie. »

La Banque mondiale a déclaré que la Thaïlande avait fait des progrès impressionnants, après avoir adopté un nombre record de huit réformes au cours de l’année écoulée.

« La Thaïlande a fait d’immenses progrès dans la réforme des entreprises cette année, avec un fort leadership gouvernemental aux plus hauts niveaux », a déclaré Ulrich Zachau, Directeur de la Banque mondiale pour la Thaïlande, la Malaisie et les partenariats régionaux.

« Avec sa 26ème place, la Thaïlande s’est hissée dans le top 15 des pays du monde dans la facilité de faire des affaires – une grande réussite. Nous sommes impatients de poursuivre notre solide partenariat avec la Thaïlande pour soutenir un environnement d’affaires solide et plus de bons emplois pour un plus grand nombre de personnes dans tout le pays » , a-t-il déclaré.


https://www.thailande-fr.com/economie/58413-thailande-grimpe-a-26e-place-classement-doing-business-de-banque-mondiale
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13793
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1040 le: juillet 16, 2018, 02:24:39 pm »


Le gouvernement promet d'éradiquer la pauvreté avant les élections générales

Le gouvernement a promis d'éradiquer la pauvreté avant les élections générales qui auront lieu dans les huit prochains mois, a déclaré le ministre du cabinet du Premier ministre, Kobsak Pootrakool (sorte de porte parole du gouvernement).

Dans une émission télévisée nationale, il a déclaré que le gouvernement est actuellement sur la bonne voie pour en finir avec la pauvreté, réduire les inégalités et promouvoir la participation du public à la politique afin d'ouvrir la voie à un avenir meilleur pour la Thaïlande.

Il a déclaré que le gouvernement avait l'intention de répondre aux besoins du public avant les élections législatives prévues dans les huit prochains mois, ajoutant que le gouvernement avait mené de nombreuses campagnes pour augmenter les revenus de la population, comme le regroupement des fabricants locaux en coopérative et la valorisation des produits locaux.

Le gouvernement a encouragé les entreprises communautaires et fourni un soutien sous la forme de fonds envoyés aux villages, en plus de prendre des mesures pour promouvoir l'épargne, ce qui aide les villageois à être plus autonomes sans emprunter sur le marché parallèle.

Le gouvernement prépare le pays à une société vieillissante, en particulier en améliorant le système de santé pour les personnes grabataires. Par ailleurs sont lancées des campagnes pour garantir les droits fonciers et les personnes à faible revenu ont doit à des allocations (exemple allocations familiales 600 thb par mois).



https://www.thaivisa.com/forum/topic/1048511-govt-pledges-to-eradicate-poverty-ahead-of-general-election/
IP archivée

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3263
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1041 le: juillet 17, 2018, 10:56:00 pm »


La Thaïlande progresse de 7 places dans le classement mondial de l'innovation !

Le Premier ministre thaïlandais, Prayut Chan-o-cha, a exprimé sa satisfaction pour le classement 2018 en matière d'Indice mondial de l'innovation (Global Innovation Index-GII), publié par l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI).

La position de la Thaïlande s'est améliorée parce que le pays dispose de potentiels pour produire des produits innovants, a déclaré le chef du gouvernement thaïlandais.

Selon le GII 2018, la Thaïlande est classée 44e parmi les 126 pays et économies répertoriés. Le pays était classé 51e l'année dernière.

M. Prayut a déclaré que la Thaïlande est également leader dans de nombreux aspects, tels que l'exportation de produits innovants (6e place), l'exportation de produits de technologies avancées (8è).

Par ailleurs, la Thaïlande est l'un des 20 pays ayant de grandes capacités en matière de développement de l'innovation.

Le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a déclaré que son gouvernement donnait la priorité au développement des infrastructures nécessaires au développement des innovations et des technologies de pointe, en promouvant et  protégeant l'utilisation de la propriété intellectuelle à des fins commerciales avec des mesures préventives contre la contrefaçon, ainsi qu’en intégrant la coopération entre organes gouvernementaux,  entreprises privées et établissements d'enseignement.

