Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Auteur Sujet: L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.  (Lu 327826 fois)

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3298
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1050 le: septembre 09, 2018, 07:49:18 pm »


Prayut veut que les Thaïlandais produisent moins de déchets mais ne prend aucune mesure !!!

BANGKOK, 8 septembre 2018 (NNT) - Le Premier ministre, le général Prayut Chan-o-cha, a appelé à la participation du public à la réduction des déchets, en particulier ceux en plastique, surtout dans les sites touristiques du pays. Cependant, aucune mesure dans ce sens n'a été prise comme, par exemple, cesser de donner de très nombreux sacs en plastique dans les commerces.

Gen Prayut a déclaré cette semaine qu'une campagne avait été lancée pour sensibiliser à l'environnement et encourager les touristes à partager la responsabilité des ressources naturelles et de l'environnement. Les premiers touristes visés sont les Thaïlandais.

Les secteurs public et privé s’associent à un projet de gestion durable des matières plastiques et des déchets. Tous les organismes publics compétents, tels que le Ministère de l’environnement, le Ministère du tourisme et le Ministère de l’intérieur, ont été invités à éliminer autant de déchets que possible.

Alors que la Thaïlande est confrontée au problème de la collecte et de l'élimination des déchets, Gen Prayut a souligné la nécessité pour le secteur public de fournir des informations à la population sur la séparation efficace des déchets. Aucune mesure précise n'a été suggérée. Il faut aussi insister sur la gestion des déchets, dit-il. Plus de 300 incinérateurs de déchets doivent être construits dans 77 provinces de Thaïlande.

Le Département des parcs nationaux encourage les visiteurs à réduire leur consommation de plastiques à usage unique dans les 154 parcs nationaux de Thaïlande. Cette initiative couvre les sacs en plastique, les contenants alimentaires en polystyrène, les bouteilles d'eau et les ustensiles - essentiellement tout article qui est généralement utilisé une seule fois, puis jeté. Il s'agit d'une reculade puisque le mois dernier ces objets étaient interdits dans les parcs nationaux, or on parle ici de "réduction de la consommation".

La campagne menée par le département contre les plastiques à usage unique a été considérée comme un grand pas dans la bonne direction pour protéger la beauté naturelle de la Thaïlande. Une série de bannières, en thaï au stade initial, a été réalisée pour aider à sensibiliser le public dans les parcs nationaux du pays. Celles-ci encouragent les gens à penser aux effets nocifs des plastiques qu'ils jettent et à agir de manière respectueuse de l'environnement.




https://www.thaivisa.com/forum/topic/1056523-pm-wants-thai-waste-reduced/
IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14328
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1051 le: septembre 17, 2018, 08:18:45 am »


La Thaïlande dispose de 200 milliards de dollars de réserves

La Thaïlande a des réserves de change «très élevées» estimées à près de 200 milliards de dollars a déclaré dans son discours hebdomadaire le Premier ministre Prayut Chan-o-cha.

S’exprimant dans son discours hebdomadaire, il a souligné que les réserves de change de la Thaïlande sont 3,5 fois plus élevées que ses dettes à court terme, ce qui suggère que les réserves de change du pays sont plus que suffisantes.

A titre de comparaison, la France dispose de réserves de change d’environ 147 milliards d’euros, pour une dette extérieure évaluée à 5,3 trillions d’euros. Les réserves de change de la France couvrent donc environ 3% du montant de sa dette extérieure.

Si la Thaïlande voulait régler toutes ses dettes publiques aujourd’hui avec ses réserves de change, les dettes publiques du pays seront réduites à 4% du PIB, car le niveau international de la dette extérieure publique thaïlandaise ne dépasse pas 60% du PIB (97% du PIB pour la France).

Le chef du gouvernement militaire thaïlandais a expliqué ces fortes réserves de change et la bonne tenue  économique du pays par le financement de la dette par des emprunts intérieurs, la restructuration de prêts en prêts à long terme, la croissance des exportations et des services, et la discipline financière.

Alors que de nombreux autres pays, comme le Venezuela, la Turquie et l’Argentine, connaissent une crise économique, le Premier ministre a déclaré que l’économie thaïlandaise restait forte et faiblement affectée par la faiblesse des devises des autres pays émergents.


La bonne tenue du thaï baht

La Thaïlande, berceau de la crise financière asiatique il y a deux décennies, a émergé comme un pays refuge contre la déroute financières des devises émergentes de cette année.

Le baht a surperformé toutes les autres devises des pays en développement au cours du mois écoulé alors que les turbulences centrées sur l’Argentine et la Turquie ont commencé à se propager sur les marchés émergents.

L’excédent courant et les réserves de change élevés, ainsi qu’un niveau relativement faible de la dette détenue par des étrangers ont amorti l’impact de la crise de monnaies émergentes en Thaïlande, pendant laquelle la livre turque a perdu plus de 40% et la roupie indienne 12%.

Autre spécificité de la Thaïlande : une balance des paiements positive qui permet de limiter de recours à l’endettement, ce qui est loin d’être le cas de la France.



https://www.thailande-fr.com/economie/63772-la-thailande-dispose-de-200-milliards-de-dollars-de-reserves
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14328
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1052 le: septembre 20, 2018, 08:09:14 am »


La corruption coute 100 milliards de bahts par an

L'expert Sungsidh Piriyarangsan a déclaré que son « estimation prudente » estimait les dommages entre 50 et 100 milliards de Bt pour la seule année 2018. Il a basé son estimation sur les conclusions de 14 études sur la corruption financées par la Commission anti-corruption du secteur public (PACC).

Selon Sungsidh, son étude de cas - l’une des 14 - sur une agence d’État contre les stupéfiants a révélé des irrégularités d’une valeur de 2 à 10 milliards de Bt, impliquant des récompenses offertes aux fonctionnaires qui ont procédé à des arrestations au cours de l’année écoulée. (L'exercice en cours a débuté le 1er octobre 2017 et se termine le 30 septembre.). Il est difficile de mettre dans le même panier irrégularités et malversations.

Sungsidh a déclaré que les fraudes ont été commises par des fonctionnaires à différents niveaux dans des agences à Bangkok, dans les provinces et aussi dans des organisations administratives locales. Et la corruption impliquait à la fois des projets gouvernementaux, petits et grands, avec une tendance croissante à impliquer les plus petits, a-t-il ajouté.

« Ce sont peut-être de petits projets, mais le coût des dommages causés par la corruption est énorme », a-t-il déclaré.

Sungsidh s’exprimait lors d’un séminaire universitaire présentant les conclusions des 14 études sur la corruption, organisées par le PACC dans un hôtel de Pak Kret à Nonthaburi.

Selon le secrétaire général de l’agence, Wannop Somjintanakul, les études de cas couvrent différentes formes de corruption étudiées par le PACC. Les études visent à rectifier les erreurs et à prévenir des irrégularités similaires à l'avenir, a-t-il ajouté.

Sungsidh, doyen de l’Université Rangsit, est connu pour ses recherches et ses ouvrages sur la corruption. Hier, il a détaillé les différentes formes de corruption impliquant des agents de l'État découvertes par les études de cas.

Celles-ci incluent l'enregistrement de faux mariages entre étrangers et thaïlandais, le détournement de fonds publics destinés aux nécessiteux et fraudes dans les marchés publics.

« La corruption a augmenté rapidement parce que la politique thaïlandaise est un système fermé », a déclaré l’universitaire. «Une grande faiblesse est que nous n’avons aucune agence qui contrôle vraiment. Le Parlement et les agences indépendantes existent, mais ils ne peuvent pas enquêter sur les politiciens puisque les membres des agences de contrôle sont nommés par les politiciens qu'ils devraient contrôler."

«L’histoire et la culture du pays consacrent le système de mécénat ou féodalité existant, dans lequel prospèrent les personnes ayant les bonnes relations et connexions. En outre, l’application de la loi n’est pas suffisamment efficace, bien que le gouvernement ait publié de nombreuses lois anti-corruption », a-t-il ajouté.

Sungsidh a prédit une aggravation de la corruption et a averti que l’économie du pays serait finalement mise à mal en raison de la concurrence déloyale résultant des pots-de-vin versés à des fonctionnaires corrompus.

Lorsqu'on lui demande lequel d'un gouvernement élu ou non élu était plus corrompu, il déclare les administrations politiquement "fortes" avaient tendance à être plus corrompues, qu'elles soient élues ou non.

Par ailleurs, le président de la PACC, Kitti Limchaikit, a déclaré hier que l’agence avait reçu plus de 30 000 plaintes au cours des 10 dernières années. Il s’agissait principalement de plaintes contre des agents de l’État. Il ne dit pas si ces plaintes débouchent sur des poursuites.


