Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Auteur Sujet: Le Tatouage  (Lu 69009 fois)

banedon

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 819
Le Tatouage
« le: septembre 04, 2009, 12:14:11 pm »


Le Tatouage:

Un tatouage est un dessin à l'encre de chine ou quelque autre pigment, habituellement décoratif ou symbolique, indélébile, sous la peau. C'est un type de modification corporelle. La technique du tatouage consiste à introduire dans la peau des matières colorantes (pigments) : la couleur ainsi introduite apparaît ensuite par "transparence" après cicatrisation de la plaie provoquée par le piquage. La peau est composée de trois couches (épiderme, derme et hypoderme) : l'encre est déposée par l'aiguille dans un espace assez précis à la limite entre le derme et l'épiderme. La profondeur de la piqûre varie en fonction des types de peaux et des parties du corps : entre 1 et 4 mm, les zones les plus épaisses se situant dans le dos.


Etymologie:

Le mot vient du tahitien tatau, qui signifie marquer ou dessiner. La racine du mot, ta renvoie aux verbes frapper, inciser. Le Docteur Berchon, traducteur du deuxième voyage de Cook vers Tahiti en 1772 employa pour la première fois le mot Tatoo. En 1858, le mot fut officiellement francisé en Tatouage et fit son apparition dans le dictionnaire de Littré.


Histoire du Tatouage:

Tatouer est une pratique attestée en Eurasie depuis le néolithique. « Ötzi », l'homme des glaces découvert gelé dans les Alpes italo-autrichiennes est mort vers 3500 av. J.-C. Il arbore des tatouages thérapeutiques (petits traits parallèles le long des lombaires et sur les jambes). Le bassin du Tarim (Xinjiang en Chine) a révélé plusieurs momies tatouées de type physique européen. Encore mal connues (les seuls travaux accessibles en langue occidentale sont ceux de J. P. Mallory et V. H. Mair, The Tarim Mummies, Londres, 2000), certaines d'entre elles pourraient dater de la fin du 2e millénaire avant notre ère. Trois momies tatouées ont été extraites du permafrost de l'Altaï dans la seconde moitié du XXe siècle (l'Homme de Payzyrk dans les années 1940 ; défunts du plateau d'Ukok dans les années 1990). Leurs tatouages mettent en œuvre un répertoire animalier exécuté dans un style curviligne virtuose.

Le tatouage fut pratiqué par les Egyptiens dès 2000av.J.-C. Les tatouages en couleurs se développèrent fortement chez les Maoris de Nouvelle-Zélande et furent pendant un temps une forme d'ornement prisée en Chine, en Inde et au Japon. On pensait que les tatouages offraient une protection contre la malchance ou la maladie. Ils servaient aussi à identifier le statut ou le rang, ou l'appartenance à un groupe. Leur utilisation la plus courante, cependant, était une forme de décoration.

Darwin faisait remarquer dans ses ouvrages qu’il n’existe aucun peuple sur cette planète qui ne connaisse cette pratique. On en signale, selon les témoignages, sur des figures historiques tels que Hérodote, Marco-Polo, James Cook.

D'autres part, le tatouage serait mal considéré dans la culture occidentale à cause des condamnations judéo-chrétiennes qui l'entourent : Levitique 19:28 (Ancien Testament) « Vous ne vous ferez pas d'incisions sur le corps à cause d'un mort et vous ne ferez pas dessiner des tatouages sur le corps. Je suis l'Eternel. » (Rites pratiqués par les égyptiens et certains peuples du Moyen-Orient). Le Judaisme interdit donc toute inscription entaillée et marquée à l’encre indélébile.

Les Européens ont redécouvert le tatouage lors des explorations dans le Pacifique sud avec le capitaine James Cook dans les années 1770 et les marins en particulier étaient particulièrement identifiés avec ces marques dans la culture européenne jusqu'après la Seconde Guerre mondiale. Ces mêmes marins européens se tatouaient souvent un crucifix sur tout le dos afin de se prémunir de la flagellation en cas de punition car c'était un crime que de défigurer une image pieuse ...

Ce système d'identification était aussi un moyen sûr et efficace de renseignements des fiches des forces de police sur la pègre avant l'arrivée de la photo d'identité. Les fiches de polices jusqu'au XIXe siècle comportaient la signalisation et la description de chaque tatouage qui permettait ainsi de caractériser sans erreur un individu.