Il a souligné la nécessité pour les Thaïlandais de se renseigner sur le développement de l'innovation en utilisant les sciences, les technologies et la créativité en fonction des demandes du marché afin de fournir des produits et  services répondant aux besoins des clients.

Il a déclaré que les chercheurs devraient se concentrer sur les mesures visant à aider les personnes à bas revenu, via l'amélioration du système agricole, pour obtenir des récoltes moins importantes mais plus avantageuses, plutôt que de se concentrer sur la maximisation de la quantité. -NNT/VNA

 

https://fr.vietnamplus.vn/la-thailande-progresse-de-7-places-dans-le-classement-mondial-de-linnovation/105710.vnp
IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13457
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1042 le: juillet 18, 2018, 02:25:14 pm »

Français Ensemble dans le Club de Pattaya


Appels d'offres futur TGV reliant Bangkok à Rayong...

Deux sociétés françaises, Transdev Group et le groupe SNCF, sont en pourparlers avec Charoen Pokphand Group dans le cadre des appels d'offres de la construction du futur TGV qui reliera Bangkok à Rayong, et desservira les trois aéroports de Don Mueang, Suvarnabhumi et Pattaya U-tapao.

Ce vaste chantier, estimé à 224 milliards de bahts, doit être l'épine dorsale du "Eastern Economic Corridor (EEC)" qui concentre tous les efforts du gouvernement.

Somkid Jatusripitak, le vice Premier-ministre et celui des Finances, a récemment annoncé que les élections n'auront pas lieu avant que les appels d'offre des grands projets inscrits à l'agenda de la junte ne soient adjugés. Cela laisse peu de temps pour boucler des opérations très complexes.

Les autorités ont franchi la première étape en publiant le cahier des charges du train à grande vitesse. Un peu plus d'une trentaine de dossiers ont été retirés. Les Japonnais, qui ont réalisé l'étude de faisabilité et ficelé le dossier d'appel d'offre, partent avec trois tours d'avance.

C'est la Japan International Cooperation Agency (Jica) qui pilote l'opération. Le gouvernement thaïlandais a sollicité son savoir-faire pour améliorer le système éducatif dans la zone économique.C'est peu dire.

Le Japon est le premier investisseur étranger en Thaïlande. Au cours de la première moitié de l'année, le Japon a soumis 65 milliards de bahts de demandes à l'Office of the Board of Investment ", sur un total de 120 milliards !

Les Chinois tentent le coup. Les autres feront de la figuration, notamment les Français, qui dépendent totalement du bon vouloir de Charoen Pokphand Group, qui doit avoir de nombreux prétendants à ses pieds.

La rentabilité du projet de TGV dépend très largement de celle des opérations foncières qui doivent financer une grande partie des investissement et assurer l'équilibre de l’exploitation.

Les Japonais, qui ne semblent pas contraints, disposent des moyens pour proposer un taux de financement très compétitif. Ils sont les mieux placés pour assurer la construction, puis l'exploitation du réseau et de la gare de Bang Sue. Les trois grands groupes de distribution thaïlandais ne vont pas se tromper de cheval...
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13793
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1043 le: juillet 19, 2018, 07:57:17 am »


Surendettement : les enseignants demandent l'intervention du gouvernement

Les ENSEIGNANTS rejettent les accusations venant de certains hauts fonctionnaires qui suggèrent qu'ils ne veulent pas rembourser leurs emprunts.

Le groupe d'une centaine d'enseignants a rétorqué que le malheur d'être surendettés les avaient poussés à lancer la campagne exigeant que le gouvernement intervienne dans leur cas. Des termes déraisonnables dans les contrats de l’organisme de prêts pour les enseignants les empêcheraient de rembourser rapidement ce qu'ils doivent.

