Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Auteur Sujet: Un sujet amer : les prisons en THAILANDE, bienvenue en enfer !  (Lu 28048 fois)

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13325
Re : Un sujet amer : les prisons en THAILANDE, bienvenue en enfer !
« Réponse #50 le: janvier 16, 2017, 12:11:45 pm »

Français Ensembme dans le Club de Pattaya


La peine de mort : beaucoup de Thaïlandais sont POUR... 

Une très grande majorité de Thaïlandais (87.1%) est favorable à l'application de la peine de mort selon un sondage de l'institut "National Institute for Development Administration (Nida)" réalisé entre les 9 et 11 janvier sur la base d'un échantillon de 1.250 personnes de + 18ans.

Le châtiment devrait être infligé pour les cas de viol suivis de meurtre dans 56.5% des cas, selon les sondés.

Les récidivistes méritent la sanction suprême dans 22% des cas pour des crimes graves, et le simple assassinat avec préméditation ne récolte que 10.6% d'avis favorable.

Les trafiquants de drogue sont jugés avec plus de clémence par les Thaïlandais, qui estiment normal de les exécuter que dans 2.48% des cas.

Les personnes interrogées pensent inutile de commuer la peine de mort en prison à vie, dans 86,3% des affaires. Il n'y a pas eu d'exécution depuis 2009 en Thaïlande. Certains prisonniers attendant dans le couloir de la mort...
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3223
Re : Un sujet amer : les prisons en THAILANDE, bienvenue en enfer !
« Réponse #51 le: février 20, 2017, 09:42:54 pm »


Les masseuses et prisonnières de Chiang Mai !


La Thaïlande figure parmi les pays qui comptent le plus de femmes emprisonnées, souvent pour des délits mineurs liés à la drogue. Mais elle offre aussi des solutions à celles qui souhaitent se réinsérer.

En face de la prison de Chiang Mai, un salon de massage pas comme les autres, ici, les masseuses sont aussi prisonnières.

Ces femmes suivent un programme de réinsertion : 180 heures de formation aux massages traditionnels thaïs.

A l'issue de ce programme, elles sont certifiées masseuses professionnelles. Cela leur permet de travailler au salon durant les six derniers mois de leur peine, facilitant leur réinsertion à leur sortie de prison

Ce centre de massage a été lancé il y a 10 ans par celle que l’on surnomme Jinny. Cette ancienne gardienne de prison de la maison correctionnelle de Chiang Mai souhaite aider les femmes à retrouver un travail.

Armées pour affronter la liberté

« Les femmes me disent qu’il est très difficile de trouver un travail après la prison. Elles sont stigmatisées. Les gens ne veulent pas embaucher des anciennes prisonnières; ils n’ont pas confiance en elles et ont peur d’elles », confie Jinny.

Après seulement trois mois d’existence, le centre a ouvert une succursale dans la vieille ville de Chiang Mai. 42 masseuses proposent notamment des massages traditionnels, des massages des pieds ou encore des soins du visage.

Une fois relaxés, les clients peuvent manger au restaurant ou boire un café, acheter des pâtisseries et des objets, tous confectionnés par les prisonnières.

Les touristes se pressent au salon chaque jour, il est préférable d’effectuer une réservation avant de s’y rendre. « Ça vaut le coup d’attendre ! » lance un client satisfait.

A leur sortie, les salaires des masseuses leur sont restitués. Diplômées, elles peuvent tenter de se faire embaucher dans un salon traditionnel ou au Lila Thaï Massage.

Fondé par l’ancienne directrice de la prison de Chiang Mai en 2012, Naowarat Thanasrisudarat, ce salon propose les mêmes services par d’anciennes condamnées.

Avant la création du centre, elle a ouvert un parloir de massage à la prison et a donné aux femmes une formation pendant leur détention.

Stigmatisées et discriminées à l’embauche

La directrice du salon se bat contre l’ « Healthcare Business Place Act ». Cette loi interdit toute personne à devenir masseur ou masseuse moins d’un an après leur sortie de prison.

Naowarat Thanasrisudarat explique que la police pense cette loi nécessaire afin de « prévenir les risques pour les usagers d’être agressé ou de se faire voler leur bien pendant qu’ils profitent des services ».

