Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Auteur Sujet: HORS SUJET : LE CAMBODGE  (Lu 85272 fois)

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13624
Re : HORS SUJET : LE CAMBODGE
« Réponse #25 le: octobre 09, 2012, 02:04:35 pm »

http://asie-info.fr/2012/10/09/siem-reap-bangkok-la-fin-dun-monopole-aerien-511327.html


Siem Reap – Bangkok : la fin d’un monopole aérien


A compter de novembre, la compagnie nationale cambodgienne Angkor Air reliera la cité des temples à celle des anges, mettant fin au monopole thaïlandais sur cette liaison.

A partir de novembre, les ATR 72 de la compagnie cambodgienne Angkor Air assureront des vols entre Siem Reap et Bangkok, à raison de quatre liaisons par semaine. En fonction de la fréquentation, Angkor Air envisagera d’opérer un vol par jour entre les deux villes explique le site Travel Daily News.

Jusqu’à présent, cette route était exclusivement exploitée par la compagnie thaïlandaise Bangkok Airways. C’est une bonne nouvelle pour les usagers, qui peuvent ainsi espérer une baisse des tarifs pratiqués sur ce trajet...

Jusqu’en novembre 2008, le vol entre Phnom Penh et Siem Reap était assuré par Siem Reap Airways, une filiale de Bangkok Airways. Mais à cette date, la compagnie a été placée sur la liste noire des compagnies aériennes par l’Union européenne et donc interdite de survol du ciel européen. Ce « placement » a incité le gouvernement cambodgien à ne pas lui renouveler sa licence d’exploitation.

Les avions de Bangkok Airways ont, un temps, pris le relais, avant que les ATR d’Angkor Air (propriété à 51% du gouvernement cambodgien, et 49% de Vietnam Airlines) n’exploitent exclusivement la ligne à partir du 25 octobre 2009.

Bangkok Airways n’a pas abandonné toute ambition de revenir dans le ciel entre Siem Reap et Phnom Penh. Histoire de mettre fin à un autre monopole, et sans doute là aussi de faire chuter le prix d’un billet assez onéreux.

Angkor Air projette quant à elle d’assurer les liaisons Siem Reap – Hanoï et Phnom Penh – Hanoï à partir de 2013. La compagnie étudie aussi la possibilité de relier Phnom Penh et Bangkok.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Malco

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6065
Re : HORS SUJET : LE CAMBODGE
« Réponse #26 le: octobre 09, 2012, 08:51:31 pm »

Je me souviens bien de cet aéroport il y a une bonne dizaine d'années lorsque j'avais fait le vol BangKok Siem Reap avec Bangkok Airways , l'aéroport était tout petit sans clim à l'intérieur une file d'attente de plus d'une heure et demi pour le visa , cela avait son charme aussi mais bon très très chaud dedans il y avait une seule salle d'embarquement et on aller direct sur la piste à pieds pour monter dans l'avion assez folklo d'ailleurs , et bien sur j'avais payer assez cher le vol aller retour de Bangkok déjà à cette époque .
Bonne nouvelle ça va faire baisser les prix concurrence oblige .
IP archivée
@+ Malco

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14287
Re : HORS SUJET : LE CAMBODGE
« Réponse #27 le: octobre 16, 2012, 08:35:00 am »


Norodom Sihanouk : mort de l'ex-roi du Cambodge


En 1941, il est monté sur le trône. Il a abdiqué en 1955, a été illégalement destitué en 1970, a été prisonnier des Khmers rouges de 1975 à 1979 à Phnom Penh. Il est revenu au Cambodge en novembre 1991 et remonté sur son trône deux années plus tard avant d'abdiquer en 2004 en faveur de son fils Sihamoni, invoquant son âge et sa santé. Quel homme d'Etat, au XX° siècle, a occupé si longtemps, et avec des fortunes si diverses, le devant de la scène ?

Norodom Sihanouk. "Insubmersible", a résumé d'un mot un ancien diplomate français, grand expert de la région. "Incoulable", avait jugé l'intéressé lui-même quelques années auparavant. Un personnage hors du commun, déroutant, oscillant entre le sourire figé accompagné de courbettes et le monologue sans fin débité sur un ton aigu. L'ex-roi du Cambodge est mort, lundi matin 15 octobre en Chine, où il se rendait régulièrement pour y suivre des traitements médicaux après avoir souffert entre autres d'un cancer, de diabète et d'hypertension.

Longtemps tout rond, aux décisions si surprenantes qu'on n'a jamais vraiment su si elles tenaient de la suprême habileté ou du caprice, de la manoeuvre réfléchie ou de l'envie d'envoyer tout promener. Sihanouk a si souvent annoncé sa retraite ou son abdication que personne n'y croyait plus, même ceux qui se souvenaient qu'en 1953 déjà, lorsqu'il était sur le trône, il s'était retiré en Thaïlande, puis à Angkor parce que les Français tardaient trop à accorder à son Cambodge une indépendance complète qu'il obtiendra en 1953, un an avant les autres.

Il en a lassé plus d'un avec son obstination, ses découragements, réels ou imaginaires, et son profil de dieu-roi qui l'a placé au sommet de la pyramide sociale, spirituelle et religieuse de la société khmère. Entre deux dithyrambes nationalistes, entre quatre rendez-vous à Paris, à New-York, à Pékin ou à Pyongyang, l'homme n'a jamais oublié qu'il était roi, même s'il a abdiqué en 1955 en faveur de son père afin de plonger dans l'arène politique.

En attendant qu'un site royal prenne le relais sur la Toile, ses "bulletins" mensuels ont publié des revues de presse annotées de sa main, des entretiens dont il rédige apparemment questions et réponses, les recettes de cuisine de sa tante, ses propres poèmes et compositions médicales. Il a également été metteur en scène et directeur de films.

Prince ou roi, il s'est lui-même défini avec ironie, dans ses réponses à ses détracteurs, comme "changeant". Il n'entend rien aux problèmes d'intendance, ignorant ce qu'est un compte en banque, ce qui explique sans doute sa grande tolérance à l'égard d'une cour dont les excès lui font du tort. C'est, en revanche, un manipulateur-né, jouant les uns contre les autres, ne serait-ce que pour élargir sa marge de manoeuvre.

"Excellent tacticien, piètre stratège", jugera sévèrement Pham Xuân Ân, l'ancien maître espion communiste dans le Sud pendant la guerre du Vietnam, tout en sachant que ce personnage à l'humour caustique a quatre fils à la patte : une francophilie qui ne se démentira jamais ; une "reconnaissance éternelle" à l'égard de la Chine, son hôte intéressé des moments difficiles; la conscience que le Cambodge doit, en dernier recours, cohabiter avec le Viêtnam, encombrant voisin; et le rejet de sa destitution en 1970, à ses yeux le pire des crimes de lèse-majesté.

Le Cambodge, c'est lui. Il est fasciné par Angkor, grandeur disparue. En avril 1996, lors d'une visite d'Etat – et d'adieux politiques – à Paris, il rappelle qu'il est "le plus gaulliste des gaullistes". En fait, il est surtout gaullien dans son profil de gardien du Cambodge et d'ultime recours à l'issue de deux décennies de bouleversements que son royaume a subi lorsqu'il s'est retrouvé lui-même sans prise sur l'enchaînement des évènements.

