Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Auteur Sujet: Au sujet des KATOEYS, des Gays et de l'homosexualité...  (Lu 39238 fois)

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12810
Au sujet des KATOEYS, des Gays et de l'homosexualité...
« le: juillet 16, 2011, 11:58:40 pm »

http://fr-ca.actualites.yahoo.com/en-tha%C3%AFlande-des-transsexuels-r%C3%A9%C3%A9duqu%C3%A9s-au-monast%C3%A8re-133426372.html


En THAILANDE : des transsexuels rééduqués au monastère...    

"Ils ont des règles ici, qui disent qu'un novice ne peut se poudrer, courir partout ou être efféminé". Mais Pipop reste convaincu qu'il est une femme et que la "rééducation" à laquelle il est soumis dans ce monastère thaïlandais est vouée à l'échec.

A 15 ans, caché dans sa sobre cellule monacale, il s'applique délicatement de la poudre sur le nez et les joues. "Je ne veux pas que mon visage soit gras ou sale, ni avoir le teint mat".

Son geste, pourtant, relève de l'insoumission. Car Pipop Thanajindawong, depuis deux ans, a été envoyé de Bangkok par sa famille pour rejoindre ce temple, le Wat Kreung Tai Wittaya, près de la frontière avec le Laos.


Objectif annoncé: "Devenir un homme".

Une mission incongrue dans un pays où la tolérance est grande à l'égard de toutes les pratiques sexuelles, où les homosexuels sont acceptés sans rechigner et où les transsexuels sont considérés comme un "troisième sexe" à part entière.

La Thaïlande est de facto l'un des pays du monde où ils sont les plus nombreux. Mais sans doute sa famille n'est pas en phase avec cette ouverture d'esprit...

Elle a envoyé Pipop vivre comme un moine. Réveil avant l'aube, collecte de l'aumône et étude du bouddhisme ne le différencient pas des autres novices, dans cette étape traversée par quasiment tous les Thaïlandais, à un moment de leur existence.

Mais il suit aussi, le vendredi, un cours de maintien dans l'école qui jouxte le temple et où le proviseur Phra Pitsanu assène ses évidences. "Vous ne pouvez être autre autre chose que votre véritable genre, qui est d'être un homme. En tant que novice, vous ne pouvez être qu'un homme".

Parfum et maquillages sont interdits, de même que le chant, la musique. Et même courir. Mais les infractions ne sont pas rares.

"Parfois, nous donnons à Pipop de l'argent pour s'acheter à manger mais il l'économise pour s'offrir du mascara", regrette le proviseur.

"Nous ne pouvons pas les changer tous, mais nous pouvons contrôler leur comportement pour leur faire comprendre qu'ils sont nés homme (...) et ne peuvent se conduire comme des femmes", assure-t-il. Même s'il avoue que trois des six étudiants diplômés ont malgré tout décidé de devenir des femmes.

Le temple a inauguré ce cours pour jeunes entre 11 et 18 ans en 2008. Une initiative du précédent principal, Phra Maha Vuthichai Vachiramethi, qui craignait que les transsexuels - ou "katoeys"- dans les noviciats "fragilisent la stabilité du bouddhisme thaïlandais".

Aujourd'hui, il espère que d'autres monastères adopteront ses méthodes pour "régler le comportement déviant des novices".

Mais ce discours indigne Natee Teerarojanapong, militant pour les droits des homosexuels et des minorités, pour qui tenter de modifier la perception par les adolescents de leur identité sexuelle est "extrêmement dangereux".

"Ces gamins vont finir par se détester parce qu'ils auront entendus des moines leur dire que l'homosexualité est nocive. C'est terrible pour eux. Ils ne seront jamais heureux".

Phra Atcha Apiwanno, 28 ans, estime lui aussi que la société thaïlandaise n'est pas aussi tolérante qu'elle le prétend. La stigmatisation est telle qu'il a renoncé. "Je suis devenu moine pour briser mes habitudes, contrôler mes expressions. Je ne voulais pas faire ça".

Quant à Pipop, il semble constamment en lutte. Il a dû interrompre son traitement hormonal qui visait à lui donner de la poitrine. De ses vêtements de femme et son maquillage, ne reste qu'une discrète couche de poudre.

Mais il n'entend pas se soumettre aux pressions familiales.

"Je peux les rendre fiers de moi, même si je ne suis pas un homme", affirme celui qui a abandonné son rêve de devenir hôtesse de l'air pour briguer une carrière plus classique dans la banque.