Selon elle, c’est un non-sens

« quand elles n’ont pas les moyens de vivre, elles vont peut-être recommencer à vendre de la drogue. Un an, c’est long. Comment peuvent-elles se nourrir ainsi que leur famille pendant cette période? »

La détention ou le recel de drogue est en effet la cause principale de leur détention. Chiang Mai se situe dans le triangle d’or, au cœur du trafic de méthamphétamine.

Un taux d'emprisonnement record

Le pays détient la plus grande proportion féminine au sein de la population carcérale au monde ( 13,6% des personnes détenues en Thaïlande sont des femmes), avec un nombre total de détenus évalué à 289.675, un chiffre très élevé par rapport à la population totale de la Thaïlande estimée à 68,2 millions d'habitants.

A titre de comparaison en France la population carcérale est de 68.514 détenus avec seulement 3,3% de femmes, pour une population totale de 67,5 millions d'habitants.

Ainsi, depuis 2006, la princesse Bajrakityabha Mahidol (la fille aînée du roi Maha Vajralongkorn) soutient les femmes emprisonnées en lançant une initiative visant à améliorer les conditions de vie des détenues et à les aider à réintégrer la société.

Le programme élaboré à la prison de Chiang Mai est le fruit de cet engagement.

Si vous souhaitez vous aussi soutenir les femmes de la prison de Chiang Mai et les anciennes détenues, le massage traditionnel ne vous coûtera que 200 THB pour une heure. Les centres situés dans la vieille ville sont ouverts de 8h à 16h30 et de 9h à 21h.

Pour plus d’informations sur le salon Lila thaï massage : http://www.chiangmaithaimassage.com/index.php?name=aboutus

IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13325
Re : Un sujet amer : les prisons en THAILANDE, bienvenue en enfer !
« Réponse #52 le: mars 02, 2017, 01:11:38 pm »

http://geopolis.francetvinfo.fr/thailande-le-systeme-carceral-a-un-besoin-urgent-de-reformes-selon-la-fidh-


Thaïlande: le système carcéral a un besoin urgent de réformes, selon la FIDH


La Thaïlande figure en sixième position dans le classement mondial des pays qui comptent la plus grande population carcérale. C’est ce que rappelle la FIDH dans son dernier rapport, précisant qu’en janvier 2017 plus de 70% des détenus thaïlandais purgeaient une peine pour des infractions liées aux stupéfiants.

En Thaïlande, quiconque se fait arrêter en possession de quelques pilules de yaba (la drogue qui rend fou) risque de passer dix années derrière les barreaux.

Moins nombreuses mais plus longues, les peines de prison pour diffamation ou insulte à la famille royale peuvent aller jusqu’à 30 ans.

Dans un cas comme dans l’autre, la longueur des peines est disproportionnée par rapport au délit. C'est ce qu’avait déjà dénoncé dans un précédent rapport la Fédération internationale des droits de l’Homme.

Cette fois, la FIDH appelle la Thaïlande à réformer ses prisons surpeuplées et délabrées. Certaines accueillent cinq fois plus de détenus que leur capacité ne le permet.

Les gouvernements successifs ont fait «très peu» pour résoudre le problème de surpopulation due aux très nombreuses condamnations pour usage de drogues, a insisté Andrea Giorgetta, directeur de la FIDH pour l'Asie du Sud-Est.

L'ONG dénonce aussi dans son rapport les nouvelles restrictions concernant l'accès aux prisons pour les visiteurs et l'enfermement de centaines de civils dans des camps de rééducation militaires secrets.

Cette ligne dure n'a pas permis de réduire le nombre de consommateurs de drogue, reconnaissent les généraux de la junte...
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13325
Re : Un sujet amer : les prisons en THAILANDE, bienvenue en enfer !
« Réponse #53 le: mars 23, 2017, 02:39:28 pm »

Français Ensemble dans le Club de Pattaya


Incarcération des détenus "transgenres"...

Il n'est pas souhaitable de créer une prison exclusivement réservée aux détenus transgenres, selon les services pénitentiaires du royaume, qui proposent d'autres solutions.

Selon Korbkiat Kasiwiwat, directeur général du "Corrections Department", ils ne représenteraient que 1% de la population carcérale, qui compte 300.000 personnes.

Il y a suffisamment de places dans les zones spéciales aménagées dans les prisons de Min Buri, de Klongprem et de Pattaya pour les accueillir.

Les gardiens doivent prioritairement assurer la sécurité des transgenres souvent harcelés sexuellement par les autres détenus.