En 1941, l'amiral Decoux, gouverneur d'une Indochine française ralliée à Vichy, place sur le trône cet élève du lycée Chasseloup-Laubat de Saigon, un joyeux luron, donc censé être souple. Sihanouk est alors âgé de dix-huit ans. Le jeune monarque est trop intelligent pour ne pas saisir, après la capitulation du Japon, que les temps ont changé. S'il accueille avec plaisir les troupes du général Leclerc, c'est bien parce qu'un autre Cambodgien, San Ngoc Thanh, s'est entre-temps proclamé chef du gouvernement d'un Cambodge indépendant. Il faut d'abord se débarrasser de l'"usurpateur".


Gestionnaire autoritaire et peu convaincant

Sihanouk entend préserver l'existence de son royaume. S'en donne-t-il les moyens ? Pendant la première guerre d'Indochine, la française, les combats ont bien peu affecté le Cambodge. A Genève, en 1954, Sihanouk impose la neutralité de son pays. Il est l'un des fondateurs du mouvement des non-alignés, l'année suivante à Bandung, aux côtés de Chou Enlai, Nehru, Nasser et Sukarno. Sihanouk acquiert ainsi une stature qui lui permet de contrecarrer les complots ourdis contre lui par les maréchaux de Bangkok ou le régime de Ngô Dinh Diêm à Saigon.

Quand les Américains prennent le relais des Français au Viêtnam du Sud, il se rapproche de Hanoï. Peut-il empêcher Nord-Viêtnamiens et Viêtcôngs d'établir, dans le nord-est cambodgien, les réseaux de la "piste Ho-Chi-Minh" censés contourner les positions américaines au Viêtnam du Sud ? Il refuse de faire du Cambodge un porte-avions militaire américain. Mais devait-il pour autant tolérer vers la fin des années Soixante ce que l'on appellera la "piste Sihanouk", à savoir le ravitaillement par la route, à partir du port de Sihanoukville, des Viêtcôngs ?

Si le soutien du général de Gaulle en 1966, dans un fameux "discours de Phnom Penh" à l'adresse de l'Amérique, le conforte sur le moment, sa marge de manoeuvre s'avère néanmoins de plus en étroite : la guerre américaine menace le Cambodge. Sur le plan intérieur, dans un royaume aux allures provinciales et bien pacifiques, Sihanouk s'est révélé un gestionnaire à la fois autoritaire et peu convaincant. Il se retrouve seul et perd prise sur le gouvernement, en 1967-1968, alors que les Américains cachent de moins en moins leur volonté d'attaquer les installations des communistes vietnamiens en territoire cambodgien.

En 1970, il est "destitué" en son absence. De Pékin, où il se réfugie, Sihanouk accorde son patronage à l'insurrection des Khmers rouges, ceux-là mêmes qu'il dénonçait quelques années auparavant. Le pays plonge dans la guerre et, surtout, dans une série de massacres. Cinq ans plus tard, les Khmers rouges occupent Phnom Penh. Ils vident les villes et transforment le Cambodge en un vaste camp de concentration, au prix de près de deux millions de victimes.

Sihanouk revient au Cambodge, avec le titre sans pouvoir de chef d'Etat. Il est enfermé dans son palais, démissionne dès 1976 et ne doit la vie sauve qu'à l'influence de ses amis chinois sur Pol Pot. Quatorze de ses enfants et petits-enfants sont tués par les Khmers rouges. Quand un corps expéditionnaire vietnamien balaie les Khmers rouges, Sihanouk est évacué de Phnom Penh par les Chinois à la veille de la chute de la capitale, le 7 janvier 1979.

Sihanouk se lance alors dans une campagne pour libérer son pays du "joug vietnamien", quitte à faire "alliance avec le diable", ses anciens geôliers khmers rouges qui ont l'appui de Pékin et de Bangkok. Il passe l'essentiel de son temps à Pékin et à Pyongyang. Jusqu'au moment où, en avril 1991, Chinois et Vietnamiens normalisent leurs relations, donnant ainsi le feu vert à un règlement cambodgien.

Signé en octobre de la même année à Paris, cet accord international débouche sur une intervention massive de l'ONU qui organise des élections générales en 1993. Dans la foulée, la monarchie, constitutionnelle, est restaurée. Une coalition gouvernementale, associant une ferveur sihanoukiste déclinante à l'Etat-PPC (Parti du peuple cambodgien, mis en place sous protection vietnamienne), est vite paralysée par des querelles internes. Entre-temps, le mouvement des Khmers rouges se désintègre. Sans point d'appui, Sihanouk se retrouve isolé dans son palais. En outre, il est malade : des problèmes circulatoires et, surtout, un cancer de la prostate dont il se fait opérer, apparemment avec succès, en octobre 1993 à Pékin.

Depuis son retour en 1991, il cultive une image de monarque bénévole, protecteur des pauvres et des faibles, défenseur des libertés essentielles. Esprit sarcastique, il a l'humour de plus en plus amer quand il distribue les mauvais points. Il se désespère de voir son royaume "nager dans une mer de disgrâces". Quand il ne séjourne pas à Pékin, il ne sort guère de son palais.

La politique le rattrape néanmoins quand il faut un "arbitre" pour sortir le pays de crises post-électorales en 1993, en 1998 et, de nouveau, en 2003. Mais, dès 1994, la partie est perdue, le mouvement royaliste dont il a été le fondateur étant géré de façon inepte par l'un de ses fils. En 2004, il abdique une deuxième fois pour s'assurer, de son vivant, que l'héritier soit son fils cadet, Norodom Sihamoni. Si l'homme n'avait pas survécu à deux décennies de tragédies, et conservé toute sa tête, la monarchie aurait-elle été restaurée en 1993 ? Peut-être que non. Et que deviendra-t-elle après lui ? On n'en sait rien.

Par Jean-Claude Pomonti - Le Monde - 15 octobre 2012


http://vietnam-aujourdhui.info/
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13624
Re : HORS SUJET : LE CAMBODGE
« Réponse #28 le: octobre 17, 2012, 02:16:37 pm »

http://asie-info.fr/2012/10/17/cambodge-avec-la-mort-du-roi-la-fete-des-eaux-est-annulee-511789.html


Avec la mort du roi, la fête des eaux est annulée


La fête des eaux, annulée en 2011, devait faire son grand retour cette année. Mais les autorités ont changé d’avis en raison du décès de Norodom Sihanouk.

Les chaînes de télévision et les stations de radio du Cambodge ont annoncé dans la matinée du 17 octobre que la traditionnelle fête des eaux qui devait se tenir cette année du 27 au 29 novembre sur le fleuve Tonlé Sap, face au Palais royal de Phnom Penh, serait annulée suite au décès le 15 octobre à Pékin du roi-père Norodom Sihanouk, à l’âge de 89 ans.

« Pour pleurer l’ex-roi, le gouvernement a décidé de suspendre les célébrations de la fête des eaux », ont annoncé les présentateurs de télévisions, lisant une déclaration officielle signée du Premier ministre Hun Sen.

L’édition de 2011 avait déjà été annulée, officiellement en raison des inondations catastrophiques qui avaient frappé le royaume l’année dernière et qui avaient tué quelque 250 personnes et touché 1,4 million de Cambodgiens, et officieusement pour rendre hommage aux 353 victimes, majoritairement jeunes, de la bousculade mortelle sur un pont de Phnom Penh qui avait assombri le dernier jour de la fête en 2010.