Dans de nombreuses parties du monde, différents peuples utilisent le tatouage et la scarification pour indiquer le rang et l'appartenance sociale, ou comme signe de deuil. Ce peut être un moyen de camouflage ou une croyance religieuse. En Inde et au Tibet, les tatouages accompagnent les périodes difficiles de la vie : puberté, maternité, maladie ainsi que le deuil. Pour les habitants de Hawaï, le deuil était l’occasion d’un tatouage de points et de traits sur la langue alliant en cela sévices corporels et tatouages.

C’est aussi parfois une médecine, comme chez les Berbères ou encore aux îles Samoa où l’on peut se faire tatouer contre les rhumatismes. Même démarches en Afrique dans le traitement d’affections oculaires ou de maux de tête ainsi que dans la protection contre les morsures de chiens ou de serpent et des risques de noyade. Les marins américains se tatouaient contre la noyade, un coq sur un pied et un cochon sur l’autre. Un Christ dans le dos évitait à ces derniers la flagellation sachant qu’aucun capitaine de vaisseau n’aurait oser fouetter l’image de Dieu. Si l’on peut douter des résultats de telles pratiques, force est de constater que l’on peut considérer le tatouage, fait dans de mauvaises conditions d’asepsie comme l’ancêtre du vaccin.

Cette pratique est devenue sujet de suspicion ces dernières années car les services sanitaires affirmaient que les aiguilles de tatouages contaminées propageaient des maladies infectieuses, en particulier l’hépatite et le sida. Tout à fait exact, si l’on ne prend pas les précautions reprises à la rubrique Hygiène et asepsie.

En 1891 est inventée, par Samuel O’Reilly, la première machine à tatouer électrique. Depuis lors le système est resté identique, électro-aimant, ressort et rupteur qui entraînent une aiguille ou un faisceau d’aiguilles. Cette aiguille ou faisceau sont guidés dans un manchon prolongé par une buse de guidage. L’encre réside dans la buse où elle monte par capillarité lorsque le tatoueur la plonge dans le godet d’encre. C'est le matériel actuellement utilisé par la majorité des tatoueurs professionnels.

IP archivée
Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort

banedon

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 819
Re : Le Tatouage
« Réponse #1 le: septembre 04, 2009, 12:15:32 pm »


La Finalité:

 Les raisons pour lesquelles les gens choisissent d'être tatoués sont diverses : identification à un groupe, cosmétique, rituel religieux et utilisations magiques sont les plus fréquentes. Aussi, la sociologie du corps les tient pour un objet d'étude important.

À l'origine ces marques sur la peau étaient des signes d'appartenance à un groupe : religieux chez les Māori, de pirates, d'anciens prisonniers ou de légionnaires.

Dans les années 1970 un véritable engouement pour le tatouage est né et a connu une forte amplification vingt ans plus tard. Le tatouage n'est plus alors une manière d'afficher son appartenance à un groupe, à une tribu ou à un quartier. C'est un moyen de revendiquer son originalité, de séduire, de s'embellir, de provoquer.

Un tatouage correspond souvent à un moment important de la vie, agréable ou douloureux. Certains adolescents le vivent comme un rite de passage et agissent parfois sur une impulsion qu'ils regrettent plus tard.

Le lieu de l'inscription, creux des reins, dos, poitrine, cheville, épaule, voire main ou visage a également une importante signification.

Enfin, des « tatouages » sont appliqués pour faciliter la reproductibilité de certaines thérapies médicales. En radiothérapie externe, des tracés persistants sont appliqués sur la peau (notamment à l'aide de fuschine) tandis que les tatouages permanents se réduisent à de simples points appliqués à l'aide d'une petite aiguille trempée dans l'encre de Chine. Le but de ces tatouages est de fixer les champs à la peau qui correspondent à la zone tumorale à irradier.

Des tatouages sont aussi placés sur des animaux, cependant très rarement pour des raisons décoratives. Pour les animaux de compagnie ils servent à l'identification. Certains mufles sont traités pour éviter les coups de soleil.


Tatouages contraints:

À travers l'histoire, les gens ont aussi été tatoués de force pour de nombreuses raisons.

Dans l'Antiquité, Hérodote raconte qu'Histiée, tyran de Milet prisonnier à la cour du roi des Perses, rasa la tête de son esclave puis tatoua un message a transmettre sur son crâne, puis attendit la repousse des cheveux avant d'envoyer l'esclave vers son destinataire (Hérodote, Les Enquêtes, V, 35).