-------------------------
 

Parallèlement, la Division de la lutte contre la corruption de la Police royale thaïlandaise enquête sur sept fonctionnaires soupçonnés d’avoir aidé une société de négoce de pétrole à échapper aux droits d’accise sur la vente d’essence destinée à être exportée au Myanmar.

Selon une source proche du dossier, trois des fonctionnaires travaillent au service des accises et les quatre autres au service des douanes.

Les fonctionnaires auraient signé des documents attestant l’exportation de 32 000 litres d’essence par le poste de contrôle de Mae Sot, dans la province de Tak. On a découvert plus tard que l'essence n'avait pas été exportée mais avait été vendue dans la province de Phitsanulok.

Le général de police Kitti Rianracha, commissaire de la CCD, a déclaré que cet accord avait coûté au moins 3 millions de Bt en droits d'accise, car l'essence destinée à l'exportation était exonérée de taxe. Les sept responsables pourraient être accusés de malversations et usage de faux s’ils ont été déclarés coupables, a déclaré la source anonyme de la police.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/12656-la-corruption-coute-100-milliards-de-bahts-par-an/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14328
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1053 le: septembre 21, 2018, 08:30:46 am »


Le gouvernement thaïlandais va détruire 861 bateaux de pêche illégaux

Au total, 861 bateaux de pêche non enregistrés auprès des autorités thaïlandaises devraient être détruits d'ici la mi-décembre.

Le gouvernement thaïlandais intensifie en ce moment ses efforts pour améliorer le statut réglementaire des navires de pêche.

La Thaïlande qui est menacée par l'Union européenne de sanctions commerciales en raison de ses pratiques de pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN), tente de réorganiser sa flotte avant la prochaine série de pourparlers sur la pêche avec l'UE programmée en septembre.

Au 16 août, la Thaïlande comptait plus de 10.700 bateaux de pêche enregistrés, tandis que 6.315 bateaux n'étaient toujours pas immatriculés.

Depuis 2015, la Thaïlande avait déjà reçu un "carton jaune", à cause d'un cadre législatif de lutte contre la pêche illégale inadéquat et de la faiblesse de ses systèmes de surveillance, de contrôle et de traçabilité. Si l'Union européenne (UE) donne ensuite un "carton rouge" au pays, les importations de poissons et fruits de mer thaïlandais dans l'UE seraient alors interdites.

En mi-mai dernier, l'UE a décidé de maintenir le "carton jaune" pour la Thaïlande.

Les activités de pêche dans les eaux de l'Asie du Sud-Est se resserrent de plus en plus lors de ces derniers temps. En août dernier, l'Indonésie a coulé 125  bateaux étrangers pour pratiquer la pêche illégale au sein de cet archipel de quelque 17.000 îles.

Depuis 2014, les autorités indonésiennes ont arrêté et coulé 488 bateaux pris en train de pêcher illégalement. -VNA


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/12665-le-gouvernement-tha%C3%AFlandais-va-d%C3%A9truire-861-bateaux-de-p%C3%AAche-ill%C3%A9gaux/
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13631
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1054 le: septembre 22, 2018, 03:33:55 pm »

Français Ensemble dans le Club de Pattaya


JUSTICE : FORD condamné ...


La " South Bangkok Civil Court" a ordonné à Ford Sales & Service (Thailand) d'indemniser 291 clients, pour des montants compris entre entre 20 000 et 200 000 bahts chacun, plus 7,5% par an d'intérêts de retard.

La cour a reconnu la responsabilité du constructeur qui a livré des véhicules non conformes aux normes.

Ce dernier devra également prendre en charge 150 000 bahts de frais d'avocat et une prime de 800 000 bahts pour avoir remporté l’affaire, conformément à la loi.

Le problème concernait la transmission PowerShift, la boîte de vitesses semi-automatique à double embrayage (DPS6) à six rapports de Ford, défectueuse selon certains utilisateurs. Cela concernait les modèles Fiesta et Focus.

Le tribunal a accepté la procédure du recours collectif en raison du nombre de plaintes.

Ford a déclaré dans un communiqué qu’il respectait le verdict du tribunal...
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14328
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1055 le: septembre 24, 2018, 08:31:06 am »


Des routes plus sûres stimuleraient le PIB thaïlandais de 22% assure la Banque mondiale

La THAÏLANDE pourrait obtenir des avantages économiques importants à long terme en rendant les routes plus sûres et en épargnant à ses populations principalement jeunes et compétentes des décès prématurés dans des accidents, selon la Banque mondiale.
 
Épargner des vies pour des raisons humanitaires n'a jamais motivé suffisamment les autorités thaïlandaises au cours de 50 dernières années pour lutter contre les accidents de la route, peut-être qu'une approche économiques les incitera à agir.

Un rapport publié plus tôt cette année, intitulé «Le coût élevé des accidents de la route: inacceptable et évitable», conclut que si les accidents de la route pouvaient être réduits de 50% en Thaïlande et la sécurité routière satisfaisante pendant 24 ans, l'économie un coup de pouce de 22%.

Dipan Bose, l’un des chercheurs impliqués, a déclaré que la clé pour gagner cet avantage substantiel était de faire en sorte que les jeunes productifs vivent assez longtemps pour contribuer à la prospérité du pays.

Au lieu de cela, ils meurent ou sont mutilés dans des accidents de la route alors qu’ils sont encore jeunes.

« Les accidents de la route sont la principale cause de mortalité et d’invalidité à long terme chez les personnes de 15 à 29 ans en âge de travailler », a déclaré Bose, du Global Road Safety Facility de la Banque mondiale.

"En améliorant la sécurité routière, nous pouvons sauver de nombreuses personnes jeunes et de valeur - le capital humain -", a-t-il déclaré lors d'une interview exclusive avec The Nation.

Les statistiques indiquent que trois victimes d’accidents de la circulation sur quatre étaient des jeunes et des hommes et que la plupart étaient des soutiens de famille pauvres.

En perdant ces jeunes gens productifs, non seulement le pays perd le bénéfice de leurs contributions économiques, mais leurs familles souffrent également lourdement.

Selon le Centre de sécurité routière thaïlandais, 15 256 personnes ont trouvé la mort dans des accidents de la route l’année dernière. Près de 79% des personnes décédées étaient des hommes et la plupart avaient entre 16 et 25 ans. Cependant l'OMS assure que ce sont 24 000 Thaïlandais qui meurent chaque année sur le routes et jamais aucun gouvernement n'a pris la moindre vraie mesure pour endiguer ce carnage.

 Bose a déclaré que l'amélioration de la sécurité routière apporte également des avantages sociaux à la société. Les chercheurs ont calculé que, si le taux de mortalité par accident de la route pouvait être réduit de moitié d'ici 2038, 138 168 décès pourraient être évités. Pour palier à ces décès et ces invalidités (d’autres facteurs entrent en jeu), la Thaïlande fait venir 3 millions de travailleurs migrants.

Cela conduirait à une croissance des revenus au niveau macroéconomique, générant un flux de revenus supplémentaire équivalant à 22,2% du PIB de la Thaïlande en 2014, a-t-il déclaré.

Avec des gains économiques et sociaux aussi élevés, M. Bose, la Thaïlande et d’autres pays à revenu intermédiaire seraient bien avisés d’accorder la priorité à la sécurisation des routes.

L’amélioration de l’infrastructure, la promotion de l’utilisation des transports en commun et l’encouragement à marcher ou à faire du vélo plutôt qu’à conduire apporteraient un bénéfice pour toute la société.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les routes de Thaïlande sont les deuxièmes plus meurtrières au monde, avec des accidents mortels de 36 personnes sur 100 000 et un taux de mortalité annuel estimé à plus de 24 000 personnes.

Ainsi, 66 personnes meurent chaque jour sur les routes, entraînant des pertes financières évitables équivalant à 3% du PIB thaïlandais.

Plus de 11 000 morts et 717 000 blessés ont été recensés dans des accidents de la route en Thaïlande jusqu'à présent cette année.



https://fr.thaivisa.com/forum/topic/12681-des-routes-plus-s%C3%BBres-stimuleraient-le-pib-tha%C3%AFlandais-de-22-assure-la-banque-mondiale/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14328
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1056 le: septembre 25, 2018, 08:27:42 am »


Exportations thaïlandaises : 18 mois successifs de croissance

La valeur totale des exportations thaïlandaises a augmenté de 6,7% en glissement annuel pour atteindre 22,79 milliards de dollars EU (1230 milliards Bt) en août, enregistrant une croissance continue pendant 18 mois, selon le ministère du Commerce.

Le directeur du Bureau des stratégies commerciales, Pimchanok Vonkorpon, a déclaré que la valeur des importations atteignait 23,38 milliards de dollars EU en août, en hausse de 22,8% en glissement annuel, entraînant un déficit commercial de 588 millions de dollars EU.