"Les gens (hauts fonctionnaires) devraient étudier les détails avant de proférer de telles accusations", a déclaré le président du Réseau professionnel des enseignants de Thaïlande, Auychai Watha. «Les enseignants ne refusent pas de rembourser les prêts, mais nous voulons que le gouvernement planifie des mesures pour régler le problème de quelque 500 000 enseignants surendettés".

"Beaucoup d'entre nous n'ont pas obtenu un traitement équitable de la part du programme d'aide de la Banque d'épargne du gouvernement (GSB) parce que le taux d'intérêt était incorrect", a déclaré M. Auychai.

M. Auychai a déclaré qu'il devait encore 1,1 million de baht après avoir payé plus de 7 000 bahts / mois au cours des sept dernières années pour rembourser les 1,2 million de baht qu'il a empruntés. Cela signifie qu'il a remboursé 7000 x 12 mois x 7 ans = 588 000 thb mais que sa dette n'a baissé que de 100 000 thb.

Le représentant enseignant a déclaré que le groupe voulait simplement l'aide du gouvernement pour résoudre les problèmes, tout comme il avait aidé les agriculteurs avec un moratoire sur les remboursements de la dette et un plan de restructuration de la dette. Les enseignants demandent également aux autorités de vérifier si la banque GSB a "profité" du système de prêt, a-t-il déclaré.

Le groupe de 100 personnes avait demandé samedi à 450 000 autres enseignants surendettés de cesser de rembourser les dettes dès le 1er août afin de faire pression sur le gouvernement et la GSB pour obtenir un moratoire de six mois sur les remboursements. Ils ont également demandé que le taux d'intérêt annuel tombe à 1 pour cent (contre les taux actuels de 5 et 7 pour cent). Les enseignants ont également exigé que l'Assemblée législative nationale et le gouvernement mettent en place un comité spécial pour trouver des solutions au surendettement des enseignants.

Toutefois, le président de la GSB, Chatchai Payuhanaveechai, a déclaré qu'aucune mesure d'assistance supplémentaire ne serait mise en place pour les débiteurs enseignants.

Il a déclaré que la banque avait déjà lancé plusieurs mesures pour aider, y compris la restructuration de la dette, un moratoire de trois ans sur le montant du prêt en capital et un prêt à faible taux d'intérêt pour le refinancement de l'ancienne dette.

En mai, GSB avait signé un protocole d'accord avec le fonds de prévoyance pour permettre la restructuration de la dette avec une réduction de 1% des intérêts sur les prêts.

GSB compte actuellement 433 000 débiteurs enseignants pour environ 406 milliards de Bt. soit environ un million en moyenne par enseignant.

Le secrétaire permanent adjoint du ministère de la Justice, Thawatchai Thaikhiew, a averti le groupe des enseignants qu'ils risquent gros s'ils cessent de rembourser leurs dettes, en particulier pour ceux qui doivent plus de 1 million de Bt.

Thawatchai a déclaré qu'ils pourraient être contraints à la faillite personnelle ce qui les disqualifieraient de facto pour des postes dans la fonction publique conformément à la loi de 2004 sur les enseignants.


https://www.thaivisa.com/forum/topic/1048940-teachers-push-back-in-thai-govt-loan-dispute/
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13457
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1044 le: juillet 23, 2018, 10:34:55 pm »

https://www.novethic.fr/actualite/social/conditions-de-travail

La robotisation risque d'accroître l'esclavage en Asie du Sud-Est...  :hang


C’est une autre conséquence de l’automatisation...  :(

En Asie du Sud-Est, où les emplois peu qualifiés sont la norme dans les secteurs textile, manufacturier ou électronique, des millions de postes vont être remplacés par des robots d’ici 20 ans.

Cela va accroître la concurrence entre des travailleurs prêts à baisser encore leurs exigences et à accepter des conditions de travail pouvant être assimilées à de l’esclavage.

Plus de la moitié des emplois dans les industries clés en Asie du Sud-Est sont menacés de disparaître d’ici une vingtaine d’années à cause de l’automatisation.