Vouloir regrouper tous les transgenres dans un même lieu entraînerait un éloignement familial qui empêcherait les visites.

Toujours selon monsieur Korbkiat, 34 personnes actuellement détenues ont subi une opération chirurgicale de changement de sexe. Elles sont détenues dans des prisons pour femmes...

IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13652
Re : Un sujet amer : les prisons en THAILANDE, bienvenue en enfer !
« Réponse #54 le: août 04, 2017, 07:52:01 am »


En Thaïlande, du maquillage pour alléger la peine des prisonnières

Pouvoir se maquiller quand on est en prison: un luxe en Thaïlande, pays aux prisons surpeuplées qui détient le triste record mondial du taux d'incarcération féminine.

D'anciennes détenues ont mis à profit leur expérience derrière les barreaux pour faire bénéficier les autres des astuces qu'elles avaient alors trouvées pour se fabriquer leur maquillage, afin de retrouver un peu de dignité.

Au coeur du projet: Prontip Mankong, 29 ans, qui a passé deux ans en prison pour lèse-majesté après avoir pris part à une pièce de théâtre étudiante, considérée comme une diffamation de l'institution royale.

Pendant sa détention, Prontip avait mis au point une recette à base de vaseline et de colorant alimentaire pour se fabriquer un ersatz de rouge à lèvres.
 
"Le rouge à lèvres nous redonnait confiance en nous et nous permettait de nous exprimer, dans un endroit où la liberté est limitée", explique Prontip Mankong, libérée en août 2016.

Avec d'anciennes co-détenues, elle a alors eu l'idée de collecter des rouges à lèvres usagés et de les faire fondre afin de réaliser des tubes de "seconde main" pour les détenues.

Les résidus de pâte de rouge à lèvres sont triés par couleur, portés à ébullition puis mis à refroidir dans des moules.

Ils doivent être distribués gratuitement la semaine prochaine dans une prison de Bangkok qui a accepté de jouer le jeu avec l'association créée par Prontip.

Elle voit dans cette initiative un moyen d'alléger la vie des prisonnières, et de leur remonter un peu le moral, notamment à celles que les proches n'ont pas les moyens d'aider financièrement pour améliorer l'ordinaire carcéral.

Certes, elles peuvent travailler en prison, dans des ateliers de confection ou en cuisine, mais les salaires sont dérisoires.

Et les détenues concentrent leurs dépenses sur des fournitures de base comme des serviettes hygiéniques, du shampoing ou des anti-douleurs.

"Obtenir des cosmétiques, c'est très difficile et très cher", explique Prontip à l'AFP, évoquant le marché noir des produits cosmétiques.

"L'argent finit dans les poches des prisonnières influentes" qui contrôlent ce marché noir, accuse Prontip, dont la belle assurance se craquelle soudain à l'évocation de ses années de prison.

La vie est particulièrement difficile pour celles qui, comme elle, ont été condamnées pour lèse-majesté, un sujet tabou en Thaïlande.


- Au-delà du maquillage -

Avec son organisation, "Fairly-tales", Prontip veut aller plus loin que de fournir des rouges à lèvres aux détenues: elle espère pouvoir organiser des ateliers de maquillage avec elles, l'occasion d'échanger sur leurs vies en prison.

"J'ai vécu cela de l'intérieur et je veux améliorer les choses. C'est mon habitude, où que j'aille, de vouloir me rendre utile", explique la jeune femme, dont la volonté de changer une société thaïe très conservatrice n'a pas été émoussée.

"La campagne autour des rouges à lèvres peut sembler légère, mais pour moi c'est un point de départ... L'étape suivante, c'est d'obtenir de meilleures conditions de vie pour les prisonnières", avec assez d'eau pour se laver, des salaires décents pour celles qui travaillent, du maquillage à un prix normal, détaille-t-elle.

Les conditions de vie dans les prisons de Thaïlande sont en effet difficiles, avec des dortoirs surchargés, y compris dans les prisons pour femmes.

Proportionnellement à sa population totale, la Thaïlande a le plus fort taux d'incarcération féminine, avec 113 femmes emprisonnées sur 100.000 habitantes, rappelle un récent rapport de la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH).


Cette surreprésentation tient notamment à une politique anti-drogue très répressive: les femmes étant fréquemment utilisées par les trafiquants pour transporter de la drogue, elles se retrouvent souvent avec de longues peines, de plusieurs années de prison, même quand elles n'ont été interpellées qu'avec quelques méthamphétamines sur elles. Au total, 82% des prisonnières sont en prison pour de la drogue.