La valeur totale des exportations thaïlandaises pour les huit premiers mois de cette année était de 169,03 milliards de dollars, en hausse de 10% en glissement annuel. La valeur totale des importations au cours des huit premiers mois de cette année s’élevait à 166,67 milliards de dollars, en hausse de 15,9% d’une année sur l’autre, entraînant un excédent commercial de 2,35 milliards de dollars.

Pimchanok a déclaré que la croissance des exportations en août était due à la hausse de 5,8 pour cent des ventes à l'étranger de produits industriels, ainsi qu'aux exportations de produits dérivés du pétrole, de pièces automobiles, de cosmétiques et de produits de traitement de l'acné en augmentation de 50,6 pour cent sur un an. Les exportations de légumes frais, les fruits, le manioc et le riz ont augmenté de 4,1%.


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/12674-exportations-tha%C3%AFlandaises-18-mois-successifs-de-croissance/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14328
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1057 le: septembre 30, 2018, 08:03:16 am »


Le ministère des Affaires étrangères confirme l'envol de l'économie thaïlandaise

Avec toute l'attention portée à la dernière ligne droite avant les élections générales en Thaïlande, une bonne nouvelle est passée inaperçue, à savoir les excellents chiffres de l'économie du pays.

Selon des statistiques officielles récemment publiées par le ministère des Finances de Thaïlande, l'économie thaïlandaise a été sensiblement plus performante au cours du premier trimestre de 2018 que pendant la même période il y a quatre ans, en 2014.

La croissance du PIB au premier trimestre de cette année a atteint 4,8 %, soit le niveau le plus élevé en 5 ans. Elle découle en partie d'une forte progression de 6 % des exportations de biens et de services, ainsi que d'une augmentation des investissements dans le secteur privé et dans le secteur public, s'élevant à 3,1 % et 4 % respectivement. Le ministère du Commerce a également annoncé que les exportations thaïlandaises au cours des 6 premiers mois de 2018 avaient progressé de 11 %, soit le niveau le plus élevé en 7 ans.

Plusieurs institutions internationales partagent le même optimisme concernant la Thaïlande. Selon les projections du Fonds monétaire international (FMI), la forte croissance du royaume devrait se poursuivre jusqu'à la fin de l'année et pour une grande partie de 2019. La Banque asiatique de développement (BAD) a récemment revu à la hausse ses prévisions de croissance en Thaïlande, le seul pays du Sud-Est asiatique à avoir obtenu cette distinction.

Le « taux d'utilisation des capacités de production » est une mesure qui permet d'évaluer la performance d'une économie et de l'utilisation des facteurs de production. En 2018, cet important indice a augmenté d'environ 63 % au premier trimestre 2014 à 72,4 % au premier trimestre 2018. Une fois encore, cela correspond au taux le plus élevé du pays au cours des 5 dernières années.

L'industrie florissante du tourisme en Thaïlande a joué un rôle essentiel dans la réussite économique du pays avec, presque chaque année, une augmentation du nombre de touristes étrangers de 25 millions en 2014 à 35 millions cette année soit une progression remarquable de 40 % en l'espace de quatre ans seulement. Ces touristes visitent toutes les régions du pays, mais il convient de relever que, depuis deux années consécutives, Bangkok a été sacrée « ville la plus populaire chez les touristes internationaux » par MasterCard.

La force globale de l'économie et le sentiment généralisé de confiance sont soulignés par l'indice de marché boursier de la Thaïlande, qui a enregistré un certain nombre de records au cours des quatre dernières années, passant de 1 376 points au premier trimestre 2014 à 1 776 points au premier trimestre 2018.

Les solides bases de l'économie du pays se manifestent dans quelques autres indices économiques essentiels. La balance courante de la Thaïlande a dégagé un surplus de 17,1 milliards de dollars américains au premier trimestre 2018, par rapport à 6,7 milliards de dollars américains au premier trimestre 2014. Au cours de la même période, les réserves internationales du pays, qui se situaient à 167 milliards de dollars américains il y a quatre ans, atteignent aujourd'hui plus de 211 milliards de dollars américains.

Ce surplus de la balance courante et ce haut niveau de réserves étrangères, conjugués au faible taux en permanence du chômage et de l'inflation, ont placé la Thaïlande dans une position économique très enviable. Ces chiffres sont la principale raison pour laquelle la Thaïlande a été désignée l'« économie la plus heureuse dans le monde » pour la quatrième année consécutive par le Bloomberg Misery Index.

D'autres publications internationales ont également classé l'économie thaïlandaise en haut de leurs classements, en particulier U.S. News and World Report qui, pour deux années consécutives (2016 et 2017), a placé la Thaïlande à la première place dans la catégorie « meilleur pays pour créer une entreprise ». En outre, la Thaïlande se classe à la huitième place dans la catégorie « meilleur pays dans lequel investir », ce qui démontre la confiance de la communauté internationale dans l'économie thaïlandaise.

Tous ces indicateurs traduisent les efforts inlassables déployés par le gouvernement actuel du Premier Ministre Prayut Chan-o-cha pendant ces quatre dernières années pour réformer l'économie thaïlandaise et offrir un meilleur niveau de vie à l'ensemble de sa population. Avec d'autres programmes en préparation, comme le Couloir économique oriental (CEO), l'avenir semble de plus en plus brillant pour la Thaïlande et son peuple.


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/12713-le-minist%C3%A8re-des-affaires-%C3%A9trang%C3%A8res-confirme-lenvol-de-l%C3%A9conomie-tha%C3%AFlandaise/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14328
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1058 le: octobre 05, 2018, 08:20:26 am »


La France deuxième pays exportateur de l’UE vers la Thaïlande

La France conserve son rang de deuxième exportateur européen vers la Thaïlande en 2017.

Selon une note du ministère des finances, les échanges entre la France et la Thaïlande ont dépassé la barre des 5 milliards € en 2017.

La France conserve son rang de deuxième exportateur européen vers la Thaïlande (16,9 % du total UE) derrière l’Allemagne (29,5 %) et devant la Grande-Bretagne (14,2 %).


Un solde commercial déficitaire

Le solde commercial de la France avec la Thaïlande est toujours déficitaire, mais il s’est amélioré de -860 M€ en 2016 à -394 M€ en 2017.

Les parts de marché françaises ont progressé en 2017 à 1,56 % contre 1,44 % en 2016 . C’est moins que l’Allemagne (2,72 %), mais davantage que la Grande-Bretagne (1,31 %) ou l’Italie (0,92 %).

Les exportations françaises représentent ainsi 16,88 % des exportations de l’UE en Thaïlande.


Des importations de matériels électroniques et informatiques

Les importations thaïlandaises en France ont aussi progressé (+4,1 %)  en 2017 pour atteindre 2,7 milliards €.

La France demeure le quatrième client de la Thaïlande au sein de l’UE (7,5 % des ventes thaïlandaises), derrière l’Allemagne (20,1 %), les Pays-Bas (17,1 %) et la Grande-Bretagne (17,1 %).

La France importe d’abord des « équipements mécaniques, matériel électrique, électronique et informatique » : 39,8 % des importations en 2017 (+ 90,2 % entre 2008 et 2017). Viennent ensuite les « produits agroalimentaires » (+12 % depuis 2008).

Ces évolutions traduisent une réalité : le commerce extérieur de la Thaïlande est celui d’un pays industrialisé.

Le pays perd en compétitivité dans la confection, vouée aux pays à plus faibles coûts salariaux, mais sa base industrielle, liée aux investissements étrangers, est la source majoritaire de ses exportations.

Source : Le commerce bilatéral France-Thaïlande en 2017


https://www.thailande-fr.com/economie/64608-la-france-deuxieme-pays-exportateur-de-lue-vers-la-thailande
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14328
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1059 le: octobre 12, 2018, 07:50:51 am »


Le FMI relève ses prévisions de croissance pour la Thaïlande à 4,6%

Le Fonds monétaire international (FMI) a relevé sa prévision de croissance économique de la Thaïlande pour cette année à 4,6% contre 3,9% l’an dernier, tout en réduisant les prévisions de croissance économique pour les pays de l’Asean.

Dans ses prévisions de croissance économique mondiale pour 2018 et 2019, publiées mardi, le FMI prévoit aussi que l’économie thaïlandaise ne devrait enregistrer qu’une croissance de 3,9% en 2019.

La prévision de croissance économique du FMI pour la Thaïlande en 2018 est comparable aux prévisions de 4,4% de la Banque de Thaïlande.

Mais l’estimation de la croissance établie par le FMI pour 2019 est inférieure à celle de 4,2% de la banque centrale.

La semaine dernière la Banque Mondiale avait estimé à 4,5% la croissance pour la Thaïlande soit la plus faible des pays en développement de l’Asie, où la croissance économique devrait atteindre 4,9% à 7% cette année.