Après ses études, assure-t-il, il subira une opération chirurgicale. Mais le jour de sa sortie, "d'abord, je vais crier, hurler. Je serai enfin capable d'être moi-même".
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : En Thaïlande, des transsexuels "rééduqués" au monastère...
« Réponse #1 le: juillet 17, 2011, 08:37:09 am »


Le problème est qu'on est transexuel par nature et non par culture... Vous vous rappelez tous de cette vieille dialectique philosophique: nature (ce qui est inné) et culture (ce qui s'apprend)...

Du coup, on ne peut pas changer une orientation sexuelle qui est naturelle... Les Thaïlandais se plantent totalement sur cette question...
IP archivée

rudy

  • Invité
Re : En Thaïlande, des transsexuels "rééduqués" au monastère...
« Réponse #2 le: juillet 19, 2011, 05:23:52 am »

une vidéo de ce fait ..


http://youtu.be/KHeqX5Knil4
IP archivée

Rugby15

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1211
Re : En Thaïlande, des transsexuels "rééduqués" au monastère...
« Réponse #3 le: juillet 19, 2011, 10:41:12 am »

Je suis dac avec toi Manu, tu peux passer un katoy au temple, à la moulinette ou ce que tu veux, c'est pas ça qui va le faire devenir hétéro.
IP archivée
"En avant poussez, poussez, les Avants de Bayonne..."

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12810
Re : En Thaïlande, des transsexuels "rééduqués" au monastère...
« Réponse #4 le: juillet 20, 2011, 01:16:10 pm »

http://www.journalmetro.com/monde/article/921043--homosexualite-en-thailande-un-combat-a-demi-mot


Homosexualité en Thaïlande: un combat à demi-mot


La Thaïlande a la réputation d’être très tolérante à l’égard des touristes homosexuels, mais cette idée ne correspond pas toujours à la réalité des Thaïs.


Nikorn Arthit est président de la Bangkok Rainbow Organization (BRO). Il encourage notamment les jeunes homosexuels à être fiers de ce qu’ils sont. Pourtant, il n’a jamais annoncé à ses parents qu’il était gai. «J’imagine qu’ils le savent, ils m’ont vu à la télévision parler du droit des homosexuels.»
 
La situation de Nikorn peut paraître paradoxale. C’est là toute la subtilité du combat des gais en Thaïlande. Patrick Binot est un homosexuel originaire de Belgique qui habite en Thaïlande depuis 10 ans. S’il est d’accord pour dire que le pays accepte bien l’homosexualité, il précise qu’il ne fait pas référence au «paradis sexuel» auquel la Thaïlande est souvent associée. «Il faut arrêter de véhiculer cette image qui ne peut que faire du tort à ce pays très tolérant», dit cet homme qui enseigne le français à l’Université Srinakharinwirot de Bangkok.  

Anjana Suvarnanda croit pour sa part que les gais sont surtout mal perçus s’ils ne fondent pas une famille. «La pression sociale n’est pas une punition aussi directe que la violence, mais cela reste une pression cons­tante», indique cette homosexuelle de 53 ans. Nikorn Arthit affirme d’ailleurs que cette pression est particulièrement importante dans les familles d’origine chinoise, qui ont beaucoup d’attentes envers leurs enfants.
 
La Thaïlande est cer­tainement le pays le plus ouvert de l’Asie en ce qui concerne les homosexuels et le troisième sexe, mais les Thaïs restent très imprégnés par la tradition. Un mariage gai serait impensable dans ce pays. La fa­mille représente le noyau de la société. «Il est important de fonder une famille, et la tradition doit être respectée par tous», explique M. Binot. En résu­mé, peu importe avec qui on partage son lit à l’occasion, il faut d’abord remplir son rôle social.

Ainsi, plusieurs hommes se marient et mènent une double vie. «BRO n’encourage pas cette pratique, car cela peut faire souffrir des gens», insiste Nikorn Arthit, qui a fait le choix audacieux d’habiter avec son copain.

La pression sociale pèse particulièrement sur les fem­mes. «La difficulté pour les lesbiennes est que les femmes doivent être soumises et dociles», pense Anjana Suvarnanda. Ce sont elles qui tiennent le foyer. «Le machisme oriental a défini le rôle de la femme, ajoute Patrick Binot. Ici, il est plus facile pour l’homme de mener une double vie.»
 