Le 4 octobre, Hun Sen avait annoncé et au grand plaisir des Cambodgiens, pour qui cet événement est une des sorties les plus importantes de l’année, le retour de la fête des eaux pour cette année.

En temps normal, la fête des eaux voit converger pendant les trois jours de courses de pirogues colorées sur le fleuve quelque trois millions de personnes, principalement des ruraux, et a acquis une dimension régionale, accueillant des équipages des pays voisins. Les touristes étrangers sont également nombreux à affluer à cette occasion.

Moins de deux semaines après cette annonce, cette décision de renouer avec la liesse populaire est donc annulée en raison du décès du père de l’indépendance cambodgienne. Ses funérailles, prévues dans trois mois, s’annoncent comme les plus importantes cérémonies qu’aura connues le Cambodge en un demi-siècle.

Les trois jours de vacances auxquels ont droit les employés, les fonctionnaires et les ouvriers à l’occasion de la fête des eaux seront toutefois maintenus.

Une période de deuil officielle d’une semaine a été décrétée à partir du 17 octobre, jour où le corps de l’ex-souverain doit être rapatrié en grande pompe au Cambodge depuis la Chine. Son corps sera exposé au public, au Palais royal avant qu’il ne soit incinéré.

Norodom Sihanouk, décédé d’une crise cardiaque, avait souffert de différents cancers, de diabète et d’hypertension. Ces dernières années, il résidait principalement à Pékin, où il était soigné par les médecins chinois. Il avait régné au Cambodge de 1941 à 1955, puis de 1993 à 2004, quand il avait abdiqué en faveur de son fils, Norodom Sihamoni, actuellement sur le trône.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13624
Re : HORS SUJET : LE CAMBODGE
« Réponse #29 le: octobre 18, 2012, 06:45:31 pm »

http://asie-info.fr/2012/10/18/thailande-une-photo-a-terre-de-lex-roi-du-cambodge-suscite-la-polemique-511825.html


Thaïlande : une photo à terre de l’ex roi du Cambodge suscite la polémique  :-[ 


L’image d’une photo de l’ex roi du Cambodge aux pieds d’une journaliste thaïlandaise a provoqué des centaines de protestations des deux côtés de la frontière...   

Une journaliste connue d’une chaîne de télévision thaïlandaise se retrouve au centre d’une drôle de polémique. Alors que Thapanee Eadsrichai de Channel 3 se trouvait au Cambodge pour y effectuer des reportages sur le décès de  Norodom Sihanouk, une photo d’elle a circulé sur Facebook et a mis le feu aux poudres...

Sur ce cliché, on aperçoit une photo de l’ancien roi posée sur le sol, aux pieds de la jeune femme. Les internautes cambodgiens, mais aussi thaïlandais, relate le Bangkok Post, y ont vu un grave manque de respect à l’égard de Norodom Sihanouk. Dans la culture cambodgienne (et thaïlandaise), tout ce qui se trouve au niveau du sol est considéré comme impur.

Ce simple cliché a provoqué, écrit le quotidien anglophone, des centaines de protestations de part et d’autre de la frontière. Cet incident a entraîné une réunion de crise au  ministère des Affaires étrangères thaïlandais.

Un communiqué a rapidement été publié, le ministre s’est publiquement excusé et des diplomates ont appelé leurs homologues cambodgiens pour leur assurer qu’en aucune manière, la Thaïlande n’avait cherché à offenser le Cambodge, et que, bien au contraire, les Thaïlandais partageaient la douleur  des Cambodgiens après le décès de Norodom Sihanouk.

La journaliste incriminée a également présenté ses excuses en précisant, toutefois, que la photo de l’ex-roi était posée loin de ses pieds et qu’elle non plus n’avait pas voulu offenser les Cambodgiens.

En 2003, des commentaires d’une actrice thaïlandaise au sujet des temples d’Angkor, dont on ne sait toujours pas  s’ils ont été réellement tenus, avaient provoqué une bouffée de violence à Phnom Penh à l’encontre des intérêts thaïlandais. L’ambassade de Thaïlande avait été incendiée...  :hang 
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Malco

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6065
Re : HORS SUJET : LE CAMBODGE
« Réponse #30 le: octobre 18, 2012, 08:07:15 pm »

Vraiment pas malin de sa part , alors qu'en Thaïlande c'est de même donc elle devait bien le savoir manque de respect .
IP archivée
@+ Malco

Malco

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6065
Re : HORS SUJET : LE CAMBODGE
« Réponse #31 le: octobre 18, 2012, 08:10:39 pm »


Le Cambodge se prépare à des funérailles gigantesques .

Les funérailles de Norodom Sihanouk, dans trois mois, devraient être au moins aussi colossales que celles de son père, le roi Suramarit, il y a 52 ans.

Le cortège funèbre du 17 octobre ramenant la dépouille du roi-père entre l’aéroport de Pochentong, où elle avait été acheminée de Pékin, et le Palais royal de Phnom Penh, a donné un avant-goût, malgré la médiocrité de la retransmission télévisée, du faste et de la solennité des funérailles qui seront célébrées dans trois mois.

Le dernier membre de haut rang de la famille royale du Cambodge à décéder avait été la reine-mère Sisowath Kossamak, morte en 1975 à Pékin, où le prince Sihanouk était en exil depuis le coup d’état du 18 mars 1970 du maréchal Lon Nol. Sihanouk avait ramené ses cendres à Phnom Penh sous escorte khmère rouge, et il n’y avait pas eu de funérailles publiques en raison du régime de l’époque et de la situation particulière dans le pays. En revanche, les funérailles du roi Norodom Suramarit, le père du prince, mort le 3 avril 1960, avaient marqué leur époque, relève le Cambodia Herald du 16 octobre.

Selon le site cambodgien, qui s’appuie sur un magazine de l’époque, 66 coups de canon avaient salué son décès, et un deuil de trois jours décrété, avec drapeaux en berne et interdiction de réjouissances et autres spectacles populaires. Son corps avait été transféré du Palais Khemarin, où il est mort, jusqu’à une salle située derrière la salle du trône, spécialement destinée à recevoir les corps des souverains (Preah moha monti).

Le prince Sihanouk et la reine-mère Kossamak, en présence de 66 bonzes, avaient versé de l’eau lustrale sur le corps. Ce nombre de 66 correspondait à son âge, selon la tradition (selon l’état-civil, il est décédé à 64 ans). Le corps de l’ex-roi Sihanouk était quant à lui accompagné de 90 bonzes le 17 octobre 2012, l’âge qu’il aurait atteint quinze jours après son décès.

Puis, lors des obsèques de Suramarit, un orchestre royal de 8 musiciens a joué de la musique khlang chhnak de minuit jusqu’à l’aube devant la dépouille.
Le lendemain, le corps diplomatique, en particulier les représentants de la France et le Laos, a rendu hommage au défunt, suivi du public dans l’après-midi, puis d’une cérémonie (Sadapakarn).