Au-delà de la perte de moyens de subsistance pour des millions de travailleurs, le cabinet d’analyses britannique Verisk Maplecroft (1) alerte sur une possible hausse de l’esclavagisme dans une région déjà fortement concernée par ce fléau.

Nivellement par le bas

"Les travailleurs ne disposant ni de la capacité à s'adapter, ni d’une protection sociale efficace seront davantage mis en concurrence pour des emplois peu qualifiés et mal payés de moins en moins nombreux.

Cela risque de créer un environnement qui relèvera de plus en plus de l'exploitation", explique Alexandra Channer, analyste chargée des droits de l'Homme chez Verisk Maplecroft.

"Sans des mesures concrètes de la part des gouvernements pour aider les générations futures à travailler aux côtés des machines, il pourrait y avoir un nivellement par le bas pour nombre de travailleurs."

L'agriculture, la pêche, l'exploitation forestière, le secteur manufacturier, la construction ou encore la distribution sont les domaines d'activité en Asie du Sud-Est où les travailleurs sont les plus susceptibles d'être remplacés par des robots, estime Verisk Maplecroft, notant que les risques en la matière sont particulièrement élevés au Vietnam avec 67 % des emplois qui pourraient disparaître.

Les femmes, premières victimes

Ce constat est d’autant plus inquiétant que les pays où l’automatisation va frapper le plus fort – Vietnam, Cambodge, Philippines, Thaïlande et Indonésie – sont déjà considérés comme ceux où le risque d’esclavage est le plus élevé et où la dépendance aux métiers peu qualifiés est très importante.

Par ailleurs, les femmes seront les premières victimes. Au Vietnam et au Cambodge, 85 % des emplois concernent le secteur textile et trois quarts des postes sont occupés par des femmes.

"L'adoption de technologies d'automatisation par les entreprises sera graduelle, mais les conséquences imprévues pour des millions de travailleurs dans les chaînes d'approvisionnement de la marque seront probablement sévères", poursuit Alexandra Channer.

"Les départements d'approvisionnement responsable, en particulier, doivent identifier et comprendre les effets négatifs de l'automatisation sur les droits de l'homme, et travailler avec la société civile et les gouvernements pour atténuer les impacts au sein de leurs propres chaînes d'approvisionnement."

Selon la Fédération internationale de la robotique, 250 000 robots industriels vont inonder le marché l’an prochain...  ??? :(

Et d’ores et déjà, les États-Unis ont inauguré la première usine de "robots-couturiers" sans opérateurs humains, chaque machine étant capable de remplacer 10 ouvriers…
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13457
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1045 le: juillet 26, 2018, 04:19:55 pm »

Sources : https://m.bangkokpost.com/business/news/1505534/putting-out-feelers-in-the-cricket-market


Le marché des insectes à l’étude en Thaïlande...


La production d’insectes pour le marché alimentaire est un secteur prometteur pour la Thaïlande et les enjeux de la recherche et des connaissances scientifiques dans ce domaine sont importants.

Les insectes comestibles font partie de l’alimentation humaine depuis des milliers d’années et constituent actuellement jusqu’à 20 % des protéines quotidiennes dans certaines communautés d’Amérique latine et d’Afrique. Ils sont également communs dans les régions rurales d’Asie, y compris en Thaïlande. Ils représentent également une source très intéressante pour l’alimentation animale.

Fin juin 2018, s’est tenu à Bangkok l’atelier “From Farm to Table- Capturing the Insects’ Value” organisé par l’université Kasetsart en collaboration avec l’Asian Food and Feed Insect Association (AFFIA).

A cette occasion ont notamment été mis en avant les enjeux de la recherche sur les propriétés nutritives des différentes espèces d’insectes (protéines, nutriments, …), les effets positifs sur la santé animale (exemple de l’augmentation des phagocytes chez les volailles) ou encore sur la fabrication de biofertilisants à partir des déjections d’insectes.