Faire entendre sa voix
 
Anjana et Nikorn ne se sont pas contentés de vivre au-trement. Ils ont décidé de revendiquer des droits, ce qui n’est pas une mince affaire au pays du sourire. En Thaïlande, il est mal vu de hausser le ton et de parler de ses problèmes sur la place publique.

«Nous devons négocier une chose à la fois tout en évitant les confrontations, souligne Anjana, qui a fondé dans les années 1980 un groupe de soutien pour lesbiennes. Nous privilégions des campagnes colorées et amusantes pour ne pas choquer.» Anjana milite notamment contre la discrimination sur la base de l’orientation sexuelle et pour le mariage des couples de même sexe.
 
Même si le pays compte plusieurs bars gais, trois festivals de la fierté et un concours pour transgenres – Miss Tiffany Universe –, il est important de souligner que ces établissements et événements sont pour la plupart organisés par des expatriés. «Ils ont amené avec eux cette image clinquante de l’homosexualité pour le business et la pub», explique M. Binot, qui croit qu’il serait mal avisé d’importer les revendications et l’ac-tivisme à l’occidentale en Thaïlande.
 
Nikorn, lui, estime qu’une discussion sur l’ho­mosexualité avec ses pa­rents n’apporterait rien de plus. «Je ne me cache pas, je suis fier de ce que je suis», dit-il. S’affirmer par des actes tout en préservant l’équilibre et l’harmonie familiales est la voie qu’il privilégie.
 

Quelques dates
 
-  2002. Depuis 2002, l’homosexualité n’est plus considérée comme une maladie en Thaïlande.

-  2005. Jusqu’en 2005, les transgenres étaient exemptés du service militaire sous prétexte qu’ils souffraient de troubles psychologiques. Cela restait inscrit à leur dossier, les suivait dans la société civile et compliquait leur        recherche d’emploi. Depuis mars 2011, l’expression «type 2» est utilisée pour refuser les hommes avec des implants mammaires et «type 3» pour ceux qui ont changé de sexe.

-  2007. La loi déclare qu’il est illégal de violer une personne. Auparavant, seul le viol des femmes était punissable.

IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Bip Bip

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 847
Re : Re : En Thaïlande, des transsexuels "rééduqués" au monastère...
« Réponse #5 le: juillet 21, 2011, 05:41:47 pm »


Le problème est qu'on est transexuel par nature et non par culture... Vous vous rappelez tous de cette vieille dialectique philosophique: nature (ce qui est inné) et culture (ce qui s'apprend)...

Du coup, on ne peut pas changer une orientation sexuelle qui est naturelle... Les Thaïlandais se plantent totalement sur cette question...




je suis d'accord avec Manu et je trouve que c'est ridicule on ne peut pas changer la nature
IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : En Thaïlande, des transsexuels "rééduqués" au monastère...
« Réponse #6 le: août 12, 2011, 09:58:17 am »

PLOY... Certains nouveaux ne la connaissent peut être pas... Les anciens surement !...

Ploy est le plus célèbre katoey de Thaïlande... Né petit garçon, Ploy a été opéré à 17 ans et s'est transformé en femme... Depuis, elle est devenue une des plus belles actrices de Thaïlande...

Une petite vidéo qui va en calmer plus d'un !...  :D

http://www.youtube.com/watch?v=Z8oNDIYTly4&feature=related
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12810
Re : Au sujet des KATOEY (transexuels) et homosexualité
« Réponse #7 le: août 12, 2011, 09:25:39 pm »


Messieurs les forumeurs, je ne sais pas ce que vous allez en penser... mais PLOY est absolument superbe...  on a du mal à y croire  :)
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Malco

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 5929
Re : Au sujet des KATOEY (transexuels) et homosexualité
« Réponse #8 le: août 12, 2011, 09:39:50 pm »


Messieurs les forumeurs, je ne sais pas ce que vous allez en penser... mais PLOY est absolument superbe...  on a du mal à y croire  :)


Exact , vraiment superbe je suis certain que beaucoup s'y tromperai.
IP archivée
@+ Malco

Rugby15

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1211
Re : Au sujet des KATOEY (transexuels) et homosexualité
« Réponse #9 le: août 13, 2011, 03:13:04 pm »

Fastoche de te tromper vu que maintenant c'est une fille !  :-X
IP archivée
"En avant poussez, poussez, les Avants de Bayonne..."