Le surlendemain, un titre posthume a été conféré au roi. Pendant cinq mois, les Cambodgiens ont porté les signes distinctifs du deuil – chemises blanches, rubans ou brassards noirs. Ce fut aussi la fin des grandes fêtes nocturnes débridées au Palais royal, bien connues du milieu diplomatique au Cambodge.

Le corps du roi, en accord avec les traditions ancestrales, avait été placé dans une bière dorée (comme celle de l’ex-roi Sihanouk), avec du mercure pour accélérer la décomposition, tandis qu’une grande pagode funéraire était construite sur le terrain de crémation royale (veal mén), en face du Musée national de Phnom Penh. Au bout de ces cinq mois, et après une grande procession funéraire à travers les rues de la capitale, les restes du roi Suramarit ont été incinérés. Une partie de ses cendres ont été offertes au Mékong, d’autres gardées dans un stupa à côté de la Pagode d’argent, dans l’enceinte du Palais royal. Suramarit avait accédé au trône en 1955, lorsque Sihanouk avait abdiqué. La reine Kossamak lui a succédé.

http://asie-info.fr/2012/10/18/le-cambodge-se-prepare-a-des-funerailles-gigantesques-511847.html
IP archivée
@+ Malco

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13624
Re : HORS SUJET : LE CAMBODGE
« Réponse #32 le: octobre 20, 2012, 01:22:53 pm »

http://asie-info.fr/2012/10/20/mort-de-sihanouk-le-prix-des-fleurs-explose-au-cambodge-511909.html


C'est fou cette histoire de funérailles qui vont être on ne peut plus énormes, on ne parle que de celles-ci partout et surtout dans tous les articles d'Asie du Sud-Est... Franchement, adulé, cet homme...


Mort de Sihanouk : le prix des fleurs explose au Cambodge


Depuis la mort le 15 octobre à Pékin du roi-père Norodom Sihanouk et le deuil national qui a été ordonné, le prix des fleurs atteint des sommets au Cambodge.

La ruée sur les fleurs a atteint des pics le 17 octobre avec le retour de la dépouille royale à Phnom Penh, où les autorités ont estimé après coup qu’il y avait eu entre 1 et 1,2 million de personnes à s’être déplacées le long des rues de la capitale, beaucoup plus que les 100.000 personnes attendues.

Selon le Phnom Penh Post du 18 octobre, le prix du bouquet est passé en cette occasion de deuil royal de 2.500 à 3.500 riels (0.63 à 0.88 dollar). « Le prix a augmenté hier soir parce que de nouvelles fleurs viennent juste d’arriver », explique Lach Sophea, une vendeuse près du Stade olympique, ajoutant qu’elle avait vendu 1000 bouquets le matin du rapatriement du corps de Norodom Sihanouk, sans compter les couronnes entourant les portraits de l’ex-roi du Cambodge.  :o

Les rubans noirs, que chacun se doit d’arborer dans ces circonstances, ont également connu une inflation, passant de 300 riels à 400 ou 500 riels. Une autre vendeuse de fleurs, Vy Nech, assure que le prix des fleurs a presque décuplé comparé aux jours ordinaires.

Elle a également vendu 20.000 rubans dans la seule journée du 17 octobre et s’attend à en vendre 40.000 d’ici la fin de la période de deuil, le 23 octobre. « Comparées à un jour normal, les ventes du 17 étaient extrêmes », indique-t-elle.

« Les acheteurs n’hésitent pas, même si le prix est élevé. Ils veulent le meilleur, alors ils ne marchandent pas ». Khieu Chantha, 57 ans, une vendeuse de fleurs du marché O’Russey où elle travaille depuis 1994, vient juste de reprendre ses ventes après les vacances de Pchum Ben.

Elle ne propose que des roses, toutes les autres variétés de fleurs étant épuisées chez les grossistes. Son prix a doublé le 17 octobre, passant de 40.000 riels (environ 10 dollars) à 80.000 riels pour les 100 roses, ou 1.500 riels l’unité...

La vénération du roi-père ne semble pas avoir de limites, notamment financières.

Pai Heang, qui travaille au Département des Travaux publics et des Transports de Phnom Penh, a expliqué au Post qu’il avait commandé une couronne de fleurs avec le portrait de l’ex-roi Sihanouk qui lui a coûté 50 dollars.

« Lorsque j’ai appris la nouvelle de la mort du roi-père, j’ai été choqué et cette dépense n’est pas un problème car elle est exceptionnelle », se justifie-t-il...


Un peu fou tout çà, non ... ?  :What?
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13624
Re : HORS SUJET : LE CAMBODGE
« Réponse #33 le: octobre 26, 2012, 01:46:18 pm »

http://asie-info.fr/2012/10/26/au-cambodge-ladieu-public-au-roi-pere-commence-512304.html


Au Cambodge, l’adieu public au roi-père commence


Les Cambodgiens souhaitant s’incliner devant le cercueil de Norodom Sihanouk pourront être admis au Palais royal sur demande écrite à partir du 26 octobre.

La foule de Cambodgiens, pour beaucoup venus des campagnes, massés devant le Palais royal de Phnom Penh depuis le décès de Norodom Sihanouk le 15 octobre à Pékin, pourront à partir du 26 octobre demander par écrit à rendre un dernier hommage au roi-père devant son cercueil doré,  :'( rapporte le Phnom Penh Post.

« Les gens doivent écrire une lettre de condoléances, indiquer leur adresse et préciser s’ils veulent entrer seuls ou avec d’autres personnes, et nous leur aménagerons un horaire », explique Nhek Bun Chhay, le vice-responsable du Comité royal de coordination des funérailles du roi-père, ajoutant que chacun était libre de faire la demande, avec tout de même priorité aux officiels. « Nous ne pouvons pas laisser les gens entrer comme ils le veulent car cela créerait du désordre dans le Palais royal »...

Prak Run, 65 ans, une habitante de Phnom Penh, estime qu’il est bien difficile de remplir les conditions. « Je veux rendre un dernier hommage au roi-père, mais je ne peux pas rentrer maintenant. Je ne sais pas comment envoyer cette lettre. Comment est-ce que je peux me renseigner ? », s’interroge-t-elle.

Depuis l’annonce du décès, des centaines de milliers de personnes ont envahi la capitale, créant une agitation hors du commun, bloquant le centre-ville. La semaine de deuil officiel s’est achevée le 23 octobre, avec la visite à la foule en fin de journée du roi Norodom Sihamoni et de la reine-mère Norodom Monineath, venus réconforter et recevoir les condoléances du « petit peuple » cher à Sihanouk.

Ce jour-là, environ 100.000 personnes étaient présentes pour écouter plus de 10.000 bonzes venus psalmodier des prières pour le roi-père...

Au cours de cette semaine exceptionnellement riche en émotions, frôlant l’hystérie et mêlant regain de nationalisme, adulation de la personne de Norodom Sihanouk touchant presque à un nouveau culte de la personnalité, mysticisme et autosuggestion – tout un pays ayant voulu reconnaître le visage du roi-père dans la lune du 22 octobre -, 233 personnes ont dues être hospitalisées après s’être évanouies devant le Palais et 3.800 autres ont été prises en charge par les équipes médicales...  :o.

Sam Rainsy, le leader de l’opposition cambodgienne réfugié à Paris pour éviter une peine de 14 ans de prison au Cambodge, a envoyé des lettres au Premier ministre Hun Sen, à l’Assemblée nationale et au Sénat pour demander l’autorisation de venir s’incliner devant la dépouille royale, mais n’a pas encore obtenu de réponses.