Des prévisions en baisse pour les pays de l’Asean

En ce qui concerne les autres pays membres de l’Asean, les prévisions de croissance économique des Philippines sont réduites à 6,5% par rapport à 6,7% l’an dernier.

La prévision de croissance économique pour l’Indonésie est en baisse à 5,1% pour cette année et restera la même l’année prochaine.

La croissance économique de la Malaisie devrait diminuer de 0,6% à 4,7% cette année et une prévision de croissance de 4,6% est estimée pour l’année prochaine.

Le FMI maintient la prévision de croissance économique pour Singapour à 2,9% cette année alors que la croissance économique de l’année suivante devrait atteindre 2,5%.


Les conséquences de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

Le FMI dans sa dernière évaluation a réduit  les perspectives de croissance mondiale, affirmant que la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine a des conséquences négatives.

Selon le FMI, Les marchés émergents sont en ce moment aux prises avec un resserrement des liquidités et des flux de capitaux.

Le vice-Premier ministre thaïlandais, Somkid Jatusripitak, a admis que l’économie thaïlandaise ne pourrait pas échapper à l’impact mondial de la guerre commerciale américano-chinoise à partir de l’année prochaine.


https://www.thailande-fr.com/economie/65290-le-fmi-releve-ses-previsions-de-croissance-pour-la-thailande-a-46
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14328
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1060 le: octobre 24, 2018, 08:33:43 am »


Exportations Thaïlande : première baisse en 19 mois

Les exportations thaïlandaises sont en baisse de 5,2% au mois de septembre, pour la première fois en 19 mois, ont révélé lundi les données du ministère du Commerce.

Premières conséquences de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis, ou simple incident conjoncturel ? Les exportations thaïlandaises enregistrent leur première baisse depuis 19 mois.


Une baisse de 5,2%

Les exportations, l’un des principaux moteurs de la croissance du pays, ont diminué de 5,2% en septembre par rapport à l’année précédente, par rapport à la prévision médiane d’une hausse de 6,05% dans le sondage Reuters.

En août, les exportations avaient augmenté de 6,68% par rapport à l’année précédente.

Les exportations sont en baisse en raison de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine et des problèmes économiques des partenaires commerciaux, a indiqué le ministère.

En septembre, les importations ont augmenté de 9,9% sur une base annuelle après une hausse de 22,8% en août. Le sondage prévoyait une hausse de 14,24%.

Cela s’est traduit par un excédent commercial de 16 milliards de bahts en septembre, contre un excédent prévu de 53 milliards de bahts, et par rapport au déficit de 19 milliards de bahts d’août.

En janvier-septembre, les exportations ont augmenté de 8,13% par rapport à l’année précédente, tandis que les importations ont bondi de 15,2%.

Le ministère a indiqué qu’il visait toujours une croissance des exportations de 8% cette année, après la hausse de 9,9% enregistrée l’an dernier.


https://www.thailande-fr.com/economie/65929-exportations-thailande-premiere-baisse-en-19-mois
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14328
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1061 le: octobre 29, 2018, 08:00:33 am »


Nette reprise du marché automobile en Thaïlande

Les ventes de véhicules neufs en Thaïlande devrait dépasser le million d'unités en 2018.

Les ventes de véhicules neufs cette année devraient dépasser le million d’unités pour la première fois en cinq ans.

Une nette reprise qui devrait permettre de surmonter les récents ralentissements provoqués par la disparition progressive des crédits d’impôt antérieurs.
Les ventes de véhicules neufs en hausse de 20%

Au cours des neuf premiers mois de cette année, les ventes de voitures particulières neuves et de véhicules utilitaires ont augmenté de 20,3% par rapport à l’année précédente, pour atteindre 746 584 unités, selon les données compilées par Toyota Motor Thailand, le principal constructeur automobile du pays.

L’année dernière, les ventes globales de véhicules neufs ont augmenté de 13,4% pour atteindre 871 650 unités, ce qui représente une première croissance annuelle en cinq ans, après le sommet historique de 1 436 335 unités vendues en 2012.


Les ventes record de 2012

Les ventes de voitures neuves en 2012 avaient été artificiellement stimulées par les réductions d’impôt accordées aux nouveaux propriétaires de voitures.

Les ventes avaient également rebondi en 2012 après le marasme de l’année précédente, lorsque des inondations massives en Thaïlande avaient provoqué une rupture de la chaîne logistique des constructeurs automobiles.

Sur une base mensuelle, la Thaïlande, deuxième marché automobile en importance de l’Asie du Sud-Est, a enregistré un 21e mois de croissance consécutive en septembre et des gains en pourcentage à deux chiffres pour le 13e mois consécutif.


https://www.thailande-fr.com/economie/66138-nette-reprise-du-marche-automobile-en-thailande
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14328
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1062 le: octobre 31, 2018, 08:14:31 am »


La Thaïlande s'associe à l'OCDE pour mener des réformes internes

La Thaïlande a amorcé un nouveau partenariat avec l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) en vue d'améliorer sa gouvernance et sa compétitivité et de rapprocher celles-ci des normes internationales. Le 31 mai 2018, Dr Kobsak Pootrakool, ministre adjoint au cabinet du Premier (BSE: 500540.BO - actualité) ministre et M. Angel Gurria, secrétaire général de l'OCDE, ont signé, en marge de la réunion du Conseil ministériel (MCM 2018) à Paris, un mémorandum d'accord établissant un cadre de coopération pour le « programme national » (Country Programme).

 Mme Vilawan Mangklatanakul, directrice générale du département des affaires économiques internationales du ministère des Affaires étrangères, a souligné que l'OCDE est parfois appelée « le club des pays riches » parce que ses membres actuels sont dans leur grande majorité des pays développés d'Europe et d'Amérique du Nord. Cependant, cette image a commencé à changer depuis une dizaine d'années. L'OCDE a réorienté son action stratégique mondiale pour devenir une institution plus inclusive en élargissant son partenariat avec d'autres parties du monde, notamment en permettant l'adhésion de plusieurs pays d'Amérique latine à l'OCDE. Selon la vision énoncée lors du 50e anniversaire de l'OCDE, celle-ci « s'est engagée plus récemment dans plusieurs relations flexibles avec des pays et des institutions du monde entier et à différents stades de développement. Un nombre croissant de pays participent à nos débats, partagent des données et les meilleures pratiques, contribuent aux forums mondiaux de l'Organisation, rejoignent ses comités et organes et, dans certains cas, adhèrent à ses normes. Leur participation fait progresser notre objectif commun, qui consiste à apprendre de l'expérience des autres afin d'obtenir de meilleurs résultats pour tous. Nous nous réjouissons de ces liens croissants ».

À l'heure actuelle, l'OCDE est considérée comme un « organisme normatif » mondial en matière de bonne gouvernance et de politique économique. L'OCDE ne se contente pas de faire des recommandations politiques à ses membres sur des questions telles que le commerce et l'investissement, l'environnement, la fiscalité, la finance et la bonne gouvernance en général, mais travaille également avec les pays partenaires pour identifier les bonnes pratiques et trouver des solutions aux défis communs. La Thaïlande participe déjà aux réunions de l'OCDE sur des sujets tels que la fiscalité, l'éducation, le développement, l'énergie, l'économie numérique, la pêche, la lutte contre la corruption et les PME (HKSE: 0379-OL.HK - actualité) . Il y a trois ans, la Thaïlande était l'un des quatre pays (avec le Kazakhstan, le Maroc et le Pérou) identifiés par l'OCDE comme un partenaire potentiel pour travailler sur un nouveau cadre de coopération appelé « programme national » afin d'œuvrer de concert sur le renforcement des capacités et de mener des réformes internes.

Le programme national « Thaï - OCDE » est un projet de coopération d'une durée de trois ans. Selon M. Gurria, le programme « apportera son soutien au calendrier des réformes nationales de la Thaïlande, tout en gommant les distances entre ce pays et la famille de l'OCDE » et « rapprochera la Thaïlande des comités et normes de l'OCDE ». Au total, 16 projets sont décrits dans le programme ; ils concernent les réformes dans des domaines essentiels tels que la gouvernance (gouvernance transparente et responsable, coordination des politiques et meilleures pratiques budgétaires, juridiques et réglementaires), la politique économique tournée vers l'avenir (pratiques favorables aux entreprises, développement de la politique de concurrence, promotion des entreprises responsables, ainsi que technologie et innovation) et le développement des ressources humaines (meilleures pratiques dans l'éducation et la formation).
 