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Au sujet des KATOEY (transexuels) et homosexualité
« Réponse #10 le: août 15, 2011, 10:04:16 am »

Avant la rédaction de mon bouquin "Amours au Pays du Sourire, la prostitution en Thaïlande", j'avais fais de nombreuses interviews de prostitué(e)s dont plusieurs katoey... Voici l'un d'entre eux... C'est "brut de décoffrage"...


AMY

Amy a 22 ans. Il est katoey et travaille tous les soirs dans un bar de Chiang Mai en compagnie d’une quinzaine d’autres garçons travestis en femme. Grand, toujours vêtus de robes « sexy » mettant en valeur ses jambes et sa superbe poitrine de femme, il passe assez facilement pour une vraie fille bien que n’ayant pas encore subit l’opération de chirurgie lui permettant d’en devenir une sur le plan sexuel. D’ailleurs, il parle systématiquement de lui au féminin !


Depuis quand te sens-tu une vraie femme ?

Je crois que je l’ai toujours été. Lorsque j’étais petite, je ne jouais qu’à des jeux de filles. Plus tard, au collège, je n’avais que des copines. Je portais un uniforme de filles et je draguais les garçons.


Je sais que tu es allé à l’université après le lycée. Pourquoi as-tu arrêté tes études ?

Je n’avais pas beaucoup d’argent, alors j’ai très vite commencé à sortir avec des garçons en me faisant payer. Et puis, j’étais attiré par le monde du spectacle, je voulais danser et chanter. J’ai essayé d’entrer dans la troupe du « S.... Cabaret » (un célèbre cabaret de travestis), mais ils m’ont dit que je n’étais pas assez jolie. C’est là que j’ai décidé de me faire greffer des prothèses mammaires et de devenir une vraie femme.


Ta poitrine est plutôt réussie. Elle t’as coûté cher ?

Je me suis fais opérer à Bangkok. Cela m’a coûté 70 000 bahts (1500 euros). En ce moment, j’essaie de réunir la somme pour l’opération qui me permettra d’avoir un sexe de femme. Cela revient à 90 000 bahts (1900 euros).


Combien gagnes-tu par mois ?

Cela dépend. Lorsqu’il y a beaucoup de touristes, il m’arrive de gagner 20 000 bahts par mois dans le bar mais le plus souvent, ça tourne aux alentours de 10 000 bahts. Je vais aussi « tapiner » sur les boulevards certains soirs après la fermeture à 2 heures du matin. Je prends 500 bahts pour une fellation ou une masturbation.


Ne fais-tu jamais l’amour avec tes clients ?

Ca m’arrive, mais plutôt avec des Thaïs. Les farangs ont de trop gros sexes et ça me fait mal. Si le client insiste, je lui demande 1500 bahts pour une sodomie mais le plus souvent, il ne me donne que 1000 bahts. Plus tard, lorsque j’aurai mon sexe de femme, je pense que je ferai l’amour avec les clients plus fréquemment !


Que pense ta famille du fait que tu sois « lady-boy » ?

Mon père est mort il y a longtemps. Quant à ma mère et mes trois soeurs, ça ne les dérange pas. Ma mère me considère comme une quatrième fille et mes soeurs aiment sortir avec moi. Tu sais ici, en Thaïlande, il y a beaucoup de katoey et ça ne choque personne.


Qu’aimerais-tu faire plus tard ?

Lorsque j’aurais changé de sexe, j’essayerai à nouveau d’entrer au  « S..... Cabaret ». Je rêve d’être danseuse. J’aimerais aussi aller danser en Europe et trouver un petit ami farang. Une de mes copines est partie en Suisse après son opération. Elle a un fiancé là bas qui ne s’est jamais rendu compte qu’elle avait été un homme avant.


As-tu beaucoup de clients étrangers qui se rendent compte que tu es un homme ?

Ca dépend. Dans le bar, les clients savent que nous sommes des katoey car nous faisons des « shows ». Par contre, dans la rue ou en boîtes de nuit, beaucoup d’étrangers ne s’en rendent pas compte. Lorsqu’un farang veut coucher avec moi, je lui dis toujours que je ne suis pas une vraie fille car je ne veux pas avoir de problèmes ensuite. Une de mes copines est partie avec un Anglais il y a quelque temps. Lorsqu’une fois dans la chambre, il s’est rendu compte qu’elle n’était pas une fille et avait un sexe de garçon, il lui a tapé dessus violemment puis l’a chassé.


Y-a-t-il beaucoup de katoey qui ne disent pas à leurs clients qu’ils sont des hommes ?