Les funérailles du roi-père auront lieu dans environ trois mois.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14287
Re : HORS SUJET : LE CAMBODGE
« Réponse #34 le: décembre 15, 2012, 08:20:26 am »


A mon avis, ce sera plutôt 14-15 heures de trajet... Oups !...  :What?
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13624
Re : HORS SUJET : LE CAMBODGE
« Réponse #35 le: décembre 15, 2012, 02:26:12 pm »



Remarque, j'ai lu hier sur FB qu'un copain qui habite Chiang Mai, avait mis 15 heures la nuit précédente pour remonter en bus de Bangkok...  :What? 

C'est vrai qu'il avait 4 heures de retard paraît-il, mais franchement, il faut être courageux... (c'est là que je m'aperçois que je n'ai plus vingt ans   :huhu )
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14287
Re : HORS SUJET : LE CAMBODGE
« Réponse #36 le: décembre 16, 2012, 07:53:30 am »


En général, pour un Bangkok-Chiang Mai, c'est plutôt 7-8 heures en bus et 12-13 heures en train... Sauf retard exceptionnel...

Il est vrai qu'en ce moment, les train ont tendance à avoir des retards de 2 ou 3 heures...
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13624
Re : HORS SUJET : LE CAMBODGE
« Réponse #37 le: décembre 18, 2012, 02:45:11 pm »

http://asie-info.fr/2012/12/18/cambodge-la-cremation-de-norodom-sihanouk-na-pas-de-prix-514986.html


Cambodge : la crémation de Norodom Sihanouk n’a pas de prix...


Enfin, si : 5 millions de dollars, pour le seul site de la crémation prévue le 4 février près du Palais. C’est ce qu’a révélé un membre du Cabinet royal.

« Le cabinet royal n’est pas impliqué dans la préparation de la crémation, mais on m’a dit que cela coûterait environ 5 millions de dollars simplement pour le bâtiment », a déclaré le 16 décembre au Cambodia Daily le prince Sisowath Thomico, porte-parole du Cabinet royal et ancien assistant de l’ancien roi du Cambodge Norodom Sihanouk, décédé le 15 octobre 1989 à l’âge de 89 ans à Pékin.

Selon Long Dimanche, porte-parole de la municipalité de Phnom Penh, le ministère du Palais royal serait chargé de la construction du site de la crémation, sur le Veal meru, près du Palais royal, le terrain réservé à l’incinération des souverains khmers.

Vispan Co. Ltd., une des sociétés impliquées dans l’impressionnante construction, est dirigée par Kong Panya, la fille de Kong Sam Ol, le ministre du Palais royal.

« Notre compagnie fournit les ouvriers qui construisent le site de crémation du roi-père Norodom Sihanouk », a indiqué Kim Eng, un architecte de Vispan. Selon les plans qu’a pu voir le Daily, une flèche centrale sera érigée au centre du site, dans la quelle l’ex-roi sera incinéré. La flèche sera entourée d’une zone abritée de 10 mètres de profondeur pour les spectateurs, s’étendant de 100 mètres par 100 mètres à l’intérieur du terrain. D’autres bâtiments plus petits sont également en cours de construction dans le complexe provisoire, et une nouvelle clôture sera construite autour du parc.

Ce n’est pas la première participation de Vispan à un projet de construction du gouvernement. En octobre 2010, lors de l’inauguration du Palais de la Paix du Premier ministre Hun Sen, ce dernier avait remercié Kong Sam Ol d’avoir supervisé la construction du bâtiment et noté que Vispan était l’une des deux compagnies cambodgiennes impliquées dans les travaux.


Apparemment, ils ont des sous (malheureusement par pour tous...) les Cambodgiens...   :(

IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14287
Re : HORS SUJET : LE CAMBODGE
« Réponse #38 le: décembre 27, 2012, 08:35:20 am »


La Thaïlande et le Cambodge discutent de projets frontaliers communs

La Thaïlande et le Cambodge vont accélérer la construction de routes et ouvrir de nouveaux postes de contrôle le long de leur frontière commune, a rapporté mercredi l'Agence de presse thaïlandaise.

Cette décision a été prise au cours de la 8e rencontre de la Commission conjointe thaïlando-cambodgienne qui s'est déroulée à Bangkok ces deux derniers jours, en présence du ministre des Affaires étrangères thaïlandais Surapong Tovichakchaikul et de son homologue cambodgien Hor Namhong.

Sihasak Phuangketkeow, le secrétaire permanent du ministère thaïlandais des Affaires étrangères, a indiqué que parmi les principaux sujets abordés lors de la rencontre, figuraient l'ouverture de postes de contrôle permanents le long de la frontière entre la province thaïlandaise de Sa Kaeo et la province cambodgienne de Banteay Meanchey, la construction de la Route 48 qui doit relier la province thaïlandaise de Trat à la province cambodgienne de Sihanoukville, ainsi que l'extension d'une voie de chemin de fer jusqu'au Cambodge à partir du poste de contrôle d'Aranyaprathet situé du côté thaïlandais de la frontière.

En outre, les représentants des deux pays sont tombés d'accord pour lutter conjointement contre le trafic d'êtres humains et l'abattage illégal de bois de rose dans la zone frontière, a indiqué M Phuangketkeow.


http://www.chine-informations.com/actualite/asie/la-thailande-et-le-cambodge-discutent-de-projets-frontaliers-communs_10538.html
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13624
Re : HORS SUJET : LE CAMBODGE
« Réponse #39 le: janvier 13, 2013, 04:16:32 pm »

http://asie-info.fr/2013/01/13/le-grand-retour-de-langkor-car-au-cambodge-516289.html


Le grand retour de l’Angkor Car au Cambodge


Après avoir retardé la production de l’Angkor Car, la société qui mène le projet a dévoilé un nouveau modèle et annoncé de nouveaux plans.

L’Angkor Car, conçue par l’inventeur Nhean Phaloek, fonctionne grâce à un moteur électrique et est presque aussi large que longue, rappelle le Cambodia Daily.

En 2011, lorsqu’elle avait été présentée pour la première fois au Cambodge, Heng Development, qui avait décidé de porter le projet, avait passé un accord avec la compagnie Chau Leong, à Hong Kong, pour construire une usine à Takhmao, en périphérie de Phnom Penh, et produire la voiture en série.

« Nous avions signé un accord avec Chau Leong qui devait fournir le moteur électrique et qui nous avait assuré posséder une usine de voitures à Hong Kong. Mais quand j’y suis allée, j’ai été déçue car il n’y avait pas d’usine », a expliqué Seang Changheng, la présidente de Heng Development, lors de la présentation le 7 janvier de la voiture – un modèle unique pour l’instant.

La production du véhicule avait également connu des difficultés techniques, avec un scanner à empreintes digitales devant ouvrir les portes et démarrer le moteur qui n’avait pu être intégré.

« Nous cherchons maintenant à investir avec une compagnie japonaise », a indiqué Nhean Phaloek, sans plus de précisions.

Par rapport à la version originale, le modèle présenté possède un toit en métal et des portes en ciseau, comme certaines luxueuses voitures de sport. A 10 000 dollars, il coûte également deux fois plus cher...