Les projets sont conçus pour mener les réformes internes envisagées dans la stratégie sur vingt ans du gouvernement thaïlandais, développée dans le 12ePlan national de développement économique et social et la « philosophie de l'économie de suffisance » prônée par Sa Majesté le défunt Roi Bhumibol Adulyadej. Par ailleurs, cela soutiendra les efforts déployés par la Thaïlande pour parvenir à une croissance plus inclusive, ainsi que les objectifs de développement durable (ODD). Les activités prévues dans le cadre de ces projets comprennent des examens des politiques effectués par des experts internationaux, la participation d'organismes et de fonctionnaires thaïlandais aux organes et projets de l'OCDE, ainsi que l'organisation de séminaires conjoints qui aideront la Thaïlande à sensibiliser le public et à renforcer les capacités afin de faire avancer ces réformes. Au total, dix organismes gouvernementaux y participent, le ministère des Affaires étrangères et l'Office of the National Economic and Social Development Board (NESDB) - Bureau du Conseil national de développement économique et social - jouant conjointement un rôle de coordination.

Stratégiquement située au cœur de l'Asie du Sud-Est continentale, la Thaïlande est devenue un « agent de connexion » naturel de la sous-région, comme l'a souligné la brillante conclusion du Sommet de l'ACMECS (stratégie de coopération économique Ayeyawady-Chao Phraya-Mékong) au mois de juin, au cours duquel a été lancé le premier plan directeur de la sous-région, qui met en exergue l'aspect multinational de la « connectivité ». Le plan directeur prévoit de combler les chaînons manquants des infrastructures le long du Couloir économique Est-Ouest (EWEC) et du Couloir économique Sud (SEC (Shanghai: 603988.SS - actualité) ) au cours des deux prochaines années. Il souligne également la nécessité de créer un « Fonds ACMECS » pour faire avancer le plan directeur. C'est pourquoi notre priorité sera de nous attacher la confiance des investisseurs. Le programme soutiendra par conséquent ces initiatives et permettra à la Thaïlande de procéder à une auto-évaluation en utilisant la richesse de l'expertise et des meilleures pratiques de l'OCDE dans une approche pangouvernementale, afin de soutenir nos efforts visant à faire passer nos normes à un niveau plus élevé. Par ailleurs, le programme national « Thaï - OCDE » sera également une mise à l'épreuve pour déterminer si la Thaïlande est prête, si elle le décide, à rejoindre le « club des pays riches ».

Information de contact :

Ministère thaïlandais des Affaires étrangères (Thai Ministry of Foreign Affairs)
Tél : +662-203-5000, poste 22050


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/12901-la-tha%C3%AFlande-sassocie-%C3%A0-locde-pour-mener-des-r%C3%A9formes-internes/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14328
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1063 le: novembre 06, 2018, 08:10:19 am »


La Thaïlande 27e au classement Business de la Banque Mondiale

La Thaïlande obtient un score de 78,4, supérieur de 15 points à la moyenne régionale des pays d'Asie du Sud-Est (63,4).

Selon la Banque mondiale, la Thaïlande a reculé d’une place au classement et se place maintenant 27ème au lieu de 26e l’année dernière.

En revanche, son score, qui est une mesure du progrès du pays vers de meilleures pratiques pour la facilité de faire des affaires, est passé de 77,4 à 78,4.

D’autres économies ont mis en œuvre certaines réformes plus rapidement, mais le score de la Thaïlande reste supérieur à la moyenne des pays d’Asie du Sud-Est (63,4).


Singapour et Hong Kong en tête des pays asiatiques

Sur les 25 économies de la région, deux seulement figurent parmi les 10 premières économies mondiales : Singapour est à la deuxième place et Hong Kong à la quatrième.

Parmi les pays de l’Asean, la Malaisie se classe en 15e position, le Vietnam en 69e et l’Indonésie en 73e.

Les économies de la région de l’Asie de l’Est et du Pacifique continuent leurs programmes de réforme.

D’après le rapport Ease of Doing Business 2019, l’année dernière, 43 réformes ont été mises en place dans les pays d’Asie afin de faciliter les affaires des petites et moyennes entreprises nationales.

Doing Business recueille des données détaillées et objectives sur 11 domaines de la réglementation des entreprises, ce qui aide les gouvernements à diagnostiquer les problèmes liés aux procédures administratives et à les corriger.

Il mesure les réglementations des affaires pour les entreprises locales de 190 économies et de certaines villes au niveau infra-national.

Dans son dernier rapport Doing Business constate un record de 314 réformes entre le 2 juin 2017 et 1er mai 2018.

A travers le monde, 128 économies ont vu une amélioration de leur cadre réglementaire affectant l’environnement des affaires dans l’ensemble des indicateurs mesurés par Doing Business. Lire plus sur les réformes (en anglais).


Le score de la Thaïlande augmente

D’après le rapport Doing Business 2019, la Thaïlande reste parmi les 30 premières des 190 économies du classement.

Citer

« Bien que notre classement soit plus bas cette année, notre score a augmenté « , a déclaré hier Pakorn Nilprapunt, secrétaire général du Bureau de la Commission du développement du secteur public.



La Thaïlande a fait des progrès dans quatre domaines

Cette année, la Thaïlande a fait des progrès dans quatre domaines :

- Démarrer une entreprise est devenu plus simple et moins cher, avec un droit d’enregistrement de 5500 bahts.

- Il est plus facile d’obtenir de l’électricité car il y a moins de procédures.

- La plateforme en ligne pour payer les taxes a été simplifiée. Les entreprises passent maintenant 123 heures par an à faire ses déclarations fiscales contre 156 heures précédemment.

- Enfin, Le commerce est accéléré grâce à un nouveau système d’appariement électronique qui permet de réduire les délais de mise en conformité aux frontières.

En revanche, le pays est moins bien classé sur des sujets comme l’obtention d’un permis de construire (67èmeau classement), le paiement des impôts (59ème), l’enregistrement des biens immobiliers (66ème) ou encore l’obtention de crédit (44ème).


Une économie performante en matière d’approvisionnement en électricité

La Banque mondiale a déclaré que « Doing Business 2019 » a connu un nombre historique de réformes dans le monde entier en matière d’approvisionnement en électricité, les pays d’Asie de l’Est et du Pacifique représentant la part la plus importante de ces réformes.

L’économie thaïlandaise est l’une des plus performantes pour ces indicateurs. Son score Ease of Doing Business est de 98,57 par rapport aux meilleures pratiques mondiales.

Citer

« La Banque mondiale se réjouit à la perspective de poursuivre son soutien pour aider le pays à adopter les meilleures pratiques mondiales, en particulier dans les domaines où il y a place à l’amélioration « , a déclaré Mara Warwick, directrice de la Banque mondiale pour la Thaïlande, le Brunei, la Malaisie et les Philippines.



Les cinq premiers pays du classement mondial sont : la Nouvelle-Zélande, Singapour, le Danemark, Hong Kong et la Corée du Sud.

Source: The Nation et rapport Ease of Doing Business 2019


https://www.thailande-fr.com/economie/66702-la-thailande-27e-au-classement-business-de-la-banque-mondiale
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13631
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1064 le: novembre 06, 2018, 08:10:06 pm »

Français Ensemble dans le Club de Pattaya


Mitsubishi  a retrouvé le chemin de la croissance...

Mitsubishi Motors, sauvé de la débâcle fin 2016 par Nissan qui a acquis une participation de 34%, a retrouvé depuis le chemin de la croissance: son chiffre d'affaires a progressé de 23% à 1.169,3 milliards de yens (9,05 mds EUR) au premier semestre.

Il a doublé ses ventes en volume en Indonésie, grâce au succès de son monospace Xpander MPV, et a étendu sa capacité de production dans le pays.

Il a aussi fait mieux qu'un an plus tôt en Thaïlande, où son pick-up (camionnettes à plateau) Triton a trouvé preneur. Ailleurs, le spécialiste des 4x4 a accru ses ventes en Chine (+19%), tirées par son modèle Outlander, ainsi qu'en Europe (+29%) et en Amérique du nord.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14328
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1065 le: novembre 07, 2018, 08:06:36 am »


Ouverture du premier Apple store de Thaïlande le 10 novembre 2018.

Le géant américain Apple s’apprête à ouvrir son tout premier Apple Store à Bangkok le 10 novembre au lendemain de l’inauguration du centre commercial Iconsiam dans lequel il trônera fièrement.

Apple dispose actuellement de  plus de 500 Apple Store dans le monde, dont 271 aux États-Unis, n’en avait aucun en Thaïlande –le seul sur toute l’Asie du Sud-Est étant celui de Singapour ouvert en 2017. Mais cela va changer le 10 novembre à 10h avec l’ouverture du tout premier Apple Store du royaume dans le centre commercial Iconsiam lui aussi flambant neuf.

Apple Iconsiam trône majestueusement sur le fleuve Chao Phraya, affichant son logo la firme à la pomme légèrement modifié pour ressembler à la lettre thaïlandaise "อ", qui compose la première syllabe du nom d’Apple en thaï (แอปเปิ้ล).