Un autre tatouage contraint est l'identification ka-tzetnik dans les camps de concentration pendant la Seconde Guerre Mondiale. Durant la Seconde Guerre mondiale, les nazis marquèrent une partie des déportés des camps de concentration et d'extermination d'un tatouage, sur l'avant-bras, d'un numéro matricule. Ce fut particulièrement le cas à Auschwitz. Dans ce cadre, le tatouage contraint participait d'une entreprise de déshumanisation. Après la guerre, les survivants des camps eurent des réactions différentes : si la majorité d'entre eux les conservèrent, certains se les firent enlever.

Par ailleurs, les soldats de la Waffen-SS étaient aussi tatoués. Il recevaient leur groupe sanguin sur la face intérieure du biceps du bras gauche. Ce tatouage était surnommé « Kainsmal » - la « Marque de Caïn » (allusion à la marque que Dieu apposa sur Caïn afin de l'empêcher d'être tué et de fuir à jamais) et ne comportait qu'une seule lettre. Contrairement à la légende, aucune autre inscription, matricule ou unité militaire n'étaient tatoués. Ceci permit d'en identifier facilement quelques-uns après la guerre.


Procédure:

Quelques cultures tribales créent des tatouages en coupant la peau et en frottant ensuite la blessure avec de l'encre, des cendres ou d'autres agents. Cela peut être un complément à la scarification. Quelques cultures créent des marques de tatouage en frappant l'encre dans la peau avec des os aiguisés.

Les techniques n’ont guère évolué au cours des siècles. Cette méthode de décoration de la peau est donc une insertion de substances colorées sous la surface. La peau est perforée avec un instrument pointu, aiguille faite de matériaux divers (os, ivoires, dents, métaux, aciers) qui entraîne les pigments sous l’épiderme. Tout le problème étant de ne pas dépasser l’épiderme afin de ne pas perforer le derme, ceci afin d'éviter une diffusion du pigment. Le pigment s’enkyste alors entre l’épiderme et le derme.

Afin d’illustrer la variété des techniques de tatouages, la pratique Inuïte est particulièrement révélatrice de l’ingéniosité dans ce domaine. En effet, ces derniers passent sous la peau une aiguille suivie d’un fil enduit de noir de fumée brodant ainsi le motif désiré. Les Thaïs et Cambodgiens quant à eux procèdent par grattage à l’aide d’un instrument muni de pointes effilées. En Extrême-Orient et dans le Pacifique, on utilise une sorte de petit râteau dont les dents sont constituées d’aiguilles ou de pointes d’os. Ce râteau est tenu d’une main par le tatoueur et est frappé de l’autre par un maillet. Les Japonais, quant à eux, utilisent des séries de baguettes dont le bout est doté de faisceau d’aiguilles pour exceller dans leur spécialité du « bokashi », à savoir les plus beaux dégradés du monde allant du noir profond au gris le plus clair.

Les pigments utilisés jadis, proviennent du noir de fumée, de coque de noix brûlées, de résines , de cendres ou bien de substances organiques, animales ou végétales mélangées à de l’alcool, de l’eau, du sperme, du sang ou des sucs végétaux. Les pigments actuels issus de l’industrie sont aseptisés ce qui ôte l’aspect folklorique mais rassure plus quant à la transmission de maladies.

De nos jours, la méthode ordinaire est d'introduire l'encre avec un dermographe.

Un dermographe est composé d'aiguilles attachées à une barre avec un canon électrique. Lorsqu'il est enclenché, les pointes se déplacent rapidement de haut en bas et l'action des aiguilles permet l'insertion de l'encre sous la couche la plus haute de l'épiderme. Il agit suivant un principe électromagnétique, à la manière des anciennes sonnettes de porte. Les dermographes sont fabriquées par de nombreuses petites et moyennes entreprises dans le monde.


Cosmétiques ou maquillage permanents:

Le maquillage permanent est un tatouage esthétique. Contrairement à ce que prétendent certaines esthéticiennes plus attirées par l'appât du gain que par les règles déontologiques, le maquillage permanent est indélébile et ne s'altère que parcequ'il a été mal introduit dans la peau. On recouvre généralement un tatouage en gravant un autre par dessus. Aujourd'hui, il est possible de se faire retirer un tatouage, mais ne faites réaliser cette opération que par un dermatologue expérimenté. Ne faites surtout pas enlever un tatouage par un tatoueur qui n'a pas les compétences dermatologiques requises pour ce travail. Même si certains le proposent, ils ne sont pas forcément compétents. N'oubliez pas qu'il s'agit d'un laser qui brûle la peau.