Une meilleure connaissance scientifique pourrait par la suite permettre une autorisation des produits issus des insectes sur le marché européen et plus de recherches dans ce domaine pourraient permettre également d’identifier des réductions de coûts.

La réglementation européenne évolue vers une autorisation de plus en plus élargie sur l’utilisation d’insectes dans l’industrie agroalimentaire. C’est le cas pour l’alimentation des poissons qui est autorisée depuis le 1er juillet 2017 sur le marché européen. Un des enjeux majeur étant de remplacer les 6 millions de tonnes de farine de poissons consommés chaque année dans le monde.

Cette évolution peut être une première étape vers une autorisation des insectes dans les aliments pour porcins et volailles. Les protéines animales restant interdites dans l’alimentation des animaux d’élevage (sauf en aquaculture) depuis l’épidémie d’encéphalite spongiforme bovine.

Pour les producteurs thaïlandais, un des obstacles à la production industrielle et à l’export sur le marché européen est que, pour l’instant, les insectes élevés pour la production d’aliments pour animaux sont considérés comme des animaux d’élevage, les substrats destinés à ces insectes doivent donc être conformes à la législation européenne sur la sécurité des aliments pour animaux.

À ce stade, seuls les déchets de fruits et légumes et quelques produits d’origine animale peuvent être utilisés comme aliments pour les insectes. Plusieurs fabricants d’aliments pour animaux souhaiteraient également que des substrats alternatifs pour l’alimentation des insectes puissent être utilisés à l’avenir, notamment des déchets issus de la restauration voire des effluents d’élevage.

Il y a près de 20 000 fermes de criquets en Thaïlande, situées dans 53 des 76 provinces, selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.

Les criquets naissent et sont abattus dans le même bâtiment, un processus qui dure environ 30 jours. Les criquets matures sont soumis à un processus en plusieurs étapes qui comprend la congélation avant d’être pasteurisés et broyés. La farine de criquets est ensuite utilisée dans un assortiment d’aliments du quotidien tels que le pain, les pâtes et les barres protéinées.

Le marché de la viande éclipse celui des insectes comestibles. Le marché mondial de la viande de vache dépasse les 2 000 milliards de dollars américains, tandis que le marché des insectes comestibles devrait atteindre 250 millions de dollars en 2018.

Le produit demeure un marché de niche et est tabou dans la plupart des communautés nord-américaines et européennes. Mais l’introduction de la poudre de criquets dans les aliments comme le pain ou les pâtes pourrait être une porte d’entrée vers une alimentation plus riche en insectes.

L’objectif est de réduire suffisamment les coûts pour rendre le produit attrayant pour les grandes entreprises. Mais il faudra peut-être des années avant que les producteurs de Thaïlande n’atteignent ce point. Beaucoup de producteurs actuels n’ayant pas encore mis en place une capacité de production suffisante et adapter aux standards internationaux.

Actuellement, la plupart des produits de criquets restent dans des magasins spécifiques ou des salles de sport, où ils sont plébiscités notamment parmi les végétariens pour qui il y a une différence entre tuer une vache et tuer un grillon.

De plus, les criquets nécessitent 12 fois moins de nourriture, 2 000 fois moins d’eau et beaucoup moins d’espace que les sources de viande traditionnelles. L’élevage est également moins exigeant en main-d’œuvre que pour les bovins ou les volailles.


Sources : https://m.bangkokpost.com/business/news/1505534/putting-out-feelers-in-the-cricket-market
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13457
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1046 le: août 03, 2018, 07:36:51 pm »

https://www.boursier.com/actions/actualites/news/drone-volt-signature-d-un-contrat-en-thailande-772425.html


Drone Volt : signature d'un contrat en Thaïlande...

Drone Volt signe un contrat avec le Département thaïlandais de contrôle de la pollution grâce à sa filiale AerialTronics reprise et remise en état de marche en moins de 1 an.

La pollution est devenue une menace sérieuse en Thaïlande, car elle nuit à la santé de la population, à la productivité des entreprises, et au tourisme qui contribue pour près de 20% au PIB du pays.