Sur près de 2.000 mètres carrés de surface ce nouveau magasin proposera une gamme complète de produits tels que l’iPhone, l’iPad, Mac, Apple TV, Apple Watch et un large choix d'accessoires divers.

Il sera par ailleurs doté d’un "Genius Bar", un espace agencé comme un bar dans lequel les clients peuvent recevoir non pas des boissons mais des conseils techniques, une assistance pour la configuration et la réparation. Apple Iconsiam se présente également comme un espace d’échange pour partager des idées innovantes.

Le magasin sera ouvert tous les jours de 10h à 22h.


https://lepetitjournal.com/bangkok/ouverture-du-premier-apple-store-de-thailande-le-10-novembre-243491
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14328
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1066 le: novembre 10, 2018, 08:19:05 am »


Transition énergétique : la Thaïlande en plein paradoxe « à la chinoise »

Lancé dans un développement des énergies renouvelables et des smart grids, la Thaïlande fait dans le même temps face à une augmentation exceptionnelle de sa consommation d’énergie, qui l’oblige à augmenter fortement sa consommation de combustibles fossiles et, partant, ses émissions de gaz à effet de serre. Une situation qui rappelle celle de la Chine ou de l’Inde.

S’engager dans la transition énergétique et développer les renouvelables, tout en consommant de plus en plus de combustibles fossiles : tel est le paradoxe des économies émergentes, dont les besoins en énergie croissent plus vite que leur création de centrales photovoltaïques, éoliennes ou hydrauliques, provoquant une augmentation de leurs émissions de gaz à effet de serre.


Un pays encore dépendant des énergies fossiles à… 97% !

Décarbonner un mix énergétique quand la consommation augmente est bien plus compliqué que quand elle est stable ou en baisse (comme en Occident) : telle est la leçon de la Chine, le plus emblématiques des pays dans cette situation, ou de l’Inde. Toute proportion gardée, la Thaïlande est dans une situation similaire, avec une dépendance plus importantes aux combustibles fossiles et une volonté politique moins ferme.

En 2016, la consommation d’énergies primaires du pays reposait à presque 97% sur les énergies fossiles, et sa production d’électricité était à 89% fossile, essentiellement du gaz naturel et du charbon (lignite).


Des objectifs de transition énergétique qui semblent modestes

Pire : « malgré des ressources énergétiques fossiles (pétrole brut, gaz naturel, charbon), la Thaïlande est dépendante des importations à hauteur de 60 % de sa consommation primaire et les réserves prouvées d’hydrocarbures sont relativement faibles (4 à 5 ans de consommation) », souligne un rapport de l’Ambassade de France à Bangkok de novembre 2017. Le pays devrait ainsi prochainement avoir recours aux importations de gaz naturel pour couvrir sa demande interne.

A l’horizon 2030, la Thaïlande s’est donnée comme objectif de réduire de 20 à 25% le niveau de ses émissions de gaz à effet de serre et de porter à 18% la part de renouvelables dans sa production d’électricité.


Une croissance économique folle, imposant une explosion de la consommation de charbon

Ces chiffres peuvent sembler modestes, mais, selon une enquête de l’Irena, en poursuivant les politiques actuelles, « la demande d’énergie de la Thaïlande pourrait augmenter de 78% entre 2015 et 2036, portée par une forte croissance économique (estimée à 3,9% par an sur cette période) ».

Sans un infléchissement fort, la consommation de charbon augmenterait d’ici là de 160 %, provoquant une augmentation des émissions de CO2 liées à l’énergie de 70 %. Mis en perspective avec ces chiffres, les objectifs de transition énergétique thaïlandais sont en réalité extrêmement élevés, et peu réalistes en regard des politiques actuelles.

En effet, le premier ministre Siri Jirapongphan a récemment qualifié de « très basse » la part actuelle du charbon dans la production électrique thaïlandaise, jugeant urgent de l’augmenter pour sécuriser l’approvisionnement en électricité. Même si deux projets de centrales au charbon à Krabi et Songkhla, dans le sud touristique du pays, sont pour l’heure suspendues par des oppositions locales, le gouvernement est déterminé à investir à court terme dans le charbon.


Le coût élevé de l’efficacité énergétique

Pourtant, s’il veut réussir sa transition énergétique tout en sécurisant l’approvisionnement énergétique, ce sont sur trois autres fronts que le pays doit investir : améliorer l’efficacité énergétique pour limiter la hausse de la consommation, développer les énergies renouvelables pour verdir son mix électrique, s’équiper de smart grids pour recevoir plus de renouvelables et éviter le gaspillage d’électricité.

L’efficacité énergétique est toujours complexe à développer dans un pays au réseau électrique et aux bâtiments souvent vétustes, difficiles à chauffer ou à rafraîchir, où les véhicules sont souvent anciens et extrêmement polluants, et où les industries consomment d’impressionnantes quantités de combustibles fossiles.

Le coût élevé d’une telle politique semble pour l’heure rebuter le gouvernement thaïlandais, même s’il faut souligner que les rénovations de bâtiments et les créations de nouveaux quartiers répondent à des normes énergétiques plutôt élevées.


Renouvelables : une politique de déploiement maintenue, mais pas d’explosion en vue

Pour ce qui est des renouvelables, Siri Jirapongphan ne semble pas aussi partisan du solaire et de l’éolien que les gouvernements indiens ou chinois : il estime ainsi que le développement récent des énergies renouvelables, malgré sa réussite, a été « très couteux ».

Il admet cependant que la baisse des coûts des unités renouvelables les rapprochent de la parité réseau, et motive les investissements du pays dans le solaire, l’éolien, la biomasse et la transformation des déchets, qu’il entend conserver.

Du coté des smart grids, le pays avait annoncé en 2016 un investissement de 13,6 milliards de dollars dans des infrastructures de réseau intelligent, dont les fruits commencent à éclore.

A Pattaya, la station balnéaire de la province de Chonburi, à 147 km au sud-est de Bangkok, le déploiement de 120 000 compteurs communicants est programmé pour la fin de l’année : il s’accompagnera de la mise en place d’une plateforme d’agrégation des données énergétiques. Pattaya fera ainsi office de ville-pilote dans la stratégie smart grids du pays.


Smart grids et microgrids en approche

Par ailleurs, deux microgrids vont être mis en service prochainement. Le premier sera une expérimentation des solutions intelligentes de productions photovoltaïques combinées à une unité de stockage dans une milieu urbain et interconnecté au réseau, dans la ville de Mae Sariang, au nord du pays, près de la frontière avec le Myanmar.

Le second concernera les deux îles de Koh Kood et de Koh Mak, dans la baie de Bangkok, dans la province de Trat, deux zones non interconnectées au réseau, là encore avec des panneaux photovoltaïques et des unités de stockage pilotés par un smart grid.

Ces investissements sont une excellente nouvelle pour l’avenir énergétique du pays. Mais, en l’état, la croissance exponentielle de l’économie thaïlandaise, alliée à des choix politiques manquant de clarté, ne rend pas optimiste pour la réduction des émissions de la Thaïlande, malgré de réels efforts dans les renouvelables.



http://les-smartgrids.fr/transition-energetique-thailande-paradoxe/?fbclid=IwAR0O-HmK6hHvHXzpsDf0amGmP_9gRKEwBMw5tcx-kM9cewDMRguFQkW4wRs
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14328
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1067 le: novembre 12, 2018, 08:17:28 am »


La Thaïlande paye le prix de la « mai pen rai » attitude

Pour la première fois depuis l'attentat de Bangkok du 17 août 2015, le tourisme est en nette baisse en Thaïlande.

La Thaïlande pourtant habituée aux performances en matière de tourisme est confrontée à une baisse significative de ses revenus touristiques depuis trois mois.

Pour la première fois depuis l’attentat de Bangkok du 17 août 2015, qui avait fait 20 morts dans le centre de la capitale le tourisme est en nette baisse en Thaïlande.

En cause , la mauvaise performance du tourisme en provenance de Chine suite à la catastrophe maritime de Phuket au mois de juillet dernier.

La Thaïlande a connu une baisse continue du nombre de touristes, de plus de 10% au cours des trois derniers mois, a déclaré hier le porte-parole du gouvernement, Puttipong Punnakanta.

Au cours des dix dernières années, la Thaïlande a été une destination très populaire parmi les touristes chinois.

En 2017, la Chine a représenté près de 30% des recettes touristiques de la Thaïlande, avec près de 10 millions d’arrivées.


Une baisse de 11% du tourisme chinois en Thaïlande

Mais en raison de la tragédie survenue récemment à Phuket, qui a fait plus de 40 morts, le nombre de touristes en provenance de Chine a fortement diminué.

Le 5 juillet dernier, plusieurs navires transportant 120 personnes, en majorité des touristes chinois, ont appareillé au départ de Phuket malgré un avertissement météo de gros temps : 47 d’entre eux ont été retrouvés noyés dans les jours suivants.