Oui, il y en a pas mal. Même avec un sexe d’homme, nous nous considérons comme des femmes. Et puis, certaines de mes copines n’ont pas peur des clients. Elles sont aussi très fortes. Ici, la patronne du bar (un katoey nommé Jane) a été championne de boxe thaïlandaise. Elle est très gentille mais il vaut mieux ne pas l’embêter ! Il y a aussi les clients qui aiment vraiment les « lady-boy ». J’en connais plusieurs à Chiang Mai qui ne couchent qu’avec ceux qui n’ont pas été opérés et ont encore un sexe d’homme, malgré leur apparence de femme.


* Les véritables noms des intervenants ont été modifié.
IP archivée

casamui

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1067
Re : Au sujet des KATOEY (transexuels) et homosexualité
« Réponse #11 le: août 15, 2011, 03:14:06 pm »

Je connais et ai travaillé avec quelques katoys; Pour moi aucun doute, dans leur coeur, dans leur corps, dans leur âme, elles sont femmes et je les considère comme tel. Idem pour l'inverse (j'ai une amie, hétérosexuelle, qui vit depuis 6 ans avec une femme qui se considère comme un homme, mais est née avec des attributs féminins), comme vous le précisiez, on ne change pas la nature d'un être humain, il est ce qu'il se sent au plus profond de lui même. Rien à voir avec l'homosexualité d'ailleurs. Il s'agit bien de transsexualité. Et il me semble qu'il faut accepter les gens tels qu'ils sont.
IP archivée
Tolérance et respect, humilité et compassion, le combat de toute une vie

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Au sujet des KATOEY (transexuels) et homosexualité
« Réponse #12 le: décembre 18, 2011, 05:13:18 pm »


Quelques photos prises au Marina bar, le plus célèbre bar de Katoey de Chiang Mai...

Il y a quand même du déménageur (1/ Le team, 2/ La caissière, 3/ Marina "the boss")...

Même pas peur !... ;D
IP archivée

Malco

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 5929
Re : Au sujet des KATOEY (transexuels) et homosexualité
« Réponse #13 le: décembre 18, 2011, 05:23:08 pm »

Houlà la dernière photo il fait peur lol .
IP archivée
@+ Malco

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12810
Re : Au sujet des KATOEY (transexuels) et homosexualité
« Réponse #14 le: décembre 18, 2011, 06:15:29 pm »


impressionnant...   :)   c'est vrai que je voudrais pas que la dernière me mette une baffe...  :huhu 
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Au sujet des KATOEY (transexuels) et homosexualité
« Réponse #15 le: décembre 19, 2011, 08:10:41 am »


Marina est une légende à Chiang Mai... mais je ne l'ai jamais vu violente...  :)
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 12810
Re : Au sujet des KATOEY (transexuels) et homosexualité
« Réponse #16 le: décembre 19, 2011, 12:47:39 pm »

http://360.ch/blog/magazine/2011/12/hotesses-de-lair-trans-pretes-au-decollage/


nous en avions déjà parlé, mais cela se confirme...   :)


Hôtesses de l’air trans prêtes au décollage


Première compagnie aérienne à recruter du personnel transsexuel, P.C. Air commencera ses opérations le 24 décembre en Thaïlande. Un beau pari sur la diversité, afin de relever un défi commercial risqué.

Au début de l'année, une compagnie aérienne thaïlandaise totalement inconnue, P.C. Air, avait annoncé qu'elle cherchait du personnel pour assurer le service à bord de ses avions. La société avait alors reçu, selon son patron Peter Chan, une centaine de demandes émanant de ladyboys.

Même si elles font partie du paysage social thaïlandais, ces personnes transgenre sont largement cantonnées à des rôles subalternes dans les services à la personne ou l'industrie, plus récemment dans le monde du spectacle, quand elles ne sont pas marginalisées.

Plutôt que d'éliminer ces postulantes du 3e sexe, Peter Chan avait alors choisi, au contraire, d'encourager ces candidates à lui faire parvenir leur CV. Relayée par la presse internationale, cette campagne de recrutement peu banale avait fait le tour du monde.
 

«Elles comprennent les hommes et les femmes»

Onze mois plus, P.C. Air a présenté avec une certaine fierté ses quatre hôtesses trans, sur les trente membres du personnel de cabine, rapporte le «Bangkok Post».