« Nous utilisons toujours le scanner à empreintes pour ouvrir les portes et démarrer le moteur… La charge se fait en seulement trois heures, et vous pouvez conduire pendant 300 km. 

C’est moins cher que l’essence », a détaillé l’inventeur, ajoutant que Heng Development avait l’intention de sortir un modèle à trois places en juin, et prévoyait une 4-places, une 6-places et une 12-places.

Il ne savait pas en revanche le nombre de voitures que la compagnie entendait  mettre sur le marché. Cette nouvelle version de l’Angkor Car est le modèle amélioré de l’original, qui avait connu des problèmes avec le démarrage du moteur et l’ouverture des portes.


Originale... :)    Bien que je n'aime pas trop l'ouverture des portes de cette façon...  :o
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13624
Re : HORS SUJET : LE CAMBODGE
« Réponse #40 le: janvier 23, 2013, 12:09:43 pm »

http://asie-info.fr/2013/01/23/cambodge-tuk-tuk-ou-remorque-telle-est-la-question-516482.html


Cambodge : tuk-tuk ou remorque, telle est la question    :wonder


Le ministre du Tourisme s’élève contre l’emploi du mot « tuk-tuk », au prétexte qu’il s’agit d’un mot thaïlandais, et appelle à utiliser le mot français « remorque ».

Thong Khon, le ministre du Tourisme du Cambodge, a appelé ses compatriotes et les étrangers à renoncer au mot « tuk-tuk » au prétexte qu’il n’appartient pas à la langue khmère, écrit le Cambodia Daily.

« S’il vous plaît, utilisez le mot ‘remorque’, parce que c’est notre mot », a-t-il déclaré le 22 janvier à son retour d’une conférence de l’Asean sur le tourisme au Laos. « ‘Tuk-tuk’ n’est pas notre mot. En fait, ‘remorque’ non plus, mais nous l’utilisons depuis longtemps », a-t-il poursuivi, ajoutant que « tuk-tuk » était un mot thaï  :o  et que « remorque » était un legs de la langue française remontant à l’époque du Protectorat.

Le journal note toutefois que « tuk-tuk » n’est pas un mot proprement thaï et qu’il trouve son origine dans l’onomatopée du bruit aigu des moteurs deux-temps de ces engins, lorsqu’ils ont été introduits dans les années 1960.

Malgré tout, pour le ministre, « tuk-tuk » se réfère uniquement aux rickshaws motorisés utilisés couramment en Thaïlande. « Cessez s’il vous plaît avec cette habitude de dire ‘tuk-tuk’ . Nous recommandons à la population de dire ‘remorque’ , car tôt ou tard, tout le monde utilisera ce mot », a-t-il encore martelé. « Nous avons notre propre mot, alors utilisons-le ».

Pour bien appuyer ses dires, Thong Khon avait publié une déclaration officielle le 9 janvier dans laquelle il tenait le même discours.

Malgré cet appel à la préférence nationale dans une ambiance de nationalisme exacerbé de circonstances à l’approche des funérailles Norodom Sihanouk, père du Cambodge indépendant, Heng Seang, 29 ans, un chauffeur de tuk-tuk-remorque, est circonspect et craint que cela ne trouble les touristes.

« Le problème est que tous les étrangers disent ‘tuk-tuk’… Ils ne savent pas que les Khmers disent ‘remorques’ ou ‘kang bei’ [trois-roues] », avance-t-il. « Nous voulons suivre la recommandation du ministre, mais en général, les gens disent ‘tuk-tuk’ »...  :D

A noter que dans la langue cambodgienne parlée, le mot « remorque » désigne les longs attelages surpeuplés et bon marché utilisés dans les campagnes, tirés par de puissantes motos, ou destinés à transporter des marchandises en gros comme du charbon, et que « kang bei » a été le premier mot utilisé par les Cambodgiens lors de l’introduction des « tuk-tuk », comme les appelaient les étrangers, dans le pays dans les années 1990...

IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13624
Re : HORS SUJET : LE CAMBODGE
« Réponse #41 le: janvier 28, 2013, 09:01:23 pm »

http://asie-info.fr/2013/01/28/cambodge-repetition-generale-de-funerailles-royales-516549.html


Répétition générale de funérailles royales


Avant les funérailles de Norodom Sihanouk, décédé le 15 octobre, qui se tiendront du 1er au 4 février, une répétition a eu lieu à Phnom Penh.

Environ 3000 personnes, policiers, gendarmes, fonctionnaires, jeunesse du Parti du peuple cambodgien au pouvoir, personnel de la Croix-Rouge, représentants des minorités ethniques, ont participé le 26 janvier à une répétition de la grande marche funéraire qui accompagnera le 1er février la dépouille de l’ancien roi du Cambodge du Palais royal de Phnom Penh au site de crémation situé sur l’esplanade du Musée national, écrit le Cambodia Daily.

Les participants ont marché 1,5 km du trajet de 6 km qui passera par les quais Sisowath, les boulevards Sihanouk, Norodom et Sothearos, ainsi que les rues autour du Wat Phnom et le monument de l’Indépendance.

« La marche d’aujourd’hui était acceptable et j’espère que la parade (du 1er février) sera encore meilleure », a déclaré le ministre de la Défense Tea Banh lors d’une réunion après la répétition.

Le soir même, quelque 20,000 bonzes ont accompagné le roi Norodom Sihamoni et la reine-mère Norodom Monineath lors d’une cérémonie marquant les 100 jours de la disparition du père de l’indépendance, décédé à Pékin à l’âge de 89 ans.

Le roi et la reine-mère sont allés pendant 1h30 à la rencontre des bonzes, dont certains venaient de pays étrangers comme la France ou le Canada, lors de la cérémonie destinée à insuffler la « patience et la paix » à la population avant la marche du 1er février et la crémation de l’ex-monarque le 4 février.

1,5 million de personnes sont attendues et la circulation devrait être fortement perturbée dans le centre de la ville au cours de cette période.


Grandiose, je crois... 
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13624
Re : HORS SUJET : LE CAMBODGE
« Réponse #42 le: février 02, 2013, 02:10:24 am »

http://asie-info.fr/2013/02/01/au-cambodge-ladieu-a-monseigneur-papa-a-commence-516610.html


Au Cambodge, l’adieu à Monseigneur papa a commencé


La dépouille de Norodom Sihanouk a rejoint le site de la crémation, qui aura lieu le 4 février, après une procession funéraire de trois heures dans Phnom Penh.

Le Cambodge a donné le coup d’envoi des fastueuses funérailles du roi-père, décédé à Pékin le 15 octobre à l’âge de 89 ans, par une impressionnante procession funéraire qui a parcouru le matin du 1er février les artères principales de Phnom Penh sur 6 km.

Porté sur une barge funéraire dorée, décorée de têtes de dragons, le cercueil de l’ex-roi est arrivé sur le site du veal preah men, en face du Musée national, peu après midi, écrit le Cambodia Herald.

C’est là, sur le bûcher funéraire construit spécialement, qu’il sera incinéré en grandes pompes le 4 février, en présence de personnalités étrangères, parmi lesquelles le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault.