Bangkok - AFP

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20170803.AFP8371/en-thailande-du-maquillage-pour-alleger-la-peine-des-prisonnieres.html
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13652
Re : Un sujet amer : les prisons en THAILANDE, bienvenue en enfer !
« Réponse #55 le: septembre 15, 2017, 08:38:51 am »


Surpopulation dans les prisons : il faut redéfinir ce qu'est un "crime grave"

LE CONSEIL D'ÉTAT envisage d'ajuster la définition de certaines infractions pénales afin qu'elles soient punissables par des sanctions administratives plutôt que par une peine de prison.

Cette réflexion est due au nombre élevé de cas criminels qui encombrent le système judiciaire et mène au surpeuplement des prisons à l'échelle nationale.

Le membre du Comité de modification du Code criminel et l'expert juridique Pokpong Srisanit s'est exprimé lors d'un séminaire organisé par le conseil sur les critères d'infractions pénales dans le code juridique.

Pokpong a déclaré que l'article 77 de la Constitution de 2017 stipulait que les sanctions pénales ne s'appliquaient que pour des cas graves, et le comité était d'accord pour dire que la Thaïlande souffrait d'une augmentation persistante des affaires pénales.

Tout ceci entraine des coûts pour la société, a-t-il déclaré, ajoutant que la Thaïlande occupait la sixième place dans le monde en ce qui concerne le nombre de prisonniers, soit 300 000 personnes.

Selon l'étude de l'Institut de recherche sur le développement de la Thaïlande, Pokpong a déclaré que l'état dépense environ 100 000 Bt par cas criminel - y compris les salaires de la police, les juges et les fonctionnaires apparentés - et seulement 6 000 thb par procédure au civil.

Pour économiser des coûts, l'État devrait appliquer d'autres lois pour punir les auteurs, a-t-il dit. Alors que les crimes graves tels que le vol et le meurtre doivent toujours faire l'objet de poursuites pénales, il a déclaré que d'autres infractions, telles que celles impliquant les chèques en bois ou des infractions au droit d'auteur, pourraient être sanctionnées par des peines administratives pour sauver l'argent du pays.

Un autre membre du comité, Prathan Wattanawanich, a déclaré que le code pénal souffrait d'une « inflation » en termes d'infractions, qui découle de la non-familiarité des législateurs avec les sanctions administratives.

Il a reconnu l'article 77 comme une étape clé vers une amélioration, bien qu'il ait ajouté que l'un des défis serait de faire en sorte que les agents compétents comprennent les sanctions administratives. Sic !

Un autre membre du comité, Surasak Likhasitwattanakul, a déclaré que toute la société n'avait pas encore clairement abordé la question de savoir quelles infractions devraient être criminelles. Avec la directive de l'article 77 selon laquelle seules les infractions graves sont considérées comme criminelles, les législateurs doivent étudier un cadre pour la définition de la criminalité, a-t-il ajouté. Sa propre suggestion étant que les crimes graves étaient ceux qui ont eu une incidence sur la société dans son ensemble.

 
https://www.thaivisa.com/forum/topic/1002073-plan-to-redefine-‘serious’-crime’-to-reduce-incarceration-being-considered/

---------------------------------------------------------

Dans la réalité, 80 % des prisonniers sont détenus pour des cas liés à la drogue. Et s'il existe des milliers de barons de la drogue qui méritent de passer des années derrière les barreaux, sont emprisonnés environ 200 000 consommateurs ou petits trafiquants.

Le précédent ministre de la Justice Paiboon avait tenté une réflexion sur ce sujet "ces 200 000 petits cas, sont-ils criminels ? Fumer un joint mérite-t-il des années de prison ?". Les Thaïlandais sont des gens généralement honnêtes, il n'y a pas besoin d'en mettre 300 000 en prison pour que le pays fonctionne correctement. Ces réflexions en tant que connaisseur de ces sujets.
IP archivée

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3223
Re : Un sujet amer : les prisons en THAILANDE, bienvenue en enfer !
« Réponse #56 le: février 15, 2018, 12:22:32 am »


Le Royaume-Uni veut que ses ressortissants soient traités avec humanité dans les prisons thaïlandaises !