Elles étaient à bord du vol de démonstration de la compagnie, dont la presse anglophone s'est largement faite l'écho, la semaine dernière. «Elles peuvent offrir un meilleur services parce qu'elles comprennent les hommes et les femmes», s'enthousiasme Peter Chan, ancien steward devenu businessman. «Et elles sont parfaitement entraînées, conformément aux normes de l'industrie aéronautique.»
 
Parmi elles, Thanyarat Chirapatpakorn, une ancienne Miss, mannequin et comédienne, devenue la star du spot de pub de la compagnie (voir ci-dessous). «C'est le début de l'acceptation des transsexuels en Thaïlande, a-t-elle expliqué à l'agence Reuters. Cela nous donne la possibilité de travailler dans davantage de secteurs. Peut-être que, dans le futur, nous pourrons décrocher des jobs que nous n'avons jamais faits auparavant: policier, soldat ou même pilote...»
 

Notoriété

P.C. Air doit à ses ravissantes ambassadrices trans une fière chandelle. Elles offrent à la compagnie une notoriété enviable dans le ciel du sud-est asiatique, encombré de multiples opérateurs charter et low-cost. Peut-être de quoi surmonter certains handicaps.

De fait, la compagnie commencera ses opérations avec un seul appareil, un Airbus A310 vieillissant, construit en 1986.

Le vol de baptême, un charter pour le Laos, le 24 décembre, a d'ailleurs pris neuf mois de retard. Le transporteur explique ce délai par une volonté de profiter du boom du trafic de fin d'années, mais aussi par les perturbations engendrées ces derniers mois par les inondations, qui paralysent toujours une partie de la Thaïlande.

P.C. Air a prévu de commencer à offrir des services réguliers en juin prochain, sous réserve de sa certification par les autorités nationales de l'aviation civile.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Au sujet des KATOEY (transexuels) et homosexualité
« Réponse #17 le: décembre 20, 2011, 08:32:46 am »


Je tiens quand même à préciser que le merveilleuse Thanyarat Jiraphatpakorn que l'on voit en photo dans le message ci-dessus était un homme dans le passé...

Ca calme...

Photos...
IP archivée

DocTournesol

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 327
Re : Au sujet des KATOEY (transexuels) et homosexualité
« Réponse #18 le: décembre 20, 2011, 06:20:57 pm »

J'ai beau en avoir vu beaucoup lors de mes séjours, je suis toujours aussi surpris par la beauté et la féminité des katoys thaïlandais (exception fait de Madame/Monsieur Marina  :) ). On s'y tromperait.
IP archivée

Bip Bip

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 847
Re : Au sujet des KATOEY (transexuels) et homosexualité
« Réponse #19 le: décembre 21, 2011, 06:09:43 pm »

t'as raison le Doc faut faire gaffe, il y en qui se font avoir tous les jours 
IP archivée

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Au sujet des KATOEY (transexuels) et homosexualité
« Réponse #20 le: décembre 22, 2011, 09:13:07 am »


Pour ceux qui passent à Chiang Mai, je vous conseille une soirée au PLAYHOUSE THEATRE CABARET...

Un très beau spectacle de Katoey...

Le site Internet, ici:

http://www.playhouse-chiangmai.com/
IP archivée

Rugby15

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1211
Re : Au sujet des KATOEY (transexuels) et homosexualité
« Réponse #21 le: décembre 24, 2011, 02:43:21 pm »

J'y suis allé quand ça s'appelait le Simon cabaret. C'était Top comme spectacle. Et toi, laquelle tu choises ?
IP archivée
"En avant poussez, poussez, les Avants de Bayonne..."

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Au sujet des KATOEY (transexuels) et homosexualité
« Réponse #22 le: décembre 24, 2011, 03:04:01 pm »


Effectivement, le Simon Cabaret a fermé ses portes à Chiang Mai, laissant place au Play House Theatre Cabaret... je ne sais pas si le show est aussi bien que dans le passé...

Il me semble qu'aujourd'hui, le Simon Cabaret n'existe plus qu'à Phuket...
IP archivée

Malco

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 5929
Re : Au sujet des KATOEY (transexuels) et homosexualité
« Réponse #23 le: décembre 24, 2011, 03:16:49 pm »


Si si Manu , le Simon Cabaret à Phuket existe encore bel et bien .  8)
IP archivée
@+ Malco

Manu (de Chiang Mai)

  • Invité
Re : Au sujet des KATOEY (transexuels) et homosexualité
« Réponse #24 le: décembre 24, 2011, 05:00:50 pm »


Oui, il a fermé à Chiang Mai mais est toujours ouvert à Phuket...  :)
IP archivée