2000 personnes – membres de la famille royale, soldats, enfants, officiels, représentants des minorités ethniques – avaient participé à la procession, qui est passée notamment par les quais Sisowath, le Wat Phnom, les boulevards Norodom et Sihanouk et le monument de l’Indépendance.

Les représentants du gouvernement, dont le Premier ministre Hun Sen, suivaient le cercueil, assis dans un véhicule en forme de l’oie mythique hamsa.

Suivaient ensuite les membres de la famille royale, dont les membres masculins s’étaient rasés la tête. Sous une haute sécurité policière et militaire, un million de personnes étaient attendues le long du trajet, habillées en blanc – la couleur du deuil – et portant le ruban noir de rigueur. Certaines étaient arrivées depuis la veille, voire depuis plusieurs jours, et avaient passé la nuit en face du Palais royal.

« Il est le père de l’indépendance et ses bonnes actions vis-à-vis de son peuple sont incomparables », a réagi Lok Yem, une femme de 64 ans qui avait fait le déplacement depuis la province de Kampong Speu.

Le corps de celui qui aimait se faire appeler « Monseigneur papa » par son « petit peuple » a été salué par 101 coups de canons à sa sortie du Palais, et autant à l’arrivée au veal men. C’est là que le roi Norodom Sihamoni et la reine-mère Monineath ont rejoint le cortège.

C’était la première fois qu’une procession funéraire royale était organisée à Phnom Penh depuis le décès en 1960 du roi Suramarit, le père de Norodom Sihanouk.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14287
Re : HORS SUJET : LE CAMBODGE
« Réponse #43 le: février 03, 2013, 08:17:52 am »


Jean-Marc Ayrault au Cambodge puis en Thaïlande


Le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault part samedi pour Phnom Penh (Cambodge) où il assistera lundi à la cérémonie d'incinération de l'ancien roi du Cambodge Norodom Sihanouk, avant de gagner la Thaïlande, deux pays de l'Asean avec lesquels Paris souhaite développer ses relations, notamment économiques.

La présence du Premier ministre à la cérémonie d'incinération de Norodom Sihanouk «marque l'attachement de la France» au Cambodge, en raison des liens historiques existant entre Paris et Phnom Penh, souligne-t-on à Matignon.


Ancienne puissante coloniale

La France sera avec Jean-Marc Ayrault le seul pays européen représenté «à ce niveau» lors de la cérémonie, ajoute-t-on de même source.

En 1941, la France, alors puissance coloniale, avait installé Sihanouk, âgé de 18 ans, sur le trône. Il a accompagné les soubresauts de son pays vers l'indépendance puis «l'âge d'or» des années 50 et 60, avant que le pays ne sombre dans la guerre civile et le régime des Khmers rouges (1975-79), avec lequel il fit alliance, et qui fut pourtant responsable de la mort de deux millions de personnes.

Cette visite du Premier ministre intervient après son déplacement, en octobre dernier, à Singapour et aux Philippines, deux autres pays de l'Association des nations d'Asie du sud-est. Le président Hollande s'était rendu pour sa part en décembre au Laos, également membre de l'Asean. L'objectif des autorités françaises est de promouvoir des «relations privilégiées» avec l'ensemble des dix pays du bloc régional, relève-t-on à Matignon.

avec AFP
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13624
Re : HORS SUJET : LE CAMBODGE
« Réponse #44 le: février 22, 2013, 08:02:31 am »

http://siamlife.blog4ever.com/blog/lire-article-92107-9768115-


Le Cambodge confortablement installé...


C'est tout nouveau mais désormais officiel, et après les tests positifs de décembre dernier, vous pouvez désormais prendre un bus direct (et climatisé de 40 places) au départ de Bangkok, pour rejoindre Phnom Penh ou Siem Reap. 

Les premiers bus de la compagnie priv&e Transport.Co sont partis ce jeudi depuis la gare de Mo Chit pour un trajet qui aura lieu tous les jours. Il partira à 8h15 de Bangkok et à 7h00 depuis le Cambodge. Le tarif annoncé est de 900 baths pour un voyage d'environ  11 heures.

Pour Siem Reap, comptez 750 baths et un départ de Bangkok à 9h00 ou un départ de Siem Reap soit à 6h00, soit à 8h00, et sans doute un second départ a 15h00 . Le tarif est de 750 baths et le trajet d'environ 7h00

Une alternative de plus au mini-bus et au train (dont le projet de réhabilitation a finalement été abandonné,) peu confortables, et qui étaient au final surtout destinés aux expatriés qui allaient faire le renouvellement de leur visa à la frontière...
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Malco

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6065
Re : HORS SUJET : LE CAMBODGE
« Réponse #45 le: mars 15, 2013, 08:13:11 am »


Cambodge: évanouissements de masse dans les usines de textile

A la tombée de la nuit, les petites mains du textile cambodgien sortent par milliers des usines de la banlieue de Phnom Penh, les traits tirés. Le royaume a attiré les grands marques mondiales, au prix de salaires désespérément bas et de cadences infernales.

De plus en plus d'entreprises internationales délocalisent leur production de textile à la recherche, encore et toujours, de meilleurs coûts.
 
Mais des scènes d'évanouissements collectifs ont tiré la sonnette d'alarme. Et la colère monte, tandis que sous-traitants et grandes marques se renvoient la balle sur leurs responsabilités respectives.
 
Ou Nin, 25 ans, semble épuisée. Elle fabrique des vêtements pour une marque américaine pour à peine 4 euros par jour. "Ils impriment des T-shirts. L'odeur y est très désagréable, c'est insupportable", confie-t-elle en attendant le camion qui la ramène chez elle.
 
Avec primes et heures supplémentaires, les ouvrières arrivent à gagner en moyenne 60 euros mensuels. Pour survivre, elles dépassent souvent la limite légale des soixante heures hebdomadaires, au risque de se mettre en danger.
 
"Il fait souvent chaud à l'intérieur de ces usines. Il arrive aussi qu'elles inhalent des substances toxiques", explique Moeun Tola, responsable du programme ouvrier du Community Legal Education Centre, qui leur apporte un soutien légal.
 

Evanouissements de masse
 
Surmenage, sous-alimentation et mauvaise ventilation expliquent "les évanouissements de masse qui ont eu lieu dans les usines depuis 2010", estime-t-il.
 
L'an dernier, elles seraient 1100 ouvrières à avoir perdu connaissance dans les usines de confection.
 
Soey Eao, qui travaille depuis 5 ans dans le textile, n'arrive pas à s'en sortir. Elle habite derrière l'usine dans une cité dortoir, où des centaines d'ouvriers cohabitent dans des logements en béton sans eau ni électricité. Elle partage 6 mètres carrés avec trois autres collègues, pour 15 euros par mois.
 
"On travaille douze heures par jour, parfois 7 jours sur 7 pour gagner plus", dit-elle. A 24 ans, elle reverse un tiers de son salaire à sa famille. "Je ne peux même pas bien manger car j'essaie de mettre de l'argent de côté, j'achète juste le minimum pour survivre".
 
Avec les évanouissements, les grèves et manifestations se sont multipliées. Certaines ont même dégénéré comme en février 2012, lorsque trois ouvrières ont été blessées par un homme qui a ouvert le feu.
 