La Grande-Bretagne a demandé au Département des services correctionnels thaïlandais de veiller à ce que les détenus aient des droits fondamentaux en vertu des normes internationales, a déclaré hier le directeur général du Département, Pol Colonel Narat Sawettnan.

Narat a déclaré qu'il avait assuré les autorités britanniques que son agence prenait soin des détenus de toutes nationalités - y compris des prisonniers britanniques - conformément à la réglementation thaïlandaise et aux Règles des Nations Unies pour le traitement des prisonniers, ou "règles Mandela

https://www.amnesty.org/fr/latest/news/2015/05/mandela-rules-on-prisoner-treatment-adopted-in-landmark-revision-of-un-standards/ c'est en français

Comme déjà expliqué, les conditions de détention ne sont pas aussi épouvantables qu'on peut l'imaginer dans les prisons (cela ne concerne pas le centre de détention de l'immigration ou les commissariats) mais les prisons thaïlandaises ne sont pas conformes sur plusieurs points : par exemple, difficulté à faire entrer de la lecture et surtout aucun soin : si vous êtes malade, vous mourrez ; même le magnifique hôpital de la prison de Klong Prem est une vaste plaisanterie. On y soigne le cancer avec du paracétamol.

Narat a déclaré que l'ambassade britannique avait récemment demandé à son département d'empêcher les suicides tout en assurant aux détenus une bonne qualité de vie et une protection des droits de l'homme conforme aux normes internationales.

L'ambassade a également envoyé des procédures opérationnelles standard (SOP) à l'agence pour l'application, pour aider à endiguer la corruption et les agressions, promouvoir l'équité et être en ligne avec les droits de l'homme, a-t-il dit.

Narat a déclaré que la Thaïlande devait s'adapter pour appliquer les pratiques internationales et que son département étudierait les procédures et les appliquerait si possible.

Il a également déclaré que les prisons thaïlandaises hébergent actuellement 15 076 détenus étrangers, dont la plupart viennent de pays voisins et sont liés à des crimes liés à la drogue.

Natthee Jitsawang, ancien conseiller du Département des affaires pénitentiaires de l'Institut thaïlandais de justice (TIJ), a déclaré que le département avait fait beaucoup de changements pour promouvoir les droits des détenus, notamment l'amélioration des normes médicales des prisons.

Il a dit que les détenus n'étaient pas punis par privation de nourriture ou d'eau potable, enfermement dans le noir ou passage à tabac. Il y avait un programme pour prendre soin des détenues "vulnérables" qui sont enceintes et les détenus apatrides ont eu accès à l'aide juridique (de quel niveau ?), a-t-il ajouté.

Natthee a déclaré que les SOPs devraient être ajustées pour s'adapter au contexte thaïlandais et clarifier les doutes ou les questions.

 
https://www.thaivisa.com/forum/topic/1024961-uk-wants-assurances-on-basic-rights-for-british-prisoners-in-thailand/

 
Rappel : la fille ainée du roi fait un travail remarquable dans ce sens en ce qui concerne les prisons pour femmes à l'échelle mondiale. Les règles des prisons pour femmes sont plus dures, en Thaïlande, que celles des prisons pour hommes car du propre aveu des gardiens, il y aurait des émeutes. Comme en France, le ratio maton / prisonniers est ridicule. Heureusement, les détenus, en Thaïlande sont plus "faciles" que ceux en France.

Je me permets de compléter l'article car je connais sans doute mieux le sujet que le journaliste avec des centaines de visites de prisonniers de tous les pays dans de nombreuses prisons.
IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3223
Re : Un sujet amer : les prisons en THAILANDE, bienvenue en enfer !
« Réponse #57 le: mars 01, 2018, 02:13:14 am »


Essai de bracelet électronique à partir de demain pour certains détenus !

La Cour de justice thaïlandaise a dévoilé mardi des dispositifs de surveillance électronique (EM) à attacher aux chevilles des personnes libérées temporairement.

Un projet pilote à l'intention de 23 tribunaux, remplaçant le système de mise en liberté sous caution, débute jeudi (1er mars).

L'objectif est double : tout d’abord empêcher les suspects libérés sous caution de disparaitre dans la nature et ensuite laisser sortir des personnes qui pourraient être libérées sous caution mais qui n'ont pas les moyens de la déposer.

Le projet s'attaquent aux problèmes d'inégalité sociale (les riches sont presque toujours en liberté sous caution) et de surpopulation carcérale (320 000 détenus pour 200 000 places).