Les responsables thaïlandais ont ensuite  suscité la colère des familles des victimes, en majorité chinoises, en accusant les opérateurs chinois de porter la responsabilité de ces accidents.

Depuis cet accident les médias sociaux en Chine ont diffusé des informations négatives sur la Thaïlande au cours des derniers mois, entraînant une baisse du nombre de visiteurs chinois.

La répression sur les voyages à « forfait zéro dollar », ainsi que le regain d’une épidémie de dengue dans le royaume ont rendu les touristes chinois plus prudents, selon un expert des affaires chinoises.

Le nombre de touristes chinois en Thaïlande a chuté de 939 771 en juillet, mois de la tragédie maritime de Phuket, à 867 461 en août, en baisse de 11,7%, selon le ministère du Tourisme et des Sports.

Dans la station balnéaire de Pattaya, dans l’est du pays, le maire suppléant Poramet Ngampichet a convoqué une réunion spéciale pour tenter de faire revenir les touristes chinois.

Les Chinois figurent parmi les principaux visiteurs à Pattaya, avec un total de 2,5 millions visiteurs l’an dernier.

En septembre dernier, le gouvernement  thaïlandais s’est rapidement excusé après qu’un touriste chinois a été frappé par un officier de l’aéroport de Don Mueang.


Un touriste chinois frappé à l’aéroport de Don Mueang

Un clip vidéo d’un touriste chinois frappé par un gardien de l’aéroport de Don Mueang en Thaïlande a provoqué de nombreuses réactions d’indignation sur les réseaux sociaux en Chine.

Le gouvernement  thaïlandais s’est rapidement excusé pour cette bavure et a promis de prendre des mesures pour éviter que ce type d’incident ne se reproduise.

L’indicent a eu lieu jeudi après que le visiteur a été empêché d’entrer en Thaïlande au motif qu’il ne pouvait pas prouver qu’il retournerait en Chine après son voyage dans le royaume.

Le touriste a ensuite été frappé par un membre du personnel de sécurité de l’aéroport, après qu’il a refusé d’entrer dans une salle d’attente après s’être vu refuser son visa d’entrée.


Le Japon plus accueillant que la Thaïlande

La Thaïlande n’est plus le pays considéré comme le plus accueillant par les touristes chinois : un privilège qui revient désormais au Japon. L’année dernière, la Thaïlande était en tête et le Japon venant en deuxième position.

« L’acceptation généralisée des moyens de paiements mobiles chinois, la présence de traductions et signalétique suffisantes et la facilité de l’information » ont été les facteurs qui ont permis à la Thaïlande de rester en deuxième position, selon le site de réservation hotels.com qui a dirigé l’enquête.


https://www.thailande-fr.com/tourisme/66843-la-thailande-paye-le-prix-de-la-mai-pen-rai-attitude
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14328
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1068 le: novembre 16, 2018, 07:33:24 am »


La Banque de Thaïlande maintient son taux directeur inchangé à 1,5%

Le ralentissement des exportations et du tourisme, les deux principaux moteurs de l'économie, ont conduit la Banque de Thaïlande à ajourner l'augmentation de ses taux.

La Banque de Thaïlande a maintenu mercredi son taux directeur inchangé à 1,5%, sur fond de ralentissement des deux principaux moteurs de l’économie, à savoir les exportations et le tourisme.

La banque de Thaïlande a donc maintenu son taux directeur inchangé depuis avril 2015, mais cette décision ne fait plus l’unanimité au sein du Comité directeur de la politique monétaire qui compte sept membres.

Quatre des sept membres de son comité de politique monétaire ont voté en faveur du maintien de la politique actuelle. Trois ont voté pour augmenter le taux de 0,25 à 1,75%.

La décision est conforme aux attentes du marché, bien que de nombreux analystes aient prédit une augmentation du taux de base à 1,75%.

Mais la Banque de Thaïlande a finalement tenu compte dans sa décision du récent ralentissement du tourisme et des exportations.


Chute de 5,2% des exportations en septembre

Les exportations de la Thaïlande ont diminué de 5,2% en septembre, la première baisse en 19 mois.

Le ministère du Commerce a attribué ce déclin en partie à la guerre commerciale américano-chinoise.

La Thaïlande joue un rôle important dans la chaîne d’approvisionnement mondiale des industries de l’automobile et de l’électronique.

Selon la Banque de Thaïlande, une hausse des taux aurait pu désavantager l’économie thaïlandaise en faisant monter la valeur du baht et en rendant les exportations plus chères.

Les arrivées de touristes continuent d’augmenter, mais à un rythme plus lent. Les arrivées de septembre ont augmenté de 2% par rapport au même mois l’année précédente.


Ralentissement de la croissance du tourisme

Mais les touristes chinois, qui représentent un tiers du total, ont chuté de 14,9% en septembre, ce qui représente une troisième baisse consécutive en un an.

Le vice-Premier ministre, Somkid Jatusripitak, a autorisé le bureau de l’immigration à exempter 21 pays, dont la Chine, des frais de visa à l’arrivée jusqu’à la fin de l’année.

Si les chiffres du tourisme s’améliorent, la Banque de Thaïlande envisagera probablement une augmentation de ses taux lors de sa prochaine réunion en décembre.

Source : BOT et Nikkei



https://www.thailande-fr.com/economie/67334-la-banque-de-thailande-maintient-son-taux-directeur-inchange-a-15
IP archivée

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3298
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1069 le: novembre 17, 2018, 11:07:12 pm »



BREVE


Croissance en  légère baisse !


Léger ralentissement de la croissance, au 3e trimestre, en raison de la bouderie des touristes chinois.

On table quand même sur un taux de croissance de 4,3 - 4,7 % en 2018 grâce à des exportations toujours dynamiques.

IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14328
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1070 le: novembre 18, 2018, 08:06:45 am »


Contrairement à la France, en Thaïlande, les impôts sont pour les riches !


La nouvelle loi sur les taxes foncières adoptée en Thaïlande

Les Thaïlandais devrait commencer à payer une taxe foncière à partir de 2020, mais seulement ceux dont le patrimoine excède 50 millions de bahts.

La Thaïlande a finalement adopté la législation instituant une taxe foncière sur les immeubles, terrains et propriétés foncières.

L’Assemblée législative nationale (NLA) a adopté vendredi le projet de loi longtemps différé instituant une taxe sur les terrains et les bâtiments, qui prendra effet après sa publication au Journal officiel.

La collecte des taxes foncières en vertu de la nouvelle législation commencera le 1er janvier 2020.

Concrètement elle ne concernera que les détenteurs d’un patrimoine assez conséquent, puisque la résidence principale bénéficie d’une exemption dans la limite de 50 millions de bahts (environ 1.35 million d’euros).

Ensuite les taux d’imposition pour les résidences secondaires varient de 0.02% à 0.1%.



https://www.thailande-fr.com/immobilier-thailande/67400-la-nouvelle-loi-sur-les-taxes-foncieres-adoptee-en-thailande
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14328
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1071 le: novembre 19, 2018, 11:50:44 am »


L'économie thaïlandaise à l'arrêt

La Thaïlande ne signale aucune croissance d'un trimestre à l'autre au troisième trimestre, soit 3,3% de moins que prévu.

L'économie thaïlandaise n'a pas connu de croissance en juillet-septembre par rapport au trimestre précédent, contrairement aux prévisions. Les exportations et le tourisme sont "trop calmes".

La deuxième économie de l'Asie du Sud-Est n'a enregistré aucune expansion en juillet-septembre par rapport aux trois mois précédents, en données corrigées des variations saisonnières, a-t-on révélé lundi.

La situation trimestrielle est la plus faible depuis le premier trimestre de 2014, lorsque l’économie s’est contractée de 0,4%.

Les prévisions de Reuters sur juillet - septembre étaient de 0,6%, contre 0,9% les trois mois précédents.

Toutes les prévisions indiquent une certaine croissance au dernier trimestre. A vérifier.

D'une année sur l'autre, la croissance a été de 3,3% en juillet-septembre, a déclaré le Conseil national de développement économique et social (NESDB). Les économistes avaient prévu 4,2%.

L'agence de planification a abaissé lundi sa prévision de croissance du PIB pour 2018 à 4,2% au lieu de la fourchette précédente de 4,2 à 4,7%. Il s'attend maintenant à ce que les exportations augmentent de 7,2% cette année, au lieu de 10,0%.

Pour 2019, l'agence prévoit une croissance de 3,5 à 4,5%, avec une augmentation des exportations de 4,6%.

Les analystes interrogés par Reuters tablent sur une croissance du PIB de 4,5% cette année et de 4,2% en 2019.

Le rythme de l'année dernière était de 3,9%, le meilleur en cinq ans.