Certains des 650 000 ouvriers du textile - dont 400 000 pour des sociétés exportatrices - se sont regroupés dans des syndicats pour exiger une hausse du salaire minimum - au moins 75 euros par mois.
 
Mais beaucoup n'ont pas franchi le pas. Soey Eao regrette ainsi que "beaucoup d'ouvriers ne sachent même pas qu'ils ont des droits".
 

Le Cambodge, l'un des pays les moins chers au monde
 
L'Organisation Internationale du Travail (OIT), qui inspecte régulièrement les usines du pays, appelle à un nouvel accord de branche entre gouvernement, patrons d'usine et syndicats.
 
"A part le Bangladesh, le Cambodge est l'un des endroits les moins chers au monde pour produire des vêtements", estime Jill Tucker, en charge d'un programme de l'OIT au Cambodge. "Il est évident que si l'on paye mieux les ouvriers, il y aura moins d'évanouissements".
 
Mais les usines et marques se renvoient la balle à l'infini.
 
"Ce sont les marques qui contrôlent combien nous gagnons (...). Nous n'avons aucun pouvoir de décision sur la marge que nous réalisons car nous sommes des sous-traitants", assure Ken Loo, secrétaire général du Gmac, association des patrons d'usines du textile.
 
"Si nos salaires étaient équivalents à ceux des usines vietnamiennes, les investisseurs viendraient-ils dans notre pays ?".
 
Les grandes marques, quant à elles, se défendent de tirer les salaires vers le bas. Le groupe suédois H&M, accusé l'an passé dans un documentaire de chercher à maintenir des salaires de misère dans le pays, affirme ne pouvoir agir directement dans les usines.
 
"Ils fabriquent des vêtements pour différents clients, mais les employés sont payés le même montant quelle que soit la marque", a indiqué Malin Bjorne, un porte-parole du groupe, dans un courriel.

 
http://www.rtbf.be/info/economie/detail_cambodge-evanouissements-de-masse-dans-les-usines-de-textile?id=7947102&fb_action_ids=573859409300633&fb_action_types=og.recommends&fb_source=other_multiline&action_object_map=%7B%22573859409300633%22%3A568887663129391%7D&action_type_map=%7B%22573859409300633%22%3A%22og.recommends%22%7D&action_ref_map=%5B%5D


...

Le réveil en colère des ouvrières du textile

Voir la vidéo >>> http://www.youtube.com/watch?v=m7VoaEpG3eo&feature=player_embedded

Le Cambodge séduit les plus grandes marques mondiales du textile. Mais les salaires comptent parmi les plus bas du monde et les ouvrières se battent pour obtenir de meilleures conditions de travail .

L'Organisation Internationale du Travail (OIT), qui inspecte régulièrement les usines du pays, appelle à un nouvel accord de branche entre gouvernement, patrons d'usine et syndicats.

"A part le Bangladesh, le Cambodge est l'un des endroits les moins chers au monde pour produire des vêtements", estime Jill Tucker, en charge d'un programme de l'OIT au Cambodge. "Il est évident que si l'on paye mieux les ouvriers, il y aura moins d'évanouissements".

Mais usines et marques se renvoient la balle à l'infini.

"Ce sont les marques qui contrôlent combien nous gagnons (...). Nous n'avons aucun pouvoir de décision sur la marge que nous réalisons car nous sommes des sous-traitants", assure Ken Loo, secrétaire général du Gmac, association des patrons d'usines du textile.

"Si nos salaires étaient équivalents à ceux des usines vietnamiennes, les investisseurs viendraient-ils dans notre pays ?".

Les grandes marques, quant à elles, se défendent de tirer les salaires vers le bas. Le groupe suédois H&M, accusé l'an passé dans un documentaire de chercher à maintenir des salaires de misère dans le pays, affirme ne pouvoir agir directement dans les usines.

"Ils fabriquent des vêtements pour différents clients, mais les employés sont payés le même montant quelle que soit la marque", a indiqué Malin Bjorne, un porte-parole du groupe, dans un courriel à l'AFP.

Quant à l'Américain Levi Strauss and Co, il dit financer des initiatives locales pour prévenir les évanouissements. "Tout le monde a droit à un salaire décent", a assuré un de ses représentants.

http://lejournalducambodge.blogspot.fr/2013/03/le-reveil-en-colere-des-ouvrieres-du.html
IP archivée
@+ Malco

Malco

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6065
Re : HORS SUJET : LE CAMBODGE
« Réponse #46 le: mars 17, 2013, 03:43:29 pm »


Aucune piste concernant l’assassinat de Ophélie Begnis .

Les policiers offrent de l'argent à toute personne qui se présentera avec des informations ou éléments de preuve relatives à l'assassinat de la jeune Française de 25 ans à Kampot le mois dernier. Le Chef de la police provinciale Thlang Phirin a déclaré que les autorités ont annoncé la récompense ce mardi. Selon le Sous-chef de la police provinciale En Chiva, les enquêteurs  n'ont encore fait aucun progrès dans cette affaire: "Nous n'avons pas encore trouvé de preuve  ni où le lieu du crime s'est passé",  ajoutant qu'il n'y avait toujours pas de suspects dans l'affaire. 

Ophélie Begnis se trouvait à la guest house "Les Manguiers" lorsqu'elle a été vu pour la dernière fois le  9 Février. Son corps a été découvert le lendemain nu et échoué sur une rive de la commune de la ville de Kampot avec des blessures à la tête et les bras. Le corps a été envoyé à l'hôpital Calmette de Phnom Penh le lendemain et des analyses d'ADN devaient être pratiquées en France.

Selon l'ambassade de France, la famille Ophélie Begnis a déposé une plainte auprès des autorités en France pour leur demander d'enquêter sur cet assassinat. L'ambassade a refusé de commenter l'affaire mercredi, mais a déclaré qu'elle n'était pas  concernée par la remise d'argent en échange d'information.    R.B
http://lejournalducambodge.blogspot.fr/2013/03/aucune-piste-concernant-lassassinat-de.html
IP archivée
@+ Malco

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13624
Re : HORS SUJET : LE CAMBODGE
« Réponse #47 le: mars 18, 2013, 09:22:50 am »


Cambodge: évanouissements de masse dans les usines de textile

A la tombée de la nuit, les petites mains du textile cambodgien sortent par milliers des usines de la banlieue de Phnom Penh, les traits tirés. Le royaume a attiré les grands marques mondiales, au prix de salaires désespérément bas et de cadences infernales.

http://lejournalducambodge.blogspot.fr/2013/03/le-reveil-en-colere-des-ouvrieres-du.html



J'ai vu des extraits de ce reportage très dur et triste  :'( 

Ils en sont dans de nombreux domaines, encore à l'esclavage... liberté, zéro...  >:(
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14287
Re : HORS SUJET : LE CAMBODGE
« Réponse #48 le: mai 07, 2013, 04:38:13 pm »


Nous sommes de retour au Cambodge avec Ludo (Banedon)... Le pays n'a pas trop changé : toujours autant de touristes dans certains endroits et toujours autant de sérénité dans d'autres... ;-)
IP archivée

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 14287
Re : HORS SUJET : LE CAMBODGE
« Réponse #49 le: mai 07, 2013, 06:17:21 pm »


Pour ceux qui n'ont pas la chance de connaitre, l'arrivée à Angkor Vat, cela donne ça !
IP archivée