Le tatouage Thai:

Le tatouage thaï  peut occuper toute la surface du corps, mais se sépare en deux parties au niveau de la taille : celle du haut, vouée à la sphère individuelle, et celle du bas, vouée à la sphère publique. Cette dernière, étalée entre les genoux et le nombril, fut surnommée " tatouage culotte " par les premiers observateurs étrangers. Composé de plusieurs exemplaires d'un même motif animalier, le " tatouage culotte " était une obligation sociale pour les hommes thaïs jusqu'au milieu du siècle dernier. Il signifiait avant tout le passage à l'âge adulte, mais indiquait aussi l'origine territoriale et pouvait avoir des fonctions protectrices.

Si le tatouage de la partie supérieure du corps est encore courant, le " tatouage culotte " n'est plus réalisé aujourd'hui car la pratique est considérée comme une marque du passé. Dans les communautés Lü du Nord Laos et celles de la région de Chiang Krong (Thaïlande), seuls les hommes de plus de cinquante ans arborent encore la fameuse culotte. " Thaï " désigne un ensemble de peuples, disséminés entre la Chine, la Birmanie, le Laos et la Thaïlande et unis par la pratique d'une même langue. " Thaïlandais " désigne la population de Thaïlande, toutes ethnies confondues. Honni et frappé d'interdit - au même titre que bon nombre de coutumes immémoriales -, le tatouage incarnera pour certains peuples la lutte contre l'extinction de leur identité culturelle.  Il peut aussi être un talisman du type de ceux portés par le peuple karen lors de sa lutte pour son indépendance contre l’armée birmane, tatouage devant arrêter les balles de l’adversaire, un signe d'appartenance à un courant d'idées contestataires, l'emblème d'une fratrie de sang et d'encre contre les oppresseurs de ce monde. Kawthoolei, le pays des Karens.

Marco Polo, dans ses récits, raconte que les hommes du Myanmar (le " pays merveilleux " rebaptisé Birmanie par les colons) se tatouent sur tout le corps. Le tatouage accompagne les périodes difficiles de la vie : puberté, maternité, maladie ou deuil. C'est justement en cette ère bien difficile pour le peuple Karen (8 % de la population birmane) qu'un tatouage particulier s'est érigé en symbole de lutte désespérée.

Kawthoolei est le nom que donnent les Karens à un État qu'ils rêvent à nouveau indépendant au sud-est de la Birmanie. Trahis par les Britanniques qui leur promettaient l'indépendance, et auprès desquels ils s'étaient engagés lors de la Seconde Guerre mondiale, les Karens subissent désormais une persécution acharnée, ponctuée de fréquents massacres, de la part des autorités birmanes. Au pays merveilleux, l'avenir des Karens paraît bien sombre. Après des années de guérillas, les recrues de plus en plus jeunes transforment cette lutte armée en guerre d'enfants. Ne leur reste plus, dans leur déroute, que l'espoir de voir un jour Aung San Suu Kyi accéder au pouvoir...
IP archivée
Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort

banedon

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 819
Re : Le Tatouage
« Réponse #2 le: septembre 04, 2009, 12:26:11 pm »


Précautions préalables:

Certains groupes à risque doivent éviter de se tatouer. Notamment les personnes sous traitements médicaux, alcooliques, toxicomanes, femmes enceintes, personnes atteintes d’hémophilie, du sida, d’hépatite B et C, de maladies cardiovasculaires, les personnes sous contrôle cardiaque avec un pacemaker (car il y a un risque d’interférence avec les ondes magnétiques du dermographe).

Le tatouage consistant à perforer la peau pour y introduire des agents colorants, chaque petite perforation crée une plaie susceptible de s’infecter et de transmettre une maladie via des bactéries ou des virus. C’est la raison pour laquelle certaines règles essentielles d’hygiène sont nécessaires avant, pendant et après cette opération.


Précautions d'hygiène:

Outre les indispensables lavages et désinfection des mains, le tatoueur doit nettoyer et stériliser consciencieusement le matériel à chaque utilisation, nettoyer et désinfecter les outils non stérilisables et le plan de travail. Il doit également analyser la texture de l'épiderme du futur tatoué et la désinfecter minutieusement avant son acte.