Le département a choisi l'Altura Zenith équipé de sa caméra Pensar dotée d'intelligence artificielle, en combinaison avec le capteur chimique RAE Systems du géant américain Honeywell.

Cette association technologique, une première, représente un atout majeur pour aider le pays à améliorer les mesures et les analyses de qualité de l'air. Elle pourrait constituer en outre un point de départ à l'ajout de solutions intelligentes qui seraient déployées à l'échelle nationale.

"Ce contrat est hautement symbolique à 2 titres. D'une part, il permet au groupe Drone Volt d'être référencé par une nouvelle agence gouvernementale qui pourrait prochainement déployer cette solution à grande échelle.

D'autre part, elle démontre la capacité de Drone Volt à intégrer des nouvelles équipes et la complémentarité des solutions qu'elle offre à ses clients, commente Olivier Gualdoni, PDG de Drone Volt.

Ce contrat fait partie des 65 négociations annoncées en mars 2018. Il vient s'ajouter notamment aux contrats avec l'armée française, avec une armée scandinave, et avec l'armée néerlandaise annoncés ces dernières semaines.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13457
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1047 le: août 06, 2018, 10:51:36 pm »

https://www.leblogauto.com/2018/08/tata-motors-cesse-de-produire-en-thailande.html


Tata Motors cesse de produire en Thaïlande...

Alors que Tata Motors a été contraint d’annoncer des pertes – dues notamment aux mauvaises performances de JLR – le groupe automobile indien vient d’annoncer qu’il cesserait ses activités de fabrication en Thaïlande.

Raisons invoquées : activité de moindre envergure et non viable dans la région. Un revirement aussi brutal que rapide alors qu’en mai 2017, le constructeur investissait dans le secteur en s’associant avec un nouveau partenaire.


Activité de moindre ampleur et non durable

Le constructeur a indiqué dans un communiqué que dans le cadre d’un ré-examen, il avait réévalué son modèle d’entreprise en Thaïlande afin de pouvoir le maintenir durable pour le long terme. Arguant d’une activité actuelle « de moindre ampleur et non durable » il a fait part de sa décision de cesser ses opérations de fabrication durant l’exercice fiscal en cours.

Ajoutant que la société continuerait toutefois à commercialiser ses offres sur le marché thaïlandais par le biais d’importations.

Cette décision s’inscrit dans le cadre de la stratégie Turn-around 2.0 de Tata Motors, qui vise à générer une croissance « constante, compétitive et rentable » nous est-il précisé.


Présence maintenue sur le marché thaïlandais

Le constructeur a déclaré qu’il continuerait de s’adresser au marché thaïlandais via un portefeuille de produits remanié, adapté aux besoins du marché local. Ajoutant que les livraisons seront réalisées via un modèle de distribution CBU (Completely Built Unit).

Pour rappel, les termes CBU et CKD font référence à l’assemblage de voitures en Inde. CBU (Unité d’assemblage complète) signifie que la voiture est complètement importée du pays d’origine en Inde.

CKD (Completely Knocked Down ou complètement démonté) signifie que certaines parties de la voiture sont expédiées vers le pays de vente où elles seront assemblées par la suite en vue de former un véhicule complet.

Tata Motors a tenu à préciser qu’il était engagé dans la région de l’ASEAN, où la Thaïlande constituait un marché important et que la société s’efforce de continuait à servir ses clients lors de sa transition vers le nouveau modèle opérationnel.


Tata aurait perdu jusqu’à 24,7 millions de dollars  dans le cadre de son business en Thaïlande l’année dernière.

Tata Motors Thaïlande y a débuté ses activités en 2008, dans le cadre d’une coentreprise avec le groupe d’assemblage automobile Thonburi (Thonburi Automotive). L’entreprise vendant un certain nombre de véhicules utilitaires dans la région, allant des massifs pick-up Xénon d’une tonne aux véhicules utilitaires moyens et lourds.