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13000-l%C3%A9conomie-tha%C3%AFlandaise-%C3%A0-larr%C3%AAt/?fbclid=IwAR12zTK5m344r4D_RBBUCH8u4eD-QhgcTBJ_6ZSE8nia1187RfsAgAW-IOs
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14328
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1072 le: novembre 20, 2018, 08:06:21 am »


Thaïlande : la croissance économique stagne au troisème trimestre

Le tassement des exportations et du tourisme ont entrainé une stagnation de l'économie thaïlandaise au troisième trimestre de cette année.

Le PIB (produit intérieur brut) thaïlandais a affiché une croissance nulle au troisième trimestre par rapport au trimestre précédent, selon le National Economic and Social Development Board (NESDB).

Au troisième trimestre cette année, les exportations et le tourisme ont fléchi. L’État s’est montré moins optimiste quant à la croissance pour toute l’année 2018.

Les exportations, qui représentent plus de 60% du PIB du pays, ont chuté de 5,2% en septembre – la première baisse en 19 mois. Cela démontre que la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine commencent à avoir un effet négatif sur les exportations.

Les exportations thaïlandaises vers la Chine ont aussi chuté de 14 % en septembre. La plus mauvaise performance trimestrielle depuis 2014.

Alors que tous les économistes interrogés s’attendaient à une croissance, l’économie thaïlandaise a enregistré son plus mauvais résultat depuis le premier trimestre de 2014, lorsque l’économie s’était contractée de 0,4 %.

Sur une base annuelle, l’expansion au troisième trimestre a été de 3,3 % (c’est à dire par rapport au troisième trimestre 2017), alors que les prévisions du sondage étaient de 4,2 % et de 4,6 % pour le deuxième trimestre.

La Thaïlande n’est pas le seul pays de la région à ressentir les conséquences du différend commercial entre les États-Unis et la Chine. Les dernières données concernant les économies des Philippines, d’Indonésie, de Malaisie, de Chine et de Corée du Sud font toutes état d’une croissance plus faible que prévue.


Une croissance annuelle de 4,2%

L’agence de planification a baissé lundi ses prévisions de croissance du PIB pour 2018 à 4,2% au lieu de la fourchette précédente de 4,2-4,7%. Les exportations devraient augmenter de 7,2 % cette année, plutôt que de 10 %.

Selon Capital Economics, la croissance thaïlandaise ne devrait pas beaucoup rebondir au cours de l’année à venir. En effet, pour 2019, elle devrait être de 3,5 à 4,5 %.

La deuxième économie d’Asie du Sud-Est, qui dépend fortement de la demande extérieure et du tourisme, avait connu une reprise de sa croissance au début de cette année.

Mais le troisième trimestre n’a pas résisté au ralentissement des exportations et du tourisme affecté par un accident de bateau en juillet qui a tué 47 visiteurs chinois.


https://www.thailande-fr.com/economie/67537-thailande-la-croissance-economique-stagne-au-troiseme-trimestre
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14328
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1073 le: novembre 22, 2018, 07:48:02 am »


Très fort rebond des exportations en octobre

Après les mauvaises nouvelles relatives à la croissance, le gouvernement fait d'autres annonces. Les exportations thaïlandaises ont rebondi en octobre après la contraction du mois dernier pour atteindre 21,8 milliards de dollars et enregistrer une croissance de 8,7%.

La valeur des exportations pour les 10 premiers mois de 2018 a augmenté de 8,2% par rapport à la même période de l'année dernière, dépassant ainsi l'objectif de 8% fixé par le gouvernement.

La valeur des importations en octobre a augmenté de 11,2% pour atteindre 22 milliards de dollars, entraînant un déficit commercial de 280 millions de dollars. Pour les 10 premiers mois de 2018, la valeur a augmenté de 14,8% pour atteindre 208,9 milliards de dollars, générant un excédent commercial de 2,559 millions de dollars.

Les exportations thaïlandaises sur des marchés dynamiques ont connu une expansion continue. Les exportations vers le Japon, l'Inde, l'Asean-5 et les CLMV ont augmenté de 18,7%, 12%, 24,4% et 18,2%, respectivement.

Les exportations vers les États-Unis ont maintenu la dynamique positive des trois derniers mois à 7,2%, le plus haut niveau en six mois.

Les exportations à destination de la Chine sont de nouveau sur la voie d'une croissance positive de 3%, mais les exportations vers d'autres marchés ont légèrement diminué, notamment en Australie, au Moyen-Orient, en Amérique latine et en Russie.

Les produits industriels ont renoué avec la croissance ce mois-ci, atteignant 6,8%, tirés par les exportations de produits liés au pétrole (29,1%) et de l'or (240,8%), dont le prix a nettement augmenté par rapport à l'année dernière.

Les autres produits performants sont les bijoux et accessoires (à l'exclusion de l'or) (+ 21,1%) et les téléphones et leurs composants (33,7%).


Certains produits ont légèrement baissé, tels que les automobiles et leurs pièces détachées (-8,9%), les ordinateurs et leurs composants (4,9%), les circuits électroniques (8,8%) et les machines à laver et leurs pièces (40,2%).

Au cours des 10 premiers mois de 2018, les exportations de produits industriels ont augmenté de 7,9%.

Les produits agricoles et agro-industriels ont progressé de 12,2%, tirés par la plupart des produits agricoles tels que le sucre (77,8%), le riz (28,2%), les produits à base de manioc (18,5%), le poulet congelé et transformé (15,6%) et fruits et légumes congelés et transformés (10,6%). Toutefois, le prix du caoutchouc et le volume du caoutchouc ont toujours tendance à diminuer, se contractant de 19,1%.

Au cours des dix premiers mois de 2018, les exportations de produits agricoles et agro-industriels ont augmenté de 4,3%.

Le Ministère du commerce est convaincu que la croissance des exportations en 2018 dépassera l’objectif de 8%, grâce à la forte croissance des économies des principaux partenaires commerciaux au troisième trimestre.

La consommation américaine a augmenté régulièrement grâce à la reprise du marché du travail, ce qui profiterait aux exportations thaïlandaises de biens de consommation.

La croissance économique dans l'UE, la Chine et le Japon est prometteuse malgré les risques de dégradation sur leurs fronts intérieurs.

Afin de promouvoir la croissance des exportations pour les mois à venir de 2018 et 2019, le ministère a élaboré des programmes de promotion des exportations et des investissements utilisant les principaux atouts de la diversité et de la compétitivité des produits. Ceux-ci seront personnalisés pour chaque marché.


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13009-tr%C3%A8s-fort-rebond-des-exportations-en-octobre/
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14328
Re : L'ECONOMIE, le business, les grands projets en Thaïlande.
« Réponse #1074 le: novembre 24, 2018, 07:48:28 am »


Deux millions de travailleurs étrangers de plus sont nécessaires en Thaïlande. Du personnel qualifié cette fois.

Une universitaire thaïlandaise affirme que le pays doit attirer des travailleurs étrangers qualifiés dans le pays, en particulier dans le secteur de la technologie industrielle, afin de remédier à la pénurie de travailleurs qualifiés.

Lors d'un séminaire organisé par l'Institut de recherche sociale et démographique de l'Université Mahidol, une universitaire, Mme Sureeporn Phanpueng, a révélé que la Thaïlande avait besoin d'environ 2,3 millions d'employés qualifiés supplémentaires pour travailler dans les industries innovantes et technologiques, la robotique et les industries de la santé.

Des spécialistes de domaines connexes ont assisté à l'événement. Mme Sureeporn a proposé que le gouvernement résolve le problème en offrant des visas de travail aux étrangers qualifiés et en créant un environnement de vie attractif pour eux.

Elle souhaite également que le gouvernement favorise le transfert de savoir-faire technologique entre experts étrangers et travailleurs thaïlandais et développe l'enseignement international en Thaïlande.

Cela ne remet pas en cause le besoin de trois millions de travailleurs non-qualifiés.

En tout, on atteindrait donc les 5 millions d'étrangers travaillant en Thaïlande. On imagine que Sureeporn pense à des experts chinois, moins chers et plus proches culturellement que les occidentaux.


Si la Thaïlande importe tant d'étrangers, simplement car le système de l'enseignement est incapable de former des techniciens, cela finira par mettre à mal la politique actuelle du plein emploi. Certains Thaïlandais se retrouveront au chômage car ils ne veulent pas assurer les emplois occupés par les Birmans ou qu'ils ne peuvent pas assurer ceux occupés par des Chinois.


https://fr.thaivisa.com/forum/topic/13025-deux-millions-de-travailleurs-%C3%A9trangers-de-plus-sont-n%C3%A9cessaires-en-tha%C3%AFlande-du-personnel-qualifi%C3%A9-cette-fois/
IP archivée