Après l'intervention:

Une fois l’intervention terminée, le tatoueur désinfecte la zone concernée à l’aide d’une solution antiseptique et applique de la pommade et un pansement pour protéger l'épiderme et favoriser la cicatrisation. Il doit ensuite expliquer clairement au tatoué comment il doit continuer à nettoyer sa peau et faciliter la cicatrisation, notamment à l’aide d’une pommade cicatrisante. À noter que cette dernière partie est à présent sous la responsabilité du tatoué. La peau doit rester propre en permanence, elle doit rester grasse pendant la phase de cicatrisation qui dure environ dix jours et grace à l'application d'une pommade cicatrisante. Il faut rester vigilant en ne laissant aucun agent infectieux être en contact avec la plaie. Le nettoyage doit se faire au moyen d’eau tiède et de savon doux ou d’une solution antiseptique sans alcool. Il se peut que lors de la séance, le tatoué puisse ressentir quelque chose allant d'une simple gêne à une douleur aiguë selon sa sensibilité et selon l'endroit tatoué.


Réglementation:

Quelques pays européens commencent à disposer d'une réglementation dédiée au tatouage. En l'absence de réglementation, la clientèle doit le plus souvent s'en remettre au sérieux et à l'éthique de chaque professionnel, et/ou à l'affiliation de certains tatoueurs à des associations professionnelles (par exemple : l'United European tattoo artists, le Syndicat national des artistes tatoueurs en France, l'Association suisse des tatoueurs professionnels, l'Association des Tatoueurs et Pierceurs Professionnels Wallons (et Bruxellois) en Belgique).

La France dispose d'une réglementation sanitaire depuis 2008 : Le décret n° 2008-149 du 19 février 2008 fixe les conditions d'hygiène et de salubrité relatives aux pratiques du tatouage avec effraction cutanée et du perçage, et modifie le code de la santé publique (dispositions réglementaires). Il impose notamment les règles suivantes :

la pratique des activités de tatouage et "perçage corporel" doit être déclaré en Préfecture (application par Arrêté du 23 décembre 2008).

Tatoueurs et perceurs doivent suivre une formation obligatoire à l'hygiène (application par Arrêté 12 décembre 2008).

Le matériel pénétrant la barrière cutanée ou entrant en contact avec la peau ou la muqueuse du client et les supports directs de ce matériel doivent être soit à usage unique et stériles, soit stérilisés avant chaque utilisation.

Les locaux doivent comprendre une salle exclusivement réservée à la réalisation de ces techniques.

Les déchets produits sont assimilés aux DASRI (déchets d'activités de soins à risques infectieux) et doivent être éliminés selon les mêmes dispositions (à savoir "Déchets d'activités de soins (DASRI) : réglementation").

Les produits de tatouage doivent respecter des règles précises, définies par le décret n° 2008-210 du 3 mars 2008 qui fixe les règles de fabrication, de conditionnement et d'importation des produits de tatouage, et institue un système national de vigilance et modifiant le code de la santé publique (dispositions réglementaires).

Tatouage et piercing sont interdits sur une personne mineure sans le consentement écrit d'un parent ou tuteur légal.

Tatoueurs et perceurs doivent informer leurs clients, avant l'acte, des risques auxquels ils s'exposent et, après la réalisation de ces techniques, des précautions à respecter. Cette information doit également être affichée de manière visible dans les studios (application par Arrêté du 3 décembre 2008.

Les professionnels qui ne respectent pas les différentes mesures exigées s'exposent à des contraventions de 5e classe, soit des amendes pouvant aller jusqu'à 1500 euros.



Les styles de tatouages :

Art du point : (dotart ou dotwork pour les Anglophones)Le graphisme du tatouage est réalisé partiellement ou intégralement en Point donnant ainsi des éffets de matiere inédit en tatouage.

Tribal : graphismes en lignes épaisses, le plus souvent en noir, inspirés des tatouages primitifs en général, polynésiens en particulier.

Flash : images couvrant les murs des studios de tatouages.

Custom (ou personnalisé) : tatouage sur-mesure, il peut être conçu par le client, en collaboration avec un artiste pour donner un tatouage unique.
 
Réaliste : motifs exécutés de la manière la plus réaliste qui soit, les tatouages les plus réussis donnent l'impression de véritables photos.
 
Old school ou « traditionnel » : motifs d'inspiration rock'n'roll, pin-up, années 50, etc... executé selon les principes traditionnels occidentaux : contours épais, fortes ombres noires, usage de couleurs primaires vives.
 
Celtique : rappelle l’art celtique (entrelacs, croix celtiques, créatures mythologiques, etc.).
 
Asiatique : inspiré de l'art asiatique (dragons, poissons, bouddha, kanji, etc.).
 