Mai 2017 : quand Tata Motos investissait dans une usine d’assemblage en Thaïlande

En mai 2017, le quotidien thaïlandais Bangkok Post indiquait que Tata Motors Thailand investissait 500 millions de bahts (près de 13 millions d’euros) dans une nouvelle usine d’assemblage exploitée par son nouveau partenaire BGAC. L’annonce du changement intervenant un mois après l’expiration de son contrat de dix ans avec Thonburi Automotive.

Le PDG de Tata Motors Thaïlande, Sanjay Mishra, avait alors déclaré que Tata Vehicles avait signé un accord avec Bangchan General Assembly Bangkok, une filiale de Phra Nakorn Automobile Company, pour assembler des modèles de pick-ups comme le Tata Xenon … et ce, pour les cinq prochaines années …

L’usine BGAC, qui assemblait jusque là les pick-ups chinois de Foton, avait débuté l’assemblage des véhicules Tata à partir d’octobre 2017.

L’installation, dotée d’une capacité de production annuelle de 10 000 unités, était prévue pour une capacité de montage de 8 000 unités pour les pick-ups Tata Xenon et de 2 500 pour les mini-trucks Tata Super Mint.

« Nous sommes toujours convaincus que la Thaïlande est un marché automobile compétitif, c’est pourquoi nous avons investi 4 milliards de bahts (près de 104 millions d’euros ) dans notre secteur automobile au cours de la dernière décennie », avait déclaré à cette occasion Sanjay Mishra ….


Propos énoncés en mai 2017 … depuis les choses ont changé …
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13793
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1048 le: septembre 04, 2018, 09:36:38 pm »


Thaïlande : la croissance se ralentit au 2è trimestre

L'économie thaïlandaise a progressé à un rythme moins rapide qu'au trimestre précédent, mais le Conseil national de développement économique et social (NESDB) a maintenu sa prévision de croissance du PIB à 4,2-4,7% pour 2018.

 Selon le NESDB, le PIB thaïlandais au 2e trimestre a augmenté de 1% sur le trimestre précédent, après correction des variations saisonnières.

Le NESDB a également relevé ses prévisions de croissance des exportations en 2018 à 10%. Il a prévu que l'activité d'exportation prospérerait grâce à l'amélioration du développement économique des partenaires commerciaux du pays.

Au 2e trimestre, la deuxième plus grande économie d'Asie du Sud-Est a bénéficié d'une augmentation des exportations de 12,3% en glissement annuel. Cependant, la croissance du tourisme est tombée à 9,1%, contre 15,4% au premier trimestre.

Les statistiques du NESDB ont également montré que les dépenses de consommation privée de la Thaïlande ont augmenté de 4,5% au 2e trimestre de 2018 par rapport à la même période de l'année dernière, tandis que les investissements privés et publics ont augmenté respectivement de 3,2% et 4,9%.

La Banque de Thaïlande (BoT) a maintenu ses taux d’intérêt à 1,5%, proche du niveau record d’avril 2015. La prochaine réunion de politique monétaire de la BoT aura lieu le 19 septembre, mais les analystes estiment que la banque ne changera pas sa politique en 2018. -VNA



https://fr.vietnamplus.vn/thailande-la-croissance-se-ralentit-au-2e-trimestre/107125.vnp
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13793
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1049 le: septembre 09, 2018, 08:49:33 am »


La Thaïlande sixième économie d’Asie

La Chine, deuxième économie mondiale, domine nettement la région avec un PIB de 25 300 milliards de dollars en hausse de 9% par rapport à 2017.

La Chine, deuxième économie mondiale, domine nettement la région avec un PIB de 25300 milliards de dollars en hausse de 9% par rapport à 2017, suivie de l’Inde avec 10380 milliards de dollars, ce qui représente une hausse de 9,8% par rapport à l’année précédente.

La Thaïlande se situe en 6eme position entre la Corée du Sud et Taiwan.
IP archivée