Forum Thailande Info

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  

Auteur Sujet: BANGKOK : y vivre ou y passer des vacances...  (Lu 120504 fois)

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13469
Re : BANGKOK : y vivre ou y passer des vacances...
« Réponse #400 le: septembre 04, 2018, 10:40:22 pm »

Français Ensemble dans le Club de Pattaya


Khao San Road n'est plus qu'une rue comme les autres...


Khao San Road, qui attirait les routards du monde entier depuis de nombreuses décennies, n'est plus qu'une rue comme les autres durant la journée. La disparition des vendeurs ambulants, le jour, a entraîné celle des touristes. Il était pourtant agréable d'y flâner l'après-midi...

La municipalité a engagé, depuis quelques années, le gentrification progressive du centre-ville de Bangkok.

Les vendeurs de street-food ont été chassés de nombreuses rues, bordées d'immeubles récents. Certains marchés appartiennent à l'histoire.

Quel intérêt demande Thai Rath ? Sans doute d'écarter du quartier historique de la capitale la faune des étrangers qui picolent et sèment le désordre durant la journée.

Les vendeurs à la sauvette de produits contrefaits, de faux papiers et d'autres spécialités locales devront s'adapter aux nouveaux horaires.
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13807
Re : BANGKOK : y vivre ou y passer des vacances...
« Réponse #401 le: septembre 05, 2018, 07:50:18 am »


Je ne suis plus allé à Khao San Road depuis 15 ans et déjà à l'époque, la rue n'avait plus rien de sympa !
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13469
Re : BANGKOK : y vivre ou y passer des vacances...
« Réponse #402 le: septembre 10, 2018, 08:45:20 pm »

https://www.opnminded.com/2018/09/10/bangkok-lemergence-du-street-art-asiatique.html


BANGKOK : l'émergence du street asiatique...


À Bangkok : la forme d’art a longtemps été méprisée et mal comprise par les habitants. Mais vu que la qualité de l’œuvre continue de s’améliorer, en plus des événements visant à promouvoir l’art public, les habitants de Bangkok commencent à réaliser ce qu’est «le Street Art».

’organisation BUKRUK est l’une des causes responsables de ce changement de perception. En 2013 et en 2016, elle a organisé son Festival des arts urbains en ville. Les événements ont réuni des graffeurs thaïlandais et internationaux pour ajouter une couleur au paysage urbain de Bangkok.

De nombreuses œuvres importantes de ces événements subsistent, attirant des touristes et des résidents locaux dans certaines parties de la ville qu’ils n’auraient peut-être pas pris la peine de visiter.

En plus des événements spéciaux, des artistes thaïlandais résidents tels qu’Alex Face, Bon et Bonus TMC contribuent également à mettre davantage en lumière la scène street art émergente de Bangkok.

Ci-dessous quelques exemples de ces réalisations...  :D

IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13469
Re : BANGKOK : y vivre ou y passer des vacances...
« Réponse #403 le: septembre 10, 2018, 08:49:21 pm »


d'autres...  ;)
IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".

Manu de Chiang Mai

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13807
Re : BANGKOK : y vivre ou y passer des vacances...
« Réponse #404 le: septembre 14, 2018, 07:50:16 am »


Je ne suis un grand admirateur des Tags mais dans ce cas précis, il faut avouer que ces peintures sont plutôt bien trouvées !
IP archivée

Line

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 13469
Re : BANGKOK : y vivre ou y passer des vacances...
« Réponse #405 le: septembre 14, 2018, 07:05:01 pm »

http://www.lepoint.fr/insolite/a-bangkok-des-pompiers-reconvertis-en-chasseurs-de-serpents-14-09-2018-2251133_48.php

A Bangkok, des pompiers reconvertis en chasseurs de serpents... :wonder


Cette caserne de pompiers de Bangkok n'a pas éteint d'incendie depuis trois mois. En revanche, les appels à l'aide pour capturer des serpents sont devenus quotidiens.

En 2017, les pompiers de cette mégalopole de plus de dix millions d'habitants ont reçu plus de 34.000 appels concernant ces reptiles, soit deux fois plus qu'en 2014.

Il s'attèlent à la tâche comme, dans d'autres pays, leurs collègues viennent retirer les nids de guêpes.

Mais les soldats du feu thaïlandais tentent de sensibiliser la population aux risques d'une campagne trop systématique d'éradication: la plupart sont utiles à l'écosystème des villes, où ils se révèlent de redoutables chasseurs de rats, et ne sont même pas venimeux. Sur les 200 espèces recensées en Thaïlande, seule une trentaine le sont.

Ce jour-là, une couleuvre s'est invitée dans une maison de la banlieue nord de Bangkok. Avec de simples gants, Suraphong la maîtrise en quelques instants.

Des interventions comme celle-ci, ces pompiers en font des dizaines chaque mois.

"Là-dedans il y a douze pythons qu'on garde à la caserne" avant de les remettre à une université qui se charge ensuite de les relâcher dans la campagne, explique le pompier, en montrant une cage où les reptiles dorment enlacés. L'un d'eux avait avalé un chat.

Bangkok ne cesse de grossir et des zones qui étaient encore des rizières il y a quelques années se retrouvent bétonnées. Il n'est pas rare d'y voir des couleuvres écrasées sur la chaussée ou d'autres espèces dans les arbres, même en centre-ville où les maisons avec jardins sont légions.

Même l'école française de Bangkok a été confrontée au printemps à un afflux de serpents, notamment de cobras, poussant l'administration à écrire aux parents avant la fête de fin d'année pour les appeler à la vigilance.

Mais en Thaïlande, aujourd'hui, les morts par morsures de serpents sont exceptionnelles.

En janvier 2018, une enfant thaïlandaise est décédée dans son sommeil après avoir été mordue par un cobra, mais le drame, largement relayé à la télévision, s'était produit à la campagne, dans la province de Surat Thani, dans le sud du pays.

Les dernières données du ministère de la Santé recensent 1.753 morsures en Thaïlande en 2016, le plus souvent à la campagne. Et toutes ces victimes ont pu recevoir un traitement approprié, le pays étant doté d'un centre anti-venin de référence, géré par la Croix-Rouge.

IP archivée
" Les compliments, c'est bien beau, c'est bien agréable, mais on ne sait jamais si c'est sincère, tandis que les insultes, ça vient du coeur ".