New school : old school version moderne.
 
Abstrait biomécanique: tatouage abstrait incorporant des composants mécaniques,végétaux,organiques ou un peu tout ce que l'on désire, donnant généralement l'impression que tout ceci se trouve sous la peau du tatoué


Tatouages temporaires:

Les "tatouages temporaires" peuvent être faits avec du henné nature,l et non pas du henné noir qui quant à lui est très dangereux pour la peau, henné traditionnel ou bien en utilisant des timbres décoratifs et de l'encre de qualité cosmétique. L'utilisation traditionnelle pratiquée dans les pays du Maghreb est nommé henné, en Inde et au Pakistan, elle est désignée sous le nom de mehndi.

D'autres tatouages sont sous la forme de bandes applicables, et sont souvent offert dans des paquets de chewing-gum ou de friandises. Ces tatouages perdurent quelques jours dans le meilleur des cas, et sont enlevables si on les frictionne sous l'eau.

Il existe également des tatouages temporaires effectués comme les tatouages traditionnels mais grâce à une encre spéciale, s'effaçant généralement au bout de 3 ans minimum. Cependant ce genre de tatouage n'est généralement pas très conseillé (pas très bon pour la peau). Dans de nombreux cas l'encre ne disparaît jamais totalement, contrairement au motif, laissant un "pâté" sur la peau du tatoué.


Tatouage Kenji:

Ces tatouages temporaires, raffinés et élégants sont appelés Tatoo Kenji.Ce sont des pierres de tatouages inspirées des galets de tatouage tibétains. 4 tailles de Kenji tatoo existent : petite, moyenne, grande et géante. Il existe 10 couleurs : noir, rouge, bleu, blanc, orange, vert, jaune, rose, paillette et argent que l’on conserve dans des encreurs. On peut même rajouter des paillettes or ou argent au tatoo. Le Kenji tatoo est un tatouage temporaire, il résiste à l'eau et sa durée de tenue sur la peau varie entre 2 et 5 jours. Il existe à ce jour plus de 250 modèles de tatoo kenji.

IP archivée
Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13778
Re : Le Tatouage
« Réponse #3 le: septembre 04, 2009, 05:37:54 pm »


Très bonne idée de réouvrir ce sujet, Banedon  :smile

C'est super intéressant et là, je crois qu'il y aura encore des photos à ajouter...
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13778
Re : Le Tatouage
« Réponse #4 le: septembre 04, 2009, 05:53:07 pm »

 
une petite vidéo (datant de mars 2009)  nous rappelant bien la ferveur des Thaïlandais...


http://www.monjtquotidien.com/video.2226.thailande-en-ce-moment-des-moines-bouddhistes-font-des-tatouages-sacres-a-des-milliers-de-fideles.php


pas peur.... et même pas mal   
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Le Tatouage
« Réponse #5 le: septembre 04, 2009, 07:28:08 pm »


J'avais pris en photo il y a quelques années le tatouage protecteur d'une de mes amies thaïlandaises...

Elle le portait sur l'épaule gauche et m'avait expliqué que les hommes, eux, portaient le même genre de tatouage sur l'épaule droite...
IP archivée

letirailleur

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1072
  • Mon blog: http://udonthani-en-isan.over-blog.com
    • Le blog de Patrick en Thailande
Re : Le Tatouage
« Réponse #6 le: septembre 05, 2009, 09:32:22 am »

Voici le tatouage d'un(e) ami(e) Katoy

IP archivée
Il vaux mieux etre vieux et vigoureux que jeune et inactif

http://udonthani-en-isan.over-blog.com

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13778
Re : Le Tatouage
« Réponse #7 le: septembre 05, 2009, 09:23:18 pm »


très joli ce tatouage, bien que je le trouve un peu gros, mais à chacun son plaisir et les goûts et les couleurs ne se discutent pas  :smile


Je ne sais plus qui nous avait parlé aussi (dans notre précédent forum) des tatouages invisibles...  ???
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Rugby15

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1195
Re : Le Tatouage
« Réponse #8 le: septembre 06, 2009, 12:51:08 pm »

En vla un Thai tatoué.
IP archivée
"En avant poussez, poussez, les Avants de Bayonne..."

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Le Tatouage
« Réponse #9 le: septembre 06, 2009, 04:34:59 pm »

Il faut vraiment détester son corps pour avoir inconsciemment envie de le dissimuler à ce point sous les tatouages...