La Cour de justice a établi un centre de surveillance électronique au tribunal pénal de Ratchadapisek, à Bangkok.

Fonctionnant H24 il surveille les suspects qui portent des bracelets qui, comme le mot français, l'indique se portent à la cheville.

On ne sait pas combien de personnes seront concernées à terme.

 
https://www.thaivisa.com/forum/topic/1026892-electronic-ankle-bracelets-to-be-tried-from-march-1/
IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3223
Re : Un sujet amer : les prisons en THAILANDE, bienvenue en enfer !
« Réponse #58 le: juin 25, 2018, 11:52:48 pm »


Les fonds du ministère de la justice aident les pauvres à payer leurs cautions !

Le ministère de la Justice a révélé que le Fonds de la justice dépense en moyenne 14 millions de bahts par mois pour payer des cautions.

Le secrétaire permanent adjoint du ministère de la Justice, Thawatchai Thaikheo, a déclaré que le Fonds pour la justice a fourni une aide financière à plus de 3 300 délinquants présumés au cours des six derniers mois.

Il a ajouté que 88,73 % du montant avait été dépensé pour aider les présumés contrevenants qui n'avaient pas les moyens de payer les cautions.

Il pense que le budget du "Fonds de justice" sera suffisant pour aider les gens car une fois chaque cas terminé, l'argent dépensé sera remboursé.

Cela fait une moyenne de 25 000 thb par affaire. Cela concerne donc les petits délits dont on ne parle pas dans les journaux.



https://www.thaivisa.com/forum/topic/1044701-justice-fund-spends-about-14mn-baht-monthly-on-bails-for-poor-people/
IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)

SUDOKU

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 3223
Re : Un sujet amer : les prisons en THAILANDE, bienvenue en enfer !
« Réponse #59 le: juillet 13, 2018, 10:16:13 pm »


La cour d'appel confirme la condamnation à mort de l'Espagnol, M Segarra !!  :hang

La Cour d'appel a confirmé aujourd'hui la condamnation à mort d'un Espagnol pour le meurtre d'un compatriote. Segarra aurait ensuite démembré la victime avant de la jeter dans le fleuve Chao Phraya en 2016.

Selon le verdict, entre le 20 et le 26 janvier 2016, Artur Segarra a torturé et plus tard assassiné David Bernat dans une chambre de PG Condominium sur Rama IX, démembré son corps et jeté les morceaux à divers endroits dans la rivière Chao Phraya puis volé 734 940 baht de l'homme d'affaires assassiné.

Il a été accusé d'enlèvement, de torture, de meurtre prémédité et de dissimulation du corps. Segarra a nié les accusations.

Le 21 avril 2017, le tribunal correctionnel l'a condamné à mort et lui a ordonné d'indemniser les proches de Bernat. Segarra a fait appel.

La Cour d'appel a déclaré que, d'après les éléments de preuve trouvés,  Segarra avait comploté pour assassiner Bernat afin de prendre de l'argent sur son compte bancaire.

Segarra a emmené Bernat dans sa chambre, l'a torturé pour qu'il révèle le mot de passe et le numéro de série de la carte bancaire et a pris la carte pour retirer l'argent. Après cela, il a assassiné Bernat, a découpé son corps et a jeté le corps démembré dans la rivière Chao Phraya.

Le tribunal a confirmé la condamnation à mort de Segarra.


En première instance Segarra avait plaidé non-coupable. Souvent le "plaider coupable" encourage la cour à commuer une peine de mort en perpétuité mais ce n'est pas automatique.

En cas de crime trop horrible (comme celui-là ?) on peut être condamné à mort même en ayant plaidé coupable. On ne sait pas ce qu'a plaidé Segarra en appel. Il lui reste la cour suprême (sorte de cassation).

Pendant 9 ans, de 2009 à 2018, la Thaïlande n'a exécuté personne mais un condamné à mort a été exécuté récemment. Le crime de Segarra, s'il l'a commis, est plus horrible que celui du Thaïlandais qui vient d'être exécuté. Heureusement pour lui, on peut penser que la Thaïlande n'exécutera pas un Européen.



https://www.thaivisa.com/forum/topic/1048175-appeals-court-upholds-death-sentence-on-spaniard-for-murder/
IP archivée
Mon Dieu, que votre volonté soit fête !
(Frédéric Dard)