Toucher à l'intégriter de son corps (percings, tatouages, scarification) lorsque ce n'est pas motivé par une raison culturelle (tribale, religieuse, etc...), dissimule toujours un mal être psychologique conscient ou inconscient !

 :o
IP archivée

Rugby15

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1195
Re : Le Tatouage
« Réponse #10 le: septembre 08, 2009, 12:43:05 pm »

Le pire, c'est ceux qui se font fixer des pas de vis dans le crane pour pouvoir visser des pointes ou ce genre de truc ! La folie est pas loin !  :-X
IP archivée
"En avant poussez, poussez, les Avants de Bayonne..."

Malco

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6065
Re : Le Tatouage
« Réponse #11 le: septembre 09, 2009, 02:05:39 pm »

Ou bien des tatouages de crâne bizarre .
.
IP archivée
@+ Malco

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13778
Re : Le Tatouage
« Réponse #12 le: septembre 14, 2009, 07:34:46 pm »

 
franchement épouvantable cette dernière image tatouage/piercing...   :(
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13778
Re : Le Tatouage
« Réponse #13 le: septembre 16, 2009, 01:42:26 pm »


Un tatouage invisible Sak Nam Man, de l'huile est alors utilisé à la place de l'encre et le tatouage disparait au bout de 2 jours à peine, l'effet Magique lui demeure....
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Le Tatouage
« Réponse #14 le: janvier 17, 2010, 09:13:30 am »


Comme chaque année se tient en ce moment la "Bangkok International Tattoo convention" (15, 16, 17 janvier)...

C'est l'occasion d'admirer des tatouages effectués par les plus grand artistes thaïlandais, voir de se faire tatouer soi-même...

Le site Internet:  http://www.bangkoktattooconvention.com/
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13778
Re : Le Tatouage
« Réponse #15 le: janvier 19, 2010, 07:54:10 pm »


ouille...!!! j'en ai mal au dos à sa place...  :o
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Rugby15

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1195
Re : Re : Le Tatouage
« Réponse #16 le: janvier 20, 2010, 12:44:26 pm »


ouille...!!! j'en ai mal au dos à sa place...  :o


grave à la masse les mecs
IP archivée
"En avant poussez, poussez, les Avants de Bayonne..."

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Le Tatouage
« Réponse #17 le: juin 02, 2011, 09:22:10 am »


Alerte aux tatouages !

La Thailande est préoccupée par l’utilisation d’ objets sacrés, ou d’êtres saints dans le bouddhisme et les autres religions comme motifs de tatouage par un certain nombre de touristes étrangers qui viennent en vacances en Thaïlande.

Dans la dernière version de la célèbre comédie américaine « Hangover 2″, l’un des personnages se réveille après une soirée bien arrosée avec un tatouage sur le visage (un tatouage maori, copié sur le celui de Mike Tyson en l’occurrence), preuve que le royaume possède une certaine réputation pour l’art de tatouer.

Citant une enquête effectuée dans l’île de Phuket, le ministre de la Culture Nipit Intarasombat a reconnu qu’un certain nombre de touristes viennent en Thaïlande pour faire des tatouages avec des images de Bouddha, ou de dieu hindou comme Ganesh. Le ministre a indiqué que l’utilisation d’objets religieux comme motifs de tatouage est inapproprié selon la tradition et la culture thaïlandaise.

Les motifs de tatouage religieux sont très populaires parmi les touristes étrangers, et peuvent couter jusqu’à 20.000 bahts chacun. Mais combien sont-ils à véritablement connaitre la signification de leur tatouage ? Certains sont censés protéger des mauvais sorts, des coups, et mêmes de balles…

Sak Yant est le nom donné au tatouage Traditionnel Thaï, qui se présente comme un motif géométrique fait à partir d’images de Bouddha, Bodhisattvas, Lotus ou autres symboles bouddhistes supposé attirer la chance, la richesse et la bénédiction et repousser les mauvais esprits.

Les premiers ‘Sak Yant’ ont été réalisés dans les temples Bouddhistes, les moines se faisaient tatouer des textes religieux par de grands maitres en guise de protection. Au fil du temps de nombreux soldats ont visités ces temples afin de se faire tatouer différents motifs ayant le pouvoir de protection, invisibilité et force.

Afin que cette protection soit effective, chants et prières doivent accompagner la séance de tatouage.

Tous les ans, des centaines d’adeptes du ‘Sak Yant’ se donnent rendez-vous au Wat Bang Phra (Temple du Tigre Volant,à 50km de Bangkok) où des moines maitres en tatouage traditionnel les retrouvent. Certains viennent pour ‘recharger’ le pouvoir des tatouages déjà existants (en faisant bénir les tatouages par les grands maitres) et d’autres pour se faire tatouer un motif au pouvoir ‘magique’.

M. Nipit a déclaré que le ministère aux gouverneurs des provinces, en particulier les provinces qui accueillent de nombreux touristes étrangers comme Bangkok et Chiang Mai, d’inspecter les studios de tatouage et de solliciter leur coopération pour ne pas utiliser les objets sacrés de toutes les religions en tant que motifs de tatouage.

Le ministre a ensuite annoncé qu’il demandera à l’Office de la Culture de préparer une loi interdisant aux tatoueurs d’utiliser des objets sacrés ou êtres saints du bouddhisme ou de toute autres religions dans leurs motifs de tatouage.


http://thailande-fr.com/actu/11361-alerte-aux-tatouages
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13778
Re : Re : Le Tatouage
« Réponse #18 le: juin 09, 2011, 01:01:44 pm »


Alerte aux tatouages !

La Thailande est préoccupée par l’utilisation d’ objets sacrés, ou d’êtres saints dans le bouddhisme et les autres religions comme motifs de tatouage par un certain nombre de touristes étrangers qui viennent en vacances en Thaïlande.
http://thailande-fr.com/actu/11361-alerte-aux-tatouages



Un exemple de farang  " qui ne voit pas plus loin que le bout de son nez..."  :(
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

rudy

  • Invité
Re : Le Tatouage
« Réponse #19 le: juin 09, 2011, 01:27:07 pm »

beurkkk quelle horreur !! autant un tatouage ne me gêne pas autant aun tel "spectacle" me met mal à l'aise !!
IP archivée

letirailleur

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1072
  • Mon blog: http://udonthani-en-isan.over-blog.com
    • Le blog de Patrick en Thailande
Re : Le Tatouage
« Réponse #20 le: juin 10, 2011, 09:57:23 am »

J'ai vu il y a quelques jours à udonthani le même genre de farang tatoué mais le mien avait en plus tout le visage tatoué
IP archivée
Il vaux mieux etre vieux et vigoureux que jeune et inactif

http://udonthani-en-isan.over-blog.com

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Le Tatouage
« Réponse #21 le: juin 10, 2011, 10:54:10 am »


J'ai lu, dans je ne sais plus dans quel livre de psycho., qu'une personne qui modifiait ainsi son corps avait un réel problème avec celui-ci, bref, qu'inconsciemment, il ne l'acceptait pas...

Qu'en pensez-vous ?...  :-\
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13778
Re : Re : Le Tatouage
« Réponse #22 le: juin 10, 2011, 01:11:55 pm »


J'ai lu, dans je ne sais plus dans quel livre de psycho., qu'une personne qui modifiait ainsi son corps avait un réel problème avec celui-ci, bref, qu'inconsciemment, il ne l'acceptait pas...

Qu'en pensez-vous ?...  :-\




C'EST VRAI... Je ne parle pas des gens qui se sont fait faire un petit tatouage sur l'épaule ou sur le bras, simplement pour "faire joli", mais des gens qui se font tatouer de la tête au pied...

Il a toujours été reconnu et démontré  que ce sont des gens qui ne sont pas sûrs d'eux, qui se cherchent une identité, et qui n'ont rien trouvé de mieux que les tatouages pour se faire remarquer, c'est à dire sortir du lot...

Ceci est valable également pour les piercings...
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

casamui

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1066
Re : Le Tatouage
« Réponse #23 le: juillet 05, 2011, 05:57:12 pm »

J'en porte un tout petit dans le dos, c'est une représentation de Bouddha qui m'a été faite par un moine, dans un temple de Samui ou je passais quelques jours. Fait à la main, je n'ai eu le droit de le découvrir que 7 jours après. Tellement petit et placé sur l'omoplate, que je ne le vois jamais. Mais curieusement il me procure un sentiment de sécurité et de sérénité.... (j'imagine qu'après cela, vous devriez être quelques uns à me conseiller un bon psy !)
IP archivée
Tolérance et respect, humilité et compassion, le combat de toute une vie

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Le Tatouage
« Réponse #24 le: juillet 06, 2011, 09:06:05 am »


Il me semble que l'on peut faire une distinction entre le tatouage à vocation religieuse et le tatouage décoration du genre "cartoon" en couleurs...
IP archivée